astrocomets

Member
  • Content count

    535
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by astrocomets

  1. Pis c'est chouette y'a la couleur vu les scans que j'ai eu je croyais que l'article etait en noir et blancEt oui, "l'Astronomie" est en couleurs de la première à la derniere page depuis janvier 2002.[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 28-05-2008).]
  2. L'article paru dans "l'Astronomie" de mai est en ligne à la place de l'ancien texte à l'adresse : http://www.astrosurf.com/saf/articles/OPTIQUE_NEWTON/NEWTON.pdf
  3. Hors axe, on en a déjà abondamment discuté. Idem pour l’obstruction… Bref aller prétendre qu’un 500 court fera pas mieux qu’un 250 en terme de résolution, c’est vraiment du n’importe quoi…Enfin un point d'accord parfait avec David ... et j'espère qu'il y en aura bientôt plein d'autres. Grossir 1000 à 1500X n’est pas un problème pour une bonne optique d’environ 500mm de diamètre très ouverte si le ciel l’autorise, d’où l’intérêt de faire le moins imparfait possible et le plus transportable possible.Peut être que je suis un abruti, mais rassurez moi, est ce qu'il y a une seule personne capable de comprendre ses messages?Non Raphaël, nous sommes au moins deux à ne pas tout comprendre des propos de Stanislas.En fait on avait eu à l’époque, la même démarche que P. Morel pour son 500, un télescope d’observatoire, mécaniquement assez costaud, sans concession, mais transportable malgré tout.Et un autre point de parfait accord avec David sur son T1M : accomplir le rêve de tout passionné : emporter le plus grand diamètre possible sous le meilleur ciel possible et, de préférence, ce qu’il y a de mieux du point de vue mécanique, d’où des conceptions de tube très voisines au diamètre de l’optique près. Avec un porte oculaire culminant à 210cm c’est encore beaucoup trop pour un accès aisé à l’oculaire quand le tube est vertical mais la monture à fourche montrée plus haut est polyvalente avec le 535 et un 400 Newton Cassegrain Nasmyth, ouvert à F/D=4,77 et F/D=15 d’où la raison de la hauteur de la monture. Sous peu, le PO du 535 va descendre de 700 mm grâce à une monture en fer à cheval qui, elle aussi, prendra place sur la remorque.Cette remorque (comme l’instrument) est un bijou de mécanique réalisé grâce au génie de Franck Dussart (TRASSUD). Le télescope, embarqué entièrement monté en descend en moins de 15 minutes et ne nécessite qu’un seul opérateur et je suis le premier à encourager à un F/D court voire très court sur ce type de diamètre, surtout quand le télescope prend la route. Le confort de l’observateur est un paramètre essentiel à considérer.Je ne me risquerai cependant pas à plus en diamètre sur ce concept car, en plus du télescope et de sa remorque, ce n’est pas une voiturette qu’il faut pour le monter en altitude et plus l’ensemble a de la prise au vent et plus il faut de la puissance pour le tracter sur des pentes à 18%, ce qui est le cas de la route montant à Valdrôme. Alors, quand on en est là et comme il a été écrit plus haut, on est pas à un Paracorr et à quelques Nagler près.Philippe Morel.
  4. Bonjour Charles,En rappelant les avantages et les inconvénients d'un F/D court je me doutais bien que le temple des adorateurs de ce type de combinaison allait réagir.Bien sûr, et c'est très humain, quand on défend une cause et que l-on sent cette dernière mise en doute on réagit ... pas toujours de la manière la plus courtoise, ce qui a été quelquefois le cas dans ce post mais sans plus (on est habitué à cela sur Astrosurf et merci aux administrateurs et à l'un d'entre eux en particulier). Ce sont ces quelques messages qui t'ont probablement heurtés mais ils sont fort peu nombreux dans un post de 117 messages.Sois rassuré, j'accorde à ces quelques messages une importance proportionnelle à ce qu'ils ont apportés dans l'enrichissement du débat, à savoir, une absence de valeur. Pour le reste, beaucoup de choses ont été échangées au profit de tous malgré l'orientation évidente du "débat".Comme tu le proposes, j'attends avec impatience un article qui nous prouvera, à diamètre égal, la supériorité optique et mécanique et la plus grande facilité de réalisation d'un F/D court Newton, mais un article bâti sur du solide qu'apprécieront nos relecteurs.Dans la Mecque du F/D court, les propos en faveur de ce dernier et contenus dans l'article on bien sûr soigneusement été éclipsés (très bonne aptitude en haute résolution sur des petits champs planétaires sans correcteur sur l'axe, grand interêt, voire obligation pour les gros diamètres et l'imagerie grand champ), ce qui en dit long sur l'objectivité de ce débat clairement et régulièrement réorienté.Pire encore, toute tentative de prise d'un contrepied s'est soldée par une attaque en règle des auteurs de ces messages et bien souvent sur des arguments sans rapport avec le propos, ce qui, pour ne pas déroger à la règle, t'arrive aussi aujourd'hui.Evoluer dans le sens du vent est bien plus aisé que d'avancer à contre vent. Je te remercie d'avoir eu le courage d'opter pour cette seconde solution.Philippe Morel.
  5. nouvelles de mathieu senegas ?

