Alexandre Renou

Member
  • Content count

    468
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 42591

Everything posted by Alexandre Renou

  1. Lecture des cartes et atlas

    Bonjour Pour la lecture de cartes, l'idéal est un éclairage (rouge) faible avec un potentiomètre. Je n'es pas de connaissances en électronique et pourtant j'ai fabriqué le système (led+potentiomètre+résistance+piles AA). Par faible je dis qui n'éclaire pas à + de 20 cm de distance ! Donc les lampes rouges qui servent à ce déplacer dans le noir sont à proscrire. Classiquement, je dois rapprocher ma lampe à environ 10 à 15 cm de la carte pour lire mais je réduis encore plus l'éclairage pour l'observation d'objets très faibles. Je préserve ainsi intégralement mon acuité nocturne. Cela suppose d'être organisé dans l'emplacement de son matériel (oculaires, filtres, …) et d'avoir un programme de recherche organisé avec les cartes qui vont avec. Par expérience, bcp trop de lampes rouges sont trop fortes. Cela suppose d'avoir plusieurs lampes très différentes dans leurs éclairages.
  2. Nébuleuse Californie en visuel ?

    Effectivement Nicolas et Bruno vous avez raison, point de California sans filtre Hbéta tandis que le OIII est à proscrire. Quant au diamètre de l'optique, je vais peut être en surprendre plus d'un, mais la nébuleuse est visible avec filtre Hbéta à "l'œil nu" !! Vue et montrée avec d'autres observateurs chevronnés, elle ressemble à une sorte de "banane diffuse" très faible (en vision indirecte bien évidemment), mais visible sous un très bon ciel. Elément très important, le filtre Hbéta placé sur son œil ne permet pas d'avoir une vision nette des étoiles, l'ensemble est trop flou et rend difficile aussi bien sa détection que son repérage précis. Mais astuce, avec un verre de lunette corrigeant la myopie (naturelle de l'œil la nuit + celle due au filtre), en plus du Hbéta, le challenge est tout à fait possible (comme la Rosette ou América dans le même genre). La correction est de 1 dioptrie environ. Oui j'ai une bonne vue (pour observer des objets faibles, oui mais pas top en résolution pure), mais j'ai déjà rencontré des observateurs encore plus doué. La technique d'observation et la qualité du ciel font beaucoup.
  3. Liste NGC / Sky Atlas

