astrocomets

Member
  • Content count

    500
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by astrocomets

  1. Charles Fehrenbach

    Bonjour à tous,Ce n'est cette fois hélas pas un canular (information reçue de son fils Michel), mais nous avons appris hier soir la disparition de Charles Fehrenbach qui, malgré ses 94 ans, avait gardé intact le souvenir d'une très longue carrière d'astronome débutée en 1931 avec les encouragements de Madame Gabrielle Camille Flammarion. Inventeur du prisme-objectif, directeur adjoint puis directeur de l'observatoire de Haute Provence de 1943 à 1984, la communauté astronomique lui doit le plein essor de ce site. Il était aussi l'un des fondateurs de l'ESO dont il a présidé la commission des instruments à l'époque des premières grandes réalisations. Membre de l'Académie des Sciences, Charles Fehrenbach était aussi l'auteur d'un ouvrage, "Des hommes, des étoiles, des télescopes" paru en 1990 et réédité en octobre dernier relatant les débuts et développements de l'astrophysique en France en témoin privilégié qu'il était.Malgré son grand âge et les 400 km plus retour à parcourir, Charles Fehrenbach est venu aux Rencontres Astro Ciel 2006 et 2007 pour le plus grand bonheur de ceux qui l'ont croisé et adorait le contact avec les amateurs et les plus jeunes qui garderont de lui le souvenir d'un personnage hors du commun.Philippe Morel, Président de la Société Astronomique de France.
  2. L'Astronomie sort en kiosque demain...

    Bonsoir Pluton42,Tu peux aussi avoir accès à ce bulletin via Astrosurf à l'adresse : http://www.astrosurf.com/saf/ADHESION_SAF_2006.pdf Si problème, tu peux joindre notre siège au 01 42 24 13 74 du lundi au vendredi, saf.secretariat@wanadoo.frPhilippe Morel.
  3. L'Astronomie sort en kiosque demain...

    Bonsoir pour faire éco au dire A Cirou sur le fait que Ciel & Espace est un journal sérieux écrit par une équipe de journalistes allez voir ce lien : http://www.aim.ufr-physique.univ-paris7.fr/CHARNOZ/homepage/ Georges.[Ce message a été modifié par c'estmoi (Édité le 27-12-2007).][Ce message a été modifié par c'estmoi (Édité le 27-12-2007).]
  4. L'Astronomie sort en kiosque demain...

    Salut PLUTON42,Il y a deux tarifs d'abonnements qui, en 2008, couvriront non pas 10 mais 11 numéros.55 euros, c'est l'abonnement seul.47 euros, c'est l'abonnement pour les membres de la SAF à laquelle tu peux faire partie, ce qui coûte :1) 50 euros/an pour Paris + IdF, 2) 20 euros/an pour la province.Cette cotisation est déductible à hauteur de 66,6% du montant de l'imposition, de sorte que si tu as le privilège de faire partie de la population contribuable aux financement de l'Etat, cette cotisation te reviendra au final à :1) 16,5 euros/an pour Paris + IdF, 2) 6,6 euros pour la province,Si tu résides en Province, tu as donc intérêt à souscrire un abonnement avec cotisation, ce qui fera une dépense finale de 47 + 6,6 = 53,6 euros/ans (contre 55 euros pour l'abonnement seul).Si tu résides à Paris ou en IdF, l'abonnement avec cotisation te reviendra à 47 + 16,5 = 63,5 euros/ans (toujours contre 55 euros pour l'abonnement seul).Ce surcoût de + 8,5 euros/ans si tu habites en région Paris IdF, ou cette économie si tu résides en Province, te permettront, en tant que membre de la SAF, d'accéder aux réunions de Commissions, de bénéficier gratuitement de l'accès aux conférences mensuelles publiques de la SAF, d'accéder à la Journée des Commissions en juin à l'observatoire de Meudon, d'économiser les frais de dossier lors de l'inscription aux Rencontres Astro Ciel, de bénéficier des exposés d'initiation et de notre bibliothèque astro (de plus de 7000 ouvrages), enfin, de participer à partir de la seconde année, à la vie élective de notre association.Philippe Morel.
  5. L'Astronomie sort en kiosque demain...

