patry

Member
  • Content count

    4324
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Posts posted by patry


  1. Sauf que c'est pareil : les RAW c'est complètement équivalent du SER. En lunaire les SER sont horriblement lourds, mais en planétaire, il y a quand même moyen de réduire la taille des fichiers ; par un recadrage et une sélection drastique. Conserver 1000 images en 640x480x8 ne représente au final pas un très gros volume (~300Mo). La compression permet souvent de gagner encore sur cette taille finalement assez modeste. Et 300Mo, cela représente 50 images RAW d'un APN de 6Mpix environ. C'est pas énorme.

     

    Marc

     

     


  2. Il y a 7 heures, jldauvergne a dit :

    Mais si tu commences à jouer tu ne vas pas rester longtemps à 127, crois moi ;) On parlera plus tard de ton prochain télescope :)

     

    Normalement, au vu du fil idoine, cela devrait être un 350 ou un 400mm. MDR !

     

    Il y a 9 heures, Roch a dit :

    Diviser le bruit de lecture par 3, ça veut dire qu'on peut diviser le temps de pose unitaire par 9 et obtenir un résultat équivalent pour un temps total similaire.

     

    Il faut aussi regarder "où" ce gain est de x3 ... c'est à dire au gain maximum, là où ton puits de potentiel ne contient que 200 ou 300 électrons. Autant dire que cela ne change pas grand chose. Au gain moyen (150), la différence n'est que de 60% ... très loin donc des 300% annoncés. Mais sur le papier c'est mieux, c'est vrai. Sur le terrain, ce n'est pas certain que cela s voit "tant". Déjà qu'entre une QHY5L2 (6e-) et l'ASI 178mm (2e-, 300% d'écart) la première donne des images pas moins bonne (parfois meilleures même) que la seconde, c'est pas du tout évident que 60% se voit tant que cela même ! A croire qu'il "faut" une caméra moderne pour sortir de bonnes images !!!

     

    Il y a 8 heures, jldauvergne a dit :

    Il faut espérer qu'une version monochrome sorte ensuite.

     

    Je crois que c'est ce que j'avais dit quand cette caméra est sortie justement. Parce que au vu du QE en RGB, extrapoler un lissage du QE en L devrait donner de magnifiques résultats. Tu a évoqué le CH4 (dans l'IR) mais imagine l'OIII, le Ha ou autre avec un QE de 80% !

     

    Marc

     


  3. Mes meilleures vidéos sont conservées, histoire de vérifier si les nouveaux programmes font mieux que les précédents. Bon sur des très bonnes images, c'est pas visible et un registax 6 fait aussi bien qu'un Astrosurface. Par contre sur des vidéos un peu plus moyennes, là c'est différent. Registax (plus lent) et AstroSurface (plus rapide) ne se fait pas toujours distancer. Du coup, cela peut valoir le coup de retraiter ... "pour voir".

     

    Archiver les images finales en FIT ou en TIFF ne prend pas beaucoup de place, une fois qu'on a archivé les vidéos.

     

    Marc

     


  4. Moi j'archive sur un NAS (2x4To + 2x2To, pour un peu moins de 8To utilisable). Mais la partie astro représente une très très grosse partie du contenu. Du coup actuellement, comme j'archive les vidéo compressées (planétaire), je reprend les fichiers et je fait une courte optimisation avec PIPP.

    En gros je mouline le fichier pour ne conserver que la moitié des meilleures trames. En général c'est bien plus que ce que j'utilise pour faire le traitement, du coup il y a peu de chance que je supprime une "bonne" image (quelque soit le programme utilisé ensuite). Parfois j'en profite pour faire aussi une première passe de registration (pour gagner du temps au retraitement) et un recadrage (pour virer le noir entourant une planète).

    Un bon coup de zip et j'ai gagné ainsi des centaines de Go sur le stockage. Mais bon il faut aussi savoir jeter ... même quand on a de la place.

     

    Marc

     


  5. Ce n'est quand même pas du tout le même champ entre une 462 (2Mpix) et une 178 (6Mpix) !!!

    Certes, la 178 a des photosites plus petits (un peu, c'est pas non plus tellement différent) et la 462, plus récente et surtout avec des photosites plus gros sera forcément un poil meilleure. Après, "dans la boite", il y a un meilleur convertisseur A/N dans la 178 (14 bits) contre 12 pour la 462. 14ke de capacité pour la 178, contre 11,2ke pour la 462 ! Bref, moi je trouve que ce n'est pas la même catégorie !