    Bonjour Raphael Allez profitons de cet excellent travail, mon mail est alexandre.renou@free.fr
  4. Bonjour, Voici une étude statistique météorologico-astronomique réalisée sur l'année 2006. Cette idée m'est venue après avoir constaté la dégradation du temps lors d'observations astronomiques passées, chose que je note depuis les années 1999-2000. J'en avais déjà fais mention lors d'un ancien message ici, en remarquant que je notais la baisse sensible (et évidente à mes yeux) du nombre de nuits exploitables en astronomie (du ciel profond) depuis mon site d'observation; fait relayé par d'autres observateurs ailleurs en France ou à l'étranger. Evidemment, les impressions, même d'observateurs confirmés observant depuis de nombreuses années, restent des "impressions" perso pour les plus sceptiques. Alors que cela ne tiennent, voilà le résultat de mon étude sur toute l'année 2006 réalisée depuis le Maine et Loire. Quotidiennement, j'ai noté la météo et en particulier la transparence de la nuit en donnant une note sur 20. Attention, je suis difficile ! La moyenne (10/20) correspond à un ciel où l'on peut voir, par exemple, moyennement bien les petites étoiles de la Petite Ourse (entre la Polaire et les 2 du bout), la plus ou moins visibilité de ses étoiles était le test. Observant en pleine campagne (pas de lumière gênante sauf la région du ciel vers le Nord-Ouest, toujours médiocre, et correspondant à la ville d'Angers - d'ailleurs fortement polluée en lumière - distante de 10-15 kms à vol d'oiseau), une note de 15/20 correspond à un excellent ciel de plaine !! Un ciel de 20/20 étant un excellent ciel en haute montagne. La visibilité de la voie lactée, avec une qualité de transparence de 10/20, ne pose pas de problème une fois bien acclimatée à l'obscurité, même si elle n'a pas de pêche avec une telle note. Les valeurs sont certainement entachées de subjectivité (j'ai toutefois essayé d'effectuer le test sur la visibilité des étoiles de la petite Ourse le plus proprement possible), mais elles ont le mérite d'exister. J'ai ensuite compté le nombre de nuits étoilées total par mois et pour cela j'ai distingué 3 types de nuits parmi ces dernières : - le nombre de nuits total dans le mois où les étoiles étaient visibles (bien ou même mal, à savoir, par ciel fortement brumeux, ou voilé ou fortement perturbé par des passages nuageux)(colonne 2), - et parmi cette 1ère série précédente, celles ayant au moins obtenues la moyenne, à savoir 10/20 (colonne 3) - et enfin parmi cette 2ème série, celles de note supérieure à 10 et sans Lune, c'est-à-dire des nuits suffisamment bonnes pour faire du ciel profond (colonne 4). Selon les cas, j'ai découpé la nuit en demi nuits, quand par exemple la Lune se lève en cours de nuit ou tout simplement parce que le temps a changé. Le décompte n'est pas simple mais j'ai essayé de coller au plus près de l'état du ciel astronomiquement parlant. Voici le tableau suivant pour l'année 2006 en Anjou : Colonne 1 = mois Colonne 2 = Nbre de nuits étoilées total tout confondu Colonne 3 = Nbre de nuits de transparence > ou = à 10 Colonne 4 = Nbre de nuits de transparence > 10 et sans Lune Colonne 5 = Nbre de nuits de transparence > 12 et sans LuneJanvier 6,5 1,5 1 0 Février 5,5 3 1 0 Mars 8,5 5 2 0,5 Avril 11,5 8,5 2,5 0 Mai 10,5 8 4 1,5 Juin 18,5 9,5 3 1 Juillet 15,5 7,5 3 0 Août 11,5 9 5,5 2,5 Septembre 11,5 5,5 4 0 Octobre 7 3 1,5 0 Novembre 12,5 8,5 3 0,5 Décembre 10,5 1,5 0,5 0 Total 129,5 70,5 31 6 % sur 365 jours 35% 19% 8,5% 1,6% La meilleure nuit fût celle du 29 mai 2006 avec une note de 15/20. Tout d'abord quelques remarques : Les mois de novembre et d'août ont été bons, ce qui change de d'habitude. Pas de surprise pour les mois de mai et de septembre, généralement les meilleurs pour l'observation du ciel profond en Anjou, à la nuance que mai est très contrasté, alternant le très bon et le très mauvais comme avant. Première conclusion : Le nombre de nuits claires favorables au ciel profond est très faible (moins de 10%)!!!! C'est le triste constat que je vois depuis 1999. Et dire "qu'avant", il y avait un microclimat ici dans la vallée de la Loire entre Angers et Tours…. Je vantais alors mon site pour sa quantité de nuits claires, même en comparant avec certains sites bien placés du sud de la France. L'année 2006 ressemble fort à 2004 ou 2005 par exemple. Je constate maintenant qu'il y a + de nébulosité dans le ciel qu'avant, se traduisant par une dégradation notable des nuits que ce soient en qualité, comme en quantité, toujours par rapport à "avant". L'année 2006 en Anjou vue par Météo France "tend à se diviser grosso modo, en 2 : une longue saison douce et humide, suivie d'une longue saison chaude et humide". En résumé, beaucoup d'humidité et bien peu de froid et de Soleil… où sont donc nos belles nuits froides et cristallines d'autant ! Et me direz vous, comment c'était "avant" ? Je ne faisais pas de statistiques comme cela avant 1999, mais par contre, je peux en donner un aperçu de part mes nombreuses observations cométaires (Halley, Lévy, Faye, Hartley 2, Hyakutake, Hale Bopp, …)(Près de 180 comètes différentes à ce jour). En reprenant quelques notes d'époque, j'ai essayé de réaliser la même comptabilité, mais en comptant cette fois uniquement le nombre de nuits claires et sans Lune (ce qui correspond à la 4ème colonne). Avec cette sélection, les mois n'ont pas été choisi pour "augmenter" le contraste avant / après, mais correspondent à un suivi plus précis du ciel de l'époque, et pour cause car j'observais la comète du moment. Et encore, je me donnais comme règle à l'époque de ne pas ré-observer le lendemain une comète (sauf exception) afin de ne pas être influencé pour remettre la même valeur de la magnitude; un luxe maintenant !! Les valeurs suivantes donnent dans l'ordre le mois, l'année, le nombre de nuits claires sans Lune, à comparer avec ensuite la valeur 2006 entre parenthèse : Nov 85 : 4, (3); Dec 85 : 6, (0,5); Mai 86 : 7, (4); Oct 86 : 6, (1,5); Oct 86 : 6, (1,5); Dec 86 : 5, (0,5); Oct 87 : 4, (1,5); Nov 87 : 4, (3); Dec 87 : 4, (0,5); Aou 89 : 8, (5,5); Sep 89 : 6, (4); Juin 90 : 4, (3); Aou 90 : 7, (5,5); Sep 91 : 4, (4); Oct 91 : 6, (1,5); Nov 91 : 6, (3); Jan 92 : 6, (1); Oct 92 : 7, (1,5); Nov 92 : 5, (3); Fev 93 : 4, (1); Avr 94 : 5, (2,5); Mai 94 : 5, (4); Juin 95 : 4, (3); Sep 95 : 5, (4); Avr 96 : 3, (2,5); Oct 96 : 4, (1,5); Nov 96 : 4, (3); Fev 97 : 6, (1); Mar 97 : 6, (2). Enfin, je faisais "avant", en plus de l'observation, souvent de la photo (parallèle et foyer), ce qui demande un bon ciel et suffisamment sûr en durée pour tenir la nuit. Maintenant, à l'affût des dernières images météo sur internet, je saute sur n'importe quelle trouée pour aller observer; et dire qu'avant, j'allais parfois me coucher, en faisant la moue parce que j'avais observé la veille !!!Conclusion finale : Oui, le nombre de nuits claires exploitables a chuté depuis quelques années (depuis 1999 d'après mes observations). Plus qu'une impression, c'est la triste réalité. Et le moins drôle, c'est que cela se poursuit depuis sans une seule année pour exception. On parle de réchauffement climatique et du changement du climat, et bien malheureusement, sur mes bientôt 25 ans d'observation astro, je le constate amèrement. Et encore, je ne parle pas ici de l'expansion de la pollution lumineuse ! Pourra t'on faire encore du ciel profond dans 10 ou 20 ans ici même ou ailleurs dans le nord de la France ? Il n'y a plus qu'à espérer que le climat méditerranéen remonte vite dans le nord … encore que même sur la Côte, le ciel n'est pas toujours aussi limpide que ça paraît-il, même si "le ciel à touristes" (laiteux et blanchâtre) suffit pour de piètres observations diurnes et nocturnes. Dernier espoir en vous souhaitant à tous une bonne année riche en observations....
  5. Météo 2006 : Bilan et remarques

