Alain MOREAU

Member
  • Content count

    3435
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Country

    France

Everything posted by Alain MOREAU

  1. Actualités de Curiosity - 2013

    Certes, certes, Daniel. Il n'en demeure pas moins que cette mission a été vendue aux contribuables américains (et au reste du monde) avec l'objectif affiché et prioritaire d'identifier de possibles signatures du vivant. D'autres objectifs importants étaient aussi définis - dont la géologie - mais l'instrumentation embarquée prouve que ce n'était pas que de la flûte (pardon pour les flûtistes). Il ne s'agit donc pas que de com', comme en atteste la charge utile du rover. Dans ces conditions, il est illogique de laisser pleins pouvoirs aux géologues au détriment des biologistes, ou bien (si l'on était persuadé dès le départ que c'était peine perdue) il était illogique d'embarquer toute cette charge instrumentale conçue exclusivement à fin de rechercher des traces ou des signes du vivant. Dans tous les cas de figure, quelque chose ne tourne pas rond dans cette mission, et depuis fort longtemps, ou quelque chose n'est absolument pas clair, n'a jamais été explicité, et continue de ne pas l'être. MSL, avec un coût estimé à la grosse louche à 2,5 milliards de $ initialement (j'ignore où on en est actuellement 8 ans plus tard dans les faits) est la mission d'exploration robotique la plus chère jamais mise sur pied à ce jour. Je ne connais aucune entreprise humaine dans laquelle on aurait investi autant, sans avoir à se justifier, non d'un résultat négatif ou douteux - car ça c'est le lot de la science - mais d'un abandon factuel des objectifs prioritaires initiaux, sans la moindre explication. Sur les 8 objectifs officiels fixés à cette mission, les 3 premiers concernent la recherche sur la vie, les deux suivants la géologie, les deux suivants encore, l'atmosphère et les cycles de l'eau & du carbone, le dernier enfin, les rayonnements ionisants. Le déroulement de cette mission reste donc inexplicable avec les infos dont nous (ne) disposons (pas). C'est factuel. Et c'est drôlement gonflant, à la longue, de se faire prendre à ce point pour des cons sur une mission civile.
  2. Actualités de Curiosity - 2013

    Ouais, bon : on voit le plat principal, mais pas les assiettes à désert
  3. Actualités de Curiosity - 2013

    Un composite résisterait aussi durablement que les alliages d'alu aux tortures thermiques sur Mars ?
  4. Jeff Bezos et son alunisseur lunaire: ok

    C'est mal barré : sa Tesla automatique sans chauffeur pilotée par une intelligence vachement artificielle, est partie sans lui... (sûrement convaincue qu'elle n'avait plus besoin de son créateur) Il va faire comment maintenant ? Y aller à pied ? Au passage, pour un pro du recyclage, balancer sa poubelle dans l'espace, c'est pas bien.
  5. Jeff Bezos et son alunisseur lunaire: ok