    Bonjour jg,J'en ai eu avant hier soir. Tu peux tenter à l'adresse :mathieu point senegas at mecastronic point comJe confirme que Mathieu fait partie des bosseurs pas voleurs et qu'il n'exerce pas dans des conditions très faciles ; ses origines familiales étant en région toulousaine et son atelier dans la région de Saint Quentin, soit à 800km de là.Cela l'oblige à de fréquents déplacements. Quoi qu'il en soit, c'est toujours un plaisir que de le rencontrer et tout ce qu'il peut faire pour aider les amateurs, il le fait avec soin et compétence sans aucune exagération côté tarfs.Comme il a été écrit plus haut, Mathieu connaît la dure vie des artisans français indépendants ; une espèce hélas en voie de disparition faite de passionnés qu'il faut protéger et privilégier.
  6. (pourquoi exclure le planétaire des tests comparatifs d’ailleurs ?) pour la simple et évidente raison que ce type d'observation fait appel à la rétine centrale "cablée" 1/1 et nécessite une optique irréprochable.Il en va tout autrement pour les objets du ciel profond peu brillants dans le champ de l'oculaire : leur observation fait appel à une rétine "cablée" à environ 50/1, donc, dans cette circonstance particulière, exit la résolution.
  7. Bonjour à tous,Cet article n'a visiblement pas laissé indifférent et c'est tant mieux. C'est la preuve que ce sujet passionne et qu'il y a encore beaucoup à faire pour prouver qu'entre les dogmes des Maîtres et ce qui nous permet de prendre notre pied y compris avec des télescopes très courts il y a un intermédiaire encore trop peu exploré au sens de son usage astronomique : l'oeil.Cet article est en fait une présentation des limites optiques et mécaniques simples avec lesquelles nous pouvons jouer ; ces dernières ayant été fixées par des opticiens et des mécaniciens ... pas toujours observateurs ... bien que Danjon, pour ne citer que lui, ne pouvait être qualifié de théoricien de salon.Ces limites sont donc définies par des arguments parfois, voire souvent discordants avec ce que peut noter l'amateur observateur du ciel profond dont, accessoirement, je fais aussi partie. La suite de cet article prendra le parti de l'observateur mais avant de pouvoir être affirmatif en la matière, nous devrons procéder à de nombreux "astro tests", particulièrement pour tout ce qui touche à l'observation des objets du ciel profond où, en plus du télescope et de ses éventuelles contraintes vient s'ajouter les performances et limites de l'oeil qui, en vision nocturne est bien moins exigeant que dès qu'il perçoit dans l'image autre chose comme couleur que du bleu vert.La raison de la distance entre ce que prone la théorie et ce que remarque l'observateur du ciel profond se tient peut être là et reste à le démontrer autrement que par des impressions ou des affirmations, ce qui n'est pas facile.Si la question est "faut il absolument avoir une optique hyper top et une mécanique d'exception pour mieux voir à diamètre et F/D égal en ciel profond ?"Il suffit de trouver plusieurs instruments de même caractéristiques optiques F/D courts en y mettant des Rolls, des moyens et des daubes, de faire passer dessus les mêmes observateurs expérimentés sans leur faire état de la qualité opto-mécanique de chacun des instruments préalablement alignés au mieux, et de leur faire dessiner et décrire les mêmes objets, mais des objets propres à ne solliciter que la vision nocturne. Rien ne dit alors que la Rolls sera beaucoup plus performante que la daube.Restent les besoins particuliers : à l'évidence nous prendrons beaucoup plus notre pied dans deux mois en Chine avec un Strock 250 qu'avec une classique lunette courte de 100mm plus difficile à déplacer et plus lourde. Bien sûr qu'il faut encourager les grand diamètres même s'ils sont courts voire très courts mais faut il encourager ces rapports F/D courts dès lors que la transportabilité et les contraintes liées à l'accès à l'oculaire ne priment pas, je n'en suis toujours pas persuadé sauf si l'instrument a aussi une vocation photographique.Quant aux SC, il suffit d'avoir observé dans l'un des rares TSC 225 de haute volée (l'un des 10 premiers) pour comprendre pourquoi il est facile de laisser de côté bon nombre d'autres combinaisons dans cette gamme de diamètre. Qu'ils soient Meade ou Celestron, il y a aussi de trés bons éléments capables de fournir le must à leur propriétaire à condition de maitriser leur "point faible" commun à tous les F/D courts : la collimation.Philippe Morel
  8. AMA09 en Languedoc

