patry

Member
  • Content count

    4275
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Posts posted by patry


  1. Les moteurs sont d'origine Synchron (http://www.hansen-motor.com) et sont effectivement des synchrones (http://perso.magic.fr/marc.patry/Instruments/Dsc03592.jpg).

    Passer au modèle "européen" correspond donc "simplement" à changer le modèle 110V/60Hz pour un 220V/50Hz (enfin le modèle, la paire je veux dire).

    Par contre, pour avoir déjà contacté Hansen pour un moteur de remplacement de mon C8 ultima (alim CC, variateur 110V/60Hz et moteur "US" Hansen), ils ne vendent pas au particulier. Il faut chercher un distributeur pour l'achat d'un unique moteur ... pas facile !
    Du coup, je me suis bricolé un truc à partir d'un moteur pas à pas et d'une electronique, et j'ai fait le soft de pilotage.


    Bon courage en tout cas !

    Marc P


  2. Encke pour moi c'est comme Cassini pour une lunette de 60 à 80mm. C'est "normalement" pas visible pour ce diamètre (4600km vus à 1,5E+9 km, soit un angle de 0,6") ... et pourtant c'est "évident" pour tout le monde ! non ?
    Alors pourquoi pas Encke (325km, soit 0,04" à la même distance) dans un 250~300mm ?

    C'est pour moi la même chose que de voir un fil électrique entre deux pylônes vus à quelques km de distance ... c'est nettement sous la résolution de l'oeil ... mais pas dans toute les directions et "longitudinalement" c'est plus simple à voir ! Faites le même essai avec un "point" de même dimension ce sera une autre histoire. Cassini, Encke, fil electrique ... il n'y a que l'instrument et la cible qui change, tout le reste c'est pareil (fort contraste et objet allongé).

    Mais c'est un autre débat je pense !


    Marc P


  3. Bien dit babar. On a eu la même expérience cet été sous le ciel noir du Quercy quand un néophyte a observé M51 dans le C11, alors que la nuit n'était pas encore totale, et qui m'a dit "quelle jolie spirale je vois ...".
    Dans l'intes 180mm d'à coté on voyait alors à peine les noyaux au même instant. Idem sur les dentelles qui, sous ce ciel, se passent de filtre (à la limite on voit mieux sans) et qui sont fabuleuses au C11 ... et tout juste moyennement intéressantes au 180mm !

    Plus tard dans la nuit, quand à l'observation ensuite de jupiter ... bon là encore les 100mm supplémentaires, comparé à ce que beaucoup considère comme un instrument "proche d'une apo", étaient décisifs ! Beaucoup plus de détails, beaucoup plus de lumière ... une paille quoi.

    Du diamètre, toujours plus de diamètre !!!!


  4. Ca été long à lire (presque tout, sur la fin, j'ai été un peu en diagonale, désolé pour les intervenants, je vais me rattraper en temps utile).
    Bon mon expérience perso :

    Observer dans une apo de 115mm et ne PAS voir plus de détail que dans un mak de 127 (un truc chinois de la plèbe). Ca c'est MON fait à moi, malheureusement tout aussi peu vérifiable que le 115mm qui supplante une 760mm (quel con je suis, j'ai donné mon 115/900 à une amie, non mais vraiment des fois). Par contre j'ai eu le nez creux, j'ai gardé ma vieille 60/900 de mes 10 ans pfff, rien n'est perdu.

    Pour moi donc, sous les conditions d'un site bon pour le CP (~40km sud de Toulouse) mais correct sans plus pour la turbulence, la lunette ne présentait AUCUN détail supplémentaire sur saturne que le mak. Par contre l'image était sensiblement plus contrastée ... et par là même, plus flatteuse (c'est lié je pense à notre physionomie, mais je laisse les spécialistes l'expliquer). Et visuellement cela peut faire la différence c'est certain.
    Maintenant si on s'attarde à regarder de près, non finalement, les sat's sont bien visibles dans les deux cas, idem pour le disque de saturne, bref status quo (bon pas financièrement mais c'est un autre débat).


