Cyrille Thieullet

Member
  • Content count

    44
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

49 Neutral

About Cyrille Thieullet

  • Rank
    Inactive member
  1. apo TELYT-r Video Lunaire

    Bonjour Mehdi, Non ce n'est pas l'objectif ultime même si ses performances sont très bonnes : https://www.overgaard.dk/pdf/APO-TELYT-R_400_mm f2_8_Technical_Data_en.pdf Les mtf leica ont 4 courbes 5, 10 , 20 et 40 L/mm. Ca va plus loin que canon qui donne 10 et 30. Personnellement j'ai un 280. La mise au point une fois faite tient la nuit. Mais si je veux plus de piqué c'est la FSQ avec le réducteur. Les apo telyt ont la particularité d'avoir un chromatisme très bien corrigé de manière étendue. Ce qui a participé à la fabrication de leur légende en terme de rendu de couleur, de piqué et contraste. Leur prix a toujours été très élevée du fait en partie de la masse de verre nécessaire pour faire chaque lentille et de leur processus de fabrication. Au départ cette série a été faite pour les militaires avec besoin d'une vision plutôt en IR et à l'infini d'où cette correction étendue. Ce qui est exceptionnel avec ces objectifs c'est qu'ils ont peu de lentille pour atteindre une très bonne correction. Maintenant si tu veux investir dans l'objectif "ultime" sur le papier c'est les canon 400 is III 2.8 ou 600 is III 4.0. Ils sont légers et leur MFT est quasiment parfaite y compris avec le doubleur de focale. http://www.eflens.com/ef-lenses/ef_400_f_2_8l_is_iii_usm.html http://www.eflens.com/ef-lenses/ef_600mm_f_4l_is_iii_usm.html Et pour ce prix tu peux avoir la lunette ultime en 100mm c'est ici : https://apq.de/en/index.htm https://apq.de/en/optical_design.htm?tab=2#tpl Cyrille
  2. Tubes carbone pour Serrurier

    A titre d"exemple Même si mon secondaire est trop lourd pour des lattes "natures", j'ai utilisé à un moment une version latte brico de 27x9 avec le secondaire de 6kg à ce moment là + des boulons pour la fixation. La deflection calculée pour de l'épicéa de bricomarché (E=10) est de l'ordre de 0.17mm. A l'époque, la collimation bougeaient de trop mais ce n'était pas à cause des lattes vu le déplacement entre en haut et bas... Après en prenant des lattes de 30x10, il est possible simplement les stratifier avec du carbone. Et sur le papier ca devient meilleur que des tubes carbone pour une structure triangulée. L'ammortissement des vibrations devrait être aussi meilleur.
  3. Tubes carbone pour Serrurier

    @Pascal C03 C'est la même formule. Plus tu mettras de tubes plus tu auras un risque au niveau des attaches. Ce qui compte c'est la surface de la section. 6, ou 8 tube c'est le "même" poids car il faut un tube plus épais en 6. Si tu te sers des tubes comme poignée là il va y avoir de la flexion et il faudra augmenter en diamètre et tu va prendre en poids. Où alors il faut saisir au niveau d'une attache qui peut aussi céder car elle est normalement dimensionné pour 1/4 du poids et le pas le poids en totalité. Sinon elle doit être plus grosse pour mettre un manche dessus par exemple mais ca augmente aussi le poids. @Toutiet :-))) je me doutais que ca te plairait. Evidement pour un dobson F10 c'est moins conseillé ;-)
  4. Tubes carbone pour Serrurier