    Oui, enfin ça c'est provisoire, car cette eau, une fois bue, il faut la pisser, et la pisse est salée, comme l'addition : on n'en sort pas ! Les mêmes qui confondent les jeux vidéos, les belles simulations 3D, la "réalité virtuelle", avec la réalité réelle, rien de moins : ça fait beaucoup trop de monde hélas sur cette planète, car c'est ce qui la menace le plus, là est bien le problème ! (d'ailleurs ça m'a toujours fasciné qu'on ose associer ces deux termes parfaitement antinomiques : "réalité" & "virtuelle" ! Comment quelque chose peut-il être à la fois réel et virtuel ?) Je vais me faire lyncher par les geeks, je sais. Plus le monde réel se détériore manifestement, plus les options se réduisent, plus nous nous sentons acculés, et plus les fantasmes de civilisation solaire interplanétaire, intersidérale, galactique, se renforcent et gagnent en "réalisme virtuel" : l'illusion est de plus en plus parfaite, semble de plus en plus réaliste, tant est forte chez l'homme la domination des sens sur la raison. Tout ceci n'est bien sûr que réminiscence de la pensée magique chez "l'adulte" un truc formidablement ancien chez l'humain, mais aussi un signe infaillible d'immaturité, voire un symptôme névrotique...
  6. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    C'est finalement acté et financé, IndIGO, par le gouvernement indien, oui ou non ? Ou seulement "en principe" ? Si j'ai bien compris, leur contribution consisterait à mettre à disposition les infrastructures générales de l'interféromètre, l'essentiel du "hard" (de dernière génération) étant fourni par la collaboration LIGO. Dans ces conditions, c'est un peu du gâteau pour entrer directement dans le coeur du sujet, non ? S'il y a opportunité pour l'Inde de jouer un rôle décisif dans l'astronomie multi-messagers encore balbutiante, c'est maintenant ou jamais ! Maintenant que les instruments ont enfin atteint la sensibilité requise, plus tôt on disposera de détecteurs supplémentaires, plus tôt notre compréhension de cette physique extrême et fondamentale va faire un bond en avant. Ce n'est pas de l'investissement stupide pour un pays qui traditionnellement produit de brillants astronomes, mathématiciens et physiciens...
  7. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    https://gracedb.ligo.org/latest/
  8. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    8 détections en moins de 6 semaines : on est sur un bon rythme (et encore trop peu pour faire une statistique ) Pour les contreparties électromagnétiques, un quatrième interféromètre le plus éloigné possible des précédents aiderait grandement à restreindre les zones de recherches... Qui s'y colle ? Quid du troisième LIGO envisagé en Inde ? Et de Kagra au Japon ?
  9. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    Oui, mais une bombe sexuelle, alors
  10. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    8'zi, je viens de lite attentivement tes liens : les roches martiennes aussi sont soumises aux variations circadiennes de température (sources de gélifraction sur Terre, de craquements parfois spectaculaires de roches ou de glaciers comme on en entend en montagne, et donc sûrement aussi sur Mars ; comment ce bruit-là est-il filtré ? Sur la fréquence uniquement ? Quid des éboulements et glissements de terrains observés par les orbiteurs - MRO en tête ? J'ai bien peur que cette planète "morte" ne soit encore bien vivante, du point de vue vibratoire, même sans la rumeur incessante des vagues... Comment fait-on pour trier tout ce bordel, en l'absence de références martiennes déjà existantes ?
  11. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    Pourtant, sont forts en génie civil nos cousins germains, depuis qu'ils y ont recyclé leur génie militaire (pas tant que le génie Musk convenons-en, à qui ce ne serait jamais arrivé : il t'aurait enfoncé ça d'un coup d'un seul de marteau atomique !) Stupide : Mars est déjà mortellement irradiée de toute façon, on peut bien en rajouter une dose pour les besoins de la science !
  12. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    Passionnant ! (et je suis du genre patient )
  13. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    Question subsidiaire à 8'zi - qui semble mouillé jusqu'au cou dans les opérations de SEIS - sinon je vais encore me faire pourrir par la Fourmi tatillonne pour mes hors-sujets récurrents (je l'admets, parfois malicieusement délibérés ; mais ce n'est pas le cas ici ) : SEIS enregistre-t-il comme prévu les infimes marées crustales engendrées par Phobos ? Ceci suffirait-il à sonder l'intérieur de Mars ? (j'en doute personnellement : la sensibilité, mais surtout l'unicité de l'instrument, ont sans doute leurs limites quant à la possibilité de lever toutes ambiguités interprétatives sur certains signaux ? Bon : celui-ci est périodique et calculé, fastoche...) Certes Insight est équipée de capteurs hyper-sensibles, mais pour autant elle ne peut réaliser que des mesures sur un seul site, qui feront défaut sur tout le reste de la planète s'il s'agit par exemple d'évaluer la contribution atmosphérique globale à un signal particulier relevé par SEIS... Ou bien en l'absence d'activité sismique autogène notable, faut-il espérer qu'un impact assez conséquent vienne "sonner la cloche" et remettre l'unique pendule à l'heure ? Surtout si on le localise précisément. Si rien de tout cela ne se produit, pourra-t-on réellement obtenir des renseignements univoques sur l'intérieur de la planète, simplement en accumulant les mesures sur ce site solitaire durant seulement une année locale ? Eût-il été trop cher de déposer 3 modules sensiblement équidistants à la surface de la planète, puis de parachuter, une fois tout mis en place et testé, une petite bombinette savamment dosée pour faire la nique à Musk en profitant du prétexte sismique pour commencer discrètement la terraformation ? (navred : c'est de l'humour primaire rodriguais dépourvu de subtilité, qui sied bien à ma pesanteur naturelle de terrien... )
