Maïcé

Moderator
  • Content count

    2733
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1
  • Country

    France

Everything posted by Maïcé

  1. jm-fluo, je crois qu'on a fait le tour de la question. On tourne en rond. 3 posts pour répondre à un seul commentaire, je trouve ça excessif. Alors je clos... Et je te prie de ne pas rouvrir un fil sur le même sujet lunette de X mm contre télescope plus grand!
  2. avec la citation c'est mieux ! L'art de faire monter son compteur pour ne rien dire.
  3. Bonjour à tous

    Bonjour et bienvenue sur le forum! Le ciel de l'Ardèche peut être magnifique, peu d'humidité, une population pas trop dense donc moins d'éclairage public (la pollution lumineuse) donc tu peux avoir de très belles images avec ton 200. L'oculaire de 25mm livré en standard est correct, par contre le 10 est souvent mauvais. Donc en priorité je le remplacerais par un oculaire à grand champ comme te l'a conseillé Xavier2 (même si tu n'as pas de motorisation, l'astre que tu observes restera plus longtemps à l'oculaire et tu pourras mieux le détailler que si tu dois tout le temps pousser ton tube)... 11mm, 14mm Je dirais qu'il faut presque les 2, mais c'est vraiment un oculaire prioritaire quelle que soit la focale que tu choisiras entre les deux. Si tu préfères une image un peu plus lumineuse prends le 14 (il grossit moins et l'image pourra sembler plus nette) si tu préfères entre un peu plus dans les détails et que tes étoiles ne scintillent pas, le 11 sera préférable. Pour la lune, les planètes lorsqu'elles seront plus hautes (parce que là, elles sont vraiment basses sur l'horizon!) une focale autour de 5/6mm est vraiment bien pour avoir des détails sur les objets lumineux, y compris les nébuleuses planétaires. Et là, il te faut le plus grand champ possible, plus tu grossis, plus l'objet prend de place dans le champ et plus ça défile vite. Explore Scientific semble bien tenir le haut du pavé en oculaires grand champ à prix contenu. Mais en tout état de cause évite ABSOLUMENT Omegon!!! Et pour l'apprentissage et le repérage des objets dans le ciel, je te conseillerais bien l'application Skysafari sur smartphone (à condition de ne pas l'utiliser lorsque tes yeux sont habitués à la nuit, tu ruinerais ta vision des objets faibles). Par exemple, tu peux dessiner les étoiles les plus brillantes des constellations et essayer de les reconnaitre à l'oeil nu lorsque tu es sur le terrain. Puis choisir quelques cibles brillantes (en cette saison, la galaxie d'Andromède, le double amas de Persée, la grande nébuleuse d'Orion, l'amas globulaire M15, l'amas ouvert de la chouette NGC 457...) bien repérer sur le logiciel dans quelle zone ils se trouvent et les chercher avec ton télescope... C'est aussi un des (très grands) plaisirs lorsqu'on a un dobson! Bonnes observations.
  4. La Quête du télescope

    Bonjour, si c'est l'astrophoto qui te branche, pas le choix investis dans la monture ! Dessus, tu commences par monter ton APN, un petit instrument léger et sans trop de porte à faux (mak 102 ou 127 par exemple) mais ça ne rentre pas dans ton budget. Une monture taillée pour la photo, qui supporte charge et porte à faux sans osciller à la moindre brise et avec une erreur pas trop pourrie, ça coûte vite un bras. Le visuel et la photo ce sont deux domaines qui ne requièrent pas le même matériel. Dans un cas, la monture est primordiale, dans l'autre c'est le diamètre. Pour faire les deux avec le même instrument, il faut un budget plus que conséquent! Il te faut donc bien réfléchir à tes priorités.
  5. Mais comme tu ne cites pas tes sources qui sont souvent biaisées... Et que tu prends ces on dit pour une vérité incontournable, c'est fatigant!
  6. Je ne rentrerai pas dans ce débat qui n'a rien à faire ici, Norma, mais ce qu'on a fait et qu'on fait aux "autres cultures" n'est pas de l'ordre de la découverte mais de la colonisation. On leur "apporte" notre façon de voir sans épouser aucunement la leur. J'aime bien ce petit reportage. Et je me tais sur le sujet. Je n'ai jamais pratiqué le tourisme autrement que chez des amis ou la famille, voire en gîte mais les propriétaires sont aussi devenus des relations privilégiées. Les hotels, les supermarchés comme à la maison, les plages bondées et les sites classés payants, c'est pas pour moi.
  7. Pourtant tu as asséné cette affirmation comme une" vérité vraie avérée et incontournable" sans ces détails qui entachent la conclusion d'un biais commercial et qui donne à penser qu'un instrument de grand diamètre n'est utilisable qu'en haute montagne.
  8. Quand on ne veut pas pourrir le ciel de trainées d'avion, on reste à proximité (relative) de chez soi. Pour moi, en France, il y a plusieurs sites qui sont tout à fait honorables... On n'a juste pas accès au ciel du sud... Mais bon, y a pas mal à voir sous nos latitudes et avant d'en avoir fait le tour ...
  9. Bonjour, comme je suis un peu comme toi à essayer les trucs réputés impossibles. La boucle de Barnard, ça me tente avec les yeux de hibou, pour la pupille je pense que ce sera pas trop petit et pour le champ, ça devrait aussi le faire . J'attends juste le ciel qui ira bien pour tenter le coup, les nuits froides et cristallines d'hiver sur les Causses.
  10. Choisir un oculaire

