PascalD

Member
  • Content count

    6868
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2
  • Last Connexion

    Soon available - 40535

Posts posted by PascalD


  1. Il y a 17 heures, Superfulgur a dit :

    Tenez, un apophtegme, méconnu, de Lao Tseu : mince, je l'ai oublié, je reviens dès que je me rappelle.

    Il y en a un qui évoque la lune, ou bien fait une allusion anatomique (la transcription du chinois traditionnel est parfois ambigüe), mais ce n'est peut-être pas de celui-là qu'il s'agit.

    • Like 1

  2. Il y a 16 heures, jackbauer 2 a dit :

    Cela a semé la graine d’un programme appelé Demonstration Rocket for Agile Cislunar Operations (DRACO). L’armée était intéressée à déplacer efficacement les charges utiles autour de la Terre et de la Lune, d’où l’inclusion de la cislunar.

    Tiens donc. Quel genre de charges utiles ? le texte reste évasif...

    Nul doute que rien ne pourrait aller de travers, étant donné le commanditaire...

     

    Entre ça et le rayon de la mort, pardon la centrale solaire, de l'espace, je trouve que nos amis les militaires nous préparent un avenir radieux. Enfin irradié. Bref, je sais pas si je suis clair.

     

    • Like 1
    • Haha 4
    • Sad 1

  3. il y a une heure, VNA1 a dit :

    Bonjour, faut s'arrêter de servir des mots "grand public" parce que ça engendre une certaine méfiance ou complot!

    Non, pas de complot. Mais simplement, des impératifs de communication: Présenter une image scientifique dans le cadre d'une communication qui s'adresse à des non spécialistes, ça ne sert à rien car pratiquement personne ne sauralt l'interpréter. 

    Etant donné qu'elle n'est pas destinée à faire de la science, rien ne s'oppose à ce que l'image soit le plus esthétique possible, sans pour autant trahir la réalité.

    Sans compter que ça évite que des petits malins l'utilisent pour contourner un embargo quand il y en a un (cf Bicep2)

    • Like 4

  4. Oui, enfin là l'"IA"  se limite à appliquer une technique statistique (l'analyse des composantes principales) à partir des données de modélisation d'une part, et de l'EHT d'autre part.

    C'est très différent des algorithmes génératifs genre Midjourney ou Dall-e qui fabriquent des images synthétiques à partir d'une vague description textuelle et d'un tas d'exemples.

     

    ça va sans dire, mais il y a tellement de marketing en ce moment autour de ces trucs qu'il ne me semble pas inutile de le préciser.

     

     

    • Like 6

  5. Intéressant. L'image "officielle" est celle de droite, pas celle du centre Celle du centre est un modèle paramétré par les données de l' EHT mais calculé avec une résolution supérieure à celle de l' EHT; donc avec des détails "inventés" qui n'ont aucune chance d' être dans les données d'origine.

    Il est intéressant de noter que la structure de la zone brillante au Sud varie pas mal selon les choix de paramétrages: 

    Citation

    The extended feature toward the bottom of the fiducial image is present in several of the fits in Figure 4, but is not robust to changes in the number of PCA components. The bottom row of Figure 4 shows three example images randomly drawn from the top 50th percentile of the MCMC chains of the fiducial reconstruction. The relative brightness of this feature is different between these images, indicating a significant uncertainty. Although this feature may be real, and would be consistent with features commonly seen in simulations, it is not required by the data. The relative brightness of the brightest part of the ring and its position angle are also weakly constrained. This uncertainty arises from the sparse baseline coverage of the 2017 EHT array, which makes constraining the precise azimuthal structure challenging (see, e.g., Figure 3 of Psaltis et al. 2022 and the accompanying discussion). 

    image.png.f28d6b105c095b526adca2d6305d3deb.png

    Citation

    Figure 4. (Top) Comparisons of highest-posterior PRIMO images with total flux equal to 0.5, 0.6, and 0.7 Jy. (Middle) Comparisons of the highest-posterior images using only 12, 14, and 18 PCA components. The morphology of the image is robust to changes in total flux and the number of PCA components. (Bottom) Example images randomly drawn from the MCMC steps of the fiducial chains with flux of 0.6 Jy and 20 PCA components. All three example images have posteriors that are in the 50th percentile.

