Alexandre Renou

Member
  • Content count

    449
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by Alexandre Renou

  1. nouveau ciel profond

    Bonjour à tous Je vous remercie d'abord pour vos encouragements ! (cg16ang: un index pour tous les objets d'AM depuis le n° 1 de 1998 ? pourquoi pas, bonne idée… quelqu'un aurait fait le listing ? Concernant un "guide" complet regroupant bcp objets du ciel profond, c'est vrai que c'est une œuvre titanesque pour un seul observateur… MAIS j'y travaille depuis quelques années (malgré le temps de + en + exécrable qui sévit chez moi…le changement climatique !). Je réalise actuellement un CD rom regroupant mes seules observations réalisées avec un télescope de 400 mm de diamètre avec un maximum d'objets (nébuleuses, amas et galaxies, mais pas de doubles) ! Actuellement mon catalogue compte plus de 3000 objets (NGC, IC, UGC, PK, et bon nombre de catalogues exotiques), dont 80 % sont des galaxies, et avec 31,5 % à ce jour d'objet du NGC. Sous une forme intéractive (sous internet explorer), on pourra choisir ses cibles selon une étoile jalon, une constellation, ou un index bien entendu. Par exemple en cliquant sur 1 étoile majeure (étoile étalon) sur une carte (4 cartes par saisons + 1 circumpolaire), on obtient le listing dans un tableau de tous les objets visibles autour de cette étoile avec les coordonnées différentielles et qq autre données (tirées du Deep Field) (ou bien l'indication de la taille réelle apparente de l'objet souvent très différente des données catalogues), dont (TRES IMPORTANT) l'indication de 2 échelles : 1 sur la visibilité (j'ai essayé au maximum de standardiser ce paramètre assez subjectif… l'avantage est que je suis le seul observateur et que j'ai opéré toujours avec le même instrument et un grossissement "optimum" selon l'objet, ceci dans des conditions de transparence toujours correcte quant à la transparence… quitte à répéter mes observations) et 1 autre sur "l'intérêt" de l'objet, paramètre cette fois plus subjectif (je suis fan de nébuleuses planétaires et de galaxies en fuseau). Tous les objets sont ensuite décrits et accompagnées d'une photo (standardisées puisque venant de la même source: le DSS). Le but est pour un observateur d'avoir son programme d'observation déjà préparé. Pour parfaire sur le terrain cette préparation, j'envisage de rendre "imprimable" la plupart des pages sous forme de fichier pdf. Les observateurs très sudistes m'excuseront (désolé Z 80), je me suis arrêté à la déclinaison de –30°, de part ma position en latitude (+47°24'), de façon à ne pas trop "taper" au ras des pâquerettes ! Les cartes se limitent uniquement à des zones très denses (comme l'identification des galaxies dans un amas de galaxies) ou bien à des objets de repérages délicats (petites nébuleuse planétaires de mag 15 par ex). J'estime que les observateurs (connaissant déjà bien le ciel et leur instrument, les techniques d'observation et opérant sous un ciel de campagne limpide) utilisant ma base de données ont soit l'Uranométria (j'indique la page) soit un logiciel de cartographie (style GUIDE). La réalisation de cartes pour chaque objet n'est pas réalisable pour tant d'objets !! Quant à une date de publication (sous forme de CDrom) difficile d'en dire plus, j'en rajoute toujours, j'en complète d'autres et taper tout ça sur CD c'est long !!! En attendant, je présente toujours mes articles d'observation pour AM en vous souhaitant de bonnes observations !!!
  2. nouveau ciel profond

    Bonjour...et oui il est déjà bien tard. Bon allez je me lance : Que pensez vous des articles sur le ciel profond "Au méridien" anciennement appelée "Constellations" dans Astro Mag ? Oui en effet, j'en suis l'auteur... C'est à chaque fois pour moi une invitation à vous faire découvrir le ciel profond. Evidemment, il y a les contraintes inhérentes à une revue qui ne permet pas, par exemple, de mettre 1 page de carte pour chaque objet ! (j'exagère ! encore que...). Pratiquant depuis 1980-81, très assidument, j'ai une bonne expérience et j'ai fais mes armes avec le fameux "Brunier". C'est vrai que chaque amateur (et rédacteur) a son propre point de vue pour ou contre un ouvrage (selon sa méthode de recherche, ses instruments, son site,...) et evidemment, on n'aime ou pas. Moi même, très perfectionniste, je trouve des défauts à tous livres sur le sujet, y compris le Gillis ou le Brunier. J'essaye de faire ma rubrique comme ce que j'aurai souhaité trouver à mes débuts. Tout est perfectible : grâce à un astrosurfeur, la couleur bleue sombre du fond du tableau des centrales à changer...c'est vrai qu'en lumière rouge (texte noir sur fond très sombre), c'était pas top ! mais bon, je n'ai pas pu faire changer cette même couleur dans les pages de l'article proprement dit...(!?)...question d'harmonie de mise en pages... Toutes remarques constructives sont bienvenues. J'espère surtout que les amateurs de ciel profond lisent ET utilisent mes notes ! Certains ont repris chaque article pour les regrouper sous plastique dans un (gros) classeur ! Tant mieux! Le principal à retenir est : Sortez et observez ! (sous un bon ciel de campagne évidemment...)
  3. Bonjour De mon côté, je vais faire le déplacement en Espagne (Rotova ou plus vers l'Ouest, Requena ??) cela dépendra des gens avec lesquelles je vais (le club astro de Sètes)et des prévisions de la météo de dimanche. Y'a t_il des gens de Sétes sur Astrosurf ? J'y vais via Paris avec des amis. Etant sur Angers, je commence dés vendredi mon voyage par le train, et je ne pourrais vous lire que jusqu'à jeudi après midi. Les prévisions ont l'air sympa dés samedi sur Madrid mais seulement à partir de Lundi pour Valence (il pleut la veille dans cette région!)... d'où mon hésitation pour l'est.
  4. Uranus

