bowen

Member
  • Content count

    122
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by bowen

  1. Nouvel emballage

    Bonsoir Maïcé, la saloperie de film plastique, qui enveloppe ton magazine astro préféré, ne va pas encore polluer un peu plus nos océans. La quasi totalité des abonnés le jetteront à la poubelle dédiée au tri sélectif (couvercle gris ?). Reste à savoir comment se comporteront ceux qui reçoivent le magazine sur leur yacht amarré au port Hercule ?
  2. Non. La Lune a un diamètre apparent de 0,5° et à vue de nez la distance séparant notre satellite naturel de la géante gazeuse fait bien 3 diamètres lunaires.
  3. Avec la deuxième formule (l'angle horaire) nous abordons l'épouvantail des astronomes amateurs qui veulent pointer un objet célestes avec les coordonnées à afficher sur la monture du télescope. Pourtant elle est des plus simples : une simple soustraction. L' angle horaire est donné par la formule Ah = TS - AD, dans laquelle TS est la valeur du temps sidéral (le terme "temps" est quelque peu trompeur car il s'agit en fait d'un angle qui varie avec le temps...) et AD l'ascension droite de l'objet pointé. D'où des calculs pour connaître le TS au moment du pointage (il faut tenir compte de l'heure de l'observation, de la longitude du lieu de l'observation... le tout en jonglant avec des données en numération sexagésimale ), calculs qui aboutissent le plus souvent à pointer à côté de l'objet céleste désiré. Les moins fortunés ont tourné la difficulté des calculs en se livrant à des numéros de jongleur en tournant autour de son axe le cercle de coordonnées, les plus fortunés tournent la difficulté en s'équipant du monture "goto" monture motorisée qui pointe exactement où on lui demande de pointer). Et dans le mail de RonAlpes la divine surprise Ah=180 (tsv/12-1)... mais mauvaise surprise car formule "farfelue" (restons corrects). Voyons de quoi il retourne. Ah=180(tsv/12-1). En mathématiques dans une formule quand un élément donne toujours le même résultat on indique ce résultat : on écrit donc Ah=180 (tsv/11). Reste à savoir, à ce stade, d'où sortent ces 11 et 12. Mon impression comme tsv est un temps cela ressemble fortement à une correction de l'heure légale en fonction de la saison (heure d'été, heure d'hiver), mal intégrée. Le 180 (comme l' Ah est un angle) semble correspondre à 180°, avec ici une méconnaissance des pratiques astronomiques qui veut que l' Ah , comptée à partir du méridien, soit comptée à partir du sud, 180 correspondant à un comptage à partir du nord (rien de bien méchant). tsv : certainement l'abréviation de temps solaire vrai (il existe donc un faux) est à exprimer en degrés avec la conversion bien connue une heure = 15° et 4 minutes = 1° (je laisse le soin à Toutiet de vérifier). Et là, on sort la muleta (les afficionados comprendront). La formule Ah=180 (tsv/12-1) compte tenu des valeurs supposées ci-avant ne peut donner qu'un résultat positif. On ne peut en aucune manière (du moins en mathématiques, dans les élections des pays sous dictature c'est autre chose) dire que le résultat est négatif si une valeur est inférieure à 12 heures; le résultat DOIT être négatif si le tsv est inférieur à 12 heures. Conclusion : formule à passer à la trappe ! Quand aux autres formules avec pas mal de sinus et autres cosinus, elles s'expliquent facilement en géométrie sphérique. Les expliquer simplement comme la première formule relative à la déclinaison solaire c'est pas gagné. Je prends la tangente en quelque sorte...
  4. Toutiet, Bien vu le lapsus : le plan de référence pour la déclinaison est le plan équatorial céleste. A croire que je "décline"...
  5. Salut, Reprenons en essayant d'être plus clair. La trajectoire circulaire du Soleil est projetée sur un plan doté d'un système de coordonnées orthonormées : l'axe des x est celui du temps, gradué en jours, l'axe des y est celui de la déclinaison du Soleil, la déclinaison correspondant à la distance angulaire entre le Soleil et le plan de l'écliptique (aux équinoxes le Soleil est dans le plan de l'écliptique sa déclinaison est égale à 0; aux solstices elle est maximale : 23,45° au solstice d'été et -23,45° au solstice d'hiver, saisons de l'hémisphère nord). La déclinaison du Soleil oscille donc entre -23,45° et 23,45° en 365 jours). Pour les besoins de l'exposé j'ai fait commencer la sinusoïde à l'origine du système de coordonnées : dans ce cas simplifié, au premier jour le Soleil à une déclinaison de 0°. Le Soleil a cette déclinaison aux équinoxes le 21 mars pour l"équinoxe de printemps, équinoxe qui a été retenu comme origine des déclinaisons. Donc l' origine de notre système de coordonnées correspond au 21 mars; pour les 80 jours de l'année qui précédent cette date il faut remonter au-delà de l'origine ( du côté des x négatifs) pour avoir la déclinaison du Soleil entre le 1er janvier de l'année et le 21 mars. Nous avons donc projeté sur un plan la courbe circulaire de la trajectoire solaire : la distance mesurée en y correspond donc au sinus