    Bonjour, La formule pour calculer la deflection en mm du secondaire et donc dimensionner le diamètre des tubes est : Par exemple voir page 5 : https://voyager3.com/wp-content/uploads/2014/06/StructureSerrurier.pdf Ou dans les livres de Albert highe. Delta mm = F/S * 1/E * Ltube^3 / Base^2 * 1/1000 F est le poids du secondaire en N : Poids en kg * 9,81. Idéalement à son centre de gravité. Mais ca change rien à l'ordre de grandeur. S : surface de la section en mm2 du tube. Pour un tube rond : (RayonDiamètreExtérieur^2 - RayonDaimètreIntérieur^2) * pi E : module de young en GPa Ltube : la longueur du tube en mm. La hauteur de la cage secondaire suffit en approximation. Base : l'écartement des fixations des deux tubes en mm. Pour un secondaire de 7kg, un T610 à F3.3 et des tube de 30/27 de 1500mm de long, des tubes carbone classiques avec E = 70, une base de 700mm ca donne : (7*9.81 ) / 134 / 70 * 1500^3 / 700^2 / 1000 = 0,05 mm Avec des tubes de 20/16 la deflection serait 0.06mm. Et à F3.3, pour un 600 la précision de collimation c'est 0.3mm. Donc avec un secondaire de 7kg, ce qui est bien lourd, ca fléchit de 0,05mm. Ce qui veut dire que : - les tubes pullwing pour avoir un E > à 70 et qui coute plus cher ca sert à rien, Il vaut mieux prendre un tube plus épais même de diamètre inférieur ca sera beaucoup plus efficace et moins couteux. - les diamètres plus gros c'est pas la panacée contrairement à tout ce que nous lisons dans les forums. Il vaut mieux plus épais. - Des tubes alu de 2mm d'épaisseur c'est très bien. - Des lattes en bois aussi comme le souligne à juste titre @Toutiet La raison est simple, les tubes travaillent en compression et extension et l'effort de flexion c'est surtout lié au poids du tube sur lui même. Selon la loi de Hooke qui est utilisée pour ces calculs, ce qui compte c'est la surface de la section . Donc des tubes pleins comme des lattes fond aussi l'affaire même si le module de young est bien plus faible que du carbone. Malheureusement les personnes raisonnent en flexion avec le moment quadratique et préconisent à tord des tubes plus gros et cherchent un E maximal. Il suffit de regarder une grue qui souleve des tonnes sans fléchir et de constater le diamètre des tubes d'aciers de la structure pour remettre en cause cette croyance. -> dans notre cas ce qui devient primordial c'est d'avoir un système d'attache bien dimensionné pour que les tubes soient solidaires de la structure. Dans le dimensionnement des structures de pont, de grue ou autre structure à tubes/poutres c'est les poutres en compressions qui doivent être plus grosses. En théorie sur un dobson ca voudrait dires des tubes plus epais en bas qu'en haut. Et des tubes du haut qui pourraient être de diamètre plus petit. Dans la pratique vu les déformations dans notre cas c'est inutile et surtout peu esthétique. Dernier point, un 6 tubes est 1,33 moins rigide qu'un 8. Et donc 0.05 * 1,33 = 0,07. Donc pour un 6 tubes, pour la même déformation, il faudrait une surface de la section 1,33 fois plus grande soit des tubes de 38x35 avec la même épaisseur. Ou des tubes de 30mm mais de 2mm d'épaisseur (1,5*1,33) au lieux de 1.5mm. Cyrille
  5. Tri des brutes avec siril?

    Bonjour, Une petite précision sur la wfwhm que les concepteurs de Siril ont la gentillesse de mettre en place super rapidement quand je leur ai proposé : L'idée est d'utiliser le nb d'étoiles détectées et de calculer le ratio entre le nombre d'étoiles de l'image en cours et celle de référence. Ajusté d'un facteur d'amplifiction. Ca donne un ratio qui est multiplié à la fwhm. Plus c'est petit mieux c'est. S'il y a moins d'étoiles, il y a eu des nuages, de la buée, un avion est passé, selon le seuil, l'image dégage. S'il y en a plus c'est un bougé rapide et en général le nombre d'étoiles est beaucoup plus important et l'image dégage aussi. D'où l'importance avec ce critère de sélectionner une brute de bonne qualité. Sur des sessions "compliquées" ca donne dans les tests que j'ai fait les meilleurs résultats dans le tri. Sur une session "propre" ca fera comme la fwhm classique. Cyrille
  6. Topaz Denoise a encore fait des ravages!!!