     

    Seul élément marquant c'est le bruit de lecture un peu meilleur : entre 0,5 et 2,5e pour la 462 contre 1,4-2,2 pour la 178 aidé par un dispositif HCG dont dispose seulement la 462. Mais pour du solaire (gain faible <80, une 178 l'emporte encore sur la 462). En réalité, la 462 n'apporte QUE cela avec une sensibilité poussée vers l'IR par rapport également à une 290, qui la malmène sur tout les autres points.

    Mais bon, la 462 reste malheureusement une caméra couleur, et pour exploiter l'IR il faudra un filtre IRpass à 742 voire 800nm. Dans ces conditions elle se comporte comme une caméra mono IR (CA c'est cool) avec une sensibilité double d'une 290. En usage "couleur" la sensibilité IR sera un problème et il faudra filtrer cela et perdre cet "avantage".

     

    Marc

     

    • Thanks 1

  6. Attends, ca reste un instrument de 127mm ... donc forcément (très) limité coté résolution (par rapport à un C8 ou un C11 qui sont à coté je veux dire). Du coup c'est pas pour la HR que cela va être très utile. Et en monochrome on peut s'amuser à dépasser un peu l'échantillonnage idéal, mais travailler à F25 quand il faudrait F12,5 cela n'apporte pas grand chose (même si je suis un adepte des forts grandissements). En couleur, c'est différent, cela permet de compenser la perte de résolution en R et en B, et partiellement en V.

    Maintenant, c'est aussi pour limiter l'ajout de "bouts de verre" sur le train optique. L'ADC oui, idem pour le filtre (quoique on peut le visser sur la caméra si on ne fait pas de trichromie) et si on peut éviter de se balader une barlow en plus c'est mieux.

     

    Dav78> D'ailleurs, attention, n'importe quelle barlow ne passe pas sur un mak 127. Mécaniquement le fut du porte oculaire est très court et une barlow un peu longue (triplet apo Meade #140 dans mon cas) n'est pas bien maintenue par la vis de serrage. J'ai opté pour une barlow courte (Celestron Ultima) pour résoudre le problème. Mais qui dit barlow courte, dit aussi une plus grande sensibilité au tirage et donc un ratio de x2 assez ... empirique au final.

     

    Marc

     

    • Thanks 1

  7. En fait j'avais activé la compression sur la partition NTFS. Et tant sur le i5 du portable que sur le i7 de la tour, aucun benchmark n'a indiqué la moindre baisse de performance en lecture ou en écriture.

    Par contre, utilisé avec une caméra, donc avec un gros flux continu, cela change tout et le débit s'effondre (à 60, voire 40 Mo/s) après quelques secondes. Je m'en suis rendu compte un jour où mon SSD (Samsung 500Go) de stockage était plein et que j'ai fait une capture sur le SSD (Lite-On) du système. Mince, un Lite-On de 128Mo dix fois plus rapide qu'un Samsung ? Alors j'ai tenté de comprendre et j'ai trouvé l'option de compression. Aujourd'hui, j'ai désactivé l'option et la caméra peut remplir tout le disque sans laisser le SSD le temps de respirer !

     

    Marc

     

    • Thanks 1

  8. C'est pas un mal d'avoir un grand capteur car JUSTEMENT tu peux imager la lune facilement.

    Pour les planètes, le fenêtrage aide pas mal. alors qu'un capteur étroit sera tout aussi adapté en planétaire mais tu devra gérer plus de captures pour faire de grandes régions lulnaires.

    Avec le mak 127, mon ASI 178m est quasi parfaitement en phase coté échantillonnage (moins bien avec mon C11).

    Bon là, il faut jouer avec la couleur donc certainement devoir jouer de la barlow pour compenser la résolution perdue. Mais tu n'aura aucune cible planétaire qui dépassera une capture de 640x480 (allez 800x600 pour avoir de la marge autour). Regarde les débits ci dessus, tu verra que cela ne sera pas un problème.

     

    Marc

     

    • Like 1
    • Thanks 1

  9. Pas de réponse ? Bon je me lance.

     

    A mon avis le NVME, s'il c'est un plus, ne sera pas utile pour une caméra USB3 qui ne débite finalement que ~400 Mo/s (c'est déjà pas mal). Un SSD en SATA3 n'est jamais pris de court (Samsung de 500Go avec une ASI178 en full res 60 fps chez moi). Mais bon, qui peut le plus peut aussi le moins alors si cela te fait plaisir.