de la déclinaison en première approximation (en géométrie sphérique cette affirmation coule de source). Mais, il y a toujours un mais, cette projection de la courbe circulaire de la trajectoire solaire correspond à une course contenue dans le plan de l'équateur terrestre, la course solaire étant contenue dans un plan incliné de 23,45° sur l'équateur terrestre nous avons en y mesuré le sinus de la déclinaison multiplié par le sinus de 23,45° (le fameux coefficient de 0,398). Pour la commodité de l'exposé j'ai utilisé comme unité de mesure pour les angles le degré. C'est plus intuitif. En fait il convient d ' utiliser le radian, 2 Pi radians valent 180° (Pi étant le fameux 3,14...). Le radian est souvent utilisé dans les programmes informatiques. Il m'arrive par exemple de faire des calculs sur Excel, la fonction sin (sinus) demande un argument exprimé en radians. Ce qui explique que la valeur trouvée est inférieure à 1 (il s'agit de 1 radian). Enfin, la formule de calcul aboutit bien à l'arcsinus de la déclinaison. Si vous ne trouvez pas de grande différence entre le sinus et l'angle c'est tout simplement qu'aux faibles valeurs le sinus et l'angle (exprimés tous les deux en radians) sont proches. Et "PI" c'est tout pour ce soir.
  6. Bonjour, La principale difficulté dans les calculs astronomiques réside dans la représentation sur une sphère de l'univers observable. Et qui dit sphére dit utilisation de la géométrie sphérique (discipline fort peu enseignée de nos jours). Mais on peut faire appel aux coordonnées cartésiennes pour expliquer simplement. Prenons la première équation Déclinaison=ArcSinus (0,398xsin(0,985xj-80)) pour voir de quoi il retourne. Il suffit de dessiner sur une feuille de papier un système de deux axes orthogonaux, avec la lettre O comme origine. A partir de O on dessine une sinusoïde , qui monte quand on s'éloigne de O atteint un maximum , descend, coupe l'axe des x, descend pour atteindre un minimum et remonte pour rejoindre l'axe des x. Cette sinusoïde n'est autre que la projection sur un plan de la trajectoire annuelle du soleil : entre l'origine O et le point où se termine la sinusoïde. Le long de l'axe des x la distance qui sépare l'origine de la fin de la sinusoïde est égale à 360° , si l'on divise ces 360° par 365,25 jours on obtient le déplacement de journalier du soleil soit 360/365,25=0,985 , valeur que l'on retrouve dans notre équation. Pour connaître la distance en x parcourue par le soleil à une date donnée il suffit de multiplier 0,985° par le nombre de jours j écoulé entre la date donnée et le 1er janvier de l'année (d'où le terme 0,985xj de notre équation). Notre sinusoïde a été tracée à partir de l'origine (supposée le 1er janvier), la valeur zéro de la sinusoïde du soleil est celle du 21 mars soit le 31 (janvier) + 28 (février) + 21 (mars) = 80 d'où l'expression 0,985xj-80 de notre équation. Pour avoir la déclinaison du soleil à partir de notre sinusoïde il suffit de mesurer la valeur en y qui n'est autre que le sinus de 0,985xj-80. La course circulaire (en première approximation) ne s'effectue pas dans le plan de l'équateur terrestre, elle est inclinée sur ce plan d'une valeur de 23,45°. Sur notre feuille de papier nous avons projeté cette course circulaire sous un angle de 23,45°, la valeur en y est donc égale à sinus (23,45°) x valeur de x = 0,398xvaleur de x (0,398 étant la valeur de sinus 23,45°). On remplace valeur de x par sa valeur : 0,398xsin (0,985xj-80). Et comme on cherche la valeur de y (déclinaison du soleil) il suffit d'extraire le sinus de cette valeur par la fonction ArcSinus. Et on revient au début de l'histoire déclinaison = ArcSin (0,398xsin'0,985xj-80). Elle est pas belle la vie..
  7. Bonjour, Spot est un mot anglais qui définit au xiie siècle « une éclaboussure formant une tache ; un point ; une petite étendue d'espace ». Le terme, anglicisme passé dans le français courant, connaît une certaine prospérité. « Repris dans le monde du spectacle, "spot light", soit un point lumineux, devient la mise en évidence d'un espace où s'anime l'agir et l'action de l'acteur. Le spot est donc un espace, un repère laissant apparaître l'individu agissant. Les aquaplanchistes et les véliplanchistes s'enquièrent de cette dénomination spatiale pour désigner le point de rivage comme l'espace propice à une révélation réciproque d'un procédé actif ». Un site... d'observation c'est tellement plus joli ! La langue française vous remerciera...
  8. Bonjour Une carte du ciel de l'hémisphère nord en entier c'est tout simplement une carte céleste tournante sans le cache de l'horizon. Deux solutions : - acheter une carte tournante de bonne qualité et enlever le cache; - chercher sur le net des bricolages de carte du ciel tournante et n'imprimer que la partie étoiles. Avec ce lien http://www.david-romeuf.fr/ObservatoiresAugerollesCunlhat/RessourcesDidactiques/Horlociel/ConstructionHorlociel.html on peut récupérer un fond de carte étoilé vierge de toutes annotations .
  9. L'astronomie des dames, sexiste?

