Joël Cambre

Member
  • Content count

    7519
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by Joël Cambre

  1. Filtre UHC ou OIII pour dobson de 300mm ?

    Bruno je te remercie mais l'achat a eu lieu, c'est un OIII. Je vais tester ce soir au CDF.
  2. J'ai un dobson de marque Orion et de type XX12 (300mm) et je voudrais acheter un filtre pour observer en visuel seul les dentelles du Cygne et les nébuleuses à émission du genre M8, M20, et bientôt M42, ainsi que les NP. Je sais bien que la question est récurrente mais je la pose quand même. Alors, plutôt un UHC ou un OIII? Jojo, qui murmure à l'oreille des Pentax. [Ce message a été modifié par Joël Cambre (Édité le 30-07-2013).]
  3. Filtre UHC ou OIII pour dobson de 300mm ?

    J'ai acheté un Astronomik, car j'aime les noms se finissant en ik et pas les noms se finissant en con comme Lumicon. Non mais...
  4. Filtre UHC ou OIII pour dobson de 300mm ?

    Vous allez me faire tourner en bourrique les gars... Je constate quand même que aux voix les votants OIII sont les plus nombreux. Yoyo, je vais chez OU c'est plus rapide, ils n'ont pas de Lumicon mais de l'Astronomik et du Televue, cela devrait le faire!
  5. Filtre UHC ou OIII pour dobson de 300mm ?

    Ah, Zirkel, tu me fais douter... Je savais bien que cette question était difficile! Je vais jouer ça à pile ou face finalement...
  6. Filtre UHC ou OIII pour dobson de 300mm ?

    Je serai en Lorraine profonde, à Plaine de Walsch, le samedi 10 s'il fait beau ou le vendredi 9 à défaut, c'est la la météo qui décide. On sait qu'elle est fort capricieuse, côté ouest des Vosges... Il paraît que de là-bas on peut observer le mythique casque de Thor, que personne n'a jamais vu encore en Alsace. On verra bien, mais j'ai des doutes. Pour le cas où le coq du barde lorrain viendrait pointer le bout de son bec, j'amènerai une cigogne bien de chez nous... Bruno, Pierre m'avait dit que tu serai là. [Ce message a été modifié par Joël Cambre (Édité le 31-07-2013).]
  7. Filtre UHC ou OIII pour dobson de 300mm ?

    Ok va pour le OIII. Et ça marche bien aussi, pour les nébuleuses à émission et les NP? Je n'en ai utilisé que sur les dentelles dans le passé.Salut Yoyoastro!
  8. climatoogue vs climatoseptique