    Merci Axel pour ton excellente présentation !Sourire pour Serge, oui c'est vrai, on arrive encore à voir qq chose dans le ciel .... si on est plus motivé que jamais
  6. Météo 2006 : Bilan et remarques

    Le tableau étant difficilement lisible dans astrosurf, je fais un nouvel essai :Janvier ---- 6,5 ---- 1,5 ---- 1 ---- 0 Février ---- 5,5 ---- 3 ---- 1 ---- 0 Mars ---- 8,5 ---- 5 ---- 2 ---- 0,5 Avril ---- 11,5 ---- 8,5 ---- 2,5 ---- 0 Mai ---- 10,5 ---- 8 ---- 4 ---- 1,5 Juin ---- 18,5 ---- 9,5 ---- 3 ---- 1 Juillet ---- 15,5 ---- 7,5 ---- 3 ---- 0 Août ---- 11,5 ---- 9 ---- 5,5 ---- 2,5 Septembre ---- 11,5 ---- 5,5 ---- 4 ---- 0 Octobre ---- 7 ---- 3 ---- 1,5 ---- 0 Novembre ---- 12,5 ---- 8,5 ---- 3 ---- 0,5 Décembre ---- 10,5 ---- 1,5 ---- 0,5 ---- 0 Total --- 129,5 --- 70,5 --- 31 --- 6 % sur 365 jours-- 35% --- 19% --- 8,5% --- 1,6%
  7. La tête de Cheval en visuel ??

    Bonsoir et Oui la Tête de cheval (Barnard 33)avec un moyen diamètre + filtre H béta + ciel excellent en campagne c'est à la portée d'un observateur averti dans un télescope de moins de 300 mm (perso, je l'ai aperçu avec certitude, très faible tt de même avec mon T 120x40 !!!)... et pas question de fumer ou de boire quoi que ce soit car il faut être en forme ! J'ai parlé de cela dans le n° 19 d'Astronomie Magazine p54 (dec 2000). Je le redis, le filtre H béta est quasi indispensable , y compris avec un T 400x100 et x150(c'est vrai que peu d'amateur l'a, le UHC est moins efficace, et le OIII d'aucun intérêt ... pour une fois). Dernière chose, évitez absolument de mettre dans le champ la brillante étoile du baudrier. Le mieux étant de pointer avec le second oeil, en vérifiant très précisement le champ, puis de regarder avec le "bon" oeil. Une bonne carte de champ avec NGC 2023 comme repère est indispensable. Si le ciel est seulement moyennement bon, pas de miracle, essayez une autre fois...
  8. Bonsoir Laurent Ah oui tu as remarqué ce"petit" détail non disponible ?! C'est normal, le reste est très volumineux… et pas en libre circulation… pour l'instant. Mais si tu as des objets qui te tente, indique les moi, je t'enverrai mes croa par mail. PS: moi aussi je préfére les dessins sur fond clair, plus lisibles sur le terrain. De plus à la sortie de l'imprimeur, il y a moins de surprises ! Les fonds noirs ressortent pas toujours bien sur les bouquins. Et pour Rastaman : Oui c'est vrai la tronçonneuse est de mise mais pour moi, toutes cartes (tirées de logiciel par exemple) doit être mise sous une pochette plastifiée, le meilleur moyen pour combattre l'humidité et pour faire du classement… avant toute préparation d'obs.
  9. amas couronne boréale

    Bonsoir, Effectivement, c'est dans le n° 57 de mai 2004 d'Astro Mag que je parle de l'observation d'Abell 2065. Avec un T 400x250, les galaxies Godwin 1,2 et 6 sont très faibles. Ces observations ont été faites en Anjou à 15 kms à vol d'oiseau d'Angers (département 49) sous un bon ciel de campagne avec une très bonne transparence et une turbulence plutôt faible. La magnitude limite stellaire à l'œil nu est de l'ordre dans ce cas de 6 à 6,5. J'observe toujours lorsque les objets passent au méridien, ou un peu avant (mon horizon Est est nickel en terme de pollution lumineuse).Comme je le précise dans l'article, il faut impérativement une bonne carte de champ (voir le site signalé) pour se repérer très précisément. C'est à la portée d'un observateur averti dans un T 400 en plaine et certainement dans un T 300, voir moins en montagne ! Dernière chose, comme elles sont petites, il faut grossir dans tous les cas + de 200 fois pour gagner en résolution et en contraste. Voir ces galaxies n'est pas plus "difficile", si je puis dire, que de voir des étoiles de magnitude 16, car elles sont très petites (leurs magnitudes V est proches de 15 à 15,5). Je précise aussi que dans mes performances ultimes, je frôle avec cette optique la magnitude limite stellaire de 17 (En performance pure, pour les spécialistes du ciel profond, l'amas globulaire Hodge 3 dans NGC 147, ou la nébuleuse planétaire K 1-20 dans Andromède sont plus dures à voir). C'est vrai que j'ai une bonne vue mais j'ai déjà rencontré des "extraterrestres" doués d'une meilleure vue encore; donc pour eux, ça serait "presque facile" dans un T 400 !!! (Je rigole un peu mais j'étais là pour vérifier) PS: je ne suis pas étonné pas l'observation de Kepple bien au contraire, cela confirme que sous un super site, tout est possible ...
  10. amas couronne boréale

