jldauvergne

Member
  • Content count

    12605
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    13
  • Country

    France

Everything posted by jldauvergne

  1. ok ça c'est intéressant, je pense que ça répond à ma question de départ. Merci ! AS3 est un sacré soft donc il fait peut être déjà ça, mais je ne suis pas certain. Je vais demander à Emil.
  2. Pas certain que j'ai du stock mais surtout avec quoi on traite ça ? Pixinsight le fait sur étoile et je ne suis pas utilisateur de ce logiciel, son ergonomie me rebute. Après possible que as3 fasse déjà ça sans qu'on le sache ?
  3. C est entendu, c'est ce que j ai précisé plus haut. On ne parle pas de drizzle classique mais de bayer drizzle ce qui est différent.
  4. Je ne comprends pas ce que tu entends par instrument figé, il y a plusieurs instruments sur le télescope et ça a évolué dans le temps. Le drizzle à la Hubble vient surtout de l'absence d'atmosphère et surtout du fort sous échantillonnage du télescope. Il est à 0,04"/pixel (sur le canal UVIS, c'est moins en IR avec 0,13), donc en gros un facteur 2 en dessous de la règle de Shannon. C'est juste 2 x plus fin en échantillonnage que ce que je mets sur mon télescope alors que Hubble est 10x plus gros. De mon côté je pousse un peu haut, mais Hubble est franchement bas.
  5. Tu ne peux pas juste extraire une phrase d'un corpus pour dire que c'est pareil Le drizzle est défini par ce corpus en entier et non par un de ses fragments. De surcroît, comme l'a souligné Philippe, le bayer drizzle n'est pas la méthode qui permet d'obtenir the "optimal signal-to-noise ratio". Donc ça ne colle pas avec cette définition très générale.
  6. Tu confonds la définition du mot conjoint dans le dico et celle en science. Là le mot conjoint désigne le fait de considérer l'entropie sur un ensemble de 2 variables, point barre. Rien à voir avec une intrication des deux variables.
  7. Et non toujours pas. Le drizzle à la Hubble vise vraiment à augmenter la résolution de l'image en nombre de pixel (mais aussi en résolution spatiale en cas de sous échantillonnage). Le principe est très simple en fait, selon qu'une étoile se forme centrée sur un pixel ou à cheval entre deux, la réponse du capteur n'est pas la même et ces deux informations permettent de retrouver proprement l'information à une échelle plus petite que l'échantillonnage de départ. On va typiquement augmenter la résolution de l'image x2 comme ça. En bayer drizzle si l'image faisait 1 millions de pixels au départ, elle fait toujours 1 millions de pixels à l'arrivée. L'opération vise juste à compenser la perte de 30% que l'on a avec les algo classiques de dématrissage par rapport à du monochrome. Ce n'est juste pas le même algo. Après il est probablement possible de cumuler les 2 algo si on a beaucoup de signal, pour aller au delà de l'échantillonnage de la matrice de bayer.
  8. Tu parlais de flux, pas de résolution alors que ma question portait bien sur la résolution, donc non tu n'as pas du tout parlé de la méthode bayer-drizzle. Pour savoir que l'on est efficace à 1/2 dans le vert et 1/4 en B et R je n'ai pas besoin d'aide. Tes conversions en db ne sont pas bonnes en passant c'est -6db en v et 12 db en B et R. Tu peux parler d'information conjointe ou de recoupement d'information pour les filtres de bayer qui se chevauchent, pas de soucis. Mais ce n'est n'a rien à voir avec de l'entropie conjointe, ... Au contraire l'entropie conjointe fait référence à la quantité d'information de 2 variables aléatoires (et donc sans interdépendance l'une avec l'autre).
