jackbauer

Member
  • Content count

    1464
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1
  • Country

    France

Everything posted by jackbauer

  1. On ne s'en lasse pas ; Encore jamais vu sous cet angle :
  2. Nouvelle comète ! C/2020 F3

    https://www.lemonde.fr/blog/autourduciel/2020/07/06/une-tres-belle-comete-est-visible-a-laube/ Un article de Guillaume Cannat avec 2 cartes :
  3. 4 photos de la dernière mission en date (30 juin) d'une Falcon-9 (une du décollage et trois du retour du 1er étage) :
  4. Nouvelle comète ! C/2020 F3

    Depuis l'Arizona :
  5. Nouvelle comète ! C/2020 F3

    Vue de l'ISS, avec des nuages noctiluques en prime : Vue de Chine : Au dessus de l'observatoire de Nice : Depuis Paris :
  6. Spektr-RG, observatoire spatial (Rayons X)

    http://www.mpe.mpg.de/7461950/news20200619 Je croyais que Bob allait compléter avec les images mises en ligne par le Max Planck Institute ; En voici quelques unes :
  7. Nouvelle comète ! C/2020 F3

    Superbe ! Je ne m'attendais pas à la voir si grande !! Par chance le ciel était dégagé et j'ai simplement ouvert le vélux de ma chambre pour l'observer aux jumelles Ne la ratez pas, ça vaut le coup d'oeil
  8. Actualités de Curiosity - 2013

    Un nouveau communiqué de la NASA avec quelques chouettes photos : https://www.nasa.gov/feature/jpl/curiosity20200706 Assemblée à partir de 28 images, le rover Curiosity Mars de la NASA a capturé cette vue depuis "Greenheugh Pediment" le 9 avril 2020, le 2729e jour martien, ou sol, de la mission. Au premier plan, le chapeau de grès du fronton. Au centre se trouve «l'unité argileuse»; le sol de Gale Crater est au loin. Les textures semblables à de la chair de poule au centre de cette image ont été formées par l'eau il y a des milliards d'années. Le rover Curiosity Mars de la NASA les a découverts alors qu'il était sur la pente du fronton de Greenheugh le 24 février 2020 (le 2685e jour martien, ou sol, de la mission). Faite à partir de 116 images, cette vue capturée par le rover Curiosity Mars de la NASA montre le chemin qu'elle prendra à l'été 2020 alors qu'elle se dirige vers la prochaine région qu'elle étudiera, «l'unité sulfatée».
  9. Nouvelle comète ! C/2020 F3

    Et bien voila, grâce à C&E : https://www.cieletespace.fr/actualites/observez-a-l-oeil-nu-la-comete-neowise-dans-le-ciel-du-matin
  10. mars 2020 rover

    Tu n'as pas à t'excuser ! Je comprend mieux maintenant les petits problèmes de communication (qui ne sont pas bien graves !)
  11. Pendant ce temps, à Boca Chica, on vient d'installer une jolie petite grue... Elle va servir à construire le bâtiment où sera assemblé le "Super Heavy" (le 1er étage du Starship) Espérons qu'il n'y ait pas de tornade dans les environs...
  12. Hayabusa 2 à l'assaut de Ryugu

    En attendant le retour de la sonde, quelques mangas pour résumer la mission : http://www.hayabusa2.jaxa.jp/topics/kochihaya_comic/
  13. Un récent communiqué du CNES concernant le moteur Prometheus : https://cnes.fr/fr/lanceurs-prometheus-un-moteur-de-rupture-pour-les-futurs-lanceurs "...Il sera un élément déterminant de la compétitivité des futurs lanceurs européens. La préparation du moteur Prometheus se poursuit, avec 2 exemplaires de démonstration bientôt prêts pour une 1ere campagne d’essais. Ce moteur de nouvelle génération qui devrait succéder aux actuels Vulcain et Vinci à l’horizon 2030, vise un coût de production unitaire de 1 million d’euros, divisé par 10 par rapport à ses prédécesseurs..."
  14. Un trou noir né trop tôt ?