    La réponse d'Alain_G est pertinente. Si tu n'as qu'un oculaire, en effet il te faut une plus longue focale pour les objets étendus et comme ton ciel a l'air plutôt bon, tu peux te le permettre sans noyer tes cibles dans la pollution lumineuse. Un bon 25mm te permettra d'atteindre des nébuleuses vastes comme les dentelles du cygne (attention c'est très diaphane, mais avec ton ciel, c'est jouable et c'est un très bon entrainement à l'observation dans d'objets très diaphanes) et bientôt la grande nébuleuse d'Orion, mais là il te faudrait aussi une focale autour de 15mm pour rentrer dans les détails.
  11. Parsamian 21, exotique mais discret

    J'ai téléchargé tous les atlas exotiques de Reiner Vogel... Une mine pour qui veut sortir des sentiers battus avec un télescope conséquent.
  12. Choisir un oculaire

    Bonjour et bienvenue sur ce forum. Pour la vision des nébuleuses et galaxies, il faut savoir qu'elles n'apparaitront au mieux dans ton télescope que comme des taches floues plus ou moins diaphanes. Pour savoir ce que tu peux espérer voir, il nous faut connaitre aussi tes conditions d'observation, lieu, pollution lumineuse, météo...
  13. Vitesse du vent et observation

    Il est difficile de répondre à ta question tant ça dépend de plusieurs facteurs. Donc seule l'expérience pourra te dire si ça vaut le coup de te déplacer ou non. Déjà, tu peux essayer chez toi quelles valeurs sont trop fortes pour la stabilité de ton télescope avant de faire tes 40 km. Mais surtout le mistral est réputé occasionner des ciels très turbulents.
  14. Parsamian 21, exotique mais discret

