jackbauer

Member
  • Content count

    1464
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1
  • Country

    France

Everything posted by jackbauer

  1. Et bin voila !! Vous voyez bien qu' Elon se préoccupe du problème !! A partir du 9ème lancement, changement d'angle des panneaux solaires et intégration d'un parasol (!??)
  2. Espérons que Bob ne voit pas ça il va encore parler d'OVNI...
  3. idem ça repasse dans combien de temps ?
  4. Déploiement des 60 Starlink On aimerait bien voir comment ils se séparent... p.s : ça vient de passer juste au dessus de chez moi
  5. Et hop ! Lancement réussi et 1er étage récupéré sur la barge !!
  6. Il y a d'autres Starlink qui nous survolent en ce moment même : c'est peut-être eux !?
  7. Nouveau lancement de 60 Starlink ce soir ! Décollage prévu à 21h30 (heure française) ; On devrait les voir passer dans le ciel une quinzaine de minutes plus tard par chez nous... C'est le 4ème vol du 1er étage de la Falcon à suivre en direct ici :
  8. Retour d'échantillons martiens

    C'est une collaboration internationale donc espérons que ça tienne le cap : https://www.futura-sciences.com/sciences/actualites/astronautique-nasa-devoile-fusee-quittera-mars-echantillons-sol-16421/ extrait : Très contrainte concernant sa taille et sa masse pour des raisons d'encombrements, le MAV ne doit pas mesurer plus de 2,8 mètres et son diamètre est limité à 57 petits centimètres. Au décollage, sa masse ne devra pas dépasser les 400 kilogrammes -- dont 14 à 16 kilogrammes représentent la masse du conteneur abritant les échantillons -- sous peine d'avoir des difficultés à rejoindre l'orbite martienne. Par rapport à la taille d'un lanceur terrestre, tel que Ariane 5 qui mesure plus de 50 mètres de haut, les dimensions du MAV peuvent paraître lilliputiennes. Mais la gravité martienne, qui représente seulement 38 % de celle de la Terre, rend possible le décollage d'une fusée de ce gabarit.
  9. La revue Nature publie les résultats des observations effectuées par différentes équipes avec Hubble et ALMA https://www.nasa.gov/feature/interstellar-comet-borisov-reveals-its-chemistry-and-possible-origins La comète interstellaire Borisov révèle sa chimie et ses origines possibles Le 30 août 2019, lorsque l'astronome amateur Gennady Borisov a regardé le ciel avec son télescope fait maison, il a repéré un objet se déplaçant dans une direction inhabituelle. Maintenant appelé 2I / Borisov, ce point de lumière incontrôlé s'est avéré être la première comète confirmée à entrer dans notre système solaire depuis un endroit inconnu au-delà de l'influence de notre Soleil. Partout, les astronomes se sont précipités pour jeter un œil à certains des instruments les plus puissants du monde, dans l'espoir d'en apprendre le plus possible sur le mystérieux visiteur. Maintenant, grâce aux observations avec le télescope spatial Hubble de la NASA et le réseau de grands millimètres / submillimètres Atacama de l'Observatoire national de radioastronomie (ALMA), les astronomes ont compris que 2I / Borisov a une composition inhabituelle. Plus précisément, elle a une concentration plus élevée de monoxyde de carbone que n'importe quelle comète vue à une distance similaire; c'est-à-dire à environ 200 millions de miles (300 millions de kilomètres) du Soleil. Cela suggère aux scientifiques que la comète aurait pu se former autour d'une naine rouge - un type d'étoile plus petit et plus faible que le Soleil - bien que d'autres types d'étoiles soient possibles. Une autre idée est que 2I / Borisov pourrait être un fragment riche en monoxyde de carbone d'une petite planète. (...) Commentaire sous la photo : Il s'agit d'une séquence temporelle compressant les observations du télescope