devoniak

Membre
  • Compteur de contenus

    874
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Tout ce qui a été posté par devoniak

  1. Bonsoir Hier soir j’ai pris en photos le champ de M51 avec le canon 24/105mm et le 6D : Je me suis rendu compte que le champ est énorme (il va jusque M101) et que les galaxies sont semblables à des confettis. Je me suis alors demandé quels seraient les objets d’une taille significative pouvant être pris en photo avec le zoom réglé à 105mm ? Avec un atlas classique il conviendrait de chercher la liste des objets se trouvant dans les constellations visibles, puis de consulter leur taille afin d’en dresser une liste. Cette façon de faire est faisable mais chronovore. J’avais entendu parler dans une vidéo d’astro image processing de l’outil de planification de soirées d’observations du logiciel C2A. Je me suis donc employé à le tester et à voir quelles sont ses suggestions. Sur ma terrasse seul l’horizon EST est dégagé (azimut allant de 0 à 180 degrés). Et je n’ai retenu que les objets ayant une taille supérieure au degré (60 minutes d’arc) et qui se trouvent à une hauteur supérieure à 30 degrés. Le seul objet répondant à ses critères est l’amas ouvert NGC2632. Or je n’aime pas les amas ouverts… Sur l’horizon OUEST les objets d’une taille significative sont plus nombreux ! Je devrais donc bouger. Ca sera chose faite la semaine prochaine (avec ma nouvelle batterie de 80ah) 😊 Vincent
  2. J’avais fait part il y a plusieurs mois de problèmes de perte de précision du pointage avec ma monture AZ EQ6 au cours de sessions photos et de séances d’observation visuelle : après une mise en station au polemaster, le pointage devient de moins en moins précis, le suivi devient mauvais, et avec l’autoguidage on constate de la rotation de champ. Après différents tests, j’ai identifié les causes suivantes (la la liste est a mon avis loin d’être exhaustive) : · Flexions ; · Tassement du sol ; · Glissement du trépied sur le sol ; · Affaissement d’une des jambes du trépied ; · Contraintes qui se libèrent dans le trépied. La correction à effectuer pour pouvoir faire des observations visuelles est extrêmement simple puisque le problème concernera uniquement le pointage, celle pour pouvoir faire de l’astrophoto est plus complexe car le problème impactera aussi le suivi et engendrera si l’on met en œuvre l’autoguidage de la rotation de champ. PRISE DU PROBLEME EN VISUEL AVEC UNE MONTURE SKYWATCHER Ce problème peut être corrigé avec la fonction PAE de la raquette en respectant la procédure suivante : 1. Pointer une étoile brillante avec le GOTO ; 2. Activer la fonction PAE en allant la chercher dans menu et appuyer sur ENTER ; L’écran affichera alors « Re-centering Obj » 3. Effectuez les corrections nécessaires avec les flèches de la raquette ; 4. Validez en appuyant sur ENTER. La raquette prendra en compte la correction et devrait réussir le pointage pour les objets se trouvant dans une zone proche de l’étoile ayant servit a calibrer cette fonction. Si le problème survient de nouveau dans la zone du ciel concernée il suffira de refaire la même manipulation. La correction précédente sera alors remplacée. Cette méthode est suffisante pour faire du visuel, elle n’est pas suffisante pour faire de la photo : l’objet sera bien centré lors du pointage, mais il y aura de la rotation de champ ou un problème de suivi. PRISE EN COMPTE DU PROBLEME AVEC LE POLEMASTER Ce mode opératoire suppose que l’on utilise : 1. le polemaster pour la mise en station ; 2. que ce dernier soit fixé sur la monture et non pas sur la queue d’aronde du tube afin que la correction puisse être effectuée lors de la session ; 3. que l’on utilise une solution d’astrométrie (dans mon cas le module POINTCRAFT dans APT) pour calculer le centre exact de l’image . Voici le mode opératoire : 1. j’effectue la mise en station avec le POLEMASTER, la monture est sur la position HOME. 2. je pointe l’objet avec POINTCRAFT (le module de PLATE SOLVING d’APT) . Le télescope étant dans la direction de ce dernier, les flexions ont provoqué une perte de précision de la mise en station. 