    Bonjour, je rapelle également qu'avec une magnitude de 5,7, Uranus est visible (faiblement il est vrai) à l'oeil nu. Je l'ai encore observé il y a 1 semaine sous un bon ciel de plaine en campagne (et comme d'hab, fuyez les halos urbains et soignez votre acuité nocturne !). Actuellement, aucune étoile suffisamment brillante ne joue les troubles fêtes quant à son identification. Avec une bonne carte, un observateur bien préparé et bien placé peut honnêtement la voir (assez difficilement mais sans ambiguité) à l'oeil nu. Dans le même genre, on peut voir aussi l'astéroide Vesta quant sa mag descend sous 6. Pour indication, la magnitude limite du ciel était de 6 à 6,5 à l'oeil nu au niveau de la Petite Ourse.
  5. film diapo en astrophoto argentique

    excusez moi, j'ai fais une gaffe, je disais plutôt que je préfére celle plus "claire" et non celle noir d'encre partout...
  6. film diapo en astrophoto argentique

    Bonjour jjd, A propos de ta remarque : "Yes, ca améliore sensiblement les extensions. Perso, je n'aime pas trop ce fond bien "éclairé". En plus, ca fait aussi monter le vignettage ", je ne trouve pas ton image ainsi modifiée par mes soins (voir lien) trop "claire". Sur mon écran (tube cato), le fond reste bien sombre. J'ai utilisé le réglage de calibration de mon écran Adobe Gamma. Mais c'est vrai qu'une "belle photo" peut rendre bien différemment selon la personne bien sûr, mais surtout selon le calibrabrage et les "gouts" de chacun question lumière. Je ne parle même pas de la grosse différence d'aspect du fond du ciel (plus ou moins noir) selon que l'on visionne son image à l'écran dans une pièce dans le noir, ou en plein soleil... Personnellement, j'ai augmenté le contraste des zones les plus faibles de ton image jusqu'à la limite d'apparition du vignettage (toujours présent), mais entre une image où l'on perçoit un très léger vignettage (bord noir encre et au centre noir foncé...bonjour la nuance, lol!) et une autre bien noire d'encre partout mais qui efface les détails les plus faibles, je préfère la seconde. On voit à travers cet exemple toute la difficulté à rendre "diffusable" et "jolie" une photo perso au moyen d'internet, de revues d'astro (j'ai déjà eu des grosses surprises anciennement avec des photos perso diffusées dans la revue Astronmie Magazine) et aussi tout simplement au niveau d'épreuves papiers (tirées dans des labos couleurs)souvent bcp trop noires ! En résumé, il est bcp question des goûts et couleurs de chacun.
  7. film diapo en astrophoto argentique

    Quand je vois des photos avec un fond de ciel aussi sombre je me dis toujours qu'on perd qq chose (au developpement ou après). Et c'est fois, rien qu'en jouant sur un réglage basique dans photoshop (ou logiciel équivalent), à savoir sur les Niveaux, ça change en bien mieux l'image, car je vois (en tout cas sur mon écran) cette fois le disque autour. Pour cela, j'ai simplement dans la commande Niveaux, déplacer le curseur situé à droite, vers la gauche, c'est tout. Voyez le résultat : http://cjoint.com/?jqcLjksoeO en espérant que le lien marche... (21 jours maxi)
  8. Observation de Pease I

    Ah des observations de Pease 1 ! (ça ne m'étonne pas de Yann, fan de ciel très profond). C'est une observation peu commune et bien rare. J'espère que d'autres amateurs nous diront leurs impressions : ce sujet d'observation a été mis à l'honneur dans le dernier numéro d'Astronomie magazine, p64 (avec les références du site web). J'estime sa visibilité à 1,5 sur une échelle de 0 (non visible) à 4 (très visible). Pendant que vous avez un gros diamètre, tentez une autre nébuleuse planétaire à 1,8° NE de M 15, d'aspect bien différent : NGC 7094 (voir même revue). Pour la plus difficile nébuleuse planétaire GJJC 1 (ne bafouillez pas!)dans M 22, je n'ai pas de notes d'observation sur elle (aurais je fait l'impasse sue elle, victime de piètres conditions de turbulence ?… sans doute). Pour mémoire, la revue Sky and Telescope a publié un sujet sur son observation dans le numéro de February 2002 p 70. Pour cette dernière, il est sera grand temps lors de la disparition de la Lune le soir, puisque le Sagittaire commence à décliner.
  9. Lunettes de correction de la myopie nocturne