     

    • Like 1
    • Thanks 1

  6. Il y a 11 heures, vaufrègesI3 a dit :

    Dans ce cadre le passé et l’avenir sont d'abord des représentations de notre esprit, sans réalité propre et objective, et il n’y a de passé et d’avenir que par un PRÉSENT.

    Mais, 

     

    Il y a 11 heures, heliescope a dit :

    Et encore faudrait-il savoir ou se trouve le présent. si je regarde à un kilometre, je vois qqe chose qui s'est produit, certes dans un passé proche, il y a environ 1/300 000ème de seconde, mais c'est déjà du passé.

    Et donc, le présent également est avant tout une construction de notre esprit, sans réalité propre et objective. Le seul concept un peu pertinent est l'événement, qui est un point dans l'espace-temps à 3 dimensions spatiale et une dimension temporelle.

    Dans ce cadre le "présent" de notre esprit est un volume à 4 dimension qui dure quelques centièmes de secondes et occupe environ 1 dm3.

    • Like 3

  7. Le 31/03/2023 à 14:33, frédogoto a dit :

    Nous savons que l'Energie c'est de la masse et inversement

    Pas vraiment. My 2 cents:

     

    En physique (du moins, en physique connue),

    Le temps est l'une des coordonnées (avec les 3 autres, spatiales, permettant de définir une distance spatiale) utilisée pour décrire les phénomènes physiques. La RR et la RG les traitent sur un pied d'égalité (il n'existe pas de système de coordonnées privilégié dans lequel la coordonnée temps aurait un rôle différent des 3 autres coordonnées). On appelle ce truc à 4 dimensions l'espace-temps.

     

    D'autre part, à un niveau plus fondamental parce que ça marche aussi pour les cas où la masse est nulle,  l'énergie est l'invariant qui découle de la symétrie des lois physiques par rapport au temps: Si on inverse la flèche du temps (la plupart) des lois physiques restent les mêmes. 

    Chaque fois qu'une loi  présente une symétrie aussi tordue soit-elle (par exemple, les symétries de jauges ne sont pas intuitives), on peut définir un truc qui garde toujours la même valeur quoi qu'il arrive (un invariant). C'est mathématique ( théorème de Noether ).  L'énergie est l'un de ces trucs-là, mais c'est pas le seul.

     

    Au niveau fondamental, les lois physiques décrivent l'évolution dans l'espace-temps de champs (quantiques pour certains), c'est à dire de trucs qui s'étendent dans tout l'espace-temps. Les champs quantiques se "manifestent" sous forme de particules (qui sont des régions de l'espace-temps dans lesquelles le ou les champs prennent des valeurs particulières). Ces particules se propagent (changent de coordonnées) selon les lois d'évolution des champs. Certaines particules peuvent garder les mêmes coordonnées spatiales, i.e. ne pas bouger, par rapport à l'observateur: on dit qu'elles ont une masse.

    La RG vient rajouter une dose de complexité supplémentaire en considérant l'espace-temps lui-même comme un truc dynamique qui est déterminé par l'énergie qui s'y trouve. Donc le G du titre est un truc un peu à part... 

     

    Pour simplifier outrageusement comme un sauvage: la masse c'est l'énergie des trucs qui ne bougent pas. 

    Donc oui, énergie, masse, temps, et distance, sont liés. Mais ce n'est pas la même chose.

     

    Le vide est une configuration particulère des champs dans laquelle il n'y a aucune particule (ce qui veut dire que le vide, ce n'est pas "rien": il reste les champs, qui sont tous à leur niveau d"énergie le plus bas).

     

    Du coup on peut interpréter:

    Le 31/03/2023 à 14:33, frédogoto a dit :

    j'en suis venu à me dire que le temps, c'est le cylindre  évoqué plus haut : une manifestation d'un phénomène global vu par le prisme réducteur de notre esprit

    comme:

    "j'en suis venu à me dire que le temps est la manifestation d'une symétrie des lois physiques". Ce qui me semble exact, quelque part.

     

    Ceci posé: 

    Citation

    dans un univers sans aucune masse (simple expérience de pensée) le temps existerai t'il ?

    ça dépends de ce qu'on appelle "masse". Si '"aucune masse" veut dire "aucune matière", c'est à dire "aucune particule", i.e. "le vide" alors la réponse est oui (cf l'exemple de Bruno). Il reste les champs, qui évoluent dans l'espace-temps, et pas toujours en restant au niveau fondamental (le vide ne reste pas vide). 

