bowen

Membre
  • Compteur de contenus

    102
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

12 Neutre

À propos de bowen

  • Rang
    Membre
  1. coordonnées ....désolé je bloque .????

    Désolé Bruno mais cette référence à la technique du laser pour mesurer les distances reste une énormité. Seule la distance Terre-Lune a été mesurée avec cette technique, technique qui suppose la pose d'un réflecteur sur le corps visé... pour le Soleil on le pose de nuit pour éviter de se brûler. Pour les planètes gazeuses on le pose sur un satellite à surface rocheuse tournant autour de la planète.
  2. coordonnées ....désolé je bloque .????

    J'ai jeté un oeil sur le logiciel que vous avez trouvé : utilisez le pour voir les objets recensés dans ce logiciel en fonction de la saison d'observation. Commencez par pointer les étoiles brillantes, certains objets du ciel profond ne sont pas évidents à voir pour les débutants, puis les étoiles doubles contrastées. J'ai jeté un oeil sur la partie "théorique" qui vous sera utile pour la compréhension de certaines notions astronomiques. Je n'ai pas tout regardé, j'ai juste regardé la partie consacrée aux distances et découvert d'entrée une énormité : "La distance des objets proches, soleil, planètes peut être mesurée par méthode laser en mesurant le temps que met le rayon à faire un aller et retour".
  3. L'inclinaison de la terre se fait-elle par à-coups ?

    Résumons les données du problème : le 5 octobre en regardant par sa fenêtre l'observateur voit le lever du soleil au-dessus de la haie (pas la Brigitte); le 6 octobre en regardant par sa fenêtre le même observateur voit le lever du soleil au-dessus de la vasque. Sachant que la vasque est placée à 4 mètres de la haie, calculons la distance séparant la vasque de l'observateur. En tablant sur un écart entre les 2 azimuts du lever du soleil de 0,6° (valeur estimée) on arrive à une distance de 380 mètres. Il est bien mentionné au début de la discussion : "J'ai un grand espace".
  4. Présentation

    Bienvenue sur le forum. Sans le savoir vous êtes équipé pour l'observation astronomique : une paire d'yeux et un transat. Cela suffit pour débuter à se repérer dans le ciel et découvrir les constellations au fil des nuits qui passent. Puis à repérer les planètes et les faire découvrir à votre fille . Pour ce genre d'observations le transat aborde un confort non négligeable. Pour la Lune une solution peu onéreuse qui vous évite d'acheter d'emblée des jumelles (bien que les jumelles pourront servir à votre fille à observer les animaux dans la nature par exemple) il suffit de vous renseigner sur internet de l'existence d'un club d'astronomes amateurs près de chez vous. Comme les soirées d'observations publiques sont inscrites dans l'ADN des amateurs vous pourrez vous y rendre et observer la Lune dans des jumelles , voire même dans une lunette ou télescope.
  5. coordonnées ....désolé je bloque .????

    Vous venez de redécouvrir que non seulement la Terre tourne sur elle-même en 24 heures mais elle tourne autour du Soleil. La rotation sur elle-même donne le jour solaire en prenant le Soleil pour référence (24 heures), et elle donne le jour sidéral en prenant pour référence une étoile. Pour pointer une étoile aux coordonnées il convenait d'utiliser le Temps sidéral pour le faire. Mais des petits malins ont inventé le pointage aux coordonnées relatives qui simplifie les calculs. Le pointage aux coordonnées impliquait une monture équatoriale parfaitement calée en latitude et sur le pôle céleste. Mais des petits malins ont utilisé l'outil informatique pour contourner les petits écarts de calage de la monture : on pointe 3 étoiles connues dans le calculateur de la monture et il en déduit les corrections à apporter aux coordonnées des objets que l'on veut centrer dans l'oculaire. A condition d'entrer les bonnes étoiles. Je vous invite à charger le logiciel gratuit Stellarium sur votre ordinateur personnel. Une fois paramétré avec les coordonnées géographiques de votre site d'observations, afficher le ciel d'un soir à une date et heure à votre convenance. Appuyer sur F5 pour afficher la date et l'heure sur l'écran puis sur la barre d'outils en bas d'écran figer le déroulement du temps. Maintenant deux petites manipulations : - appuyer sur la touche "= " du clavier vous verrez les constellations se décaler lentement au fil des jours qui passent (la touche "=" ajoute un jour solaire à la date d'observation; - appuyer simultanément sur les touches "alt" et "=" les constellations sont figées à l'écran et seuls les objets mobiles se déplacent plus ou moins vite, sauf la Lune qui saute d'une constellation à l'autre ! La raison de ce changement tient au fait que cette combinaison de touches du clavier incrémente le temps d'un jour sidéral (comme vous pourrez le constater à l'écran en lisant la date et l'heure de la vue). Le temps sidéral à ses limites. Mesurer les distances nécessite des observations autrement plus délicates à mettre en oeuvre.
  6. coordonnées ....désolé je bloque .????

