Alexandre Renou

Member
  • Content count

    468
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 42591

Everything posted by Alexandre Renou

  1. Profitons-en c’est rare, il fait enfin beau et plusieurs comètes sont accessibles en visuel, dont certaines même avec de modestes optiques. Faisons en le point à travers mes notes d’observations (mesures perso) : - Dans le ciel du soir : En début de nuit, à voir en tout début de nuit la comète 12P/Pons-Brooks . Vue le 5 mars à 19h45 TU avec des jumelles J43x10, magnitude m1 = 6,0, dc 7, diamètre apparent de 5’ d’arc environ. Avec un T 250x80, queue d’au moins 0,5°. Etant donné qu’elle est fort basse chez moi sur l’horizon Nord-Ouest (en direction de la grosse ville du coin, Angers, beurk !), il n’est pas difficile de mieux la voir avec une queue encore plus longue depuis un site bien placé. Par contre la voir à l'oeil nu relève du domaine de l'exploit quasi impossible, elle continue à se rapprocher angulairement du Soleil donc en étant de pire en pire en hauteur sur l'horizon et du coup voir une comète de mag 5 ou même 4 (peut-être) à quelques degrés seulement sur l'horizon parait délicat même pour un super oeil de lynx placé en montagne... On a déjà du mal à voir une comète de ce calibre haute dans le ciel dans des conditions (normales) ....quand il fait beau... mais bon c'est bien de la voir aux jumelles, je l'avais mesuré à mag 15 l'été dernier... Comète 13P/Olbers le 5 mars à 20h15 TU, magnitude m1 = 13,0, dc 4 et dia 0,5’ d’arc dans un T 560x165. Mieux visible avec un filtre C2. Depuis un bon site, un T 250 devrait suffire. Comète 144 P/Kushida le 5 mars à 20h30 TU, magnitude m1 = 11,0, dc 2, dia 1’ 1/4 d’arc dans un T250x80. Vue un peu mieux avec C2. Elle est à son mieux en ce moment. Comète C/2022 E2 ATLAS le 5 mars à 21h15 TU, magnitude m1 = 13,5, dc 5/6, dia 0,5’ d’arc dans un T560x240. C’est la plus difficile de la soirée, elle était difficile dans un T 250x140. Elle sera un petit peu mieux l’hiver prochain. - En milieu de nuit : Comète 62 P/TSUCHINSHAN le 5 mars à 22h45 TU, mag m1 = 11,8, dc 3, dia environ 1’ d’arc dans un T250x115. Cette comète a bien faiblit depuis le début de l’année où elle était de mag m1 = 8,2 et qu’elle était visible aux jumelles J 43x10. Comme elle est dans la Vierge, on peut la voir bien placée en milieu de nuit. - En fin de nuit : Comète C/2023 A3 TSUCHINSHAN-ATLAS le 7 mars à 3h30 TU, mag m1 = 12,2, dc 8, dia 0,5’ d’arc avec un T 250x140. Cette comète (qui devrait atteindre la magnitude 0 l’automne prochain, oui mag zéro !) est actuellement toute petite, dense et très bien contrastée, d’où le dc fort ! A suivre attentivement par la suite et déjà dans un T 200 par exemple. L’autre vedette de la nuit , la comète C/2021 S3 PanSTARRS le 7 mars à 3h50 TU, mag m1 = 9,8, dia 1,5’ d’arc avec une L 90x45. Vue aussi dans un T 250x80 et x115, la comète (moins bien visible avec un C2) montrait par contre une queue assez faible et rectiligne d’au moins 10’ d’arc de long. Sinon, pas vue même au T 560 la comète 207 P/NEAT, m1 sans doute de mag 15 et pire. J’aurai pu aussi chercher la comète 407 P/2023 W1 NEAT mais vue qu’elle est aussi mal placée pour moi vers le Nord-Ouest, aussi basse que 12 P/, c’était perdre son temps que d’essayer car elle est plus faible que mag 12 dans les données et voir une telle comète très basse dans le couchant est bien délicat. Profitez de cette météo de giboulées avec des éclaircies bien placées la nuit, c’est mieux que ces nuits d’hiver passées soient couvertes soient très peu limpides...
  2. Comète 12/P Pons-Brooks, première tentative

    Sympa la photo de justesse avec les nuages. Mais il y a peut-être un bonus ! Il faudrait voir l'image en plus haute résolution mais une seconde comète 473P/2023 W1 (NEAT) est dans la zone photographiée; cette dernière est bien plus faible vers mag 12 ou 13 ?? Sur le cliché affichait, on ne peut pas dire si on la voit vraiment car c'est trop pixellisé.
  3. Quel est le record de nuits perdues ?

