fguinepain

Member
  • Content count

    1419
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

57 Neutral

About fguinepain

  • Rank
    Very active member

Personal Information

  • Hobbies
    Astronomie, photo, vidéo en pleine nature...
  • Adress
    Ouest Ile de de france
  • Personal website
  • Instruments
    Célestron 14 XLT sur monture NJP160 Takahashi (Motorisation MCMT32 - pilotée sous PRISM)
    Imageur SBIG STL11000 Grade2 (Ciel Profond) DMK 31AU03.AS Imaging Source (Planétaire)

    Ex TOA - FlatField Camera 4/760STL Lichtenknecker en Tandem avec C8XLT Celestron

Recent Profile Visitors

2388 profile views
  1. Autoguider un Skysensor 2000 en ST4 ?

    Bonjour, Si ça peut aider, j'ai retrouvé cette page dans mon site - plus très à jour - ;o) CLIQUER ICI pour suivre le lien. Vous y trouverez entre autres le brochage de la RJ11 du SS2000. Sur les 3 liens en bas de page, seul le dernier est encore actif et permet d'accéder à une page très complète sur le sujet rédigée par Sylavain Weiller. Ca rappellera sans doute de bons souvenirs aux plus "anciens" d'entre nous ;o) Fred
  2. imprimante 3D et astronomie

    Bonjour, Très bonne idée, mais au delà de l'impression 3d, pourquoi ne pas proposer une rubrique "FabLab Astro" un peu dans l'esprit "Maker" ou "Do il yourself" très en vogue aujourd'hui ? ça permettrait de regrouper dans une rubrique toutes sortes de projets qui pourraient être rangés en différentes catégories : TOA / Monture / Imagerie / Spectro /... par exemple Avec possibilité bien entendu d'associer à chaque article des pièces à télécharger... Et une rubrique "réactions" poour les échanges avec l'auteur. Fred
  3. Boitier ASTRO Dew-Point 4+1

    onjour, L'été dernier j'ai également réalisé un montage de ce type pour contrôler automatiquement la résistance anti-buée de mon SCT de 355 mm d'ouverture - autant dire que la surface à "chauffer" est assez importante... Le pare buée reste néanmoins indispensable lorsqu'il fait vraiment très humide. Je ne suis pas électronicien, j'ai donc opté pour un montage uniquement à partir de modules à assembler. La base est une Arduino UNO + une carte de puissance pour piloter la résistance en PWM. (DFRobot 2 x 2A puis très récemment une carte POLOLU 2x3A compatible également avec la carte Arduino UNO) La sonde est déportée, elle embarque une sonde GRAVITY SEN0137 pour la T ambiante et H% pour le calcul de la Température de rosée (Tr) et une sonde DS18B20 pour la mesure de la température du tube optique (Ts). Coût total du montage avec boitier et selon le shield de puissance utilisé : 70 à 80 € La commande est entièrement automatique en fonction des paramètres : T/H/Ts selon 4 allures : Arrêt, Basse, moyenne, pleine puissance. Le montage est donc en permanence sous tension et gère l'allure de chauffe en fonction des conditions de Température et d'humidité. J'ai également écrit un petit programme en VBNet qui récupère les infos sur le port USB et les affiche sur le PC pour suivre ce qui se passe. C'est pratique pour la phase d'ajustement des réglages (Les réglages consistent à modifier quelques paramètres dans le microcode et à le réinjecter dans l'Arduino - c'est très basique ;o) ) Le boitier dispose également d'une petite Led dont le clignotement renseigne sur l'état (Connexion USB non nécessaire) L'idée c'est que l'allure de chauffe est ajustée en fonction de l'écart de température entre Tr et Ts (Ts étant une "estimation" de la température de la lame à partir d'une mesure déportée - ce qui, en fonction de la position de la sonde, nécessite d'ajuster une valeur d'offset dans le programme...) Ca fait quelques mois que je teste ce montage avec des résultats globalement satisfaisants lorsque les nuits sont raisonnablement humides. C'est un montage assez accessible pour un non initié un peu curieux ;o) Avec les petites cartes à base de microcontrôleur du marché et l'impression 3D, il y a plein de petites choses sympa à faire autour d'un télescope. Ca mériterait presque une rubrique "FabLab Astro" dans Astrosurf ;o) C'est vraiment sympa de voir ce que les uns et les autres sont capables de faire et l'esprit de partage en toute simplicité est très appréciable ! ;o) Fred
  4. C'est ou qu'on se présente ?