    Complément d'explications au sujet du graphique sur la divergence entre modèles et observations: Source: pensée-unique.fr:Comparaison entre les prédictions des modèles climatiques et les observations pour l'atmosphère tropicale. "The science is (not) settled"Comme le savent les (nombreux) lecteurs attentifs de ce site, l'atmosphère tropicale devrait être particulièrement révélatrice de l'effet de serre tel qu'il est prévu et modélisé dans les études prises en compte par le GIEC. Ceci tient essentiellement à la concentration élevée en vapeur d'eau qui règne dans cette zone de l'atmosphère qui, comme chacun sait, bénéficie d'un climat particulièrement chaud et humide. Ceci explique que cette zone de l'atmosphère ait fait l'objet d'un grand nombre de travaux dont ceux du Professeur Richard Lindzen du MIT, fréquemment mentionné dans ce site.C'est dans la partie haute de la troposphère tropicale que l'on aurait dû observer le fameux "hotspot" (toujours absent) auquel j'avais consacré plusieurs billets dans cette page (par exemple ici et là). De fait, la troposphère tropicale constitue la zone test idéale pour valider ou remettre en question la pertinence des modèles informatiques mis en oeuvre par un grand nombre de laboratoires de climatologie de la planète qui contribuent aux rapports du GIEC. Ces modèles couramment nommés GCM (Global Circulation (ou Climate) Models) ont été raffinés au cours des années. Ils ont donné lieu à une série d'améliorations et de sophistications. La dernière version en cours s'appelle les CMIP-5 et ce sont les résultats de ces modèles les plus récents, utilisés dans le prochain rapport du GIEC (Sept. 2013, l'AR5), qui sont confrontés aux observations dans la suite de cette section.Comme on le sait, John Christy et Roy Spencer, tous deux oeuvrant pour la NASA, ont obtenu un prix d'honneur pour les remarquables services rendus par la mise au point des mesures satellitaires des températures atmosphériques à différentes altitudes. Ces deux chercheurs sont fréquemment auditionnés par les comités d'audit du Sénat et de la Chambre des Représentants US.C'est Roy Spencer qui a publié à plusieurs reprises les graphes préparés par son collègue John Christy qui, comme on s'en doute, et en tant que responsable des mesures des températures de l'atmosphère par ballons sondes et sondes satellitaires, dispose de toutes les données nécessaires pour effectuer des comparaisons entre les mesures de températures effectives et les projections des modèles informatiques tels les CMIP-5 pour les mêmes altitudes qui sont rendues disponibles sur les sites professionnels tels que le KNMI Climate explorer.Comme on peut en juger directement sur le graphique, la moyenne des modèles surestime actuellement le réchauffement de la troposphère tropicale d'un bon facteur 3 à 4. A noter également que le pic négatif représenté par les modèles après 1992, tient à l'estimation "modélisée" du refroidissement résultant de l'explosion du Pinatubo. Dans la réalité, celui-ci est assez peu visible dans les observations effectives, du moins dans cette zone de l'atmosphère.Le titre du billet de Roy Spencer qui présente le graphique de John Christy est explicite : "ENCORE uneéchec de dimension épique : Comparaison de 73 modèles climatiques avec les observations, avec une moyenne glissante de 5 ans."A noter que Spencer a publié un article dans le même sens dans le Financial Post. Celui-ci est intitulé : "Echec épique (NdT : homérique, retentissant) des modèles climatiques." Spencer pense que l'introduction systématique d'une forte rétroaction positive de la vapeur d'eau dans les modèles est responsable de cette divergence modèles/observations. D'autre part, on se souvient que c'est cette rétroaction supposée positive de la vapeur d'eau qui est responsable de l'essentiel du réchauffement climatique prévu par les modèles. De fait, l'effet direct (sans rétroactions) du CO2 ne serait que d'environ +1°C pour un doublement de la concentration dans l'atmosphère, donc très faible, voire négligeable, par rapport aux prédictions/scénarios informatiques qui pointent vers +2 à +5 ou 6°C. Les lecteurs de PU se souviennent sans doute que Richard Lindzen penche pour une rétroaction négative de la vapeur d'eau ce qui le conduit à prédire un réchauffement d'environ +0,6°C pour un doublement du CO2. A noter également que les observations de Christy/Spencer (et les suivantes au sujet du hostpot) sont cohérentes avec le modèle de Miskolczi.Rappels : De même, dans la partie haute de cette même zone tropicale, le "hotspot" manque toujours à l'appel.Commentaire: Les théories scientifiques doivent être validé par l'observation. Sinon est dans la religion ou la politique.
  9. climatoogue vs climatoseptique

    Voici les moyennes mobiles sur 5 ans pour la température de la moyenne troposphère tropicale (de 20S à 20N), avec sur le graphe un comparatif entre les prévisions de 73 modèles différents du GIEC et les observations par satellites (les petits carrés bleus) et par ballons (les petits cercles verts). Les modèles et les observations ont été tracées afin que leurs lignes de tendance 1979-2012 respectives se croisent toutes en 1979: Source: http://www.drroyspencer.com/2013/06/still-epic-fail-73-climate-models-vs-measurements-running-5-year-means/ S'il s'agissait de n'importe quoi d'autre que de climat, la communauté scientifique aurait déjà désavoué les modèles et remodelé sa conception du fonctionnement du climat. Mais il s'agit ici de science politisée, ce qui introduit un biais.
  10. climatoogue vs climatoseptique