    Bonsoir, Effectivement, c'est dans le n° 57 de mai 2004 d'Astro Mag que je parle de l'observation d'Abell 2065. Avec un T 400x250, les galaxies Godwin 1,2 et 6 sont très faibles. Ces observations ont été faites en Anjou à 15 kms à vol d'oiseau d'Angers (département 49) sous un bon ciel de campagne avec une très bonne transparence et une turbulence plutôt faible. La magnitude limite stellaire à l'œil nu est de l'ordre dans ce cas de 6 à 6,5. J'observe toujours lorsque les objets passent au méridien, ou un peu avant (mon horizon Est est nickel en terme de pollution lumineuse).Comme je le précise dans l'article, il faut impérativement une bonne carte de champ (voir le site signalé) pour se repérer très précisément. C'est à la portée d'un observateur averti dans un T 400 en plaine et certainement dans un T 300, voir moins en montagne ! Dernière chose, comme elles sont petites, il faut grossir dans tous les cas + de 200 fois pour gagner en résolution et en contraste. Voir ces galaxies n'est pas plus "difficile", si je puis dire, que de voir des étoiles de magnitude 16, car elles sont très petites (leurs magnitudes V est proches de 15 à 15,5). Je précise aussi que dans mes performances ultimes, je frôle avec cette optique la magnitude limite stellaire de 17 (En performance pure, pour les spécialistes du ciel profond, l'amas globulaire Hodge 3 dans NGC 147, ou la nébuleuse planétaire K 1-20 dans Andromède sont plus dures à voir). C'est vrai que j'ai une bonne vue mais j'ai déjà rencontré des "extraterrestres" doués d'une meilleure vue encore; donc pour eux, ça serait "presque facile" dans un T 400 !!! (Je rigole un peu mais j'étais là pour vérifier) PS: je ne suis pas étonné pas l'observation de Kepple bien au contraire, cela confirme que sous un super site, tout est possible ...
  11. Mince ! Excuse moi Laurent, je suis fautif, je vais mettre en retard des parutions avec les objets que tu veux insérer en +...J'aurais pas dû te donner ce listing... Tu t'en sors ?!
  12. L'Amas du Champignon