3. je refais la mise en station avec le POLEMASTER (je constate toujours un déplacement de l’axe de la monture par rapport au pôle céleste nord) avec le télescope dans la direction de l’objet. La correction entraine un déplacement de l’objet. 4. je pointe de nouveau l’objet avec POINTCRAFT. Comme le déplacement est faible les flexions et tassement induit seront minimes. Vincent
  3. Bonjour Je viens de résumer mon pré traitement PIXINSIGHT en l’appliquant à mon image de NGC281 déjà traitée sur SIRIL. Je le posterai ici-même mon process après l’avoir relu et retravaillé. En ce qui concerne l’image, je n’ai conservé que 46 images sur 75. J’ai ensuite appliqué les traitements suivants : 1. DynamicBackgroundExtraction 2. AutomaticBackgroundExtraction 3. AtrousWaveletTransform 4. BackGroundNeutralization 5. ColorCalibration 6. HistogramTransform 7. SCNR J’ai fait l’impasse sur la déconvolution. Je referai une tentative avec l’emploi de cette technique. Par rapport à la version précédente de cette image, NGC 281 est plus contrastée et l’image semble moins bruitée. Pour mémoire les paramètres de prises de vues sont les suivants : 75 poses de 120 sec à 1600 iso au canon 1300d. 40 flats de 1/3 secondes a 100 iso prétraités avec 83 offsets (1/4000 seconde) a 100 iso 44 offsets (1/4000 seconde) à 1600 iso 10 darks de 120 secondes à 1600 iso Le SQM était de 20,50 - 20.68 lors de la prise vue en plein centre d'arles sur tech. Vincent
  4. Bonsoir, Voici la même image que celle déjà postée ici même. Le prétraitement et le traitement ont été réalisé sous pixinsight. J’ai suivi le tutoriel sur le prétraitement de lightvortex : J’ai utilisé le superbias pour calibrer les images et le subframe selector pour n’en retenir que 62 sur 90 (sélection automatique sur la base de critère que j’ai moi-même définis) puis les pondérer en fonction d’une note. J’ai utilisé la normalisation locale pour éliminer les effets de la fumée. J’ai ensuite suivi un tutoriel de base de chez AIP pour le traitement de l’image. Lorsque j’ai cherché a éliminer le bruit je me suis rendu compte qu’il y en avait très peu, les masques d’étoiles ont fonctionné à merveille et la fonction HDRMULTISCAN a permis d’éviter d’avoir le cœur d’orion cramé. Je ne regrette pas d’avoir pris la License de ce logiciel. Je met un lien vers la full. lien full Je referai une prise de vue sur ORION si je suis suffisamment en forme avant la fin de la saison : j’aimerai bien faire ressortir la boucle de BARNARD. Je laisse la partie cramée par la pollution lumineuse pour avoir la constellation en entier. Vincent
  5. Je vous livre ma première version de la constellation d’ORION au 6D et à la STARDVENTURER sur ma terrasse à ARLES SUR TECH. L’objectif de la soirée était de couvrir les points suivants : · Maitrise de la mise en station ; · Intégration matérielle et logicielle ; · Utilisation de la mise au point motorisée de l’objectif canon ; · Commencer à étudier le positionnement de la table en vue de préparer des sorties en dehors de chez moi ; · Répéter le montage/démontage de l’ensemble du matériel en vue de préparer des sorties en dehors de chez moi ; · Déceler d’éventuels problèmes de contraintes et flexion sur la monture pouvant occasionner des problèmes de suivi. Je me suis rendu compte en début séance que mon viseur polaire, contrairement à ce que je pensais, n’était pas bien