yapo

Member
  • Content count

    1672
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by yapo

  1. été indien

    Salut, Je commence à finir d'archiver la moisson estivale, alors ce sont des cibles un peu réchauffées, mais c'est mon processus d'archivage un peu long qui est le coupable. Le premier sujet est une nébuleuse planétaire de l'Ecu, M1-52 (PK 17-2.1) rendue discrète par sa taille menue (7") et son faible éclat (m=15.6). Fort heureusement, elle répond graduellement à la plupart des filtres (Wratten 65A, UHC, OIII) sauf Hß, ce qui permet un repérage aisé dès 125x à proximité d'une étoile brillante. T445x364 sans filtre fiche d'observation La suite dès que j'ai fini le prochain…
  2. été indien

    Avec ton scope^2 et un ciel correct, ça devrait le faire (mais faut deux filtres pour les binoscopes, non ?)
  3. Très jolies prises, Yves ! Je ré-évalue mon intérêt à la hausse pour une future visite à NGC 908 après tes résultats positifs sur sa spiralité. Et comme dit Serge, la bande sombre de NGC 7814 est vraiment très fine (bien moins épaisse que M104) et il faut de bonnes conditions de seeing je pense.
  4. été indien

    Le coeur, c'est pour la forme de la mosaîque? oui, j'avais remarqué aussi, mais ce n'est ni voulu ni dans l'axe du cœur de la nébuleuse.
  5. été indien

    C'est vrai, il faut absolument des filtres (même quand le ciel est excellent).
  6. NGC 3162, une sœur jumelle de M 99

    De la daaologie (science attachée à l'évolution chronologique des techniques de dessin)... Sinon, on attend la même comparaison au T635 le plus tôt possible...
  7. été indien

    Difficile à dire en comparant deux dessins d'observateurs différents. J'ai un vieil UHC Lumicon années 1990 en 31.7 sur un passe-filtre externe et un récent NPB en 2" sur un autre passe filtre-interne. Je t'avoue que je n'ai pas pensé à utiliser les deux l'un derrière l'autre pour comparer directement (je le ferai dès que possible), mais à vue de nez, le fond de ciel du NPB semble aussi sombre que celui de l'OIII Astronomik (et donc plus de contraste que le vieil UHC).
  8. été indien

    Une célébrité que je n'avais pas encore croqué, NGC 206 dans la galaxie d'Andromède. Cette association stellaire se détache nettement dans le contexte spiralé de notre voisine extra-galactique. Les étoiles qui la parsèment dans mon daao ne sont que des étoiles d'avant-plan hormis deux amas globulaires identifiés dans la fiche d'observation. En fait, les étoiles les plus brillantes de NGC 206 sont à mag>17 donc un peu au delà de mes possibilités. T445x271 carte de champ Guide 9 annotée fiche NGC 206
  9. été indien

    Et puis la dernière grande draperie encore à proximité, IC 1848, s'est affirmée à l'oculaire. Il fallait encore un champ vaste, mais même si il y avait à en voir autour, je me suis contenté d'un seul champ pour celle-ci, la contenant pratiquement entièrement. Le champ stellaire est prodigieusement fourni et la vue filtrée au NPB révèle mieux la structure annulaire de cet assemblage . T445x50, sans filtre T445x50, NPB fiche IC 1848
  10. été indien

    Pendant que j'étais dans la zone et avec un oculaire autorisant le grand champ, je me suis offert la nébuleuse du coeur, IC 1805, mais comme elle s'étale sur plus d'un degré, le résultat est une mosaïque de plusieurs champs. Elle est parsemée d'amas ouvert (NGC 1027 à l'Est, Markarian 6 au Sud, Tombaugh 4 au Nord-Ouest) ce qui rend le champ truculent sans filtre. Avec filtre NPB ou OIII, les méandres de la nébuleuse se révèlent davantage mais il faut bouger le télescope pour la parcourir, un peu comme pour les dentelles du Cygne. T445x50, sans filtre T445x50, filtre OIII fiche IC 1805 fiche NGC 1027
  11. M33 sous les tropiques