    Bonjour, Merci pour vos commentaires :-) L'IA de Denoise est morte. Elle n'apprend plus rien. Pour une version du soft c'est figé. C'est le resultat de la résulotion du système d'équations. Et ce calcul prends du temps. J'imagine qu'il feront évoluer au niveau de la topologie du réseau et/ou au niveau du jeu d'images. Les jeux d'images en entrée d'un réseau pour l'entrainer ne sont pas forcément des images entières mais plus probablement des portions qui permettent une calibration. C'est plus simple et ca va plus vite à utiliser s'il y a un million d'images dégradée + un million d'image cible à ingurgiter Il est possible par exemple de prendre une photo à différentes exposition et d'utiliser la photo bien exposé mais qui aurait sa luminosité réduite comme référence non bruitée. Ou de prendre une photo nette à la bonne vitesse et la même avec une vitesse plus faible en bougeant l'appareil. Idem avec une photo nette et une autre avec un léger défocus dans un sens ou dans l'autre. Puis de découper la photo en carré de 100x100 ou plus. Je ne sais pas ce qu'ils ont fait. Et d'envoyer ca à digérer pendant un temps dépendant de la puissance brute de calcul de l'ordi. Un peu comme une optimisation dans nos logiciels d'optiques. Ce sont les mêmes algos d'optimisation multicritères qui sont derrières. Et c'est long à converger. Et ca converge vers une formule qui est rarement la meilleur du premier coup. Denoise ne sait pas ce qu'il traite comme n'importe quel algo. Un pot de fleur ou une nebuleuse c'est pareil. Ca reste une suite de pixels avec des valeurs en rvg ou autre. Par contre d'après ce que j'en ai vu, s'il rencontre une zone où l'écart type entre les pixel ressemble à un bruit de fond, (ou au bruit de fond de l'image ou de la zone qu'il trite ?), il va unifier le fond. Mais là encore difficile de comprendre ce qu'il fait ou de le prévoir car c'est une boite noire. C'est pour cela qu'il faut tester. La difficulté d'un jeu d'image astro c'est que nous n'avons pas d'images nettes et sans bruit en "brut". Toutes nos images sont traitées et incluent un volume important de corrections/amélioration. Et de manière unique bien souvent les curseurs sont ajustés au cas par cas et selon la personne derrière le logiciel. Impossible je pense de calibrer. Si bien que comme le dit @Roch un résultat utlile est peu probable. Pour savoir s'il apporte, il y a deux points de vue : la précision ou le temps gagné. Là encore nous pouvons les opposer. Qu'est ce qui est le plus important ? Chacun à son avis. Il serait aussi possible d'envisager de faire un merge d'une version topaz + une version deconvolution. Un peu comme la fusion L + le RVB pour révéler les détails. Nous ne sommes plus à une fusion de calque près dans tous les traitements que nous faisons. Reste qu'expliquer ce qui a été fait sur la photo, et dire il y a eu du topaz pour s'entendre dire que si ta photo (et donc ton travail) plait c'est pas à cause de ton telescope bien réglé, que tu as peut être fait toit même en plus, de ton savoir faire, de ton expérience et j'en passe mais parce que tu as fait 2 clic et t'as aucun mérite, qui en aurait envie ? Nous pouvons voir aussi le coté positif, si les photos sont plus sexy avec Denoise (ou un autre) au pire nous aurons de nouveaux venus qui se diront pas besoin d'avoir hubble, d'y passer 3 nuits pour faire de belles photos. Ils achèteront du matériel, découvriront l'astro, auront des résultats plus rapidement, ca élargira l'offre et nos possiblilités et ca fera plus de personne pour pester contre les lampadaires. Cyrille
  7. Topaz Denoise a encore fait des ravages!!!

