astrocomets

Member
  • Content count

    540
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by astrocomets

  1. revue "l'astronomie"

    Bonjour Whiston,Ce décalage dans le temps nous dérange aussi car, accessoirement, nous sommes aussi abonnés à la revue. Pour le résoudre, il nous faut avancer de 7 jours la date du bouclage et s'engager à le faire pour chaque parution. notre Comité de rédaction y travaille et mettra cette solution en oeuvre dès que possible mais pas au détriment de la qualité de la revue.Ce décalage est en fait la conséquence des hautes performances de la poste (qui distribue chez les abonnés) vis à vis de ce que permettent les NMPP car, de l'Imprimerie de Champagne à Langres où est imprimée la revue, tout part en même temps par ces deux réseaux et visiblement l'un d'eux est bien plus performant que l'autre sur le délai de livraison.Philippe Morel.[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 26-03-2008).]
  2. revue "l'astronomie"

    Salut Keter,Ton marchand de journaux peut le demander aux Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne (il connaît forcément) et si cela coince, le mieux est que tu contactes directement la Société Astronomique de France au 01 42 24 13 74 saf.secretariat at wanadoo point fr, coordonnées où tu trouveras tous les renseignements utiles pour commander un exemplaire ou t'abonner si tu le souhaites.Il n'y a pour l'instant que 2300 exemplaires pour les abonnés + le stock pour achat d'anciennes parutions et 5000 dans les kiosques, ce qui explique qu'on ne la trouve pas encore partout.Philippe Morel.[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 25-03-2008).]
  3. Ciel & espace nouvelle formule !

    Re salut Stéphane, salut Frédo,Pas tout à fait d'accord avec vos analyses car l'actuel public de "l'Astronomie" c'est, en astro, le lecteur de "Pour la Science" alors que le lecteur de C&E serait plus celui de "Sciences et Vie". Notre spécificité actuelle c'est les articles de fond rédigés le plus souvent par les acteurs de la recherche eux même, même si bien souvent ils sont réécris totalement ou en partie pour permettre à la pilule de passer auprès du plus grand lectorat possible, les articles historiques, et la préparation des phénomènes à venir avec autre chose que ce qu'offrent les logiciels. ce n'est aucun des créneaux des trois autres revues. Les autres rubriques sont en cours de développement - les astro tests en particulier où notre règle est de ne dépendre d'aucun revendeur ; les matériels testés étant propriété de nos membres. Ils seront sous peu complétés d'une appréciation sur banc.Comme le soulignait Jean Luc, c'est le marasme dans le monde de l'édition des périodiques et nous le savons bien mais en même temps l'activité d'édition de livres au format papier ne s'est jamais aussi bien portée alors qu'on augurait de sa fin il y a peu encore à l'heure du pdf. Il y a donc là un public à viser avec des arguments accessoirement liés au contenu mais plus à une certaine forme de présentation et il serait de plus fort étonnant que l'Année Mondiale de l'Astronomie 2009 voit la faillite du lectorat de nos revues respectives. Philippe Morel.
  4. Ciel & espace nouvelle formule !

    Salut Stéphane,Curieux...cela me rappelle quelques années en arrière...Mauroy...Bordat...changement de ligne éditoriale, c'était quand déjà, ah oui! 1981.Je me suis fait exactement la même réflexion que toi et leur réaction a été exactement la même que celle de nos célèbres que tu cites en 1981-1984. Hélas, n'étant pas plus à vendre maintenant que je ne l'étais à cette époque, je les ai envoyés sur les roses.Cela ne retire rien à toute l'amitié que j'ai depuis de longues années (voire décennies) avec plusieurs des rédacteurs de S&T même si tous sont salariés ou pigistes, preuve, pour Serge et Jean Luc que ce critère est pour moi tout à fait insignifiant dès lors qu'il y a originalité dans le travail présenté, ce que je ne retrouve pas chez tous les rédacteurs de C&E. Ces rédacteurs de S&T reconnaissent être les premières victimes de cette enfermement de leur direction. J'espère pour eux que cette politique sera payante mais j'ai de gros doutes.Quant à nous, nous poursuivons avec nos moyens de débutants dans le monde de l'édition à plus large diffusion sans renier nos valeurs et nos origines associatives. Comme le signalait Serge, cela amène parfois à quelques maladresses que nous sommes les premiers à reconnaître mais l'essentiel n'est pas là dès lors qu'il y a un public de plus en plus nombreux pour adhérer à ce concept ... en espérant que ce public ne se déplace pas trop d'une revue vers une autre car le but recherché n'est pas de faire du tort à qui que ce soit mais d'attirer encore plus de monde vers ce qui nous passionne tous en faisant abstraction de toute querelle de clocher plus de 25 ans après les tristes évennements que tu cites et qui nous ont marqués tous les deux.Amicalement.Philippe Morel.[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 25-03-2008).]
  5. Ciel & espace nouvelle formule !