spatial Hubble de la comète 2I / Borisov, couvrant une période de sept heures. En tant que deuxième objet interstellaire connu à entrer dans notre système solaire, la comète se déplace à une vitesse vertigineuse de 110 000 miles par heure (180 000 kilomètres par heure). Pour photographier la comète, Hubble doit le suivre, comme un photographe traçant un cheval de course. Par conséquent, les étoiles d'arrière-plan sont striées dans les cadres d'exposition. Un satellite artificiel traverse également le champ de vision. Hubble révèle une concentration centrale de poussière autour d'un noyau invisible. La comète 2I / Borisov n'est que le deuxième objet interstellaire de ce type connu à avoir traversé le système solaire https://www.almaobservatory.org/en/press-release/alma-reveals-unusual-composition-of-interstellar-comet-2i-borisov/ ALMA dévoile la composition inhabituelle de la comète interstellaire 2I / Borisov Un visiteur galactique est entré dans notre système solaire l'année dernière - la comète interstellaire 2I / Borisov. Lorsque les astronomes ont pointé le tableau Atacama Large Millimeter / submillimeter Array (ALMA) vers la comète les 15 et 16 décembre 2019, pour la première fois, ils ont observé directement les produits chimiques stockés à l'intérieur d'un objet à partir d'un système planétaire autre que le nôtre. Cette recherche est publiée en ligne le 20 avril 2020 dans la revue Nature Astronomy . Les observations ALMA d'une équipe de scientifiques internationaux dirigée par Martin Cordiner et Stefanie Milam au Goddard Space Flight Center de la NASA à Greenbelt, Maryland, ont révélé que le gaz sortant de la comète contenait des quantités inhabituellement élevées de monoxyde de carbone (CO). La concentration de CO est supérieure à ce que quiconque a détecté dans une comète à moins de 2 unités astronomiques ( au) du Soleil, c'est-à-dire à moins de 186 millions de miles ou 300 millions de kilomètres [1]. La concentration de CO de 2I / Borisov était estimée entre neuf et 26 fois plus élevée que celle de la comète moyenne du système solaire. Les astronomes souhaitent en savoir plus sur les comètes, car ces objets passent la plupart de leur temps à grande distance de toute étoile dans des environnements très froids. Contrairement aux planètes, leur composition intérieure n'a pas changé de manière significative depuis leur naissance. Par conséquent, ils pourraient en révéler beaucoup sur les processus qui se sont produits lors de leur naissance dans les disques protoplanétaires. "C'est la première fois que nous regardons à l'intérieur d'une comète de l'extérieur de notre système solaire", a déclaré l'astrochimiste Martin Cordiner, "et c'est radicalement différent de la plupart des autres comètes que nous avons vues auparavant." ALMA a détecté deux molécules dans le gaz éjecté par la comète: le cyanure d'hydrogène (HCN) et le monoxyde de carbone (CO). Alors que l'équipe s'attendait à voir du HCN, qui est présent dans 2I / Borisov à des quantités similaires à celles trouvées dans les comètes du système solaire, ils ont été surpris de voir de grandes quantités de CO. " qui n'est présent qu'aux températures les plus basses de l'espace, en dessous de -420 degrés Fahrenheit (-250 degrés Celsius) », a déclaré la planéticienne Stefanie Milam. «ALMA a contribué à transformer notre compréhension de la nature des matériaux cométaires dans notre propre système solaire - et maintenant avec cet objet unique provenant de nos voisins. Ce n'est qu'en raison de la sensibilité sans précédent d'ALMA aux longueurs d'onde submillimétriques que nous sommes en mesure de caractériser le gaz sortant de ces objets uniques », a déclaré Anthony Remijan de l'Observatoire national de radioastronomie