    Bonjour Cela fait quelques années que j'ai bien vérifié ce phénomène de myopie nocturne, par hasard, en essayant des lunettes d'un copain légerement myope, et surprise, effectivement, la nuit, les étoiles étaient bien plus piquées et étaient donc plus nombreuses (le gain en magnitude est net). Aujourd'hui encore, j'utilise des verres (récupérées d'anciennes lunettes) pour "élever" ma magnitude limite stellaire à l'oeil nu. Je suis légèrement myope (de jour) environ 0,25D. La nuit des verres à 1D (environ) s'avère très efficace. Vous avez donc tout intérêt (même si votre vue est parfaite le jour) à tester votre vue la nuit avec des lunettes pour myope. Effet garanti ! Par contre, télescopiquement parlant, ça ne sert à rien puisque l'on fait la mise au point à l'oculaire ... sans parler de la gêne lorsque l'on est près de certains oculaires... Autre intérêt d'une correction de la myopie avec l'usage de filtres sélectifs interférentiels à l"oeil nu". Simplement muni d'un filtre OIII à l'oeil nu, par exemple, la nébuleuse América est cette fois clairement visible sous la forme d'un petit triangle gris contrastant sur le ciel noir; il n'y a pas de doute avec la voie lactée (au contraire de nombreuses observations, même digne de foi, à l'oeil nu de cette nébuleuse sans cet accessoire), car cette dernière (la voie lactée) n'est plus visible à travers ce filtre !! Or, ces filtres amplifient la myopie nocturne, d'où la nécessité d'avoir un verre correcteur en plus du filtre tout ceci "à l'oeil nu" si je puis encore dire. De la même manière, la nébuleuse de la Rosette est visible (filtre OIII) ainsi que California (filtre Hbéta), cette dernière sous la forme d'une petite banane. Autre intérêt de lunettes (par contre, il ne s'agit pas cette fois de corriger sa vue bien au contraire!) pour mesurer la magnitude des comètes brillantes à l'oeil nu (Hyakutake, Hale Bopp,...): Si vous voyez très floue avec (verre +1,5D par exemple), cela peut être un avantage pour apprecier la brillance de la comète avec les étoiles (floues)autour. Consultez les différentes méthodes d'évaluation de la magnitude de comètes (Bobrovnikoff). Dans tous les cas, n'hésitez pas à expérimenter par vous même !!
  10. Nouvelle comete!

    correction pour l'heure 20h20 tu! de toute façon , à rechercher en tout début de nuit.
  11. Nouvelle comete!

    Bonjour, si vous recherchez des infos sur les comètes, allez voir l'EXCELLENT site http://www.aerith.net/comet/weekly/current.html Ce site présente très ce qui est visible, comment, où, et surtout avec des courbes d'éclat réalistes (puisque basées sur des mesures). Ce site est mis à jour chaque semaine. Pour la comète, je l'ai vu le 29 aout à 22h20 tu avec un T 400x94 : je l'ai mesuré à m1=10,5 environ (environ car vu la clarté du ciel dans cette région du ciel, l'élongation était de 35° seulement du Soleil, et avec une comète à 18° sur l'horizon, pile dans la partie de mon ciel pas terrible à cause du halo de la ville d'Angers, l'incertitude de cette mesure est forte). De plus, peu contrastée (dc=3) avec un dia de 1' environ. A noter sa meilleure visibilité avec un filtre C2 pour une fois intéressant (!). Par contre, les conditions de visibilté s'améliorent très rapidement au cours de ce mois mais la comète faiblit en éclat. A voir dans une optique de 100 mm par exemple sous un ciel bien dégagé vers le nord ouest.
  12. CROA de comètes

    Bonjour, et merci pour l'encouragement. J'observe depuis le maine et loire, en bord de Loire, coord 0,4117°W et 47,3875°N, sous un ciel de campagne, honnéte, sans plus. Mon horizon NW n'est toutefois pas terrible puisque le halo d'Angers, à 10-15 km à vol d'oiseau se fait sentir assez haut parfois mais que dans cette dirction. La mag 6 est faisable à l'oeil nu (voir plus!) et il est même encore possible de voir la lumière zodiacale (vers l'E uniquement) mais trop rarement pour cause de météo hélas de moins en moins top depuis qq années. Pour la remarque pour AM, merci. C'est vrai que le bleu la nuit avec une lumière rouge, c'est peu contrasté avec une police petite et noire. Cependant, je ne contrôle nullement certains paramètres à l'impression finale, or pour raison de place, la police peut être "petite". De plus, mes remarques auprès de la revue peuvent prendre bcp de delais... puisque la maquette est faite largement à l'avance et prèformaté. Je me rappelle qu'il a fallu presque 1 an pour que dans les éphémérides des satellites de Saturne, on enlève le tracé d'Encelade, à ma demande, car ce dernier surchageait le graphique, or il est bien moins évident que les autres à voir visuellement.( je privilégie la clarté au superflus). Comme, je ne participe pas à la mise en pages (je suis à 500 kms de chez eux) il m'est difficile de "faire rectifier" de tels détails... d'autant plus que, réaliser une revue comme ça n'est pas une mince affaire et gérer les problémes de presse n'est pas simple (sans parler qu'on ne peut pas faire "tout ce que l'on souhaite"... comme mettre 10 pages de cartes pour repérer à coup sûr un objet (vue au telrad, vue aux chercheurs, vue ...). Enfin, la remarque est cependant excellente. Je sais qu'ils ont eu du mal à déjà choisir des logos visibles le jour comme la nuit sur les cartes pour les différents types d'objets. Je leur envoie le texte brut (avec éventuellement qq photos) et des cartes. Mais par exemple, chacune de mes cartes (annotées lors de l'envoi) sont reprises dans un autre logiciel.
  13. CROA de comètes