    Bonjour serge, bonjour Jean Luc,Effectivement comme Serge, je ne comprends pas cette stigmatisation des journalistes.Nous ne l'avons pas comprise non plus mais ne vient elle pas d'un certain éditorial de C&E ?Peu importe qu'un rédacteur soit ou non rémunéré pour ses écrits s'il est aussi acteur dans son domaine, ce que vous êtes tous les deux et si les lecteurs y trouvent leur compte. Personne ne vous assimile à des journalistes compilateurs mettant en forme des infos avec peu de discernement car vous produisez un travail original comme le font tous les passionnés dont vous faites partie. Tous les journalistes n'ont pas ce souci et c'est après ceux là que nous en avons.Quand une pointure de l'astronomie rédige pour "l'Astronomie" elle le fait bénévolement même si ce temps de rédaction est "rémunéré" sur la part de temps répondant à la mission de service public des chercheurs vis à vis de la diffusion des connaissances.Toutes les revues d'astronomie en France ont un créneau spécifique et le lectorat est en pleine expansion, de sorte qu'elles ont toutes le moyen de progresser sans s'agresser.Quand de récents éditoriaux mettent directement en cause un travail largement rendu possible par la générosité d'un groupe de personnes, vous comprendrez dès lors que quelques réactions se fassent jour, même si ces derniers nous ont amené bon nombre de lecteurs.Philippe Morel
  6. revue "l'astronomie"

    Bonsoir Jackbauer2,Merci pour ces appréciations sur notre revue qui, cette fois ci encore a su, comme elle le fait depuis des décennies, se passer des services d'une certaine revue américaine sans que son contenu n'ait à en souffrir.Et oui, Jean Pierre Bibring et les autres sont aussi de fidèles rédacteurs bénévoles que l'ensemble de la communauté des passionnés se doit de remercier.Philippe Morel.
  7. Ciel & espace nouvelle formule !

    Salut Serge,Puisque les "coulisses de l'exploit" t'intéressent, voilà la suite :Ayant été aux premières loges pour avoir moi même été contacté par Tim Clarke, le VRP de la société démarchant pour S&T, à propos d'une éventuelle association S&T-l'Astronomie, je peux te dire qu'en faisant l'intéressé, ce dernier m'a tout laché des tenants et aboutissants d'une telle proposition dont j'ai eu tous les détails. Voici la suite. Le simple achat d'articles les fournit dans leur version américaine à l'acheteur qui, en plus, doit les faire traduire à ses frais, donc, coût supplémentaire. Bien sur, l'acheteur n'a pas accès à la parution en cours pour proposer du traduit en simultané de parution avec la version américaine. Ce qui est proposé, c'est du réchauffé ou des articles sans intérêt comme celui dont Jackbauer2 fait état et qui m'avait bien fait rire lors de son passage dans S&T il y a quelques mois. On choisit alors les aricles "achetables" dans une sélection opérée pas S&T.La licence (utilisation du quasi ensemble et de l'image) était proposée hors négociation à 7,5% du chiffre d'affaire de chaque parution avec un minimum de 3000USD par parution. Une seule revue par zone géographique peut l'obtenir, donnant au plumé n°1, s'ils le trouvent, au cas où ce ne serait pas C&E, le privilège d'offrir s'il le souhaite une version copiée quasi intégralement dans sa langue de cette célèbre revue qui n'a plus rien à voir avec ce qu'elle était il y a encore 10 ans.Heureusement que face à ces professionnels de la plume existent des revues où écrivent eux mêmes les plus grandes pointures de chacune des multiples facettes de l'astronomie et qu'en France deux d'entre elles résistent à la tentation consistant à rémunérer leurs auteurs, ce qui leur garantit d'avoir affaire à des auteurs dont le but principal est le partage des connaissances et des expériences.Quant à la définition de "journaliste" elle n'exige formellement aucune formation comme c'est le cas de bon nombre de professions tels les médecins ou avocats. ce titre est uniquement lié au caractère rémunéré de l'activité même si de plus en plus de rédactions sérieuses exigent un minimum. Une revue rédigée par des bénévoles ne peut donc avoir de "journalistes" et encore moins voir délivrer des cartes de presse à ses contributeurs.Philippe Morel.
  8. Ciel & espace nouvelle formule !

