PascalD

Member
  • Content count

    6868
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2
  • Last Connexion

    Soon available - 40535

Posts posted by PascalD


  1. ma calculatrice prétends aussi que 1+2*3  = 7.

    A mon sens y'a que pour l'interpréteur APL que 1+2*3 donne autre chose que 7. Pour lui ça fait 9.

    (par contre  1 + 2 × 3 fait bien 7 , mais pas à cause des priorités, juste parce qu'il évalue de droite à gauche)

     

    Si vous me croivez pas essayez:

    https://tryapl.org/

    • Like 1

  2. il y a 2 minutes, alx a dit :

    La vraie question est de comprendre pourquoi.

    Disons que c'est la question que devraient se poser les profs (ici, de math).

    C'est de la psycho, et perso (pour avoir eu une fille allergique aux maths) je trouve que c'est vraiment pas facile.

    Des trucs qui paraissent évident à certains sont complètement incompréhensibles à d'autres. 

    • Like 3

  3. Il y a 2 heures, George Black a dit :

    Un exercice qu'a eu à traiter mon fils. C'est de niveau CM2/6ème :

    Je trouve ça un peu hard pour du CM2 / début 6ème. On fait déjà de l'algèbre en CM2 maintenant ? Il me *semble* qu'avant fallait attendre le collège pour voir arriver les équations à une inconnue.


  4. il y a 31 minutes, George Black a dit :

    Bref, on ne sait pas encore si la gravitation a réellement un lien avec les 3 autres forces, où si on est en train de chercher à unifier des trucs qui n'ont rien à voir !

    En même temps pour espérer décrire les trucs très compacts genre trou noir ou big bang va bien falloir les faire cohabiter...

    • Like 1

  5. Il y a 8 heures, George Black a dit :

    Faire preuve de pédagogie ne doit pas passer par l'usage d'explications erronées ! D'autant plus qu'elles induisent des conceptions initiales fausses qui rendent particulièrement difficiles les apprentissages ultérieurs !

    Oui c'était l'approche de Feynman par exemple. Mais ça c'est très très difficile, alors on peut comprendre que la plupart des enseignants (ils ne sont pas tous prix nobel de physique, et je soupçonne certains des miens de ne pas avoir eu une maitrise approfondie de certains sujets traités en cours ...) de se laisser aller à la facilité consistant à tordre un peu l'explication pour qu'elle soit plus "acceptable" par le public visé, en concluant parfois (pas toujours! seul les plus honnêtes faisaient ça) par "ce que je viens de raconter est un peu faux, la véritable explication vous l'aurez plus tard si vous continuez vos études". L'autre attitude étant de dire "on admettra que" sans aucune forme de justification.

     

    Ce genre de trucs, je l'ai entendu plus d'une fois. 

     

    Je me demande si cette seconde attitude n'est pas encore pire...

    Au moins la première approche a le mérite de "faire sentir" que la vérité en science ça n'existe pas, le mieux qu'on puisse faire c'est essayer de se tromper de telle sorte que  l'explication soit la moins fausse possible.

     

    Les cours de physique, pour des raisons d'efficacité, déroulent le programme comme si il n'y avait jamais eu de théorie fausse.

    C'est oublier un peu vite qu'avant d'avoir une explication qui tient la route, on en avait d'autres qui se prenaient le platane au premier virage un peu sec...

    • Like 2

  6. Il y a 2 heures, Alain MOREAU a dit :

    Comprendre reste la seule façon d’accéder à une véritable connaissance.

    Oui mais comprendre la physique c'est toujours admettre des trucs (les principes).

    Principes qui se sont avérés faux dans le détail. Ceux qui les remplacent sont faux aussi (la théorie qui les remplace ayant réussi l'exploit de s'auto falsifier).

     

    PS: y'en a des trucs qui ont disparu des programmes depuis que j'ai usé les bancs de l'école. Après y'a surement des trucs qui n'étaient pas au programme à l'époque et qui s'y sont invité ?

    PPS: Quand j'étais sur les bancs de l'école, la force centrifuge (et de Coriolis) s'invitaient quand on étudiait un système dans un repère non galiléen. C'était pratique pour ne pas avoir a introduire des accélérations qui ne correspondaient à rien dans le repère choisi. Mathématiquement, on sait bien que c'est juste passer le terme m.a dans le cas de la force centrifuge (ou un truc plus compliqué avec un produit vectoriel dedans dans le cas de Coriolis) de l'autre côté du signe = , pas de quoi en faire un fromage.

    "Physiquement", tous les systèmes de coordonnées se valent, "galiléen" ou pas,  l'espace-temps n'est pas toujours plat, et ni la force de gravitation ni la force centripète ni la force centrifuge n'"existent" (ici exister prends le sens de : faire partie des concepts nécéssaire à la théorie).

    "en pratique", c'est rare que ça serve, et on fait ce qu'on veut, dans les situations courantes je ne vois pas pourquoi on s'interdirait de faire appel à un ou plusieurs de ces trucs qui "n'existent pas".

    • Like 1

  7. Il y a 2 heures, Bretoc a dit :

    Primo

    Y'a une armée dans l'espace ? Je savais pas.

    Il y a 2 heures, Bretoc a dit :

    Secundo

    OK pour la com'. Rien à redire là dessus.

    Il y a 2 heures, Bretoc a dit :

    Tertio

    Pas vraiment. Je connais plein d'ingénieur(e)s qui sont avant tout des ingénieur(e)s et pas du tout des scientifiques (au sens chercheur/chercheuse).