    Salut ! Si si Colmic, je suis toujours dans le coin, mais effectivement moins disponible qu'à la super époque d'AstroCam et du Calva ! Tu te souviens nos virées dans le Vexin avec Stéphane, David, Jérémy et tous les autres.... Et les WE à Buthiers, à Chinon, et puis je ne sais plus où en Bretagne où nous avions animé ensemble un WE consacré à la prise de vue WebCam,.... Et puis la transit de Vénus en Sologne (J'ai encore le CROA sur le Web) ... Quelle époque ! Depuis, pour moi c'est "Astro Jardin" et trop rarement j'embarque mon Dobson pour une virée en province pour renouer avec le plaisir du visuel. J'ai toujours la NJP que j'avais achetée en 2004, depuis je l'ai kitée MCMT2 puis très récemment MCMT32... C'est sans doute le meilleur "investissement" Astro que j'ai fait que cette monture. Dessus il y a désormais un gros SC depuis environ un an - lui aussi acheté d'occasion - que j'essaie de dompter. Désormais ce n'est plus trop la course à l'image qui m'intéresse (Il en passe tellement de superbes réalisées depuis des coins fabuleux avec du matériel de folie que mes modestes prises ne sont plus à la hauteur ;o) ). Mon plaisir est désormais ailleurs : bricoler des "trucs" pour le télescope, améliore les performances, "bidouiller" avec Prism... Bref, passer un peut de temps dans mon petit observatoire pour décompresser d'une activité pro parfois stressante... En fait la pratique de l'Astro est devenue pour moi une excellente thérapie ! ;o) Colmic, déjà en pré-retraite ! Moi il me reste bien une bonne dizaine d'années à tirer, mais je ne vais pas me plaindre.... ;o) C'est vraiment sympa d'avoir des nouvelles des "anciens" d'AstroCam et autres groupes qui ont gravité autour des WebCam à une époque où le Pixel était une denrée rare et onéreuse ! @u plaisir de vous croiser ici ou là. Portez vous bien Fred
  5. Platine Takahashi

    Prix à débattre Ensemble platine Takahashi petite S (128x220) compatible EM-2/EM-10/EM-200 avec support orientable deux axes. Ensemble robuste en bon état. Faire offre sérieuse
  6. NGC247 LRVB avec un magnifique piqué

    Que c'est magnifique, quel voyage ! Et que dire du traitement, juste ce qu'il faut, une finesse incroyable. Merci de nous faire partager cette magnifique photo. Fred
  7. Le plein de galaxies SVP : NGC82

    Oh Eric ! ;o) Quel super équipement et quelle vue fantastique de ce coin de ciel ! Perso j'aime bien la version 2, le bruit est un peu plus présent mais avec un petit passage dans le filtre XiDenoiser dans GIMP (StD denoise - CWT - noisie Sigma 100 - VisuShrink Soft - Sur les trois canaux Y Cb Cr et preserve noise à env 180) ça adoucit légèrement le fond ciel sans le rendre totalement "lisse" . Alors évidement on aime ou on aime pas, il faut être très raisonnable avec ce genre d'outil, on est bien d'accord. Pour tout savoir sur l'utilisation et l'installation de ce PlugIn dans GIMP (Le cousin libre de photoshop) : CLIQUER ICI Et encore bravo ! Fred
  8. Vos expériences remote

    Bonjour, Pour ma part depuis de nombreuses années, j'utilise deux boitiers relais IP de marque TERACOM (TCW121B et TCW181B avec pour l'un d'eux relevé de Temp/humidité) pour commander l'allumage à distance de l'installation - Pilier / Monture / CCD. Une caméra IP est également installée. J'ai développé une petite interface perso en VBNet très pratique qui regroupe toutes les principales fonctions : - Démarrage à distance du PC de commande (WOL) - Commande des relais IP - Commande de la caméra IP (Allumage et mouvements) - Collecte des données environnementales de l'observatoire - Collecte des données de la station météo - Collecte information Parking de la monture (deux capteurs installés dessus) - Lancement prise en main à distance (AnyDesk) Le PC de l'observatoire est un vieux P4 qui tourne pas mal sous W10 avec Prism 10. Le PC Météo est un petit PC type "NetPC" de récup sur lequel tourne Cumulus. L'observatoire est relié au réseau domestique en CPL - C'est sans doute le point faible de l'installation car j'ai de temps en temps des coupures internet, mais globalement la liaison IP fonctionne pas mal. Les captures sont stockées localement sur la PC de commande (1 SSD pour le système et les programmes, et 3 HD de récup pour le stockage (350 + 2x500 Go) Je récupère tout ça sur mon PC de bureau pour le traitement. Pour éviter les Pb de câbles, je les ai regroupés dans une sorte d'ombilical qu'on aperçoit sur l'image ci-dessous. Très efficace ! (Alim et USB2 Cam1 / Alim et câble capteurs Résistance / Alim et commande Focuser / USB2 RaF / USB3 Cam2) L'ensemble marche pas mal et me permet, lorsque je le souhaite, de lancer une séance d'imagerie tout en faisant autre chose bien au chaud à la maison... Mais il m'arrive également de rester sur place pour profiter du spectacle à l'oculaire car en config planétaire j'ai un miroir basculant qui permet de faire de l'imagerie ET de jeter un oeil ;o) Ci dessous un aperçu de l'ensemble Fred
  9. Solution toit abri roulant