réglé (la mire de test était trop proche et trop grosse pour pouvoir voir le défaut). J’ai donc utilisé le POLEMASTER. Le logiciel APT m’a permis de réaliser l‘ensemble de mes prises de vues et les flats. Le contrôle de la mise au point fonctionne parfaitement. La fenêtre LIVEVIEW permet de voir des étoiles de magnitudes 2 ou 3 sans aucun problème (la visée est donc très simple). La mise au point motorisée fonctionne très bien, elle est précise au pas moteur prêt. Un écart de 1 pas moteur est sensible. La fonction FWHM permet de faire une mise au point quasi parfaite. J’ai ainsi obtenu des étoiles dont la FWHM est comprise entre 2 et 3 après prétraitement. Je n’ai pas encore compris où placer la table de façon idéale. Si j’utilise le pole master je devrais avoir l’ordinateur portable près de moi lors de la mise en station. Peut être que je vais prendre une petite caisse pliante pour placer le portable dessus lors de cette étape. Le montage de l’ensemble et son démontage (convertisseur DC/AC compris) prennent 20 à 30 minutes. Ce qui est très rapide en comparaison d’une comparaison plus lourde. J’ai constaté une flexion qui entraîne une perte de précision de l’alignement polaire bien visible au POLEMASTER. Cette perte d’alignement a été sans conséquence sur le suivi. Je devrais en trouver la cause et voir si je peux y remédier. Si je ne peux éliminer ce problème et qu’il s’avère gênant avec des focales plus longues que celle utilisée lors de ce test (105mm), j’utiliserai mon protocole de correction des problèmes de flexions et de tassement du sol pour y remédier. Il me reste à tester le pointage aux coordonnées. Comme le ciel était correct, j’ai réalisé 90 poses de 60 secondes à 3200 ISO avec le 24/105 IS STM CANON ouvert à 5,6 et réglé à 105mm. J’ai ensuite réalisé 40 flats de 1 secondes avec un écran à flat. J’ai utilisé 50 offsets de 3200 ISO pour les brutes et les darks, 50 offsets de 100 ISO pour calibrer les flats et 10 darks de 3200ISO. Bien que j’ai PIXINSGHT je me suis rabattu pour cette première version de l’image sur un prétraitement SIRIL (beaucoup simple et surtout automatisable avec les scripts que j’ai personnalisés), et j’ai ensuite suivi les première étapes du tutoriel de chez AIP pour le traitement de mon image. Je suis assez satisfait du résultat. Je posterai ici même une prochaine version prétraitée intégralement et traitée sous PIXINSIGHT. Vincent
  6. Jusque la par manque de temps j'ai utilisé le polemaster sur la star adventurer. Mais comme je veux aussi avoir un setup très léger, je me suis penché sur le viseur polaire de la star adventurer. Voici mes commentaires. VÉRIFICATION DU REGLAGE DU VISEUR POLAIRE Je viens de vérifier le réglage du viseur polaire de ma STAR ADVENTURER. Pour ce faire : 1. J’ai pointé une cheminée au loin avec le réticule du viseur polaire ; 2. Puis j’ai fait tourner l’axe d’ascension droite de 90 degrés. Le réticule est resté centré sur le point que je visais : c est parfait tout est en ordre ! CALIBRATION DU VISEUR POLAIRE J’en ai aussi profité pour calibrer mon viseur polaire de sorte que je puisse utiliser la même procédure de mise en station que mon AZ EQ6. Pour ce faire j’ai procédé de la manière suivante : 1. J’ai mis la monture sur le trépied ; 2. J’ai mis à niveau la monture en vérifiant le niveau avec le niveau a bulle de la monture ; 3. J’ai ensuite visé avec le viseur polaire un mur que je sais droit (un fil à plomb ou un une ficelle qui pend avec un objet lourd à l’extrémité fera parfaitement l‘affaire); 4. J’ai fait bouger l’axe d’ascension droite de sorte que la barre marqué 0 a 6 du réticule soit parallèle avec le mur que j’ai visé ; 5. J’ai ensuite repéré la graduation en face de laquelle se trouve le repère droit placé