Christophe Pellier

Member
  • Content count

    13611
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    22
  • Country

    France

Everything posted by Christophe Pellier

  1. Superbe cette animation ! Je ne pense pas que ce soit le même phénomène. Ici ce qu'on voit au "mieux" ce sont des nuages qui enflent en toute fin d'après-midi. Mais c'est un phénomène normal. Les nuages de haute altitude ont un comportement différent. Par contre, je suis d'accord pour dire qu'on voit bel et bien des phénomènes d'ombres et en soit c'est une très belle observation ! Je ne crois pas non plus que ces fameux nuages soient des phénomènes convectifs. De toutes façons, il faudrait vérifier mais ils doivent être loin au-dessus de la couche convective.
  2. Sol'Ex du 27/03/2022 en multi longueurs d'onde

    Superbe série. Je ne me souviens pas d'avoir vu des images dans les premières raies de l'hydrogène, ce n'est pas courant je pense... (mais je ne regarde le solaire que de loin)
  3. Ca peut en effet être un autre candidat. Voici un bout d'une de mes planches du 4 septembre (inédite, super seeing...) où on voit deux structures suspectes, même si c'est moins flagrant que le truc du 17 novembre. La structure au nord ressemble pas mal à la tienne. Néanmoins ces détails n'ont pas été retenus pour l'étude. De mon côté je pense que c'est un phénomène identique, mais comme dit plus haut tout le monde n'était pas d'accord.
  4. Hello Polo, ce n'est pas faux, et je l'aurais fait en temps normal... sauf que là j'étais déjà engagé dans un projet scientifique, et qui dit volonté de publication dit également embargo et discrétion ! C'est aussi une question de respect vis à vis des chercheurs impliqués.
  5. Hello Daniel, il faudrait que tu pousses le gamma comme je l'ai fait sur ma planche pour mieux voir. Sur ton animation bleue du 6 septembre, il y a peut-être quelque chose, mais c'est encore collé au disque. Les 3 et 4 septembre, Emmanuel et moi (encore !) on a photographié un nuage curieux qui pourrait être un candidat (mais on n 'était pas tous d'accord dans l'équipe). Pour le 16 novembre si tu parles de la petite virgule blanche en bas c'est certainement un nuage classique H2O. Merci Christian, Vlaams et Chris, Michel, Si, c'est lui ! Bravo Michel, je n'avais pas vu. L'heure correspond à ma première image UV, où on le voit également.
  6. Merci Peter, Martin, deep impact et Polo ! Merci Stéphane, Non il était totalement invisible au moment des captures. Par contre, le travail de recherche des fameuses aurores était en cours depuis 2018, ce qui m'a amené à toujours porter une attention particulière à d'éventuels détails faibles sur le terminateur, du coup j'augmente toujours le niveau des images pour vérifier. Donc je ne l'aurai pas raté - même si au plus fort de sa luminosité (variable sur un laps de temps très court), il aurait été visible même sans augmenter la luminosité de l'image...
  7. Les astronomes, ces affreux pollueurs...

    Je partage, il y a quelques mois je me disais que c'était hallucinant de voir à quel point l'Allemagne vendait sa liberté à la Russie pour du gaz sans réagir... Encore que ce "problème", là, il peut encore avoir une chance de diminuer à court terme. Si on attend une catastrophe de cette ampleur au niveau du réchauffement climatique pour réagir (et c'est exactement ce qu'on fait), pour citer Jancovici, "la seule certitude qu'on aura, c'est que ce sera encore pire plus tard"
  8. Les astronomes, ces affreux pollueurs...

    Oui, sauf que ce raisonnement en "saucissonnage" peut être étendu à l'infini. Si tel petit groupe est insignifiant, alors celui d'à côté l'est également, ainsi que celui d'encore à côté, ... et au final, personne n'a envie de faire des efforts parce que ce sont toujours "les autres" qui émettent le plus. Même les plus gros émetteurs objectifs ont beau jeu d'expliquer qu'historiquement, ils ne sont pas les plus responsables des émissions de GEF stockés dans l'atmosphère et qu'ils ont, eux aussi, "le droit de se développer", ce qui, d'un point de vue moral est exact, mais est-ce que les lois de la physique ont quoi que ce soit à f. de la morale des Hommes ? Bref, il y a encore un an j'aurais répondu en disant que de tout façons, tout le monde sans exception doit faire des efforts, sauf que, les récents développements de l'histoire humaine montrent que le combat pour conserver le monde tel qu'on le connaît est d'ores et déjà perdu, tant le coût à court à terme apparaît exorbitant. On ne va rien faire, sauf trop tard (comme pour le covid... comme pour l'agression russe...), parce que c'est dans notre nature, donc autant prévoir le coup d'après en se demandant comment on va pouvoir gérer les chocs qui viennent. Si on est capable de penser aussi loin, ce dont je doute.
  9. Uranus dans les rouges