    Au contraire il convient de revisiter le passé et de relater l'histoire des sciences. Lors des dernières rencontres du ciel et de l'espace organisées par l'AFA un amateur m' a remis un "petit travail" sur Nicolas Oresme , un précurseur inconnu de l'héliocentrisme. Voilà un thème qui m'intéresse plus que les "escroqueries de Bonilla" (paix à son âme). Alors si le coeur vous en dit... histoire de remnter dans mon estime à défaut de cocotier !
  10. L'astronomie des dames, sexiste?

    Effectivement le texte a été corrigé . Ci-dessous la version corrigée "Autrefois, les cartes de la lune la montrait souvent avec la mer des pluies en bas à droite comme on voit la lune dans un télescope, c'est à dire tournée de 180°. Aujourd'hui on la montre plutôt avec la mer des pluies en haut à gauche, comme on voit la lune à l'oeil nu. Malheureusement la carte de Bonilla met la mer des pluies en bas à gauche, comme on la verrait en regardant vers le bas dans un miroir horizontal. On pourrait objecter que c'est parce que Bonilla observait la lune avec un renvoi coudé, mais non seulement la lunette de Bonilla n'avait pas de renvoi coudé, mais un renvoi coudé placé derrière une lunette met la mer des pluies en haut à droite, et non en bas à gauche." Comment savez-vous que la lunette de Bonilla n'avait pas de renvoi coudé ? Le renvoi coudé étant un dispositif escamotable une image de la lunette de Bonilla sans renvoi coudé n'est pas suffisante pour affirmer qu'il n'avait pas de renvoi coudé. Par contre un renvoi coudé met la mer des pluies en haut à droite je vous l'accorde bien volontiers, en haut à droite pour une carte présentée avec le nord en haut. Pour une carte présentée avec le sud en haut la mer des pluies est en bas à gauche. Ce qui est le cas de la carte de Bonilla présentée sur votre site. A nouveau vous vous plantez lamentablement en dépit des nombreux miroirs en votre possession. Pas facile de monter au cocotier...
  11. L'astronomie des dames, sexiste?

