Frédéric Lequèvre

Member
  • Content count

    19
  • Joined

  • Last visited

    Never

Community Reputation

0 Neutral

About Frédéric Lequèvre

  • Rank
    Inactive member
  1. Ombre de la terre

    Bonjour Thierry, bonjour à tous,Les étoiles brillant par elles mêmes, elles ne peuvent pas être assombries par une ombre, et ce indépendamment des dimensions de cette ombre (les lampadaires ne paraissent pas moins brillants la nuit... bien au contraire). Il faut un objet diffusant la lumière, mais ne l'émettant pas par lui même, pour voir l'ombre de la terre.La lune et l'atmosphère diffusent la lumière, c'est pourquoi l'ombre de la terre peut y être observée dans certaines conditions : http://perso.wanadoo.fr/philippe.boeuf/robert/physique/ombreterre.htm En revanche, une étoile peut être éclipsée si l'observateur se trouve dans le cône d'ombre d'un corps céleste éclairé par cette étoile. Ceci est le cas pour notre Soleil.a+FL
  2. Test de Roddier : nouvelle version

    Bonjour à tous,Une nouvelle version du test de Roddier et de sa documentation est disponible à l'adresse : http://www.astrosurf.com/tests/roddier/projet.html Bon courage et merci aux beta-testeurs !A bientôtFL
  3. Bonjour à tous,Oui, Hughes, il faut se méfier des formats images, et pas seulement du JPEG. J'ai rencontré aussi des problèmes avec le BMP : il doit y avoir des opérations qui modifient la dynamique des images. Se méfier aussi des offsets comme de la peste ! L'ajout d'une constante positive (négative) a pour effet de sous estimer (sur estimer) la courbure.On commence à "faire rentrer" plusieurs images intéressantes. Du coup, on perçoit mieux les limites du code et les améliorations à lui apporter.Coté sloggan, je verrai bien aussi :"Vos optiques, elles azurent en Roddier !"Ok, je sors...a+ FL
  4. Questions sur les miroirs superpolis