    ça c'est l'hypothèse du "Big Crunch". Mais pour l'instant ce qu'on constate c'est une expansion accélérée de l'univers : toutes les galaxies s'éloignent les unes des autres de plus en plus vite... Pas de Big Bang à l'envers en prévision !
  15. OneWeb dépose le bilan

    https://www.lemonde.fr/economie/article/2020/07/04/le-gouvernement-britannique-met-la-main-sur-la-constellation-oneweb_6045198_3234.html Article en partie accessible : Le gouvernement britannique met la main sur la constellation OneWeb Evincé de Galileo, après le Brexit, Londres veut s’appuyer sur ce système de satellites basse orbite pour disposer d’un GPS plus précis.
  16. https://www.sciencealert.com/astronomers-have-located-the-centre-of-the-solar-system-to-within-100-metres Encore un truc qui ne sert à rien me direz vous ? Que nenni ! Traduction automatique : Les astronomes ont localisé le centre du système solaire à moins de 100 mètres Lorsque vous imaginez le système solaire dans votre tête, la plupart des gens penseraient au soleil, immobile et immobile au centre, avec tout le reste gravitant autour de lui. Mais chaque corps du système solaire exerce également son propre effet gravitationnel sur l'étoile, la faisant se déplacer un tout petit peu. Par conséquent, le centre gravitationnel précis (ou barycentre) du système solaire n'est pas un smack-bang au milieu du Soleil, mais quelque part plus près de sa surface, juste à l'extérieur. Mais il n'a pas été facile pour nous de déterminer exactement où se trouve ce barycentre, en raison de la myriade d'influences gravitationnelles en jeu. Maintenant, à l'aide d'un logiciel spécialement conçu, une équipe internationale d'astronomes a réduit l'emplacement du barycentre de notre système solaire à moins de 100 mètres (328 pieds) - et cela pourrait considérablement améliorer nos mesures des ondes gravitationnelles. Tout cela a à voir avec les pulsars . Ces étoiles mortes peuvent tourner extrêmement rapidement, à des échelles de temps d'une milliseconde, projetant des faisceaux de rayonnement électromagnétique à partir de leurs pôles. S'ils sont bien orientés, ces faisceaux passent devant la Terre comme un phare cosmique très rapide, créant un signal pulsé extrêmement régulier. Cette impulsion régulière est utile pour toutes sortes de choses, de la sonde du milieu interstellaire à un système de navigation potentiel . Au cours des dernières années, des observatoires, dont l'Observatoire nord-américain de Nanohertz pour les ondes gravitationnelles (NANOGrav), ont commencé à les utiliser pour rechercher des ondes gravitationnelles à basse fréquence, car les ondes gravitationnelles devraient provoquer des perturbations très subtiles dans la synchronisation d'un ensemble de pulsars à travers le ciel. . "En utilisant les pulsars que nous observons à travers la galaxie de la Voie lactée, nous essayons d'être comme une araignée assise dans le silence au milieu de sa toile", a expliqué l'astronome et physicien Stephen Taylor de l'Université Vanderbilt et de la collaboration NANOGrav . "La façon dont nous comprenons bien le barycentre du système solaire est essentielle alors que nous essayons de détecter le moindre picotement sur le Web." En effet, des erreurs dans le calcul de la position de la Terre par rapport au barycentre du système solaire peuvent affecter nos mesures de synchronisation des pulsars, ce qui peut à son tour affecter nos recherches d'ondes gravitationnelles à basse fréquence. Une partie du problème est Jupiter. Par une très grande marge, il a le plus fort effet gravitationnel sur le Soleil - les influences des autres planètes sont minuscules en comparaison. Nous savons combien de temps Jupiter met en orbite autour du Soleil - environ 12 années terrestres - mais notre compréhension de cette orbite est incomplète. Auparavant, les estimations de l'emplacement du barycentre s'appuyaient sur le suivi Doppler - comment la lumière des objets change lorsque nous (ou nos instruments) nous rapprochons ou nous éloignons d'eux - pour calculer les orbites et les masses des planètes. Mais toute erreur dans ces masses