S.Chapeland

Member
  • Content count

    971
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 41321

Community Reputation

729 Excellent

1 Follower

About S.Chapeland

  • Rank
    Active Member
  1. Salut Simon, je glisse ce lien vers d'excellent papiers de Jim Thompson sur des tests de filtres. http://karmalimbo.com/aro/reports/reports.htm celui sur les halos est particulièrement intéressant - et le blocage hors bande semble avoir un impact important: http://karmalimbo.com/aro/reports/Test Report - Understanding Filter Induced Star Halos_Nov2022b.pdf il ya pas mal de mesures sur la reflectivite justement (mais pas ceux de ta liste) a coté de ca, je n'ai jamais regrette d'avoir pris les Baader pour la 16803 et j'ai même retrouvé le prix (ca fait mal de voir l'augmentation)... 843 euros HT en 2013 pour le set complet de 8 50x50 LRGBC/H-alpha 7nm/OIII 8.5nm/SII 8nm a+ sylvain
  2. Focuseur et moteur piézio ?

    Salut Norma, voici mes deux sous pour contribuer au sujet, j'espère que ca te sera utile comme piste de départ. J'avais étudié il y a une dizaine d'années les possibilités d'utilisation d'un piezo pour déplacer un capteur CCD en XY (microguidage haute frequence, comme pour un AO) et éventuellement en Z (focus). Ce que je rapporte ici est sujet à vérification, mais je pense que c'est encore assez près de la réalité. Le déplacement d'un piezo est très limité. De mémoire il faut un stack de piezo de plusieurs cm pour un déplacement linéaire de quelques microns. j'avais comme objectif une/deux dizaines de pixels de 9um au moins, donc dans les 100um, et seuls quelques uns du catalogue en étaient capable. et chers (plusieurs centaines d'euros). Le déplacement est très (trop) précis, on compte la résolution en nanomètres. Le problème de la réalisation, outre les réglages de la partie mécanique montée sous contrainte, vient de l'électronique de commande. Il faut une haute tension, typiquement une centaine de volts, pour le déplacement maximal. Un convertisseur digital-analogique sur du 0-100V qui marche a une fréquence de 10-100Hz c'est pas trivial. Il y a aussi des histoires de capacité avec le stack. J'avais trouvé quelques exemples de circuits, mais quand on voit la taille du boitier de commande qu'on peut acheter tout fait on se dit que ca va être dur a miniaturiser. Ca c’était pour le cote "XY piezo stage" comme on trouve sur les platines de microscopes électroniques ... Quelques essais avec un piezo simple (genre le beeper dans une montre, ou dans une "carte d'anniversaire musicale") valident aisément le principe: on met de la tension, et l'épaisseur mesurée au micromètre varie. Pour ceux la (en forme de disque) en fait ca le fait se courber, d'ou une variation d'epaisseur importante. Mais c'est juste une variation de la concavité en fait. Et il n'y a que peu de force. Dans les objectifs Canon, si je me souviens bien, les piezos du moteur circulaire "ultrasonic motor" sont utilisés en mode "pince" et "pousse": un qui sert de frein et qui tient le disque mobile, l'autre qui pousse le disque quand on lâche le frein, on rebloque, le piston revient en arrière, on relache, on pousse, etc. Ils marchent en tout ou rien, binaire. Et y'a peut etre un piston aussi pour aller dans l'autre sens. je sais pas si c'est le meme. C'est le même genre dans le système de stabilisation optique des capteurs Sony (sur des axes linéaires). On peut voir le déplacement comme celui d'une chenille qui rampe, par à coup. On coince, on arme, on débloque, on pousse. Un "moteur à 4 temps". A haute fréquence pour que ca tourne un peu. L’électronique est sans doute plus facile, mais il y a toujours de la tension à gérer. Pas poussé plus loin les expérimentations, car c'est quand même bien compliqué. J'aurais bien récupéré un truc aperçu dans une boutique photo un jour: un "squelette" de boitier sony qui montrait le fonctionnement du stabilisateur de capteur, avec juste les axes a nus qui corrigeaient les mouvements quand on le bougeait. Mais bon tous ces trucs intégrés c'est impossible à piloter de l'extérieur sans une doc adéquate et indisponible, dommage. Tu avais une idée précise pour te lancer la dedans ? Bonne soirée, Sylvain
  3. FUCK : Faire Un Colloque à Koumi (partie 1) !