    Bonjour, La couverture en bardeaux bitumineux de mon abri a tenu plus de 10 ans (Construction de 2006) - Il y a deux ans j'ai recouvert cette couverture avec des tôles alu teintées. Côté sud j'ai interposé un isolant mince. Sous les panneaux bois sur lesquels sont collés les bardeaux bitumineux, j'ai collé un isolant de type polyuréthane et un isolant mince alu. Au final c'est très efficace, cet été, lors les fortes chaleurs, j'ai mesuré un delta T Int/Ext de l'ordre de 13 à 15°C ce qui limite assez sensiblement l'échauffement du matériel et en particulier de la partie optique. Bien entendu, le soir venu, il faut ventiler à la fraiche pour faire redescendre la température à l'intérieur. En effet, cette isolation augmente considérablement le déphasage, mais n'évite pas la montée progressive de la température au bout de quelques journées très chaudes. Sinon il faut climatiser ;o) Pour éviter tout phénomène de condensation, l'abri est équipé d'un déshumidificateur (Modèle à compresseur pas nécessairement très onéreux mais bien plus efficace que les modèles à effet Peltier très bon marché) L'instrument est donc à l'abri des fortes variations de température et de l'humidité... Fred
  10. Motoriser une NJP : quoi?

    Bonjour, Petit retour d'expérience... Après avoir monté un MCMT2 à partir de l'excellent kit Aude en 2008 + adaptation mécanique perso pour les moteurs PaP qui ont remplacé la motorisation d'origine, je me suis lancé cet été dans la réalisation de MCMT32. J'ai donc lancé une commande groupée pour le circuit imprimé sur la liste MCMT (il m'en reste d'ailleurs un si ça intéresse). J'ai commandé de tous les composants que l'on trouve facilement dans les bonnes boutiques en ligne. J'ai opté pour l'intégration de la carte et driver dans mon ancien boitier MCMT - j'ai donc conservé la connectique et la raquette de commande (prévoir ajout de 4 résistances pour cette dernière) MCMT32 et MCTM2 c'est le jour et la nuit. quasiment pas de bruit, plus de vibration lors des déplacements rapides (le pilotage micro pas fait des merveilles), précision de pointage améliorée (à 2.50 m de focale je suis systématiquement dans la zone centrale du capteur plein format da ma CCD quelque soit le trajet réalisé dans le ciel. Cet été j'en ai également profité pour regraisser la NJP - Particulièrement efficace sur DEC avec une graisse à base de Teflon - réduction considérable du jeu à l'inversion de rotation. Sur AD c'était déjà bon, mais avec le temps j'ai eu un soucis de grippage de la vis tangente/paliers. Un peu de dégrippant, nettoyage minutieux, graisse lithium vis tangente/couronne et c'est repartit... Ep < 3-4" Cette NJP embarque environ 22 à 24 kg et ça tourne comme une horloge. Je pilote avec Prism10 et dll développée par l'équipe Prism. Effectivement il faut un PC, mais aujourd'hui, il existe des nano PC qui pourraient sans doute être intégrés à MCMT via la connectique existante pour transformer cette motorisation en un système autonome sur le terrain... Dernier point, je ne suis pas électronicien, je me débrouille avec un fer à souder et un simple multimètre - MCMCT32 est globalement plus simple à monter que MCMT2 (moins de composants discrets) puisque le coeur du système est basé sur 2 cartes microcontrôleur UNO32 - plus driver du commerce pour la commande des moteurs PaP . Voir photo ci-dessous du résultat de mes travaux de vacances ;o) Et bonne année ! Fred
  11. montures Takahashi, vers le renouveau...