    Maintenant seconde expérience en changeant de diamètre, sur notre site de Bouconne (~20km à l'ouest de Toulouse), on a "comparé" une apo de 100~120mm avec mon C11. Le proprio de la lunette vient jeter un coup d'oeil, repart déçu et m'interpelle pour observer dans la lunette. Là effectivement une jolie bille colorée se voit dans le réfracteur. Mais on grossis moins de x70 aussi (j'étais à environ x300 sur le C11). Alors j'ai eu droit à un speech sur la qualité douteuse des SC, et bla et bla et bla ! Bref, je m'en retourne sur mon C11, et là on va remplacer le 10mm par un 30 ou un 40mm ... histoire de se mettre à niveau. Pan, la claque, une image pure, lumineuse (incomparablement plus que dans la lunette), pleine de détails. Le proprio de la lunette a observé une minute, à du lacher un juron, et ne m'a plus jamais parlé de SC, ou de lunette.

    Ma morale (que je partage avec moi même ce qui me suffit), c'est qu'effectivement le diamètre fait "presque" tout. Pour qu'un instrument de diamètre beaucoup plus faible s'approche qualitativement c'est qu'il y a
    * soit un défaut sur le gros (collimation, défaut optique, ...)
    * soit qu'il y a de la turbulence à un niveau tel que le plus gros est "résolument diaphragmé" mais pas le petit.

    Mais cela ce sont des évidences pour les observateurs (à priori certains l'oublient mais c'est pas grave). Maintenant les images au C11 sont largement meilleures que celles du C8, qui l'emporte encore largement sur le mak 127 (vendu depuis) et là aussi un peu meilleures que celle de la 80ED (qui remplace le mak).

    Par contre, il m'arrive quand même de sortir la lunette : essentiellement quand les étoiles dansent au dessus de ma tête, ce sera pas un temps à sortir un C11 de toute façon. La résolution du réfracteur (faible il faut l'admettre) lui permet de tirer son épingle du jeu, le C11 dans les mêmes conditions ne fera pas "mieux" de toute façon ou pas tellement mieux je dois dire.


    Maintenant pour en revenir au débat initial, une apo de grand diamètre (au fait c'est combien grand ? 120mm ? 130mm ? 150mm ? plus encore ?) ca peut être intéressant car on l'exploite plus souvent à son optimum (qu'un 300, 400 ou 500mm je veux dire). C'est le cas quelque soit la formule optique (là dessus Stanislas a raison, si mon traducteur google translate ne m'a pas trompé).

    Mais visuellement ; on manque de lumière en CP par rapport à un diamètre (très) sensiblement plus important. On manque aussi de résolution car pour les belles nuits (celles dont on se souvient, pas celles qui font notre quotidien), le gros diamètre l'emporte TOUJOURS (moi aussi je met des majuscules).
    Maintenant en photo, le champ plus "plat" permet de faire de très belles choses en CP, ca compte vachement (c'est ce qu'on m'a dit, moi je ne fait pas de CP). Par contre, en planétaire hum, je reste encore (et toujours) sur ma faim (surtout quand on voit les images des damian peach, ou d'autres présent içi même) !

    Marc P


  5. jp ton hyperstar est "rapide" (photographiquement parlant) mais je ne pense pas qu'il arrive à quoi que ce soit pour un objet ... sous l'horizon !

    Blague à part, je suis un peu d'accord avec toi, avoir cassé son cochon pour un C14, et un hyperstar (pour du CP) et prendre une EQ6, y'a comme un truc qui me dérange là !
    Alors qu'une titan ou une G42 me semble bien plus "proportionnée" sans doute !


  6. astrovicking> ce n'était pas dit pour te "corriger" mais plus modestement pour apporter mon expérience perso. Avec le C11, l'EQ6 supporte sans broncher (évidement avec l'équilibrage fait, il n'y a aucun problème), mais elle accepte également la rampe d'accélération/décélération du goto.