    Je suppose que vous avez déjà regardé le ciel à l'oeil nu depuis votre terrasse et ce à des moments différents de l'année. Ainsi à l'époque de Noël aux alentours de minuit, depuis votre terrasse en regardant vers le sud vous découvrez la magnifique constellation d'Orion : un grand rectangle vertical piqué en son centre d'un bouquet de 3 étoiles. Sans "retard programmé" (d'avance en réalité)" à Pâques aux alentours de minuit en regardant depuis votre terrasse vers le sud vous aurez droit à Orion; pour la fête de la musique (du 21 juin) aux alentours de minuit vous aurez Orion; pour l'Assomption (15 août) vous aurez droit à Orion. Bref, Orion resterait immuable au-dessus de votre horizon aux alentours de minuit ! "Le jour de la marmotte" en quelque sorte. En fait il n'en est rien et au fil des soirées qui passent, et en observant à la même heure vous avez l'impression que le ciel étoilé lentement glisse d'est en ouest... Dans mon exemple de l'observation de Véga le premier soir elle est dans l'oculaire à 21 heures, le lendemain elle s'y trouve à 20h56min04s : il ne s'agit pas d'un retard mais au contraire d'une avance de 3min56s, un retard provoquerait un déplacement du ciel étoilé d'ouest en est. Je vous laisse intégrer cette notion et je reviendrai pour résoudre "l'énigme" de bruno beckert (la Terre qui a un peu tourné) qui explique en fait cette avance.
  7. coordonnées ....désolé je bloque .????

    La Terre tourne sur elle-même en 23h56min4s par rapport aux étoiles. Si vous revenez le lendemain à la même heure l'objet ne sera plus dans le collimateur... Pour l'avoir dans le collimateur il faut revenir 23h56min4s après son pointage de la veille. Exemple avec Véga. Ce soir vous pointez Véga dans l'instrument à 21 heures (Temps Universel). Demain si vous revenez à l'oculaire à 20h56min04s Véga sera dans l'oculaire, après demain il faudra regarder à 20h52min08s (sans avoir bien sûr déplacé l'instrument) et ainsi de suite au fil des nuits qui passent (en première approximation). Revenons à ce soir 21h Véga est dans l'oculaire à la suite du pointage . La déclinaison de cette étoile est de 39° (valeur arrondie) si on laisse l'instrument fixe (moteur de suivi coupé) on verra défiler dans l'oculaire tous les objets ayant la même déclinaison au cours de la nuit. Si on veut revenir sur Véga il faudra déplacer l'instrument en AD de la valeur du temps écoulé : si on veut revenir sur Véga à 23 h on déplace le télescope de 2 heures en AD (il suffit d'ajouter 2 heures à l'AD indiquée sur la monture). L'histoire du café avec son café. Imaginons qu'à 20 minutes d'AD et à la même déclinaison que Véga est située une belle nébuleuse planétaire. On pointe sur Véga et là deux possibilités : - soit on déplace le tube en AD d'une quantité de 20 minutes ; - soit on laisse tourner la Terre pendant 20 minutes... le temps d'aller boire un café.
  8. coordonnées ....désolé je bloque .????

