ndesprez

Member
  • Content count

    2865
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by ndesprez

  1. Bonjour, Nous voilà en période de pleine Lune. Cette phase que beaucoup évite reste propice à l'observation des points brillants (mais pas que ... ). Alors je me pose cette question : quelle est l'origine de ces détails (ou quelles sont) ? Un cratère est-il systématiquement à l'origine ? D'autres possibiliés ? Allons, encore une : même question pour les traînées claires (exemple Bessel) ; j'ai du mal à admettre que le cratère en soit l'origine (grande longueur, pas d'atmosphère, ...). J'en appelle à votre éclairage Norma
  2. Post doublon

    Un continuum et perso c'est Baader.
  3. Comme pour bbe9, je réponds en MP. Merci.
  4. Il n'y en a plus. Rolf a pris le dernier. Mon club en réimprimera d'autres mais pas tout de suite. Nos moyens nous permettent une publication à la fois et pour l'heure ce seront certainement des jeux (astro bien sûr). Si d'aventure vous ètes plusieurs à souhaiter cette réimpression, disons cinq, cela pourrait hâter les choses
  5. Conseil pour un premier achat ?

    Comme d'habitude et de mon point de vue, on prend le problème à l'envers : on s'attache à l'instrument. Si l'instrument universel existait, nous en serions tous munis ou presque. Alors il faut faire des choix. Je devine 3 possibilités accessibles au débutant qui souhaite limiter les frais : - je veux tout faire : le meilleur compromis semble être un Newton à f/D6 environs. Attention aux conséquences financières du Dobson. A l'achat, le prix est contenu mais le suivi demande souvent des oculaires grand champ. Ils sont onéreux. Perso, je préfère les montures équatoriales mais c'est très personnel. Mon Dob 400 ne voit pas souvent le ciel. Le diamêtre idéal ? Un 250 mais le 200 fonctionne déjà très bien. - je veux le CP : amateur de taches floues, privilégiez le diamêtre d'un Dob ! Lequel ? Celui qui entre dans votre budget (sans oublier les accessoires indispensables : une carte, un bon chercheur ou pointeur, un filtre (perso c'est OIII mais comme beaucoup j'ai commencé par un UHC que finalement je juge finalement trop mou). - je veux un truc simple, accessible de façon récurrente à court terme, et pour pas cher ! Ben ça c'est la Lune Attention, votre vie ne suffira pas à son observation tant notre satellite est riche de détails. Une lunette à long f/D, un mak ou ... Presque tout convient. Et les planètes et autres phémus seront à votre porté. Très cordialement. Norma
  6. N'étant guère un spécialiste, je ne connais pas finement les différences entre un vecteur spacial et un vecteur militaire ... Somalie-Israel = 2400 km. Je vous laisse deviner le reste même si aujourd'hui les relations ne sont pas franchement conflictuelles Bon, ça reste de l'astronauntique ; à la marge de la politique.
  7. Programme d'observation Lunaire

    Je ne suis pas un expert mais le RC se plaçant proche du foyer (en comparaison avec la position de l'objectif), cela va dans notre sens me semble-t-il.
  8. Publicité ouvrage auprès Club

    En qualité d'auteur, je vais tenter la même démarche et c'est du boulot ! Je n'ai pas encore achevé le mailing. C'est fou le nombre de club qui existent ... Heureusement nos plateformes astro nous aident puisque les clubs nous communiquent ainsi volontairement leurs coordonnées. Merci les clubs, merci Astrosurf. Voilà, c'est là : http://heully.eklablog.com/
  9. Je reviens sur une photo signée Gérard Coute : Je n'avais jamais remarqué cette zone claire à l'Est de Lamont. En fait, l'AVL et LRO la montre bien et dans son entier. Le traitement de la photo de Gérard fait particulièrement bien ressortir ce détail. Une zone à priori récente héberge donc un cratère fantôme réputé ancien et en conserve son souvenir ...
  10. Bonjour, Un récent post en "fausse thermographie" attire mon attention sur les températures lunaires. La litérature argue d'écarts allant de 120°C à -170 voire - 230°C . Le coté saisonnier est absent puisque l'inclinaison sur l'écliptique reste faible vers 1,5° ; enfin l'absence d'atmosphère me pousse à imaginer des variations aussi conséquentes que brusques. Voici mes interrogations en prenant comme référence une colongitude correspondante au zénit lunaire (pas sûr que ce soit la bonne expression : disons que proche de l'équateur les rayons solaires arrivant normaux à la surface lunaire) : - quel est (ordre d'idée) l'écart de température entre la région équatoriale et les régions polaires de même longitude ? - en imaginant, dans ces mêmes régions polaires, un relief (falaise ...) présentant une surface significative normale aux rayons solaires, quelle serait sa température de surface ? Je penche pour "proche de la température équatoriale". Me goure-je ? Bon, je coure après le diptère pour ... Mais, la météo m'y pousse
  11. températures lunaires

