DOLGULDUR

Member
  • Content count

    479
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

117 Good

6 Followers

About DOLGULDUR

  • Rank
    Active Member

Personal Information

  • Hobbies
    Astronomie, informatique, mathematiques
  • Adress
    Ici et la bas

Recent Profile Visitors

6114 profile views
  1. Venus, grosse annonce à venir!

    Article de blog d'un vulgarisateur hors pair, qui fait plus que brasser du vent: https://scienceetonnante.com/2020/09/15/de-la-vie-sur-venus-pas-sur-mais-pourquoi-pas/ Ca parle un peu de methodologie en chimie et en traitement du signal en spectro, ca eleve vraiment le debat par rapports aux reactions du cerveau reptilien de part et d'autre.
  2. C'est une excellente question. Je travaille sur une plateforme soft permettant d'automatiser des acquisition, et j'ai donc un petit client qui recupere les Event PHD. En particulier l'event StarLost: https://github.com/OpenPHDGuiding/phd2/wiki/EventMonitoring#starlost Je ne connais pas les dev de nina / openPHD2 personnellement, mais ca vaut le coup de leur demander si ils peuvent mettre en place cette feature (park upon StarLost event).
  3. @idir fantastique! Un grand bravo !
  4. Faut voir l'antenne (ou le miroir a onde radio comment tu prefere) comme un telescope avec une resolution super faible et donc donnant une image super flou. En gros dans ce domaine d'onde, les lois de la physique font que tu doit avoir une surface collectrice (edit, une taille de detecteur, qui peut etre lui meme fractionne) gigantesque si tu veux avoir une image avec une resolution angulaire interessante. Comme la camera (le recepteur de l'antenne) n'a qu'un seul pixel, ben t'es oblige de bouger le telescope une fois pour avoir un second pixel, deux fois pour trois pixels, et ainsi de suite... Si tu realise une grille de 10 deplacements en X et 10 deplacements en Y pour chaque deplacement en X, ca te donne, 100 points d'acquisition repartis angulairement sur le ciel. Si tu reporte tes mesures pour chaque deplacement, ca te donne une carte. Dans la pratique bouger le telescope en suivi equatorial ou le laisser fixe et attendre que la terre bouge est equivalent. Bon apres j'ai pas vraiment pris le temps de lire la doc du produit, mais j'imagine que le SDL fait aussi un genre de balayage des frequences qui permet d'acquerir un spectre de la zone,. Je regarde ce sujet de loin, n'etant pas du tout specialiste, priere de corriger si je me trompe.
  5. En principe, vu qu'il y a qu'un seul detecteur, j'imagine que c'est par balayage, et deconvolution de la reponse impulsionnelle, dans une limite raisonnable. Comme tu le fais justement remarquer @AlSvartr encore faut-il arriver a etablir la reponse impulsionelle de l'instrument ! Une fois ce probleme regle, il doit y avoir moyen deja d'etablir des cartes sympa de la presence d'hydrogene, et meme de sa vitesse relative grace au redshift. L'interferometrie je serai curieux de savoir quelle type de precision sur l'horloge il faut, pas sur que ca soit faisable avec de l'electronique d'amateur, me trompe-je ?
  6. Raisonnement assez etrange, le signal lui meme n'est pas un bon indicateur de la qualite de l'image/detectivite sans prendre en compte le bruit (associe a l'electronique par exemple: le bruit thermique et le bruit de lecture).
  7. Radiotélescope

    Un projet diy apparemment très intéressant et en plein dans votre cible en australie: https://spaceaustralia.com/news/community-science-project-diy-radio-telescope
  8. Radiotélescope

    Il y aurait enormement de choses a dire sur le sujet, de liens, etc... Tout depend du temps que vous avez et des competences qu'il vous faudra acquerir. Concernant la motorisation, il y a tout types de solutions suivant l'intelligence que vous souhaitez mettre dans votre projet (monture equatoriale, azimutale, avec ou sans suivi, etc...) Quelques liens concernant le projet teenastro par exemple: https://groups.io/g/TeenAstro/wiki/Features ou astroeq: https://www.astroeq.co.uk/tutorials.php Sinon en moins evolue, nimporte quel tutoriel pour piloter des moteur pas a pas depuis un arduino devrait suffire. Concernant l'aspect acquisition, je vous conseil de jeter un coup d'oeil a ce projet https://pictortelescope.com/ et son forum (encore vide, mais l'auteur est un type assez axe sur la vulgarisation je pense): https://community.pictortelescope.com/ En vrac: https://www.webastro.net/forums/topic/19428-liens-sur-des-sites-de-radioastronomie/ https://www.radio2space.com/ Pour tout ce qui est calcul d'ephemeride: https://docs.astropy.org/en/stable/api/astropy.coordinates.SkyCoord.html (et en general tout la librairie astropy est une source incroyable d'outils pour l'astronomie)
  9. L'arme absolue pour collimater !