    Tiens il y a déjà un sujet sur la dégradation de la météo en astro : http://www.astrosurf.com/topic/167031-voiles-l’altitude-cet-hiver-chez-vous-aussi/ En tout cas, d'un point de vue strictement astrophoto du ciel profond, je faisais pas mal d'astrophoto dans mes premières années d'astro (avant 2000) en "exigeant" que la nuit soit limpide toute la nuit, et bien cela fait pas mal d'années où j'ai arrêté l'astrophoto à cause de la météo, me limitant aux seules observations cométaires (et juste le nécessaire pour compléter mes notes du ciel profond) depuis quelques années.
  4. Voiles l’altitude cet hiver, chez vous aussi ?

    Ah c’est un sujet que je connais (que) trop bien, pour en parler (parfois) ici ou sur « le forum à côté », sur la lente mais constante dégradation du climat dans ma région (de l’Anjou) et aussi ailleurs (Queyras), ceci depuis pas mal d’années. J’avais fait des stats sur le nombre et la qualité des nuits en terme de transparence dans les années 2006-2007 par rapport à la période d’avant 1999-2000 (j’observe depuis 1982). Et actuellement cela ne s’arrange pas et même pire se dégrade encore plus maintenant en particulier pendant la période hivernale. Effectivement il y a moins de nuits et quand on voit la voie lactée (par exemple) la transparence est loin d’être optimale. Historiquement, j’ai énormément observé pendant longtemps au début (1982 à 2000), puis un peu moins avec la dégradation du temps (vers 2000 à 2010 environ) : cela m’a permit de prendre les notes de quelques milliers d’objets du ciel profond et d’observer (et mesurer la magnitude) de plusieurs centaines de comètes. Refaire la même chose depuis quelques années est tout simplement IMPOSSIBLE !! Cela se dégrade tellement que je ne peux plus observer (dans des conditions correctes) pendant des semaines, voire plus (!!!) chez moi sous mon ciel de campagne angevin. Dire qu’avant je faisais le difficile pour le choix des nuits, enchaînant une nuit entière (et même plus parfois) presque quand je voulais !!! Comme anecdote de l’époque, je m’imposais de ne pas re-mesurer la magnitude d’une même comète la nuit suivante pour ne pas être tenté de mettre la même mesure !! Or les temps ont changé, je dirais même plus le climat a changé. Pourtant je lis les différentes observations et photos de chacun et surprise, pas de mention particulière parmi les astrams ici ou ailleurs pour parler de cette dégradation du ciel nocturne (plus que certaine pour moi). Faut croire que cela touche juste ma région (!) et puis dire du mal de sa région, c’est pas top, non ? Alors on s’abstient de le dire, c’est pas bon pour le commerce et la motivation de tous. Mais le fait est là, il y a de moins en moins de nuits limpides (il faut alors se jeter au mieux sur un petit bout de nuit où le ciel est moins médiocre). Pas évident alors d’avoir la motivation pour tenter une sortie loin de chez soi avec tout le matos ou de prévoir les prochaines vacances ; notre courage est alors mis à l’épreuve maintes fois que le découragement nous chuchote bien souvent à l’oreille. Il y a pourtant bien des coins privilégiés comme en montagne par exemple en montant assez haut (y’a qu’à voir les webcams des stations d’altitude) et les régions méditerranéennes sans doute, bien que j’ai écho que là-bas aussi, les voiles traînent bien plus souvent qu’il y a 10-20 ans ou plus (zone que j’ai connu dans les années 1990). Les nouveaux amateurs (depuis moins de 10 ans) ne savent pas ce qu’ils ont rater... Mais bon, on va faire avec et tous nous souhaiter que cela va s’arranger (ou ne pas empirer plus !), que les gens seront plus sympas dans le monde, qu’il n’y aura plus de guère dans le monde, que la vie sera moins chère, que l’on verra plus de papillons (surtout pour moi, voir mon site http://papillons.blaison.free.fr/), etc etc… bref de rêver…. Cela tombe bien il est 1h du matin là.
  5. deux timdes objets