    Faut essayer ! Qui verra dira ...
  12. températures lunaires

    Ah que je suis heureux que ce sujet intéresse : on ne parle jamais assez de notre superbe satellite Jacques, ce que je veux faire : accroître mes connaissances sur notre Lune et comprendre. Je n'ai pas de but précis. Cependant, s'il est possible de tenter une thermographie lunaire depuis mon domicile, sûr je vais tenter (même si les infos sont dégradées par l'atmosphère). La photo proposée par Philippe m'interpelle : par exemple je ne saisis pas l'explication de cette zone chaude au centre de la mer des crises. Une nature de sol ? Gérard viendra sur ce point à mon secours Et je ne manquerai pas d'explorer les liens proposé par Christian et son incontournable AVL. Une vie ne suffit pas pour ... Bon, je me dépêche, fô pas que je traîne
  13. températures lunaires

    Wahoo ...
  14. filtre lunaire

    La Lune s'observe couramment à 2D. Parfois, je pousse plus loin encore lorsque la météo l'autorise. Il m'arrive alors d'avoir la sensention de "manquer" de lumière Pour aller dans le sens de Loup Lunaire, lorsque j'observe notre satellite en phase pleine (situation idéale pour observer les points brillants ou les BHC), j'utilise un hélioscope (sans le ND3) : le contraste explose alors !
  15. températures lunaires

    Merci à vous deux. Le graph est très explicite : - il montre bien, de mon point de vue, l'absence d'inertie thermique (cf. gradient quasi nul entre deux longitudes éclairées à latitude identique). - je suis surpris par la progressivité plutôt brutale de la variation en latitude : j'aurai vu une courbe plus sinosoïdale ... Bon, question : est-il possible de faire, de notre plancher des vaches, une "vraie" thermographie du sol lunaire, fut-elle approximative pour tenir compte de l'absorption atmosphérique ? Je pense particulièrement aux régions subpolaires à fort grossissement.
  16. Oui si le renvoi coudé est équipé d'un prisme d'Amici.
  17. Programme d'observation Lunaire

    Quelle merveilleuse idée ! Je vais suivre ce poste avec une grande attention. Tous mes voeux de réussite t'accompagnent.
  18. Dommage que tu choisses un PAP parce que : - un inter marche arrêt, un potard de réglage de vitesse (en conservant grosso le couple), un inverseur avant/ arrière , quelques euros seulement et temps de formation = zéro heure ... Je ne vois qu'une solution mais avec un moteur DC : https://www.banggood.com/fr/DC-12V-To-24V-10A-High-Power-PWM-DC-Motor-Speed-Controller-Regulate-Speed-Temperature-And-Dimming-p-1321328.html?cur_warehouse=CN&rmmds=search Bon, je suppose que quelque chose m'échappe. Parfois (souvent ? ) le mieux est l'ennemi du bien
  19. Maintenant si c'est juste pour réduire la vitesse d'un moteur DC, il y a les modules de régulation PWM ... Attention, il y en a quand même pour 4 à 5 euros x volts, un potar (fourni) et basta.
  20. Il est bien entendu que c'est du solaire en lumière visible. Point brillant, cratère à halo sombre ou brillant ... Autant de détails que tu appréhendes avec succès à cet instant de la lunaison que la majorité des amateurs rebute. Je te renvoie vers ce livre : http://heully.eklablog.com/ Si la présentation n'en parle pas, le sujet est pourtant traité. Concernant l'évacuation de la chaleur du tube : ce sont les paroies qui s'en chargent (q=k.S.dt). Sur mon mak, elles sont en alu. Mes mesures ont confirmé le fait : en plein été dt = 7K (le temps d'équilibre fut ce jour là presque 30 minutes puis la termpérature s'est stabilisée). "Astronomie solaire" consacre un chapitre à cet manip. J'ajoute que le coin thermique généré puisque le tube reste fermé joue en la faveur de l'observateur à l'inverse d'un écoulement turbulent. Voilà, voilà
  21. Chacun fait comme il l'entend mais comme Siolan souhaite des avis, voici le mien : - en visuel, une feuille d'astrosolar ne vaut pas un hélioscope qu'il soit à prisme de Herschel ou à miroir (le miroir dépoli). Compte tenu du faible coût d'un mak d'occasion, le jeu en vaut la chandelle (de mon point de vue). - cet instrument (le mak désaluminé) excèle sur la Lune (pleine et environs) et donne accès à des détails rarement observés par les amateurs (DS, DHC, BHC ...) Enfin, un rendez-vous possible, les ROS (si elles ont lieu) aborderont cette année les deux sujets (Soleil et Lune). Norma
  22. Polaris

    Je vois deux solutions : - rallonger par le bas. Il faut alors connaitre la forme cotée du pied (extrémité posée à terre). - rallonger par le haut : il suffit d'ajouter un "tube" entre l'embase et la tête. Là encore, il faut des cotes. Elément essentiel : de combien souhaites-tu rehausser la monture ? Norma
  23. Bonjour, Je n'ai jamais utilisé d'étoile artificielle. Je me pose cette question : peut-on espérer atteindre les disques d'Airy avec cet accessoire ? Je dispose d'un C11. Merci.
  24. Bonsoir, La question est simple : c'est fait comment dedans ?