    Entièrement d'accord avec vous : c'est inadmissible. Simplement dans votre texte vous auriez dû faire valoir votre irritation à cette présentation peu orthodoxe dans un livre d'initiation et non pas accablé ce pauvre José : "Mais José Arbol Y Bonilla a une excuse: Il ne connait rien à la sélénographie. La preuve: Il reproduit consciencieusement une carte de la lune... à l'envers."
  12. Utilisation des cercles de coordonnées

    Solution onéreuse : acheter l'assistant Google et en pleine nuit dans un endroit perdu entendre la voix de l'observateur : "assistant google donne moi la valeur du temps sidéral " ... Solution basique sans logiciel, sans feuille de calcul excel : le télescope lui-même ! Revenons aux fondamentaux avec l'équation la plus simple de l'astronomie : AH=TS-AD dans laquelle AH désigne l'angle horaire (angle qu'il faut afficher sur le cercle de coordonnées) TS ce foutu temps sidéral et AD l'ascension droite de l'objet à pointer. L' équation AH=TS-AD devient TS=AH+AD. Donc, si ma monture est bien positionnée je vise une étoile brillante dont je connais l'AD (se servir au besoin d'un petit calepin sur lequel sont notées les AD des étoiles brillantes ou les scotchées sur le tube) et je relève sur le disque de coordonnées la valeur de AH. Exemple : Il est 22 heures, je pointe une étoile d'AD =8h30, sur la monture je lis la valeur de AH =7h15, le TS = 8h30+7h15=17h45. A ce moment là je veux pointer une étoile d'AD=12h25, sur le télescope j'affiche AH=17h45 -12h25 = 5h20 et j'ai mon étoile dans l'oculaire (manque de bol dans cette direction il y a le seul arbre du coin).
  13. L'astronomie des dames, sexiste?

    Oncle-Dom a réponse à tout ! A toutes mes remarques la réponse est "mais je le dis dans ma prose". Dans ses rêves peut être ! Moi je ne les vois pas. Dans sa chasse aux faussaires il cite un certain Bonilla, http://oncle-dom.fr/paranormal/ovni/ufologie/photos/premiere/zacatecas/bonilla/bonilla.htm, ce dernier s'étant attribué des observations réalisées par d"autres astronomes (je simplifie). En fin de texte, l'argument massue : "Mais José Arbol Y Bonilla a une excuse: Il ne connait rien à la sélénographie. La preuve: Il reproduit consciencieusement une carte de la lune... à l'envers." J'ai reconstitué religieusement l'image qui accompagne ce propos. J'ose avancer que l'oncle Dom lui ne connaît rien à l'observation lunaire. Pour leur confort les observateurs lunaires utilisent un renvoi coudé qui inverse la direction est-ouest (comme on peut le remarquer sur les images de la chronique "Vues sur la Lune" d'Astrosurf Magazine). Ce qui est le cas sur la lune de Bonilla. Avant de grimper au cocotier il faut s'assurer....
  14. L'astronomie des dames, sexiste?