et orbites peut introduire des erreurs qui pourraient ressembler beaucoup à des ondes gravitationnelles. Et lorsque l'équipe a utilisé ces ensembles de données existants pour analyser les données NANOGrav, elle a continué d'obtenir des résultats incohérents. "Nous ne détections rien d'important dans nos recherches d' ondes gravitationnelles entre les modèles du système solaire, mais nous obtenions de grandes différences systématiques dans nos calculs", a déclaré l'astronome Michele Vallisneri du Jet Propulsion Laboratory de la NASA. "En règle générale, plus de données fournissent un résultat plus précis, mais il y a toujours eu un décalage dans nos calculs." C'est là que le logiciel de l'équipe entre en scène. Il s'appelle BayesEphem, et il est conçu pour modéliser et corriger les incertitudes sur les orbites du système solaire les plus pertinentes pour les recherches d'ondes gravitationnelles utilisant des pulsars - Jupiter en particulier. Lorsque l'équipe a appliqué BayesEphem aux données NANOGrav, elle a pu fixer une nouvelle limite supérieure sur le fond des ondes gravitationnelles et les statistiques de détection. Et ils ont pu calculer un nouvel emplacement plus précis pour le barycentre du système solaire qui, à l'avenir, pourrait permettre des détections d'ondes gravitationnelles à basse fréquence beaucoup plus précises. "Notre observation précise des pulsars dispersés à travers la galaxie s'est mieux localisée dans le cosmos que jamais auparavant", a déclaré Taylor . "En trouvant des ondes gravitationnelles de cette façon, en plus d'autres expériences, nous obtenons une vue d'ensemble plus holistique de tous les différents types de trous noirs dans l'Univers." La recherche a été publiée dans The Astrophysical Journal .
  17. Non, cette vidéo sur le site de Futura sciences n'illustre pas directement les travaux à l'origine de l'ouverture de ce fil ; Tu te doutes bien que 100m à l'échelle du système solaire c'est pas possible... ça illustre surtout les mouvements du Soleil à cause des planètes.
  18. Je vois que le sujet ne vous a pas laissé indifférent ! Un article de Futura sciences reprend l'info, agrémenté d'une petite simulation : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/systeme-solaire-on-trouve-vrai-centre-systeme-solaire-81782/ extrait : "...Les scientifiques ont donc mis au point un algorithme baptisé BayesEphem, dans lequel ils ont introduit les différents paramètres (orbites et masses des planètes et des astéroïdes avec leur évolution dans le temps) et corrigé le tout avec un logiciel réduisant les perturbations liées aux ondes gravitationnelles pour coller aux observations du NANOGrav. Le système n'est pas parfait, puisqu'il est basé sur seulement 11 années d'observations, mais il donne tout de même une estimation plus précise du centre de gravité du Système solaire. Surtout, il fournit une base solide pour les futures détections d'ondes gravitationnelles du NANOGrav ou d'autres détecteurs, font valoir les auteurs. « Nous pourrons ainsi réduire les incohérences et obtenir des éphémérides [de pulsars] grandement améliorés », font-ils valoir..."
  19. Gaia, bientôt J-100!

    (suite) Et puis il faut penser au futur... On pense déjà à un nouveau GAIA qui fonctionnerait dans le proche infrarouge :
  20. Gaia, bientôt J-100!

    Un meeting (en ligne) entièrement consacré à la mission se déroule actuellement ; Une grande quantité de documents sont accessibles : http://great.ast.cam.ac.uk/Greatwiki/GreatMeet-PM13 J'en ai ouvert quelques uns. D'abord des nouvelles pour le nouveau catalogue : la date de publication va bientôt être annoncée (ce sera pour la fin de l'année, le coranovirus a retardé les travaux). Le satellite se comporte très bien et devrait pouvoir faire des mesures jusque novembre 2024/mars 2025
  21. Objectif Mars en 2021 pour les E.A.U.

    Quelques photos de la fusée japonaise H-IIA en préparation qui va effectuer le lancement :
  22. mars 2020 rover

    Roul c'est bien, tu as posté dans le bon topic cette fois. Maintenant pour ta question regarde juste le message qui précède le tien !