    Et oui je vais faire de la pub mais y'en un rigolo qui l'a décrit avec la galaxie à côté dans le n° 71 d'Astro Mag de sept 2005. Un certain Alexandre Re... je ne sais plus trop.. Bonnes observations. Et en +, y'a pas que Laurent (Ferrero) qui soit sympa, Sue French aussi ! ...non non, je n'ai pas abusé du champignon !
  13. Que vois-je ?, Que lis-je ?… vous ne savez pas quoi observer ??? et ben y'a la rubrique "Au méridien" dans Astro Mag d'Alexandre …peuchére… Elle est bien, je crois…enfin c'est ce qu'on m'a dit. Et puis les bouquins de Laurent ? et bien ils sont très bien, j'en ai acheté un lors des RCE. Et avec dédicace en +. Et puis en +, Laurent, que je connais que depuis 1 mois est très sympa, je dirais même +, c'est un marseillais sympathique ! Et attention, c'est pas pour ça que vous ne devez plus acheter la revue, non mais. Et à tous, bonne observations.
  14. Bonjour au fans de ciel profond Je suis bien content que la rubrique dans AM vous plaise. J'ai fais 4 fichiers pour lister les objets décrits depuis le n° 1 à 80 d'AM. Vous trouverez les fichiers en cliquant sur l'étoile blanche dans la page des liens de mon site internet http://gite.robinson.free.fr/ Ce n'est pas un site astro mais vous y verrez l'endroit d'où j'observe.
  15. Bonjour et merci de m'encourager…ça fait pas de mal ! (D'autant plus que dans ma région, les "observateurs" fan de ciel profond ne se bousculent pas du tout….) Malheureusement, je ne contrôle pas trop la mise en pages et c'est vrai que certaines remarques amélioreraient les choses. Mais parfois la préservation d'une mise en page déjà existante et la cohérence avec d'autres "couleurs" choisies pour la revue ne permettent pas une souplesse de rectifications faciles. Pour preuve, suite à une de vos remarques, j'avais signalé le mauvais choix de la couleur de fond (bleu) des tableaux. Après un certain temps (plusieurs n°), seul le tableau des cartes centrales a été changé (?). Pour la police, en hauteur, ça va mais peut être pas en largeur, non ? Dans le même genre, j'ai fais aussi enlevé la trace du satellite de Saturne Encelade dans la éphémérides, astre bien moins évident que les autres, or son tracé surchargeait le graphique. (D'ailleurs les tons pastels sont un peu "clairs"). En gros, l'équipe d'AM respecte mes demandes sur les cartes, c'est important. Je le répète, je ne contrôle pas la mise en page, ni l'impression. Peut être que vos remarques directement à l'équipe de rédaction faciliteraient les choses. Par exemple, je sais que l'équipe d'AM a pris un soin particulier pour choisir les logos des objets sur les cartes (la double couleur pour éviter des problèmes de lecture la nuit). La revue se veut "pratique" et c'est justement ce que je souhaite. Si j'étais difficile, je souhaiterais encore plus de cartes mais est-ce compatible avec une revue vendue en kiosque chaque mois ? Par sûr. Pour ce qui est des choix des objets, après avoir sillonné pendant plusieurs années chaque constellation, je revisite le ciel en me préoccuppant d'une petite surface en y adjoingnant quelques autres objets plus faibles ou moins connus. Mais à chaque fois, rassurez vous, il est impossible d'écarter du choix une célébrité locale déjà 1, 2 ou 3 fois observées... du moment qu'elle soit dans la bonne zone. D'ailleurs avec le temps, si vous comparez, vous lirez plus d'informations précises et plus exactes même pour ces objets déjà faits. Si ça vous intéresse, j'ai fais un listing des objets avec la correspondance du n° d'am. Bonnes observations
  16. Très intéressante discussions ! Beaucoup de choses dites à juste titre. Repérer un objet du ciel est tout à apprentissage. Dans mon cas de fan de ciel profond (et de comètes), animateur astro et rédacteur de la rubrique "Au méridien" dans la revue Astronomie Magazine, c'est un sujet qui me tient à cœur, et vous avez déjà dit pas mal d'excellents conseils. D'ailleurs en passant, comment trouvez vous mes articles ? Evidemment, il existe tant de méthodes de pointage qu'il est impossible de TOUT dire. (incompatible avec une revue mensuelle). Je propose à chaque fois, 1 ou 2 méthodes de pointage pour chaque objet, avec quelques conseils basiques et des sujets à voir pour une région du ciel donnée. Chacun peut trouver des alignements ou des figures plus aisées et plus proches de la vision que chaque observateur a. Il existe donc pleins de bonnes méthodes, certaines mieux que d'autres… Avoir un atlas et connaître son matériel est primordial. L'avantage des logiciels de cartographie est de faire des cartes appropriées presque pour chaque objet ! Un luxe. S'il y a des intéressés, je suis près à passer un peu de temps sur le terrain cet été pour discuter de ce sujet. Je suis près d'Angers.
  17. Peut être suivez vous la comète du matin C/2006 A1 Pojmanski, maintenant traversant le Lézard avec une magnitude de 7,5 à 8. Elle faiblit mais elle reste encore visible dans des jumelles de 50 et 80 mm. Par contre, attardez vous dans le suivi d'une autre comète 73 P/Schwassmann Wachmann 3, comète périodique qui sera sans doute très bien visible courant mai aux jumelles, voir à l'œil nu ! Mais surtout, elle a la particularité de présenter plusieurs fragments dont certains sont déjà visibles avec des modestes optiques. Jusqu'à récemment, le morceau le plus brillant était C avec une magnitude de 10,6 le 29 mars et 10,4 le 4 avril. Le second morceau était jusqu'à présent B. Ce n'est plus le cas maintenant, car C connaît un sursaut d'éclat très rapide : Mag 13,0 le 27 mars, 12,0 le 28 mars et maintenant mag 10,0 le 4 avril !! Ce morceau évolue donc très vite en éclat et devient maintenant visible assez facilement d'autant plus qu'il est particulièrement condensé (DC = 8). Cette comète est à suivre particulièrement (c'est vrai que maintenant il y a la Lune…). Elle va certainement nous montrer des choses très sympa (avec des surprises ?), et pour les photographes, B et C sont écartés de moins de 3°. De plus, d'autres morceaux montent en puissance, à l'exemple de G maintenant visible dans un T 400 avec une magnitude de 14,5 le 4 avril. Etant donné que la comète se rapproche encore, plusieurs morceaux risquent d'être visibles dans des télescopes. Combien ? 6 voir 7 en mai dans un T 400 ? Toutes les infos pratiques sur l'excellent site http://www.aerith.net/comet/weekly/current.html Ah j'oubliais, B et C possèdent une fine queue, mais nettement plus faible que la coma.
  18. Magnitude limite