    ...et le tout sans suivi ! Le suivi est offert par la Terre. Les 23h56mn et je ne sais plus combien de secondes correspondent à la durée de la rotation terrestre qui accomplit un tour complet sur elle-même : le télescope sur sa monture pointe à nouveau en direction de l'objet visé la veille. Il y a quelques années j'avais lu dans Sky&Telescope un article d'un amateur dans lequel il racontait que pour observer tel objet du ciel profond (j'ai oublié lequel,oups!) il pointait telle étoile , il coupait le suivi ,il partait boire un café et à son retour l'objet était dans le champ de l'oculaire.
  9. coordonnées ....désolé je bloque .????

    En fait nous sommes à l'intérieur d'une sphère contenant divers objets immobiles sur un temps plus ou moins long et nous projetons ces objets sur une grille graduée en 2 D (d'où le couple de coordonnées pour positionner un objet). En astronomie nous faisons abstraction de la distance de l'objet observé : nous regardons dans sa direction. Et pour définir une direction en coordonnées sphériques 2 nombres suffisent amplement. Après avoir pointé un objet connu ( Véga par exemple) tu peux prendre ton temps pour casser la croûte , tu disposes de 23h56minutes et je ne sais plus combien de secondes pour revenir derrière l'oculaire et oh divine surprise l'objet est de nouveau dans l'oculaire à la condition bien sûr de ne pas toucher l'instrument correctement mis en station. Je te concède volontiers que c'est un peu long pour observer... et qui ne marche pas pour les objets à déplacements apparents "rapides" (Soleil, Lune, planètes et autres comètes...)
  10. les fausses nébuleuses de Tycho Brahé

    Simon Marius vient à la rescousse de Tycho Brahé. Dans une autre étude d'Oncle-Tom, parue sur son site, il est question de la galaxie d'Andromède. L'étude, intitulée la galaxie d'andromède entre rêve et réalité, traite de la découverte et "redécouverte" de la célèbre galaxie. Alors qu'elle était connue des Arabes (vue par eux à l'oeil nu) M 31 ne fut "re"découverte en Occident qu'après l'invention de la lunette astronomique. Découverte par Simon Marius le "Poulidor" de l'astronomie , étant le deuxième astronome avoir utilisé la lunette, le premier étant Galilée. Dans l'étude d'Oncle-Tom il est écrit " ...Des siècles plus tard, la nébuleuse d'Andromède est redécouverte par les premiers utilisateurs de lunette. Le 15 décembre 1612, Simon Marius, Malheureux rival de Galilée, l'observe, et la décrit en 1614, sans savoir si elle est nouvelle ou non, ce qui laisserait penser qu'il ne la connaissait pas encore." Sur un site d'une association d'amateurs la découverte de Simon Marius est plus documentée avec presque une "interview" de notre Poulidor . C’est Galilée qui a utilisé le premier une lunette pour observer le ciel mais il ne décrit pas la nébuleuse d’Andromède. Par contre, Simon Mayr ou Marius (1573-1624) astronome et mathématicien à la cour du margrave de Culmbach, qui avait travaillé avec Tycho Brahé, redécouvre la nébuleuse d’Andromède à l’œil nu, puis avec une petite lunette : « Le 15 décembre de l’année 1612, je vis, par le moyen de la lunette, une étoile fort extraordinaire par sa figure, et telle que je n’ai rien trouvé de semblable dans tout le ciel. Elle est à la ceinture d’Andromède, tout proche de la troisième ou de la plus septentrionale ; et on la découvre en cet endroit la vue simple, comme un petit nuage. Lorsqu’on la regarde avec la lunette, on n’y voit point briller plusieurs étoiles, comme dans la nébuleuse du Cancer et dans toutes les autres nébuleuses, mais on y aperçoit seulement quelques légers rayons de lumière blanchâtres et d’autant plus clairs qu’on approche davantage du centre. Ce centre n’est lui-même marqué que par une faible clarté, sur un diamètre de près d’un quart de degré. Elle m’a paru avoir toute l’apparence de la flamme d’une chandelle qu’on verroit la nuit, à travers de la corne transparente, et je la trouve fort semblable à la comète que Tycho Brahé observoit en 1586. Si elle est nouvelle ou non, est ce que je ne déciderai pas. Je sais seulement que Tycho Brahé, tout clairvoyant qu’il étoit, n’en a pas fait mention et ne paroit pas en avoir eu connaissance, quoiqu’il ait décrit l’endroit du ciel où on la trouve, et déterminé, tant en longitude qu’en latitude, la position de l’étoile qui en approche le plus. » Ainsi, il se demande si cette nébuleuse est une comète ou une nova, ignorant, semble-t-il, que d’autres l’avaient observé avant lui. On appréciera particulièrement le "quoiqu’il ait décrit l’endroit du ciel où on la trouve, et déterminé, tant en longitude qu’en latitude, la position de l’étoile qui en approche le plus". On cherche des chicayas pour trois étoiles "floues" figurant dans un catalogue posthume et on occulte une possible quasi-redécouverte de la galaxie d'Andromède (si les dires de Marius sont confirmés). Est-ce que ce monde est sérieux comme le chantait le Francis ?
  11. Sirius, la rougeur et les savants