de Charlottesville, Virginie et co-auteur de l'article. Le monoxyde de carbone est l'une des molécules les plus courantes dans l'espace et se trouve à l'intérieur de la plupart des comètes. Pourtant, il y a une énorme variation dans la concentration de CO dans les comètes et personne ne sait vraiment pourquoi. Une partie de cela pourrait être liée à l'endroit où dans le système solaire une comète s'est formée; certains ont à voir avec la fréquence à laquelle l'orbite d'une comète la rapproche du Soleil et la conduit à libérer ses glaces plus facilement évaporées. "Si les gaz que nous avons observés reflètent la composition du lieu de naissance de 2I / Borisov, cela montre qu'il peut s'être formé d'une manière différente de nos propres comètes du système solaire, dans une région externe extrêmement froide d'un système planétaire éloigné", a ajouté Cordiner. . Cette région peut être comparée à la région froide des corps glacés au-delà de Neptune, appelée la ceinture de Kuiper. L'équipe ne peut que spéculer sur le type d'étoile qui a hébergé le système planétaire de 2I / Borisov. "La plupart des disques protoplanétaires observés avec l'ALMA se trouvent autour de versions plus jeunes d'étoiles de faible masse comme le Soleil", a déclaré Cordiner. «Beaucoup de ces disques s'étendent bien au-delà de la région où nos propres comètes se seraient formées et contiennent de grandes quantités de gaz et de poussière extrêmement froids. Il est possible que 2I / Borisov provienne d'un de ces disques plus gros. » En raison de sa vitesse élevée lorsqu'il traversait notre système solaire (33 km / s ou 21 miles / s), les astronomes soupçonnent que 2I / Borisov a été expulsé de son système hôte, probablement en interagissant avec une étoile qui passe ou une planète géante. Il a ensuite passé des millions ou des milliards d'années dans un voyage froid et solitaire à travers l'espace interstellaire avant d'être découvert le 30 août 2019 par l'astronome amateur Gennady Borisov. 2I / Borisov n'est que le deuxième objet interstellaire à être détecté dans notre système solaire. Le premier - 1I / 'Oumuamua - a été découvert en octobre 2017, date à laquelle il était déjà en voie de disparition, ce qui rend difficile de révéler les détails concernant s'il s'agissait d'une comète, d'un astéroïde ou d'autre chose. La présence d'un coma de gaz et de poussière actif entourant 2I / Borisov en a fait la première comète interstellaire confirmée. Jusqu'à ce que d'autres comètes interstellaires soient observées, la composition inhabituelle de 2I / Borisov ne peut pas être facilement expliquée et soulève plus de questions qu'elle n'en répond. Sa composition est-elle typique des comètes interstellaires? Verrons-nous plus de comètes interstellaires dans les années à venir avec des compositions chimiques particulières? Que révéleront-ils sur la formation des planètes dans d'autres systèmes stellaires? "2I / Borisov nous a donné un premier aperçu de la chimie qui a façonné un autre système planétaire", a déclaré Milam. "Mais ce n'est que lorsque nous pourrons comparer l'objet à d'autres comètes interstellaires que nous apprendrons si 2I / Borisov est un cas spécial, ou si chaque objet interstellaire a des niveaux de CO inhabituellement élevés." Papier en accès libre (Nature) : https://www.nature.com/articles/s41550-020-1087-2
  10. Exoplanètes : dernières découvertes

    Terrible nouvelle : la planète Fomahault b, une des rares à avoir été imagée, est en fait... un nuage de poussière !! https://www.nasa.gov/feature/goddard/2020/exoplanet-apparently-disappears-in-latest-hubble-observations
  11. Conseils confinement

    Déconfinement en vue ! Les serveuses commencent à s'entraîner pour la reprise...