    Un soleil très calme (j'avais prévenu) : Et des journaux étrangers qui pointent du doigt la pause de 15 à 16 ans dans le réchauffement et se demandent si tout ça n'est pas à revoir:- Dailymail (Mail On line) UK qui, le premier (le 12 octobre 2012), a publié un article retentissant sur cette affaire de "stagnation des températures". Cet article portait un titre provocateur " Le réchauffement climatique s'est arrêté il y a 16 ans, révèle un rapport du Met Office discrètement publié ...et voici le graphique qui le prouve. "- The Economist (journal réputé de Grande Bretagne) titre "Science du climat : Une affaire délicate" Sous-titre : "Le climat pourrait se réchauffer moins qu'on ne le pensait auparavant, en réponse aux émissions des gaz à effet de serre. Mais ceci ne signifie pas qu'il n'y a plus de problème." (...) "Durant les 15 années passées, les températures de l'air à la surface de la Terre ont stagné tandis que les émissions de gaz à effet de serre continuaient à progresser. Le monde a, en gros, ajouté 1000 milliards de tonnes de carbone dans l'atmosphère entre 2000 et 2010. Ceci représente environ un quart de tout le CO2 qui a été émis par l'humanité depuis 1750. Et pourtant, comme James Hansen, le chef de l'Institut Goddard de la NASA pour les études Spatiales, le fait observer : "la moyenne glissante sur 5 ans est restée stable pendant une décennie. (...) La divergence entre la hausse des émissions de gaz à effet de serre et les températures qui ne montent pas, constitue l'un des plus importants casse-têtes actuels de la science climatique."- The New York Times (US) : "Un changement de température". Justin Gillis, le journaliste (alarmiste) attitré du NYT sur ces questions, reconnaît (du bout des lèvres) que les plus récentes estimations de l'effet du CO2 sont à la baisse.- Reuters :" Les climatologues se battent pour expliquer le ralentissement du réchauffement." "Les scientifiques se battent pour expliquer le ralentissement du changement climatique qui a révélé des lacunes dans leur compréhension et qui défie la hausse globale des émissions de gaz à effet de serre. "- Der Spiegel (All.)"Les chercheurs se battent pour expliquer la pause du réchauffement."- Zeit (All.) : "A propos des surprises du réchauffement climatique". L'auteur, un supporter écologiste convaincu des théories du GIEC, fait dans l'humour. Il constate que le réchauffement s'est arrêté, se moque des prévisions alarmistes des scientifiques et de leurs explications "adaptatives". A ce propos, il écrit " Pour ce qui est de la science climatique, il semble qu'ils soient en mesure de s'en sortir quoiqu'il arrive.". Il se désole d'avoir fait confiance aux prévisions du GIEC et d'avoir acheté une maison en Uckermark (60km au Nord de Berlin) où il fait très froid alors que l'ex-chancelier Gerhard Schröder, sans doute moins inquiet, lui, en a acheté une au Sud de la Turquie... Il conclut : " Les ours polaires ne disparaissent pas, non, ils déménagent en Uckermark. Je ne suis pas climato-sceptique ; je suis désappointé."- Die Welt (All.) : "Des scientifiques nous avertissent de l'arrivée d'un prochain âge glaciaire ". (Dans l'ambiance du froid persistant qui a régné en Allemagne pendant cet hiver prolongé)- Deutsche Wirtschafts Nachrichten (All.) :“Les scientifiques se sont ridiculisés : le changement climatique ne se produit pas." Sous-titre : "La confiance dans la science du climat est ébranlée."Et la presse française me direz-vous? Ben rien... [Ce message a été modifié par Joël Cambre (Édité le 20-05-2013).]
  11. Supersceptique se sent acculé, c'est pour ça qu'il ne dit rien, car dit "zone habitable" veut dire y a de l'eau! Et qui de l'eau...
  12. climatoogue vs climatoseptique