    Bonsoir, Je trouve aussi que la photo de départ too much… Mais comme il a été dit Astrobin c’est comme facebook ou youtube. C’est celui qui a le plus de like qui passe à la télé. Reste que je suis un peu surpris par tant d’effervescence pour un logiciel. Quand je l’ai présenté sur le site d’en face l’année dernière il y déjà eu le même débat. Quand @Colmic a transféré pour en parler ici ça a refait pareil. Et ça continue. Denoise est un logiciel qui utilise un réseau de neurone que l’on peut voir comme un système d’équations (100, 200 + ?, linéaires et/ou non ?) à plusieurs inconnues (>5, 10 + ?). Pour être construit ce réseau a été alimenté d’image « parasitées » en entrées avec pour consigne de donner les images « avant parasitage » en résultat. Après avoir digéré des millions d’images avant/après, chaque coefficient a convergé progressivement vers un résultat qui donne statistiquement la meilleure concordance par rapport à la cible sur ce volume/panel d’images. Il y a de nombreuses convergences possibles qui peuvent dépendre des types d’images en entrées. Une par exemple pour des images à faible éclairage et une autre pour des images plus claires par exemples. C’est une des options que propose le logiciel par exemple. Le résultat global du réseau est un ensemble de valeurs numériques figées qui remplissent ces équations. C’est finalement comme une approximation d’une équation de restauration d’image sur un sujet/thème particulier : retirer du bruit pour Denoise. On peut y voir une espèce de déconvolution multiforme avec des paquets de « sous traitement » spécialisés sur un truc et d’autres sur un autres. Comme pour un algo un peu classique avec des débranchements, l’algo va analyser l’image par morceaux mais peut être aussi sur plusieurs niveaux de détails pour chercher des cohérences, des corrélations et les mettre en avant par les unes rapports aux autres en regard du bruit. C’est sur ces aspects multidimensionnels que la différence se fait. Contrairement à un algo « classique » type déconvolution ou autre qui traite tout de la même manière, là l’accentuation n’est pas la même partout. C’est ce qui le rends « intelligent ». Avec des gros guillemets. Ça ne veut pas dire non plus qu’il invente mais qu’à partir d’un certain degré d’incertitude ou d’incohérence sur la donnée source le résultat a une fiabilité qui se dégrade d’autant plus que la force du traitement est poussée car Il part interpréter autour pour reconstruire ce qui semble manquer au centre sur une zone dont la largeur dépend de la force du traitement. Il peut alors produire des artefacts. Mais tous les algos de traitements d’image produisent des artefacts plus ou moins rapidement. Denoise est entrainé en particulier à préserver/révéler les transitions de contraste et les faire sortir du bruit autour ; avec apparemment une acuité spéciale pour les lignes ou autres patterns https://help.topazlabs.com/hc/en-us/articles/360026224352-DeNoise-AI-Frequently-Asked-Questions#dn1 Qu’il va probablement compléter pour finir ce qui manque vu comment il nous a fait des filaments farfelus dans les premières versions. Mais c’est beaucoup mieux maitrisé depuis la version 1.2. https://help.topazlabs.com/hc/en-us/articles/360026521811-DeNoise-AI-Changelog Ce qui amène certains maintenant à pousser les curseurs trop loin comme sur la photo du début. Peut-être en s’imaginant que c’est de l’info au final ? Et je peux comprendre en ce sens la position de @jldauvergne. Maintenant pousser les ondelettes à fond c’est pareil. Au début tout le monde y aller du curseur. Et ça s’est calmé depuis il y a eu des tutos et les personnes se sont « éduquées » sur le rebond…. Une déconvolution créée des artefacts car l’image n’est jamais homogène parfaitement par rapport à la déformation modélisé par la PSF. Elle « invente » aussi. Autant d’informations calculée ayant une forme de pattern régulière et que denoise peut considérer comme significative dans son analyse s’il passe après. Dès lors il peut produire des résultats statistiquement encore plus faux comme renforcer de l’information là où il n’y en avait pas « réellement ». C’est pour cela qu’il vaut mieux le passer avant tout traitement. Ça parait logique aussi vue comment il fonctionne. Sauf que chez nous rien que l’empilement c’est déjà de la grosse bidouille avec même parfois des bouts d’images recomposés et additionnés à échelles variables ! C’est pour cela que l’on peut considérer que Denoise est idéal pour un night scape et qu’après ça se discute. Ca reste un choix personnel. Il peut y avoir un autre biais. Mais j’imagine qu’ils y ont pensé. Comment les concepteurs de Denoise ont fabriqué leur jeu d’images dégradées ? Nous parlons de plus d’un million d’images. Quels algorithmes ont-ils utilisés pour les flouter ? ajouter du bruit ? simuler un bougé ? Etc… Autant de pattern qui peuvent se retrouver « imprimés » dans la matrice du réseau de neurone et ajouter de l’information là où il n’y en avait pas. C’est le biais d’apprentissage. Inhérent à tout apprentissage. Et pour en rigoler un peu, même pour nous, nous préférons ajouter des croyances pour combler ce qui nous échappe plutôt que de dire que nous ne savons pas. Ce qui fait que nous nous écharpons régulièrement sur les forums car nous « inventons » ou plutôt interprétons aussi d’une certaine manière l’information qui nous manque pour arriver à nos fins, histoire de persuader les autres sur tel ou tel sujet. Fin de la parenthèse… C’est pour tout cela que les concepteurs de Denoise alertent sur la création possible d’artefact et conseillent d’utiliser le logiciel en début de chaine. https://help.topazlabs.com/hc/en-us/articles/360026224352-DeNoise-AI-Frequently-Asked-Questions#dn5 C’est du bon sens finalement. Et plutôt honnête de leur part. A nous