    Mais là c'est non seulement une question de poids mais aussi de couple. Et les 12kg du C11 dans 60cm de long versus 12kg d'un newton sur 1m20 ou 1m50 c'est à mon avis pas pareil !
    Est-ce qu'on peut alors tirer un peu la limite "officielle" de 18kg avec un tube plus compact comme celui d'un C14 ? Peut être, en tout cas la photo du C14+newton sur EQ6 est impressionnante. Elle fonctionne toujours l'EQ6 ?

    Edit:
    Bruno> c'est la config que j'ai eu avant l'EQ6, cela ne m'a aucunement empêché de faire des images (planétaires) avec la CG5 !

    Marc P

    [Ce message a été modifié par patry (Édité le 08-12-2009).]


  7. frdm> Pareillement ! Je me suis mis à douter du C11 pour ma part (le secondaire qui aurait bougé ???). Du coup j'en ai profité pour lui faire une séance de démontage et de nettoyage de la lame et du secondaire. Problème, on a pas eu de belle nuit depuis Sept/Oct pour recollimater le tout !
    A bien y réfléchir, je pense que tout était bon ... sauf le ciel !

    Dommage, j'aurais aimé refaire ce genre d'images : http://perso.magic.fr/marc.patry/Jupiter/Ganymede20090814.jpg http://perso.magic.fr/marc.patry/Jupiter/jupiter20090822.gif
    mais actuellement, le temps que la nuit s'installe et que la température se stabilise, juju est bien trop basse sur mon horizon urbain.
    Comme à l'est j'ai zéro visibilité, je me morfond avec le telescope !
    J'en suis même venu à faire des test en CP (à quoi j'en suis réduit ) avec la 80ED !


    Marc P


  8. Je crois qu'un copain de C.Go (aux philipines) a utilisé un C14 sur une EQ6 mais bien sur ce sera seulement pour du visuel ou de la photo planétaire.
    J'ai bien utilisé une CG5 sous le C11 (pour les mêmes choses) et cela passait très bien !

    Actuellement, le C11 et l'EQ6 sont parfaitement adaptés l'un à l'autre !


    Marc P


  9. Courage actuellement pour exploiter plus de 80 à 100mm sur la région toulousaine. J'ai eu pas mal de réussites en 2008 et jusqu'à l'été 2009 avec le C11. Mais depuis septembre, c'est la cata. Ca turbule même dans la 80ED (je crois que je vais faire de l'imagerie au chercheur, au moins je ne serais pas déçu).
    Nota : je suis sur blagnac (ca reste encore suffisament proche de Toulouse ?)

    Sinon, pour le tube, en planétaire, il faut du diamètre et là µ250, C11, OMC300, tout se vaut +/- sachant que dans 99% des cas, c'est quand même le ciel qui dicte sa loi.
    Moi j'ai pris un C11 (pour son ratio poids/diamètre) et je ne le regrette pas (tube fermé, pas d'aigrettes, qualité optique ...) et son précédent propriétaire (leonard cauvra) est passé au C14 qui peut sembler "un peu" gros pour notre ciel.
    Du coup l'option "un peu" inférieure à 300mm me semble bonne.


    Marc P


  10. L'air frais rentre par le coude via un petit ventilateur, remonte via le tube PVC jusque après le baffle, retombe (il est frais) vers le primaire qui chasse l'air chaud vers le haut (tube tête en haut). Là un second tube ouvert offre une "porte de sortie" à l'air chaud qui ressort par le bas.

    Problème la dimension est faite pour un C8 (petit tube au plus haut, près du secondaire et gros tube de la longueur du baffle) et pas pour un C11. Mais vu le prix des matériaux ...

    Edit : Castor si tu veux je vire le message et j'ouvre un post à part.
    Edit 2 : je suis toujours aussi nul en dessin, même avec un ordinateur


    Marc

    [Ce message a été modifié par patry (Édité le 05-11-2009).]


  11. mode joke ON
    Christian, tu a un fil débranché ... mais je te dirais pas lequel
    mode joke OFF

    Oui, la ventilation "forcée" c'est ce qu'il y a de mieux c'est évident. Mais bon, sortir le primaire, attaquer le barillet à la scie cloche ... moi j'me sens pas chaud encore. Par contre on doit bien réduire le temps de mise en température (surtout pour un C14).