    Salut Fredo,Bien sur qu'il ne parleront jamais d'autre chose que de partenariat, pas plus que nous ne l'aurions fait dans leur situation car annoncer qu'on achète des articles peut êttre interprété par le lecteur par "ils doivent aller chercher ailleurs ce que leur équipe de rédaction ne peut leur fournir" alors que la notion de partenariat sera le plus souvent regardée par le même lecteur par "en plus de leur contenu habituel, ils nous offrent une diversité supplémentaire.".S&T est devenue une revue presque dédiés aux journalistes chers à Alain Cirou et la place des amateurs, surtout extra américains y est plus que réduite. Résultat : pour les habitués des contributions occasionnelles pour cette revue que nous étions, nous allons voir ailleurs et cette revue connaîtra tôt ou tard le problème d'un allègement de son contenu éditorial, comme d'ailleurs toutes les revues qui à un moment ou un autre ont tourné le dos aux non professionnels de la rédaction. Elle ne pourra alors plus vendre à ses "partenaires" un contenu éditorial qui lui fera défaut, entrainant dans sa chute toutes les revues clientes utilisant largement les services payants S&T.Philippe Morel. [Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 23-03-2008).]
  9. Ciel & espace nouvelle formule !

    Bonjour à tousIl s'agit d'un "partenariat" sous forme d'un simple achat d'articles et de fond iconographique. Toutes les revues astro françaises ont ete demarchees y compris la notre ("l'Astronomie" qui est en kiosque depuis janvier 2008) par une societe prestataire de S&T.S&T connait de gros problemes du fait d'une fuite progressive de ses annonceurs et a ete oblige de revoir ses prestations a la baisse. En compensation, elle vend son contenu editorial et iconographique suivant deux modalites : achat pur et simple d'articles ou licence autorisant le client a utiliser l'image et le nom de S&T. Tout cela est tres onereux et c'est la raison pour laquelle nous n'avons pas donne suite, considerant que ce n'est pas au lecteur europeen d'une revue française de payer pour une revue americaine de moins en moins ouverte aux travaux venus d'ailleurs.C&E n'est pas la seule revue en Europe a etre devenue "partenaire" de S&T. "Astronomie Heute" en Allemagne en est un autre exemple qui est devenu une copie presque conforme de la maquette du S&T americain mais en allemand.L'accord est bien sur unilateral : ce "partenariat" payant n'instaure aucune passerelle privilegiee pour permettre a des amateurs français de rediger dans S&T meme benevolement comme nous le faisions par le passe.Malgre toute l'estime que nous pouvons avoir pour nos amis amateurs et professionnels americains, il nous a semble qu'il y avait assez de ressource editoriale en Europe pour ne pas avoir besoin d'une bequille venue d'Outre Atlantique cherement payee. Visiblement, tout le monde n'a pas cet avis.Philippe Morel. [Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 23-03-2008).]
  10. revue "l'astronomie"