d’y faire attention. Cette limite s’applique à tout algorithme de traitement d’image. Et ce n’est pas parce que ces algorithmes ont une équation (qui peut être réversible) qu’ils sont plus « scientifiques » ou pertinent ou moins dangereux. Simplement, contrairement à Denoise, l’équation est connue. A titre d’exemple, nous utilisons les calculs pour la position des satellites. Mais ce ne sont que des approximations qui en dehors de leur plage d’utilisation donnent n’importent quoi. Personne ne s’en plaint. Il suffit de rafraichir les TLE. Denoise c’est un peu pareil. Il va y avoir des règles d’utilisation optimales. Sauf que là nous découvrons. Sur une image il peut être ok et mauvais sur une autre qui a eu un traitement. Sur une partie de l’image il peut être très bon et sur une autre partie être plus approximatif. Il faut tester, quitte à l’appliquer sur une zone dans un calque pour le cœur d’une galaxie par exemple puis avec tringlerie ad hoc pour diffuser la netteté après comme le fait @Roch Extérieurement il est facile d’accès, mais il est complètement opaque. Si certains ont besoin de maitriser, de comprendre ou d’expliquer une chaine de traitement de bout en bout par rapport à une démarche de travail ça peut être difficilement acceptable et discutable. Mais le mettre de coté reste un encore choix personnel. Après Il y des risques à utiliser tout logiciel d’amélioration des données dans le cadre d’une démarche scientifique. Maintenant pour réduire ce risque, il y a des possibilités. Comme faire plusieurs photos/tests/mesures et de croiser les résultats pour observer si statistiquement l’information se retrouve toujours au même endroit et de la même manière. Je n’imagine pas un scientifique communiquer sur une seule observation pour annoncer une découverte. Ça va être vérifié plusieurs fois. C’est finalement le même problème qu’avec un instrument de mesure. Étalonner mon instrument dans ma procédure, puis faire les mesures. Aussi utiliser Denoise dans un cadre scientifique me semble possible. A propos du niveau de détail anormal, j’ai en tête le partage de @Thierry Legault en juin dernier. Une extraordinaire photo faite avec sa lunette de 200mm offrant un détail de 0.15’. Bien au-delà de la résolution optique théorique de la lunette. Et en plus sur une seule photo ! Personne ne lui a dit qu’il avait « cheater » avec un logiciel car optiquement ce n’est pas possible ! Tout le monde est tombé d’accord que la détection de ce bras de 35cm avait était possible par contraste avec une lunette de 200. Mais là c’est un peu différent. Denoise révèle et affine. Et ce qui était une tache peu devenir un point. Un trait épais un filament. Voire disparaitre par filtrage. Sur la rosette par exemple les petites taches noires peuvent être prisent pour du bruit et se faire filtrer ou fortement réduites. C’est ce que nous voyons sur la photo de départ. Et apparait des détails en dessous de la diffraction. Est-ce inventé, est-ce une réduction trop forte, est-ce ok ? Là est aussi le débat. Si l’on considère la limite de diffraction tout ce qui est en dessous dans l’image ça n’a pas de sens physique. Sauf que par différence de contraste il est possible d’aller en dessous et de détecter de l'information réelle (cf image de Thierry). Alors ? La question est de savoir si Denoise est capable de travailler sur des différences de contraste et de détecter des informations avec une pattern alors que d’autres algos considèreraient cela comme du bruit. Le bruit réel n’a pas de pattern. C'est une opportunité pour nous et en même temps un piège. Dans ce cas Denoise va révéler cette pattern dans l’image. Il n’inventera rien. Pour lui ce sera de l'information. Une incohérence dans le bruit sera simplement interprétée comme un signal à révéler. La question que nous pourrons nous poser c’est : Est ce que cette pattern est réelle ou vient-elle de l’empilement ? De la dérotation ? D’un banding dans le capteur ? de notre sigma clipping ? de l'optique ? du seeing ? autres ? Car elle a bien une origine. Et la réponse c’est que nous ne savons pas avec certitude aujourd'hui. Et que pour savoir à coup sûr il nous faudrait une image en plus haute résolution faite avec un instrument plus gros, au même moment, dans les mêmes conditions at avec la même qualité optique mais sans utilisation de Denoise. Image que nous n’aurons sans doute jamais… Dans le doute il y a ceux qui vont s’abstenir en attendant plus de certitudes et d’autres qui vont y aller pour tester et trouver les limites. C’est peut-être le sens du débat de ce post ? Les deux ont parfaitement raisons de leur propre point de vue. Et comme dirait Mulder, la vérité est ailleurs... Aussi en planétaire utiliser Denoise en début de traitement juste après le stacking et même avant la dérotation semble le plus logique. En CP c'est peu être différent si l'on utilise denoise sur certaines zones uniquement. Nous en sommes au début de l'utilisation. Reste que les deux images de mars avec et sans Denoise sont pour moi splendides et traduisent deux savoir faire. Et que ce type d'image n'est possible que grâce à un instrument d'exepcetion, conçu, réglè et utilisé de manière optimale. Et tout cela made in France en plus.... Aussi je trouve cette querelle bien triste car nous avons : - du traitement "linéaire" classique en planéttaire avec une série de vidéao didactiques, exhaustives qui représente un travail énorme ET gratuit pour nous, - des tutos tout aussi complets sur les traitements "linéaire" classiques en CP pose courte ou longue, - les premiers résultats d’une autre approche "non linéaire" tout aussi spectaculaire avec aussi deux vidéos didactiques et complètes sur mars et de nombreux résultats en CP qui sont ausi superbes. C'est plutôt top. Cyrille
  8. Réalisation d'une araignée à fils