    Ah la magnitude limite, c'est un sujet sur lequel je me suis souvent penché, en solo, ou avec d'autres dans différents instruments (œil nu à T400), différents sites (plaine et montagne), mais toujours dans de bonnes conditions d'observation (cieux limpides, bonne acclimatation nocturne, bons instruments et vision indirecte de rigueur ceci sans Lune ni halo urbain et sans se "griller" la vue avec des lumières rouges trop intenses). Tout d'abord, pour "estimer" la magnitude limite, mieux vaux le faire sur des étoiles de magnitudes visuelles fiables (les magnitudes d'objets diffus sont très fantaisistes parfois). Les cartes des variabilistes font l'affaire. C'est vrai, nous ne sommes pas tous égaux dans ce domaine. Même dans des conditions similaires, il n'est pas rare de voir des écarts de 2 magnitudes entre des observateurs. Tout d'abord, j'ai constaté que la magnitude limite à l'œil nu dépend aussi d'un autre facteur à prendre en considération que l'on appelle la myopie nocturne (il y a eu un post récemment). Cette myopie peut pénaliser la vue à l'œil nu mais à l'oculaire, la mise au point élimine ce problème : c'est pour cela que le test des Pleiades à l'œil nu n'est pas à bon test pour extrapoler les conclusions aux instruments. Pour exemple, je vois guère plus de 6 ou 7 étoiles des Pléiades alors qu'à l'oculaire, j'ai une très bonne acuité nocturne ! Un peu astigmate à gauche et très légèrement myope des 2 (le jour, 0,25 à 0,5 dioptrie), ma vue est bien meilleure avec paire de lunettes surcorrigeant cette myopie. Voici la formule que j'utilise : mag stellaire limite aux instruments = 8,6 + 5 x log (diamètre de l'instrument en cm). Il y en a des plus complexes avec pleins de facteurs, mais la qualité du ciel et l'expérience de l'observateur sont des facteurs bien plus importants. Par exemple, cela fait mag limite 12,5 avec une lunette L 60, 14,0 avec mon T 120, 16,6 avec un T 400. Ceci à conditions d'utilisez un grossissements suffisamment fort (0,5 à 1 fois le diamètre de l'optique en mm). Le paramètre 8,6 est loin d'être une constance selon les conditions et l'observateur ! Dans d'excellentes conditions (en haute montagne), ce facteur dépasse 9 dans mon cas. Mais je le répète, c'est très variable. Par expérience avec d'autres personnes, on peut facilement dépasser la magnitude limite avec un instrument (paramètre égal à 7 en théorie). Je n'es pas testé dans des conditions médiocres ou en conditions semi urbaines. Comme extrêmes, j'ai déjà vu mag 7,5 à l'œil nu à 2000 mètres (Queyras), et sous ce ciel, un copain chevronné (digne de foi, puisque test à "l'aveugle") avait dépassé mag 16,5 avec un T 200 !!! Sinon sous un ciel de campagne en plaine, j'ai déjà vu Pluton avec mon T 120, le quasar double de la Grande Ourse (mag 16,9) dédoublé avec un T 400, sans parler du très grand nombre de comètes de mag 15. Les magnitudes des objets diffus sont toujours en retrait par rapport aux possibilités en stellaire, classiquement 1 à 2 mag. Je vous le concède: j'ai une bonne acuité dans ce domaine (mais pas top en planétaire), mais la pratique ne montre que d'autres ont une très bonne vue aussi ! Ce n'est pas pour ça qu'ils ont fumé ou bu un coup de trop! (Je ne devrais pas vous le dire mais pour ça aussi j'ai fais un test aussi). A vous d'observer et de constater votre acuité nocturne.
  19. Une comète à suivre absolument !

    Profitez en vite, il ne reste qu'une fenêtre d'une demi heure le matin entre 3h30 tu et 4h tu (entre le coucher de la lune et le début du crépuscule) pour admirer les comètes 73 P/SW 3. Les 2 morceaux principaux sont visibles aux jumelles de 80 mm : morceau C, mag 9,3 et morceau B, mag 8,9. Ensuite il faudra attendre le retour de conditions intéressantes, mi avril en début de nuit. Par la même, observez aussi Pojmanski à mag 8,6. Toutes ces observations ont été faites avec des jumelles J 80x15 le 6 avril au matin.
  20. Une nouvelle comète

    Le plus étonnant dans tout cela, c'est qu'il faisait suffisamment beau dans le nord de la France pour voir les étoiles !!!!! Avec un hiver totalement catastrophique où la grisaille bat record sur record (j'ai fais le compte depuis le 1 janvier en Anjou, 39 jours sans voir le soleil et le reste avec de maigres éclaircies ou un ciel plus ou moins voilé la nuit ! et seulement 3 nuits valant plus de 10/20 en transparence…..!!), observer quoique ce soit est presque plus difficile que de découvrir une comète ou un astérisme (certains lecteurs de Astronomie Magazine saurons de quoi je parle). Cela n'empêche pas quelques astronomes amateurs français sérieux de découvrir encore des choses (astéroides, amas ou astérismes, supernovae,…) avec des moyens pas forcément digne de la NASA ou de ricains fortunés et donc très outillés… Et on ne le dit pas assez svt : En vous souhaitant de bonnes observations ! Si vous cherchez un site très sympa pour observer des comètes, allez sur l'excellent site : http://www.aerith.net/comet/weekly/current.html
  21. mon premier rayon vert!