    La tête de cheval au T 150 ? Tout à fait possible avec un filtre H bêta. Chose que j'avais fait dans mon T 120 avec un H bêta donc depuis ma campagne angevine (c'est dire qu'en montagne, c'est certainement moins difficile), il y a bien longtemps ... quand j'étais jeune et à une époque où il faisait beau dans ma région... ce n'est plus du tout le cas depuis pas mal d'années avec le climat qui a bien changé depuis plus de 20 ans... Je suis persuadé que c'est à la portée d'une lunette de 80-90 avec le filtre et sous un très beau ciel de montagne pour un observateur à la vue affutée. Pour Abell 8, j'avais essayé dans un T400 par chez moi il y a longtemps et je n'avais rien vu malgré un bon ciel de campagne, c'est dire si cette nébuleuse est difficile. Pour Abell 30, vu au T 400x100 et OIII : Boule diffuse très peu contrastée avec OIII et invisible sans. Centrale assez bien visible sans filtre. A voir à côté les 2 petites galaxies IC 2406-2407 bien intéressantes au T560x300. Pour Abell 7, vue très faiblement au T 400x85 et OIII. Bizarrement je n'ai plus ces notes d'observation. A titre d'information pour vous tenter à compléter votre tableau de chasse des nébuleuses planétaires, j'ai observé 346 NP différentes (base de données à jour en 2020). C'est surtout au début des années 2000 que j'avais un programme dense en NP en compagnie du sympathique François Jauzelon (dont j'ai perdu la trace), très mordu des NP, avec lequel on observait que ce type d'objets (ou presque) avec un T 400 dans les soirées sur le terrain. Après avoir expédié les 4 (si j'en n'oublie pas) NP Messier, il y a beaucoup à faire dans les NGC, puis les PK ensuite (en passant par les Abell) ! De quoi faire pas mal de dessins pour les plus mordus (merci Serge, Fabrice, Yann ou Laurent entre autres)... en espérant que vous avez une météo plus favorable que moi. Pour finir, avec UGC 4305, Serge tu en a vu bien plus que moi avec un T 400 mais vu son très faible contraste, il faut un super site.
  6. NGC 3242, halo, filament et galaxies

    Merci Fabrice de nous montrer la face cachée du fantôme ! Je ne connaissais pas ce filament émissif. A voir le printemps prochain si le ciel (limpide) me le permet...
  7. Bonjour, En faisant le ménage, je suis tomber sur les 2 volumes de l'atlas Falkauer. C'est un atlas de planches photographiques. Voir plus sur https://de.wikipedia.org/wiki/Falkauer_Atlas Certes cet atlas semble bien obsolète avec les logiciels de cartographie moderne, il y a longtemps que je ne l'utilise plus, mais peut-être cela peut intéresser quelqu'un en tant que livre ancien dans une bibliothèque ? Sinon, je compte le recycler dans les déchets papier... Gratuit mis à part les frais de port.
  8. Matin du 5 juillet 2022

    Je viens de seulement lire ce post avec l'histoire de Xavier (bjr à toi) avec le papillon attiré par la lumière rouge. Curieux puisque le rouge est une longueur d'onde qui n'attire pas les papillons nocturnes, c'est plutôt les bleu-vert les plus attirants pour eux et surtout les UV proches.
  9. Bravo pour cette belle photo !!!! (j'e viens bien tardivement ici car j'avais raté ce message). Oui cette comète est très diffuse et très peu condensée visuellement depuis 1 ou 2 mois. Pour exemple, voici quelques mesures perso : Mag m1 = 10,7 le 16/1 au soir avec un TN 250x50 avec un DC de 1/2 seulement et dia. app. de 2,5' d'arc alors qu'avec un filtre C2, ce diamètre gonfle à plus de 3, 5' d'arc. Mag m1 = 12 environ le 10/2 au soir avec un TN 560x110 avec un DC de 1 seulement et dia. app. de 1,5' environ alors qu'avec le filtre C2, cela monte à 2,5' d'arc. Mag m1 = 12,5 environ le 13/2 au soir avec un TN 560x165 avec un DC de 1. Ce même soir, je l'ai vu au TN 250 mais elle était difficile dans ce dernier télescope car très peu contrastée. On voit bien que son diamètre apparent gonfle largement avec un filtre C2 (comme l'a fait remarqué Nicolas plus haut, elle rayonnait pas mal dans les bandes du C2). Pas facile pour une comète aussi peu contrastée de faire une bonne mesure de m1 ; la qualité du ciel (non parfaite) du ciel n'aide pas !
  10. Quelques dessins de C/2022E3 (ZTF)

