dg2

Member
  • Content count

    1203
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3
  • Country

    France

dg2 last won the day on June 25 2020

dg2 had the most liked content!

Community Reputation

943 Excellent

1 Follower

About dg2

  • Rank
    Very active member
  1. Cassini, le spectacle continue ...

    L'analyse proposée dans le papier me parait hautement non standard. Il ne s'agit pas d'une détection à X sigmas de tel ou tel signal, mais d'une estimation probabiliste que le taux d'échappement de méthane observé (je ne sais pas s'il est lui-même établi avec robustesse) est ou non suffisamment élevé pour ne pas avoir d'origine abiotique. Il faudra voir en détail le papier, mais j'ai l'impression qu'il repose sur l'hypothèse que l'on maîtrise parfaitement tous les processus abiotiques imaginables (et qu'il est statistiquement improbable qu'on les ai trop mal estimés).
  2. La question de savoir si @communicationrel est un gros troll velu ou s'il a l'infortune de souffrir de problèmes neurologiques graves est toujours ouverte, raison pour laquelle j'invite à nouveau (et à la suite d'autres personnes) @Jean-Philippe Cazard d'exfiltrer ce fil de cette partie du forum. En tout état de cause, il m'apparaît que si j'ai c t = x + x0 , alors je décris la trajectoire d'un photon, particule pour laquelle la notion de temps propre... n'est pas défini (dans la limite où vous tendez vers la vitesse de la lumière, le temps que vous mettez = votre temps propre, pour aller d'un point à l'autre tend vers 0 ; d'où l'expression de "contraction des longueurs"). Tout le reste du blabla est donc du grand n'importe quoi, mâtiné d'un manque tragique de maitre des mathématiques les plus élémentaires puisque à l'issue de son "calcul" (il faut le dire vite), @communicationrel nous sort gaillardement une équation avec des x à gauche et des x2 à droite, bref, il nous dit qu'une longueur est égale à une surface... A l'évidence, il y a un problème de carrés et de racines carrées quelque part (pas difficile de trouver où, ceci dit), mais venant de quelqu'un qui a déjà dit il ne fallait pas espérer plus. Comme le disait Jean-Charles dans son "Festivale des cancres" ( il s'y connaissait en la matière), "l'inconvénient, c'est qu'à partir d'un certain niveau de bêtise, ça n'est même plus drôle". De grâce, M. @Jean-Philippe Cazard, fermez tout !
  3. Alors je lis... et je vois c cos a + c sin a = c. Et donc j'apprends, parce que je sais qu'on peut simplifier par c, que la somme du cosinus et du sinus d'un angle est égale à... 1. Et là je ne sais plus quoi dire. C'est au-delà du n'importe quoi ; ça n'était de toute façon déjà avant cela (et après aussi). Peut-être effectivement que @communicationrel est une sorte d'"intelligence" artificielle en cours d'implémentation qui essaie d'assembler des mots plus ou moins savants pour donner l'illusion qu'elle est une vraie intelligence ? En tout état de cause, toute communication avec cette entité ne semble servir à rien, ni à nous (on s'en doutait un peu dès le départ, il est vrai), ni à elle. Je pense donc qu'on peut demander à @Jean-Philippe Cazard de clore le sujet et de pudiquement faire le nécessaire pour que @communicationrel n'intervienne plus ici.
  4. On s'en fiche un peu de votre espace, non ? Si on photon est en x0 à l'instant t0, alors à l'instant t0 + Δt, il sera en x0 + c Δt. Donc dans un graphique où vous représentez x en abscisse et c t en ordonnée, ben la trajectoire de votre photon, c'est... une droite inclinée à 45° par rapport à l'horizontale. Ce n'est pas une question de Minkowski ou quoi que ce soit (ne nous mentons pas : vous ne savez pas vraiment ce qu'est l'espace de Minkowski, n'est-ce pas ?), c'est juste l'équation paramétrique du mouvement d'un machin, peu importe que ce soit un photon ou que c soit la vitesse de la lumière. Votre schéma montre quelque chose sans rapport avec le réel. Le réel, c'est que quelle que soit ma vitesse par rapport à une source lumineuse, je verrai toujours passer la lumière émise par cette source à la vitesse c. On sait cela depuis les expériences de Michelson et Morley en 1887. C'est surprenant mais c'est comme ça. Donc si dans votre schéma vous avez un truc différent, eh bien vous avez quelque chose comme 134 ans de retard.
