AlSvartr

Membre
  • Compteur de contenus

    2 255
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Pays

    France

Réputation sur la communauté

150 Bonne réputation

2 abonnés

À propos de AlSvartr

  • Rang
    Membre très actif

Visiteurs récents du profil

2 640 visualisations du profil
  1. Hello Jean-Pierre, Non non pas de spectro solaire, mais bien de la spectro stellaire, mais avec utilisation d'un spectre solaire (en fait celui de la lune pris la même nuit) pour le calage en fréquence, et l'estimation du tilt et smile. Le truc c'est que Demetra n'arrive pas à estimer la calib en longueur d'onde, le tilt et le smile à partir de mes spectres stellaires uniquement. Bon ils ne sont peut-être pas terrible non plus en terme de qualité je ne sais pas, mais donc je me suis posé la question quant au spectre lunaire pris la même nuit, qui est potentiellement plus "lisible" que mes spectres stellaires. Mais en effet je vais peut-être retourner à ISIS, la seule chose qui m'embête fortement c'est de devoir convertir mes 16 bits non signés en 16 bits signé.... A bientôt et merci pour ta réponse Simon
  2. Salut, La question est dans le titre: est ce que Demetra peut se dépatouiller pour la calibration en longueur d'onde avec une etoile de type B ou A, ainsi qu'avec un spectro solaire pour l'effet "smile" du grism? Je n'ai pas encore fini de bricoler mon système basé sur lampes Relco donc pour le moment je n'ai pas trop le choix :-) Bonne soirée, Simon
  3. quel instrument solaire choisir

    Un hat de 203 avec solar Spectrum: probablement le dernier diamètre parfaitement exploitable en plaine. Et avec ça une bino pour la plongée dans les protus...
  4. collimateur

    +1 avec JL. J'en ai utilisé un il y a quelques années. Conclusion: bien pour dégrossir de jour (ou de nuit s'il fait mauvais) mais le star-test reste nécessaire pour arrive à qqch de potable.
  5. Diamètre maxi - speckle - traitement

    Ou Octave, ça marche aussi très bien
  6. Il fut un temps oui...mais j'ai abandonné l'idée, ayant un autre projet en devenir et qui va coûter le même os qu'une AP175...
  7. C'est rare, mais quand ça t'arrive... Je crois me souvenir qu'AP garanti la tenue de l'huile à vie: si ça fuit, zou--> retour au bercail!
  8. différence RASA versus HYPERSTAR

    Non, les deux instruments sont assez différents. Et la conséquence de l'optimisation du RASA est le champ corrigé bien plus grand sur le RASA (48 voire 52mm de diagonale) que sur l'hyperstar.
  9. Pour mettre tout le monde d'accord: 1) Les TOA ont une collim béton mais si jamais c'est décollimaté c'est un chouilla plus chiant à refaire que pour les triplets à bains d'huile? (6 interfaces verre air contre 2) 2) La TOA se met à température mais l'air étant isolant c'est un chouilla plus long que pour les triplets à bein d'huile? j'ai bon ?
  10. 4 à 5 pouces c'est le max pour la Lune !

    Ah ben dans les dernières pages on parle bien de lucky imaging :-p Ceci étant mon propos est totalement valide aussi pour le visuel, c'est un pur effet de diffraction.
  11. 4 à 5 pouces c'est le max pour la Lune !

    C'est rigolo ce débat, surtout que ce qui est un peu oublié c'est que l'obstruction peut artificiellement augmenter le pouvoir de résolution à certaines fréquences spatiales proche de la limite théorique (réduction du plot central dans la figure d'airy), ce qui peut impacter positivement (et c'est bien décrit dans le bouquin de Suiter) les observations de doubles serrées, et en général de cibles bien contrastées, cfr la merde absolue que j'ai sorti avec un RC obstrué à 46% (comparé au mesures du LRO on est bien à la résolution théorique de l'instrument) :
  12. optique télescope

    Si tu veux je t'en débarrasse :-D Sans rire avec un tel miroir, tu fais de la belle HR avec une barlow, regarde ce que Christian sort avec quasi le même f/d
  13. optique télescope

    Bientôt je ne sais pas, mais c’est la logique d’evolution des cmos qui semble aller dans cette direction oui. Je suis d’ailleurs dans cette logique avec un projet de 400 à f/d vers 5.
  14. optique télescope

    Je me demande jusqu'à quel point on est pas dans une période un peu charnière au niveau du choix du F/D natif. On voit que des cmos avec des pixels ayant une taille sous le micron commencent à être dispo sur le marché (ça reste cher et rare pour le moment), ce qui dérive des développement des cameras pour smartphone. Avec des pixels sous le micron on commence à être bien échantillonné vers 5 ou 6, et d'ici 5 à 10 ans je ne serais pas vraiment étonné de voir ces capteurs comme les nouveaux standards en astro planétaire (et lunaire/solaire si le global shutter est dispo). Et à ce moment-là ce seront les newton à F/D 6, 5 voire 4 qui pourraient redevenir les instrument "idéaux" d'un point de vue optique: pas de sphérochromatisme, obstruction réduite, coma absente sur un rayon de 1 ou deux minute d'arc,...
  15. quel instrument solaire choisir

    en effet, avec 14k euros pour un filtre, ça peut aller chercher du coté du solar spectrum 0.3 en RG46