    Marc P


  12. En fait le tube est fermé certes mais il n'est pas "étanche" ... surtout pas à l'air. Donc il y a quand même un peu d'échanges avec l'extérieur (via le bouton de map, le visual back d'un coté, et le support de la lame de l'autre).
    Maintenant les échanges sont "faibles" par rapport à un besoin de mise en température, que l'on souhaite accélérer.

    En fait, on observe souvent une colone d'air dans le tube (défocalisé c'est très net), colone qui vient du baffle. Il doit avoir un fort gradient (dans quel sens) de température avec l'air du tube et c'est lui qui pourrit le plus les images. Alors est-ce qu'il est trop chaud ou trop froid je ne sais pas il faudrait essayer de provoquer un changement de température et voir ce que cela donne !

    Marc P


  13. J'avais bricolé une modif du SCT cooler avec deux tubes concentriques (PVC + cuivre) l'un (PVC) qui injectait l'air à la limite du baffle et l'autre qui plongeait "plus loin" pour récupérer l'air chaud devant le secondaire.
    En orientant le tube vers le haut, l'échange thermique était maximal !

    C'était à mon avis, le truc le plus "efficace" avant de tronçonner le barillet du primaire ou de lui coller des évents.

    Sinon pour les images, le dédoublement est effectivement lié à un ensemble turbulence/collimation et du coup, la map n'est pas parfaite (plus exactement "plus difficile à apprécier").


    Marc P


  14. Valère, essaie pour voir sur ton coin de table.
    10", puis 20, puis 30 etc etc ... caméra bouchée bien sur !
    Avec la DMK21, à température ambiante j'ai moins d'une dizaines de pixels chauds à 1' de pose ... tranquille quoi. Du coup, associée à la 80ED, je peux envisager de faire déjà des trucs sans prise de tête (autoguidage, flats ...) il n'y a guère que les darks qui sont rapidement incontournables !

    Voila ce que cela donne avec des poses de 30" environ ... en ville ; http://perso.magic.fr/marc.patry/Ciel/DMK09-06-24-23-20-50-M51.jpg


  15. Claude> en effet, la turbulence fait des dégats ... même sur un C14 ! Tu a au moins le mérite de sortir une image.

    Moi, avec les gamins malades, j'ai laissé filé toutes les soirées claires de ces 2 ou 3 dernières semaines. Du coup, je commence à sentir les méfaits du sevrage ! Bon j'ai pu quand même jeter un coup d'oeil dans une A&M 152, très bien mais j'échangerais pas quand même (note bien qu'on m'a pas proposé).

    marcD> Pour te consoler marc, regarde par ta fenêtre ... le ciel semble décidé à t'attendre !


    Marc P


  16. Dangereux ca, tu aurai pu abimer le primaire avec un truc comme ça.
    Les vis d'origines sont d'une longueur qui ne permet pas ce genre d'accident. Par contre les accessoires disposent de vis longues (il faut bien compter l'épaisseur de l'accessoire en plus) mais elle ne doivent pas être réutilisées pour "boucher" le trou une fois l'accessoire ôté !

    Tu l'a échappé belle là !


    Marc P


  17. Oui c'est cela.
    Les "marques sur la tranche" sont là pour localiser "à priori" les emplacements des cales en usine.
    Toutefois, sur mon C8, j'avais plusieurs marques présentes (bien plus que de cales en tout cas), donc si tu en a 3 ou 4 => ok, sinon ... bin faut bien se débrouiller sans.


    En effet, le numéro de série est gravé sur la face avant de la lame, à 3h qua nd tu regarde le tube de face coté lame (le bouton de map sera alors à 9h).
    C'est le plan : map / secondaire / serial !
    L'idée générale, si tout va mal, serait de repositionner la lame (en fait le secondaire).
    Ensuite de collimater.
    Si malgré tout, c'est pas bon, ALORS tu peux chercher une "meilleure" position.

    Mais avec ces images, tu a quand même une très nette évolution je trouve !


    Marc