George Black

Member
  • Content count

    5404
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    10
  • Last Connexion

    Soon available - 42676

Everything posted by George Black

  1. J'ai vu finir le monde ancien.

    Quand on parle supraconductivité, les gens qui s'intéressent un peu au sujet ont souvent en tête des concepts comme les "paires de Cooper" et la théorie BCS (Bardeen, Cooper, Schrieffer). Mais en réalité, on ne dispose pas d'une théorie unique de la supraconductivité qui marche bien dans tous les cas. Si le matériau évoqué dans l'objet de ce fil s'avérait conforme à ce qui est annoncé, la théorie BCS ne saurait pas en rendre compte, et d'une manière générale, les différentes approches de la description de la supraconductivité seraient mises à l'épreuve. Encore une fois, si la découverte se confirmait, cela conduirait les théoriciens vers de nouvelles réflexions fondamentales...
  2. J'ai vu finir le monde ancien.

    Je passais par là et je viens de découvrir l'objet de ce fil ! 1. Il y a eu dans les dernières décennies plusieurs annonces de supraconductivité à température ambiante ou pratiquement ambiante. A chaque fois, les tentatives de confirmation rigoureuse ont fait un flop. Bref, la supraconductivité à température ambiante est perçue comme une sorte de serpent de mer. En tant que physicien, je suis excessivement prudent face à cette annonce ! 2. Si toutefois une telle découverte venait à avoir lieu, contrairement à ce que semblent penser certains ici, cela serait une révolution pas seulement scientifique, mais également technologique, avec d'énormes répercutions. Actuellement, l'utilisation relativement limitée de la supraconductivité provient essentiellement de la difficulté et surtout du coût des infrastructures cryogéniques. Les conséquences pratiques seraient considérables. Entre le quantum computing, l'imagerie médicale, le transport d'énergie longue distance, stockage de l'énergie, etc... Techniquement, cela ouvrirait la voie à des processeurs quantiques ou avec des fonctions quantiques intégrables dans des ordinateurs portables ! Cela élargirait la recherche des IA intégrant les algo quantiques. Plus haut, je vois cette découverte potentielle de supraconductivité à température ambiante minimisée, évoquant plutôt celle des IA. Il faut comprendre que la révolution des IA est aussi et avant tout une révolution liée aux progrès du matériel informatique, entre miniaturisation et surtout progrès en physique des matériaux. En fait, les applications potentielles sont tellement spectaculaires que cela nous envoie en pleine science fiction, et que je ne me risque même pas à les évoquer plus en détail ici. C'est aussi pour cela que les physicien(ne)s sont prudent(e)s face à cette annonce ! Parce que l'on est conscient des enjeux majeurs d'une telle découverte si elle se confirmait ! La fabrication du matériau ici évoqué, n'est pas une réelle difficulté. Pas plus que l'usage du plomb. Si les gens étaient un peu plus au courant de l'impact de l'exploitation des terres rares et d'autres éléments pourtant à la base de nos technologies prétendues vertes, ils auraient une autre vision des éoliennes, panneaux solaires, etc... Par ailleurs, on ne peut pas comparer l'usage du plomb par les romains, ou anciennement dans l'essence, avec son usage dans un milieu stabilisé chimiquement et fabriqué dans des conditions de salles blanches (comme nos microprocesseurs).
  3. ... un peu comme avec la navette Hermès finalement ,... non ?
  4. Stabilité du Système solaire