    Le contraste sur Uranus s'accroît quand on monte dans l'IR à cause de l'absorption méthane. La différence de luminosité entre les deux "parties" est supérieure après 800 nm. En fait, avec le 642, le contraste est bon, mais pas au maximum.
  10. Uranus dans les rouges

    J'ai donné l'explication dans l'article le vert ne peut pas être réglé à la même hauteur que les autres, il plafonne à 50%. Donc si on veut une image en n&b à l'acquisition, R et B doivent plafonner à 75. Au-delà, la teinte redeviendrait pourpre. Ce n'est pas un problème en soi, il suffit de corriger ensuite au traitement. En fait au moment de la copie d'écran, j'étais avec un des RC500 AstroQueyras, au foyer (seeing bien pourri malheureusement), j'avais donc limite trop de flux et pas besoin de pousser le gain Pour le 642, il vaut mieux ne pas trop tenter de parfaire à l'acqui une balance neutre. Ca ferait diminuer considérablement le gain rouge. il vaut mieux laisser l'image un peu rouge, et corriger ensuite au traitement.
  11. Uranus dans les rouges

    Oui mais j'allais dire, la surbrillance du pôle, c'est un détail, hein et qui apparaîtra moins bien si la réso diminue. Sinon, voilà un graphique vite fait qui inclue le spectre de la planète (Uranus, mais Neptune c'est presque pareil), avec la transmission du 642, pour chacune des 2 caméras. Le spectre est plus complexe que celui de Jupiter et il peut modifier le résultat. La comparaison pour moi, tendrait à montrer que la luminosité obtenue serait relativement égale entre les deux caméras ; mais que la 462 offrira plus de poids aux grandes longueurs d'onde. On peut donc s'attendre à une légère baisse de la réso, mais une augmentation du contraste.
  12. Uranus dans les rouges

