jldauvergne

Member
  • Content count

    20944
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    57
  • Last Connexion

    Soon available - 41285

Everything posted by jldauvergne

  1. Fish Eye, coup de main SVP...

    J'ai sous la main une vidéo faite chez Alain Maury avec le 8mm russe Peleng et ça fait bien un rond non coupé dans la hauteur sur un capteur de 5D. Pour faire des time laps ça tient parfaitement la route est ça reste abordable comme optique. Si c'est pour faire vraiment de la photo et non de la vidéo, je trouve qu'il est quand même un peu juste au bord. Pour avoir un peu mieux optiquement je pense qu'il faut aller vers le Samyang 8mm, il gaz pas mal à pleine ouverture : http://pliki.optyczne.pl/samy8/sam8_fot11.jpg. Le test est ici, je te laisse vérifier la taille du cercle image : http://www.lenstip.com/160.1-Lens_review-Samyang_8_mm_f_3.5_Aspherical_IF_MC_Fish-eye_Introduction.html On le trouve à bon prix en Pologne (217€) : http://www.foto-tip.pl/sklep/samyang_8_mm_f_3_5_aspherical_if_mc_fish_eye_for_nikon-p-1359.html Après si tu veux du f/2,8, là je pense que Nikon ça reste de toute façon la bonne option mais c'est certainement pas le même prix, et je ne sais pas ce qu'il donne à pleine ouverture. JLuc
  2. ELT > ce sera au CERRO-AMAZONES

    Je ne sais pas quel sera le poids de ces 300 millions, car on peu se demander à quel point Armazones ne permettrait pas à moyen ou long terme de faire une économie équivalente de cette somme. Aux canaries, il y aurait de nouvelle infrastructure d'hébergement, de maintenance et de pilotage à prévoir, il n'y a pas non plus d'infrastructures administratives ESO, il faudrait prévoir de gros coûts supplémentaires en personnel pour l'exploitation, il faut faire une route si j'ai bien compris, ... Et puis à Armazones le ciel est quand même meilleur en IR . Le reste sera question de diplomatie je pense plus qu'autre chose. C'est astronomie contre diplomatie
  3. Motorisation directdrive

    Oui ça doit être ça Le ASA se soit planté, que Olivier ait galéré ok, c'est un fait et on a bien compris à force de le répéter . Et après ? Est ce que ça veut dire qu'en théorie il est impossible de faire un système qui fonctionne facilement sur le plan de l'initialisation ?? Je ne sais pas ce qu'en pense Cyril. Est ce qu'une monture ASA initialisée avec un script dans Prism (en imaginant qu'elle soit pilotable par Prism) serait si difficile que ça à mettre en œuvre (la question est ouverte je n'ai pas la réponse) ? Il me semble qu'un modèle de pointage va normalement intégrer les flexions diverses (ça sert en principe notamment à ça). Après si le miroir du télescope bouge dans tous les sens et fait ça vie n'importe comment de façon chaotique, les pb qui se posent du direct drive devraient se poser à un classique système d'autoguidage, ... Dans ce cas la solution c'est de changer de télescope, ou de le modifier.
  4. Motorisation directdrive

    quote:Ce que tu appelle un détails c'est juste le frein principal à la démocratisation de cette techno si le but est de se passer d'autoguidage pour les amateurs en itinérant... Et comme la majorité des amateurs sont en itinérant... C'est pour ça que la réflexion de Cyril tient la route, c'est pour du gros et lourd avant tout. Pas pour coller une lulu chinoise dessus...Bof, c'est presque un détail ça, un soft comme prism peut facilement intégrer un script qui automatise ça. Ca demande peut être un tout petit peu de travail pour améliorer le côté plug and play, mais pour moi ça reste vraiment un détail (dans le sens où ce genre de choses on sait que c'est possible et à la porté de gens doués en développement comme Cyril), par contre est ce qu'il est possible de faire une telle monture qui soit mécaniquement viable à un prix "abordable", that is the question. Dans un autre genre, les nouveaux ETX se mettent en station tout seul avec un webcam, on est pas loin de ce dont il y aurait besoin de mettre en route une telle monture, ce que Meade peut faire, comme ça à vue de nez, Cyril peut le faire . Mais c'est clair que pour que ce soit pas une plaie je pense qu'il faut un bon viseur polaire et un mode d'initialisation aussi automatique que possible.
  5. Motorisation directdrive