    Voici ci-dessous une illustration de la divergence croissante entre les prévisions de 44 modèles informatiques utilisés par le GIEC pour prévoir les températures globales de la Terre futures et les observations. La ligne noire dans le graphe ci-dessous correspond à la moyenne de 44 modèles, et elle représente en gros ce que le GIEC utilise comme sa meilleure estimation officielle du réchauffement futur estimé. Les deux lignes rouge et bleue représentent les mesures par satellites des températures globales effectués par l'UAH (université of Alabama) et le RSS (Remote Sensing Systems). Le pic de température de 1998 correspond à un épisode El Nino exceptionnellement fort dans le Pacifique. Le creux de 1991 correspond lui à l'éruption du volcan Pinatubo (poussières rejetées dans l'atmosphère et refroidissement).Évidemment, il y a un important décalage entre les modèles et les observations, pour l'avenir, mais pas pour le passé, car là les modèles sont forts... Source (un travail du climatologue John Christy relayé par Roy Spencer): http://www.drroyspencer.com/2013/04/global-warming-slowdown-the-view-from-space/ Trois explications sont avancées pour rendre compte de ce décalage: 1- Les gaz à effet de serre n'ont pas l'impact prévu sur le climat. Explication des sceptiques. 2- Ce seraient les océans qui auraient capté la chaleur perdue, que les modèles prévoyait, mais qui n'est pas là. Un experts du GIEC (Trenberth). 3- Ce seraient les rejets d'aérosols dans l'atmosphère qui refroidiraient le climat. Certains experts du GIEC.Pour le faible impact du CO2, on n'a aucune preuve. Ni pour les océans (il y a débat) ni pour les aérosols (débat en cours). On n'en sait rien! Bref tout ça fait désordre et la faible activité du Soleil depuis le cycle 24 serait une autre piste: http://www.swpc.noaa.gov/SolarCycle/ On ne sait pas vraiment comment fonctionne le climat mais au lieu de l'avouer, ce qui serait honnête, le GIEC onusien et ses relais dans les médias s'autorisent quand même à faire et à annoncer des prévisions alarmistes sur 50 à 100 ans! Ainsi va notre monde de fous...
  13. C'est reparti pour la nouvelle Nuit de l'astronomie au Champ du Feu version printemps 2013! Après l'hiver sans soleil que nous venons de connaître dans le Nord-Est de la France, cela va faire du bien de retrouver le chemin des hautes Vosges, où hululent les cerfs, brament les lapins et chuchotent les hiboux. Non c'est pas ça, pas grave... Bref vous êtes invités par le Collectif pour la protection du ciel nocturne au Champ du Feu à venir nombreux partager ce moment de rencontre entre astrams d'Alsace, d'Allemagne, de Belgique, de Bourgogne, de Paris, du Ch'nord et et même de Lorraine... Les horaires sont les mêmes, venez dans l'après-midi le samedi 06 avril 2013, vers 16h00 ou avant si vous voulez, mais soyez si possible là pour 18h30-19h00 au plus tard car c'est à ce moment là que l'on fera la photo de groupe de tous les astronomes amateurs présents. Pour l'installation, les voitures seront rangées côté route et les instruments côté herbe, car cela permet au public de mieux vous voir et c'est préférable pour optimiser la place disponible sur le parking.L'ouverture au public aura lieu à 20h00, en gros au moment où le Soleil se couche. Soyez disponibles pour expliquer ce que vous faites aux visiteurs, souriants, sachant qu'à partir de minuit environ le public rentre chez lui et que les observations que vous avez planifiées pour vous peuvent commencer.SVP, laissez les lieux parfaitement propres avant de partir! La bonne humeur n'exclue pas le sérieux pour ce qui doit être fait et ce lieu naturel doit être respecté. Les organisateurs sont comme d'habitude en gilets jaunes, et l'accueil des journalistes éventuels se fait en haut du parking. En haut du parking une grande tente sera montée et un groupe électrogène (le seul autorisé sur le site), sera là pour alimenter un ordinateur et un vidéoprojecteur. Madame Agnès Acker, astrophysicienne à Strasbourg y proposera des conférences sur différents sujets d'astronomie, ouvertes au public et aux astronomes amateurs. C'est gratuit, comme toute la soirée d'ailleurs. En cas de mauvaise météo, la soirée sera annulée et ce sera annoncé la veille pour midi précises (le vendredi 05 avril donc), sur le site web du Collectif (voir ci-dessous). Le lien vers le site web du Collectif pour la protection du ciel nocturne au Champ du Feu où la soirée est annoncée en bas de la page d'accueil (version française et allemande)* : http://www.astrosurf.com/astrocdf67/ * Une version en chinois et même en lorrain est en préparation... Aïe non pas la tête... [Ce message a été modifié par Joël Cambre (Édité le 09-03-2013).]
  14. Grrr... Gilles c'est de ta faute, la plume et le goudron t'attendent... PS: Remarquez au fond de l'image, les nuages à l'Ouest, sur la Lorraine...
  15. Oui Thierry, ça se dégage en principe dans la nuit mais trop tard.
  16. La soirée est annulée! Météo de merde, on espère que le printemps sera plus favorable que l'hiver.
  17. Finalement on attend demain midi pour annoncer notre décision.
  18. On va faire une annonce ici et sur le site web ce soir au sujet du maintien ou pas de la soirée.
  19. climatoogue vs climatoseptique