  12. Des Starlink photographiés depuis l'ISS !!
  13. Exoplanètes : dernières découvertes

    https://www.science-et-vie.com/ciel-et-espace/kepler-1649c-une-nouvelle-terre-a-300-annees-lumiere-d-ici-55336 SuperF va encore se moquer ! Un certain S.B (Science & Vie) se fait le relais des américains pour une nouvelle "nouvelle Terre" découverte dans les données du satellite KEPLER La planète, Kepler-1649 c, fait 1.06 fois le rayon de la Terre et orbite une naine rouge distante de 300 a.l ; Son ensoleillement est de 75% du notre : elle se situe dans la fameuse "zone habitable" Communiqué de la NASA : https://www.nasa.gov/press-release/earth-size-habitable-zone-planet-found-hidden-in-early-nasa-kepler-data Le papier sur arXiv : https://arxiv.org/abs/2004.06725
  14. En fouinant je suis tombé sur ce document de la FCC (Federal Communications Commission) qui date d'il y a deux jours (17 avril 2020) SpaceX veut redescendre 2824 satellites prochainement lancés d'une altitude de 1100/1330 km à 540/570 km. Motif : en fin de vie ils disparaîtront plus rapidement dans l'atmosphère et ils seront moins nombreux à être visibles en un point donné pour un observateur... Je cite aussi le passage concernant les efforts présents et futurs pour lutter contre la pollution lumineuse https://fcc.report/IBFS/SAT-MOD-20200417-00037/2274315 B. SpaceX is Working with Astronomers to Ensure its Operations Have No Material Impact on Views of the Night SkyLastly, while many were excited after SpaceX’s first launches, some in the optical astronomy community voiced concern that the light reflected from those satellites could interfere with their space observations.19 SpaceX is committed to promoting all forms of space exploration, which is why it was the first NGSO licensee in its processing round to reach an agreement with radio astronomers to ensure its service does not interfere with radio observatories.20While the Commission does not have jurisdiction over the visibility of satellites, SpaceX nonetheless would like to take this opportunity to explain its efforts to address the concerns of optical astronomers. In fact, SpaceX has already taken a number of proactive steps to ensure it does not materially impact optical astronomy. While no established guidelines or standards exist for acceptable levels of reflection from spacecraft, SpaceX is working with U.S. and international astronomy organizations and observatories to measure scientifically the actual impact of its satellites. SpaceX is studying the brightness of its satellites both during deployment and during on-orbit configuration, with the goal of finding potential avenues for amelioration if appropriate.21SpaceX has already determined that during the orbit-raising phase of its operations, the satellites are closely clustered and their solar arrays are in a special low-drag configuration, making them more visible from the ground. Once the satellites reach their operational altitude and begin on station service—where the satellites spend the vast majority of their lifetime—their orientation changes and the satellites become significantly less visible from the ground. To decrease visibility during this phase of operations, SpaceX is testing an experimental darkening treatment on one in-orbit satellite to further reduce the visibility (albedo) on the body of the satellites. Initial results indicate that this treatment made the satellite invisible to the naked eye, making it a successful first step in our work with the community.22 Additionally, SpaceX will make satellite tracking data available so astronomers can better coordinate their observations with our satellites. These measures along with our work with leading astronomy groups will enable SpaceX to bring the substantial benefits of broadband access to underserved populations around the world without materially impacting views of the night sky.In addition to the benefits to space safety mentioned above, the altitude decreases will decrease the period of time during which any individual satellite is visible and decrease the total number of satellites simultaneously visible from a single location. These modifications will also give the lowered satellites a similar brightness profile to those recently launched. For these reasons, we also believe that this modification will have a positive impact on satellite albedo overall.SpaceX’s operations at a lower altitude will not have an overall negative affect on astronomy because brightness is not simply a function of altitude. Critically, contrary to unsupported statements made to the press, operating at higher orbits does not alleviate the need for operators to take additional steps to mitigate their impact on optical astronomy. Based on SpaceX’s research and work with astronomers, the actual situation is much more complicated. While satellites operating at a higher altitude will tend to be less bright, they will also be subject to a number of other factors that will actually increase their potential to harm astronomical observations. For instance, the satellites will have longer overall exposure time as they will be outside the Earth’s shadow for a more prolonged period. Furthermore, just as a higher orbit could increase the potential for in-line interference because more satellites will be operating above the horizon, more satellites will also be visible to astronomers at any given site for longer. Given these complexities, SpaceX encourages other satellite operators to work with astronomers to study the actual harm caused by their constellations. Together, the satellite industry and optical astronomers can find concrete ways supported by empirical data to mitigate their impact on space exploration.
  15. Une grande date pour SpaceX et la NASA !! Pour la 1ère fois depuis le retrait des navettes spatiales, des astronautes américains vont être envoyés dans l'espace avec un lanceur made in USA !! Une Falcon 9 avec une CrewDragon et deux hommes à bord : rendez-vous le 27 mai !!