sur le la lunette du viseur polaire. Ici 21h30. Après avoir mis en place la monture et fait la mise à niveau je devrais, avant de faire la mise en station, faire tourner l’axe d’ascension droite de sorte que le repère se trouve exactement au même endroit. MISE EN PLACE de L’ECLAIRAGE du VISEUR POLAIRE La documentation n’explique pas comment mettre en place l’éclairage du viseur polaire quand la platine en L en mise en place. L’éclairage est constitué de deux parties : 1. Un adaptateur qui sert de base pour l'éclairage 2. L’éclairage proprement dit La manipulation est simple : 1. Après avoir monté la platine en L, il suffit de placer sur la fente de cette dernière l’adaptateur comme indiqué sur la photo. 2. Il devient ainsi possible de placer dessus l’éclairage du viseur polaire. MISE EN STATION Une fois effectué toutes ces manipulations, la mise en station devrait être aisée. Voici le mode opératoire que je préconise : 1. Vous téléchargez sur votre téléphone portable l’application SYNSCAN PRO (qui mieux que celui a fabriqué la monture et conçu le réticule peut vous montrer ou placer la polaire ?). 2. Lancez l’application 3. Vous allez dans Avancé 4. Vous allez ensuite dans viseur polaire 5. Vous n’avez plus qu’a placer la polaire exactement la ou elle se trouve indiquée (comme sur la photo, cf le point gris). CONCLUSION Sur mon AZ EQ6 j’ai pu remarquer que la position de l’étoile polaire indiquée par l’application sur le réticule est la même que celle que je constate après une mise en station réalisée avec le POLEMASTER. Je pense que la précision atteinte est la même sur la star adventurer. J’en parlerai ici même prochainement. NB : il est possible de simplifier la calibration en utilisant ceci : niveau. Je pense en acheter un prochainement pour simplifier et fiabiliser la mise en station sans polemaster de cette monture. Vincent
  7. Bonjour, Un soir, à défaut de faire une soirée d'astrophoto à cause des nuages de haute altitude, j'ai préparé mes bias (offsets) du 6D afin de pouvoir : - Mesurer le bruit de lecture à chaque sensibilité ISO; - Déterminer la sensibilité ISO optimale; - permettre de calculer le temps de pose optimal lors de ma prochaine séance d'astrophoto avec cet appareil (bruit du fond de ciel trois fois supérieur au minimum au bruit de lecture). J’ai utilisé deux protocoles pour réaliser mes mesures : · Prise d’un offset a 1/4000 de secondes aux ISO voulus et mesure dans PIXINSGHT de la valeur STDDEV pour la totalité de l’image · Prise de deux offsets a 1/4000 de secondes aux ISO voulu, puis soustraction dans PIXELMATH des deux images, et enfin mesure dans PIXINSGHT de la valeur STDDEV pour la totalité de l’image résultante. J’ai obtenu les deux résultats suivants : Les deux jeux de valeurs permettent d’arriver à des conclusions similaires : le réglage des ISO optimal semble se situer entre 1600 et 6400 ISO (pour ces valeurs le bénéfice en termes de sensibilité du doublement des ISO dépasse la variation du bruit). J’ai ensuite croisé mes résultats avec une mesure de la dynamique du capteur réalisé sur le site DXOMARK (lien vers les mesures DXOMARK : lien mesures dxo mark). Je peux déduire de ce tableau que la sensibilité ISO optimale va varier en fonction de mes besoins : La dynamique étant de 11 (soit 8,5 magnitudes environ) à 1600 ISO, 10 (soit 7,9 magnitudes) à 3200 ISO et 9 (soit 7,28 magnitudes) à 6400 ISO. Il me tarde de tester tout cela sur le ciel 😊 Vincent