    Bonjour à tous ! Ah le fameux rayon (ou plutôt bleu!)…Que d'histoires j'ai à raconter ! Je n'ai pas trop le temps là mais je ne peux m'empêcher de mettre un mot sur mes observations. J'ai découvert le phénomène à l'observatoire de Château Renard (2990 mètres) en 1990 et j'ai eu l'occasion de le voir là bas de trèèèssss nombreuses fois et quasi toujours bleu, rarement vert et même parfois presque violet ! J'ai eu bcp de plaisir à montrer le phénomène à pas mal de monde, les plus enthousiastes comme les plus sceptiques, mais tous l'on magnifiquement vu tellement la couleur est évidente. D'après moi, l'idéal est lorsque le soleil (de préférence le matin) est au ras de l'horizon (parfaitement transparent) et parfaitement découpé par un relief lointain (montagne, ou autres, mais toujours au niveau du 0° à 2° de hauteur). Il dure guère plus d'1 seconde. L'idéal en montagne est de pouvoir descendre la pente en même temps que le soleil se lève et ainsi contrôler sa hauteur, ainsi on peut voir le rayon quasi en continu…!!!!!! Expérience trop top surtout avec des copains qui court le long de la montagne en s'agenouillant plus ou moins. Mais j'ai vu le phénomène aussi en plaine, à Angers !! plusieurs fois ! (Il n'y a pas que le Pic qui soit idéal).C'est assez facile à voir par très beau ciel si l'horizon est nickel. Par contre en photo, j'ai essayé une fois et c'est vrai qu'il faut bien sous exposé vue l'intensité du rayon (ou plutôt du flash tellement c'est court).
  22. Tout d'abord, bonne année aux astrosurfeurs !Dimanche soir, en regardant les prévisions météos sur TF1, j'ai fais un bond : D'après Météo France, via la présentatrice Catherine Laborde, l' année 2005 a été particulièrement sèche, ça on en doute pas, par contre, l 'année 2005 a été aussi PARTICULIEREMENT ENSOLEILLEE !!!!! Alors là, j'en doute plus que fortement…. Vu le peu de nuits d'observation sur l'année, c'est complètement faux !!! (bien sûr, il n'y a pas de soleil la nuit mais faute de statistiques nocturnes, je simplifie le pb en assimilant le nbre de nuits claires égal au nbre de jours clairs), Par exemple, cet automne a été très exécrable en terme de nuits "vraiment" claires. Jamais vu cela même depuis la dégradation générale depuis 1999.(et oui c'est le chgt climatique). Alors si météo France nous dit de telles bêtises, c'est sans doute que leur notion d'ensoleillement doit être bien différente de celle des astronomes !!! Et ça je l'ai remarqué depuis un bon moment : Combien de fois dit on qu'il fait "beau" alors que pour nous astronomes, le ciel ne vaut rien (voile, brume, transparence médiocre…). C'est sûr que, s'il suffit de voir le Soleil à travers des cirrus toute la journée, on compte cela également comme une journée très dégagée, les statistiques s'envolent ! Ce n'est pas parce qu'il ne pleut pas qu'il fait beau (Déjà que pour la plupart des gens avant, dés qu'il faisait froid, c'est qu'il faisait froid…). Enfin bref, l'appréciation "d'ensoleillement" par météo France a été revu à la baisse. Médiocre appréciation qui va de pair avec leurs prévisions de + en + aléatoire (j'étais pourtant le premier a dire "avant" que c'était assez juste). La + grande différence dans le chgt climatique est pour moi, astronome amateur pratiquant, le taux de nébulosités diverses nettement plus important.(Notez que cela se voit bien mieux sous un ciel de campagne la nuit qu'en ville, car il ne suffit pas de voir Sirius ou Betelgeuse ou la Polaire pour dire qu'il fait "beau"). Le nbre de nuits exploitables (en terme de transparence) pour l'astro a chuté ENORMEMENT depuis qq années et cet automne, c'est le summum. Va t'on pouvoir continuer à faire de l'astro dans le nord de la France !?? Dernière chose concernant l'indice de confiance des bulletins météos: avez vous remarqué que quand c'est pour annoncer de la grisaille avec un fort indice de confiance, les prévisions sont assez correctes et quand c'est pour annoncer du beau temps, pour un même fort indice, "ils" se plantent ? En tout cas, hormis la côte d'azur avec ses tempêtes à répétitions de ciel clairs, le reste de la France (et surtout une très large partie nord) baigne dans la grisaille générale. Il est loin le temps, où j'observais "quand je voulais" et non maintenant, où je dois sauter sur n'importe quelle trouée de ciel clair…………..(Et bien sûr je ne tiens pas compte de la pollution lumineuse qui accentue l'état pitoyable du ciel). Je ne suis plus pessimiste mais de + en + réaliste : La fin de l'astro dans la plupart des régions de France et surtout l'hiver est proche…..?? Un adepte du ciel profond. PS : Les plus heureux sont peut être les adeptes de planétaire : Ils ne sont gênés ni par la Lune (qui fait perdre 10 jours dans le mois pour les adeptes de ciel profond), ni par la pollution lumineuse urbaine.
  23. Météo France: Ensoleillement et médiocrité

    Très intéressantes remarques Spirale !!
  24. Météo France: Ensoleillement et médiocrité