  16. New Horizons - Pluton, nous voilà !

    voir le post de Bob du 26 février
  17. Image du centre de la VL

    ça ne concerne pas notre Voie Lactée, mais comme il s'agit d'une observation réalisée également avec le réseau d'antennes Meerkat en Afrique du Sud, je poste ici cette étonnante découverte. En voiture pour la lointaine galaxie ESO 137-006 ! Traduction d'un article de Sky & Telescope : https://skyandtelescope.org/astronomy-news/vast-magnetic-strings-puzzle-astronomers/ Au centre de l'amas de la galaxie Norma, à 220 millions d'années-lumière dans le ciel de l'hémisphère sud, se trouve une grande galaxie brillante. Un trou noir supermassif à son noyau alimente deux faisceaux de particules et de rayonnement qui jaillissent de la galaxie et s'enfoncent directement dans le gaz environnant. Même lorsqu'ils fleurissent et se gonflent comme dans des vents d'ouragan, les jets continuent pendant des centaines de milliers d'années-lumière. Comme si ce n'était pas assez fantastique, maintenant un réseau radio en Afrique du Sud connu sous le nom de MeerKAT a révélé trois «chaînes» qui relient en quelque sorte les deux jets. Les cordes, tendues d'un lobe à l'autre comme des nouilles chinoises tirées à la main, s'étendent jusqu'à 261 000 années-lumière à travers l'espace extragalactique. Bien que n'étant pas entièrement sans précédent, des chaînes comme celle-ci n'ont jamais été vues à ce niveau de détail, et les résultats invitent à spéculer sur l'origine des chaînes. Mpati Ramatsoku (Université de Rhodes, Afrique du Sud et INAF – Observatoire astronomique de Cagliari, Italie) et ses collègues ont publié les observations dans le numéro d'avril d' Astronomie et Astrophysique . LES CORDES SONT-ELLES RÉELLES? MeerKAT est un réseau de 64 antennes radio, chacune de la taille d'une semi-remorque, qui ont travaillé ensemble pour imager la galaxie ESO 137-006 à des fréquences radio de 1 GHz et 1,4 GHz. En tant que précurseur du prochain Square Kilometer Array en cours de construction en Afrique du Sud et en Australie, MeerKAT offre une résolution sans précédent à ces fréquences. Les instruments précédents avaient fait allusion à des structures en forme de chaîne entre les jets dans quelques sources précédentes, peut-être plus particulièrement un seul filament reliant les jets s'étendant de chaque côté de la radio galaxie 3C 338 . Mais ce filament pourrait être le reste d'un jet plus ancien. L'image nette de MeerKAT de l'ESO 137-006 fournit une preuve sans ambiguïté de chaînes distinctes des jets qu'ils connectent. Gregory Taylor (Université du Nouveau-Mexique), qui n'était pas impliqué dans l'étude, dit que les résultats peuvent être pris au pied de la lettre: «Je ne vois aucun moyen pour les erreurs typiques que nous rencontrons en interférométrie (telles que les interférences de fréquence radio ou erreurs d’étalonnage) pour générer ces caractéristiques. À l'appui de la crédibilité des caractéristiques, ajoute-t-il, le nombre et la variété des filaments dans les deux lobes, à la fois droits et courbes PLASMA SUR UNE CHAÎNE MAGNÉTIQUE Si les fonctionnalités sont réelles, la question demeure: quelles sont- elles? L'analyse de Ramatsoku et de ses collègues sur les données radio a déterminé que les ondes radio qu'elles émettent proviennent d'électrons en spirale alors qu'ils sillonnent le long des lignes de champ magnétique. Il s'agit d'un type courant d'émission de jets appelé rayonnement synchrotron . De plus, les données suggèrent que les trois chaînes se sont formées à peu près au même moment. Les électrons se lassent de leur spirale, ralentissant à mesure qu'ils rayonnent de l'énergie, ce qui change la nature de l'émission au fil du temps. Mais les chaînes révélées dans les données MeerKAT ont toutes le même type d'émission synchrotron. Donc, en résumé, les cordes sont des lignes magnétiques enfilées avec du plasma, toutes trois nées en même temps. Cependant, ces résultats laissent encore beaucoup de place à la spéculation, et les chercheurs suggèrent quelques scénarios possibles. Par exemple, alors que la galaxie tir à réaction pousse à travers le gaz mince qui l'entoure, il se pourrait que les lobes de jets en fleurs interagissent d'une manière ou d'une autre avec ce gaz, traînant des lignes de champ magnétique et du plasma derrière eux. Mais les scénarios spéculatifs doivent être étudiés plus avant, selon les chercheurs, à la fois en termes de travaux théoriques et d'observations supplémentaires. «Je pense que les filaments de l'ESO 137-006 nous parlent de champs magnétiques exceptionnellement forts en jeu dans ces lobes radio», dit Taylor. "Pourtant, il est étonnant que ces caractéristiques puissent être maintenues [sur de grandes distances et dans de très longs temps] sans être brisées par le passage d'autres galaxies dans l'amas." la publication scientifique : https://www.aanda.org/articles/aa/pdf/2020/04/aa37800-20.pdf Collimated synchrotron threads linking the radio lobes of ESO 137-006