    Bonsoir Nathanaël, Ok :-) Est-il Il possible que la tension sur les vis de biais soit une diffucilté ? Comment maintenir sans que la vis soient perpendicuaire à la surface ? Il est possible que ce qui a fonctionné avec un cercle ne le soit pus avec un hexagone : sur le cercle trous les trous sont par construction perpendicualires à la surface. Je pense que verrouiller les positions seraient plus efficaces avec des trous perpendiculaires à la surface pour pouvoir placer au pire une rondelle en appuis er ajouter un peu de tension. Une vis externe suffit. Pas besoin de vis interne. Après je n'ai pas testé. Autre aspect : le passage des fils est aussi différent du tien. Tes oeillets sont dans le même plan. Aussi leur position favorise peut être moins la stabilité. Le montage de M. Bartels nécessite peu de tension selon ses dire et reste stable. Il y a une raison qu'il donne : les oeillets sont écartés verticalement. Dans ton cas cela foudrait dire 6 oeillets comme maintenant mais placés au milieu des faces pour être perpendiculaire au plan du trou et espacés de la hauteur du support de to PO. Ca ferait comme une arraignée à 3 branches, et réduirait au passage les aigrettes de 12 à 6 car les vis seraient deux à deux ans le même plan. Le passage du fil pourrait le tour du PO coincé par les boulons pour sortir à la perpendiculaire. Juste une suggestion ;-) Cyrille
  9. Réalisation d'une araignée à fils