    Voici pour les fans d'astres chevelus, des observations réalisées avec un télescope de 400 mm de diamètre dans la nuit du 11 au 12 juillet 2005. - La comète 9P/Tempel 1 devient bien difficile en tout début de nuit, à moins de 10-15° de l'horizon avec une magnitude au delà de 12. - 161P/Hartley Iras à 1h05 tu (T400x94), mag 11,5, peu contrastée (DC 2). Son éclat plafonne maintenant. - C/2005 N1 Juels Holvorcem à 1h45 tu, mag 13,0, peu contastée (DC 1/2). Pas évidente du tout car bien basse (h=21°) en fin de nuit. Toutefois, son éclat croit et elle est de moins en moins basse le matin. - C/2005 A1 à 1h55 tu, mag 12,2, moyenement dense (DC 4). Enfin cette comète, qui fut assez brillante dans l'hémisphère sud, est visible sous nos cieux. Toutefois, profitez en vite en toute fin de nuit, car elle faiblit inexorablement.
  14. Bonjour, sans vouloir faire de la pub, tu trouveras une méthode de repérage de cette nébuleuse dans Astronomie Magazine n°69 (juin 2005). En voici un extrait : "...Et où est-elle cette nébuleuse ? Elle n'est pas évidente à localiser car faute de jalons efficaces et brillants, son tout petit diamètre la fait ressembler à une simple étoile à moins de 50 fois. A moins d'utiliser une monture GoTo, voici 2 possibilités de pointage avec une lunette ou un télescope. La première depuis 73 Oph. En pointant à l'oculaire cette étoile avec une monture équatoriale grossièrement mise en station, on se dirige uniquement vers le nord jusqu'à atteindre 2° plus au nord, un facile et assez brillant doublet (magnitude 7 et 7,7 séparée par 4' d'arc). Depuis ce dernier, NGC 6572 se situe à à peine moins d'1° au nord-est, formant un second doublet, moins brillant, avec une plus faible étoile de magnitude 10 environ. La seconde méthode de pointage est de partir de l'amas ouvert NGC 6633, plus facile à identifier. Après pointage de l'amas à l'oculaire en ayant pris soin de le décaler un peu vers le sud, il faut avec un instrument en station, tourner uniquement vers l'ouest l'axe ascension droite de 15 min pour retrouver la toute petite nébuleuse, ne l'oublions pas, stellaire à faible grossissement. On peut également tenter de voir NGC 6572 avec des jumelles J 80x15, mais sa localisation est un peu ardue vue la quantité d'étoiles dans cette zone. Notez que la technique du "blinking", en intercalant plus ou moins rapidement entre l'œil et l'oculaire, un filtre interférentiel du type OIII ou UHC, permet de repérer lequel de ces points stellaires est le bon : celui correspondant à NGC 6572 est le seul à ne pas faiblir avec le filtre. Avec une petite lunette L 60x30, NGC 6572 est peu brillante, stellaire et grise, plutôt décevante par rapport à sa vision dans un instrument de plus grand diamètre. Dans un télescope T 120x100, bien qu'encore quasi stellaire, la "nébuleuse" montre une coloration verte typique, tandis qu'en poussant le grossissement à 180 fois avec ce même télescope, cette fois, c'est une brillante et minuscule tache diffuse..." Bien sûr, un BON ATLAS est VIVEMENT conseillé (ne serais-ce pour localiser avec certitude 73 Oph, ou 6633)... si tu n'utilises pas de goto !
  15. CROA de comètes (dont Tempel 1)