  9. dans ton dernier message point de référence. Mais quand j'en cherche une je vois que ça n'a pas grand chose à voir avec ce que tu dis (entropie conjointe et recouvrement de 2 filtres bayer). Hubble ne fait pas du bayer-drizzle, mais du drizzle simple. Ce n'est juste pas la même chose. Je veux bien que le traitement de l'information soit ton domaine, c'est super, bravo. Mais au bout de 3 pages, seul @Philippe Bernhard a apporté une réponse précise par rapport à ma question de départ, qui était de savoir ce que le stacking apporte lorsqu'il y a 30% de différente en résolution entre les images brutes n&b et bayer. L'énoncé est simple. Bref on va pas se fâcher, mais si on pouvait rester dans le sujet avec des apports concrets plutôt que des digression théoriques qui n'ont pas de lien direct avec le sujet, ce serait bien. Ça peut éviter à terme que la réponse soit noyée dans une avalanche de digressions et de hors sujet (c'est juste mon point de vu, après chacun reste libre de poster ce qu'il veut).
  10. J'ai l'impression que tu n'as compris cette notion de Bayer Drizzle. Je ne vois pas ce que l'entropie vient faire ici, elle se fait manger à toutes les sauces dans ce fil. L'entropie conjointe encore moins (surtout que cette notion porte sur 2 variables aléatoires non liées). Si possible ce serait bien d'arrêter avec ce concept droping, à moins de l' étayer, l'expliquer, le justifier et l'argumenté, que l'on voit si c'est pertinent et que l'on apprenne quelque chose le cas échéant, car là ça n'apporte rien à la discussion je trouve. Le bayer drizzle tel que je le comprends c'est recaler les images entre elles sans dbayeriser, du coup à l'arrivée, aléatoirement en chaque point de l'image, on a eu tantôt le filtre v, tantôt le b et tantôt le r. Un peu comme si dans chaque couche les pixels se remplissent petit à petit au gré du dithering ou de la turbu. Du coup on reconstruit une vraie information RVB en chaque point, c'est comme si on avait passé un jeu de filtres RVB, sauf que l'information verte est 2 fois plus qualitative que B ou R. Si au lieu d'avoir une matrice RVB on avait une matrice SHO ça fonctionnerait également.
  11. Merci pour cette réponse, on revient au sujet. Avec le Bayer drizzle ce que tu dis c'est ce que j'imaginais intuitivement. Par contre je ne suis pas certain du tout que l'on ait cette option là en planétaire, et je ne savais pas qu'elle existe dans les logiciels pour le ciel profond. Tu parles de perte de signal, c'est surtout sur les couches B et R que c'est poussif je suppose ? Pour compenser il faut sans doute à partir de ce résultat là RVB générer une L structurée à 50% par V, 25%B, et 25%R, ne faisant ainsi on doit avoir le meilleur des deux mondes, non ?. Et du coup à ton avis si on dématrice proprement les images brutes avant stacking avec une perte de résolution spatiale (de 30% mettons), on a toujours cette perte de résolution après avoir empilé 1000 images ? (c'est ce point là qui est le plus flou dans mon esprit).
  12. ça aspire au cul. Sur pas mal de gros télescopes pro c'est deux rampes de ventilo pour un flux parallèle au miroir, une rampe aspirante, une soufflante. C'est sans doute pointu à mettre au point pour que ça marche bien.
  13. Au Pic ça marche super sur le T1M (ils aspirent)
  14. Ils ont des matrices de bayer aux Télécom ? (Desolé mais je n'arrive pas à suivre)
  15. Peut être mais cette démonstration là n'a pas été faite. Sur quoi te bases tu ? C'est utile sur toutes les planètes sauf peut être Mercure et la Lune. Encore que le bleu est potentiellement la couche la plus résolue. Et là on peut se demander si la matrice de bayer ne va pas plutôt plafonner en vert.