    Effectivement, toujours IMPRESSIONNANTS les dessins cométaires de Nicolas !!!!! J'en vois même pas le 1/4 avec un télescope plus gros !!! Et mieux que les photos !!!! Messieurs les astro-imageurs, le défi est à relever !!! La vue (bionique n'est ce pas ?) de Nicolas est EPOUSTOUFLANTE à chaque fois, pour ses dessins de comètes comme de galaxies et de nébuleuses. PS : un petit mot pour dire que la comète faiblit assez vite : mesurée à mag m1 = 10,6 (M) le 14 mars dernier au soir avec un TN 250x50.
  11. La Voie Lactée, depuis la Namibie

    BRAVO Franck, Je retrouve bien sur ta photo le complexe obscure que l'on nomme le Grand Lama... mais sans doute sous un autre nom d'animal en Namibie
  12. Oméga Centauri

    ... oui mais non car Flamsteed n'a pas donné de numérotation aux étoiles des constellations très australes.
  13. Oméga Centauri

    Je ne me suis pas penché sur l'origine du numéro, mais je pense que Yann P. expert en catalogues perdus ou exotiques et leurs histoires en sait plus. Je suis sûr que la fougue des mots et expressions de Serge peut "décrire" sur le coup à l'oculaire ces beautés célestes australes (en plus de ses dessins), mais je suis sûr aussi que le même Serge peut s'extasier en effet autant sur certaines cibles du ciel profond boréal aussi. Vive l'astro et à bas la grisaille ! (mais pas forcément la pluie de temps en temps pour laver le ciel entre autres) Pour l'exemple des Dentelles, j'ai passé 3 nuits d'été une année pour simplement décrire toutes les portions et leurs aspects dans mon T 560 !! Donc je comprends bien que Serge n'a pas fait le tour des multiples NGC du Grand Nuage en 5 ans. Et je dis bien descriptions sous formes de notes et non de dessins....
  14. Comme le dit Fabrice, "à la bonne époque", le défi de voir Pluton dans une modeste optique était moins difficile (il y a 20-30 ans, Pluton était plus haute sur l'horizon, dans la Vierge avant 1990). Je l'avais alors vu sous mon ciel de plaine (meilleur lui aussi à l'époque) avec mon vénérable T 120 Mizar de l'époque... quand ma vue était meilleure aussi. Je pense que des gars avec une super vision comme Fabrice ou Fred B. par exemple pourrait tenter le coup avec succès avec moins de 200 mm.
  15. Oméga Centauri

    Allez un peu de pub pour le Toucan avec sa fiche comme celle plus haut de 5139.... Tout cela va finir par "qui c'est le plus beau ?" Et voilà mon avis : Je connais évidemment bien le ciel profond de chez nous, mais j'ai eu l'occasion (la chance, merci Laurent) de faire plusieurs séjours au Chili où j'ai observé dans divers instruments "tout ce que je pouvais" dans le ciel (et aussi sur Terre avec les papillons pour ceux qui me connaissent). Au total j'ai fait des descriptions de 300 cibles du ciel profond du ciel austral. A lui tout seul, le Grand Nuage de Magellan est très riche et il est utopique de l'explorer à fond pour des voyageurs de passage (voir liste de Bruno plus haut). La Tarentule est particulièrement contrastée, grande et riche, presque concurrencée par la nébuleuse d'Orion. Mais si je devais choisir un TOP n°1 du ciel tout compris, ce serait pour moi.............Les Dentelles du Cygne !! (dans un gros Dobson bien sûr). Dans la catégorie Galaxies, je mettrais NGC 1365. Dans la catégorie petits instruments et jumelles, je mettrais le Grand Nuage de Magellan et dans dans la catégorie oeil nu, je mettrais la Voie lactée australe avec ses nuages sombres (Sac à charbon, le Grand Lama, etc...). C'est fou de voir le nombre de nuages de poussières dans le Sagittaire. Pour la petite histoire, j'avais entrepris des les décrire systématiquement près du centre galactique avec ma L 90 et bien j'ai renoncé tellement cela "grouillait" ! Comme fin de l'histoire, sachez que même si c'est le pied de se faire peur en imaginant (et voyant) une vraie tarentule avec ses chélicères (je parle de NGC 2070) en fin de nuit tout seul dans la montagne alors que tout le monde est parti se coucher avant le retour en France, (une vraie anecdote !!), c'est encore plus le pied d'être avec ses potes là-bas dans de magnifiques paysages chiliens (cordillères et salars entre autres) accompagnés par notre hôte, Raymond. (Manquerait presque ma compagne chérie si celle-ci s'intéressait au sujet... et c'est le cas pour moi !)
  16. Oméga Centauri