    Belles photos :-) La diffraction ressemble un peu à ce que donnerait un objectif à diaphragmme. M. Mel Bartels utilise le même type de dispositif. Il a résolu le pb de stabilité de la collimation en écartant et croisant les oeillets. Là c'est pour un secondaire de 4kg au total... Voir la section "The wire spider" https://www.bbastrodesigns.com/25/25 inch F2.6 Telescope.html
  10. Effets de la diffraction par l'araignée du secondaire

    @asp06 J'ai eu la même crainte, j'ai fait un test avant sur un morceau d'inox. Ca se décolle facilement. Enfin pour la feutrine que j'ai acheté et sur de l'inox poli. Ca serait plutôt un manque d'adhérence. Et puis c'est relativement solide et un peu élastique aussi ca ne se déchire pas en tirant dessus.
  11. Effets de la diffraction par l'araignée du secondaire

    Bonjour, Avant les araignées du clavius 480 étaient en inox poli. 2mm d'épaisseur. De grandes aigrettes étaient visibles. Mais j'avais des pb de reflexions car la perpendicularité parfaite n'était jamais là entre le primaire, le relais et les branches d'araignée. Aussi polir encore plus, ajourer ce n'était pas une solution dans des branches de 35mm de hauteur. Après avoir lu un post d'un allemand ayant fait des tests sur son newton, j'ai fini par mettre de la feutrine noire sur les branches. Les aigrettes ont enormément diminuées, voirent disparues sur les étoiles qui ne sont pas très brillantes sur les photos ou en visuel. Moins de pb de reflet. J'ai trouvé que le contraste a aussi été augmenté en visuel sur les planètes et peut être sur le ciel profond aussi. Je n'ai pas observé de pb avec la rosée qui se met dessus en fin de nuit. Le cable d'alimentation de la resistance du secondaire est plat en cuivre. 2x 10mm de largeur isolé. Il passe passe dessous et n'ajoute aucune epaisseur. Aussi j'ai gardé depuis deux ans cela en place. Peut être à tester pour ceux d'entres vous qui ne pourront pas usiner leurs branches d'araignées ? Cyrille
  12. Construction dobson 400 - avis sur le concept

    Bonjour Antoine, J'ai fait deux 400 de type stock qui entrent dans une valise Pelicase IM2875. Ca permet de transporter en voiture en toute sécurité, de mettre les autres bagages dessus sans ce soucier, de le ranger à l'abris de la poussière à plat ou vertical ou de le déplacer facilement sans se faire mal au dos car il y a des roulettes et la poignée amovible sur la valise. Le premier avec un mirroir hubble optic F4.5. Un barillet type stock en inox mais 18 points: Deux barres alu avec 3 ensembles de deux triangles. "Léger" pour un mirroir classique mais avec le mirroir sandwich aucun astigmatisme sur le ciel constaté. Le deuxième avec le même principe et un mirroir mince de 16pouce / 25mm à F4. Là un barillet monobloc avec un cable a été utilisé. Le mirroir primaire ne bouge pas. La base du rocker reste dessous contrairement au premier où elle servait de protection supérieure pour la cage secondaire. Aussi j'ai utilisé une boite rigide autour du secondaire. Ca protège plus en particulier au moment du montage et j'ai gagné en poids. La contre partie, cette base est efficace sur un sol plat et stable et avec une mise à niveau bien faite. Sinon utilisation de petits poids haltérophiles par exemples si utilisation dans l'herbe pour mettre dessous. Le dobson final pèse entre autour de 14kg assemblé (3.5kg de plus pour le premier). Et 11kg de plus avec la caisse IM2875, les oculaires, le chercheur et l'outil de collimation. La fixation des tubes permet de glisser des poids et d'ajouter si besoin 1.5kg en bas si en haut j'utilise une tête bino avec un roue à filtre. Les cages secondaire sont faites en CP peuplier de 8MM. Je n'ai pas constaté de pb de rigidité tout en permettant de protéger le mirroir, de posser la cage secondaire à plat. Après pour les cages plus minimalistes, je ne sais pas. Les deux dobsons sont calculés dès le départ pour des encodeurs. C'est à dire qu'il faut laisser un peu de place pour que ca passe au dessus de l'encodeur à la rotation de la boite du primaire et aussi au rangement : donc pas de ventilateur au milieu du barillet par exemple. Reste à savoir si tu veux garder le compromis de ton 300 que l'on fait sur la stabilité avec ce type telescopes léger : sensibilité au vent, changement oculaire à faire avec doigté, mouvement sensibles et doux nécessaires, et dans une moindre mesure la stabilité de la collimation si le principe du support du secondaire type stock est amélioré avec une vis centrale de blocage au lieu d'un ou deux ressorts. Sinon de mon expérience pour des secondaires de 400 c'est peu stable même avec deux ressorts. Sur le premier j'ai du ajouter de l'elastique.... Ce sont des telescopes qu'il faut rentrer systématiquement. Pour l'avoir expérimenté, la moindre rafale de vent si on est pas là et c'est par terre... Bonnes reflexions puis construction ! Cyrille
  13. SharpCap , images soudainement droppées ...help !