    Bonjour Roger,>Il faut qu'il reste toujours des numéros que la Société Astronomique de France peut récupérer. C'est même essentiel pour ceux qui, comme moi, s'intéressent à l'histoire de l'astronomie. Il en reste une centaine par parution mais compléter l'ensemble de la parution depuis 1887 est aujourd'hui impossible en commandant à la SAF pour la simple raison que l'année 1887 (éditée en 1888) n'a été tirée qu'en 200 exemplaires. Il y en a 3 collections complètes consultables à la SAF et dans les bibliothèques d'amateurs d'astro en France il ne doit guère y en avoir plus ; le reste se trouvant dans les observatoires du monde entier (moins celle qui a brûlé au Mont Stromlo il y a quelques années).>La revue l'Astronomie fondée par Camille Flammarion possède un atout incroyable sur toutes les autres revues astronomiques françaises vendues en kiosque : sa très grande antériorité !… Elle reste incontournable pour qui désire comment le monde astronomie a connu tel ou tel événement à la fin du 19ème siècle ou au 20ème siècle.>Heureusement que tous les membres de la Société Astronomique de France ne s'assoient pas, eux, sur l'histoire de l'astronomie !…Rares sont nos membres à être indifférents à l'histoire de l'astronomie et notre Commission couvrant ce thème est l'une des plus active, aidée par des astronomes français de réputation mondiale et par l'inestimable richesse du Fonds Flammarion complété des archives de 122 ans de parution (1887-2008 + 1882-1894 ... 1867-1880 avec les Etudes et lectures sur l'astronomie ; ancètre des deux revues suivantes).> Et puis, miracle, à partir de janvier 1911 le Bulletin de la Société Astronomique de France a à son tour disparu, remplacé par l'Astronomie avec son ancien logo (en fait à l'époque on disait "vignette"), mais en conservant bizarrement la numérotation du nombre de volumes annuels du Bulletin de la Société Astronomique de France. Le Bulletin de la Société Astronomique de France ne disparait pas en 1911 et sous la vignette de Blanadet reprenant le titre de l'ancienne revue "l'Astronomie" figure le sous titre "Bulletin de la Société Astronomique de France". L'actuelle revue ne mentionne plus ce sous titre depuis janvier 1950 tout en restant le Bulletin de la SAF pour les adhérents.> Pour en revenir à l'origine de la revue l'Astronomie, elle est très peu connue, je pense même qu'au Conseil d'Administration de la SAF, quasiment personne ne la connaît… Voici donc son histoire.Cette histoire n'est fort heureusement un secret pour personne à notre actuel Conseil d'Administration tant les occasions ont été nombreuses de la livrer lors des longues discussions qui ont précédé la décision du passage en kiosque de la revue. Nous la livrons aussi au public lors des portes ouvertes à Juvisy. La 122ème année de "l'Astronomie" correspond en fait à la 122ème année du Bulletin de la SAF. En réalité, le titre "l'Astronomie" a 110 ans (1882 à 1894 + 1911 jusqu'à ce jour).En plus des textes, les deux revues "l'Astronomie" étaient riches en publicités de toute sorte jusqu'en 1939, du "Verascope Richard" au "Vin Mariani" tout était bon pour apporter de l'eau au moulin de ce bulletin de société savante, ce qui n'enlevait rien au sérieux et à la qualité de la publication.Cet ensemble constitue une mine inépuisable d'articles dont bon nombre pourrait être réédité avec le même intérêt, à commencer par le "Catalogue de Messier" décrit par Camille Flammarion et Ferdinand Quénisset en 44 articles parus de 1917 à 1924, en continuant par le supplément de Robert Esnault Pelterie de mars 1928 sur la possibilité des voyages interplanétaires entre autres choses.Philippe Morel.
  11. revue "l'astronomie"

    La diffusion en kiosque est un gachis des mieux organisés qui soit et les meilleures ventes excèdent rarement 25 à 30% de l'ensemble du tirage. Le reste va au pilon et on ne peut même pas récupérer des exemplaire pour les donner à titre promotionnel. Tout le jeu est de faire le meilleur pourcentage avec le plus fort tirage possible avec, bien sûr, un pilonnage encore plus fort.Vive la forêt !
  12. revue "l'astronomie"

    Bonjour Roger, Astrovicking et à tous,La raison en est effectivement le faible tirage (5000 dans les kiosques à chaque parution) mais les résultats des deux premiers mois dépassant nos espérances les plus optimistes, il y a fort à parier que ce tirage ne va pas tarder à augmenter si les prochaines parutions confirment la tendance actuelle.Ce sont les NMPP qui gèrent la répartition et ces dernières ne peuvent encore nous donner des infos précises sur chacun des points de vente. Quand nous aurons ces résultats, nous procéderons probablement à des modifications de répârtition et de dotation en faveur des kiosques les plus zélés.Il n'y a pas qu'au fin fond du Massif central qu'on ne la trouve pas encore et dans des villes de moyenne importance, moins de 10 exemplaires couvrent une population de 30000 habitants.Rien n'empèche cependant ceux d'entre cvous qui n'arrivent pas à la trouver de le signaler au siège de la SAF (saf point secretariat at wanadoo), ce qui nous permettra de le signaler aux NMPP.Pour Roger : 42 ans de fidélité méritent déjà les remerciements de notre CA. Plus que 18 ans à attendre pour le Prix Manley Bendall 2026.Philippe Morel.
  13. revue "l'astronomie"