    Alors pour être plus détaillé, c'était sur du A4 sur le terrain, avec copie au propre agrandie sur A3 pour améliorer le rendu (pensais-je à l'époque). C'est vrai qu'un scanner dans de bonnes conditions permet de capturer chaque feuille de manière assez homogène et favorise la mosaïque finale. Totalement d'accord !
  12. été indien

    Allez une belle nébuleuse bien facile, NGC 896, une fois n'est pas coutume. Elle et toutes ses amies (les fiches sont ci-dessous) dansent une jolie sarabande. Toutes répondent bien aux filtres, comme illustré ici et à l'inverse l'amas d'étoiles Tombaugh 4 (et oui, le découvreur de Pluton a quelques amas à son actif) s'affaiblit (mais reste visible malgré tout à l'OIII à ce grossissement. T445x83 sans filtre T445x83 filtre NPB T445x83 filtre OIII fiche NGC 896 fiche Tom 4 fiche LBN 645 fiche LBN 646 fiche IC 1795
  13. été indien

    Chercher des trucs quasi-stellaires dans l'Aigle, faut y aller bien armé (en cartes de champ et/ou images de références)…
  14. été indien

    Juste à côté (enfin 18' vers l'Est), j'ai essayé une nébuleuse planétaire, PK 121+3.1 (ou encore Weinberger 1-1). Vraiment limite, j'ai deviné un "truc" homogène extrêmement faible (VI5.4) mais il était un peu décalé par rapport à la position que me donnait le logiciel Guide 9 et je n'avais pas d'image du champ (contrairement à mon habitude) pour être sûr que ce n'était pas quelques étoiles faibles rapprochées qui imitaient une nébuleuse avec le filtre. En plus le truc ne réagissait pas trop au filtre NPB et OIII, juste assez pour me mettre le doute à 182x. Donc j'ai juste noté sur le croquis la position par rapport aux étoiles autour et de retour au bercail, j'ai confirmé que c'était conforme à une image au niveau taille et position, et qu'aucune étoile n'interférait. croquis de terrain, la croix indique la position et la nébuleuse est croquée sur le côté en indiquant l'incertitude T445x182, sans filtre T445x182, filtre NPB fiche PNG  121.6+03.5
  15. M33 sous les tropiques

    C'est rudement chouette, et le tout rien qu'en une soirée, pfiou, c'est costaud. Et je sais de quoi je parle… T445x271 (mosaique globale)
  16. été indien

    Une dernière pour la nuit : GN 00.33.2, un petit cocon stellaire avec sa nouvelle-née bien imbriquée dans Cassiopée. Elle est assez facile à voir (VI2) s'étendant en fanion à partir de sa "centrale" de m=14.5, faible quand même et homogène, mais parce que située à près de 2000 années-lumière… T445x271 fiche GN 00.33.2
  17. été indien

    Je suis retourné sur le joli couple NGC 5963-5965 car j'avais noté la présence à proximité de NGC 5969 et 5971, sans avoir eu le temps de les dessiner car descendues trop près d'un épicéa au nord-ouest. J'ai rattrapé cela quelques nuits plus tard et voici le quatur ainsi obtenu à 182x pour embrasser la totalité de l'assemblage. T445x182 fiche NGC 5969 fiche NGC 5971
  18. Mag visuelle de Pluton

    oui, mais si tu te sers de l'indice B-V de l'UCAC4 et des magnitudes de l'USNO-B, c'est pas cohérent, je pense.
  19. Mag visuelle de Pluton

    Quelles sont les incertitudes de ces magnitudes ? Sais-tu que les magnitudes du Guide Star Catalogue peuvent avoir des incertitudes de 1 magnitude ? (Et être réellement à +1 ou -1 magnitude de la réalité.) Le logiciel Guide, par exemple, permet d'accéder aux incertitudes et c'est très instructif. (Ce n'est pas parce que le logiciel affiche deux décimales que la précision est de 1/100, surtout si l'auteur du logiciel n'a pas pensé à ce genre de détail...) L'APASS est précis à 0.1-0.2 magnitude près d'après Brian Skiff (astronome à l'observatoire Lowell, un gars assez proche des amateurs). Par contre, il ne couvre pas l'intégralité des astres visibles (c'est-à-dire n'inclut pas les étoiles très brillantes).
  20. été indien