  18. L'affaire traitée par "ça se passe la haut" : http://www.ca-se-passe-la-haut.fr/2020/04/observation-dune-precession-relativiste.html#more Observation d'une précession relativiste autour de Sgr A*
  19. Exoplanètes : dernières découvertes

    Le satellite CHEOPS a passé tous les tests avec succès et est maintenant disponible pour les scientifiques ! Communiqué (traduction automatique) : http://www.esa.int/Science_Exploration/Space_Science/Cheops/Cheops_observes_its_first_exoplanets_and_is_ready_for_science Cheops observe ses premières exoplanètes et est prêt pour la science Cheops, la nouvelle mission exoplanète de l'ESA, a achevé avec succès ses près de trois mois de mise en service en orbite, dépassant ainsi les attentes de ses performances. Le satellite, qui commencera ses opérations scientifiques de routine d'ici la fin avril, a déjà obtenu des observations prometteuses d'étoiles connues hébergeant des exoplanètes, avec de nombreuses découvertes passionnantes à venir. Avec la première série d'essais en vol, effectuée entre janvier et février, les experts de la mission ont commencé à analyser la réponse du satellite, et en particulier du télescope et du détecteur, dans l'environnement spatial réel. En mars, Cheops s'est concentré sur des étoiles bien étudiées. «Pour mesurer la performance de Cheops, nous avons d'abord dû observer des étoiles dont les propriétés sont bien connues, des étoiles qui se comportent bien - choisies à la main pour être très stables, sans signe d'activité», explique Kate Isaak, scientifique du projet Cheops à l'ESA. Cette approche a permis aux équipes de l'ESA, du consortium de la mission et d'Airbus Espagne - le maître d'œuvre - de vérifier que le satellite est aussi précis et stable que nécessaire pour atteindre ses objectifs ambitieux. "Le pointage est extrêmement stable: cela signifie que si le télescope observe une étoile pendant des heures tandis que le vaisseau spatial se déplace le long de son orbite, l'image de l'étoile reste toujours dans le même groupe de pixels dans le détecteur", explique Carlos Corral van Damme, Ingénieur principal du système de l'ESA pour Cheops. «Une si grande stabilité est une combinaison des excellentes performances de l'équipement et des algorithmes de pointage sur mesure, et sera particulièrement importante pour atteindre les objectifs scientifiques de la mission. La stabilité thermique du télescope et du détecteur s'est également avérée encore meilleure que nécessaire », ajoute Carlos. La période de mise en service a démontré que Cheops atteint la précision photométrique requise et, surtout, elle a également montré que le satellite peut être commandé par l'équipe du segment sol selon les besoins pour effectuer ses observations scientifiques. «Nous avons été ravis lorsque nous avons réalisé que tous les systèmes fonctionnaient comme prévu ou même mieux que prévu», explique Andrea Fortier, scientifique de Cheops Instrument, qui a dirigé l'équipe de mise en service du consortium pour l'Université de Berne, en Suisse. Au cours des deux dernières semaines de mise en service en orbite, Cheops a observé deux étoiles hébergeant des exoplanètes alors que les planètes «transitaient» devant leur étoile hôte et bloquaient une fraction de la lumière des étoiles. L'observation des transits d'exoplanètes connues est l'objectif de la mission: mesurer la taille des planètes avec une précision et une exactitude sans précédent et déterminer leurs densités en les combinant avec des mesures indépendantes de leurs masses. L'une des cibles était HD 93396, une étoile jaune sous-géante située à 320 années-lumière de là, légèrement plus froide et trois fois plus grande que