    Salut, Mon témoignage... Pour ma part c'est une NJP millésime 1999 achetée d'occasion en 2003. Après l'avoir utilisée quelques années avec un MCMT2 monté par mes soins à partir de l'excellent kit "Aude", je l'ai Upgradée en MCMT32 cet été ! Aujourd'hui elle embarque un SC de 14" pour faire du planétaire et pourquoi pas un peu de Ciel Profond ;o) Lors des derniers essais, la monture "trimbale" le tube optique d'un bout à l'autre de la voute Céleste avec une précision de pointage tout à fait acceptable avec un léger ronronnement qui n'a rien à voir avec le pointage piloté par MCMT2. C'est systématiquement dans la zone centrale du capteur à 2460mm de focale et sans modèle de pointage... Le suivi est tout à fait correct, j'a n'ai pas encore refait de mesure de PEC - Mes dernières mesures étaient de l'ordre de 3 à 4" . Cet été j'ai démonté et régressé les vis tangentes et à première vue c'est meilleur qu'avant notamment beaucoup moins de jeu en delta, axe pour lequel j'ai utilisé une graisse à base de téflon. Pour les contre-poids, et bien on en trouve des très sympas dans les magasin de sport ;o) Après c'est une question de philosophie, pour les nomades, une instrumentation rapide à mettre en œuvre c'est top - Perso en nomade je préfère désormais profiter d'un bon ciel l'œil à l'oculaire. Cet instrument est en poste fixe et je prends autant de plaisir à "bricoler" dessus qu'à l'utiliser... Je trouve regrettable que Taka n'ait pas poursuivi la production de cette monture très "rustique" dans sa conception mais robuste et qui offre de nombreuses possibilités d'adaptation de motorisation. C'est vraiment une excellente base de développement. Fred
  12. Observatoire

    Bonjour, Petit retour d'expérience... ;o) Mon Observatoire a été mis en service en 2006, ça commence à faire quelques années ! A l'époque j'ai opté pour une construction en "dur" d'environ 2,50 x 3,50 avec toit roulant (plus de 300 kg sur rails de portail) Cet été, au moment des fortes chaleur l'écart de température Int/ext atteignait 12°C sans clim, ce qui permet de maintenir le télescope à une température satisfaisante pour la mise en température. Les murs sont correctement enduits et doublés par du lambris à l'intérieur. La dalle béton est recouverte d'un parquet en sapin vitrifié sous lequel j'avis mis environ 10 cm de laine de verre. (Sous la dalle en béton j'ai disposé un film plastique pour éviter la remontée d'humidité. Après 14 ans l'observatoire est parfaitement sain. L'année dernière j'ai doublé le shingle initialement posé en guise de couverture d'une tôle laquée sous laquelle, côté sud, j'ai posé un isolant alu mince + lame d'air. Très efficace en plus de l'isolation initiale (plaque polyuréthane de 2 cm plus isolant alu à l'intérieur. Cette année j'ai doublé la porte en sapin qui commençait à vieillir avec une tôle alu sur 2 cm de liège (la porte est isolée côté intérieur avec 2 cm de polyuréthane. Ci-dessous une photo récente. Un plancher béton, dès lors qu'il est abrité, ne pose pas de problème particulier. Il faut surtout soigner la fondation du pilier qui va recevoir la monture. Pour le mur en parpaing, un bardage en bois ventilé peut limiter l'accumulation de chaleur. Avec l'enduit clair l'échauffement reste modéré même par fort ensoleillement. Je confirme qu'il faut à minima faire une déclaration de travaux (permis de construire simplifié pour surface inférieure à 20m²) et attention prévoir le règlement de la taxe locale d'urbanisme... L'avantage de la construction en dur c'est que c'est solide et que ça résiste bien aux aléas climatiques et au vandalisme - sous réserve que la porte et le toit soient solides et correctement verrouillés. Pour mon observatoire les parties en bois doivent être régulièrement entretenues. La partie maçonnerie je n'y ai jamais touché ;o) Fred
  13. Copernic le 1er juin

    Bonjour, Merci à tous pour vos commentaires ;o) Loup Lunaire, l'image est proposée à sa def maxi. Ici pas de Barlow, je suis à F/D11. La turbulence ne me permettait pas de faire mieux. J'ai tenté avec une barlow avec le tirage mini de mon actuel montage, à près de 8m de focale, ça devient tendu... A suivre lors de la prochaine Lunaison... Fred
  14. Copernic le 1er juin

    Bonjour, Un petit cliché de Copernic plus très frais du 1er juin 2020… Mais je propose quand même. DMK 31AF03.AS au foyer du C14 - Résolution "théorique" calculée 0.23"/pixel. Turbulence modérée, je n'ai donc retenu qu'une centaine d'images pour chacun des 4 clichés qui compose cette mosaïque. (Capture vidéo de 3600 images) Traitement avec Astrosurface. Mosaïque réalisée en mode auto avec Prism 10 Traitement du bruit avec le plugin XiDenoiser (GIMP) - Très léger... Fred
  15. Trio Lunaire XXL :o)

    Bonjour, Merci pour vos retours :o) J'ai redressé l'image. J'ai retouché le rapport Luminosité/contraste. Du coup les zones sombres manquent un peut de profondeur. Pas simple finalement le traitement des images Lunaires ;o) Fred