    Bonjour al,Merci à toi d'avoir lancé ce post. Tu sais que tu as tout mon soutien dans cette entreprise.Philippe Morel.
  9. AMA 2009 - les 100h et 50h ?

    Bonjour Alexandre 31,Des sites de centre ville, on en redemande et une initiative visant le centre de Toulouse, comme celui de Bordeaux ne peut qu'être reçue avec interêt car c'est la vocation première de cette initiative : amener le ciel vers le public et non l'inverse. Faire venir du monde sera bien plus facile à Toulouse centre qu'à Bélesta ; site où à l'évidence on ne peut accueillir en simultané plus d'une centaine de visiteurs.Le site de l'association ADAGIO est cependant à associer car il représente le fruit d'une initiative associative unique à souligner à cette occasion. Il est fort probable que le public ne passera qu'une fois en un site donné donc, dans une même région, rien n'empèchera de visiter plusieurs sites "satellites" d'une initiative.L'important est de ne pas trop multiplier les sites pour éviter une dilution des moyens d'animation ; l'impact médiatique étant fonction de l'importance de la fréquentation des sites et dobnc, inversement proportionnel à leur nombre.La dénomination "star party" est celle que nous employons auprès des amateurs, pour le public ce sera quelque chose du style "le rallye des 100 heures aux étoiles".Le nombre de 15 est totalement arbitraire et tant mieux s'il y en a plus mais à condition de pouvoir y accueillir plusieurs milliers de visiteurs par jour, ce qui est loin d'être évident s'il y a trop de sites car, en plus des animateurs et montreurs d'étoiles, il faut prévoir des intervenants pour les programmes de remplacement et d'animation et plus il y aura de sites et plus cela sera difficile. Il faut de plus penser à toute l'intendance inhérante à de pareilles organisations et il s'agit là du côté le moins gratifiant de l'organisation qu'il faudra multiplier autant de fois qu'il y aura de sites.Cela dit, si l'enthousiasme manifesté par al et Bruno font tâche d'huile, il n'est pas encore trop tard, même si le temps passe, pour reproportionner le projet pour lui donner une toute autre envergure.Philippe Morel
  10. AMA 2009 - les 100h et 50h ?

    Salut André,Si tu veux avec d'autres organiser un "supersite" dans ta région, n'hésite pas car on vise 15 sites sur tout le territoire et il reste encore 4 "places".Il faut cependant faire vite pour vous déclarer et pour ce faire, je vais t'envoyer en privé le cahier des charges des sites tel que défini par le comité "Astronomie pour tous" de l'AMA09.En résumé, il faut faire ce que nous faisons à Valdrôme durant les Rencontres Astro Ciel que tu connais mais durant 4 jours au lieu de 15, avec gratuité des animations (mais pas obligatoirement du reste), en un lieu le mieux désservi possible et en mesure de pouvoir accueillir plusieurs milliers de visiteurs par jour. L'organisation nationale se charge, entre autre, de vous envoyer en renfort d'animation les volontaires des clubs et associations locaux.Côté animation observation publiques un ordre de grandeur : ce que nous avons fait l'an dernier lors du son et lumières Janssen sur la terrasse "municipale" de l'observatoire de Meudon. Hors service de sécurité et d'ordre assuré en général par les pouvoirs publics locaux et régionaux, nous avons acueilli avec 15 instruments et une trentaine d'animateurs (un qui manipe et l'autre qui explique et surveille/instrument) 4000 visiteurs sur 2h.C'est donc à la portée d'une bonne organisation même loco-régionale.Philippe Morel.[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 15-05-2008).]
  11. AMA 2009 - les 100h et 50h ?