notre Soleil. Les observations se sont concentrées sur KELT-11b, une planète gazeuse gonflée d'environ 30% de plus que Jupiter, sur une orbite beaucoup plus proche de l'étoile que Mercure ne l'est du Soleil. La courbe de lumière de cette étoile montre une nette baisse causée par le transit de huit heures de KELT-11b. A partir de ces données, les scientifiques ont déterminé très précisément le diamètre de la planète: 181 600 km - avec une incertitude un peu moins de 4 300 km. Les mesures effectuées par Cheops sont cinq fois plus précises que celles depuis la Terre, explique Willy Benz, chercheur principal du consortium de la mission Cheops et professeur d'astrophysique à l'Université de Berne. «Cela nous donne un avant-goût de ce que nous pouvons réaliser avec Cheops au cours des mois et des années à venir», dit-il. Un examen officiel des performances du satellite et des opérations du segment sol a eu lieu le 25 mars et Cheops l'a adopté avec brio. Avec cela, l'ESA a confié la responsabilité de l'exploitation de la mission au consortium dirigé par Willy Benz. Heureusement, les activités de mise en service n'ont pas été beaucoup affectées par l'urgence qui a suivi, provoquée par la pandémie de coronavirus, qui a entraîné des mesures de distanciation sociale et des restrictions aux mouvements à travers l'Europe pour empêcher la propagation du virus. «Le segment sol a très bien fonctionné dès le début, ce qui nous a permis d'automatiser entièrement la plupart des opérations de commande du satellite et de rétrograder les données dès les premières semaines après le lancement», explique Carlos. «Au moment où la crise a éclaté en mars, avec les nouvelles règles et réglementations qui l'accompagnaient, les systèmes automatisés signifiaient que l'impact sur la mission était minime.» Cheops est actuellement en transition vers des opérations scientifiques de routine, qui devraient commencer avant la fin avril. Les scientifiques ont commencé à observer certaines des «premières cibles scientifiques» - une sélection d'étoiles et de systèmes planétaires choisis pour présenter des exemples de ce que la mission peut accomplir: il s'agit notamment d'une planète «super-Terre chaude» connue sous le nom de 55 Cancri e, qui est couverte dans un océan de lave, ainsi que le «chaud Neptune» GJ 436b, qui perd son atmosphère en raison des reflets de son étoile hôte. Une autre étoile sur la liste des observations à venir de Cheops est une naine blanche, la première cible du programme des observateurs invités de l'ESA, qui offre aux scientifiques de l'extérieur du consortium de la mission la possibilité d'utiliser la mission et de capitaliser sur ses capacités d'observation.
  20. https://www.eso.org/public/france/news/eso2006/?lang Nouveau communiqué de l'ESO (en français) concernant le TN au centre de notre Voie Lactée et la fameuse étoile S2 extraits : "...Cet effet, baptisé précession de Schwarzschild, n’avait encore jamais été mesuré pour une étoile en orbite autour d’un trou noir supermassif..." "...Ce résultat constitue l’aboutissement de 27 années d’observation de l’étoile S2, principalement au moyen d’instruments installés sur le VLT de l’ESO dans le désert chilien de l’Atacama. Le nombre de données d’observation relatives à la position et à la vitesse de l’étoile témoigne de la rigueur et de la précision du travail de recherche : l’équipe a effectué plus de 330 mesures au moyen des instruments GRAVITY, SINFONI et NACO. Parce que des années sont nécessaires à S2 pour décrire son orbite autour du trou noir supermassif, il était crucial de suivre l’étoile durant près de trois décennies afin de saisir toutes les subtilités de son mouvement..." "...Avec l’Extremely Large Telescope de l’ESO, l’équipe pense pouvoir observer des étoiles de magnitude plus élevée orbitant à plus faible distance du trou noir supermassif de notre galaxie. “Si nous sommes chanceux, nous devrions être capables de détecter la présence d’étoiles suffisamment proches du trou noir pour ressentir les effets de sa rotation” précise Andreas Eckart de l’Université de Cologne, autre responsable scientifique du projet. Cela signifierait alors que les astronomes seraient en mesure de déterminer deux quantités, à savoir le spin et la masse de Sagittarius A*, et de définir l’espace et le temps qui l‘environnent..."