    A titre de remarque, le cycle 3 correspond à l'ensemble CM1, CM2, 6ème. Loin d'y trouver uniquement grammaire, orthographe, et calcul élémentaire, on y trouve histoire, géographie, sciences (physique, géologie, biologie,...), etc... Pour les curieux, le programme des sciences du cycle 3 : https://www.education.gouv.fr/media/154901/download On y notera pour ce qui se rapproche de l'astronomie : En cycle 4 (5ème, 4ème, 3ème), en Physique-Chimie, on traite de (je cite le programme) : Donc, pas de panique ! Maintenant, l'avis d'un enseignant (que je suis aussi) qui oscille entre enseignement supérieur et secondaire : Le problème, c'est qu'aujourd'hui tout le monde (tout le monde étant ici les concepteurs des programmes scolaires) estime que tout est important ! Et le problème, c'est que les connaissances de l'humanité avançant, on aboutit à des choses improbables ! Bref, on se retrouve à parler de tout et de rien aux élèves ! La masse de connaissances à aborder est considérable, tout en étant parfois trop technique pour vraiment pouvoir entrer dans les détails, et trop abondante pour avoir le temps de permettre aux élèves d'assimiler ces connaissances, voir de les maîtriser ou de les mettre en perspective les unes par rapport aux autres. En fait, on se retrouve avec des élèves qui ont entendu parler de tout, mais ne maîtrisent rien, et ne retiennent pas grand chose in fine (et je ne les blâme pas).
  5. C'est une marque d'eau minérale ? Ce qu'il fait à l'intérieur se voit à l'extérieur ?
  6. Tout ça va se finir avec un lander Blue Origin, dans le nez d'une Starship de chez SpaceX, pendant que le SLS (construit par Boeing, United Launch Alliance, Northrop Grumman et Aerojet Rocketdyne) enverra le vaisseau Orion construit par Lockheed Martin !
  7. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Lancé par le super lanceur de Blue Origin....
  8. Stabilité du Système solaire

    à plusieurs ? 3 auteurs sur l'article ? De surcroît tous du même labo... C'est pas vraiment un déchainement de ressources humaines ! Aujourd'hui, on ne trouve plus guère de publication avec un unique auteur ! Le fait de travailler "à plusieurs" permet surtout de croiser raisonnements et calculs pour éviter de laisser passer des erreurs ! C'est à différentier des collaborations qui nécessitent réellement des cumuls de compétences diverses. Parce qu'il y a une analyse statistique qui nécessite de pousser l'exercice intellectuel jusqu'à calculer des temps de propagation des équations jusqu'à 100 milliards d'années. De fait, les calculs sont lourds et longs et demandent de la puissance et du temps de calcul. D'une manière générale, et c'est un peu comme en math, un problème dont la formulation est simple (ici, le système solaire est-il stable ?) n'appelle pas forcément une résolution simple et/ou rapide.
  9. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    En plus , il a le système pileux bien développé pour son âge je trouve !!!!! C'est l'hydrazine qui fait ça !
  10. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Des nouvelles de la Tesla au fait ? Elle vole toujours vers Mars ?
  11. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Qui est un vrai programme de système d'armement spatial !
  12. Betelgeuse 2017 à 2022

    Starpschitt ?
  13. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Franchement, je n'ai pas trop de doutes sur la capacité - à moyen terme - de la Starship à décoller, mettre en orbite son deuxième étage, et que celui-ci puisse se poser. Même le projet lunaire ne me parait pas irréaliste quand on connait le cahier des charges (pas de bouclier thermique, pas de retour sur Terre) et le savoir-faire de SpaceX. En fait, la question du transfert de carburant en orbite n'est pas si compliqué : je suis prêt à prendre le pari que cela finira en une simple connexion avec un réservoir externe. En revanche, dans le délire martien de Musk, ... rien ne va ! Dans la vidéo que tu mets en lien, tout fait écho à la dystopie de Musk qui ressemble à un scénario mal ficelé d'un téléfilm à petit budget : - Une Terre qui deviendrait tellement invivable au point que vivre sur Mars serait plus souhaitable, voir même que Mars serait plus facilement terraformable que la Terre ! - Un monde totalitaire où le bon peuple vivrait avec un implant cérébral (Neuralink) suivi par un réseau global (Starlink). Il ne faut pas oublier que tout dans la dynamique de Musk est porté par ce fantasme de la Terre devenue inhabitable et de la quête d'un nouveau monde vers lequel il serait le passeur. Toutes ses compagnies le conduisent là, et ne sont que des moyens d'y arriver. La Falcon 9 et toute l'activité commerciale de SpaceX a pour finalité la Starship avec l'objectif ultime que lui confère Musk : coloniser Mars. Dans cette suite, logique dans la tête de Musk, il y a des choses qui finiront par aller de travers. Et la route vers Mars est longue, dans tous les sens du terme. Mais pour l'instant, la rivalité Chine-USA fait le jeu de Musk. Je suis prêt à parier qu'en cette absence de rivalité, la NASA et les USA n'auraient jamais soutenu Musk dans l'entreprise "Starship". Tout comme le conflit en Ukraine fait les beaux jours de Starlink. Musk est l'idiot utile des intérêts US. Jusqu'au moment où...
  14. Betelgeuse 2017 à 2022