     

    Concernant l'ASI 224 (que je n'ai pas), le site de pierro astro mentionne un débit de 240 fps en 800x600, ce qui est encore très loin de fatiguer un SSD SATA. Maintenant, 240fps, cela fait une exposition de 4ms. C'est pas beaucoup à part pour mars et venus. Ou Jupiter avec un petit F/D (très loin de la HR donc). Dès que tu va tirer sur la focale, tu n'aura plus ce débit.

    C'est ce que j'avais noté sur ma 178 qui, en planétaire (comprendre Jupiter surtout), à F/D 20 ou 25 avec un filtre rouge, a du mal à dépasser 100fps. Et avec une cible moins lumineuse (Saturne donc), ce sera plutôt 50 voire 25 fps.

     

    Pour la petite histoire, j'avais mal configuré mon SSD et j'avais du dédier beaucoup de RAM pour bufferiser la capture mais je n'ai jamais été pris de court en planétaire. Par contre en lunaire c'était chaud. Maintenant que le SSD fonctionne mieux, je ne tape dans le buffer que très épisodiquement sur des grosses captures lunaires quand le PC se met à faire autre chose dans mon dos pendant la capture.

     

    Après, si tu a des problèmes (???) tu peux jouer sur l'USB traffic qui va réduire subtilement (à moins de jouer les bourrins) sur le débit pour stabiliser celui ci. J'avoue que je n'ai jamais eu de problème avec aucune de mes caméras depuis ces 15 dernières années mais je ne fait que du planétaire aussi. Il y a peut être des usages différents du mien ?

     

    Marc

     

     

    • Like 1

  10. Je précise les conditions de prise de vue :

    C11, barlow Celestron (triplet apo x2), Roue à filtre avec filtre 23A pour figer la turbulence, ADC pierro astro et caméra QHY5L-2. Au final avec tout le tirage mécanique, le rapport F/D ~ 30 (focale 8300mm).

    Image prise en 2013, donc la nouvelle génération ASI 174 (2015), 178 (2016) et autre n'existaient pas ... encore.

    Et Saturne n'est pas une source très brillante non plus, c'est pas Jupiter ou encore moins Mars.

    Avec des planètes un peu plus haute, si la turbulence n'est pas trop forte, tu a tout à gagner à augmenter l'exposition pour réduire le gain et gagner en dynamique.

    Mais actuellement, c'est vrai, ce ne sera quasiment jamais possible et tu fait très bien de chercher à minimiser l'exposition, surtout aujourd'hui où les planètes sont très très basses (même dans les arbres chez moi, ca ira mieux à l'automne quand il y aura moins de feuilles :) ).

     

    Marc

     


  11. Tiens pour illustrer ce que l'on peut faire avec la dynamique de 8 bits ... 

    7bJpL83Zucx__16536x16536_kWXURFLk.jpg

     

    C'est la même image, c'est à dire que la capture est faite pour Saturne (~mag 0) à 25ms. Mais après des centaines d'images, la dynamique a tellement augmenté que tu peux régler la visualisation pour ce qui a été le mieux exposé (la planète) ou au contraire, d'aller chercher ce qu'il y a dans le fond du ciel. Et là, en dessous des anneaux a droite (à gauche c'est facile) il y a mimas (dans le bruit c'est vrai mais c'est là). Et mimas, c'est la magnitude 13 au mieux. Attention, c'est pas d'atteindre une magnitude 13 qui est remarquable, pour cela il suffit de poser 200 ou 500ms, c'est d'avoir 13 magnitudes sur la même image. Et pourtant la capture est faite en 8 bits à 25ms.

     

    Marc

     


  12. Faut voir ; a l'usage, je trouve que la 178 (sur mon C11) trop exigeante à utiliser. A F10, je sous-échantillonne et je peste de ne pouvoir agrandir plus (mais les images claquent bien c'est sur).

    Avec une barlow x2, c'est rapidement trop gros et c'est l'inverse qui se produit. Quand j'ai commencé à la webcam je n'avais pas cet impression de "gachis" à la barlow. Avec la QHY5L-2 (photosites de 3,75µm) je dirais même que le couple était "gagnant".

    Je pense, si cela était à refaire, que je partirais quand même sur une 174, beaucoup plus facile à utiliser, sauf qu'elle est plus chère et qu'elle a moins de pixels c'est sur.

     

    Marc

     

     


  13. Daniel>

    Je ne sais même pas si tu peux déplacer le primaire d'autant. Je crois que le "pire" que j'ai pu faire c'est de changer la position du point de 60 à 70mm au delà de la position "quasi nominale". Cela engendre une modification de la distance M1/M2 de 2 ou 3mm et un changement de focale pas aussi important que tu le crois (mais pas nul il faut en convenir).