  5. Oui mais non.... Quand vous faites une transformation de Lorentz (= que vous décrivez le systèmes de coordonnées de B par rapport à celui de A, alors vous avez quelque chose du type : t' = γ t + (v / c2) γ x, x' = γ x + v γ t, où γ est le facteur de Lorentz, c la vitesse de la lumière et v la vitesse relative. La transformation inverse se fait en échangeant x et t par x' et t' et en changeant le signe de v (Si B se déplace à la vitesse v par rapport à A, alors A se déplace à la vitesse -v par rapport à B). Cette transformation est la condition sine qua non pour qu'on objet allant à c dans le référentiel de A aille aussi à c dans le référentiel de B (autrement dit, si x = c t, alors x' = c t'). Autrement dit, quand dans votre schéma l'axe temporel de B s'incline vers la droite, l'axe des distance s'incline vers le haut, pas vers le bas. Cher @communicationrel nous faisons ici des transformations de Lorentz, pas des rotations d'espace. La matrice associée (en changeant t en c t et t' en c t') est une matrice symétrique, et la transformation ne préserve pas les angles puisque ce n'est pas une matrice orthogonale (qui serait égale à l'inverse de sa transposée si jamais vos cours d'algèbre vous disent encore quelque chose). Ce n'est pas parce que vous avez "envie" que l'axe des x' soit orthogonal à l'axe des t' qu'il l'est effectivement sur ce type de représentation. Du reste, il y a un moyen assez simple de s'en rendre compte. Un photon vu dans le référentiel de A se déplace à la vitesse de la lumière, ce qui ici se traduit par le fait que sa trajectoire est inclinée à 45°, ce qui en fait signifie que la direction de déplacement du photon se fait selon la bissectrice de l'axe horizontal et de l'axe vertical. Un peu de géométrie (et quelques efforts de votre part, à n'en pas douter) vous convaincront aisément que cette même trajectoire correspond aussi à la bissectrice du nouvel axe des x et le nouvel axe de c t. Une recherche Google sur "graphical representation of Lorentz transform" (que vous eussiez gagné à effectuer avant d'intervenir ici...) vous donne immédiatement... Bref, conclusion, épilogue, dénouement et morale de l'histoire, vous vous trompez parce que vous ne comprenez pas ce qu'est une transformation de Lorentz, donc vous ne comprenez pas ce qu'est la relativité restreinte. Puisse la référence que je vous ai indiquée, très pédagogique, vous aider à découvrir tout cela. Ce n'est pas pour rien que lors de ma première intervention je vous ai demandé de résoudre un problème de cinématique relativiste. Je voulais vous faire toucher du doigt que vous ne maîtrisiez pas assez la relativité pour en faire un exercice d'application assez trivial. Vous avez en lieu et place de cela (comme c'est souvent le cas) choisi d'éviter l'obstacle mais j'espère que cette fois vous aurez compris.
  6. Cher @communicationrel à supposer que le schéma ci-dessus correspond à votre dernière version, pouvez-vous m'indiquer à quoi correspond la flèche horizontale et à quoi correspond la flèche inclinée en-dessous ?
  7. Cher @communicationrel je suis désolé mais tout cela est du verbiage qui ne me parait pas présenter beaucoup d'intérêt. La physique a (entre autres) pour objet d'essayer de déterminer le plus précisément possible l'évolution de quantités mesurables, et de permettre de le faire dans des situations concrètes. Si vous n'êtes pas en mesure de le faire, vous ne faites pas de physique ; vous croyez peut-être en faire mais vous n'en faites pas. Je vous repose donc le même problème que précédemment, que je simplifie afin de ne pas vous égarer : Je détaille ensuite mes questions : Savez-vous calculer de combien les horloges sont désynchronisées (si c'est le cas) dans le cadre habituel de la relativité restreinte ? Savez-vous le faire dans le cadre des idées (quelque peu absconses à mes yeux) que vous essayez d'exposer ? Trouvez-vous le même résultat ? Si oui, qu'apporte votre formalisme ? Si non, quelle conclusion en tirez-vous ? Il me semble qu'un prérequis absolument indispensable pour toute discussion avec vous est que vous parveniez à apporter une réponse (juste...) à la question n°1. Celle-ci est un problème de cinématique relativiste, et un qui est assez simple à mon avis. Il sera donc en mesure de donner des éléments de réflexion à votre Bref, soit c'est dans vos cordes et la discussion peut éventuellement se poursuivre, soit je me vois obligé de vous renvoyer à vos chères études, non sans vous avoir conseillé un excellent ouvrage sur la relativité restreinte, à savoir :
  8. Ce que vous dites n'a aucun sens. Si vous êtes capable de faire le calcul, alors vous êtes (éventuellement) capable d'expliquer en quoi vos idées se distinguent de la relativité restreinte, soit vous n'en êtes pas capable et alors vous ne pouvez prétendre effectuer la moindre critique de la relativité (puisque vous n'en comprenez pas grand chose). Ah oui, et sinon : ... eh bien, même en deux lignes vous avez trouvé le moyen de dire quelque chose de faux, malgré votre volonté évidente d'en dire le moins possible afin de l'éviter.
  9. Sonde JUNO : destination Jupiter

