stanislas

Membre
  • Compteur de contenus

    1 680
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

31 Neutre

À propos de stanislas

  • Rang
    Membre très actif

Informations personnelles

  • Centres d'intérêt
    radioamateur
  • Adresse
    N/A
  1. Mars une opposition exceptionnelle pour 2018

    Le matin en ce moment, vers 7H00UT, mars est presque au méridien avec 4,3" de disque et 30° de hauteur presque. Ill y a bien des choses à voir en ce moment.
  2. Analyse Rodier

    La question est d'importance pour me répéter il y a sur le marché des scopes avec 450-600mm de miroir pyrex. Avec un effet tel que décrit, on achèterait un L/2 ou pire qui évoluerait en précision ! Aussi comme évoqué, le mode de coulage du matériau doit surement avoir une influence sur la structure cristallographique pas aussi stable que l'on veut y croire. Par analogie avec le granit, que l'on utilise comme plans étalon pour la métrologie de pièces mécaniques, plan taillé à mieux que le µm, on a constaté que ce style de matériau "travaille" avec la saison et avec des différences entre origines des pierres. Et c'est peut-être propre aux pyrex pas si homogène et isotrope. Autre interrogation, le miroir discuté dans la précision donnée, quelle incidence aurait-il sur des extractions de magnitude et de position astrométrique?
  3. Analyse Rodier

    Dans les années 80, il y eut des développements de matériaux dit à mémoire du style: - carrosserie auto impactée et qui reprenait la forme initiale après un certain temps - turbines fonctionnant avec des flux d'eau chaude et froide qui déformait un super-alliage au gré des températures rencontrées. Avec des formes hydrauliques on pouvait faire tourner un rotor et produire de l'électricité. Les pales se déformaient avec la température en l'espace de fraction de seconde. C'est dire que il y a des effets indésirés possible sur les matériaux. Je n'exclue pas ce type d'implication. Maintenant perso, le matériau verre n'est pas ma tasse de thé. C'est surement connu quelque part des verriers.
  4. Analyse Rodier

    Il y a des matériaux avec comportement élasto plastique, les superalliages notamment. Il faut du temps pour reprendre forme initiale, avec la température qui intervient. Le verre est classé K7, qu'en est-il du K5? et du mode d'élaboration des galettes de verre? A la température ambiante, ce n'est pas du granit pour faire analogie. Le comportement décrit par David Vernet n'est pas à exclure.
  5. Analyse Rodier

    Excusez du peu, c'est honnête de vous. Ceci dit une simple analyse dilatométrique de ce style de matériau à différentes températures permettrait d'y voir plus clair. Reste à voir le mode de prélèvement des échantillons. Pour la stabilité intrinsèque du disque final. Les verriers ne font rien de tel?
  6. Analyse Rodier

    Merci lyl, mais il y a surement quelque chose du côte des verriers, autrement, ce ne sont pas que pour des acheteurs à vendre...du disque, double vitrage. Il y a surement autre chose à se mettre sous la dent. La métallurgie n'est pas que diag fer-c, des écoles, aujourd'hui ! ? c'est quoi.
  7. Analyse Rodier

    C'est bien le pb. il y a bien des gens qui sont à y faire , c'est mou, comment? Les vocables sont étranges.
  8. Vixen 102M / 1000

    Je vois et je prends. si le vendeur veut, i y a bien à en dire.
  9. Analyse Rodier

    Pour ajouter, en visuel, la 1ère chose à voir c'est l'image de diffraction à fort grossissement.
  10. Analyse Rodier

    Excuse-moi lyl, mais le bk7 (k7 des lunettes) c'est quoi? Je vous rejoins sur vos dires sur le comportement des verres, compris celui de M Vernet sur ces pyrex. Moi même métallurgiste sur métaux et alliages il y a aussi des travers que vous citiez. sur les verres. Depuis la coulée, pour mettre en forme, les traitements thermiques requis, pour stabiliser, n'importe quel trou dans un disque mince, très mince peut faire un tribut. Verre, métal ou alliages. Je ne connais pas les verres en général, mais il me semblait que le pyrex semblait un matériau stable, inerte et sans trop de consequence avec la température. Je m'aperçoit qu'il y aurait des transformations métallurgiques dans le domaine ambiant, 0-50°C. Quelqu'un peut-il me donner un diagramme metastable de transformation de ces produits à nos températures d'usage?, allant à -20°C? C'est dire qu'il n'y a pas de transformation métallurgique totale dans ce K7. Je reste encore dans l'interrogation du scope pour garder un strehl en operation , sur uranus et neptune entre autres, sur le moment. Mais pas que pour les verres..
  11. Analyse Rodier

    En opération pour garder le difraction limited! En opération !
  12. Vixen 102M / 1000

    La 102 vixen F10 est un tube à considérer. Donnez moi un tube je vois.
  13. Analyse Rodier

    Perso, je me demande ce qu'il peut en être sur ces 450-600 SW dob pour les planètes avec 500x mini. Le pyrex c'est quoi en classification des verres, K7, K5 ? Important. Et sur les sct celestron ou meade, 300 et 355mm? Pour le 305mm meade apparemment je peus dire aussi, mais pas sur un jour, juste une 1/2 heure. max. Stanislas
  14. Vixen 102M / 1000

    Tout cela est relatif pour dire que ce n'est pas B/W. Faut pas se faire une montagne intellectuelle de l'aberration chromatique qui est très résiduelle sur cette 102. Même sur vénus en plein jour c'est bon avec 0 liseret violet. Pour classer de bon à moins bon je dirais: tak 102, istar 100F12, vixen 102, Tal 100-100ed, et puis les autres un cran en dessous. Les quatre premiers étant assez voisin en termes de quantité de détails. Un bémol la tak 102 fait un cran au dessus pour le segment de couleur bleue profond. La 100ed devrait mieux faire si la précision optique était bien supérieure déja à celles observées sur les 6 items reçus. Une différence entre regarder la planète (le chromatisme) et regarder sur la planète (les petits détails). Cette 102 vixen est surement un bon investissement. Sur jupiter avec 167x pas de couleur violette sur le disque mais un halo violacé discret autour sur le fond de ciel bien noir avec un ortho 6mm kasai, 0 halo avec un plossl 6.3mm à verre ed.
  15. hivernage télescope

    Pour répondre aux questions de début, c'est bien la365 telegizmos que j'utilise à l'année pour couvrir le 305mm sct. EN AJOUTANT encore l'usage de sachets déssicant collés sur le bouchon du ménisque et d'une canne en pvc percée de 32mm au bout et en y ayant introduit du déssicant à l'intérieur. La canne est installée dans le tube par le porte oculaire. Il n'y a jamais de buée sur les parties optiques. Cela coûte 10balles et 0 à l'edf. Pour ceux convaincus par l'abris, j'ai eu un dôme sphérique dans les années 80 qui couvrait un newton 200: faut pas se leurrer en certaines périodes il y avait de la buée sur le primaire malgré le tube recouvert interne de buvard. Faut fermer avec la quantité de silica gel nécessaire sur les volumes fermés obturés, puis couvrir avec la 365. Il a pris la grêle au moins un douzaine de fois. Le 305 brille tjs comme un sou neuf après des années et rarement recollimaté.