    A voir, pour le moment je trouvent qu'ils ne font quand même pas beaucoup dans dans les instruments "pointus", à part quelques ccd et les RC. Pour les montures ils ont beau avoir fait une EQ6 qui reste étonnante, ceux qui ont les moyens s'offrent toujours des mécaniques plus précises. A contrario sur les mak ils ont un peu pris le leadership, leurs 150 sont vraiment pas mal tant optiquement que mécaniquement.
  6. Motorisation directdrive

    C'est clair que dès lors qu'il y a une bonne idée en occident elle se délocalise rapidement en Asie pour la production. Il n'y a qu'à voir le dynamisme de la marque Orion qui est drivée depuis les états unis. Caméra pas cher, tip tilt, rotateur de champ, système puch to, Kaf 8300, newton optimisé photo, crayford, ... Ils sont presque à la pointe de la techno en astro amateur. Dans tout ça peut être que tout n'est quand même pas fait en chine je pense notamment à leur dobson géants et au tip tilt dont le prix n'est pas plus attractif que ça (1800£). Bref dés lors que le direct dirve deviendra une nouvelle référence (si ça arrive un jour), on peut penser que ça risque de se délocaliser si c'est facilement compatible avec une production de masse à bas cout, ... Enfin de l'eau à le temps de couler sous les ponts avant ça .
  7. Motorisation directdrive

    quote:JL... 3 montures sur place.... et quand je suis passé a 1h du mat, l'ingé a juste expliqué que le soft serait prêt dans 6 mois... 5h avant c'était que ça ne marchait qu'avec des tubes ASA... moi j'ai pas vu de pb de moteur, juste un pb dans la gestion de la mise en station et dans le mode d'établissement du modèle... si tu fais un Bigourdan sur la nuit oui il y a des chances que ça fonctionne, encore heureuxDésolé mais ça c'est un détail l'histoire de mise en station par rapport aux questions soulevées ici, ASA s'est gaufré en beauté, ça on le sait, ça sert à rien de les enfoncer je pense. Ma question est de savoir si les moteurs qu'ils utilisent sont viables ou pas pour une monture de cette classe. Si la réponse est oui, ça veut dire que cette techno est applicable à du matériel dans cette gamme de prix (et peut être moins ?). [Ce message a été modifié par jldauvergne (Édité le 09-03-2010).]
  8. Motorisation directdrive

    Visiblement d'autres fonctionnent bien si on m'a bien renseigné. Sans plus d'éléments, il est hâtif de déduire que le pb vient du moteur. Il y a un défaut de fabrication peut être, voir de conception, en tout cas de fiabilité c'est certain, mais au delà de ça, il n'y a pas grand chose d'autre à déduire de cette simple expérience malheureuse, si ce n'est que le pb n'est pas léger vu que les gars de chez ASA n'ont pas pu le régler sur place, ...
  9. Motorisation directdrive

    ok, nos messages se sont croisés Je n'ai pas trop d'avis sur le système ASA, ça semble viable quand même en suivi, c'est plus sur de la fiabilité qu'ils ont rencontré des difficultés, et l'histoire du frein si j'ai tout bien suivi. Si elle avait été introduite fiabilisée, cette monture aurait probablement eu un certain succès pour les petits setup avec des 200mm, des lunettes ou des SC de 250mm à 300 mm.
  10. Motorisation directdrive

    Ca semble intuitif de se dire que ça simplifie le système quand même. Toute la question est de savoir si le coût des moteurs à lui seul ne plombe pas la viabilité de l'opération. Après je sais pas pour bien faire il faut un minimum de couple, est ce que les moteurs d'ASA sont suffisant ? A vu de nez celui de Cyril semble plus trapu donc sans doute moins abordable.
  11. Motorisation directdrive