    Bonsoir Serge, bonsoir à tous,Un grand merci pour tes encouragements et ceux des autres intervenants qui seront transmis à l'équipe de rédaction de "l'Astronomie". Pour ce qui est de C&E, j'ai eu beaucoup moins de patience que toi car la bande à Cirou & co, je l'ai pour ma part larguée en 1984 pour les mêmes raisons que toi, à un moment où je commençais à rédiger pour eux ... bénévolement, cela va sans dire.Reprenant le passage cité par frédogoto :"[...] De nouvelles revue - issues de société savantes ou du monde commerçant, fabriquées sans équipes de journaliste professionnels - sont apparues en kiosques et offrent à l'amateur, comme au curieux des affaires du ciel, un vaste panorama d'image et d'information collecté sur internet.[...]"L'auteur de cet éditorial, tout professionnel qu'il est, devrait savoir qu'en agissant ainsi, il invite ses lecteurs à aller voir ailleurs. Qu'il continue : c'est notre meilleure publicité. Quant à ses affirmations sur l'usage du web, hormis l'inévitable accessible partout (dernières nouvelles, éphémérides, objet du mois) j'en vois beaucoup moins que dans d'autres revues scientifiques. C'est justement parce qu'étant société savante nous avons accès direct au savoir sans mandater d'intermédiaires pour ce faire. Quant au terme "journaliste", sa définition reste très éclectique car, je lis dans Wikipédia :"Un journaliste est une personne dont l'activité professionnelle est le journalisme. ...""... Le travail du journaliste consiste principalement à recueillir des informations sur un événement de l'actualité ou sur un sujet particulier (en consultant les dépêches des agences de presse, en interrogeant des spécialistes ou des témoins, et en s'appuyant sur différentes sources), et à écrire des articles ou à publier des reportages (écrits, audio, photo ou vidéo) dans un journal ou un magazine, dans une émission de radio ou de télévision, sur Internet ou dans d'autres médias de masse. ..."Ce que notre Rédaction fait au quotidien, ... sauf qu'elle ne se fait pas payer pour ce faire, à l'inverse, si j'en crois l'affirmation de M. Cirou, de la rédaction de C&E faite de vrais journalistes."l'Astronomie" est une revue associative où tout le travail rédactionnel est bénévole. La pige chez nous c'est zéro euros, ce qui diminue les frais, d'autant que nous n'avons pas besoin des journalistes chers (à tous les sens du terme) à M. Cirou car, s'agissant des articles de fond, pour les raisons citées plus haut. Quant aux autres articles, notre équipe de rédaction compte un grand nombre d'habitués de ce type d'exercice et, de plus, en mesure d'aider les nouveaux rédacteurs qui seront tous les bienvenus. A l'inverse de C&E, notre cercle de rédacteurs réguliers est constitué de fidèles depuis des décennies, voire de "vétérans" de réputation mondiale (Jean Meeus, Audouin Dollfus ou Charles Fehrenbach par exemple) mais de plus en plus de jeunes arrivent depuis l'ouverture des rubriques d'astro pratique.Je confirme que "l'Astronomie" est bien la plus ancienne revue d'astronomie diffusée en France puisque sous son titre actuel, elle a paru de 1882 à 1894 puis a repris ce titre en 1911 pour une revue qui était le Bulletin de la Société Astronomique de France fondé en 1887. La 122ème année fait référence à 1887.A la différence d'une revue pourvue de journalistes et travaillant sur commande, "l'Astronomie" ne pourra être que ce que ses lecteurs voudront qu'elle soit. Chacun peut y participer et si, pour les astro tests en particulier, des comparatifs sont souhaités, nous pourrons nous organiser pour y faire participer le plus grand nombre afin d'obtenir la plus grande objectivité possible. Nous ne sommes mariés avec aucun revendeurs même si quelques uns nous soutiennent par une pub qui n'étouffe pas la publication (hors pubs SAF : 4,3 pages sur 74). Comme tu l'écris, le lancement et le développement d'une revue constituent des expériences passionnantes. Comme les fonctions de Rédacteurs, celle de Directeur des publications est aussi bénévole et ne correspond pas du tout à mon exercice professionnel placé à des années lumière de ces préoccupations. Cette fonction revient légalement au Président d'une association loi 1901, ce qui est le cas de la SAF. Ce lancement de "l'Astronomie" en kiosque j'en rêvait, comme beaucoup ici, depuis longtemps. Il est le résultat d'un magnifique travail d'organisation et de structuration d'un projet ; oeuvre de notre Comité de Rédaction qui, en moins de 10 ans a su faire passer une revue noir et blanc devenue des plus confidentielles à ce que l-on connaît aujourd'hui.Dernier point afin que tout soit clair : si la diffusion de la revue génère quelques bénéfices, ces derniers seront versés à l'accomplissement des buts de l'association qui compte en personnel salarié une Secrétaire Exécutive et deux Infographistes. Les membres du Comité de Rédaction comme le Directeur des Publications ne toucheront pas un centime d'euro mais auront montré qu'il est encore possible de mener un projet éditorial dynamique dans un cadre associatif.Bonne lecture.Philippe Morel.
  6. Bonsoir Laurent, bonsoir à tous,Le site de la Commission des comètes de la SAF est réactivé sur www.astrosurf.com/saf/ et si n'y figurent pas d'estimations de magnitude c'est que hormis les 10 que j'ai déjà adressé à l'ICQ pour 17P, je n'en ai reçu aucune autre.Effectivement, des images arrivent tous les jours mais l'estimation de mag, bien plus intéressante scientifiquement parlant et accessible à tous sur cette comète, ne suscite pas l'enthousiasme des passionnés. Les listes de l'ICQ montrent chaque jour que les amateurs français sont à la traine (nous ne sommes actuellement que deux à avoir envoyé des observations)et c'est bien dommage.Probablement est ce la codification qui rebute car pour le site de l'ICQ, passe encore car ce n'est pas trop compliqué mais pour le bulletin de ce même ICQ c'est une autre affaire et Dan Green, comme Brian Marsden avant lui, sont très scrupuleux sur le contrôle de ces dernières, ce qui a peut être rebuté pas mal de français malgré la venue de Dan et Brian à Paris en 2004 pour l'IWCA III que nous avions organisée à Meudon.Quant à l'annonce du sursaut de la comète auprès du grand public, l'astronomie professionnelle a effectivement brillé par son absence mais ce n'est pas la première fois car la superbe Mc Naught en janvier dernier a subi le même sort bien qu'ayant eu droit à un peu plus d'égards. Au moins, pour celle ci, les amateurs, tant dans leurs clubs que sur leur site qu'à la télévision on rattrapé le coup parce qu'il en ont eu le temps.Même si personne ne comprend ce qui se passe, je garde pour ma part le même plaisir à en faire des images, des dessins et des estimations de magnitude car nos yeux et objectifs ne seront pas de sitôt remis en face d'un objet du système solaire de quelques kilomètres de dimensions devenu en trois semaines et sans perdre beaucoup d'éclat, un objet atteignant le double du diamètre du Soleil.Bien plus que Mc Naught qui correspond à un type de comète déjà vue, 17P mérite pour l'instant le titre de comète du siècle débutant. C'est probablement la première et dernière fois que nous assistons à pareille bizarrerie de la nature et, de plus, quel spectacle aux jumelles !Bonne nuit.Philippe Morel.[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 21-11-2007).]
  7. Pierre Bourge n'est pas mort !!!!

    Bonsoir Leonardcauvra,Comment oser lui prêter de telles intentions ?Pour savoir si Pierre Bourge est toujours aimé des amateurs, ce dernier n'a pas besoin d'un tel subterfuge.Rends toi seulement là où il anime quelque chose, et en particulier au rassemblement annuel de la Pentecôte à St Langis et tu te rendras compte par toi même du degré de la ferveur qui l'entoure.La seule chose que je trouve étrange c'est le moment de cette annonce où toute simultanéité avec une manifestation astro d'importance n'est peut être pas fortuite.
  8. Pierre Bourge n'est pas mort !!!!