    çavapété ?
  15. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    La statue bordel !!!
  16. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    C'est ce que j'ai expliqué plus haut... cela témoigne de la robustesse (dans tous les sens du terme) de la technologie mise en œuvre - sur la fusée - pour pallier aux contraintes mécaniques (et thermiques) inhérentes au fonctionnement d'un tel engin. Voilà pourquoi il faudrait être plus prudent avant de crier à l'échec total et annoncé. Musk a clairement surestimé l'efficacité de ces moyens, mais in fine, les conséquences sur la fusée sont ridicules en proportion de la démesure des contraintes mécaniques (et thermiques). J'attends de voir avec un pas de tir adapté. Mais Musk pourra se vanter d'avoir testé la robustesse de sa fusée. Je ne suis pas certain que beaucoup d'engins sur le marché pourraient encaisser de telles contraintes (jusqu'aux loopings de la fusée) ! Pour un engin censé accueillir des passagers, on peut penser que les assurances seraient demandeuses de garanties en mode "et que se passerait-il si ceci ou cela venait à défaillir ?".
  17. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Le papier que j'ai cité vise à expliquer pourquoi il y a peu de terres rares sur la Lune. Cet état de fait est une conclusion de diverses analyses et l'article visait à comprendre pourquoi. En gros, on fantasme sur les terres rares lunaires comme on fantasme sur l'eau qui y est présente, où comme les hydrates martiens qui au fil de l'eau (si j'ose dire) deviennent des nappes phréatiques, puis des lacs, puis mers peuplées d'organismes vivants. Dit autrement (j'en rajoute), on fantasme sur les ressources lunaires, plus rares que sur Terre, comme solution aux manques terrestres, comme on fantasme sur Mars comme solution pour y vivre pour l'humanité face à une Terre qui serait mal en point ! Alors que l'on a du thorium sur Terre en abondance et que le lithium pour le nucléaire est suffisant pour des centaines de milliers d'années. Quant au lithium batterie, c'est déjà du passé eu égard aux derniers avancements dans ce domaine. L'avenir est notamment à la batterie sodium. La vérité est que la Lune est un objectif géostratégique ("j'en ai une plus grosse que la tienne") et que pour vendre ça, on essaye de se convaincre (et surtout il faut convaincre le peuple) qu'il y a un intérêt à y retourner. En parallèle, on ne voit pas ce que l'Homme vient faire dans cette galère quand on voit les conditions et les modes de travail dans l'industrie minière. Autrement dit, à part envisager d'envoyer des centaines de milliers d'ouvriers sur la Lune, il va falloir mécaniser à fond l'extraction minière et son traitement, et donc inventer une technologie qui n'existe pas à cette fin, technologie qui à elle seule révolutionnerait l'industrie minière terrestre.
  18. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Il y a beaucoup moins de terres rares sur la Lune que sur la Terre. Donc a priori, pas d'intérêt pour ça. https://www.nature.com/articles/s41586-019-1359-0 De mémoire, l'exploitation d'astéroïdes serait plus intéressante.
  19. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Je confirme, concernant la fusion nucléaire, quel que soit le choix technologique (tokamak, stellarator, fusion inertielle, etc...), la piste privilégiée est celle de la fusion deutérium-tritium. Cette réaction produit un atome d'hélium et un neutron. Ce dernier peut être capturé par du lithium pour produire le tritium. Les ressources actuelles en deutérium et lithium sur Terre font de la fusion une ressource inépuisable à l'échelle des civilisations humaines.
  20. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Mécréants !!!! Ignorants !!!! Musk est un génie ! Vous n'avez donc rien compris !? Starship est une couverture ! Il ne s'agit pas d'une machine pour aller sur Mars ! Mais d'une machine pour marsoformer la Terre !