  14. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    Oui, tout à fait. Rien de dramatique au final, heureusement. Que des dégâts matériels et un seul blessé notable. Mais on a eu chaud aux miches, avec 250km/h estimés dans le mur de l'oeil : jusqu'à ce qu'on soit coupés du reste du monde, on pensait se le prendre en pleine tronche, il a dévié in extremis vers l'Est, mais on ne le savait pas ! Cette fois c'était un monstre dangereux, vaste et lent : on s'est pris une déculottée durant pratiquement 24h d'affilée !... Et une marée barométrique d'1m, conjuguée aux grandes marées du moment : pour la première fois depuis que j'y suis, j'ai vu sur la barrière des déferlantes évaluées entre 12 et 13m, ça commence à faire peur et à gronder sévère, malgré les hurlements du vent ! Je n'ai pas eu accès aux données sismo non publiées de la station locale ROCAM du Geoscope pour cette perturbation majeure (du bruit sans doute - et quel bruit !) mais j'aurais été très curieux de voir évoluer le profil des relevés sur les 72h centrées... En l'absence totale de news on trouve quand même le temps long en ces circonstances, car la trajectoire prévue nous l'envoyait droit sur l'île jusqu'au moment où toutes les communications ont été coupées, trajectoire quasi inchangée depuis plusieurs jours : plus de liaison satellite - Mauritius Telecom couche sa parabole à 12h du paroxysme pour éviter qu'elle s'envole - donc plus d'internet ni de communications d'aucune sorte, téléphone, sms ou autres non plus ; plus de cartes ni d'images satellitaires avec lesquelles suivre l'évolution du phénomène en intensité et direction, et le bouquet : plus d'infos hertziennes - l'émetteur de la radio locale ayant été abattu 6 semaines plus tôt par Gelena, qui a fait autant de dégâts sinon plus... Quant au câble sous-marin tout neuf : pas encore raccordé ! Enfin... ça s'est passé au mieux ; rien d'autre à tenter que faire le dos rond avec fatalisme, dans ce cas. Le versant moins idyllique du tropique...
  15. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    Le Green Island autrefois légendaire est devenu dégueulasse pour plaire aux ivrognes mauriciens ! Normal : il ne pourrait être rodriguais, avec un nom aussi dégoulinant d'humidité... Sinon c'est exact : je me suis tapé sur le ventre le premier avril, croyant que c'était un poisson rituel ! ("encore un poisson !" pensais-je, vaguement écoeuré parce qu'il s'en pêche ici toute l'année ) Toutefois c'était vrai : la terre a tremblé le 1er avril à 18h39'04" UTC, comme d'habitude entre 200 et 300km à l'Est de Rodrigues, sur la zone voisine des failles transformantes de la "Central Indian Ocean Ridge" (CIR, pour les intimes). L'île est à moins de 1000km de la "Rodrigues Triple Jonction" (RTJ) où se touchent les plaques Antarctique, Somalienne et Indo-Australienne. Ces plaques sont séparées par des dorsales dont les vitesses d'expansion vont de 16 à 50 et 60mm/an actuellement, donc oui ça tremble de temps à autre, assez souvent en fait, pour accompagner ces mouvements : une à deux fois par mois en moyenne... Mais magnitude 6 à 260 bornes et 10km sous le plancher des veaux marins (il n'y a pas de vaches sous la mer) c'est resté tout à fait indécelable aux insulaires, malgré l'heure locale tardive, propice à ressentir les secousses. Un sismomètre a été installé depuis quelques années à Rodrigues pour étudier en détail ces mouvements tectoniques, sur le dernier point émergé le plus proche de la CIR et de la RTJ sus-nommées. L'appareil a été placé sur l'île de telle façon que les brisants sur la barrière de corail soient toujours situés à plus de 8km en profitant de l'extension du lagon ; ce qui atténue et rend plus facile le filtrage des vibrations engendrées par la houle ). On comprendra aisément, malgré des causes fort différentes d'une planète à l'autre, la nécessité d'isoler là aussi au maximum le sismomètre des perturbations environnementales locales. Chaque avion atterrissant sur l'île par exemple, possède sa signature caractéristique, dixit les sismologues avec qui j'ai causé popote, et même chaque pilote régulier des ATR semble-t-il, car la piste est courte et en dos-d'âne : tous ne sont pas également habiles à se poser court mais en douceur Voici la dite secousse sismique enregistrée ici, caractéristique de la zone : http://geoscope.ipgp.fr/index.php/fr/catalogue/description-d-un-seisme?seis=us2000k8ri Je conseille de consulter au moins les onglets "sismicité" (pour le contexte, qui se passe de commentaires), "données" et "mécanisme" du Géoscope concernant cet évènement afin de comprendre le mécanisme d'une telle secousse (ici glissements combinés sur 2 failles transformantes à 90° : cela permet de se faire une idée des renseignements qu'on peut tirer d'une simple secousse et de quoi on les tire. Il est intéressant de comparer son profil à celle enregistrée sur Mars, bien que pour cette dernière on ne dispose que de très peu d'informations. Croisons les doigts pour qu'il en advienne de plus musclées, dont on tirera une foule de caractéristiques martiennes passionnantes ! (pour ceux que le sujet intéresse - car je soupçonne qu'il en existe sur ce topic : https://fr.wikipedia.org/wiki/Jonction_triple_de_Rodrigues
  16. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    Tout comme pour moi : rien de tel qu'un bon casse-croûte pour me déstresser ! De là à ce que le sol en tremble, je ne sais pas... sur un épisode rabelaisien avec force frappes sur le ventre, qui sait ?
  17. Un article sur les trous noirs et M87*