    Bonjour à tous,Vos encouragements vont droit au coeur de l'ensemble des membres de l'équipe de rédaction de "l'Astronomie" et je tiens à vous en remercier. Tous agissent bénévolement, tant pour la rédaction que pour l'organisation qui doit tenir des délais très stricts et un régularité sans faille. Seuls nos deux infographistes sont salariés de la Société Astronomique de France qui édite cette revue.Sachez que cette belle revue est aussi et surtout la votre et que toute contribution sera considérée avec égard et pensez aussi à aider Astrosurf Magazine ; une revue qui porte aussi très haut les valeurs de notre passion . Bonne lecture.Philippe Morel, Président de la Société Astronomique de France.
  14. Bonsoir NUNKY,En langage scientifique on appelle cela une anisocorie et même si cela n'est probablement pas très grave il faut cependant rapidement en trouver la cause et réaliser quelques examens dans de brefs délais. Etant de la profession, peux tu me contacter rapidement à l'adresse Morel.Philippe at wanadoo. etc.
  15. Charles Fehrenbach

    Bonjour à tous,Ce n'est cette fois hélas pas un canular (information reçue de son fils Michel), mais nous avons appris hier soir la disparition de Charles Fehrenbach qui, malgré ses 94 ans, avait gardé intact le souvenir d'une très longue carrière d'astronome débutée en 1931 avec les encouragements de Madame Gabrielle Camille Flammarion. Inventeur du prisme-objectif, directeur adjoint puis directeur de l'observatoire de Haute Provence de 1943 à 1984, la communauté astronomique lui doit le plein essor de ce site. Il était aussi l'un des fondateurs de l'ESO dont il a présidé la commission des instruments à l'époque des premières grandes réalisations. Membre de l'Académie des Sciences, Charles Fehrenbach était aussi l'auteur d'un ouvrage, "Des hommes, des étoiles, des télescopes" paru en 1990 et réédité en octobre dernier relatant les débuts et développements de l'astrophysique en France en témoin privilégié qu'il était.Malgré son grand âge et les 400 km plus retour à parcourir, Charles Fehrenbach est venu aux Rencontres Astro Ciel 2006 et 2007 pour le plus grand bonheur de ceux qui l'ont croisé et adorait le contact avec les amateurs et les plus jeunes qui garderont de lui le souvenir d'un personnage hors du commun.Philippe Morel, Président de la Société Astronomique de France.
  16. L'Astronomie sort en kiosque demain...

    Bonsoir Pluton42,Tu peux aussi avoir accès à ce bulletin via Astrosurf à l'adresse : http://www.astrosurf.com/saf/ADHESION_SAF_2006.pdf Si problème, tu peux joindre notre siège au 01 42 24 13 74 du lundi au vendredi, saf.secretariat@wanadoo.frPhilippe Morel.
  17. L'Astronomie sort en kiosque demain...

    Bonsoir pour faire éco au dire A Cirou sur le fait que Ciel & Espace est un journal sérieux écrit par une équipe de journalistes allez voir ce lien : http://www.aim.ufr-physique.univ-paris7.fr/CHARNOZ/homepage/ Georges.[Ce message a été modifié par c'estmoi (Édité le 27-12-2007).][Ce message a été modifié par c'estmoi (Édité le 27-12-2007).]
  18. L'Astronomie sort en kiosque demain...