    Non clairement pas facile. A moins que la solution soit comme chez ASA de décliner une technique sur divers produit, ils ont un monture à 6800€, une autre à 13 000 et la dernière à 28 000€. L'entré de gamme à 6800€ n'est pas donné, mais on est pas si loin en fait des prix que j'évoquais plus haut de 5 à 6000€, c'est donc que ça doit être possible. Après la question du marché et de la viabilité comme tu dis ce n'est pas évident, c'est d'autant moins évident qu'il ne s'agit pas simplement d'évaluer un nombre de client potentiel, mais derrière de savoir faire le marketing qui fait que l'affaire est viable en terme de volume. Un exercice difficile dans un tout petit milieu où le moindre faux pas en terme de conception, de fiabilité, de délais de livraison, d'efficacité du SAV se sait rapidement et se répand comme une trainée de poudre. Il faut aussi avoir en tête que ASA va certainement fiabiliser ses produits et donc qu'il faut arriver à se démarquer dans la longueur. Déjà l'interfaçage avec Prism pour les modèles de pointage et globalement la gestion de la monture est peut être un petit bout de réponse. Je n'ai pas vu le soft ASA mais on peut raisonnablement imaginer qu'il n'a pas les capacité et la maturité de Prism qui accumule une longue capitalisation.
  12. Motorisation directdrive

    quote:- Le marche bas de gamme est un marche TRES difficile qui est exclusivement chinois, on ne peut pas vivre sur du bas de gamme en France, tu devrais le savoir. Oui, je sais bien, mais si tu customises une monture à prix accessible tu vas nécessairement gonfler son prix de 1000 ou 1500€ mettons. D'un coup ce n'est plus du bas de gamme, plutôt du moyen de gamme, et ça donnerait une chance d'en écouler beaucoup. Mais bon tu dis que ce serait difficile techniquement donc la question ne se pose pas. quote:- Astelco en Allemagne (que je connais très bien) vit sur du haut de gamme, et en vis très très bien : il est parti de zéro en 1999 et fait vivre 20 personnes en 2010. Ca m'impressionne bcp comme réussite. Oui mais là c'est un choix, ils se sont mis sur le marché pro. Il y a peut être des amateurs qui ont leur monture, mais je n'en connais pas. C'est comme Andore avec les CCD, les amateurs vont plutôt chez Atik ou Meade qui peut faire des caméras 5 à 10 x moins cher avec un même composant CCD (mais avec un bruit de lecture nettement moins bon et un nombre de fps nettement moins élevé). Il n'empêche qu'Andore trouve des marchés. Là après c'est vraiment question de choix entre le produit d'esthète viable mais confidentiel, et le produit qui se diffuse un peu. En terme de direct Drive le produit d'esthète existe déjà c'est Astelco, donc il faut trouver autre chose à mon avis. En intermédiaire juste sous les prix de la paramount, certainement qu'il y a de la place mais en restant dans l'hexagone ça reste très restreint et je pense qu'il n'y a aucune chance de faire une succès story à la Astelco. Par contre en ayant le savoir faire marketing pour s'exporter et s'imposer comme une référence comme l'a fait paramount, à voir. Pas évident, mais peut être possible, dans ce cas les faux pas façon ASA sont interdits.Mes questions sur les coûts de fabrication c'est simplement de la curiosité, car comme le dit Erick on peut penser que ça pourrait être plus simple de faire du direct drive, c'est pour ça que je me demande ce que ça donne dans la balance en terme de coût entre d'un côté une mécanique classique et de l'autre l'entrainement direct. Si ça peut économiser de l'argent de faire du direct drive comme le suggère Erick ça veut dire qu'il est possible de faire l'équivalent d'une G42 à moins de 5000€. Dans ce cas tu es le roi du pétrole . Et à 5000€ on ne peut pas dire qu'il s'agisse de bas de gamme, ça ne concurrencerait pas les chinois, ils vendraient toujours des montures à ceux qui ne veulent faire que du visuel et du planétaire, ou encore ceux qui n'auraient -dans ce monde futur et fictif- pas les moyens de faire autrement que d'utiliser cette méthode has been : l'autoguidage Après ce qui peut aussi être difficile à évaluer, c'est de savoir ce qui est le plus intéressant entre vendre 5 montures à 5000€ chaque mois (en imaginant que ce soit possible) ou bien une à 15 000€ Pas évident de répondre à ça. Si ça se trouve, les deux voies sont viables. Si celle à 5000€ l'est, elle à l'avantage par rapport à l'autre de démocratiser un peu cette technique, et moi c'est cet aspect là qui m'intéresse. [Ce message a été modifié par jldauvergne (Édité le 08-03-2010).]
  13. Motorisation directdrive