    Il y a 2 heures, Bretoc a dit :

    Quarto

    Oui. C'est curieux la proportion élevée de militaires dans l'espace. Comme le fait remarquer Superfulgur, il doit y avoir des critères qui ne sont pas trop médiatiques (capacité à ne pas paniquer quand la moitié du véhicule explose pendant la mission, absence de claustrophobie, tolérance aux couches pour adulte, maitrise de la prise de parole au retour, etc etc. Critères qui peut-être sont plus souvent rencontrés chez ceux qui font partie de la grande muette. Je sais pas.)

    • Like 2

  8. Il y a 4 heures, Superfulgur a dit :

    Le profil de Sophie Adenot m'intrigue

    Pourtant la photo est de face.

    Blague à part, c'est vrai que c'est curieux. On aurait plutôt imaginé une scientifique (parce que comme T.P. le répète, on va dans l'espace pour faire de la science) ou bien une photographe (pour faire de belles photos de la Terre et, pourquoi pas, de la Lune) ou bien une actrice-réalisatrice-journaliste, enfin quelqu'un des médias, ou mieux Ségolène Royal (pour faire la com' et expliquer que l'espace, c'est Green).

     

    Mais une ingénieure de l'armée de l'air je pige pas, vu que y'a pas d'air dans l'espace. 

     

    Ou alors la fusée est pas au point et il faut quelqu'un de compétent pour réparer le bazar en cas de pépin ?

    • Like 2

  9. il y a une heure, jfleouf a dit :

    Si on fait un modèle qui prédit qu'il y aura 2 milliards de quetta individus sur la Terre dans 1000 ans, il doit y avoir un problème avec le modèle. 

    ... Et à fortiori, si un modèle prédit qu'il y avait un quetta individus sur Terre il y a 3000 ans, il y a un gros problème avec le modèle.


  10. il y a 54 minutes, Alain MOREAU a dit :

    Je trouve assez inquiétant qu’on laisse une personnalité aussi dangereuse prendre autant de pouvoir sans opposer à ses ambitions conquérantes un minimum de garde-fous et de régulations.

    C'est culturel. C''est une partie de l'American Dream.

     

    Quand son alter-ego péroxydé va revenir s'asseoir dans le bureau ovale, tu auras d'autres raisons de t'inquiéter.

    • Like 3

  11. pfffff.

    Tout le monde sait que c'est la mémoire de l'air qui est en cause.  L'enveloppe est un simple contenant neutre, comme les flacons de bidules homéopathiques.

     

    D'ailleurs, je me demande si les remèdes homéopathiques ne marcheraient pas encore mieux si les flacons ne contenaient que de l'air. Le sucre, ça doit perturber l'électromagnétisme de la dilution non?

    En plus ça simplifierait pas mal la fabrication.


  12. Il y a 2 heures, George Black a dit :

    On a une arme antipersonnel et de destruction de dispositifs électroniques et électriques, voir incendiaire.

    J'imagine que ça a traversé l'esprit d'un certain nombre de militaires de la Space Force (je parle pas de la série avec Steve Carrel et John Malkovich)...

    A votre avis, y'a combien de ce genre de trucs (ou similaire) qui tournent déjà au dessus de notre tête ?

     

    • Like 1

  13. Il y a 9 heures, Superfulgur a dit :

    Alors j'ai parlé avec une professionnelle de la profession, Sarah Antier : le GRB serait bien un jet collimaté (moins de 15 degrés) de supernova

    Et donc, en supposant qu'en fait il y a 2 jets symétriques, ça veut dire qu'on en détecte environ au plus  1 sur 12 ? Par rapport à la fréquence des supernovae, ça colle ?

    Ou bien, une fois de plus, mauvais calcul, rembarré ? 


  14. Bon, alors curieusement (pour moi qui suis pas un spécialiste):

     

    Quand on interroge le catalogue Milliquas (The Million Quasars Catalog, excusez du peu. En fait c'est même pas vrai ça en recense qu'environ 800000),

    et qu'on lui demande

    * combien il y a de candidats QSO-like avec une probabilité de plus de 99%,

    * dans un rayon de redshift 0.016 autour de nous,

     

     la réponse n'est pas 42 mais 32 !

    image.png.081e9c8b23016c0d2c3bd0775a90b184.png

     

    Evidemment à cette distance faiblarde le machin n'est pas quasi stellaire, et (à part NGC4117, et encore) leur magnitude est pas spectaculairement brillante, mais bon, des noyaux actifs de galaxie dans notre "voisinage" immédiat y'en a 32, c'est quand même pas rien !

    Du coup, puisqu'on a "plein" de quasars à côté de chez nous, où sont les GRBs proches ?

     

    Selon le seul catalogue que j'ai trouvé (qui date de 2016), y'en a pas des masses... 7 connus avec un redshift <0.1 ...

    Après il y a un paquet de GRB dont on ne connait pas le redshift, et comme le disait Superfulgur, c'est un domaine récent, et le catalogue date un peu, donc ça ne veut peut-être rien dire.

    image.png.c5fb56335a09ceefa578af84b8df214f.png

     

     

     

    • Like 3

  15. Quand même, je me demande ...

     

    Le fait qu'on en détecte pas de proche, et que les chroniques des anciens observateurs ne font pas états de machins similaires,  ça vient du fait qu'on a pas de bol (ou du bol que ça soit pas trop près, question de point de vue) ou bien que les progéniteurs de ces trucs là ont une durée de vie et des conditions de formation trop contraintes pour être encore là "approximativement de nos jours" (i.e. à l' intérieur d'un volume d'une centaines de milliers d'années-lumière cube) ?

     

    J'imagine que le faisceau de gamma est un poil collimaté, et donc qu'on en rate un sacré paquet, et donc qu'ils surviennent beaucoup plus qu'une fois par jour à 0.15 <= z <=6, non ?

    • Like 3