  8. La lune ce matin avec le 6D prise avec l'objectif 24/105mm réglé à 105mm. Cette image est créée à partir de 3 photos et d’un traitement HDR sous LIGHTROOM. J’ai ainsi pu obtenir une image avec des détails sur la lune et des éléments de paysage exposés correctement. Il ne s’agit pas de mon premier cliché de ce type et j’arrive maintenant à reproduire ce genre d’image assez facilement ! Je suis content. L'appareil était réglé de la façon suivante : · Sensibilité à 800 ISO · Priorité ouverture avec l'ouverture fixée a 5,6 · Fonction autobracketing activée · Autofocus activé · Stabilisation activée L'ensemble était posé sur le trépied. La mise au point et le réglage de la luminosité se sont fait sur la lune. Vincent
  9. Merci pour ces précieux conseils. Je posterai ici un billet sur la dynamique du 1300d et du 6d. Pour la session de cette nuit j ai pris 400 brutes Et 30 flat ! Bonne nuit
  10. Au vu des résultats d’hier soir avec ma star adventurer, j’ai décidé de faire cette nuit un test en conditions d’observation. J’ai acheté en complément de ma monture : 1. un trépied berlebach report 112 avec une capacité d’emport de 25kg et un encombrement réduit en vue de préparer de futurs voyages ; 2. les cercles gradués de chez astrokraken (merci pat cizirf pour ta vidéo) pour faciliter le repérage ; 3. l’adaptateur pour le polemaster afin de faciliter la mise en station ; 4. j’utilise APT pour gérer la MAP avec le moteur de l’objectif et les prises de vues. Pour alimenter l’ensemble j’utilise une batterie et un convertisseur CD/AC victron phoenix. La star adventurer m’accompagnera lors de mes sorties avec le SKYVISION 300 au stade d’ARLES SUUR TECH (SQM de 21 les bons soirs, mesure obtenue sur les 4 points cardinaux à 45° d’inclinaison plus le zénith) ou dans la région de CORSAVY. Je joins la première image réalisée hier soir à la va vite : une capture d'orion en 10 x 60 secondes a 3200 ISO avec le canon 6D et l'objectif 24/105 IS STM ouvert à 5,6 sans dark flat ou offset...
  11. Bonsoir, En me promenant après être rentré du travail, j’ai été ébahi par la beauté du ciel au stade de rugby d’arles sur tech : la falaise sur domine le village avec orion qui commençait à être visible juste au-dessus. Je suis rentré, je me suis dépêché de manger et je suis revenu avec mon appareil photo et le trépied. Voici l’une de mes deux prises : La falaise, les buts, ORION et sa nébuleuse (sur l’image plein format, à côté d’alnitak en zoomant, on peut deviner NGC 2023), et la constellation du grand chien. L’image est constituée d’une pose unique de 8 secondes réalisée avec le 6D et l’objectif 24-105 réglé sur 24mm et ouvert à 5,6 . ISO réglé à 12800. L'autofocus et le stabilisateur étaient coupés. Le SQM dans cette zone du ciel était de 20,92 et de 20,96 au zénith. Lien vers la full : https://1drv.ms/u/s!Av0AgEx_bcdckOAHXn-LV1ERTAT8dA Bonne soirée
  12. Bonjour, Je souhaiterai savoir quelles sont les modalités pour transporter un téléscope par avion ? Quelle est la fourchette de prix ? Les tarifs que je trouve sur internet sont peu précis voir inexistant. J’ai lu qu’il y avait des limites pour les dimensions de la valise ou de la caisse, que le poids d’un bagage supplémentaire était limité à 30kg et qu’il n’est possible d’en avoir qu’un seul par personne. Qu’en est-il ? Le bagage est-il très malmené ? J’aimerai avoir ces informations pour optimiser mes choix futurs en vue de préparer des voyages à l’étranger. Merci
  13. transport telescope en avion

    le C6 est un tube que j envisage d’acheter. Fais tu de la photo avec ?
  14. transport telescope en avion

    Merci
  15. J ai la chance d'avoir un des premiers skyvision et a l'époque déjà ce genre de traitement existait (2005). Sinon avant tu avais l'argenture. Les SCT bénéficient de traitements du même genre. Donc si tu achètes un newton demandes comment le miroir a été traité
  16. Tu as les traitements haute réflectivité a 98 ou 99%. Mon dobson en est pourvu par exemple et ça bouge très peu (j'envisage de le faire refaire 15 ans après).