    Maintenant, comme le dit Thierry, c'est pas que cela ne soit pas possible de mesurer la variation de focale aux limites de réglage, en pratique tu n'atteint JAMAIS ces butées. Au pire, si cela te fait peur, tu peux toujours fixer (définitivement) le primaire, mais envisage bien tous les usages que tu en fera avant l'opération, parce que sinon, tu ne fera plus le point.

     

    Marc

     

    • Like 1

  14. Je plussoie le commentaire de Gribol. En CP (ce n'est pas forcément vrai pour d'autres disciplines astro photo) le point majeur, celui qui fera que tu obtienne de bonnes images ou pas, ce n'est pas l'instrument (très partiellement), pas trop la caméra (à part si tu part sur une bouse), mais la monture. Avec une bonne monture, tu a un bon suivi. Avec une bonne monture tu a aussi une bonne réponse aux commandes d'autoguidage (les montures qui s'en passent ne sont pas dans un budget de 2000€, mais plutôt de 10k€).

    L'optique n'est pas si importante pour atteindre une résolution de l'ordre de la seconde d'arc (souvent beaucoup plus) ... c'est le quotidien d'un newton de 120mm. Par contre, avoir un champ assez plan pour ton capteur sera important. D'où l'émergence de formules assez spécifiques (de type RC) mais dont l'obstruction monumentale (autour de 50%) les rendent incongrues pour faire autre chose ... mais on s'en fout, c'est pas la résolution qui est le principal argument là.

     

    Donc en premier : la monture. Cela te défini une sorte d'enveloppe de masse dans laquelle tu devra insérer un tube imageur, une caméra et un système d'autoguidage. Attention, si un tube est plus long qu'un autre, fait comme s'il était plus lourd.

    Et attention, l'addition grimpe vite quand tu aura mis/changé : le crayford, la lunette d'autoguidage, les divers colliers, la roue à filtre (peut être), le correcteur de champ (certainement) ... 

    Cela risque d'être très décourageant de partir sur un tube de 300 qui (pourrait) être porté par une monture mais une fois tout en place, de se rendre compte que 95% des captures à 20" sont bonnes à jeter malgré l'autoguidage.

    En planétaire j'ai eu la même problématique : mettre un C11 (12kg) sur une CG5. Ca passe, le suivi fonctionne et j'ai même fait beaucoup de mes meilleures images. MAIS, dès qu'il y a plus de 2 ou 3 km/h de vent, le tube (pourtant très court) se met à osciller et la monture est bien incapable de l'amortir. Avec une EQ6 c'est beaucoup beaucoup mieux. Mais là encore certains utilisent la même monture pour y mettre un C14 (22kg) ... ca passe (ils l'ont fait) mais est-ce "confortable" sur le long terme ?

     

    Même si je ne suis pas un spécialiste du CP, pour un budget de 2000€, une EQ6 (en occasion sinon le budget explose) et un tube de 200mm (neuf) et quelques accessoires doivent être un très bon ensemble, et le plus important, un ensemble cohérent.

     

     

    Marc

     

    • Like 2

  15. C'est sur que si tu veux faire de l'astrométrie, le SC va être une galère à utiliser car la focale ne sera peut être pas celle que tu veux. Mais au quotidien, comme le dit Thierry, on s'en fout un peu que la focale ne soit plus de 2000mm ou (corollaire) que le F/D ne soit pas de 10 mais de 9.8 ou de 10,3 !

    Il existe des oculaires spéciaux (astrométriques) dont les graduations sont précises et tu peux remonter à la focale (au prix d'une formule) en mesurant le temps mis par une étoile pour parcourir une certain nombre de graduations. Mais il ne faut toucher au focus ensuite. Plus exactement il ne faut modifier la distance primaire/secondaire (ce qui se passe quand tu touche au bouton de mise au point) et tu devra passer par un autre moyen (crayford par exemple).

     

    Marc

     

     

    • Like 1

  16. Le premier est l'ouverture du primaire. Pour un 200mm (de diamètre) la focale est de 400mm donc F2.

    Le faisceau est intercepté par un secondaire convexe qui a un rôle d'amplification ... dans un rapport x5, ce qui donne un rapport F/D final de F10 d'où l'écriture F/2/10.

    Rien de sorcier là dedans.