    Je confirme : il se porte comme un charme et cette "fausse disparition l'a fait bien rire en même temps que les messages que j'ai pu lui lire l'ont touché.Effectivement, on vous a menti, ou plutôt, ceux qui ont diffusé cette triste nouvelle sur la toile n'ont pas vérifié l'information.L'essentiel est qu'une triste journée se transforme en un éclat de joie et longue vie à Pierre qui, du haut de ses 86 ans, pourrait encore nous surprendre par sa jeunesse.Philippe Morel.
  9. L'Astronomie - octobre 2007

    Merci Bruno, de penser à nous.Philippe Morel.
  10. Eclipse de soleil été 2008

    Bonjour Alain,Mieux vaut toujours des propos francs qu'une réserve polie. pour le reste, l'incident est clos et une seule chose nous préoccupe maintenant sur ce post : l'éclipse de 2008 et les moyens nous permettant d'aller l'admirer.
  11. Eclipse de soleil été 2008

    Bonsoir Alain,Pour savoir comment cela se passe sur place, d'abord, on ne tente jamais de destination et de parcours sans qu'un ou plusieurs d'entre nous ne l'aient fait dans le passé et ensuite, sur place, on cause, et les langues se délient très facilement, ce qui facilite beaucoup les choses.La Chine est un pays peu à risque de mauvaises surprises car tout y est encadré par l'Etat dès qu'il s'agît du tourisme. Le vol et la délinquance y sont absents, ce qui nous arrange aussi. Il ne faut cependant pas s'attendre à des hôtels et bivouacs ****, pas plus d'ailleurs que pour des voyages bien plus onéreux car en cette région, il n'y en a pas.C'est vrai qu'à chaque fois que nous faisons cela nous nous jetons à l'eau mais peu importe dès lors qu'on considère que les imprévus font aussi partie du voyage et dans toute organisation, quelle qu'elle soit, il y en a.Pour la Chine, nous avons obligation de passer par une agence officielle siegeant dans le pays qui, en la circonstance et par bonheur est française. La négociation, longue de 4 mois pour faire baisser le prix final de 900 euros, s'est tenue avec le représentant en France de cette agence, et devant l'opportunité de récupérer un grand nombre d'inscriptions, s'est pliée à nos quatre volontés pour faire du sur mesure et complètement original élagué de tous les pièges à touristes d'un programme fait pour les touristes.La SAF n'est pas une agence de voyage mais une association de bénévoles amateurs et professionnels de l'astronomie qui ne vit et se développe que grâce à leur générosité. Notre but est de permettre au plus grand nombre de profiter d'expériences uniques et n'en tirons aucun avantage personnel sinon celui de réussir à partager tout cela entre passionnés.J'ai bien compris que les termes de ton premier message étaient dictés par un amalgame avec d'autres initiatives ne partageant pas le même but et ne t'en tiens pas rigueur.J'ai toujours considéré pour ma part que financer une passion ne devait jamais se faire à partir du milieu des passionnés mais à partir d'une activité professionnelle qui n'a rien à voir avec ce milieu.Philippe Morel, Président de la SAF.
  12. Eclipse de soleil été 2008

    Bonsoir astrop63,Lors de la conception des voyages nous avions envisagé au départ exactement la même chose. Les problèmes sont que :1) La meilleure zone d'observaton se situe au nord-est de la Chine en une zone peu accessible par voie aérienne (environ 2000km d'Ulan Baator, 2500km de Tashkent et 3000 de Pékin et quelques centaines de km d'Urumqi ; aéroport accessible à partir de Pékin et Tashkent). 2) Les JO de Pékin débutent une semaine après l'éclipse, donc, même trois semaines avant, le prix des vols vers Pékin sera explosé du fait de la rareté des places "low cost".3) Pékin-Urumqi et Tashkent-Urumqi, cela vaut à peu près 350 euros l'AR, donc, pour faire "pas cher" et en voir le maximum, mieux vaut partir de Tashkent et circuler par la route, ce qui demande du temps.4) L'ousbékistan et la Chine de l'ouest sont des endroits magnifiques tant pas leurs paysages que pour leur richesse artistique et culturelle : aller par là en ratant Samarkand, Fergana, Kashgar, Turpan, Dunhuang et le désert du Takhamaklan serait franchement dommage, d'autant que même si éliminer ces étapes peut faire effectivement gagner une semaine, cela ne peut pas faire baisser le prix total de plus de 300 euros.Tant en Ousbékistan qu'en Chine, on se déplace sur des routes (sauf dans le désert) et non des pistes comme en Mongolie, ce qui facilite beaucoup le parcours de longues distances car piste, dans ces pays = incidents mécaniques de tous ordres.Si tu veux du rapide et pas cher, style AR sur 4 jours comme nous l'avons à peu près tous fait en Zambie en 2001, mieux vaut viser Novosibirk puisque l'aéroport sera à peu près sur la ligne de centralité et le soleil un peu plus haut qu'en Chine, ou Barnaoul, un peu plus au sud. Cependant, on passe alors de 75 à environ 50% de probabilité de ciel clair.Quant à la tirelire, on peut la casser pour cette éclipse car la longue totalité de 2009 en Chine de l'est et au sud du Japon, ce sera du coup de chance car, au mieux, 40% de probabilité de ciel dégagé.
  13. Eclipse de soleil été 2008