    Il semble que les gros cratères ne possèdent pas de pic central comme c'est le cas avec une surface rocheuse mais au contraire une sorte d'effondrement central. Je n'ai pas souvenance d'avoir vu cela sur les satellites glacés de Saturne. Sans doute une spécificité de la structure externe de la glace/eau liquide de Ganymède. Sinon parmi les structures géologiques les plus connues, on voit raisonnablement bien la catena d'Enki, cet alignement d'une douzaine de cratères probablement dus à l'impact des fragments d'une comète préalablement brisée lors de son passage plus près de Jupiter (au niveau d'une des taches blanchâtres vaguement circulaires en haut à droite). L'e cliché de Galileo était de meilleure qualité, mais la carte globale est ici incomparablement meilleure que tout ce qui s'était fait avant (= au siècle dernier).
  10. Cher @communicationrel Je pense que le plus simple est que vous tentiez de résoudre un problème simple. Je considère un avion qui fait le "tour" de la Terre à une latitude λ constante, une altitude h constante et à une vitesse v constante. J'embarque à bord de mon avion une horloge atomique initialement synchronisée à une horloge identique qui reste au sol. Une fois l'avion de retour à son point de départ, je compare les deux horloges. Sont-elles synchronisées ? Si oui, pourquoi, et si non, de combien ? Merci de votre réponse, étayée bien sûr et éventuellement enrichie des hypothèses supplémentaires que vous auriez besoin de faire. (Et merci d'avance aux autres intervenants de ne pas donner leur réponse à cette question, le but est de voir comment @communicationrel résout lui-même le problème sans intervention extérieure.)
  11. Un univers anisotrope ?