    Effectivement les belles photos de Nasmyth ont été démystifiées lors d'une séance de la SAF. Mais il n'y a jamais eu de supercherie ! Les lecteurs de l'ouvrage de Nasmyth n'ont pas pris la peine de lire la préface de l'ouvrage qui précise : "En ce qui concerne les Illustrations qui accompagnent cet ouvrage, plus particulièrement celles qui représentent certaines parties de la surface lunaire telles qu’elles sont révélées à l’aide de puissants télescopes, tels que ceux que nous avons utilisés dans notre examen approfondi, il convient de dire quelques mots. mots ici sur les moyens par lesquels ils ont été produits. Au cours de plus de trente années d'observation assidue, toutes les occasions favorables ont été saisies pour sensibiliser l'œil non seulement à la compréhension du caractère général de la surface de la lune, mais également à l'examen minutieux de ses merveilleux détails sous toutes les phases, dans l'espoir de bien comprendre leur vraie nature aussi comme les causes qui les avaient produits. Cet objet a été aidé en réalisant des dessins soigneux de chaque portion ou objet quand il était présenté de la manière la plus favorable dans le télescope. Ces dessins ont été répétés, révisés et comparés aux objets réels, l’ œil progressant ainsi dans la justesse et le sens de la minutie , tandis que la main acquérait, par une pratique assidue, l’art de rendant des représentations correctes des objets en vue. Afin de présenter ces illustrations avec une approche aussi proche que possible de l' intégrité absolue des objets d'origine, nous avons eu l'idée de traduire les dessins en des modèles qui, placés dans les rayons du soleil, reproduiraient fidèlement les effets lunaires de lumière et ombre, puis en photographiant les modèles ainsi traités, nous devrions produire les représentations les plus fidèles de l’original. Le résultat a été très satisfaisant à tous points de vue et a permis d’obtenir des images des détails de la surface lunaire , comme nous nous sentons confiants de les soumettre à celles de notre les lecteurs qui ont fait une étude spéciale sur le sujet. Il est à espérer que ceux qui n’ont pas eu la possibilité de se familiariser avec les détails de la surface lunaire pourront le devenir grâce à ces illustrations. En conclusion, nous pensons qu’il est souhaitable d’ajouter que les illustrations photographiques mentionnées ci-dessus sont imprimées selon un procédé de pigmentation bien établi qui en assure la permanence." Extrait de la préface tirée de la copie pdf de l'ouvrage de Nasmyth scannée par l'Université de Californie.
  15. L'astronomie des dames, sexiste?

    Pour éviter la confusion les parents de Camille lui avaient donné en second prénom Claude !
  16. Course du soleil

    Manque de bol il n'existe pas de carte mobile (type Sirius ou autre) pour l'équateur ! Avec un peu de pratique de géométrie sphérique on arrive à une seule équation pour calculer l'azimut d'un astre pour son lever (et par symétrie pour son coucher). Si A désigne l'azimut compté à partir du sud, si D désigne la déclinaison du Soleil et si L désigne la latitude du lieu d'observation la relation reliant ces trois données est cos A = sin D / cos L (en faisant abstraction de la réfraction atmosphérique et du déplacement en ascension droite du Soleil au cours de la journée). Avec cette relation on voit rapidement qu'à l'équateur L est égale à 0° cos L est alors égal à 1 , et notre formule se résume à cos A = sin D l'azimut varie en fonction de la déclinaison du Soleil : le Soleil ne se lève donc pas à l'équateur toujours plein Est et ne se couche pas toujours plein Ouest. Il se couche à ces points remarquables de l'horizon ( Est et Ouest) que lors des équinoxes : D étant nulle cos A vaut 0 et A est égal à 90° (par rapport au Sud). Ce qui est d'ailleurs vrai pour tous les points du globe (cos A étant nul indépendamment de L).
  17. L'astronomie des dames, sexiste?