    Bonsoir AlainEt pour finir, astrocomets, peux-tu raisonnablement (en tant qu'habitué) déplorer "l'esprit de certains habitués de ces forums" tout en assurant grâce à ces mêmes forums la promotion de ton propre ticket pour le soleil noir ?Ce voyage a été monté par des bénévoles qui s'acquitteront de leur voyage au même titre que les participants auxquels ils s'adressent. Il s'agissait d'une simple information ; le premier groupe étant complètement constitué.Si intéressés il y a en plus pour le voyage des baroudeurs nous en ferons un second ; le but étant uniquement de faire bénéficier de l'éclipse et de la partie rarement visitée de la route de la soie au plus grand nombre à des tarifs cassés / à ce qui est proposé ailleurs, uniquement parce que les organisateurs de ces voyages ont renoncé à leur privilèges.Si cela s'appele du commerce, nous n'avons manifestement pas la même définition de ce mot.
  14. Eclipse de soleil été 2008

    1) L'aérien est aussi compris dans le programme n°1,2) il s'agît de voyages associatifs et non commerciaux et les gratuités sont répercutées sur l'ensemble des participants, donc, même les organisateurs vont payer leur part à l'égal de chaque participant.3) réponse conforme à l'esprit de plusieurs habitués de ces forums, dont nous nous passerons volontiers pour ces voyages.4)
  15. Eclipse de soleil été 2008

    Salut Valère,En espérant te compter des notres pour cette éclipse ... et pour la Fête de la Science à Juvisy les 13 et 14 octobre prochains.A+Philippe.
  16. Eclipse de soleil été 2008