  16. Oui et ça c'est valable avec un télescope un peu poussif dans le bleu. Je suis 40% au dessus de ça et en monochorme. Ca passe bien. Un exemple de stack brut (pris un peu au hasard sur une bonne nuit), on gagne encore en finesse après dérotation.
  17. Pour remettre les points sur les i, je vous donne les sources biblio que j'ai trouvé par rapport à la perte sur une image brute. A lire avant de revenir avec des 50 ou 40% qui ne correspondent pas à la réalité. https://books.google.fr/books?id=yNZ5AgAAQBAJ&pg=PA128&lpg=PA128&dq=bayer matrix vs mono spatial resolution 30%&source=bl&ots=7qPuOnxvxx&sig=ACfU3U2y-7JvUR7X2zeQ7HvGC2BShBVt8Q&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwi316v32K3mAhVNyoUKHRmNCG0Q6AEwAXoECAoQBA&fbclid=IwAR2GKVq58YLkQnpk8WH-w43-cUDIh3fDxFWoFIL2Bm02t_EAU9kI4uS0vXI#v=onepage&q=bayer matrix vs mono spatial resolution 30%&f=false http://www.stark-labs.com/craig/resources/Articles-&-Reviews/Debayering_API.pdf?fbclid=IwAR1uIiuiPn1_PrXVlMRf_DJGYkilS1kzveMaRXHWQFF9Wag696bFDGMTCpU https://www.adimec.com/bayer-area-scan-color-cameras-compared-to-3-ccd-color-cameras-part-1/?fbclid=IwAR07pN5P469iScko10ZgYKInOBkdYGjEN-RZuXTKutKTUoEZDlKJPJCp1O4
  18. là tu pars mal déjà. Ça c'est du raisonnement sur un coin de table qui ne tient pas compte de ce que savent faire les bons algorithmes de dématrissage. Et puis encore une fois ce n'est pas ma question. Ma question porte sur le résultat avant stacking pas par rapport à une image brute. Donc je reformule une fois clairement : Si on a une différence de résolution de 30% (ou 40% si tu veux je m'en fous), sur les brutes couleur vs N&B, combien on a après stacking (en assumant que la planète se déplace un peu sur le capteur).
  19. Oui c'est bien de ça dont je parle. Est-ce qu'il y a une logique type drizzle après stacking.
  20. Merci je ne confonds pas. Je dis juste que tu ne réponds pas à la question de départ. On a une perte d'information ça c'est acquis et entendu en préalable. Ma question porte sur la résolution après stacking. Ça pour moi c'est du sous-échantillonnage en planétaire. Voir mon message plus haut pour clarifier la question : Si on a une différence de résolution de 30% sur les brutes couleur vs N&B, combien on a après stacking (en assumant que la planète se déplace un peu sur le capteur). Voilà c'est juste ça que je cherche, pas un cours sur l'entropie.
  21. Je ne sais pas ce que tu appelles sur sur-échantillonnage ici. Le but est d'échantillonner ce dont on a besoin et la réponse à la question de départ peut aider à celà. Si tu parles simplement de se mettre à f/d=4xla taille du pixel, perso je concidère que c'est sous échantillonné avec une bonne optique. Et au final tu ne réponds pas à la question. Elle porte sur l'effet du stacking bayer vs n&b filtré rvb
  22. Tu complexifie inutilement ma question de départ. Bien entendu que si tous les détails de haute fréquence sont gommés par la turbu ou que si l'échantillonnage est x10 on nivelle par le bas. Je vais poser la question autrement dans ce cas. Mettons que l'on ait une différence de 30% ( ou même 40 si tu veux même si ce n'est pas le chiffre de la litérature ) sur les images brutes, quelle différence à-t-on après addition ? On oublie la turbu par contre il y aura forcément de la dérive de la monture. Tu pars toi même d'un principe à 40% avant de tout compliquer avec l'échantillonnage et la turbu. Alors que si tu fais ça, ça joue aussi sur ton 40%. Sans doute que l'algo utilisé pour stacker joue sur la réponse (?)
  23. Je ne sais pas. Je laisse tout le temps ouvert et ça se passe bien. Vu que la température n'est jamais stable ça me semble plus logique. Ceci dit il m'est arrivé (moins souvent), de ne pas ouvrir du tout et ça se passait bien aussi. Partir d'un télescope stocké dehors ça aide beaucoup.