    Salut PLUTON42,Il y a deux tarifs d'abonnements qui, en 2008, couvriront non pas 10 mais 11 numéros.55 euros, c'est l'abonnement seul.47 euros, c'est l'abonnement pour les membres de la SAF à laquelle tu peux faire partie, ce qui coûte :1) 50 euros/an pour Paris + IdF, 2) 20 euros/an pour la province.Cette cotisation est déductible à hauteur de 66,6% du montant de l'imposition, de sorte que si tu as le privilège de faire partie de la population contribuable aux financement de l'Etat, cette cotisation te reviendra au final à :1) 16,5 euros/an pour Paris + IdF, 2) 6,6 euros pour la province,Si tu résides en Province, tu as donc intérêt à souscrire un abonnement avec cotisation, ce qui fera une dépense finale de 47 + 6,6 = 53,6 euros/ans (contre 55 euros pour l'abonnement seul).Si tu résides à Paris ou en IdF, l'abonnement avec cotisation te reviendra à 47 + 16,5 = 63,5 euros/ans (toujours contre 55 euros pour l'abonnement seul).Ce surcoût de + 8,5 euros/ans si tu habites en région Paris IdF, ou cette économie si tu résides en Province, te permettront, en tant que membre de la SAF, d'accéder aux réunions de Commissions, de bénéficier gratuitement de l'accès aux conférences mensuelles publiques de la SAF, d'accéder à la Journée des Commissions en juin à l'observatoire de Meudon, d'économiser les frais de dossier lors de l'inscription aux Rencontres Astro Ciel, de bénéficier des exposés d'initiation et de notre bibliothèque astro (de plus de 7000 ouvrages), enfin, de participer à partir de la seconde année, à la vie élective de notre association.Philippe Morel.
  19. L'Astronomie sort en kiosque demain...