    Bonjour, Oui cet amas est absolument impressionnant !!!!! Voici ci-dessous un extrait (page 103 et portion page 104) de mon ouvrage "L'essentiel du ciel profond austral" (que je n'ai pas pu encore publier... ) sur cet objet exceptionnel. Tous les notes pour savoir à quoi il ressemble dans différents diamètres sont dans ces lignes. NB : ces notes ont été faites depuis le Chili.
  17. Très sympa ta photo de Vénus Laurent !!! Pour la stabilité, à défaut de transparence par chez moi, c'était pas mal du tout ces derniers temps. j'en ai profité pour voir Sirius B, facile dans mon T560 à 400x environ. Je n'avais jamais vu Sirius aussi stable et piqué dans mon télescope. Cela me rappelle ma dernière observation de Sirius B en 2009 au Chili !! Te rappelles-tu ?
  18. C/2022 E3 (ZTF) en mode grognon

    Mince alors ! Moi qui pensait que tu étais un type bien cher Yann.... Je suis déçu Il te faudrait un peu de campagne (de Queyras) pour admirer la belle. Je la suis depuis chez moi depuis juin 2022 : elle n'a pas changé ou presque ! Toujours bien condensée. Certes elle s'est rapprochée (mesurée fin juin à mag 14,0, dc 7/8 avec un dia. app. de 0,2' d'arc). Je suis sûr alors que ce truc faiblard t'aurais intéressé à ce moment là... toi le spécialiste extrémiste je viens de voir que tu as aussi martyrisé son nom : c'est C/2022 E3, la bonne ZTF que tout le monde essaye de voir quand la météo le permet. Tant pis je te laisse avec Q0957+561 A/B ou bien APM 08279+5255.
  19. C/2022 E3 (ZTF) - Animation sur 5H, à 600mm

    BRAVO !! Superbe rendu dans les gradients de la coma (ça ressemble fort à ce que l'on voit dans un gros télescope) mais en plus avec la couleur et le mouvement accéléré.....!!
  20. Carte du ciel dans astromagazine

    Bonjour, Oodini, oui j'utilise toujours GUIDE 9 pour faire mes cartes perso et celles que je diffuse dans mes articles dans Astrosurf Magazine, magazine qui me laisse carte blanche totale pour faire mes cartes dans la revue et elles sont utilisées tel quel par la revue (sans modif comme faisait le graphiste de la feu revue Astronomie Magazine...malgré mon avis).
  21. Diminution du nombre de soirs clairs

    oui dans le commentaire des présentateurs de météo que j'entends "lumineux et sec", par sec c'est dit comme sans pluie. Le vrai temps sec c'est celui des belles journées et nuitées astro, qui n'a rien à voir le temps "des touristes" . Je remarque aussi que l'on a un peu plus souvent de vent dans ma région, pas celui qui chasse les nuages. ça c'est gênant aussi pour les photos de pap. Parmi les "mauvaises" herbes du jardin, les orties sont des végétaux appréciés par pal mal de chenilles et donc pour avoir les papillons. Faut pas se laisser déborder tout de même. Le pire est la monoculture, le mieux est la diversité avec des plantes sauvages locales. Exit les exotiques.
  22. Diminution du nombre de soirs clairs