     

    Si 'aucune masse" veut dire "le néant, ni particule ni champs", alors la réponse est non : pas de champ, pas de lois physiques. Pas de lois physiques, pas d'invariants, pas d'énergie, pas de masse, pas d'espace-temps. Nada. Zenzen.

    • Like 5

  8. Depuis il y a eu BICEP3, qui semble-t-il a définitivement éloigné les perspectives de nobélisation par première validation observationnelle des scénarios les plus simples d'inflation ... https://arxiv.org/abs/2110.00483

    J'imagine (j'espère) qu'ils ont été plus prudent cette fois-ci ? La conclusion, si je comprends bien, est que le bazar n'est pas assez sensible pour trancher sur l'existence ou non de mode B primordial (dû, selon les scénarios d'inflation, aux OG générées par l'évolution du champ responsable de l'inflation), et qu'ils espèrent un résultat plus probant dans les années qui viennent. Mais comme je ne pige pas 1/10eme de ce qu'ils racontent, j'ai peut-être mal compris.


  9. il y a 20 minutes, JPP 78 a dit :

    Enfin, j'ai du mal à comprendre que l'on soit ou ait été un scientifique membre du CEA, un ex collaborateur du sérieux " Ciel et espace" et que l'on puisse représenter "le summum de la guignolitude"...

    Les êtres humains n'étant pas des machines, ça ne me paraît pas absurde à priori que quelqu'un de brillant dans un domaine puisse raconter n'importe quoi dans un autre. 

    Et Ciel & Espace, c'est pas Nature ni Astronomy&Astrophysics, non plus.

    Après "summum de la guignolitude" c'est subjectif et un peu ad hominen. Factuellement, on peut seulement constater que la contribution des publications de JMBB au domaine de la cosmologie est voisine de zéro.

    • Like 8
    • Love 1

  10. C'est sûr qu'avec l'IA ils vont trouver quelque chose. 

    Parce que c'est comme ça que fonctionne l'IA actuelle: tu lui donnes du bruit en entrée, elle te ponds l'image d'Einstein en train de travailler sur le paradoxe EPR.

    Donc là si l' IA est entraînée pour repérer les matinales de France Inter, par exemple, et bien on va découvrir que sur M31 Lea Salamé tient une chronique, ça c'est sûr.

     

    J'exagère, hein. Mais à peine.

     

    Y'a un peu trop de marketing autour de l'IA en ce moment, la redescente va être brutale.

    • Like 5
    • Haha 1

  11. il y a 12 minutes, dg2 a dit :

    Ils sont où les articles de cosmologie

    Factuellement, dans la liste, il semble y en avoir exactement 1 (en 2016): https://arxiv.org/abs/1701.01017

     

    Le seul truc qui a l'air un peu profond dedans, c'est le puits du proverbe chinois sur la grenouille...

    Citation

    As the Chinese saying goes, " The frog at the bottom of a well measures the extension of the sky with respect to the border of the well."

     

    • Like 1
    • Haha 3

  12. D'après ça : https://arxiv.org/pdf/2302.10472.pdf , si j'ai bien compris et qu'il n'y a pas d'erreurs dans l'article, qui étudie une lentille "dynamique" i.e. qui émets des ondes gravitationnelles, par exemple constituée de 2 trous noirs couplés gravitationnellement : 

    - Oui, ça dépends de la direction de propagation de l'onde gravitationnelle.

    - ça entraine 3 phénomènes lorsque les photons de la sources sont perturbés par le passage de l'onde: 

    * une courbure de la trajectoire des photons (qu'on observe aussi pour une lentille gravitationnelle statique)

    * un décalage temporel à l'arrivée (qu'on observe aussi pour une lentille gravitationnelle statique, cf la remarque de Superfulgur plus haut)

    * une augmentation du redshift (qui ne se produit pas, je crois, dans le cas d'une lentille gravitationnelle statique)

     

    Les auteurs font un calcul numérique en prenant l'exemple d'un système de 2 trous noirs de 1010 masses solaires chacun, et trouvent des pouillièmes très très très très difficilement mesurables au mieux, et non mesurables au pire.

     

    • Like 1
    • Thanks 1