    Bonsoir à tous,Il y a aussi les deux voyages SAF en Chine. Renseignements au 01 42 24 13 74 ou saf.secretariat@wanadoo.fr Circuit "Baroudeur" 20 jours ECRS020B Jour 1 Mardi15 juillet 2008 Paris/Tachkent Vol international à destination de Tashkent Jour 2 Mercredi 16 juillet 2008 TACHKENT/samarkand Accueil à l’aéroport et départ par la route pour Samarkand par la route. Installation à l’hôtel. Fin de journée libre. Déjeuner et Dîner Jour 3 Jeudi 17 juillet 2008 samarkand Début des visites : Mausolée Gour Émir, Place du Réguistan entourée des medersas d’Oulougbeg, de Cher Dor & Tillya Kori. Déjeuner et Dîner Jour 4Vendredi 18 juillet 2008 samarkand / TACHKENT Continuation des visites à Samarkand : Mosquée Bibi Khanym, Bazar (marché local), Nécropole de Chakhi-Zinda composée de plus de 11 mausolées datant des XI-XIX ss, Site archéologique d’Afrosiab avec musée de la fondation de la ville. Observatoire d’Ouloug Beg : Construit au XVe siècle par Oulougbeg, l'un de plus grands astronomes de son temps. Au temps ou les télescopes étaient encore inconnus, il a écrit un catalogue astronomique où ont été recensées les coordonnées de plus de 1 000 étoiles. Longtemps perdu au fond des mémoires, l'emplacement de l'observatoire a été redécouvert au début du siècle par Viatkine, un maître d'école féru d'archéologie. Nous pouvons voir la partie souterraine d'un sextant géant, la plus grand quadrant de 90° jamais vu mais dont seulement 60° étaient utilisés. Déjeuner. Dans l’après midi, retour à Tachkent. Installation à l’hôtel et dîner. Jour 5Samedi 19 juillet 2008 TACHKENT/KOKAND/ MARGHILAN/ RICHTAN/ FERGANA Départ par la route pour Fergana par Kokand (250 km) via le col Kamtchik (2600 m). Visites a Kokand du palais de Khoudoyar Khan (XIX s) avec sa façade à tourelles, de la mosquée Djami avec son minaret du XIX s. et du mausolée de Modari Khan. Continuation de route vers Marguilan (96 km) pour visiter la fabrique de soieries ‘’Yodgorlik’’ (ouvert jusqu’a 17hrs). Continuation de route vers Richtan (51 km), capitale de la céramique et visite de l'atelier d'un maître céramiste. Continuation vers Fergana. Installation et nuit à l’hôtel. Déjeuner et Dîner Jour 6 Dimanche 20 juillet 2008 FERGANA/OCH /TALDYK Tôt le matin, transfert à la frontière ouzbeko-kirghiz «Dostlik». Formalités de passage de la frontière. Route vers Och (100 km). Arrivée a Och dont on dit qu'elle fut fondée par Salomon. Tour de ville: Souleiman-Too (le "Trône de Salomon", colline au milieu de la ville, lieu de pèlerinage où le prophète aurait autrefois prié), bazar de Och. Continuation vers Taldyk (2500 mètres d'altitude) et installation sous les yourtes. Dîner. Nuit sous les yourtes. Déjeuner et Dîner Jour 7 Lundi 21 juillet 2008 TALDYK/KASHGAR Départ matinal vers la frontière chinoise d'Irkeshtam. Continuation vers Kashgar et arrivée en fin d'après-midi. Tour de la ville aux cent mosquées, dont la mosquée Aitika (Id Kah) qui est le plus grand sanctuaire musulmane de Chine capable d'accueillir 6 000 fidèles et le Tombeau d’Abhorcha (tombeau légendaire de la Princesse Aromatique). Découverte des ruines de l'antique Shule. Nuit à Kachgar. Jour 8 mardi 22 juillet 2008 KASHGAR/LAC KARAKUL/KASHGAR Excursion sur les hauts plateaux du Pamir, jusqu'au lac Karakul et découvertes des glaciers géants qui culminent à plus de 7500 mètres. Retour à Kashgar en fin de journée. Nuit à Kashgar Jour 9 mercredi 23 juillet 2008 KASHGAR/SASHE (300 km) Fin des visites à Kashgar et départ pour Shashe et visite : la vieille ville avec sa grande mosquée et la tombe du roi Shashe. Excursion dans le désert Taklimakan, le deuxième plus vaste du monde. Nuit en bivouac. Jour 10 jeudi 24 juillet 2008 SASHE / AKSU (474 km) Route pour Aksu via Baqu. Nuit en bivouac. Jour 11 vendredi 25 juillet 2008 AKSU / KUQA / KORLA (580 Km) Route vers Korla via Kuqa. Visite en cours de route des grottes Kezil et de la grande mosquée. Nuit en bivouac. Jour 12 samedi 26 juillet 2008 KORLA / environ d'URUMQI (300 km) Route en direction d'Urumqi via la passe de fer et le lac Bostan. Nuit en bivouac. Jour 13 dimanche 27 juillet 2008 URUMQI / TURPAN (200 km)A urumqi, visite du musée avec sa fameuse salle aux momies. Continuation en direction de Turpan. Nuit en l'hôtel à Turpan. Jour 14 lundi 28 juillet 2008 TURFAN (TURPAN) Turpan, verger de la Chine réputé par l’abondance des fruits et des raisins et situé à 154 mètres en dessous du niveau de la mer. Visite de la mosquée et de son minaret, excursion aux grottes aux milles Boudhas via la nécropole d'Astana et les ruines de Gaochang. Nuit à l’hôtel. Jour 15 mardi 29 juillet 2008 TURFAN (TURPAN) / DUNHUANG Visite des Karez (puits), un système de collecte des eaux et d’irrigation souterrain qu’on utilise encore aujourd'hui. Visite de l’ancienne ville Jiaohe, du Mont Flaming. Train de nuit pour Dunhuang. Jour 16 mercredi 30 juillet 2008 DUNHUANG Arrivée et début des visites a Dunhuang: Excursion aux grottes de Mogao (25 km), sanctuaire le plus célèbre de Chine creusé a flanc de falaise. Ses 496 grottes abritent plus de 2000 sculptures et environ 45 000 m2 de fresques. C’est un vrai trésor de la culture chinoise bouddhique. En fin d’après-midi, tour de ville avec la visite de la colline au sable chantant et du Lac en croissant. Nuit à Dunhuang. Jour 17jeudi 31 juillet 2008 DUNHUANG / HAMI (530 km) Transfert en bus pour Yiwu via Hami. Installation du bivouac et repérage du site d’observation principal, réglage du matériel. Nuit en bivouac. Jour 18 vendredi 1er août 2008 YIWU / HAMI /… URUMQI Journée sur le site principal d'observation ou en fonction de la météo transfert sur un des 2 sites de repli. En fin de soirée, départ par la route vers Urumqi Jour 19 samedi 2 août 2008 .../ URUMQI (572 km) Petit déjeuner en cours de route puis transfert à l’aéroport d’Urumqi pour l'envol sur Tashkent. A l’arrivée à Tashkent, transfert à l’hôtel. Fin de journée libre. Dîner à l’hôtel Jour 20dimanche 3 août 2008 TACHKENT / PARIS Transfert à l’aéroport pour le vol international. Programme sujet à modificationsCe circuit est disponible également sans le vol international Paris/Tashkent AR PRIX DU circuitA partir de 2 750 €/pers. de Paris à Paris (Attention: Nombre de places limité) LES prix comprennent : L’hébergement en chambre double dans les hôtels mentionnés ou de catégorie similaire et en yourte de 4 à 6 personnes dans le campement de yourtes. Les petit déjeuner Le programme tel que défini en pension complète en Ouzbékistan et au Kirghizstan Le programme tel que défini en pension complète en Chine, avec une boisson incluse lorsque le repas est prévu dans un restaurant (bière, limonade ou eau et thé) et eau minérale ou purifiée et thé lorsque les repas sont pris durant les bivouacs (pique-nique). Transport en autocar, voiture ou minibus avec A/C entre les villes et sur les sites Les billets d’avions pour les vols suivants: Paris/Tashkent/Paris A/R en classe économique Vol international Urumqi/Tashkent Le trajet en train de nuit 1ère classe compartiment à quatre couchettes molles de Turpan à DunhuangLettre d’invitation pour l’obtention du visa kirguize L’accueil, l’assistance et les transferts aéroports et gare - hôtels et vice versa Les visites guidées avec guides locaux et les entrées sur les sites mentionnés au programme. Guide-accompagnateur francophone en Ouzbékistan et Guide national francophone en Chine LES prix ne comprennent pas: Frais de visa ouzbek double entrée Les frais de visa groupes pour la Chine : 30 €/pers. à ce jour Droits de photo et de vidéo sur les sites Excédent de bagages Dépenses personnelles. Les taxes d’aéroport et de sécurité. Les assurances optionnelles Le supplément chambre individuelle Le port des bagages dans les aéroports et les gares Les pourboires aux guides et chauffeurs (guide local, guide national, chauffeur, bagages) Toute variation du cours EUR/Yuans (base 1 EUR=9,5 Yuans).Toute augmentation aérienne des vols intérieurs & vols internationaux Circuit "Confort" 19 jours ECRS019C Jour 1 Vendredi 18 juillet 2008 Paris/Tachkent Vol international à destination de Tashkent Jour 2 Samedi 19 juillet 2008 TACHKENT/samarkand Accueil à l’aéroport et départ par la route pour Samarkand par la route. Installation à l’hôtel. Fin de journée libre. Jour 3 Dimanche 20 juillet 2008 samarkand Journée complète de visites : Mausolée Gour Émir, Place du Réguistan entourée des medersas d’Oulougbeg, de Cher Dor & Tillya Kori. Mosquée Bibi Khanym, Bazar (marché local), Nécropole de Chakhi-Zinda composée de plus de 11 mausolées datant des XI-XIX ss, Site archéologique d’Afrosiab avec musée de la fondation de la ville. Jour 4 Lundi 21 juillet 2008 samarkand / TACHKENT Continuation des visites à Samarkand : Observatoire d’Ouloug Beg : Construit au XVe siècle par Oulougbeg, l'un de plus grands astronomes de son temps. Au temps ou les télescopes étaient encore inconnus, il a écrit un catalogue astronomique où ont été recensées les coordonnées de plus de 1 000 étoiles. Longtemps perdu au fond des mémoires, l'emplacement de l'observatoire a été redécouvert au début du siècle par Viatkine, un maître d'école féru d'archéologie. Nous pouvons voir la partie souterraine d'un sextant géant, la plus grand quadrant de 90° jamais vu mais dont seulement 60° étaient utilisés. Dans l’après midi, retour à Tachkent. Installation à l’hôtel. Jour 5 mardi 22 juillet 2008 TACHKENT/KOKAND/ MARGHILAN/ RICHTAN/ FERGANA Départ par la route pour Fergana par Kokand (250 km) via le col Kamtchik (2600 m). Visites a Kokand du palais de Khoudoyar Khan (XIX s) avec sa façade à tourelles, de la mosquée Djami avec son minaret du XIX s. et du mausolée de Modari Khan. Continuation de route vers Marguilan (96 km) pour visiter la fabrique de soieries ‘’Yodgorlik’’ (ouvert jusqu’a 17hrs). Continuation de route vers Richtan (51 km), capitale de la céramique et visite de l'atelier d'un maître céramiste. Continuation vers Fergana. Installation à l’hôtel. Jour 6 mercredi 23 juillet 2008 FERGANA/OCH /TALDYK Tôt le matin, transfert à la frontière ouzbeko-kirghiz «Dostlik». Formalités de passage de la frontière. Route vers Och (100 km). Arrivée a Och dont on dit qu'elle fut fondée par Salomon. Tour de ville: Souleiman-Too (le "Trône de Salomon", colline au milieu de la ville, lieu de pèlerinage où le prophète aurait autrefois prié), bazar de Och. Continuation vers Taldyk (2500 mètres d'altitude) et installation au campement de yourtes. Nuit sous les yourtes. Jour 7 jeudi 24 juillet 2008 TALDYK/KASHGAR Départ matinal vers la frontière chinoise d'Irkeshtam. Continuation vers Kashgar et arrivée en fin d'après-midi. Tour de la ville aux cent mosquées. Nuit à Kashgar Jour 8 vendredi 25 juillet 2008 KASHGAR/SASHE/KASHGAR Départ pour Shashe et visite : la vieille ville avec sa grande mosquée et la tombe du roi Shashe. Excursion dans le désert Taklimakan, le deuxième plus vaste du monde. Nuit à Kachgar Jour 9 samedi 26 juillet 2008 KASHGAR/LAC KARAKUL/KASHGAR Excursion sur les hauts plateaux du Pamir, jusqu'au lac Karakul et découvertes des glaciers géants qui culminent à plus de 7500 mètres. Retour à Kashgar en fin de journée. Nuit à Kashgar Jour 10 dimanche 27 juillet 2008 KASHGAR Promenade sur le marché hebdomadaire, probablement le plus grand souk du monde (dimanche) puis visite de la ville aux cent mosquées, dont la mosquée Aitika (Id Kah) qui est le plus grand sanctuaire musulmane de Chine capable d'accueillir 6 000 fidèles et le Tombeau d’Abhorcha (tombeau légendaire de la Princesse Aromatique). Découverte des ruines de l'antique Shule. Nuit à Kachgar. Jour 11 lundi 28 juillet 2008 KASHGAR/URUMQI Transfert à l'aéroport. Envol pour Urumqi la capitale de Xinjiang. Jour 12 mardi 29 juillet 2008 URUMQI / TURPAN (200 km -2h30) Route vers Turpan, verger de la Chine réputé par l’abondance des fruits et des raisins et situé à 154 mètres en dessous du niveau de la mer. Visite de la mosquée et de son minaret, excursion aux grottes aux milles Boudhas via la nécropole d'Astana et les ruines de Gaochang. Visite des Karez (puits), un système de collecte des eaux et d’irrigation souterrain qu’on utilise encore aujourd'hui. Visite de l’ancienne ville Jiaohe, du Mont Flaming. Nuit à Turpan. Jour 13 mercredi 30 juillet 2008 TURFAN Continuation des visites à Turpan. Jour 14 jeudi 31 juillet 2008 TURFAN / HAMI (388 km - 6h00) Transfert en bus pour Yiwu via Hami. Installation du bivouac et repérage du site d’observation principal, réglage du matériel… Jour 15 vendredi 1er août 2008 YIWU Journée sur le site principal d'observation ou en fonction de la météo transfert sur un des 2 sites de repli. En fin de soirée, retour au campement à Yiwu ou route pour Hami Jour 16 samedi 2 août 2008 HAMI / DUNHUANG (530 km/ 8h30) Route en direction de Dunhuang. A proximité de Anxi, nous pouvons visiter les ruines de la cité de Suyang et les grottes de Yulin. A l’arrivée, installation à l’hôtel. Jour 17dimanche 3 août 2008 DUNHUANG / URUMQI Début des visites a Dunhuang: excursion aux grottes de Mogao (25 km), sanctuaire le plus célèbre de Chine creusé a flanc de falaise. Ses 496 grottes abritent plus de 2000 sculptures et environ 45 000 m2 de fresques. C’est un vrai trésor de la culture chinoise bouddhique. En fin d’après-midi, tour de ville avec la visite de la colline au sable chantant et du Lac en croissant. Transfert à l’aéroport et envol pour Urumqi. A l’arrivée, installation à l’hôtel. Jour 18 lundi 4 août 2008 URUMQI/TASHKENT Excursion au Mont & Lac Célestes avec une croisière sur le lac du Ciel (Tian Chi), situé à 100 km d'Urumqi, dans les Tian Shan, à 1 900 m d'altitude, avec en toile de fond le sommet enneigé du mont Bogda (5 445 m). Dans la soirée, transfert à l’aéroport. Envol pour Tashkent. A l’arrivée à Tashkent, transfert à l’hôtel. Jour 19 mardi 5 août 2008 TACHKENT/ Paris Tour de ville en autocar avec passage devant les monuments modernes : Place de l’indépendance, Square d’Amir Temour, Place de Théâtre. Transfert à l’aéroport pour le vol international. Programme sujet à modificationsCe circuit est disponible également sans le vol international Paris/Tashkent AR PRIX DU circuitA partir de 3 350 €/pers. de Paris à Paris (Attention: Nombre de places limité) LES prix comprennent : L’hébergement en chambre double dans les hôtels mentionnés ou de catégorie similaire et en yourte de 4 à 6 personnes dans le campement de yourtes. Les petit déjeuner Le programme tel que défini en pension complète en Ouzbékistan et au Kirghizstan Le programme tel que défini en pension complète en Chine, avec une boisson incluse lorsque le repas est prévu dans un restaurant (bière, limonade ou eau et thé) et eau minérale ou purifiée et thé lorsque les repas sont pris durant les bivouacs (pique-nique). Transport en autocar, voiture ou minibus avec A/C entre les villes et sur les sites Les billets d’avions pour les vols suivants: Paris/Tashkent/Paris A/R en classe économique Vol intérieur Kashgar/Urumqi Vol intérieur Dunhuang/Urumqi Vol international Urumqi/Tashkent Lettre d’invitation pour l’obtention du visa kirguize L’accueil, l’assistance et les transferts aéroports et gare - hôtels et vice versa Les visites guidées avec guides locaux et les entrées sur les sites mentionnés au programme. Guide-accompagnateur francophone en Ouzbékistan et Guide national francophone en Chine LES prix ne comprennent pas: Frais de visa ouzbek double entrée Les frais de visa groupes pour la Chine : 30 €/pers. à ce jour Droits de photo et de vidéo sur les sites Excédent de bagages Dépenses personnelles. Les taxes d’aéroport et de sécurité. Les assurances optionnelles Le supplément chambre individuelle Le port des bagages dans les aéroports et les gares Les pourboires aux guides et chauffeurs (guide local, guide national, chauffeur, bagages) Toute variation du cours EUR/Yuans (base 1 EUR=9,5 Yuans).Toute augmentation aérienne des vols intérieurs & vols internationaux
  17. L'Astronomie - vol 121 sep 2007