    Bravo pour cet excellent travail de vulgarisation, un sacré boulot à n'en pas douter ! Merci pour le partage
  18. Bof : même pas le prix de deux ans de cigarettes pour qui fume un paquet par jour, ou de deux ans d'apéros pour qui fréquente régulièrement les bars... Sans parler de tous les joueurs ordinaires qui ne se lassent pas de tenter leur chance : le jack-pot pour la Française des Jeux... Ce ne sont pas les plus riches en général qui se ruinent pourtant au quotidien dans ces vices ordinaires : se "ruiner" pour s'offrir un instrument d'exception dont on jouira de nombreuses années, sans pour autant se ruiner la santé ni se mettre en péril financièrement car un bel instrument se revendra au pire sans pertes ou presque après en avoir joui le temps que c'était possible, n'est pas forcément un prix exorbitant à payer pour vivre une passion qui ne nuit à personne. Tout est relatif, n'est-ce pas
  19. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    On voit que tu ne travailles pas souvent ! Sinon tu as raison 8'zi, je verse dans la caricature, voire le raccourci facile : ces gens ne sont certes pas plus intelligents que nous (ouf ! nous voilà rassurés ) mais disons que n'étant pas soumis aux mêmes pressions électoralistes à court terme que chez nous ils peuvent se projeter un tout petit peu plus loin - ce qui semble faire leur force - entre autres raisons que tu relèves à juste titre. Ils se sentent indéniablement, aussi, sur une pente ascendante, ce qui dope incontestablement leur motivation à avancer à marche forcée. Après, je suis d'accord avec Tournesol que ceci ne durera que le temps que leur société se complexifie autant que la nôtre - à une échelle sans commune mesure. J'ignore totalement alors ce qu'il en résultera ...
  20. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Oui Mais ce qui est stupéfiant dans le cas de notre espèce, c'est que nous ne sommes en compétition qu'avec nous-mêmes ! Nous sommes donc les seuls responsables de cette situation, qui résulte exclusivement de notre atavisme à régler les problèmes par la compétition plus que par la collaboration (donc par l'affrontement plus que par la mutualisation des moyens). Or nos besoins fondamentaux sont mutualisés, que nous le voulions ou non (l'air que nous respirons, l'eau que nous buvons, l'énergie que nous utilisons, les produits que nous consommons, nourriture et autres...) S'affronter quand il faudrait coopérer, est donc un comportement archaïque hérité de notre cerveau reptilien (au moins !) totalement inadapté aux enjeux de notre époque, de là où nous en sommes, de l'indispensable mutualisation des moyens pour continuer d'avancer : les dirigeants que nous nous choisissons dans les systèmes de gouvernance que nous ne parvenons pas à réformer, ne correspondent plus en rien aux ambitions (et plus grave : aux impératifs vitaux) qui sont aujourd'hui les nôtres ! On revient à ce que je dis plus haut : notre évolution spirituelle n'accompagne pas notre évolution technologique ; elle s'avère dramatiquement à la traîne, avec toutes les redoutables conséquences qui s'ensuivent...
  21. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Oui Et ça, c'est la principale raison de garder espoir malgré tout, car l'espèce humaine est la seule (connue sur Terre ) à avoir été capable de cela ! Donc pourquoi pas, encore plusieurs fois, réussir à passer successivement d'une source à l'autre ? Il le faut. C'est vital pour nous. Et presque miraculeusement, le calendrier des disponibilités des ressources et des besoins, semble rendre la chose encore possible, à condition d'abandonner sur-le-champ notre crétinisme chronique ! Faut-il y voir l'intervention d'une divine paluche bien intentionnée ? Je ne doute pas que quelques-uns vont s'empresser de le défendre ici Mais c'est la première fois dans notre histoire - depuis la domestication du feu à une date mal déterminée - que nous y sommes contraints dans une telle urgence, et surtout globalement, solidairement, sous peine de vie ou de mort pour l'espèce tout entière ! Là, ça ne rigole plus ! (encore un peu, tout de même, entre nous, heureusement, pour rendre l'atmosphère un peu plus respirable, mais personne n'est dupe ) "Danger = opportunité", dit le sage : rien ne me semble plus vrai aujourd'hui. Nous voici à la croisée des mondes (ou des doigts ?) Dans un espace et dans un temps : les nôtres.