    quote:- Tu parles de milliers d'EQ6 vendues contre qq Paramount vendues en France, d'où tiens tu cette information ? Je crains que cela soit qu'une "vague" impression a moins que tu vendes ces montures ?Tu peux vérifier auprès des vendeurs, je vois simplement ce que l'on constate sur le terrain, dans les galeries d'images des forum ou encore ce que je reçois pour Ouvert la Nuit. Et pour moi c'est du bon sens, je connais peu de gens capables de mettre 15 000€ simplement dans leur monture (ce qui veut dire en tout 30 000 à 40 000€ mini avec le tube optique la coupole et la caméra) ; alors que 1000 à 1500€ pour des HEQ5 et des EQ6 ils sont nombreux. De plus la Paramount est si lourde qu'elle est majoritairement utilisée dans des observatoires,je ne connais personne qui l'utilise en itinérant (il y en a peut être quand même, mais ils doivent être très rare, et il faut être motivé ! ) Regarde aussi le nombre d'observateurs itinérants comparé à ceux qui sont sous coupole ou sous abri. Après franchement je n'ai gère plus de chiffres que ça. Mais pour évaluer le nombre de Paramount tu peux partir sur la base de 10 000 amateurs un peu chevronnés, sur ces 10 000, combien ont les moyens d'acheter une Paramount (ce qui revient en gros à se demander dans la population quelle fraction peut consacrer des dizaines de milliers d'euro à son loisir. Après tu divise le tout par 4 ou 5 pour éliminer ceux qui ont une losmandy, une ASA, une baader, une Taka, une trasud, une AP, une VMA, ... Je pense qu'à un facteur 2 près, tu auras l'ordre de grandeur du nombre de Paramount à l'intérieur de l'hexagone, et tu verras qu'il y en a moins que 100 je pense Pour les HEQ5/EQ6 tu peux raisonner pareil, en te disant qu'il y a 10 000 amateurs chevronnés en France, dans une Star Party, je pense que tu en trouves largement 1 sur 10 à avoir une HEQ5 ou une EQ6, donc il y a vraisemblablement plus de 1000 de ces montures dans toute en France (peut être 2000 ou 3000 je ne sais pas, mais l'ordre de grandeur de 1 à plusieurs milliers est le bon je pense). Ce serait sympa de trouver un débouché, mais si c'est trop haut de gamme, je pense que c'est un terrain très très risqué, il suffit de voir les difficultés rencontrées par d'autre artisans français sur le terrain du haut de gamme made in france. A moins de s'exporter (ce que globalement personne n'a su vraiment faire en France je crois), on reste enfermé dans des frontière trop petites pour des produit très haut de gamme. Je pense notamment à Emmanuel Mallard avec ses belles montures Axis, je crois qu'il en a vraiment vendu très peu (à vérifier auprès de lui, ça fait un moment que je n'ai pas eu de nouvelles directement). Mais sa F20a (comparable à l'EQ6 en terme de charge) est à plus de 8000€ avec la colonne, ça se justifie certainement mais tout le monde ne peut pas s'offrir ça. Dommage que ça revienne aussi cher car il ne manque pas de tallent le garçon ! Et même si les revenus avaient progressé comme tu l'évoques plus haut,et qu'un smicar soit aujourd'hui payé 1500€/ mois, il ne pourrait toujours pas se payer une telle monture à moins d'envisager de gros sacrifices et de tout mettre dans sa passion (certains le font mais c'est rare). quote: - Peut être veux tu te lancer dans l'affaire ? Dans ce cas, je pense qu'un terrain privé serait peut être plus approprié pour discuter de ces aspects. Honnêtement je ne vois pas à quoi je pourrais être utile sur un tel projet. Simplement, ce que tu as fait est vraiment chouette, et ça m'intéresse de me poser des questions sur la viabilité en terme de développement. ASA a fait rêver tout le monde avec sa monture, mais certains ont eu les difficultés que l'on sait avec ces produits. L'essai n'est pas transformé pour le moment, ... affaire à suivre. Du coup il y a une certaine attente je pense pour un tel produit fiabilisé, mais pour qu'il passe du rêve à la réalité pour des astronomes amateurs, il faut que le prix soit savamment dosé. C'est un peu comme en photo, tout le monde rêve du D3 et de l'EOS 1D, mais qui se paye de tels boîtiers ? Les pros (et encore pas tous) et quelques particuliers aisés, représentant une infime minorité des photographes amateurs. Dans tous les cas si tu veux aller plus loin, tu te feras ton idée avec des éléments plus précis que mes vagues impressions données ici.JLuc[Ce message a été modifié par jldauvergne (Édité le 08-03-2010).]
  14. Motorisation directdrive