  17. Je me suis rendu compte que les étoiles sur mes photos donnent l’impression que la mise au point est loupée (grosse taille) alors qu’en réalité je réalise celle-ci en mesurant la FWHM dans mon logiciel d’acquisition (APT ou BACKYARDEOS). Lors de cette dernière, je constate souvent l’existence d’un palier plus ou moins long où la variation de la FWHM ne peut plus être évaluée correctement (malgré le fait qu’elle soit calculée sur une moyenne de 30 ou 40 images). J’en suis arrivé à la conclusion qu’il fallait que je mesure le seeing de mon lieu favori de prise de vue pour pouvoir me faire une idée de ce qui se passe. J’ai alors calculé la FWHM moyenne de plusieurs séries d’images à l’aide du SUBFRAMESELECTOR de PIXINSIGHT. J’ai compris que le seeing de mon lieu de prise de vue favori est compris entre 6 et 12 secondes d’arcs. Ce qui correspond à ce que j’observe en visuel : en effet, il y a des nuits ou je ne peux pas voir les anneaux de SATURNE ou les satellites de JUPITER. Mon SQM étant bon (supérieur à 20,50 avant que la commune n’opte pour des lampadaires qui éclairent le sol), je désire continuer à faire des photos depuis cet endroit. J’ai donc cherché à déterminer les paramètres de prise de vue idéaux en fonction du seeing. En fouillant sur internet j’ai lu que les étoiles sont saturées devaient avoir une taille de de 2 à 3 photosites. J’en ai déduit le tableau suivant : Ayant acheté récemment un canon 6D, je me rends compte que les bonnes nuits (seeing estimé à 6 secondes) celui-ci sera adapté à la prise de vue avec la lunette 80ED. L’objectif photo (300mm de focale maximum) que j’envisage d’acheter, quant à lui, sera adapté aux nuits les plus mauvaises (seeing à partir de 12 secondes). Il me faudra acquérir très certainement une lunette pour combler le fossé qu’il existe entre 600mm et 300mm et permettre la prise de vue en grand champ avec le 6D. La 72ED avec son réducteur serait-elle le candidat idéal (elle semble adaptée pour un SEEING de 10 secondes)? Celle-ci faisant uniquement 420mm de focale, il manquera un instrument pour pouvoir réaliser une prise de vue les nuits ou le SEEING sera compris entre 6 et 10 secondes (ce qui je pense est le cas le plus fréquent). Quelle sera la solution ? Je joins le fichier permettant de faire soit même ses propres calculs Vincent calcul focale ideale.xlsx
  18. Bonjour, Je voudrais savoir si certains d'entre vous utilise l'objectif canon 70-300mm f/4-5.6 is ii usm ? D'après les commentaires et les comparatifs (lenstip notamment) il a l'air nettement meilleur que la version d'origine et je ne trouve que des images prises avec la version d'origine sur astrobin. Pour l'instant j'hésite entre lui et le canon 70/200 F/4 L non stabilisé (budget quasi identique). Mon idée est pour l'instant d'équiper mon 6D avec un zoom polyvalent pour compléter mon 24/105 et Je prevois de m’équiper en focale fixe dans un 2eme temps Merci Vincent
  19. transport telescope en avion

    Merci pour vos réponses. Je serai curieux de connaître la longueur des trépieds du commerce repliés dont de la monture vixen. J ai vu que la monture ioptron ieq30 est très légère est ce que quelqu'un connait la longueur du trépied qui va avec ?