    Bonjour à tous,Très bonne nouvelle : le Collectif du Champ du Feu vient de nous rejoindre, comblant ainsi à merveille un grand vide géographique sur la région est.Philippe Morel.
  12. AMA 2009 - les 100h et 50h ?

    Bonjour à tous,La liste des sites n'est pas encore publiée ni définitivent arretée.Elle est constituée pour l'instant :1) de l'esplanade du Trocadéro à Paris (accord en cours), 2) du parc de l'Observatoire Flammarion de Juvisy-sur-orge (91), 3) d'un site en région lyonnaise géré par la Société Astronomique de Lyon, 4) du site de l'observatoire de Rocbaron (83), 5) du site de la station de ski de Valdrôme (26), 6) d'un site (probablement le centre de Nantes) géré par la Société Astronomique de nantes (44), 7) d'un site en Picardie géré par l'associatuion REPERES, 8) d'un site en région toulousaine géré par l'association ADAGIO, 9) d'un site breton dans la région de Saint Brieuc géré par Alain Le Gué et l'ANPCEN, 10) d'un probable autre site parisien au Parc Montsouris géré par l'AFA.Ces sites ont pour mission d'accueillir public, amateurs et animateurs de leur région respective durant les 4 jours le plus en continu possible avec animations de remplacement si météo pas favorable.Des confs y seront données par des amateurs représentatifs et des pros. L'accès à l'ensemble de ces animation sera gratuit et les amateurs désireux de s'y réunir seront aussi les bienvenus même si l'accueil du public n'est pas leur tasse de thé. L'essentiel est de faire de ces 100h la plus grande fête de l'astronomie jamais organisée en France.De nombreux observatoires professionnels seront aussi ouverts à la visite le jour.comme vous pouvez le voir, il y a un trou dans l'est (absence d'accord explicite des organisateurs du Champ du Feu à rejoindre cette organisation multisite ; notre interlocuteur étant pour l'instant la SAFGA qui n'est que l'un des intervenants de ce site) et la région centre est aussi non pourvue. Idem pour le Nord où nous allons entrer en contact avec le CARL.Le but pour le public est de faire du très simple et pour les amateurs d'échanger leurs observations via un serveur qui sera consultable et incrémentable depuis chacun des sites.Philippe Morel.
  13. AMA 2009 - les 100h et 50h ?

    Bonjour Dardevil,Des appels à labellisation sont parus l'automne dernier dans certaines revues d'astronomie y compris en France. Chacun pouvait donc prendre part à cette organisation mais il n'est pas trop tard car le plus grand projet de cette AMA09 pour notre pays est un projet de star party multisites couvrant les 100h d'astronomie du 2 au 5 avril 2009. Pour l'instant, 11 sites sont recrutés et il nous manque une représentation géographique en Auvergne et une autre dans l'est.Le but est de rassembler sur ces sites toutes les bonnes volontés en matière d'animation astro issues des clubs et associations locaux et d'y rassembler le plus grand nombre d'amateurs possible ; le but étant d'y faire venir le plus large public possible pour en faire tant du point de vue médiatique qu'astronomique un évennement unique.La SAF est à l'origine de ce projet dont elle assure la coordination et reçoit le concours de l'AFA et de l'ANPCEN.Le but n'est pas de faire une nuit des Etoiles bis mais d'organiser en simultané une quinzaine de star party d'importance sur l'ensemble du territoire.Philippe morel, Président de la SAF, Membre du comité "Astronomie pour tous" de l'AMA09.
  14. Bien sûr et nous sommes pour l'instant 71 en trois groupes (2x20+1x31). Départ le 18 juillet, retour le 9 août, donc une semaine avant l'ouverture des rencontres.A+[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 05-05-2008).]
  15. Champs de pleine lumière Obsession 20"