    Un filtre passe bas spatial pour enlever le bruit haute fréquence des lasers, excellent !
  10. Ecran à flat LIDL

    Quelqu'un connait une facon simple efficace et pas cher de se faire decouper des panneaux d'opaline de 2.5 millimetres (genre ca) en forme de disque ? J'avais pense au laser, mais je doute que les magasins de bricolage fournissent ce genre de services.
  11. concurrent de l'epsilon 160?

    De memoire on en a deja cause ici une fois ou deux. Il semble que le fournisseur soit sharpstar: http://www.sharpstar-optics.com/index.php il semble y avoir plusieurs distributeurs en europe. Tres peu de retour a ma connaissance, mais sur le papier c'est tres allechant, le modele carbone 200mm a f3.2 en particulier Le probleme avec ces scopes a mon sens c'est la qualification qu'il faut avoir pour pouvoir comprendre les caracteristiques et les sensibilites des differents elements (primaire hyperbolique, secondaire, correcteur de ross ?) pour pouvoir les regler correctement, et le cas echeant conclure sur la qualite intrinseque des optiques et/ou de la mecanique.
  12. C'est en effet une facon tres pertinente de presenter la chose, tu souligne bien qu'il y a un besoin d'information a priori sur le systeme d'acquisition: la PSF j'acquiesce ! Dans le contexte de l'astro amateur, je comprends qu'il soit important de souligner la difference, je voulais juste faire remarquer le fait que dans un autre contexte, avec une casquette de mathematicien sur la tete, on peut arriver a une conclusion diametralement opposee. Un exemple pour supporter mon propos: Lorsque tu dis que les ondelettes permettent de rendre plus visibles des informations deja presentes sur l'image, en fait mathematiquement cela se traduit par un apriori statistique sur la distribution du rapport signal a bruit dans les coefficient d'une image naturelle une fois transformee le domaine des ondelettes: -le rapport signal a bruit est generalement meilleur dans les coefficient basses frequences -il est generalement moins bon dans les hautes frequences -les images naturelles peuvent etres approximes avec une bonne precision grace a un faible nombre de coefficients -etc... Il s'agit d'un apriori au meme titre que la PSF utilise en deconvolution, seulement il est de nature un peu differente suivant si la PSF est parfaite connue, bien approximee, ou completement inconnue.
  13. Technique la reponse peut varier selon le type d'ondelette utilisee, d'ailleurs j'ai toujours trouve etonnant le fait que l'on utilise le mot ondelette dans les logiciels grand public comme s'il s'agissait d'un outil universel, les veritables details restant caches dans l'obscurite du code proprietaire. Dans la pratique il existe un tres grand nombre de transformes en ondelettes, ayant des proprietes tres differentes. Supposons par exemple qu'il s'agisse des ondelettes de daubechies dont on parle d'un cote, et de la transforme de fourier discrete de l'autre. Ces deux outils sont mathematiquement des operateurs lineaires, qui en plus ont comme propriete commune d'etre des isometries (dans la tfd cela decoule du theoreme de Parseval, et chez daubechies cela decoule de la propriete d'orthogonalite, mais dans la pratique c'est quasiment blanc bonnet et bonnet blanc). Bref, pourquoi insister sur cette propriete ? car elle nous dis que l'une et l'autre de ces transformations permettent un passage de l'espace direct (l'image) a l'espace de la transformation, de maniere stable, et surtout de faire la transformation inverse de maniere aussi stable. Lorsque tu joue avec tes coefficient de tfd, ou d'ondelette, tu pratique un simple changement de coordonnes (oui oui, comme une simple rotation du plan en 2 vu au college, mais simplement ici on parle d'espace de dimension beaucoup plus grande), qui te permet de faire des changement de maniere simple, souvent il s'agit de limiter le bruit ou augmenter les contrastes en augmentant ou diminuant certains coefficient de l'image dans ce domaine, et ensuite de rechanger de repere pour retrouver ton image. Ou se situe la difference ? En fait on pourrait en citer un paquet, ce sont