  22. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Pas du tout, ce ne sera pas nécessaire de débourser un centime : nous serons tous chinois ! Plus sérieusement Tournesol - quoique - je suis tout à fait d'accord avec toi : eux sont encore gouvernés par des gens qui ont un cerveau, même si leurs méthodes non démocratiques nous déplaisent ; ils vont (et sont déjà en train de) nous laminer, non seulement au plan économique, mais aussi scientifique et technique, car ils mettent le paquet dans tous les domaines-clés : enseignement, recherche, industrie. Par ailleurs tu as répondu plus haut à la question que je voulais hier te poser, à savoir de combien de temps on disposerait raisonnablement avec les réserves connues ou estimées, si on passe au thorium. Pour rester donc dans cette logique, de combien de temps les chinois ont-ils besoin pour mettre au point puis industrialiser à grande échelle la filière thorium en récupérant tous les acquis dans ce domaine ? Assez peu en regard des réserves fossiles qui nous restent ? (sachant que pour se passer d'hydrocarbures, dont on dérive d'innombrables produits, l'industrie chimique doit subir une mutation profonde aussi, et disposer d'encore plus d'énergie pour, schématiquement, synthétiser ce qui ne peut être extrait). Sur la base de la demande actuelle, si j'extrapole tes chiffres, il faudrait construire l'équivalent de 6500 tranches nucléaires standard pour passer la planète au "tout-nucléaire", c'est de cet ordre ! On peut sûrement limiter les dégâts avec le renouvelable, mais d'ici que la demande soit stabilisée... no comment. Même si ton hypothèse n'est pas réaliste concernant la stabilisation des besoins à leur niveau actuel, donc l'estimation de l'horizon d'épuisement des ressources non plus, on disposerait tout de même, en ordre de grandeur, du millénaire, pour inventer une suite et la mettre en place : il me semble que ça pourrait changer la donne, non ? Ça rendrait peut-être moins utopique l'accès futur à la fusion. Mais pas si l'homme repart de plus belle dans son fonctionnement débile, évidemment ! (c'est pas gagné, là !) Peu importe cependant que nos dirigeants français soient trop stupides - ou vendus - pour faire le nécessaire : ce n'est pas d'hier, on a déjà encouragé à fuir une quantité choquante de cerveaux et laissé s'évaporer des compétences irremplaçables en matière de nucléaire civil, depuis plusieurs dizaines d'années, avec des politiques iniques. C'est juste bien navrant pour la France. L'important maintenant c'est que quelqu'un quelque part reprenne le flambeau, en Asie ou ailleurs. Les premiers qui réussissent à mettre au point et fiabiliser la filière deviennent les rois du Monde, s'ils peuvent asseoir leur suprématie. Évidemment je ne suis pas euphorique à l'idée qu'on devienne un jour prochain tous chinois, par ce biais-là et par bien d'autres : j'imagine très bien mon impuissance 10^-10 dans une communauté humaine planétaire qui comptera bientôt 10^10 individus... Quand l'individu devient une fourmi parmi dix milliards d'autres, il s'illusionne beaucoup s'il s'imagine encore qu'on va toujours lui demander son avis pour décider comment il doit vivre, ou même seulement s'il doit vivre. Pour finir, ce sont toujours les ressources disponibles et les conditions environnementales qui contrôlent une espèce et déterminent son expansion géographique et son évolution, quel que soit le système social par lequel elle organise son fonctionnement interne. Celui-ci d'ailleurs ne fait qu'optimiser la gestion des ressources et des menaces. On le voit avec les insectes sociaux : ça ne va pas dans le sens de la démocratie, en général. Je ne partage pas ta belle confiance en un