    Bonsoir Jean Noel,I = [acos A–x racine²(1-A²)+r²acos B]/p soit 0,636 d'où une perte de Magnitude de 0,494. (M = 2.5 log(1/I)) Ayant rédigé sur Excel le formulaire de Jeff Beish et en ayant vérifié le bon fonctionnement sur son exemple numérique (télescope de 6" ouvert à F/D = 4) et sur le même avec les pouces convertis en mm, je l'ai testé sur ton exemple et trouve les mêmes résultats jusque B radians.Mais à la valeur de I je trouve (sauf erreur) 0,462, ce qui donne une perte de magnitude bien plus gênante (et bien plus proche de la réalité) de 0,84 mag.79 mm, c'est bien trop petit car cela te donne, dans ta configuration, un champ de pleine lumière de 10',108mm, c'est beaucoup mieux : 55'.
  16. Salut Sylvain05,Si t exerces dans le 05, il te suffira d'aller à cette adresse : http://www.astrosurf.com/saf/news/RAC2008/renseignements_valdrome.html pour te rendre compte de ce qui se prépare dans le département n°26 tout près de la frontière avec le 05.Pour al : 1) T'y reverras t-on cette année ? 2) Le principal verrou du projet de village astro venant de sauter (le Conseil Municipal du petit village gaulois de Valdrôme) les choses devraient maintenant aller très vite pour l'obtention des dernières autorisations laissant supposer une réalisation probable des travaux sur 2009-2010.
  17. Marre de voir dénigrer le ciel profond...

    Salut Sky Runner,Quel que soit le type d'observation visuelle, l'"à peu près" en optique astro est toujours préjudiciable mais il faut quand même reconnaître que l'observation des objets du ciel profond est plus tolérante que le planétaire dès qu'on observe des objets faibles et ce pour des raisons uniquement "oculaires".En planétaire, on observe en vision diurne, donc sur la rétine fovéale où chaque cône (rouge et vert) et connecté individuellement et contribue à la formation d'un "point image", d'où perception d'un maximum de détails à condition de grossir de sorte à amener la pupille de sortie à 0,6mm environ (condition d'Arnulf).En ciel profond, on observe en vision nocturne et bien souvent en vision latérale. c'est alors la rétine périphérique qui est concernée ; une rétine composée de bâtonnets et de cônes bleus, très sensible aux faibles lumières mais beaucoup moins du point de vue de la résolution spatiale car le "cablage" se fait par grappes d'environ 50 cellules pour une terminaison nerveuse en mesure de restituer un "point image".Inutile dans ces conditions de chercher la haute résolution sauf sur les objets assez lumineux à l'oculaire pour exciter un tant soit peu le système de vision diurne, ce qui est précisément le cas quand on observe le Trapèze d'Orion. Dans cette situation, effectivement, la qualité de l'optique fait la différence aussi en ciel profond.Une chose est certaine en ciel profond, ce n'est jamais le grossissement équipupillaire qui en montre le plus, y compris sur des objets étendus et, même si cela n'a rien d'absolu, plus un objet est petit et brillant par élément de surface sur le ciel et plus il révelera sa richesse au grossissement.Bien sûr, plus le diamètre optique augmente et plus, à grossissement égal, un objet sera brillant à travers l'oculaire et plus il sera à même de supporter l'augmentation du grossissement ... à condition que le ciel et l'instrument le permettent.
  18. Marre de voir dénigrer le ciel profond...

    Salut Sky Runner,Quel que soit le type d'observation visuelle, l'"à peu près" en optique astro est toujours préjudiciable mais il faut quand même reconnaître que l'observation des objets du ciel profond est plus tolérante que le planétaire dès qu'on observe des objets faibles et ce pour des raisons uniquement "oculaires".En planétaire, on observe en vision diurne, donc sur la rétine fovéale où chaque cône (rouge et vert) et connecté individuellement et contribue à la formation d'un "point image", d'où perception d'un maximum de détails à condition de grossir de sorte à amener la pupille de sortie à 0,6mm environ (condition d'Arnulf).En ciel profond, on observe en vision nocturne et bien souvent en vision latérale. c'est alors la rétine périphérique qui est concernée ; une rétine composée de bâtonnets et de cônes bleus, très sensible aux faibles lumières mais beaucoup moins du point de vue de la résolution spatiale car le "cablage" se fait par grappes d'environ 50 cellules pour une terminaison nerveuse en mesure de restituer un "point image".Inutile dans ces conditions de chercher la haute résolution sauf sur les objets assez lumineux à l'oculaire pour exciter un tant soit peu le système de vision diurne, ce qui est précisément le cas quand on observe le Trapèze d'Orion. Dans cette situation, effectivement, la qualité de l'optique fait la différence aussi en ciel profond.Une chose est certaine en ciel profond, ce n'est jamais le grossissement équipupillaire qui en montre le plus, y compris sur des objets étendus et, même si cela n'a rien d'absolu, plus un objet est petit et brillant par élément de surface sur le ciel et plus il révelera sa richesse au grossissement.Bien sûr, plus le diamètre optique augmente et plus, à grossissement égal, un objet sera brillant à travers l'oculaire et plus il sera à même de supporter l'augmentation du grossissement ... à condition que le ciel et l'instrument le permettent.
  19. Marre de voir dénigrer le ciel profond...