    pour poser ma question plus clairement et plus précisément : Mettons qu'un fabricant produise 100 montures, est ce que le fait de ne pas utiliser de roues dentées de précision, de vis tangentes et de petits moteurs, s'équilibre avec le coût des moteurs direct drive (et de la méca qui va avec) ? Et si la réponse est non, quelle serait l'ordre de grandeur du surcoût. Je comprends bien que c'est difficile à évaluer finement, mais on doit avoir une idée du prix de tels moteurs commandés par 100, non ? (Honnêtement je ne me rends pas du tout compte, j'ai cru comprendre que ce moteurs ne sont pas donnés, mais je ne sais pas à quel point). Après la question des coûts de main d'œuvre (et donc du lieu de fabrication) est presque secondaire je pense, car j'imagine que ça ne doit pas changer grand chose en temps de fabrication de faire une monture direct drive plutôt que classique, non ? JLuc
  15. Motorisation directdrive

    C'est peut être un peu fort de qualifier les chinois d'esclaves Mais peut importe, sans entrer dans une discussion politique et philosophique qui pourrait être longue , j'entends bien ce que tu dis. La réalité c'est qu'aujourd'hui les gens utilisent beaucoup d'HEQ5 et des EQ6 donc une modification adaptée à ce matériel existant massivement sur le terrain serait intéressante si elle était possible, c'est surtout dans ce sans qu'allait ma remarque. Si tu demain de proposer une modification des EQ6 existantes tu as un gros marché. Après on peut prendre le pb dans un autre sens, tu dis de toute façon que ce serait difficile à intégrer sur ces montures, oublions. Donc on peut se dire que : sachant qu'une Gemini G42 (qui est la grosse monture la moins chère fabriquée en europe je pense) se vend 4890€, qu'avec du direct drive on se fait l'économie de la roue dentée et de quelques autres éléments mécaniques complexes et couteux, quel serait à ton avis le surcout en ordre de grandeur d'en produire mettons 100 avec direct drive ? Est ce que l'on aurait une chance de rester sous la barre des 5000 à 6000€ ? Je peux me planter, mais à vu de nez je pense que c'est en gros la barre à ne pas dépasser pour que ce ça révolutionne un peu le marché. A moins de viser une diffusion confidentielle haut de gamme comme celle de monture Paramount, mais là c'est peut être plus une aventure passion qu'un vrai business viable. Elles font beaucoup parler d'elles les paramount, mais honnêtement il y en a combien en France ? A vu de nez quelques dizaines seulement. Pour des milliers d'observateurs ça fait peu.
  16. Motorisation directdrive