  20. transport telescope en avion

    Je suis d'accord il faut assumer, comme pour tout. Quand on a les moyens tout est possible ou presque. Je pensais qu'il existait des combines, des pièges a éviter . J'arrive au constat que : - pour emmener avec soit un instrument commercial que l'on a l'habitude d'utiliser c est compliqué (surtout s'il est gros) et coûteux. - dans le cas de voyages de courte durée (7 a 10 jours) pas forcément dédié uniquement a la pratique de l'astronomie, ou l'on souhaite profiter de la moindre opportunité pour observer le ciel, il faut vraiment prendre en compte les contraintes liées aux dimensions dans le choix d'un instrument, sous peine de voir la note grimper de façon astronomique - la fabrication d’un instrument adapté est recommandée pour pouvoir s'affranchir des limites de tailles et de poids en cas de voyage dédié.
  21. transport telescope en avion

    Quand tu regardes le prix ca devient vite prohibitif : +75 euros par bagage a minima, voir 300 euros sur certaines destinations. Je me place aussi dans une optique de réduction du cout.
  22. transport telescope en avion

    Je vous remercie pour toutes ces informations. Après avoir parcouru les sites, le facteur le plus dur a gérer est la taille des bagages : Celle-ci ne doit pas excéder 158cm de dimensions cumulées. Après avoir fait mes calculs, il ressort que dans le cas d'une monture Equatoriale allemande c'est le trépied qui est le plus dur à transporter : en effet il est très long et de ce fait très consommateur en terme de CM et il est difficile de le ranger avec un autre accessoire dans un bagage standard alors qu'il est très léger. J'en arrive a une question ou trouver les dimensions intérieure des bagages ? Y a t'il un site qui en parle ? Le trépied qui conviendrait le mieux à mon usage dans une optique de voyage a l'étranger est un berlebach planet small. Mais sa dimension pour le transport est de 75cm. Or je trouve nulle part les dimensions internes du bagages. Connaissez vous un site qui traite de la question ? A défaut je ferai travailler le menuisier du coin pour fabriquer un coffre a roulette permettant de ranger le trépied avec et un ou deux contrepoids.
  23. transport telescope en avion

    Merci pour vos réponses. Pour le strock : je ne suis pas bricoleur.... Sinon je pense que ça serait l’appareil qui me correspond pour le visuel.
  24. Bonsoir, Voici le premier jet de ma prise de vue d’hier soir à arles sur tech avec la lunette 80ed et le canon 1300d réglé a 1600 ISO non defiltré. Cette version a été prétraitée sous SIRIL pour des raisons de simplicité et de rapidité, puis traitée dans photoshop, je compte en refaire un prétraitement et un traitement complet avec pixinsight (que je découvre) puis de finaliser la gestion des couleurs sous photoshop. Elle résulte de la combinaison de : · 46 images de 180 secondes a 1600 iso · 40 flats a 100 iso pré traité avec des offsets a 100 iso · 20 darks de 180 secondes a 1600 iso · 120 offsets a 1600 iso La prochaine image je ferai en sorte que la prise de vue soit bien cadrée (je n'ai pas pu la redresser pour la mettre dans le bon sens car elle trop grande). Lien vers la full en JPG : https://1drv.ms/u/s!Av0AgEx_bcdckN44TH7lC57FMZzmRQ Vincent
  25. Bonjour, Voici ma première image pré-traitée et traitée intégralement sous pix insight. Elle résulte de 26 images de 120 secondes a 1600 ISO prises a la lunette de 80ED et au canon 1300d à 1600 ISO depuyis ma terrasse. La FWHM est de l'ordre de 5 à 6 secondes d'arcs (je ne peux pas faire mieux quand j'image à cet endroit). Le SQM était de 20,5 dans cette région du ciel. J'avais 39 images au début, j'en ai retenu 26 (40% de la note de qualité était basé sur la FWHM, 50% sur le SNR, les 10% restant sur l’excentricité). J'ai choisi les images dont la qualité était supérieure a 70%. J'ai suivi les tutos pour le pré traitement de lightvortex, pour le traitement du sites astro images processing, et j'ai approfondi avec ceux de DSLR astrophotography (notamment concernant le subframeselector). J'envisage d'acheter PIX INSIGHT et de retraiter toutes mes images. avec. Je mets deux images : NGC891 dans le bon sens (j'ai appliqué une raotation et j'ai recadré) NGC891 Vincent