    Ah oui, si tu as les deux autant voir par toi-même
  13. Uranus dans les rouges

    Le pôle est bien là, bravo Et bien c'est un dilemme car on pourrait en conclure l'inverse... c'est bien parce que les détails sont difficiles à avoir qu'il vaut mieux privilégier la résolution, et donc le capteur n&b ! Je n'ai pas eu l'occasion de faire la comparaison sur Uranus mais clairement je préfèrerais la 290 à mon avis, avec des filtres comme le 610 ou le 642. Sinon la 462 sera très bien pour faire des images en couleur, n'oublions pas, avec là une bien meilleure résolution, et quand même l'espoir d'avoir des détails...
  14. Salut à tous, Je viens de terminer de publier sur mon blog une série de trois articles consacrés à l'utilisation du capteur IMX462 couleur, pour le planétaire infrarouge, nourris par mon expérience sur Jupiter l'année dernière. Je vais appeler ça ma trilogie sur l'IMX462 Le but, définir précisément quels sont les avantages du capteur pour cet usage, les limites (il y en a), et échaffauder quelques conseils pratiques d'utilisation ! L’IMX462 pour l’imagerie planétaire infrarouge: mon expérience (I) Où je remarque sans surprise que le capteur est une vraie bête pour l'imagerie méthane des planètes gazeuses, mais tout aussi excellent pour des filtres IR profonds sur la partie monochrome du capteur (850, 1 micron...) L’IMX462 pour le planétaire infrarouge (II) : moins efficace avant 750 nm Le deuxième article explore l'utilisation de filtres IR sur la partie non monochrome... et constate qu'il y a une perte de résolution, dans ce cas précis, à cause de la matrice de Bayer qui force la bande passante effective à se décaler vers l'infrarouge. Conclusion: si on dispose d'une bonne caméra monochrome, il faut mieux continuer à utiliser des filtres comme les Baader 685 ou Astronomik 642 avec cette dernière... L’IMX462 pour l’imagerie planétaire infrarouge (III) : régler sa caméra Et dans le dernier article, je pose quelques conseils pratiques d'utilisation: est-ce que l'ADC est toujours nécessaire, comment régler la balance des couleurs. Bonne lecture il y aura un compte-rendu également dans Astrosurf magazine, où j'essayerai de mettre quelques infos et tests supplémentaires.
  15. Non, à ma connaissance seul John Boudreau a fait cette opération. Je doute que ça change quoi que ce soit, dans le spectre visible la transmission du hublot est certainement neutre.
  16. Le mystère est résolu. Ce sont les propriétés photométriques du sol de la planète qui créent le phénomène de "blue clearing" qui n'est en réalité qu'un effet d'opposition, les déserts rouges de Mars devenant relativement plus brillants dans le bleu que les plages sombres à ce moment-là - ce qui fait apparaître ces dernières. C'est comme pour Saturne, quand les anneaux deviennent plus brillants que le globe pendant quelques jours.
  17. Ok, du coup tu as une 462, et tu voudrais éviter d'acheter d'autres caméras et tout faire avec, c'est ça ? Oui. Enfin en r' c'est assez clair. Je me pose plus la question pour le g', voilà ce que donne g' X sensibilité moyenne du capteur 462, on a une sensibilité écrasée sur la moitié bleue... ce n'est plus le même filtre, en fait. Et c'est bien pour ça que partir de la magnitude de certains des galiléens marche bien. Ce ne sont plus des points mais des surfaces... en plus, souvent, on peut les observer dans le même champ que la planète. Exit les histoires de masses d'air, de coefficients de couleur, etc. J'ai même réussi à calibrer un set UBVRI de 2019, quand la planète était à 3 masses d'air de transparence, incroyable ! Pour les autres planètes, par contre, pas le choix... il faut passer par les étoiles (encore que, pour Saturne... à partir de Titan ?)
  18. En fait j'ai utilisé une méthode alternative et qui a donné des résultats étonnamment précis et répétitifs... à partir de la magnitude de certains des satellites. Pour l'instant ma photométrie stellaire n'est pas suffisamment précise, il me manque toujours les facteurs de couleur et de masses d'airs. A la vue cependant des résultats obtenus à partir des galiléens, je vais certainement rester dessus Sinon, voilà la courbe des sloan g' et r' avec les filtres RVB de la 462. J'imagine mal comment on peut faire de la photométrie fiable dans ces conditions.
  19. Pour le gain ça reste à voir, en tous cas, ça ne compensera pas le désavantage d'avoir une bande passante photométrique convoluée par celles de la matrice qui n'est pas spécialement photométrique ! J'ai un travail complet de photométrie sur les détails de Jupiter qui est en cours de finalisation, j'ai bien évidemment utilisé la 290MM pour cela - sauf pour les bandes z', CH4 et Y qui elles peuvent être analysées avec le 462
  20. Je ne pense pas que ça soit intéressant d'utiliser des filtres avec une caméra couleur sur la partie non monochrome. Quel que soit celui que tu choisis, de toutes façons la matrice de Bayer va venir réinitialiser la bande passante derrière - dans les limites du filtre ou à l'intérieur de ces dernières - donc le seul résultat c'est de perdre de la lumière, mais aussi de la précision dans la bande passante, par rapport à un capteur mono. A quel usage pensais-tu exactement?
  21. La 178MM est sans doute une des meilleures caméras actuelles dans l'UV... quel dommage qu'on ne sache pas la sensibilité de la 290 dans cette bande...
  22. Merci Yann... Ca devrait être encore mieux cette année
  23. Oui, c'est un excellent observateur et connaisseur. Il m'a dit que le truc s'était brisé en trois morceau en cours d'opération... Mais apparemment il est impossible de retirer la matrice (même par un pro). Je ne me sens pas assez téméraire pour le moment de mon côté... surtout que ça n'est intéressant que pour un seul type d'observation assez rare à exécuter. La vitre ne pose aucun pbl pour faire de l'IR et du méthane dans toutes les autres config. Merci Bill ! C'est vrai qu'avec un 200 dans l'IR la résolution "absolue" va plafonner assez vite. Je pense que ça peut valoir le coup si tu as envie de faire du Jupiter en méthane de façon régulière. Sinon, pour l'IR en bande large, la 290 sera mieux. Reste la question de la couleur, j'avoue qu'on ne parle pas trop des performances de la 178MC qui semble moins présente dans les équipements.