    Le tout géré par Prism pour intégrer les vitesses de King, et faire du différentiel sur les objets qui ne tournent pas à la vitesse sidérale ça peut faire mal. J'espère que ce développement trouvera des application heureuse. La question qui me vient, serait de savoir si il serait facile techniquement d'intégrer ça sur une monture low cost type EQ6 (j'ai peur que non mais je pose la question quand même) ? Un tel système vendu en kit de modification rencontrerait inévitablement un franc succès, car si à la base il faut d'une monture pointue type VMA on a un coût de base qui est de toute façon pas à la porté de tous. Par contre si on part d'une monture à 1000 ou 1500€ sur laquelle on greffe un kit à 2000 - 3000€ maxi là je suis certain que commercialement le développement de cette solution a un sens, d'autant plus si c'est made in France . Je n'ai pas idée des économies d'échelle possible mais est ce que tu crois que c'est possible d'arriver à 4000 - 5000€ maxi tout compris ? Même si l'EQ6 n'était pas viable il serait intéressant de voir quelle autre monture courante moyen de gamme le serait je pense.Autre question, plutôt une suggestion. Pour prendre l'axe Alpha j'imagine que quoi qu'il arrive il faut supprimer le viseur polaire. Mais si on part sur du direct drive, la qualité de la mise en station va rester primordiale. Donc il faudrait faire en sorte d'avoir un viseur polaire déporté précisément réglé. Un peu comme sur les CI700 où le viseur est sur le dos de la monture, le système n'est pas très précis mais il pourrait facilement l'être un peu plus je pense.jluc
  17. tube SC MEADE 254 sur queue d'aronde ?

    pour adapter directement sur du vixen ça existe aussi. JLuc
  18. Zoom paralux 7-21

    quelle horreur
  19. Je voudrais travailler à l'ESO

    Oui voilà, j'ajouterais aussi qu'il faut avoir en tête que les astronomes n'analysent pas à proprement parler des images la majeure partie du temps mais plutôt des spectres. Et même si il s'agit d'images elles ne sont pas forcément très excitantes, il peut s'agir d'un champ du satellite Corot dans lequel on cherche des variations infimes de luminosité sur les étoiles du champ. Ou encore un simple astéroïde pour mesurer sa vitesse de rotation. Bref si ce qui t'amuse c'est vraiment d'observer je pense que le mieux c'est de te trouver un métier en rapport de près ou de loin avec l'astronomie -ingénieur dans le spatial c'est un très bon exemple- et à côté de ça, faire en sorte d'avoir les moyens pour t'éclater dans l'astronomie amateur. La remarque l'asp06 sur le fait que les pros ne viennent bien souvent pas du milieu amateur est tout à fait juste, on peut trouver ça regrettable, mais ce n'est pas si étonnant en fait. Dans le milieu amateur ceux qui ont une démarche scientifique comme Christian Buil, L'aurent Bernasconi, Eric Frappa, Cyril Cavadore, Vjac et j'en passe, sont nettement minoritaires. C'est pas moins fun de faire de la science mais ce n'est pas la même démarche, pas la même tournure d'esprit. Et il faut avoir essayé pour savoir si ça nous amuse vraiment. Essaye pourquoi pas de faire un séjour de vacances avec planète sciences qui favorise la démarche scientifique et expérimentale, il y a d'ailleurs un stage organisé cet été dans le Queyras pour ta tranche d'âge si ça t'intéresse : http://www.astrosurf.com/ubb/Forum13/HTML/001773.html Tu verras comme ça si le côté scientifique te plait, par contre si ce qui te plait c'est juste de faire de belles photos, ou regarder dans un télescope, ce n'est pas grave ce n'est pas une maladie , par contre ce n'est pas vraiment une démarche scientifique, et tu n'es pas forcément fait pour ce métier. Ceci étant dit j'en connais quand même quelques un qui font de l'astronomie professionnelle et ne rechignent pas de temps à autre de faire des choses plus amateur comme regarder un amas globulaire dans un T600mm ou faire une circum polaire.
  20. Test du sigma 50mm 1.4 DG EX HSM

    tu as pas une photo faite avec ce 20mm, il est donné pour pas être très bon :
  21. Test du sigma 50mm 1.4 DG EX HSM

    Qui peut le plus peut le moins, tu colle un verre anti newton devant un bon objectif et ce sera diffus quand tu le désire
  22. M81. La grande spirale de la grande Ourse.