    Bonsoir Serge, bonsoir à tous,Un grand merci pour tes encouragements et ceux des autres intervenants qui seront transmis à l'équipe de rédaction de "l'Astronomie". Pour ce qui est de C&E, j'ai eu beaucoup moins de patience que toi car la bande à Cirou & co, je l'ai pour ma part larguée en 1984 pour les mêmes raisons que toi, à un moment où je commençais à rédiger pour eux ... bénévolement, cela va sans dire.Reprenant le passage cité par frédogoto :"[...] De nouvelles revue - issues de société savantes ou du monde commerçant, fabriquées sans équipes de journaliste professionnels - sont apparues en kiosques et offrent à l'amateur, comme au curieux des affaires du ciel, un vaste panorama d'image et d'information collecté sur internet.[...]"L'auteur de cet éditorial, tout professionnel qu'il est, devrait savoir qu'en agissant ainsi, il invite ses lecteurs à aller voir ailleurs. Qu'il continue : c'est notre meilleure publicité. Quant à ses affirmations sur l'usage du web, hormis l'inévitable accessible partout (dernières nouvelles, éphémérides, objet du mois) j'en vois beaucoup moins que dans d'autres revues scientifiques. C'est justement parce qu'étant société savante nous avons accès direct au savoir sans mandater d'intermédiaires pour ce faire. Quant au terme "journaliste", sa définition reste très éclectique car, je lis dans Wikipédia :"Un journaliste est une personne dont l'activité professionnelle est le journalisme. ...""... Le travail du journaliste consiste principalement à recueillir des informations sur un événement de l'actualité ou sur un sujet particulier (en consultant les dépêches des agences de presse, en interrogeant des spécialistes ou des témoins, et en s'appuyant sur différentes sources), et à écrire des articles ou à publier des reportages (écrits, audio, photo ou vidéo) dans un journal ou un magazine, dans une émission de radio ou de télévision, sur Internet ou dans d'autres médias de masse. ..."Ce que notre Rédaction fait au quotidien, ... sauf qu'elle ne se fait pas payer pour ce faire, à l'inverse, si j'en crois l'affirmation de M. Cirou, de la rédaction de C&E faite de vrais journalistes."l'Astronomie" est une revue associative où tout le travail rédactionnel est bénévole. La pige chez nous c'est zéro euros, ce qui diminue les frais, d'autant que nous n'avons pas besoin des journalistes chers (à tous les sens du terme) à M. Cirou car, s'agissant des articles de fond, pour les raisons citées plus haut. Quant aux autres articles, notre équipe de rédaction compte un grand nombre d'habitués de ce type d'exercice et, de plus, en mesure d'aider les nouveaux rédacteurs qui seront tous les bienvenus. A l'inverse de C&E, notre cercle de rédacteurs réguliers est constitué de fidèles depuis des décennies, voire de "vétérans" de réputation mondiale (Jean Meeus, Audouin Dollfus ou Charles Fehrenbach par exemple) mais de plus en plus de jeunes arrivent depuis l'ouverture des rubriques d'astro pratique.Je confirme que "l'Astronomie" est bien la plus ancienne revue d'astronomie diffusée en France puisque sous son titre actuel, elle a paru de 1882 à 1894 puis a repris ce titre en 1911 pour une revue qui était le Bulletin de la Société Astronomique de France fondé en 1887. La 122ème année fait référence à 1887.A la différence d'une revue pourvue de journalistes et travaillant sur commande, "l'Astronomie" ne pourra être que ce que ses lecteurs voudront qu'elle soit. Chacun peut y participer et si, pour les astro tests en particulier, des comparatifs sont souhaités, nous pourrons nous organiser pour y faire participer le plus grand nombre afin d'obtenir la plus grande objectivité possible. Nous ne sommes mariés avec aucun revendeurs même si quelques uns nous soutiennent par une pub qui n'étouffe pas la publication (hors pubs SAF : 4,3 pages sur 74). Comme tu l'écris, le lancement et le développement d'une revue constituent des expériences passionnantes. Comme les fonctions de Rédacteurs, celle de Directeur des publications est aussi bénévole et ne correspond pas du tout à mon exercice professionnel placé à des années lumière de ces préoccupations. Cette fonction revient légalement au Président d'une association loi 1901, ce qui est le cas de la SAF. Ce lancement de "l'Astronomie" en kiosque j'en rêvait, comme beaucoup ici, depuis longtemps. Il est le résultat d'un magnifique travail d'organisation et de structuration d'un projet ; oeuvre de notre Comité de Rédaction qui, en moins de 10 ans a su faire passer une revue noir et blanc devenue des plus confidentielles à ce que l-on connaît aujourd'hui.Dernier point afin que tout soit clair : si la diffusion de la revue génère quelques bénéfices, ces derniers seront versés à l'accomplissement des buts de l'association qui compte en personnel salarié une Secrétaire Exécutive et deux Infographistes. Les membres du Comité de Rédaction comme le Directeur des Publications ne toucheront pas un centime d'euro mais auront montré qu'il est encore possible de mener un projet éditorial dynamique dans un cadre associatif.Bonne lecture.Philippe Morel.
  20. Bonsoir Laurent, bonsoir à tous,Le site de la Commission des comètes de la SAF est réactivé sur www.astrosurf.com/saf/ et si n'y figurent pas d'estimations de magnitude c'est que hormis les 10 que j'ai déjà adressé à l'ICQ pour 17P, je n'en ai reçu aucune autre.Effectivement, des images arrivent tous les jours mais l'estimation de mag, bien plus intéressante scientifiquement parlant et accessible à tous sur cette comète, ne suscite pas l'enthousiasme des passionnés. Les listes de l'ICQ montrent chaque jour que les amateurs français sont à la traine (nous ne sommes actuellement que deux à avoir envoyé des observations)et c'est bien dommage.Probablement est ce la codification qui rebute car pour le site de l'ICQ, passe encore car ce n'est pas trop compliqué mais pour le bulletin de ce même ICQ c'est une autre affaire et Dan Green, comme Brian Marsden avant lui, sont très scrupuleux sur le contrôle de ces dernières, ce qui a peut être rebuté pas mal de français malgré la venue de Dan et Brian à Paris en 2004 pour l'IWCA III que nous avions organisée à Meudon.Quant à l'annonce du sursaut de la comète auprès du grand public, l'astronomie professionnelle a effectivement brillé par son absence mais ce n'est pas la première fois car la superbe Mc Naught en janvier dernier a subi le même sort bien qu'ayant eu droit à un peu plus d'égards. Au moins, pour celle ci, les amateurs, tant dans leurs clubs que sur leur site qu'à la télévision on rattrapé le coup parce qu'il en ont eu le temps.Même si personne ne comprend ce qui se passe, je garde pour ma part le même plaisir à en faire des images, des dessins et des estimations de magnitude car nos yeux et objectifs ne seront pas de sitôt remis en face d'un objet du système solaire de quelques kilomètres de dimensions devenu en trois semaines et sans perdre beaucoup d'éclat, un objet atteignant le double du diamètre du Soleil.Bien plus que Mc Naught qui correspond à un type de comète déjà vue, 17P mérite pour l'instant le titre de comète du siècle débutant. C'est probablement la première et dernière fois que nous assistons à pareille bizarrerie de la nature et, de plus, quel spectacle aux jumelles !Bonne nuit.Philippe Morel.[Ce message a été modifié par astrocomets (Édité le 21-11-2007).]
  21. Pierre Bourge n'est pas mort !!!!