    Les astronomes (petits ou grands) trépassés après 1764 (à un siècle près c'est la marque d'une bière, pour rester dans l'ambiance) tremblent dans leurs tombes : la foudre de Tonton va s'abattre sur l'un d'entre eux . Tycho Brahé est hors de cause. Il y a peu Michel Onfray était l'invité de Ruquier . Le philosophe recommandait de lire les philosophes y compris ceux de l'Antiquité. Pour rebondir le présentateur lui demande quel philosophe il conseillerait à quelqu'un au bord de la déprime. Réponse : "Sénèque"... Sénèque!!! Certainement pas, un mec qui voyait Sirius en rouge !
  12. les fausses nébuleuses de Tycho Brahé

    Les propos de Messier, en marge de son célèbre catalogue, vous ont donc fait remonté le temps à la recherche du coupable. Et le coupable n'est autre que le célèbre Tycho Brahé. A sa décharge, son catalogue ayant été publié après sa mort c'est peut être le "perfide" Képler , son adjoint, l'auteur de l'erreur. Il faudrait retrouver le "CROA" de la nuit d'observations du "front du Capricorne" pour lever le doute.
  13. les fausses nébuleuses de Tycho Brahé

    Une morale possible de l'histoire est qu'il convient de vérifier les sources. Alors une question toute simple : oncle_dom comment vous est venue l'idée de vérifier 3 étoiles "floues" citées dans le catalogue posthume de Tycho Brahé ?
  14. système solaire

    Désolé mais vous n'avez pas bon là ! Le Soleil tourne autour du barycentre. Dans votre raisonnement ce déplacement se produit avec une orbite terrestre fixe d'où un Soleil qui s'approche ou s'éloigne de la Terre. En fait la Terre tourne autour du Soleil sur une orbite elliptique dont le Soleil occupe l'un des foyers. Donc l'orbite terrestre suit les mouvements du Soleil ce qui n'affecte en rien la distance de la Terre au Soleil hormis les variations liées à l'orbite elliptique (périhélie et aphélie). En récupérant deux images sur le net j'ai bricolé un montage qui illustre mes propos, la taille de l'orbite terrestre n'est évidemment pas à l'échelle de la figure illustrant le déplacement du centre du Soleil autour du barycentre, la précession des équinoxes a été négligée entre 1948 et 1951.
  15. Message avertissement filtre

    Trouvé sur le net dans une brochure sur la raquette : Limites du filtre (Filter Limits) – Une fois l’alignement terminé, le LCM sait automatiquement quels objets célestes sont au- dessus de l’horizon . En conséquence, lorsque vous faites défiler les listes de base de données (ou en sélectionnant la fonction Tour), la raquette de commande du LCM affiche uniquement les objets connus pour être situés au-dessus de la ligne d’horizon lorsque vous observez . Vous pouvez personnaliser la base de données des objets en sélectionnant des limites d’altitude appropriées pour le lieu et la situation . Par exemple, si vous observez un lieu montagneux où l’horizon est partiellement obscurci, vous pouvez régler votre limite d’altitude minimum pour visionner à +20º . De cette façon, la raquette de commande affichera uniquement les objets dont l’altitude est supérieure à 20º . Si vous voulez explorer la totalité de la base de données d’objets, réglez la limite maximum d’altitude à 90º et la 15 limite minimum à –90º. Chaque objet des listes de base de données sera ainsi affiché, qu’il soit ou non visible dans le ciel depuis votre lieu d’observation Si ça peut servir...