    Salut Sky Runner,Quel que soit le type d'observation visuelle, l'"à peu près" en optique astro est toujours préjudiciable mais il faut quand même reconnaître que l'observation des objets du ciel profond est plus tolérante que le planétaire dès qu'on observe des objets faibles et ce pour des raisons uniquement "oculaires".En planétaire, on observe en vision diurne, donc sur la rétine fovéale où chaque cône (rouge et vert) et connecté individuellement et contribue à la formation d'un "point image", d'où perception d'un maximum de détails à condition de grossir de sorte à amener la pupille de sortie à 0,6mm environ (condition d'Arnulf).En ciel profond, on observe en vision nocturne et bien souvent en vision latérale. c'est alors la rétine périphérique qui est concernée ; une rétine composée de bâtonnets et de cônes bleus, très sensible aux faibles lumières mais beaucoup moins du point de vue de la résolution spatiale car le "cablage" se fait par grappes d'environ 50 cellules pour une terminaison nerveuse en mesure de restituer un "point image".Inutile dans ces conditions de chercher la haute résolution sauf sur les objets assez lumineux à l'oculaire pour exciter un tant soit peu le système de vision diurne, ce qui est précisément le cas quand on observe le Trapèze d'Orion. Dans cette situation, effectivement, la qualité de l'optique fait la différence aussi en ciel profond.Une chose est certaine en ciel profond, ce n'est jamais le grossissement équipupillaire qui en montre le plus, y compris sur des objets étendus et, même si cela n'a rien d'absolu, plus un objet est petit et brillant par élément de surface sur le ciel et plus il révelera sa richesse au grossissement.Bien sûr, plus le diamètre optique augmente et plus, à grossissement égal, un objet sera brillant à travers l'oculaire et plus il sera à même de supporter l'augmentation du grossissement ... à condition que le ciel et l'instrument le permettent.
  20. revue "l'astronomie"

    Salut Elian 30,De la part du comité de rédaction de "l'Astronomie" j'adresse des remerciements à ton épouse pour avoir monopolisé votre télévision, te permettant cette soirée lecture et des remerciements à toi aussi pour une nouvelle fois nous faire part de ton impression sur cette parution. Si, en plus de la lire, tu souhaites y apporter une contribution, tout comme les autres intervenants de ce post tu es (vous êtes) le(s) bienvenu(s).Philippe Morel.
  21. revue "l'astronomie"

    Salut Frédo,On ne peut fondre ces listes pour deux raisons :1) il y a des sociétaires non abonnés, 2) si nous proposions un abonnement-cotisation, personne ne pourrait bénéficier de la déduction d'impôt sur la cotisation (66,6% de son montant déductible du montant de l'imposition).Actuellement la liste des abonnés est jointe, à l'expédition aux 5000 ex pour les NMPP et ces derniers arrivent beaucoup plus vite à destination que les premiers, de sorte que notre but désormais est de gagner une semaine sur la date de fin de fabrication pourenvoyer de suite aux abonnés et une semaine plus tard aux NMPP. Ainsi, tout le monde pourra la lire à peu près en^même temps.Philippe Morel.[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 27-03-2008).]
  22. revue "l'astronomie"

    Bonjour Whiston,Ce décalage dans le temps nous dérange aussi car, accessoirement, nous sommes aussi abonnés à la revue. Pour le résoudre, il nous faut avancer de 7 jours la date du bouclage et s'engager à le faire pour chaque parution. notre Comité de rédaction y travaille et mettra cette solution en oeuvre dès que possible mais pas au détriment de la qualité de la revue.Ce décalage est en fait la conséquence des hautes performances de la poste (qui distribue chez les abonnés) vis à vis de ce que permettent les NMPP car, de l'Imprimerie de Champagne à Langres où est imprimée la revue, tout part en même temps par ces deux réseaux et visiblement l'un d'eux est bien plus performant que l'autre sur le délai de livraison.Philippe Morel.[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 26-03-2008).]
  23. revue "l'astronomie"