    Bonsoir Leonardcauvra,Comment oser lui prêter de telles intentions ?Pour savoir si Pierre Bourge est toujours aimé des amateurs, ce dernier n'a pas besoin d'un tel subterfuge.Rends toi seulement là où il anime quelque chose, et en particulier au rassemblement annuel de la Pentecôte à St Langis et tu te rendras compte par toi même du degré de la ferveur qui l'entoure.La seule chose que je trouve étrange c'est le moment de cette annonce où toute simultanéité avec une manifestation astro d'importance n'est peut être pas fortuite.
  22. Pierre Bourge n'est pas mort !!!!

    Je confirme : il se porte comme un charme et cette "fausse disparition l'a fait bien rire en même temps que les messages que j'ai pu lui lire l'ont touché.Effectivement, on vous a menti, ou plutôt, ceux qui ont diffusé cette triste nouvelle sur la toile n'ont pas vérifié l'information.L'essentiel est qu'une triste journée se transforme en un éclat de joie et longue vie à Pierre qui, du haut de ses 86 ans, pourrait encore nous surprendre par sa jeunesse.Philippe Morel.
  23. L'Astronomie - octobre 2007

    Merci Bruno, de penser à nous.Philippe Morel.
  24. Eclipse de soleil été 2008

    Bonjour Alain,Mieux vaut toujours des propos francs qu'une réserve polie. pour le reste, l'incident est clos et une seule chose nous préoccupe maintenant sur ce post : l'éclipse de 2008 et les moyens nous permettant d'aller l'admirer.
  25. Eclipse de soleil été 2008

    Bonsoir Alain,Pour savoir comment cela se passe sur place, d'abord, on ne tente jamais de destination et de parcours sans qu'un ou plusieurs d'entre nous ne l'aient fait dans le passé et ensuite, sur place, on cause, et les langues se délient très facilement, ce qui facilite beaucoup les choses.La Chine est un pays peu à risque de mauvaises surprises car tout y est encadré par l'Etat dès qu'il s'agît du tourisme. Le vol et la délinquance y sont absents, ce qui nous arrange aussi. Il ne faut cependant pas s'attendre à des hôtels et bivouacs ****, pas plus d'ailleurs que pour des voyages bien plus onéreux car en cette région, il n'y en a pas.C'est vrai qu'à chaque fois que nous faisons cela nous nous jetons à l'eau mais peu importe dès lors qu'on considère que les imprévus font aussi partie du voyage et dans toute organisation, quelle qu'elle soit, il y en a.Pour la Chine, nous avons obligation de passer par une agence officielle siegeant dans le pays qui, en la circonstance et par bonheur est française. La négociation, longue de 4 mois pour faire baisser le prix final de 900 euros, s'est tenue avec le représentant en France de cette agence, et devant l'opportunité de récupérer un grand nombre d'inscriptions, s'est pliée à nos quatre volontés pour faire du sur mesure et complètement original élagué de tous les pièges à touristes d'un programme fait pour les touristes.La SAF n'est pas une agence de voyage mais une association de bénévoles amateurs et professionnels de l'astronomie qui ne vit et se développe que grâce à leur générosité. Notre but est de permettre au plus grand nombre de profiter d'expériences uniques et n'en tirons aucun avantage personnel sinon celui de réussir à partager tout cela entre passionnés.J'ai bien compris que les termes de ton premier message étaient dictés par un amalgame avec d'autres initiatives ne partageant pas le même but et ne t'en tiens pas rigueur.J'ai toujours considéré pour ma part que financer une passion ne devait jamais se faire à partir du milieu des passionnés mais à partir d'une activité professionnelle qui n'a rien à voir avec ce milieu.Philippe Morel, Président de la SAF.