    Que récit épique, je viens de faire un aller-retour de 20000km pour seulement 1,76g de CO2, un immense merci ! Je compatis de tout mon coeur avec monsieur double-TOA. J'ai moi même sombré dans une profonde dépression lorsque, tout content d'acheter un deuxième Nagler 16mm pour équiper une tête bino quelques années plus tard (hélas faute de pouvoir doubler le tube de la lunette de 155mm comme lui), j'ai constaté avec moult jurons que la couleur du traitement des lentilles était différente. Le premier avait des reflets avec une teinte résolument verte alors que le deuxième tirait vers le violet. Il va sans dire que la différence pour l'observateur est tout à fait imperceptible. Mais il m'a fallu une longue thérapie à base de séances sur Jupiter, Saturne, la Lune, et tout le catalogue galactique - pour arriver à m'en convaincre et retrouver le sommeil.
  4. Jupiter d'halloween

    Merci à vous ! J'ai refait un petit calcul pour la focale en partant de la taille de Jupiter, et ce serait plutôt 3000mm que 2000mm, il y avait plus de tirage que je ne pensais. f/d=20 donc. Sylvain
  5. c'est vraiment top, merci ! bon hivernage - j'ai monté les pneus neige ce soir Sylvain
  6. Jupiter d'halloween

    Vous prendrez bien une petite sucrerie ? Hier soir vers minuit Jupiter est venue sonner à la porte. J'allais me coucher mais ne pouvais raisonnablement pas laisser passer ce court créneau météo, surtout avec une nouvelle caméra qui attend depuis 3 semaines d'être essayée. Le temps de tout sortir, en profiter un peu à la bino, faire 15 séquences étalées sur 22 minutes, ranger tout le bazar, il était 1h30. Mais ca fait du bien d'avoir discuté avec la grande citrouille. Je ne vous présente que l'animation, car elle cache mieux le bruit AP155 ~f/15, baader FFC, ASI 662MC, filtre IR, 15x 30s, expo 20ms, gain 250, gardé 150/1500 bonne soirée ! Sylvain
  7. Polissage de l'aluminium

    Bonjour Norma, Je mentionnais quelque chose de tout à fait trivial, pour le nettoyage une fois l'usinage terminé: en faisant tourner le mandrin en sens inverse, sans outil, juste la petite brosse fine à la main... afin de faire sortir les petits débris éventuels plutôt que les pousser au fond (si on tourne en marche avant). Et la brosse ne va pas en butée, c'est plus facile. C'est sur que qu'une marche arrière avec l'outil en contact pendant qu'on creuse le filet ça fonctionne moyen, surtout avec un tour comme le mien... il ne resterait pas grand chose du filet avec l'énorme jeu de changement de sens tu as bien fait de poster cette remarque ! Sylvain (et j'avance petit à petit dans mes observations lunaires depuis que tu m'as motivé à Valdrome, merci !)
  8. Grivoiserie lunaire

    Absolument, le fantôme se voit comme le nez au milieu de la figure... il y a même un très beau dessin référencé dans les notes de bas de page un peu plus haut. Bon, je trouve quand même que vous êtes tous très sages, je pensais que le sujet allait très vite partir en 'ouille. Merci
  9. Grivoiserie lunaire