avenir radieux Tournesol (ou alors très lointain). Non à cause d'une supposée impasse technologique - à laquelle je ne crois pas, tant est remarquable l'ingéniosité humaine pour contourner les obstacles - mais plutôt en raison du fonctionnement désespérant de la psyché de l'homme, chez qui je doute d'une évolution intérieure notable de nature à me convaincre qu'il se serait substantiellement amélioré sur la période historique (c'est intéressant d'étudier l'Histoire ). Ce, malgré ses découvertes et avancées extraordinaires sur les plans scientifique et technique. En parallèle, sur ma seule petite durée de vie, je constate une dégradation objective, considérable, de mon environnement vital. Nous épuisons à grande vitesse toutes nos ressources. Mauvaise combinaison de ces deux facteurs, à grande échelle, dont le second nécessiterait d'immenses progrès du premier pour être surmonté : ça ne colle pas. Si le subconscient humain évolue, c'est comme pour toutes les espèces, au fil des générations successives : combien en faut-il - des centaines ? - pour produire un changement significatif ? Cela représenterait des millénaires vu le temps qui sépare deux générations successives... C'est beaucoup trop lent pour s'adapter à la vitesse des bouleversements qu'ont engendré nos fulgurants progrès techniques et l'impact croissant qu'ils ont sur nos existences d'une génération à la suivante. On m'objectera que l'Homme est une exception particulièrement intelligente, un être social, qu'il se forme par l'apprentissage et l'éducation, grâce à quoi il a la capacité d'évoluer beaucoup plus vite que les autres espèces d'une génération à l'autre : c'est sûrement vrai, en partie. Pourtant force est de constater qu'il demeure toujours aussi incapable de construire durablement ; tandis qu'il a fait d'innombrables fois la preuve, aussi loin qu'on puisse remonter et jusqu'à présent, de ses pulsions destructrices. Ce hiatus grandissant à une vitesse exponentielle, ne fait que mettre entre les mains d'un Homme toujours aussi inconscient et immature, des outils d'une puissance toujours plus démesurée, constructrice ou destructrice selon l'usage qu'il en fait. Or la démesure, il n'en manque pas, plus souvent pour le pire que le meilleur ! Ça ne s'appelle pas faire du catastrophisme : c'est juste regarder froidement les choses en face, derrière l'écran de fumée des merveilles technologiques qui pourraient être extraordinairement bénéfiques à condition d'être gérées et exploitées très intelligemment, collectivement, dans l'intérêt commun pourtant manifeste, mais qui se révèlent en pratique des catastrophes inimaginables... Pour la première fois dans l'histoire on voit diminuer les capacités cognitives de l'Homme dans les pays "développés" : qu'est-ce que ça signifie ?
  23. Actualités de Curiosity - 2013

    Merci Daniel, de toutes ces explications sur le forage : il m'avait échappé que la percussion pouvait encore être plus ou moins activée malgré les problèmes rencontrés (et pour toutes les autres explications aussi, bien sûr )
  24. Falcon Heavy : l'Odysée de la Tesla dans l'espace

    Tu as tout à fait raison, je te prie de m'en excuser : je m'enflamme inutilement, c'est du gaspillage d'énergie dans un contexte où elle est si précieuse Cette manière est difficilement recevable, j'en conviens volontiers. De temps à autre pourtant, verser un peu dans la démesure du propos - se lâcher - a quelque chose de jubilatoire voire de libérateur : au diable la retenue de bon aloi quand il s'agit de se battre pour survivre ! Paroles pleines de sagesse appliquées aux sur-consommateurs que nous sommes : j'aurais dû m'en tenir à cela, car je partage pleinement Après, la situation de tous n'est pas comparable de par le monde : 30 millions d'indiens viennent seulement d'être raccordés au réseau électrique domestique ces deux dernières années (un demi milliard d'indiens se sont vus raccordés de 2000 à aujourd'hui !) On imagine mal le défi que ça représente, et encore moins de leur demander de continuer de s'en passer...