    Oui effectivement ms, j'ai observé P/2005 JQ5 Catalina le 8 juin à 23h10 tu. Mag 13,5 avec un T400x250. Son fort mouvement apparent courant juin l'a fait malheureusement basculée très vite dans le crépuscule, la rendant totalement inobservable dés fin juin. Une correction que j'apporte à mes méthodes de mesure, c'est principalement la méthode de Morris (et non de Bobronikoff comme je l'ai ecrit dans le message initial).
  16. Bonjour, y a t-il un observateur (français de métropole ou d'ailleurs) qui a observés la comète Tempel 1 avant (pendant), et après ? Je sais que notre grand imageur planétaire Hubblelesque Téiva en polynésie a surtout vu les gouttes de pluie pendant l'impact. Mais les autres ? De mon côté, voici mes observations visuelles avant et après de cette comète et d'autres en bonus : 9 P/Tempel 1 : mag 10,4 le 25 mai à 22h10 tu avec un T120x40, mag 10,9 le 30 mai à 22h25 tu avec un T120x70, mag 11.2 le 8 juin à 22h40tu avec un T400x94, mag 12,5 env le 2 juillet à 22h10 tu avec un T400x150, et mag 12,1 le 4 juillet à 22h40 tu avec un T400x150. Pendant ce temps, le diamètre apparent décroit régulièrement. A ma surprise, 17 h environ après l'impact, le bref sursaut d'éclat (de 2 magnitudes selon certains observateurs) n'a pas fait long feu… à moins d'une surprise dans les prochains jours ? Les comètes réservent toujours des surprises. C/2004 Q2 Machholz : La brillante comète de cet hiver (mag 3,8 le 13 jan observée à l'œil nu) continue sa lente mais sûr décroissance d'éclat. La même nuit que Tempel, le 4 juillet à 23h tu avec un T400x150, sa magnitude était de 12,2. Très comparable en éclat, taille et aspect (DC = 4), Machholz était pourtant mieux visible… car bien plus haute dans le ciel. 161 P/Hartley Iras : Proche de son maximum d'éclat, mag 11,4 le 5 juillet à 1h15 tu avec un T400x94, mais très peu contrastée (DC = 2), d'où une visibilité sans doute problématique pour des optiques plus modestes. A noter par contre (pour une fois, l'efficacité assez nette du filtre cométaire C2). C/2005 N1 Juels Holvorcem : Nouvelle comète du matin, mag 14,3 le 5 juillet à 1h30 tu avec un T400x250. Son fort mouvement apparent peut facilement trahir son observation… dans un gros télescope seulement. Pour ce qui est de la comète "éclair" C/2005 K2 qui passe près de la Terre, c'est déjà fini, noyée dans le crépuscule (mag 9,8 le 9 juin à 22h50 avec un T120x40). Signalons également 2 autres comètes très faibles, C/2004 K1 et 117 P/Helin Roman Alu, observées en juin avec le T400x250 à des magnitudes proches de 15. Bonnes observations. PS : la magnitude indiquée ici est la magnitude totale appelée aussi m1. Rappelons que q'une tache diffuse de magnitude 10 (par exemple) est bien plus difficile à voir qu'une étoile (forçement ponctuelle) de même éclat. En moyenne, il faut ajouter 2 magnitudes à une comète pour avoir grosso modo un équivalent stellaire en terme de visibilité.De plus, la méthode utilisée pour mesurer l'éclat est celle de bobronikoff.
  17. Goto : avantage ou inconvénient

    Comment, tu ne dors pas encore Bruno à cette heure... seras tu en forme pour voir en live l'impact sur Tempel 1 ? ...comme moi... Oui en effet, l'astronomie c'est aussi une école de patience et d'apprentissage à observer et à savoir observer..je le sais bien pour avoir fait de l'animation dans ce sens. Le "tout cuit" est il un progrés, ou bien passer des heures à apprendre à pointer est il dépasser ? Non bien sûr. Le plaisir d'apprendre , de decouvrir, de trouver par soi même et de voir par ses yeux (et non pas à travers un écran vidéo) est la satisfaction première de bcp d'astronomes dont je fais parti; et j'essaye de donner ce gout aux autres quand je le peux. Et quant à savoir si j'approuve la multitude de gadgets (sur une voiture par ex) et bien , NON. "Ce confort" se paye, et bricoleur que je suis je n'aime pas les choses sophistiquées et couteuses. Je peux être admiratif devant une modeste photo pris par un débutant sur un pied photo (pas le debutant ! lol) que par une image haute résolution pris avec un 600 et tout le tralala CCD... Et il y a parfois des observations magiques à l'oeil nu, comme la vision (de multiples fois le même matin) du rayon bleu du soleil à 3000 metres au sommet d'une montagne) et voir mes camarades courirent dans la pente pour voir une ultime fois ce phénomène... et y perdre une chaussure dans la neige...rires garantis !!
  18. Goto : avantage ou inconvénient

    Ah, ne vous inquietez pas fidéles lecteurs (Bruno, HaleBopp,..), je n'ai pas de goto sur mes jumelles, lunettes ou telescopes de 120 mm, juste sur le T 400, et encore ce n'est pas un vrai pointage automatique... Je reste partisan du "pas de goto", mais la technique avançant, difficile de ne pas l'utiliser quant on l'a. C'est comme à l'epoque de la transition de l'argentique pour le numerique ou la CCD: en tant que puriste de l'argentique et du suivi manuel, jétais un peu de mauvaise fois sur l'intérêt de ces nouvelles technologies; mais maintenant quant on a ces "gadgets", difficiles de ne pas y succomber... c'est comme les vitres électriques des voiture, qui veut retourner aux manivelles ? ne me posez pas la question, vous serez sans surpris ! Enfin , le "semi goto" que je possede sur le T 400 me permet d'enchainer mon monstrueux ouvages de fou ! Y'a qu'à voir toutes les notes...mais dans ce domaine, Bruno tu es très fort également, non? Et bravo pour tout conserver. C'est seulement reçemment que je connais un site de réferencement d'objets (amas et nébuleuses). C'est en écrivant à Sue French, celle qui s'occupe d'une rubrique similaire dans la revue Sky and Telescope qu'elle m'a fait connaitre le Deep Sky Hunters. Voici le lien :http://groups.yahoo.com/group/deepskyhunters/ Par contre il faut s'incrire à Yahoo pour accéder véritablement au service. Parmi les observateurs actifs, citons Bruno Alessi, un brésilien, Phil Teutsch, un autrichien et aussi qq français comme Laurent Ferrero. Oui, depuis le temps que j'observe, j'ai vu pas mal de choses, y compris la découverte d'une comète en 1990. Malheureusement, seuls 2 clichés existent or il faut 3 positions pour calculer une orbite et l'officialiser. C'etait il y a longtemps, à une époque où je ne developpais pas mes photos de suite. 2 mois après (le temps de finir la pelloche et de la donner à un copain) la belle (de mag 11)était bien loin...
  19. Goto : avantage ou inconvénient