    Merci à toi aussi etoilesdesecrins C’est marrant cela, c’est le même constat : il suffit qu’on dise que cela va mal pour que hop on a une météo plus clémente pour l’astro ! Profitons en vite ! J’ai peur que cela ne va pas durer avec le retour de pseudo beau temps sans aucun intérêt pour le ciel profond, c’est-à-dire un temps « lumineux et sec » comme elles disent à la météo. Ce mois-ci, j’ai plus observé que les 3 mois de fin d’année 2022 et du coup, 4 comètes nouvelles de plus pour moi et la ré-observation des 4 autres de la fin d’année dont la jolie et brillante 2022 E3 (magnitude 5,8 mesurée ce matin aux jumelles J43x10 et grandiose au T560 !). Mais les fameuses 4 nouvelles comètes, j’aurai du les voir en fin d’année, si la météo n’avait pas été aussi exécrable cet automne. Certes des bouts de nuits parfois sans nuage, mais avec une transparence à ne pas sortir le gros matos pour traquer les comètes faiblardes. Actuellement, la météo est bien froide (-3°C au petit matin et aucune trace de neige dans la région, chouette, je n’aime pas la neige, ça glisse !) avec des créneaux de ciels clairs entre des perturbations, un temps classique d’hiver « à l’ancienne» que je n’avais pas vu depuis fort longtemps ! Il faut beaucoup compter sur la chance maintenant. Je me rappelle que dans les années 90 au Queyras l’été, on était bien content d’avoir 1 nuit couverte sur la semaine de super temps, histoire d’enfin dormir. Je ne crois pas qu’on puisse dire ces dernières années qu’on a 6 bonnes nuits sur 7 l’été, non ? Cela dégénère vite en temps orageux. Même la région marseillaise, ultra favorable question météo, commence à accumuler des jours ou nuits plus ou moins « voilées », parait-il, selon un bon contact sur place digne de foi (et oui, ça change de ceux qui disent que dans le sud, il fait toujours beau,...beau pour gagner qq degrés et se baigner, oui). Question papillons, la baisse de la biodiversité s’exprime surtout par une baisse des variétés d’espèces le jour. La nuit (quand j’utilise des nuits médiocres ou couvertes pour faire la chasse aux papillons nocturnes à voir sur http://papillons.blaison.free.fr/ le nombre d’espèces est encore assez impressionnant (des dizaines voir presque une centaine différents lors des meilleurs nuits chaudes d’été)… dans un site préservé NA-TU-REL.
  23. Diminution du nombre de soirs clairs