    Salut Keter,Ton marchand de journaux peut le demander aux Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne (il connaît forcément) et si cela coince, le mieux est que tu contactes directement la Société Astronomique de France au 01 42 24 13 74 saf.secretariat at wanadoo point fr, coordonnées où tu trouveras tous les renseignements utiles pour commander un exemplaire ou t'abonner si tu le souhaites.Il n'y a pour l'instant que 2300 exemplaires pour les abonnés + le stock pour achat d'anciennes parutions et 5000 dans les kiosques, ce qui explique qu'on ne la trouve pas encore partout.Philippe Morel.[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 25-03-2008).]
  24. Ciel & espace nouvelle formule !

    Re salut Stéphane, salut Frédo,Pas tout à fait d'accord avec vos analyses car l'actuel public de "l'Astronomie" c'est, en astro, le lecteur de "Pour la Science" alors que le lecteur de C&E serait plus celui de "Sciences et Vie". Notre spécificité actuelle c'est les articles de fond rédigés le plus souvent par les acteurs de la recherche eux même, même si bien souvent ils sont réécris totalement ou en partie pour permettre à la pilule de passer auprès du plus grand lectorat possible, les articles historiques, et la préparation des phénomènes à venir avec autre chose que ce qu'offrent les logiciels. ce n'est aucun des créneaux des trois autres revues. Les autres rubriques sont en cours de développement - les astro tests en particulier où notre règle est de ne dépendre d'aucun revendeur ; les matériels testés étant propriété de nos membres. Ils seront sous peu complétés d'une appréciation sur banc.Comme le soulignait Jean Luc, c'est le marasme dans le monde de l'édition des périodiques et nous le savons bien mais en même temps l'activité d'édition de livres au format papier ne s'est jamais aussi bien portée alors qu'on augurait de sa fin il y a peu encore à l'heure du pdf. Il y a donc là un public à viser avec des arguments accessoirement liés au contenu mais plus à une certaine forme de présentation et il serait de plus fort étonnant que l'Année Mondiale de l'Astronomie 2009 voit la faillite du lectorat de nos revues respectives. Philippe Morel.
  25. Ciel & espace nouvelle formule !

    Salut Stéphane,Curieux...cela me rappelle quelques années en arrière...Mauroy...Bordat...changement de ligne éditoriale, c'était quand déjà, ah oui! 1981.Je me suis fait exactement la même réflexion que toi et leur réaction a été exactement la même que celle de nos célèbres que tu cites en 1981-1984. Hélas, n'étant pas plus à vendre maintenant que je ne l'étais à cette époque, je les ai envoyés sur les roses.Cela ne retire rien à toute l'amitié que j'ai depuis de longues années (voire décennies) avec plusieurs des rédacteurs de S&T même si tous sont salariés ou pigistes, preuve, pour Serge et Jean Luc que ce critère est pour moi tout à fait insignifiant dès lors qu'il y a originalité dans le travail présenté, ce que je ne retrouve pas chez tous les rédacteurs de C&E. Ces rédacteurs de S&T reconnaissent être les premières victimes de cette enfermement de leur direction. J'espère pour eux que cette politique sera payante mais j'ai de gros doutes.Quant à nous, nous poursuivons avec nos moyens de débutants dans le monde de l'édition à plus large diffusion sans renier nos valeurs et nos origines associatives. Comme le signalait Serge, cela amène parfois à quelques maladresses que nous sommes les premiers à reconnaître mais l'essentiel n'est pas là dès lors qu'il y a un public de plus en plus nombreux pour adhérer à ce concept ... en espérant que ce public ne se déplace pas trop d'une revue vers une autre car le but recherché n'est pas de faire du tort à qui que ce soit mais d'attirer encore plus de monde vers ce qui nous passionne tous en faisant abstraction de toute querelle de clocher plus de 25 ans après les tristes évennements que tu cites et qui nous ont marqués tous les deux.Amicalement.Philippe Morel.[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 25-03-2008).]