    Je n'ai pas mes notes d'observation ici, mais je l'ai aussi observée. Je verrai quand je rentrerai à la maison à comparer mes impressions.
  15. Bonjour et bienvenue sur le forum. Je ne serai pas à même de répondre à tes questions concernant l'astrophoto et ta monture équatoriale. Mais pour du visuel, la motorisation n'est absolument pas indispensable. Après ta mise en station, le flexible de déclinaison te permet de suivre un objet à l'oculaire. D'ailleurs, même en altaz, suivre un objet n'est pas rédhibitoire, la plupart des possesseurs de dobson le font. Les simulateurs en général ne font que dégrader la résolution d'une photo et ne tiennent pas compte de la turbulence ni de notre incapacité à détecter des couleurs de nuit. Si tu veux un aperçu de ce qu'on voit à l'oculaire, il vaut mieux se tourner vers des sites de dessinateurs, tout en gardant à l'esprit qu'ils ont l’œil affuté autant que les crayons et qu'il nous faudra un certain apprentissage pour voir les détails qu'ils arrivent à retranscrire. Bonnes observations.
  16. En général, plus la focale de l'oculaire est courte, plus l'oeil doit être proche de la lentille c'est ça qui rend le placement plus difficile. C'est d'autant plus vrai que l'oculaire est bas de gamme, ce qui est le cas des Omegon). C'est tout le contraire, c'est une histoire de progression logarithmique de la magnitude (mais moi et les maths ...) Ce qu'il faut en retenir, c'est qu'une étoile ponctuelle va rester ponctuelle en augmentant le grossissement donc sa visibilité va augmenter alors que le fond de ciel est étendu et sa visibilité va se "diluer" bref il faut grossir pour augmenter le contraste entre le fond de ciel et l'objet observé, et ce d'autant plus que l'objet est petit. Pour les galaxies et les nébuleuses diffuses, il faut trouver le bon compromis puisque ce sont des objets étendus.
  17. Il y a des amateurs qui se mettent dans le noir avec une règle sous l’œil et se prennent en photo comme ça pour mesurer leur pupille. En fait ça n'a pas grande importance, car il est difficile de faire coïncider la pupille de ton œil avec la pupille de l'oculaire si elles ont exactement la même taille et tu n'es jamais dans les conditions d'ouverture de pupille maximale, (tu as regardé une carte juste avant, quelqu'un est passé avec sa frontale allumée...)
  18. Pouvez vous m'expliquer SVP ? Il s'agit d'avoir une pupille de sortie cohérente avec la vision humaine. Pour connaitre la pupille d'un oculaire tu divises sa focale par le rapport focal de ton instrument ici 5 (300mmà 1500mm de focale). 40mm/5 = 8mm. La pupille moyenne d'un jeune est plus proche de 7mm que de 8. Elle diminue avec l'âge. Une partie de la lumière collectée par le miroir ne va pas arriver jusqu'à ton œil et sera perdue et, à mon avis, un des plus gros inconvénients, la luminosité du fond de ciel va augmenter aussi et noyer les faibles contrastes. Personnellement, je ne conseillerais pas une pupille de plus de 5mm pour le confort d'observation, sauf pour une observation avec un filtre UHC ou OIII. Mais c'est un avis tout personnel.
  19. Exactement Yann, en fait il faut 2 oculaires de moyenne focale : la moyenne haute et la moyenne basse entre 16 et 8, il me semble que c'est ce que j'ai préconisé au début du post ou sur l'autre. Ceci dit un bon Ethos 21 pour les dentelles ou North America, ça le fait bien et le zoom 2/4 quand le ciel est immobile sur les petites NP brillantes, j'aime aussi, mais franchement, ça sort moins souvent et notre ami a déjà un plossl de 25mm, même perfectible, c’est pas si moche.
  20. Le lightbridge n'a de light que son nom ;). Mais par rapport à l'ancien dobson de Meade en tube carton enduit, il est très léger Sur le 300, je ne sais pas, mais sur le 400 que j'ai vu, le miroir était collé sur une plaque en guise de barillet. Ce n'est pas ce qui est le plus performant pour garder les performances du miroir.
  21. Je ne partage pas l'avis de MCJC, l'oculaire qui sert le plus est celui de focale moyenne car dans TOUTES les situations on peut l'utiliser, il pourra manquer un peu de champ ou un peu de grossissement parfois, mais il ne sera jamais pris en défaut contrairement aux autres ou on regrettera le fond de ciel trop clair ou la turbulence trop visible . Et pour le repérage, un pointeur rouge (telrad, quickfinder) est tout aussi efficace.
  22. Bonjour, personnellement, je ne le ferais pas, ni en visuel ni en photo. Le lightbridge est lourd, avec une base et un rocker en aggloméré qui peut avoir souffert au cours des années d'humidité et les mouvements risquent d'être durs. Et puis les quelques centimètres de plus ne se verront quasiment pas.
  23. Je ne connais pas le problème en astro, mais avec d'autres périphériques USB il y a bien un souci depuis la mise à jour de Windows 1903. Les ports USB 3 n'acceptent plus les périphériques USB1 et quelquefois USB2. Si tu peux mettre à jour les drivers, ça peut aider... Mais sur une machine que j'utilise, il faut changer le firmware... Et le fournisseur semble peiner à le mettre au point.
  24. Je tempère toutefois les dire de Moebius. Si tu n'es pas un mordu enragé, tu pourras trouver des oculaires moins chers et puis tu as le temps pour monter ta gamme d'oculaires. Si ton télescope a un rapport F:D entre 4 et 6, commence par une focale moyenne, c'est ce qui sert le plus souvent (soit le haut de la moyenne vers 15mm soit le bas de la moyenne vers 10mm) selon que ton ciel est souvent turbulent ou calme. Après tu peux changer ton oculaire vendu avec le télescope pour une focale entre 20 et 25 pour la recherche, les nébuleuses à filtrer. Et l'oculaire qui sert le moins c'est celui de courte focale 5mm ou moins, pour détailler les planètes ou les nébuleuses planétaires très brillantes. Pour ça tu as le temps, tu devrais déjà te faire plaisir avec des focales plus faciles à utiliser.
  25. Tiep, ton post est dans la bonne rubrique. Pour les oculaires, voilà bien longtemps que je n'en ai pas acheté. D'ailleurs pour les achats, je suis un très mauvais exemple. J'essaye lors d'une rencontre les oculaires des copains et si je trouve l'image plaisante, je ne me pose jamais la question du rapport qualité/prix, j'achète... Enfin si j'en ai les moyens. Donc je n'ai que des nagler et des ethos, des oculaires qui valent le prix d'un télescope. J'essayé les Celestron je ne sais plus quelle gamme, je n'ai pas aimé, relief d’œil qui ne me convient pas placement trop critique pour moi, même si la qualité optique est bonne. Quoi qu'il en soit, il faut être à l'aise pour observer avec un dobson, donc les oculaires doivent avoir suffisamment de champ pour qu'on ne soit pas obligé de recentrer tout le temps l'objet sans avoir le temps de l'observer en détail (pas seulement le regarder) et suffisamment de confort pour que chaque retour à l'oculaire ne fasse pas perdre un précieux temps à se recaler en face. Alors certains diront tel oculaire a une optique de folie, si tu n'arrives pas observer plus de quelques secondes avec ça ne sert à rien. Le meilleur moyen pour savoir quel oculaire acheter, aller à une rencontre, dans un club, se faire prêter différentes focales et marques, choisir ce qui te convient le mieux et regarder après où tu peux le trouver au meilleur prix sans oublier les petites annonces d'astrosurf.