    Bonjour Bruno,Un grand merci à toi de nous aider à promouvoir cette revue dont la rédaction est entièrement bénévole.Philippe Morel, Président de la SAF, donc, directeur de la publication de "l'Astronomie".
  18. Salut Bernard,cela peut être sous plusieurs formes .... sponsoring, temps passé sur un "exercice professionnel" pour du développement de softs , de parutions ,........ ou plus simplement en augmentant son temps de travail. "travailler plus pour gagner plus" il parait que c'est un message très à la mode. Quand, de base on fait 48h par semaine cela aide.
  19. Bonjour à tous,Pour moi IRIS est l'expression la plus noble du bénévolat et nous ne remercierons jamais assez notre ami Christian de nous avoir ouvert ainsi la voie en mettant à la portée de tous un outil tel que celui là. Cet exemple force le respect et l'admiration.Vaste débat que celui suscité par ce post et étant moi même souvent occupé par l'édition ou la réédition d'ouvrages astro (Au plus près de la planète Mars, 2003, "La construction du télescope d'amateur de Jean Texereau, 2004, Au plus près de Saturne, 2005, Des hommes des télescopes des étoiles de Charles Fehrenbach pour la fin 2007), je me permets de vous confier mon avis, sans, bien sûr jeter la pierre à ceux qui agissent autrement.Tous ces ouvrages ont été édités (ou ré-édités) par Vuibert qui a pris à sa charge l'ensemble des frais d'édition et de diffusion et le principe de tous les auteurs et co-auteurs (y compris les plus célèbres d'entre eux) a été la rédaction bénévole.S'agissant des ouvrages collectifs chaque co-auteur a été remercié par l'éditeur par la fourniture d'exemplaires gratuits au pro-rata du nombre de pages rédigées et les droits d'auteur sont versés annuellement au coordinateur de ces deux ouvrages puis reversés à la Société Astronomique de France, permettant ainsi un usage collectif et associatif du produit de ces initiatives éditoriales.S'agissant des deux rééditions, les auteurs reçoivent un certain nombre d'exemplaires et idem pour la SAF (et Astrosurf dans le cas de la CTA).Toute peine mérite salaire mais, pour ma part, je préfère assouvir ma passion pour l'astronomie avec des fonds venus d'ailleurs que du monde de l'astronomie, donc, de mon exercice professionnel qui n'a rien à voir avec notre univers de passionnés.Cela dit, inutile de tirer à boulets rouges sur Ludovic car bon nombre d'amateurs acceptent aussi les piges de certaines revues d'astronomie sans que cela ne choque et, comme il a été dit, libre à celui qui n'approuve pas le procédé de ne pas y souscrire.J'ai pour ma part toujours refusé de participer au contenu éditorial rémunéré de revues d'astronomie rétribuant leurs auteurs pour la raison détaillée plus haut. C'est le prix de la liberté et cette liberté, elle, n'a pas de prix.Philippe Morel. Président de la SAF et donc, directeur des publications d'une revue au contenu éditorial 100% bénévole : "l'Astronomie".
  20. Bonsoir Raphaël, bonsoir à tous,Combien de temps respiriez vous de l'O2? Est ce un temps suffisant physiologiquement pour avoir un vrai effet de retour au niveau de la mer? Peut être que nos docteurs le savent?L'effet est quasi immédiat sur la SaO2 mais si le transport d'O2, dépendant alors (sous O2) presque exclusivement de la pression artérielle, est diminué, on ne pourra jamais regagner complètement le niveau de la mer.Que la différence soit récupérée en vision télescopique c'est surement vrai (par effet d'assombrissement du fond du ciel avec le grossissement) mais peut être pas si on compare les forts grossissements avec et sans O2.Quant au 78 tours de Mozart, ce sera tant qu'à faire la "Petite musique de nuit".
  21. Une PaO2 à 50 mmHg : cela n'aide pas vraiment à gagner en mag limite.A l'inverse, les mesures de mag lim sous SaO2 remontée de 92 à 95% sous oxygénothérapie sont très intéressantes et auraient tendance à confirmer l'hypothèse qu'à 2800m d'altitude on est déjà un peu au dessus du niveau optimal.Même constatation que citée plus haut mais à 5700m avec montée brutale de 1500 à 5700m d'altitude : un ciel très noir avec pas grand chose à y voir.Quand nous aurons déterminé l'évolution, avec la baisse de pression atmosphérique, du delta séparant la mag lim mesurée à la mag lim de référence pour une mag surf connue la zone de pression atmosphérique optimale moyenne sera plus facile à appréhender.Cela dit, dans la génèse de l'échange air sang au niveau des poumons la pression atmophérique conditionne la PAO2 mais dès que le sang "oxygéné" est en circulation, le CaO2 (contenu artériel en O2 dépend, lui, du taux d'hémoglobine et de la pression artérielle, et cette dernière peut baisser avec l'altitude, introduisant un troisième facteur visant à diminiuer la délivrance en O2 au niveau cellulaire.Il serait donc itéressant d'ajouter aux mesures de SaO2 des prises de pression artérielle au brassard rien que pour voir.
  22. Ces considérations n'écraseront rien du tout car le but de ce protocole est de mesurer l'écart mag lim étalon A UN NIVEAU DE MAG SURF DE FOND DE CIEL mesuré moins mag lim perçue à l'altitude où est réalisée la mesure de mag surf.Si j'ai proposé cette méthode, c'est bien pour s'affranchir des biais liés à la modification de la nature de l'atmosphère aux altitudes successives. La seule chose qu'on évalue, c'est l'"efficacité de détection" de l'ensemble oeil-cortex occipital avec l'augmentation de l'altitude, ou plutôt, avec la baisse de pression de perfusion de la rétine et des aires occipitales en oxygène et en hémoglobine.Qu'ensuite, on se serve des courbes de mag lim = f(altitude) pour les comparer aux profils météo est surement aussi très intéressant car à l'évidence, point n'est toujours besoin de monter très haut pour trouver du très bon ciel. De plus, on pourra les corriger du biais lié à la physiologie de l'observateur découvert dans la première partie de l'étude et caresser ainsi l'espoir de pouvoir un jour prévoir la mag limite à une altitude météo selon :1) la situation météo, 2) l'âge de l'observateur, 3) l'altitude visée.Nous en sommes encore très loin mais le rêve est permis à tout le monde.
  23. Bonjour Raphaël,Tu seras probablement le premier à réaliser cette manip, ce qui n'empèche pâs d'en mener une seconde visant à affiner la courbe existante de corrélation mag visuelle limite = f(mag surfacique du fond du ciel) mais en prenant alors en compte l'âge de l'observateur.On partirait alors sur une base encore plus précise puisqu'on utiliserait directement ces courbes pour affiner la détermination du diamètre pupillaire avec l'âge avec le seul biais que trouver des nuits avec un SQM supérieur à 21 en plaine risque de n'être pas très facile.
  24. Lumière attébuée rouge ou bleue ?