    CROA - 11/10/2023 Chers collègues, Ce matin, je fus interloqué lors de ma promenade lunaire quotidienne par une formation sélène pour le moins originale. Je déambulais tranquillement vers 5h15TU le long du terminateur avec une binoculaire à environ 100x, lorsque mon regard se porta inopinément sur un couple de cratères adossés à un relief oblong, par 60° ouest et 12° sud. Après avoir appliqué à la lettre les principes Rabelaisiens (1), je me remis peu à peu de mon émoi. Et, ma générosité prenant le dessus sur ma modestie naturelle, je décidai de documenter cette observation majeure pour en faire profiter toute la communauté. Malgré, il faut l'avouer, des conditions moins flatteuses que les jours précédents, avec une turbulence lente à gros bouillons, préservant à peine certains fins détails. Ainsi, après quelques péripéties impliquant notamment la recherche d'un système d'imagerie adéquat et de son câble USB dans le laboratoire, je pus enregistrer plusieurs courtes séquences, pour une acquisition totale de 1891502048 octets, avant que la luminosité de l'aube naissante ne dégrade trop le contraste de l'image. Le résultat est assez médiocre, mais reflète néanmoins fidèlement les caractéristiques principales perçues à l'oculaire. Ne pouvant repousser plus longtemps le suspense de cette découverte - n'ayons pas peur des mots ! - voici une vue rapprochée de la zone en question, présentée comme il se doit avec le Nord géographique lunaire en haut [Figure 1]: Puis une vue plus large, en orientation libre, pour mettre en valeur le relief environnant [Figure 2]: Les paramètres sont les suivants: Sirsalis et sa Rimae 11/10/2023 - 5h36TU Colongitude 230.9° Lunette 155mm f/d=7 ASI290MM Barlow 2x Filtre jaune (2) Autostakkert, environ 200/2000 images, unsharp, etc. Sur LROC / quickmap, la protubérance s'étend sur 35km de large pour 90km de long, environ 2km d'altitude par rapport au sol avoisinant, et des pentes latérales d'une dizaine de degrés. Les deux cratères mesurent respectivement 40 / 50 km de diamètre, avec leur crête surplombant de 4.5 / 3.3 km le fond. Vous noterez jusqu'ici la rigueur scientifique de cet article de qualité. Mais les questions s'accumulent, et je lance donc le débat avec quelques pistes de réflexion. Mes recherches dans la littérature s'étant révélées infructueuses ou presque (3), j'en appelle à votre expertise. Ce relief est-il nommé ? Ou la toponymie voudrait qu'on l'appelât simplement Dorsa ou Mons Sirsalis ? (4) La censure aurait elle fait disparaitre des ouvrages spécialisés cette formation incongrue ? Par ailleurs, on peut légitimement s'interroger sur la corrélation possible entre cette observation et la conjonction matinale Lune-Vénus. Ne souhaitant à ce stade pas influencer votre analyse par une interprétation subjective, ni subir les foudres de la modération, je me garderai de tout commentaire susceptible de heurter la sensibilité (5). Mais j'attends les vôtres avec une certaine fébrilité ! Votre dévoué serviteur, S.C (1) "rire est le propre de l'homme", dans Gargantua, Rabelais, 1534. A la même époque, Copernic était beaucoup, beaucoup plus sérieux. (2) Pourquoi? Parce qu'il était monté! (3) des observateurs plus poétiques ont déjà évoqué l'aspect fantomatique de cette région sous un éclairage différent. [http://www.astrosurf.com/topic/159151-un-peu-de-lune/] (4) on note dans les références AVL pour le cratère Sirsalis: "Nom donné par Hevelius: Mons Climax"... avait-il lui aussi fait le rapprochement? (5) j'en garde quelques uns en réserve pour plus tard, le cas échéant.
  10. Polissage de l'aluminium

    j'ajoute mes deux centimes... pour le nettoyage des petits filets juste usinés, je fais tourner la pièce en marche arrière (pour que ca "dévisse" et sorte du filet) et je passe un coup de brosse fine en laiton puis laine acier / scotchbrite vert pour bien tout ébavurer et lisser les résidus de mes outils mal aiguisés. ca visse bien mieux après. et parfois à la fin un petit coup cosmétique de brosse à dent + dentifrice. à l'usage, si on veut éviter de graisser le filet par peur de migration sur les optiques, on peut le frotter avec un morceau de savon pour éviter les blocages. pour faire briller les pièces alu, le belgom avec huile de coude marche bien, mais je le fais rarement, je préfère le fini brut d'usinage à la plaquette. j'ai vu un gars qui faisait de grandes pièces alu magnifiques pour son télescope - comme chromées, je ne sais pas combien de temps il y passait à la polisseuse... mais quand c'est vraiment bien poli ca ne s'oxide plus et reste brillant. par contre on peut perdre un peu en planéité de surface. sylvain
  11. Belle série, bravo ! J'aurais bien du me lever pour regarder aussi Sylvain
  12. Bonjour, voici une petite série prise ce matin... belle activité, en particulier la protubérance suspendue: et chaque image de l'animation en plus grand: CaK Continuum Halpha: disque protus vivement le retour du beau temps ! Sylvain
  13. ar-3435

    Excellent, belle série ! Elle était belle la protubérance suspendue, j'ai passé un moment à l'observer Sylvain
  14. Quel est le nom de ces nuages ?

    Ah joli Christian, ils sont magnifiques ! J'ai aussi vu de beaux mammatus il y a 3 semaines, c'était la première fois de manière aussi spectaculaire chez moi, à l'avant d'une grosse cellule coincée derrière le Jura. Faut bien s'occuper quand le soleil est caché Sylvain
  15. Vraiment bien, vivement la suite ! Sylvain