    très joli travail. C'est chouette de voir ce que l'on peu sortir avec un setup presque "ordinaire". JLuc
  23. Je voudrais travailler à l'ESO

    Si tu prends le cas de Stéphane et Guillaume ils s'occupent de l'optique, refaire l'aluminure des miroirs de 8m, régler l'interféromètre, et plein d'autre choses de ce genre. D'autres s'occupent de l'électronique, d'autres encore de l'informatique, d'autres de piloter les télescopes la nuit, etc etc Alain quant-à lui quand il était à la Silla faisait tourner un programme de surveillance du ciel : Expérience de Recherche d'Objets Sombres avec un télescope de 1 mètre.[Ce message a été modifié par jldauvergne (Édité le 05-03-2010).]
  24. Je voudrais travailler à l'ESO

    Contact les directement par mail. Mais si c'est ce qu'ils font eux (ou on fait, Alain n'est plus à l'ESO) qui te fait rêver, c'est plus le parcours d'ingénieur que tu dois viser, car aucun d'eux n'est astrophysicien. Le plus simple est de les contacter directement par mail. Mais en gros Stéphane et Guillaume sortent d'école d'ingé d'optique si je ne m'abuse, et Alain de Louis Lumière.
  25. Je voudrais travailler à l'ESO

    Si je ne dis pas de bêtise, il y a des astronomes qui bossent en permanence à l'ESO, mais ceux là aident plutôt les astronomes visiteurs (qui viennent du monde entier quelques jours à quelques semaines), à réaliser leurs programme d'observations. Du coup ces astronomes là ont assez peu de temps et d'occasion de faire de la recherche pour eux il me semble. En tout cas effectivement ils vivent au Chili, généralement à Santiago. Dans tous les cas sauf quelques exceptions, aucun astronome ne dispose de beaucoup de temps pour ses propres recherches sur un télescope donné. Le VLT ce sont des télescopes de mission, les équipes de recherche tournent les unes après les autres, il faut déjà qu'elles aient la chance de voir leur demande de temps d'observation acceptée. Le contre exemple c'est peut être Harps sur le 3,6 mètre de l'ESO, avec ce télescope les suisses ont plusieurs dizaines de nuits par ans pour chercher de nouvelles planètes. Tu as aussi quelques autres télescopes comme ça intégrallement dédiés à un programme d'observation donné (le CFHT par exemple à Hawaï). Finalement je dirais que le plus sûr moyen de passer beaucoup de temps dans un observatoire c'est encore d'être technicien ou ingénieur. Pose toi bien la question de savoir si ce qui te plait c'est la technique et l'instrumentation, ou bien la science (simulations, analyse, calcul, équations, traitement de données, traitement d'images, traitement de spectres, publications scientifiques, colloques, conférence, et beaucoup de temps passé au bureau derrière l'ordi, ...). Dit toi bien dans tous les cas que l'astronomie à l'ESO, ce n'est plus de l'astronomie à papa comme l'ont souligné les copain au dessus. Au VLT tu as environ 100 personnes sur place pour faire tourner tout ça. Chacun a son petit rôle comme autant de fourmis pour faire vivre la fourmilières. On est loin de l'astronomie comme elle se pratique encore au Pic du Midi ou à l'OHP avec des équipes assez réduites pour faire tourner un télescope de 80cm à 2 mètres. Et on peut se demander si demain ces télescopes seront encore utilisés, ça fait longtemps que des menaces de fermeture planent sur eux. Et tu as déjà à l'OHP et à Calern de nombreux gros télescope désaffectés, ... Il faut voir aussi qu'une partie des astrophysiciens ne vont plus dans les observatoires du tout, certains utilisent des données issues de satellites, ou encore font des simulations avec de très gros ordinateurs. Donc si tu veux vraiment observer il faut choisir un thème d'étude qui demande beaucoup d'observations avec des télescope au sol, c'est le cas des astéroïdes, des comètes, des étoiles BE, des météores ou des exoplanètes par exemple Et si tu veux réussir, sache qu'il faut un très bon niveau en science et en math, il faut s'accrocher sérieusement et essayer d'être le meilleur, pour au moins être très bon (dès maintenant).