    Bonjour Bernard, J'ai eu le même problème que toi l'année dernière avec les CMOS 290 et 174. D'un coup les perf sont devenues mauvaises. La mémoire qui se sature et après une vitesse d'escargot. J'ai aussi testé le disque, écrit dans le forum sharpcap, suivi plus de truc à faire sur windows. Fait de la place, j'ai même acheté la version pro de sharcap pour augmenter le buffer. Rien n'y a fait. Je me suis dit que le SSD de mon vieux surface pro 2 était usé, mais les outils de vérification m'ont dit le contraire. A ni rien comprendre. J'ai aussi incriminé les driver ZWO. Le programme Sharpcap. J'ai fini par acheter un nouveau portable d'occasion. Et la même soft, même problèmes mais moins grave j'avais un bufffer de 8Go donc le problème arrivait plus tard. Mais bonjour l'attente pour vider 8Go à une vitesse d'escargot. Alors j'ai fini par achéter un nouveau cable. Et tout est redevenu comme avant. Le précédant me semblait OK et il était HS. Enfin à moitié. Tous mes cables plat ZWO ont eu des PB. Vient peu être de la manière dont je les plis/roule/range. En espérant que cela t'aide. Cyrille
  14. Hobym CruxTv - retour 2

    Bonjour, Avec le PEC et sans guidage ca donne quelque chose comme cela : C'était un test de paramétrage de phd. Les crux acceptent un paramétrage PHD particulier. Hys = 0 et MnMo = 0 ou quasi aussi, Max Ad, Dec < 1000 Là 600 c'est un peu faible. Plutôt 900. Sans guidage et avec le PEC, un exemple de crop x1 avec un objectif de 280mm F2.8, 110 poses de 30s, 3200 iso et un Z6 refroidi (pixel 5.9um). Pas de dark ni de flat, traitement rapide avec siril et rien d'autre pour tester la rondeur des étoiles : Si on n'est pas strict dans la selection des images, les étoiles sont un peu ovales. Là j'en ai pris 85%. Après je ne sais pas s'il y a eu du vent ou non durant la session. Avec un 7S ca serait plus rond à cette focale. Avec la FSQ à 530mm, je ne sais pas le % de dechet sans guidage. Je ne crois pas que ca serait ok. Avec le réducteur (380mm), et un 7S ca serait a priori équivalent au 280mm+Z6 ( 8.4/5.9 x 280mm = 398mm). Pas testé. Il est possible que la performance soit améliorée dans une prochaine mise à jour. J'espère en tout les cas. Je travaille avec eux sur une optimisation de l'algo PEC spécifiquement pour la 140. Cyrille
  15. Astatic newton cell

    Hello Hakann I have a thin 16/F4 quartz Zambutto mirror (6.5kg). I did this kind of cell with carbon triangle and bars. That's the whole cell that moves. The miroor is fixed on the cell and is maintained by a sling. It is lights and it works great. I do not have any astigmatism. I used 10mm thickness aluminium plate. In you case, if you take such design, i think you need to use a 15mm one. I did a cut with laser then mill. It has been done by a shop. The 3 points are attached using rod end bearing. The collimation is done on the top. With such system you need to take care to adjust frame arround the cell so the border are sliding on guide (red circle to point out aluminium plate). This will avoid some unwanted twist. Hope that's help, Cyrille