    13 Mars 2013 : Parmi d'autres, voici trois publications rassurantes et récentes qui vont à l'encontre des affirmations avancées dans le Rapport AR4 du GIEC et reprises en boucle dans les médias.Source: http://www.pensee-unique.fr/news.html#cox Ces articles, dûment revus par les pairs et publiés dans des revues scientifiques réputées, (Journal of climate, Nature, et Geophysical Resarch Letters) concernent :A-Une analyse exhaustive de la hausse du niveau des mers durant le XXe siècle. Voici ses 3 conclusions: 1) La hausse du niveau des mers durant le XXe siècle a été pratiquement constante avec une accélération, si elle existe, indiscernable. Nous avons déjà évoqué cette question à plusieurs reprises dans cette page. En d'autres termes, l'augmentation du CO2, très notable à partir de la seconde moitié du XXe siècle, n'a pas accéléré la hausse du niveau des mers qui avait d'ailleurs commencé bien avant le XXe siècle.2) Le taux de fonte des glaciers "n'a pas été plus petit durant la première moitié du XXe siècle que durant la seconde" nous disent les auteurs. En d'autres termes, et du point de vue de la hausse du niveau des mers, l'augmentation de CO2 n'a pas accéléré la contribution de la fonte des glaciers.3) Les projections pour le futur de la hausse du niveau des mers "dépendent de l'existence d'un lien entre le changement climatique global et la hausse du niveau des mers", nous disent les auteurs mais selon ces derniers ce lien, s'il existe, est indiscernable durant tout le XXe siècle. Autrement dit, les modèles du GIEC pour le futur GMSLR reposent sur des hypothèses démenties par les observations.B-L'avenir de la forêt amazonienne et d'autres forêts tropicales que certains disaient en grand danger de disparition du fait des émissions de CO2 anthropiques. Résumé de la synthèse: "L'auteur principal, le Professeur Peter Cox de l'Université d'Exeter explique : Nous nous sommes battus pendant plus d'une décennie pour répondre à la question suivante "Est-ce que la forêt Amazonienne va disparaître à cause du changement climatique ?". Notre étude montre que le risque est faible si le changement climatique est associé à une plus forte croissance des végétaux du fait de l'augmentation du taux de dioxyde de carbone [...] PeterCox a déclaré que cette découverte a été un soulagement "Bien heureusement, l'effet des émissions de carbone est contrebalancé par les effets positifs de la fertilisation de la croissance des plantes par le dioxyde de carbone dans la plupart des scénarios du XXIe siècle, de telle manière qu'on peut s'attendre à ce que les forêts continuent à accumuler du carbone."C-L'aggravation supposée des sécheresses et des inondations. Résumé: La variabilité des précipitations pour le globe n'a pas évolué durant la période étudiée c'est à dire de 1940 à 2009. Autrement dit, l'augmentation (considérable) des émissions de CO2 dans l'atmosphère durant cette période n'a apparemment pas modifié la variabilité pluviométrique globale des continents de la planète, ni en termes de surfaces affectées, ni en termes de variations saisonnières.