    J'ai consulté sur le site d'oncle dom le passage d'un ouvrage de Camille Flammarion consacré à une "photographie" des Apennins lunaires. D'après moi Flammarion parle de la photo qui illustre le livre de Nasmyth et non pas une photo de la Lune. En bas de page il est fait mention de l'ouvrage de Nasmyth ouvrage qui présentait des photos de maquettes en plâtre de régions lunaires réalisées d'après des photos de la Lune (il suffit de faire une recherche sur le net avec la référence de l'ouvrage de Nasmyth pour réaliser que l'interprétation d'oncle dom est erronée).
  18. La boussole indique le nord magnétique, la Terre tourne autour d'un axe orienté vers le nord géographique. Il existe un décalage angulaire entre ces 2 axes, décalage appelé déclinaison magnétique. Ce décalage actuellement est très faible (aux alentours du demi-degré). Donc inutile d'investir dans une boussole pour orienter ton télescope. Le plus simple est donc de pointer la Polaire. Mais attention la Polaire est proche du pôle céleste nord. Pour affiner le pointage il faut tenir compte du moment du passage de la Polaire au méridien nord.
  19. Désolé Bruno mais cette référence à la technique du laser pour mesurer les distances reste une énormité. Seule la distance Terre-Lune a été mesurée avec cette technique, technique qui suppose la pose d'un réflecteur sur le corps visé... pour le Soleil on le pose de nuit pour éviter de se brûler. Pour les planètes gazeuses on le pose sur un satellite à surface rocheuse tournant autour de la planète.
  20. J'ai jeté un oeil sur le logiciel que vous avez trouvé : utilisez le pour voir les objets recensés dans ce logiciel en fonction de la saison d'observation. Commencez par pointer les étoiles brillantes, certains objets du ciel profond ne sont pas évidents à voir pour les débutants, puis les étoiles doubles contrastées. J'ai jeté un oeil sur la partie "théorique" qui vous sera utile pour la compréhension de certaines notions astronomiques. Je n'ai pas tout regardé, j'ai juste regardé la partie consacrée aux distances et découvert d'entrée une énormité : "La distance des objets proches, soleil, planètes peut être mesurée par méthode laser en mesurant le temps que met le rayon à faire un aller et retour".
  21. Résumons les données du problème : le 5 octobre en regardant par sa fenêtre l'observateur voit le lever du soleil au-dessus de la haie (pas la Brigitte); le 6 octobre en regardant par sa fenêtre le même observateur voit le lever du soleil au-dessus de la vasque. Sachant que la vasque est placée à 4 mètres de la haie, calculons la distance séparant la vasque de l'observateur. En tablant sur un écart entre les 2 azimuts du lever du soleil de 0,6° (valeur estimée) on arrive à une distance de 380 mètres. Il est bien mentionné au début de la discussion : "J'ai un grand espace".
  22. Présentation