    Le réchauffement climatique sévit aussi ici ! Désolé de contredire certains, mais quand je dis qu'il y a moins de nuits claires, c'est une constatation basée sur mes observations depuis 1980-81. Depuis cette date, j'observe dés que c'est possible (les comètes entre autres: 176 comètes à ce jour différentes et des centaines de notes qui vont avec), or maintenant c'est bien difficile. Ce n'est pas une impression ou un commentaire facile d'un "vieil" observateur nostalgique du passé qui dirait :"avant c'était mieux". (Y a quelqu'un ici qui fait de l'astro intensivement depuis plus de 10-15 ans ?? ). C'est vrai qu'ici "avant" la région où je suis (entre Angers et Saumur) avait un micro climat très favorable, + que dans pas mal de régions du sud (c'était la grande bagarre à l'époque avec des amis marseillais, et quand on connaît leur chauvinisme au niveau météo…mais bon Marseille était et reste toujours la région idéale en astro….si on rase la ville !). Bref, je ne me plaignais pas du tout, alors comprenez que maintenant, quand ici on a un temps comparable à Roubaix ou St Malo…. C'est dur ! Je vous accorde que globalement, peut être que la France a un bilan positif d'ensoleillement pour 2005 (dixit météo France) mais c'est pas l'Anjou qui fait monter la moyenne…snif snif. Notre région a bcp perdu et même si on ne peut imputer à coup sûr cette dégradation avec le chgt climatique, sachez tous Bushistes qui m'écoutent, que ce chgt existe bel et bien. Je le répéte, le plus grand chgt d'un point de vue astro concerne la nébulosité du ciel (cirrus l'été et grisaille l'hiver en simplifiant). Du coup, le nbre de nuit cristalline chute. Le "beau temps de touriste" brouille certainement l'impression de pas mal de personnes qui pensent que rien ne change. C'est vrai que la pollution lumineuse est un fléau mais d'abord il faut qu'il fasse clair pour observer des étoiles ! Quelqu'un aurait une idée pour aspirer les nuages et les envoyer sur le ranch de Bush ?
  25. nouveau ciel profond

    Bonjour à tous Je vous remercie d'abord pour vos encouragements ! (cg16ang: un index pour tous les objets d'AM depuis le n° 1 de 1998 ? pourquoi pas, bonne idée… quelqu'un aurait fait le listing ? Concernant un "guide" complet regroupant bcp objets du ciel profond, c'est vrai que c'est une œuvre titanesque pour un seul observateur… MAIS j'y travaille depuis quelques années (malgré le temps de + en + exécrable qui sévit chez moi…le changement climatique !). Je réalise actuellement un CD rom regroupant mes seules observations réalisées avec un télescope de 400 mm de diamètre avec un maximum d'objets (nébuleuses, amas et galaxies, mais pas de doubles) ! Actuellement mon catalogue compte plus de 3000 objets (NGC, IC, UGC, PK, et bon nombre de catalogues exotiques), dont 80 % sont des galaxies, et avec 31,5 % à ce jour d'objet du NGC. Sous une forme intéractive (sous internet explorer), on pourra choisir ses cibles selon une étoile jalon, une constellation, ou un index bien entendu. Par exemple en cliquant sur 1 étoile majeure (étoile étalon) sur une carte (4 cartes par saisons + 1 circumpolaire), on obtient le listing dans un tableau de tous les objets visibles autour de cette étoile avec les coordonnées différentielles et qq autre données (tirées du Deep Field) (ou bien l'indication de la taille réelle apparente de l'objet souvent très différente des données catalogues), dont (TRES IMPORTANT) l'indication de 2 échelles : 1 sur la visibilité (j'ai essayé au maximum de standardiser ce paramètre assez subjectif… l'avantage est que je suis le seul observateur et que j'ai opéré toujours avec le même instrument et un grossissement "optimum" selon l'objet, ceci dans des conditions de transparence toujours correcte quant à la transparence… quitte à répéter mes observations) et 1 autre sur "l'intérêt" de l'objet, paramètre cette fois plus subjectif (je suis fan de nébuleuses planétaires et de galaxies en fuseau). Tous les objets sont ensuite décrits et accompagnées d'une photo (standardisées puisque venant de la même source: le DSS). Le but est pour un observateur d'avoir son programme d'observation déjà préparé. Pour parfaire sur le terrain cette préparation, j'envisage de rendre "imprimable" la plupart des pages sous forme de fichier pdf. Les observateurs très sudistes m'excuseront (désolé Z 80), je me suis arrêté à la déclinaison de –30°, de part ma position en latitude (+47°24'), de façon à ne pas trop "taper" au ras des pâquerettes ! Les cartes se limitent uniquement à des zones très denses (comme l'identification des galaxies dans un amas de galaxies) ou bien à des objets de repérages délicats (petites nébuleuse planétaires de mag 15 par ex). J'estime que les observateurs (connaissant déjà bien le ciel et leur instrument, les techniques d'observation et opérant sous un ciel de campagne limpide) utilisant ma base de données ont soit l'Uranométria (j'indique la page) soit un logiciel de cartographie (style GUIDE). La réalisation de cartes pour chaque objet n'est pas réalisable pour tant d'objets !! Quant à une date de publication (sous forme de CDrom) difficile d'en dire plus, j'en rajoute toujours, j'en complète d'autres et taper tout ça sur CD c'est long !!! En attendant, je présente toujours mes articles d'observation pour AM en vous souhaitant de bonnes observations !!!