     

    Marc

     

    • Thanks 1

  17. J'ai lu et relu son livre "High resolution astrophotography" où tous les aspects de la réalisation d'une bonne image y étaient décrits. Alors bien sur c'est d'une époque aujourd'hui disparue de l'argentique mais les principes y sont toujours valables à l'adaptation du média près.

    En tout cas c'est toute la communauté astro-amateur qui pleure aujourd'hui.

    Sincères condoléances à la famille.

     

    Marc

     

     

    • Like 3

  18. J'avais calculé le grandissement apporté par la barlow en fonction du montage par rapport à la taille d'une image "sans barlow" (identifiée alors comme x1).

    C'était assez "difficile" de rester à x2 avec une barlow type Ultima x2, et si on y prend pas gaffe (comprendre qu'on ne cherche pas à réduire le tirage à tout prix) on dépasse x3.

    Avec une barlow plus longue (triplet apo Meade) on gagne un peu (la focale est plus longue, donc le tirage influe moins sur le grandissement final). Il fallait "coller" la barlow au capteur pour être sous les x2 avec un peu plus de x1,7 exactement pour x1,6 théorique. Mais alors, l'ADC sera à F10 car forcément avant la barlow.

     

    liste des tests (si non mentionné, la caméra est vissée en T2) :

    1 : x1          Au foyer

    2 : x1          ADC + RAF

    3 : x1          Tirage + ADC + RAF

    4 : x1,725  bloc optique barlow Celestron montée à l'envers (lentille vers capteur) + RAF

    5 : x2,53     bloc optique barlow Celestron + ADC + RAF

    6 : x3.185   bloc optique barlow Celestron + ADC + RAF + PO 32mm + caméra

    7 : x1           ADC + RAF + PO 32mm + caméra

    8 : x2.685   B.Meade + ADC + RAF + PO 32mm + caméra    // comparer avec ligne 6

    9 : x2.195   B.Meade + ADC + RAF                                            // comparer avec ligne 5

    10 : x1.785   B.Meade vissée dans une jupe 31,75 fourni avec une caméra.

     

    Tests fait sur une 80ED pour ne pas que le changement de focus influence le grandissement.

    http://www.astrosurf.com/uploads/monthly_2020_06/image.png.7e1a122a05c9d73bb346069b2e3a147d.png

     

    Sachant que l'idéal serait de trouver x1,25 (SC + ASI178) j'en suis désespérément loin en fait !

     

    Marc

     

    • Thanks 1

  19. A une époque il existait l'EQ6 et l'EQ6 (pro) Goto ... je ne sais pas si la première existe (sans goto donc) toujours. Mais bon, je ne ferait pas une fixette sur le GOTO. Oui tu payera une fonctionnalité que tu n'utilisera pas ... au début. Mais à la longue, le Goto te sera bien utile pour pointer des objets trop faibles pour être visibles.

    Après en visuel, une EQ6 portera un Newton de 300 mm, en photo ce sera plus dur, et descendre vers un 250 mm est "raisonnable" en tout cas pour la monture. Donc je pense que pour ton usage (qui me semble plus photographique CP que visuel je me trompe ?), plutôt que de prendre la plus grosse des petites montures (EQ6) oriente toi vers la plus petite des grosses (G11) pour un 300 ou repasse au 250mm qui, en photo, en montrera autant que le 300 dans 99% des cas pour du CP (sans doute même plus car "plus facile" même).

     

    Marc

     


  20. Je suis le fil, mais je n'ai pas vu à quoi se destine la monture.

    Pour moi, tu ne porte pas de la même manière un C8 (5 à 6kg) et un newton de 150mm ~ 200mm (qui devrait aussi tourner autour de 5 à 7kg j'imagine).

     

    Et puis pour faire quoi en nomade ? Visuel seul (d'où ton besoin des cercles) ou bien de la photo ?

     

    Parce que pour un petit tube (C8, mak <180), une fourche offre une belle solution au visuel. Et tu observe avec très peu de débattement autour de la monture (cela reste parfaitement compact pour utiliser avec des tubes courts) et tu observe d'un coté à l'autre du méridien sans se retourner.

     

    La monture peut être utilisable assez simplement et ses cercles rendront jaloux n'importe quelle monture allemande. Tant sur la première fourche (C8 standard des années 70) que sur la seconde (Ultima), la lecture des coordonnées est directement précise à la minute d'AD (la demi minute est facilement accessible via le vernier)

    Pict3272.jpg

    et le cercle de dec est gradué au degré (bricoler un vernier de donnera accès au 1/2° facilement je pense).