les limitations de la transforme de fourier discretes qui ont suscites des recherches dans le domaine des ondelettes. Il y a quelques subtilites techniques dans la tfd, par exemple le faire que la symetrie hermitienne doit etre respectee si tu veux recuperer une image reelle, c'est pourquoi souvent on se contente de modifier la norme des coefficients dans l'espace de fourier et pas leur phase. Les proprietes "visuelles" de l'action de changement de coefficient sur ces deux types de transformes sont differentes, du fait entre autre, que les series de Fourier converge lentement pour les fonction ayant un faible degre de regularite. Plus clairement, si tu as un detail, comme un changement d'intensite soudain dans l'image, ce dernier pourra etre "isole" dans un faible nombre de coefficient dans l'espace d'ondelettes, ces dernieres ayant un nombre eleve de moment dissipant, elles seront rapidement aveugles aux polynome de haut degre (les details) pour une echelle de representation donnee. Difficile par exemple de debruiter une image dans le domaine de fourier sans "flouter" grandemenent l'essentiel des details, alors que cela est plus aise dans le domaine des ondelettes en general. Pour repondre a ta question: il y a conceptuellement peu de differences entre jouer avec des coefficients d'ondelettes et jouer avec des coefficients de Fourier
  14. J'ai peut etre mal interprete ta premiere citation, si c'est le cas je m'excuse, l'expression suivante pouvait porter a confusion selon moi "Il n'y a rien de comparable mathématiquement et les objectifs de ces méthodes sont différents." Il me semblait interessant de rajouter un peu de contexte pour voir en quoi ces methodes peuvent aussi etre vues comme mathematiquement identiques et ayant le meme objectif.
  15. Dans le contexte du niveau de cette conversation, je suis d'accord avec ce que tu explique, attention tout de meme a ne pas aller trop loin dans l'opposition de ces deux outils. Si on tape deconvolution dans google scholar par exemple, on verra que, presque tous les articles traitant de deconvolution datant d'apres la fin des annees 1990 utilisent ce terme dans le contexte plus general des problemes inverse. En particulier il y a de fortes connexions entre les ondelettes, un operateur qui a la bonne idee d'etre lineaire, et possede bien d'autres proprietes plus remarquables, et les methodes de stabilisation en problemes inverse. Si on y regarde de plus pret la convolution est aussi un operateur lineaire (le numericien averti se rapellera que la transformee de fourier discrete diagonalise les matrices circulantes), tout comme l'operateur identite. Dans ce contexte le debruitage (faire joujou avec les coefficient d'ondelettes par exemple), la deconvolution (inverser les effets d'un operateur de convolution), la reconstruction a partir d'operateurs d'echantillonages lineaires, etc.. sont des problemes qui peuvent etres mathematiquement generalises a l'identique. Anecdote interessante, l'algorithme Richardson Lucy dont tu semble parler dans certains de tes posts est simplement une instance d'un algorithme plus general appelee EM (expectation maximization) dans le cas d'un operateur lineaire, ici la convolution, qui utilise d'ailleurs son adjoint (la convolution avec le retourne temporel du noyau), et fait l'hypothese implicite que les donnees sont corrompues par un bruit de type poissonien. Cet algo pourrait etre utilise tel quel sur un probleme lineaire qui n'a rien a voir avec la convolution, ni meme le traitement du signal. Pour enfoncer le clou concernant le fait que ces deux outils ne sont pas vraiment opposable, il est pas si difficile de trouver des articles dans lesquels la deconvolution est "stabilisee" grace a certaines proprietes des ondelettes: https://ieeexplore.ieee.org/abstract/document/4454196 Ce qui est sur c'est qu'il y a encore de la marge pour tester plein d'algorithmes permettant d'ameliorer la recuperation de details sur les images astronomiques amateurs, d'ailleurs j'ai l'impression que @ms semble en connaitre un rayon sur le sujet et pourrait donner quelques bonnes references.