    Il y a plusieurs éléments qui font effectivement douter de la robustesse de l'analyse, notamment le fait que les zones en question sont en grande partie situées dans le plan galactique, qui n'est pas utilisé dans l'analyse de Planck car on considère que les avant-plans sont top importants pour être soustraits de façon robuste. Quand on enlève le plan galactique des zones mis en exergue par les auteurs, il ne reste pas grand chose, et en extraire le spectre de puissance des anisotropies (= le truc dont on extrait les paramètres cosmologiques) est sujet à diverses subtilités (techniques...) dont il n'est pas évident que les auteurs les maîtrisent (c'est leur première incursion dans cet art assez complexe). Il y avait déjà eu des tentatives de comparer le spectre de puissance (et par suite les paramètres cosmologiques) extrait de différentes zones de la partie propre du fond diffus (= hors plan galactique) et même si les barres d'erreurs étaient conservatrices, il n'y avait pas d'indication d'un effet aussi marqué que celui revendiqué ici. Donc pour l'heure je pense qu'il est urgent d'attendre que la chose soit confirmée par d'autres auteurs.
  12. Quelques belles images (CHANDRA)

    En pratique, l'image doit plus aux observations radio que X. Notamment les filins sont détectés depuis très longtemps en radio et leur origine associée (probablement) à des phénomènes de reconnexion magnétique. Le problème est, me semble-t-il que seule la partie centrale a été imagée en radio par MeerKAT, pas les parties hautes ou basses. En tout cas, on note que la partie radio (en lilas) semble inexistante en dehors de la partie centrale, et que la résolution de la partie radio est largement meilleure que celle en X. Donc je trouve le truc un peu bancal. Ci-dessous l'image MeerKAT, qui date de ans je crois (un peu plus étendue en largeur mais plus réduite en hauteur).
  13. En fait, il y a un truc qui date de 1687 et qui s'appelle le principe de l'action et de la réaction. Si vous poussez dans un sens, le reste va partir dans l'autre sens. C'est comme ça que fonctionne une fusée et l'efficacité du truc, elle est en gros fixée par la quantité d'énergie que vous pouvez produire avec une masse donnée. Et ça, les lois de la chimie ne vous laissent essentiellement aucun espoir de l'améliorer de façon spectaculaire. Donc vous pouvez faire un emballage plus léger, plus solide, plus robuste, plus fiable, plus réutilisable, mais fondamentalement vous n'allez pas révolutionner le truc le plus limitant : le fait qu'avec des réactions chimiques, la quantité d'énergie qu'on peut extraire d'une masse donnée n'est pas arbitrairement élevée. Une fois en orbite, vous pouvez améliorer avec des moteurs ioniques pour lesquels le rapport énergie vs. masse du "carburant" est bien plus élevé, mais au prix de devoir produire cette énergie sur place avec des panneaux solaires et donc avec un rythme très lent (moins de 1 kW / m2). Le truc est assez révolutionnaire (on améliore le rapport critique d'un facteur 10 je crois), mais uniquement utilisable sur des échelles de temps de l'ordre de l'année, tant la puissance instantanée disponible (une petite fraction de ce que produisent les panneaux solaires) est faible.
  14. Une possible bonne nouvelle : https://www.lemonde.fr/economie/article/2021/05/10/les-anciens-journalistes-de-science-amp-vie-lancent-un-nouveau-magazine-scientifique_6079710_3234.html?utm_medium=Social&utm_source=Twitter#Echobox=1620634328
  15. Avec des gens dedans je ne sais pas, mais Il y en a déjà eu de telles (et même des vidéos) avec des cargo Progress envoyés se désintégrer dans l'atmosphère. A priori, on doit toujours voir la rentrée atmosphérique puisque pour revenir dans l'atmosphère il suffit de très légèrement freiner pour diminuer le demi-grand axe de l'orbite, ce qui mécaniquement diminue la période orbitale d'une petite quantité. Le truc qui rentre dans l'atmosphère après avoir quitté l'ISS a toujours de l'avance sur elle au moment de la rentrée, mais le moins possible puisqu'on doit freiner a minima afin d'économiser du poids/carburant. Pas eu le temps de chercher mieux, mais j'ai trouvé ça :