    Excuse moi, les coordonnées citées précédemment pour Renou 1 sont en faite 19h34m28s et +29°39'
  20. Goto : avantage ou inconvénient

    Bonjour, Il y a tant de bonnes choses dites ici sur cette question que je ne ferais que répéter les dires de certains. C'est vrai que l'expérience de chacun est un élément clé sur un "pour ou non goto". Cette technologie est très intéressante, mais pas toujours la bienvenue. Par exemple, je le déconseille fortement à des débutants. Les "mauvais" vendeurs vantent bien trop ce paramètre et négligent trop souvent, les autres performances de l'instrument, le diamètre par exemple ! C'est bien gentil d'avoir 10000 objets en mémoire mais la grande majorité n'est pas du tout visible avec un petit diamètre…! Et puis même si, après de laborieux réglages du goto, on tombe pile poil, comment identifier une nébuleuse planétaire (ou pire Pluton) d'aspect stellaire perdue dans un fourmillement d'étoiles ? Cartes et atlas sont indispensables (sans oublier la carte tournante type planiciel), pour apprendre le ciel, puis, même pour l'observateur chevronné, pour identifier un objet peu évident à l'oculaire. A ce propos, les logiciels de cartographie comme GUIDE sont très intéressants pour préparer une soirée; on imprime des cartes (de + en + détaillées) que l'on met sous plastiques pour les protéger de l'humidité. A l'autre extrémité, les plus expérimentés apprécieront de pointer rapidement 10, 20 voir 50 objets par nuit avec un goto. C'est mon cas, avec un T 400: j'utilise pas un vrai goto mais un système semi automatique de pointage par cercles digitaux. De plus, les paramètres (magnitude, diamètre apparent,…) ne sont pas toujours explicitent dans leurs banques de données. Une photo ou mieux une description de l'objet est bien utile. A la manière de Laurent13, je réalise également, non pas un livre, mais un CDRom sur "ce que l'on voit", ceci avec un télescope de 400 mm (le point fort est entre autres "l'échelle de visibilité" de chaque objet). Actuellement, je compte environ 3000 objets dans ma base de données. Ces renseignements se veulent avant tout "pratiques". Pour exemple, consultez ma rubrique dans "Astronomie Magazine" pour en trouver une analogie ("Constellations" maintenant appelée "Au méridien"). Pour être parfaite, et si ça ne tenait qu'à moi, cette rubrique dans AM serait agrémenter de nombreuses autres cartes de repérage…adaptées à chacun ! Il y a tant de choses à apprendre et ou maîtriser (rebutantes pour les plus débutantes) pour "voir" quelque chose que l'on peut facilement "tomber du côté obscur" sans pour autant en perdre son âme de passionné ou curieux du ciel profond. Une dernière chose encore que par contre je combats vigoureusement : Halte aux chercheurs coudés, plaie du repérage…Pour finir et donner encore plus envie de découvrir le ciel en cheminant d'étoiles en étoiles (à l'ancienne), sachez que l'on peut y faire de rencontres très très sympa. Ainsi en pointant la discrète nébuleuse He 2-438, appelé l'"étoile de Campbell", j'ai découvert un petit amas (voir AM n°70), visible dans un télescope de 120 mm (coordonnées 21h 48,1 +29°42'), il s'appelle maintenant officiellement Renou 1 !
  21. Pour répondre à Z 80, Rastaman, Franck04 et kinkinlaferaille et laisser ce nouveau sujet, je reprends mon commentaires sur la dégradation de la météo depuis quelques années. Ce sujet à commencer à être traité dans le sujet "Nouveau ici !". En faite, le sujet commence réellement page 2 : http://www.astrosurf.com/ubb/Forum2/HTML/013035-2.html Effectivement, la question de la dégradation du temps est un sujet bien rarement abordé… il est pas toujours facile de dire que sa région n'est pas top ! Je ne parle pas de la progression des éclairages (oui en effet, il y a plus de villages éclairés et le halo urbain d'Angers s'est étendu en 20 ans. Non, je parle du nbre de nuits clairs, potentiellement exploitables pour des observations nocturnes du ciel profond. (Notez qu'un petit tiers des nuits correspond à une Lune fort gênante et donc inexploitable en ciel profond). En 20 ans d'observation, le nbre de nuits clairs a considérablement chuté … depuis 1999 (non ce n'est pas la faute à Paco qui pour se venger de sa prédiction de la chute de la station Mir sur Paris a invoqué les ténèbres, encore que ?!!!). J'observe abondamment depuis 20 ans, et je note toutes mes observations cométaires. Or, depuis 1999, on ne peux plus se permettre le luxe de laisser tomber une bonne nuit, vues qu'elles sont rares. Combien de fois, voiles de cirrus ou, perturbations en avance sur les prévisions pour arriver, ou en retard pour partir, ont massacrés quantité de nuits. Avant, il y a 10 ans par ex, je me rappelle que j'observais quand je voulais et je faisais souvent l'impasse sur pas mal de belles nuits. Maintenant, je me jette sur presque n'importe quel bout de nuit clairs, que je guette nerveusement grâce aux images satellites. Ici, entre Angers et Tours, au niveau de la Loire, c'était un microclimat très favorable pour l'astro, comparable à de bonnes régions du sud de la France (et contrairement à ce que l'on pourrait penser, la Loire ne produit pas de brouillard…ou alors très bas, au ras du sol ou plutôt de l'eau, précisons que j'habite dans une île sur la Loire). Maintenant, c'est un climat identique pour tout le nord de la France cad plutôt pourri …sauf exception ces derniers jours pour me faire mentir. A l'inverse, j'ai remarqué que la différence entre la côte médittérannéenne et le reste de la France est TRES tranché. Même des régions que je connaissais pour leur météo sympa se sont détériorées depuis ces qq années. Et le phénomène est peut être identique ailleurs (Portugal, Polynésie, ?). Maintenant, il y a souvent un fond de ciel plus ou moins blanchâtre (et non bien bleu azur), qu'en paraît il pour le grand public il fait beau !(j'appelle ce faux beau temps un"temps de touriste"). La différence est alors assez nette pour un observateur attentif la nuit entre un super-ciel et un ciel ou on voit bien effectivement les grosses étoiles mais bizarrement pas trop les plus faibles. Alors sans être parano, je constate en tant que scientifique. (Précisons que ce n'est pas ma vue qui a baissé) Pourtant, mon expérience d'observateur attentif montre bien un changement. Le plus étonnant est sans doute de constater qu'il fait souvent un temps médiocre, qui oscille entre vraiment beau et vraiment pourri (les astronomes se plaignent qu'il ne fait pas assez beau, les agriculteurs qu'il ne pleuve pas assez !?)(là est peut être le VRAI changement); et c'est vrai que lorsque le temps perdure en médiocrité (même moyennement beau), j'attends avec impatience qu'une bonne perturbation atlantique vienne balayer tout ça … il y a parfois bien plus de ciel clair alors que les perturbations défilent ??!! Qu'en pensez vous ? Et je ne parle même pas du fait que sous un ciel un peu voilé, les halos lumineux urbains se font encore plus sentir…
  22. Rencontre entre astrosurfeurs cet été?