    L'immense majorité des cônes bleus se trouvant dans la rétine périphérique et noyée dans les batonnets, l'usage d'une lumière de cette couleur permettra effectivement des économies d'énergie mais risque surtout de chatouiller en permanence la sensibilité de la rétine périphérique, donc, d'observation du ciel profond.La vision dans cette zone joue surtout sur le contraste permis par la grande sensibilité des batonnets à la lumière et très peu sur la résolution car les batonnets sont branchés en grappes d'une cinquantaine pour un point image ce qui ne fait que renforcer la sensibilité aux faibles lumières alors que dans la fovea (zone de vision diurne et d'observation planétaire) le cablage est de 1/1 et donc, la résolution et le contraste coloré bien meilleurs.En utilisant le rouge on chatouille cette zone qui est indépendante de la vision nocturne : on laisse donc au repos les cônes bleus et l'acuité visuelle y est bien meilleure du fait de cette distribution rétinienne.Percevant facilement la coloration bleutée que mon oeil donne des objets brillants du ciel profond et ayant testé les trois couleurs j'avoue, au risque de paraître ringard ou has been préférer de très loin le rouge qui n'est certes pas le plus confortable pour lire les documents mais de très loin le meilleur pour ne pas risquer de compromettre les performances visuelles en observation du ciel profond.Sinon, en planétaire : aucune hésitation pour le bon coup de lumière blanche pour réveiller la vision diurne fovéale.
  25. Bonsoir Raphaël,Heureux de te savoir bien rentré de nos nuits Valdrômoises.2) de faire la même chose en vision nocturne sur une nuit à 500, 1000, 1500, 2000, 2500 et, si possible 3000m en supposant le diamètre de la pupille invariable en vision nocturne et en fonction de l'altitude (et en supposant que la valeur SQM est fiable).La même chose, cela veut dire mesure SQM et magnitude visuelle limite à l'oeil nu à chaque niveau de hauteur. La courbe de coréllation mag limite = f(mesure SQM) existe pour une pupille de 7 mm de diamètre. En déterminant la valeur SQM en plaine avec mesure de la mag visuelle limite on étalonne la pupille en mesurant indirectement son diamètre. dès lors on peut adapter la courbe de référence mag lim = f(mesure SQM)au diamètre de pupille trouvé et c'est l'augmentation du delta de mag limite sur cette courbe qui mettra en évidence l'effet physiologique et la lecture directe de la courbe mag limite = f(altitude) l'altitude optimale.L'idéal, durant la série de mesures, est que le conducteur ne soit pas l'observateur et que ce dernier ne s'expose pas à la lumière des phares de la voiture durant la montée, sous peine de faire au minimum 40 minutes de station à chaque niveau, donc, mieux vaut être deux : un chauffeur et un observateur.De même, pour la mag limite visuelle, mieux vaut prendre un champ, le même pour tout le monde et un champ qui ne bouge pas trop en hauteur d'un moment à l'autre et d'une montagne à l'autre ; la Petite Ourse par exemple.Ensuite, effectivement, à partir de ces données dynamiques il y aura surement plein de choses à faire en jouant en inter observateurs pour chacun des niveaux.Philippe Morel.