    Bonjour à tous, Ayant commencé l’astronomie depuis le début des années 80, et ceci de manière active car j’étais un mordu de ciel profond et de comètes dès le départ, j’ai maintenant une quarantaine d’années de recul sur la météo astronomique par chez moi en Anjou (département du Maine et Loire, 49). Je précise en terme de nuits claires favorables au ciel profond. Je ne me suis jamais trop occupé de la turbulence, car pas trop adepte de planètes et comme mon site de plaine n’est pas trop mal dans ce critère, je ne m’étends pas sur ce domaine. Donc, en terme de nuits claires, j’en ai largement profité pendant environ 20 ans, mais ailleurs (comme dans le Queyras où j’allais tous les étés dans les années 90 pour le ciel profond en le visu et la photo astro, et la rando). A cette époque je faisais pas mal de photo du ciel profond car il y avait profusion de nuits entièrement claires. Au tout début des années 2000, je me suis aperçu que le nombre de nuits propices chutaient assez fortement. Comme je suis un fan de comètes depuis le tout début en visu (je saute sur toute comète même faible à portée de mes optiques), principalement en faisant des mesures de magnitudes (avec les notes qui vont avec), j’ai pu compté toutes les nuits où j’ai observé depuis mes débuts (1ère comète en 1983 et la 328ème cette semaine!) : cela m’a permit d’avoir un nombre de nuits et avoir un aperçu de la météo local sur 40 ans. Voyant le nombre de nuits baisser après 1999-2000, j’ai fait quelques stats et j'ai ainsi mesuré qualitativement et quantitativement chaque nuit de 2006 (et aussi pdt la moitié de 2007), en utilisant une séquence d'étoiles visibles toute l'année avec la constellation de la Petite Ourse. Certes le côté subjectif peut être imputé mais la régularité du procédé rend possible l'interprétation de la qualité des nuits. J’avais indiqué tous ses résultats à travers un tableau que j’avais publié sur le forum à l’époque vers 2007-2010. Je peux retrouver les données pour les intéressés. Résultat des courses : Le nombre de nuit propices pour le ciel profond a effectivement chuté de façon assez considérable depuis 2000. Je précise que j’ai été assez rigoureux et systématique lors de mes notes observationnelles et que la pollution lumineuse ou un autre effet parasite (y compris les occupations diverses -je n'ai raté aucune nuit-, la santé et la motivation) ont été pris en compte. Et de nos jours, comment est-ce ? Malheur à nous, fana de ciel profond, ça empire !!! Je ne recommencerai pas ces stats pour ne pas sombrer dans les limbes... Parfois, on peut se dire que cela s’arrange un peu, 1 semaine, 1 mois ou une saison, mais au final, sur le long cours, c’est bien une dégradation. Quand je vois le nombre de fois où j’observais avant 2000 par rapport à une dizaine d’années, c’est fou la différence !!! surtout pendant la période hivernal où le nombre de nuits (ou plutôt le nombre de petits bouts de nuits) où je n’observe presque plus du tout. La période novembre à janvier compris est terrible ! Je n'arrive pas à avoir un créneau suffisamment bon pour terminer mes observations de certaines régions du ciel comme l'Eridan par exemple Je me rappelle d'une anecdote perso où où il avait fait mauvais tout le temps pour l’astro pendant 2 semaines en novembre 1986 et cela me paraissait horrible pendant plus de 20 ans... alors que maintenant je n’arrive pas à avoir une seule nuit sur plus d’1 mois (voir même 2 !!!) en hiver ! Autre anecdote, "avant" j'avais comme principe de ne pas (re)mesurer la magnitude d'une même comète le lendemain pour ne pas (re)donner la même mesure que la veille... un luxe que d'observer le lendemain aussi maintenant. Il y a bien une nuit ou deux qui est parfois dégagée, mais avec une transparence bien trop souvent médiocre. Cette médiocrité de la transparence est un phénomène que je note de plus en plus depuis quelques années (non non, ma vue n'a pas changé, j'ai des lunettes !). C'est le second problème majeur. Et ce n'est pas parce que j’ai déjà observé 2 fois cette année 2023 que je dirai différemment. Par exemple, j''ai eu un créneau de 3-4 heures le matin chez moi mercredi matin (éclaircie attendu en visionnant les images satellites alors qu'il pleuvait le soir), le temps de sauter sur l’occasion pour observer la fameuse comète 2022 E3 (mesurée à mag 6,1 avec des jumelles J43x10). Au passage, je signale qu'elle est bien contrastée avec une petite queue bien diffuse qui faiblit rapidement dans une L 90x30. J’ai parfois entendu, « cela va changer », « c’est cyclique », « tu es difficile, en terme de transparence ». Ben non, je constate que le climat change bien. Ici chez moi, mais aussi dans d'autres régions de France dont j'ai eu écho. Cette "nébulosité dégradant le ciel" peut par exemple s'expliquer en sachant que "plus la température moyenne de l'atmosphère augmente, plus le taux d'humidité dans l’atmosphère augmente (1°C de plus, c'est 7% d'humidité en plus je crois). Cela ne veut pas dire plus de pluie, car même en période de sécheresse, l’atmosphère peut être « humide ». Une bonne transparence, c’est avant tout un air sec. Seul point positif, à l’heure d’internet, on peut choper avec les cartes satellites la moindre fenêtre de ciel clair. Quant aux imageurs, la technologie augmentant les performances de sa config de son matériel, ils obtiennent malgré un ciel "douteux", des images très honorables et même de belles images. Et pour finir, avec l’urbanisation croissante qui va de pair avec les éclairages, comme les « put***ns» de LED chinoises (qui rendent inefficaces les précieux filtres interférentiels dédiés au ciel profond) avec ces communes qui en ajoutent partout )parce que c’est moins cher et soi-disant, bon pour la planète...conner***), cela va être dur de faire de l’astro (en visu) dans de bonnes conditions à l'avenir. Et il n'y a pas qu'en astro que cela se dégrade, la biodiversité aussi (moi qui partage mes loisirs aussi dans le domaine des lépidoptères comme certains le savent). Moi qui voulait faire court, voilà encore pas mal de baratin à lire et cela ne changera pas la météo.
  24. Matin du 21 septembre 2022

    WLM, effectivement, en visu, elle est à peine plus faible que IC 1613 dans un T400. Là encore, le ciel doit être PARFAIT en terme de transparence. Je les ai vues depuis mon ciel de plaine mais très difficilement. En résumé, à faire sous un ciel de montagne cristallin, avant de se demander si on a une optique suffisamment puissante et adaptée.
  25. Matin du 21 septembre 2022

    Merci Xavier pour tous tes croa toujours sympa. Oui IC 1613 est vraiment peu contrastée, une des pires du ciel. Et bonne année astro à toi.