    Sympa votre petit séjour ! Sachant la communauté de "spécialistes", je vous propose 1 manip aux adeptes majeures, que j'ai personnellement réalisée il y a qq années dans le Queyras: Voir les effets de l'alcool sur votre acuité nocturne (en particulier la magnitude limite à l'œil nu)! Protocole : Sachant que l'on considère que le temps moyen pour ressentir son effet est de 20 min, il faut prendre une dose (marseillaise) toutes les 20 min et déterminer la magnitude limite d'une région de référence (carte de mag sur la Petite Ourse). On mesure (l'acclimatation parfaitement faite) au temps t 0 et ainsi de suite t +20, … Je l'ai expérimenté à l'époque avec 2 copains. Le premier s'est vite arrêté, le second est parti en vrille, mais j'ai suivi le protocole pendant 1h30 environ. Résultat, ma limite stellaire (environ 6,5), n'a pratiquement pas été affectée. Par contre, le temps à retrouver les étoiles tests, forçément faibles, s'allongeait… Le plus dur est sans doute de garder la "tête froide" pour réaliser l'expérience le plus scientifiquement possible … et sans tricher! Pour vous remettre de vos émotions, une bonne marche en montagne est la bienvenue (la rando c'est sympa.. dans le Queyras surtout). Sinon, à part ça, si vous avez des envies d'observer dans un T400 près d'Angers cet été…
  23. Dégradation météo depuis qq années ?

    oui pardon, en faisant référence aux observateurs d'outre rhin, je parlais de la remarque de Rastamam Mille excuses
  24. Dégradation météo depuis qq années ?

    Bonjour, Quelques mots de nouveau après vos premières réactions, souvent fort instructives mais je pense que l'on s'éloigne du sujet du début, comme l'a tout récemment dis frédogoto "le sujet n'est pas au réchauffement climatique mais à la dégradation des conditions d'observation". En effet, la question du réchauffement planétaire ou du changement climatique est une question très préoccupante pour la vie de tous les jours, mais les astronomes que nous sommes, se posent plutôt la question première abordée en début de sujet, à savoir si les conditions météorologiques se dégradent (ou non) depuis qq années, astronomicalement parlant. Apparemment, les plus mordus de ciel profond (dont je fais partis comme avec par exemple Laurent13, et d'autres) constatent qu'effectivement, il y a moins de nuits bien transparentes depuis qq années. Et attention, que l'on n'y trompe pas, je reste aussi attentif (et disponible !) qu'à mes débuts d'astronome amateur; observant aussi assidûment qu'à mes débuts (je réalise un catalogue du ciel profond comptant environ 3000 objets visibles avec un T 400, sans compter mes très nombreuses observations cométaires et les observations pour Astronomie Magazine); et je constate comme bcp d'autres (que je découvre ici) qu'il y a de moins en moins de nuits "vraiment" propices. Par "vraiment", j'entends une nuit très transparente, limpide. Remarquez que cette notion de limpidité est difficile à apprécier en milieu plus ou moins urbain. Combien de fois, avons nous l'impression qu'il fait super beau (la nuit en milieu urbain ou péri urbain) et qu'en faite, une fois en pleine campagne, ce n'est pas terrible ! Etant, en peine campagne, mais aussi, une partie de la semaine en ville (Angers est très éclairé), je constate qu'il faut vraiment observer souvent et en campagne, ceci depuis de nombreuses années (et assidûment) pour constater qu'aucun doute n'est possible sur cette dégradation. Et je ne suis pas le seul à le constater. C'est vrai que si on se fie à Méteo France, les stats ne sont pas forçement très parlantes, mais ces derniers, ne font pas de stats la nuit et tout simplement ne savent nullement distinguer un ciel faiblement laiteux (avec une mag limite à l'œil nu de 5) et un bon ciel (avec une mag limite de 6). Pour eux, le ciel est "clair et étoilé", mais les astrophotographes, puristes en matière de qualité de ciel le savent bien, c'est pas du tout pareil !! Laissons donc de coté les stats de MF, à moins avis peu parlantes en terme purement astronomiquement. Quant aux "impressions personnelles" elles sont d'une grande valeur quand elles s'appuient sur l'avis d'amateurs chevronné (dont je suis sûr plusieurs observateurs ayant une démarche scientifique sont membres de ce forum) observant depuis de nombreuses années. La remarque de fédogoto sur nos collègues amateurs d'outre rhin est d'ailleurs fort étonnante (et inquiétante!). Je voudrais bien être optimiste et reconnaître la corrélation avec l'activité solaire, comme le signale pulsar67 mais …
  25. Nouveau ici !