  21. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Beaucoup de techniques de gestion utilisées en entreprise sont issues de l'armée. Dans les années 1970, mon père a fait partie d'un groupe de futurs chefs d'entreprises (entre autres) formés par des anciens de l'armée. On ne parle pas ici de faire tourner l'entreprise à la dure, mais bien de méthodes organisationnelles, notamment en logistique et en gestion des stocks. Mon père me faisait remarquer que dans les jeunes générations, beaucoup ne connaissent pas l'historique des méthodes aujourd'hui enseignées en logistique, gestion, management, etc... Par gestion militaire, on entend donc aussi chaine de direction, hiérarchisation,... Bref, de la rigueur et de la rationalité ! Pour ma part, j'enseigne à mes étudiants cette même rigueur qui ne procède pas d'une maniaquerie, mais bien d'une nécessité organisationnelle pour éviter de se foutre dedans. A l'inverse, il faut aussi apprendre à prendre parfois ses distances avec le protocole. Sinon, on n'innove plus, et on perd des batailles !
  22. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Non, je suis désolé, j'ai beau détester Musk, ce n'est pas un échec à 100 %. Si tu étais patron d'Arianespace, je te dirais que ton attitude est risquée, car à prendre Musk pour un débile, tu noircis tout le tableau au risque de passer à côté d'un enjeu stratégique. C'est le B.A.BA de la stratégie militaire, ne jamais sous-estimer l'ennemi, même s'il a l'air fragile ou idiot. Malheureusement, dans la plupart des grands projets, ceux-ci n'aboutissent qu'au prix de sacrifices rarement racontables et parce que leur maître d'œuvre et d'ouvrage est souvent mégalo voir autocrate ! C'est ce que j'appelle l'effet Alexandre Le Grand ! Il y a quelques années, concernant le LHC, plusieurs articles avaient défrayés la chronique concernant les conditions de travail et d'exploitation des jeunes chercheurs au nom de la réussite de ce grand projet ! Barry Barish, le patron de LIGO, avait raconté comment une gestion initiale très démocratique, comme les scientifiques l'aiment, avait failli conduire le projet à l'échec. Le même Barish, qui a participé à l'aventure du SSC, expliquait que ce dernier avait échoué pour les mêmes problématiques de gestion. Son constat c'est que les projets d'envergures ne peuvent pas être gérés de manière démocratique. Les projets scientifiques d'envergure n'aboutissent que parce qu'ils ont une gestion militaire. Schwitters, le patron de feu le SSC avait eu des propos très durs en attribuant la mise au rancard du SSC à "the revenge of the C students". D'une manière générale, un projet scientifique qui contient au moins 10 personnes ou plus, est voué à l'échec sans gestion hiérarchique carrée loin de l'idéal de la liberté académique. Et parfois (je ne cautionne pas) c'est violent. Personne ici ne se pose la question de savoir quel est l'envers du décor des grandes entreprises scientifiques : le LHC, le JWST, etc... croyez moi, humainement, c'est pas toujours joli joli ! Et il en est de même de toute entreprise d'envergure, comme celle qui vous permet de communiquer actuellement sur Astrosurf, ou d'avoir des bananes dans votre panier de fruits, ou d'avoir des œufs en chocolat pour vos enfants à Pâques ! Finalement, c'est comme les gens qui mangent de la viande, mais préfèrent ne pas trop en savoir sur tout ce qu'il y a en amont ! Pour le reste Musk s'en fout, il a le pognon ! Donc il estime qu'il peut se permettre de la casse ! Sinon, qu'on soit bien clair, de mon point de vue, tout ce bordel pour envoyer des humains sur la Lune voir sur Mars, c'est du pognon fichu en l'air, sans compter l'impact humain et environnemental ! Sinon ? On parle des succès d'Ariane 6 et de Vega C !?