    Pict3268.jpg

     

    Mais c'est de la monture "à l'ancienne" (lourde) qui ne propose pas de GOTO. Par contre sur une lunette ou un Newton, les bras ne sont pas assez longs pour faire passer le tube et pointer "haut" dans le ciel devient une galère.

    Sur certains modèles (cas de l'Ultima) tu peux certainement bricoler un autoguidage mais il faut aussi se souvenir que cela date pleinement de l'argentique.

    Une monture LX90 de Meade pourrait être plus "versatile" mais la mécanique devient alors en plastique ... méfiance.

     

    En "moderne", une HEQ5 sera moins compacte, les cercles (encore plus petits que ceux de l'EQ6 déjà indigents) quasi inutiles mais cela fait le job.

     

    Marc

     

    • Like 3

  21. Quand le tube est "Fastar compatible", c'est en général marqué dessus.

    Si tel n'est pas le cas, regarde si le support du secondaire est en 2 partie et se dévisse ... attention ne force pas car tu pourrait aussi déphaser le bloc secondaire d'un coup. C'est pas grave dans l'absolu si tu maîtrise bien la collimation.

    Si le bloc ne se dévisse pas c'est qu'il n'est pas compatible Fastar (ni Hyperstar du coup). C'est pas encore perdu, il existe des blocs (de secondaire) pour le rendre compatible mais l'affaire est beaucoup moins garantie. Il faut attentivement vérifier les cotes (trou de la lame et diamètre du secondaire) et cela rajoute $250 (prix StarArizona) au montage.

    Après sur un C8, il faudra bien choisir la caméra à utiliser ; un APN est rapidement trop gros. Un C11, voire un C14 sera peu être plus adapté ?

     

    Marc

     

     

     


  22. Pour le coup, la carte avec le relief (la couleur) pourra être utile si la résolution est suffisante pour identifier le dome, par définition, au dessus du niveau moyen localement.

    Mais je ne suis pas sur que la résolution soit suffisante.

    Marc

     


  23. Sinon tu a toujours le Rukl, un livre qui ajoute des explications zone par zone, mais c'est difficile d'avoir une carte "papier" qui soit à la fois précise (donc il faut de la définition) et en même temps transportable. Même en version numérique (c'est long à scanner) il ne présente pas de carte globale qui sont facilement utilisable.

    J'ai un poster qui présente la surface lunaire, c'est assez ancien, mais bon, globalement cela reste valable depuis quelque centaine de siècles quand même :) Le problème c'est que c'est trop grand sur le terrain.

    Les PDFs que je t'ai passé sont biens, mais j'aime moyennement la couleur (l'altitude) par contre on trouve vite le nom de telle ou telle formation. Il fautr une certaine gymnastique intellectuelle pour y estimer les ombres au terminateur depuis cette carte "à plat". Ensuite, il y a AVL, qui reste incontournable de part la précision de ses images et la quantité d'information fournies. tôt ou tard je fini par l'utiliser.

     

    Marc

     


  24. Les "véritables" imageurs en CP en argentique pratiquaient l'hypersensibilisation afin d'oublier ce défaut de réciprocité. Du coup, F10, ou F6.3 (F11 / F7 pour le C14) n'était pas si éloigné des astrographes à F6 ou F5 à l'époque. Mais aujourd'hui, il y a le numérique d'une part, et les astrographes ne sont plus à F6 mais à F4, voire F3.5. Le réducteur x0,63 (que j'ai aussi) est une solution partielle. Le champ n'est pas si bon que cela dans les coins et seul la formule Edge (et son réducteur dédié) permettra d'améliorer les choses ... comprendre : pour faire ce que fait un simple Newton à F6 ou F5 avec un correcteur de coma "à pas cher" sauf que le SC sera beaucoup beaucoup plus cher lui.

    La "seule" solution qui reste au C11 et C14 c'est de basculer en mode Fastar mais c'est loin d'être aussi facile que cela d'imager autour de F/2 !

    Sinon j'ai aussi utilisé le réducteur Meade F3.3 qui avait du mal avec le capteur 1/4" d'une webcam, alors avec les capteurs actuels ce sera une catastrophe.

    Pour autant, j'adore le SC (mon C11 est le 3e que j'ai) mais c'est pour moi un tube qui est ; qualitatif (dans 99% des cas on s'en fout du bleu), léger, compact et encore pas trop cher. Il y aura mieux, mais ce sera (très) vite (beaucoup) plus cher !

     

    Marc

     

    • Like 1