    Arp 273 est une intéraction bien déformée et pleine de charme sur les images. Je n'ai pas été capable de sortir beaucoup de détail hormis un soupçon de spiralité chez l'une des protagonistes : manque de patience ou bien détails trop faibles ? Il y a comme ça, parfois, un goût d'inachevé dans une observation un peu limite et on y retourne à une autre occasion. Bien souvent, sans plus de succès, mais occasionnellement, un soupçon de temps supplémentaire, une nuit un poil plus transparente, une fatigue oculaire moins prononcée, etc., et les détails viennent s'ajouter. Il est d'ailleurs bien difficile de choisir que faire lors d'une nuit exceptionnelle : partir à l'assaut de nouvelles cibles ou bien revenir sur des objets connus en quête d'éléments supplémentaires ? Dilemme, quand tu nous tiens… T445x271 fiche UGC 1810 fiche UGC 1813
  21. été indien

    Sûr, j'échange pas… Maintenant, je n'y habite pas (seulement en congés) alors même si la météo s'est dégradée par chez toi, tu dois bénéficier de plus de temps d'observation annuel que moi, je pense. Déclinaison -10•, elle ne monte jamais bien haut... Ah oui, finalement c'est faisable (je suis limité à environ -23°). Elle dans ma liste mais je n'ai malheureusement pas 5 semaines de congés l'hiver…
  22. été indien

    L'ensemble de la nébuleuse est même idéal pour des jumelles (des grosses et/ou avec filtres) parce qu'avec son aire de 3°x2°, un champ trop restreint ne laisse qu'une exploration parcellaire à disposition. Mais dans chaque parcelle, il y a des choses à glaner avec un peu de grossissement, entre les nuages obscurs et les portions de nébuleuses émissives. ça c'est bien vrai. Jamais essayé la Mouette car je crois que sa déclinaison la fait flirter avec ma crête de montagne au Sud même quand elle culmine…
  23. été indien

    La nébuleuse de Mu Cephei, IC 1396, est véritablement une mine d'or que je n'ai fait qu'effleurer car c'était surtout la trompe d'éléphant (LDN 1105 se découpant devant LBN 452) qui m'intéressait. Sans filtre, c'est l'étoile triple Bu 1143 aux composantes jaune, bleue et rouge qui détonne par son contraste coloré : je ne suis pas très sensible aux étoiles multiples esthétiques mais celle là est vraiment remarquable! Difficile à ce grossissement de représenter fidèlement cette brillante triple car les cercles stellaires indicateurs de brillance se superposeraient trop… Il faudrait que je retravaille cette triple avec des aigrettes superposées sans doute. T445x83, sans filtre Avec le filtre NPB ou l'OIII, les volutes de nébuleuses parsèment le champ et se densifient particulièrement autour du nuage obscur et sa forme particulière se dessine assez bien. En plein milieu de la trompe, une résurgence d'émission apparait très faiblement (HBC 308). Par contre, le dessin ne montre pas vdB 142 que je n'ai pas notée car cette nébuleuse de poussière n'est pas émissive et j'ai passé la majorité du temps d'observation avec les filtres. T445x83, filtre NPB fiche HBC 308 fiche LBN 452 fiche LBN 451 fiche vdB 142 fiche IC 1396
  24. été indien

    Exact aussi, j'ai fait le "dessinateur" durant 45 minutes avant de me dire qu'il me faudrait encore de longues heures pour un résultat artistiquement peu valorisant, donc j'ai complété en descriptions verbales. Comme ce sont toutes des elliptiques (en tout cas en apparence), la description verbale suffit largement pour établir en daao un champ suffisamment évocateur.
  25. été indien

    Exact, c'est pour cela que je suis resté sagement à 182x, et du coup ne ressortent pratiquement que les galaxies largement non-stellaires.