    Bienvenue sur le forum. Sans le savoir vous êtes équipé pour l'observation astronomique : une paire d'yeux et un transat. Cela suffit pour débuter à se repérer dans le ciel et découvrir les constellations au fil des nuits qui passent. Puis à repérer les planètes et les faire découvrir à votre fille . Pour ce genre d'observations le transat aborde un confort non négligeable. Pour la Lune une solution peu onéreuse qui vous évite d'acheter d'emblée des jumelles (bien que les jumelles pourront servir à votre fille à observer les animaux dans la nature par exemple) il suffit de vous renseigner sur internet de l'existence d'un club d'astronomes amateurs près de chez vous. Comme les soirées d'observations publiques sont inscrites dans l'ADN des amateurs vous pourrez vous y rendre et observer la Lune dans des jumelles , voire même dans une lunette ou télescope.
  23. Vous venez de redécouvrir que non seulement la Terre tourne sur elle-même en 24 heures mais elle tourne autour du Soleil. La rotation sur elle-même donne le jour solaire en prenant le Soleil pour référence (24 heures), et elle donne le jour sidéral en prenant pour référence une étoile. Pour pointer une étoile aux coordonnées il convenait d'utiliser le Temps sidéral pour le faire. Mais des petits malins ont inventé le pointage aux coordonnées relatives qui simplifie les calculs. Le pointage aux coordonnées impliquait une monture équatoriale parfaitement calée en latitude et sur le pôle céleste. Mais des petits malins ont utilisé l'outil informatique pour contourner les petits écarts de calage de la monture : on pointe 3 étoiles connues dans le calculateur de la monture et il en déduit les corrections à apporter aux coordonnées des objets que l'on veut centrer dans l'oculaire. A condition d'entrer les bonnes étoiles. Je vous invite à charger le logiciel gratuit Stellarium sur votre ordinateur personnel. Une fois paramétré avec les coordonnées géographiques de votre site d'observations, afficher le ciel d'un soir à une date et heure à votre convenance. Appuyer sur F5 pour afficher la date et l'heure sur l'écran puis sur la barre d'outils en bas d'écran figer le déroulement du temps. Maintenant deux petites manipulations : - appuyer sur la touche "= " du clavier vous verrez les constellations se décaler lentement au fil des jours qui passent (la touche "=" ajoute un jour solaire à la date d'observation; - appuyer simultanément sur les touches "alt" et "=" les constellations sont figées à l'écran et seuls les objets mobiles se déplacent plus ou moins vite, sauf la Lune qui saute d'une constellation à l'autre ! La raison de ce changement tient au fait que cette combinaison de touches du clavier incrémente le temps d'un jour sidéral (comme vous pourrez le constater à l'écran en lisant la date et l'heure de la vue). Le temps sidéral à ses limites. Mesurer les distances nécessite des observations autrement plus délicates à mettre en oeuvre.
  24. Je suppose que vous avez déjà regardé le ciel à l'oeil nu depuis votre terrasse et ce à des moments différents de l'année. Ainsi à l'époque de Noël aux alentours de minuit, depuis votre terrasse en regardant vers le sud vous découvrez la magnifique constellation d'Orion : un grand rectangle vertical piqué en son centre d'un bouquet de 3 étoiles. Sans "retard programmé" (d'avance en réalité)" à Pâques aux alentours de minuit en regardant depuis votre terrasse vers le sud vous aurez droit à Orion; pour la fête de la musique (du 21 juin) aux alentours de minuit vous aurez Orion; pour l'Assomption (15 août) vous aurez droit à Orion. Bref, Orion resterait immuable au-dessus de votre horizon aux alentours de minuit ! "Le jour de la marmotte" en quelque sorte. En fait il n'en est rien et au fil des soirées qui passent, et en observant à la même heure vous avez l'impression que le ciel étoilé lentement glisse d'est en ouest... Dans mon exemple de l'observation de Véga le premier soir elle est dans l'oculaire à 21 heures, le lendemain elle s'y trouve à 20h56min04s : il ne s'agit pas d'un retard mais au contraire d'une avance de 3min56s, un retard provoquerait un déplacement du ciel étoilé d'ouest en est. Je vous laisse intégrer cette notion et je reviendrai pour résoudre "l'énigme" de bruno beckert (la Terre qui a un peu tourné) qui explique en fait cette avance.
  25. La Terre tourne sur elle-même en 23h56min4s par rapport aux étoiles. Si vous revenez le lendemain à la même heure l'objet ne sera plus dans le collimateur... Pour l'avoir dans le collimateur il faut revenir 23h56min4s après son pointage de la veille. Exemple avec Véga. Ce soir vous pointez Véga dans l'instrument à 21 heures (Temps Universel). Demain si vous revenez à l'oculaire à 20h56min04s Véga sera dans l'oculaire, après demain il faudra regarder à 20h52min08s (sans avoir bien sûr déplacé l'instrument) et ainsi de suite au fil des nuits qui passent (en première approximation). Revenons à ce soir 21h Véga est dans l'oculaire à la suite du pointage . La déclinaison de cette étoile est de 39° (valeur arrondie) si on laisse l'instrument fixe (moteur de suivi coupé) on verra défiler dans l'oculaire tous les objets ayant la même déclinaison au cours de la nuit. Si on veut revenir sur Véga il faudra déplacer l'instrument en AD de la valeur du temps écoulé : si on veut revenir sur Véga à 23 h on déplace le télescope de 2 heures en AD (il suffit d'ajouter 2 heures à l'AD indiquée sur la monture). L'histoire du café avec son café. Imaginons qu'à 20 minutes d'AD et à la même déclinaison que Véga est située une belle nébuleuse planétaire. On pointe sur Véga et là deux possibilités : - soit on déplace le tube en AD d'une quantité de 20 minutes ; - soit on laisse tourner la Terre pendant 20 minutes... le temps d'aller boire un café.