-Durant cette même période, on a assisté à une réduction des différences de pluviométrie entre les zones sèches et humides, c'est-à-dire à une redistribution telle que les zones et les saisons sèches deviennent plus humides et les zones et les saisons humides deviennent plus sèches. Ceci est "inattendu" selon les auteurs eux-mêmes et en opposition frontale avec les supputations alarmistes qui annonçaient que le réchauffement (anthropique) conduirait à une aggravation de la situation des zones désertiques et des zones inondables.A noter que constatant les divergences entre les modèles et les observations, les auteurs spéculent (c'est leur mot) sur l'intervention possible des aérosols. L'effet réel des aérosols qui est peu ou mal compris (comme celui des nuages) avait été également invoqué pour tenter d'expliquer pourquoi la température du globe avait baissé de 1945 à 1976 alors que le taux de CO2 atmosphérique avait augmenté.==>> Commentaire: On verra si le prochain rapport du GIEC tient compte de ces études iconoclastes...PS: ... et ça fait à présent 16 ans (depuis 1997) que les températures globales n'ont pas connu de progression statistiquement significative... Alors que le taux de CO2 continue à monter comme avant. Source: http://www.climate4you.com/ [Ce message a été modifié par Joël Cambre (Édité le 31-03-2013).]
  20. quote:... j'espère que tu n'auras pas thor...Fais-nous ce plaisir et n'écris plus rien sur le climat pour conjurer la susceptibilité de certaines divinités! Ah ah, bien vu pour le thor euh le canard... Pour la météo on a froid mais c'est dû au réchauffement climatique paraît-il... On nous prend vraiment pour des couillons quand même, et ils feraient mieux d'avouer que depuis 16 ans (1997) les températures globales n'ont pas bougé statistiquement! Sinon d'après les prévisions météo du moment il fera probablement assez beau mais on va se les cailler sévère au CDF samedi avec un léger vent de Nord-Est réfrigérant! Apportez les vestes matelassées en plumes de canard de... thor...
  21. Fera beau, bô, bault, boh...
  22. Put... ça y est, le voilà le Gilles... Grrr... Voilà ce qui arrive quand on parle de neige à tort et à travers!
  23. On n'est pas monté au CDF car les routes risquaient d'être verglacées et pour ma part je ne voulais pas abîmer ma zolie voiture, tout ça pour une malheureuse comète, basse sur l'horizon, au nom bizarre, et à la queue rikiki. Sans compter un mythique canard d'Ankhor que je n'ai jamais vu et dont je doute de l'existence!
  24. Vendredi soir nous étions 5 courageux astrams de Galilée Alsace, perchés sur une colline sous-vosgienne, pour voir la comète et on l'a vue! On l'a vue certes, mais c'était pas grâce aux nuages bas persistants qui couvraient le sommet des Vosges vers l'Ouest, vers la Lorraine... Si vous voyez ce que je veux dire... [Ce message a été modifié par Joël Cambre (Édité le 17-03-2013).]
  25. Nos voisins Teutons ont leur "Taubensuhler Astronächte"? Dans ce cas en effet... Voilà que notre barde mirabellé des collines spongieuses de Lorraine se met à prier le Canard de Thor à présent... Un canard que je n'ai toujours pas vu d'ailleurs, je me demande s'il existe au fond?