    Pour répondre à Z 80, Rastaman, Franck04 et kinkinlaferaille et laisser ce nouveau sujet, je reprends mon commentaires sur la dégradation de la météo depuis quelques années. Ce sujet à commencer à être traité dans le sujet "Nouveau ici !". En faite, le sujet commence réellement page 2 : http://www.astrosurf.com/ubb/Forum2/HTML/013035-2.html Effectivement, la question de la dégradation du temps est un sujet bien rarement abordé… il est pas toujours facile de dire que sa région n'est pas top ! Je ne parle pas de la progression des éclairages (oui en effet, il y a plus de villages éclairés et le halo urbain d'Angers s'est étendu en 20 ans. Non, je parle du nbre de nuits clairs, potentiellement exploitables pour des observations nocturnes du ciel profond. (Notez qu'un petit tiers des nuits correspond à une Lune fort gênante et donc inexploitable en ciel profond). En 20 ans d'observation, le nbre de nuits clairs a considérablement chuté … depuis 1999 (non ce n'est pas la faute à Paco qui pour se venger de sa prédiction de la chute de la station Mir sur Paris a invoqué les ténèbres, encore que ?!!!). J'observe abondamment depuis 20 ans, et je note toutes mes observations cométaires. Or, depuis 1999, on ne peux plus se permettre le luxe de laisser tomber une bonne nuit, vues qu'elles sont rares. Combien de fois, voiles de cirrus ou, perturbations en avance sur les prévisions pour arriver, ou en retard pour partir, ont massacrés quantité de nuits. Avant, il y a 10 ans par ex, je me rappelle que j'observais quand je voulais et je faisais souvent l'impasse sur pas mal de belles nuits. Maintenant, je me jette sur presque n'importe quel bout de nuit clairs, que je guette nerveusement grâce aux images satellites. Ici, entre Angers et Tours, au niveau de la Loire, c'était un microclimat très favorable pour l'astro, comparable à de bonnes régions du sud de la France (et contrairement à ce que l'on pourrait penser, la Loire ne produit pas de brouillard…ou alors très bas, au ras du sol ou plutôt de l'eau, précisons que j'habite dans une île sur la Loire). Maintenant, c'est un climat identique pour tout le nord de la France cad plutôt pourri …sauf exception ces derniers jours pour me faire mentir. A l'inverse, j'ai remarqué que la différence entre la côte médittérannéenne et le reste de la France est TRES tranché. Même des régions que je connaissais pour leur météo sympa se sont détériorées depuis ces qq années. Et le phénomène est peut être identique ailleurs (Portugal, Polynésie, ?). Maintenant, il y a souvent un fond de ciel plus ou moins blanchâtre (et non bien bleu azur), qu'en paraît il pour le grand public il fait beau !(j'appelle ce faux beau temps un"temps de touriste"). La différence est alors assez nette pour un observateur attentif la nuit entre un super-ciel et un ciel ou on voit bien effectivement les grosses étoiles mais bizarrement pas trop les plus faibles. Alors sans être parano, je constate en tant que scientifique. (Précisons que ce n'est pas ma vue qui a baissé) Pourtant, mon expérience d'observateur attentif montre bien un changement. Le plus étonnant est sans doute de constater qu'il fait souvent un temps médiocre, qui oscille entre vraiment beau et vraiment pourri (les astronomes se plaignent qu'il ne fait pas assez beau, les agriculteurs qu'il ne pleuve pas assez !?)(là est peut être le VRAI changement); et c'est vrai que lorsque le temps perdure en médiocrité (même moyennement beau), j'attends avec impatience qu'une bonne perturbation atlantique vienne balayer tout ça … il y a parfois bien plus de ciel clair alors que les perturbations défilent ??!! Qu'en pensez vous ? Et je ne parle même pas du fait que sous un ciel un peu voilé, les halos lumineux urbains se font encore plus sentir… Rastaman, tu peux bien sûr soumettre ce sujet au forum allemand.