    Bonjour à tous,Superpoli, c'est pas tout simplement le contraire de "grossièrement taillé" ?Ok, je sors.FL
  5. Bonjour à tous,C'est vrai, Franck, le winroddier (tiens, et si on lançait un concours de noms ?) souffre encore de quelques défauts de jeunesse;-) Dans la version en cours de développement, il y a : - sauvegarde d'un rapport avec les zernikes - enregistrement du front au format opd pour faire le lien avec aberrator - correction des principaux bugs (résultats instables dus à quelques lignes de codes restant d'une précédente version...)Tout ceci sera en ligne bientôta+FL
  6. Bonjour à tous,En testant le logiciel avec de nouvelles images, on a trouvé un bug : après une certaine séquence d'actions, le résultat d'origine devient aberrant.Voici la séquence qui vous assure un résultat correct :- ouvrir les images (voir la doc pour le format et dimensions, ainsi que l'annexe) - saisir les paramètres (si les virgules donnent une erreur, essayer les points, et inversement) -lancer le calcul du front d'onde - sélectionner "aberrations sélectionnées" - déselectionner les tilts et le focus (les trois premières cases de la liste) L'estimation du front d'onde s'affiche alors.Vous pouvez ensuite sélectionner et désélectionner des aberrations, mais il se peut que le résultat correct se perde. Recommencez alors depuis le début (désolé;-).Tout ceci sera corrigé dans la prochaine version.a+FL
  7. Merci Jean-Luc Dauvergne pour ta patience, J'ai conscience que le soft n'est pour le moment pas très convivial... Multiplier les images par une constante ? En théorie il semble que rien de s'y oppose car le signal est la différence des deux images normalisée par leur somme. Ce qu'il faut éviter, c'est ajouter une constante aux images.En revanche, il y a quelques trucs à essayer dans le logiciel et qui peuvent améliorer les résultats : la valeur du seuil affichée sous les images permet de séparer le signal utile (le disque défocalisé moins l'obstruction) du reste de l'image. Il y a bien une procédure automatique mais elle peut ne pas fonctionner sur tous les types d'images. Au besoin, vérifier manuellement en entrant une valeur de seuil (à droite dans la fenètre des images intra/extra) et 'seuiller' l'image : le signal inutile devient bleu. En principe les valeurs de seuil sont très proches pour les deux images, acquises et traitées dans des conditions similaires.Une autre chose importante et qui sera modifiée dans la prochaine version : il faut obligatoirement décocher le focus et les tilts dans les aberrations sélectionnées, sinon, on obtient un front brut qui intègre ses deux types d'aberrations et qui peuvent laisser croire que l'optique est à 2 lambdas...a+FLJ'allais oublier : j'ai testé la procédure qui consiste à exporter le front d'onde vers aberrator (format OPD). C'est prometteur : on peut simuler les images de diff et planétaires. A paufiner et à mettre dans la prochaine version.
  8. Oups, l'adresse n'était pas correcte : http://teleauto.org/ a+FL
  9. Bonjour à tous !A propos du FITS, il y a une manip décrite dans la doc et qui consiste à ouvrir les images avec teleauto (http://www.teleauto.org/) puis à les enregistrer au format 'fits virgule'. J'ai pu par cette méthode ouvrir un ex fichier JPEG avec le soft de test de Roddier (ce qui ne présente pas un intéret fantastique il est vrai, mais on peut de la même façon convertir du FITS entier) . Quelqu'un a essayé cette manip ? Sinon, vous pouvez m'envoyer un jeu d'images en privé (utiliser le formulaire de la doc) pour voir ce qui se passe avec ce fichu format FITS... Bon courage et à bientôtFL
  10. << Aberrator ne sait pas faire des images suffisament défocalisés (hors caustique) pour qu'elles soient photometriquement exploitables au Roddier >>David : ce n'est pas ce que je veux faire. Je me suis mal exprimé avec le terme "boucler la boucle". En fait, je voudrais pouvoir transférer le front issu du Roddier obtenu sur un instrument dans aberrator pour que celui-ci génère les images planétaires théorique que l'on aurait avec cet instrument, tenant compte de ses aberrations. En gros, cela reviendrait à faire ce qu'on fait actuellement en simulant des images en entrant les paramètres d'aberrations, mais avec un front issu du Roddier.
  11. Bonsoir à tousBon, je suis un peu bavard, histoire d'atteindre les 10 messages ;-) J'ai contacté le concepteur d'Aberrator pour voir si on pouvait importer des fronts d'onde avec ce logiciel et ainsi simuler des images... afin de boucler en quelque sorte la boucle ;-) ca peut être intéressant de savoir ce qu'on peut attendre, par exemple en planétaire, d'un instrument donné, non ? On fait un roddier sur son SC favori, on importe le front dans aberrator et on regarde les belles images de saturne et Jupiter que cela donne, histoire de se donner une idée des perfs que l'on peut espérer ateindre. ce n'est en aucun cas un test supplémentaire, mais cela permettrait de donner du sens au résultat brut du test...Je ne sais pas si cette manip intéresse les éventuels utilisateurs du Roddier, mais ça pourrait être un plus, d'autant que la manip est pas compliquée : le format d'échange existe, c'est OPD (Optical Path difference) dans aberrator. Qu'en pensez-vous ?Fl
  12. << Il faudra avant que les mentalités changent >>Ca me fait penser à un pote qui me faisait remarquer gentiment que je dépensait beaucoup d'énergie sur un truc qui ne sert à rien, vu que la turbu fout tout en l'air et qu pas grand monde observe à 2,5x le diamètre !mais les mentalités changent David : de belles images défocalisées sont en préparation !FL
  13. << Pour simplifier, ce test est fiable quand on a affaire à de bonnes optiques, il l'es un peu moins quand il s'agit de mauvaises optiques, mais après tout, que le test dise qu'une combinaison est à 1 lambda à 10% près n'est pas très important, l'info principale est de savoir que l'on a une mauvaise optique, et quel type de défaut il s'agit. >>Tout a fait d'accord, David. C'est pourquoi la version acuelle devrai être satisfaisante du point de vue fiabilité, même si ça n'empêche pas de bosser sur un algo amélioré. Mais le plus urgent est d'améliorer la convivialité du truc (du style manipulation des images), plutôt que de chercher le pouième sur les lambdas...<< Je verrais plutôt un test avec un écran de Hartamm classique, appliqué en CCD, avec le petit programme qui va bien. >>Oui, c'est prévu d'ailleurs de l'ajouter au logiciel, comme d'ailleurs le calcul des ronchigrammes synthétiques. le seul truc, c'est que le temps manque un peu. J'avais dans l'idée de bricoler un petit masque de hartmann photographique que l'on mettrait dans le faisceau et que l'on pourrait utiliser ainsi sur nombre d'instruments, mais l'idée est peut être foireuse.ça me fait penser au passage à un argument "pro roddier" : pas besoin de déterminer les centroïdes des spots, ce qui devient "bouffeur de temps machine" dès que le nombre de ces derniers augmente, ce qui n'a à vrai dire pas beaucoup d'importance si on fait du test et non de l'optique adaptative. Et puis avec la puissance des machines...C'est vrai que les galettes de microlentilles ne sont pas encore à la portée des amateurs. Mais un jour ce sera un peut être composant très courant de l'optronique, et les amateurs pourront peut être en récupérer à des coûts corrects...
  14. <<Mais personnelement, j'avoue que cette methode est interessante, je cherche juste a en connaitre les limites, comme toute les methodes.>>Oui, et pour en revenir à ta première question, Cavadore, j'avoue que j'ai encore du mal à estimer les barres d'erreur au Roddier (même s'il y a quelques indications chiffrées dans la doc concernant les aberrations à courbure locale non nulle) ! Cette méthode me parraît aussi très intéressante ;-) mais ces limites sont encore floues, du moins en ce qui me concerne : la théorie peut aider à préciser les difficultés mais dans la pratique, cela doit diablement dépendre du code utilisé...C'est pourquoi on aura grandement besoin de beta testeurs et de leurs images pour affiner les choses...FL
  15. Normalement, le Roddier est capable de corriger le defocus ainsi que toutes les erreurs qui se répercutent sur les aberrations, dans le cas (qui risque d'etre le plus fréquent) ou les distances l1 et l2 sont estimées à partir du diamètre des images et non avec un comparateur mécanique. Mais c'est il est vrai au pris d'un algo assez complexe...Avantage du Roddier : pas de réseau de micro-lentilles donc coût très bas. Contrepartie : algo complexe et pas linéaire.Avantage du shack-Hartmann : algo relativement simple (les pentes sont proportionnelles aux DeltaX et Deltay des spots, donc résultats robustes . Contrepartie : coût élevé du réseau. On est aussi limité par le nombre de micros lentilles (16x16, 32x32, etc) ce qui filtre les hautes fréquences spatiales.Pour ma part, je m'intéresse aux deux méthodes, plus complémentaires que concurentes... D'autant que du point de vue maths, l'intersection des deux méthodes n'est pas nulle...Par ailleurs : j'essaie de voir aussi comment élaborer des réseaux de microlentilles... Cavadore, On peut envisager une collaboration ?FL