Masmich

Member
  • Content count

    563
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

182 Good

2 Followers

About Masmich

  • Rank
    Active Member

Personal Information

  • Instruments
    L80/600ED- L120/900ED - T150/750 - C8
  1. Help, Mes premières images solaires

    Bonjour, pour avoir également "ramé" avec ces problèmes et les avoir réglés un a un , je confirme complètement l'analyse de Banjo. Juste un conseil supplémentaire : pour la mise au point, mets d'abord en visuel le bord du soleil au centre du champ puis installe ta caméra, la mise au point y sera plus facile qu'en pleine surface solaire.
  2. Bonjour, belle animation de cette protu ! . Avec deux autres membres de mon club astro nous l'avons suivie également en début d'après-midi (L80/600 ED + Quark Daystar), ça fait plaisir de la revoir ici, merci !
  3. Concaténer fichiers SER

    Bonjour, PIPP sait aussi bien découper un fichier que fusionner plusieurs fichiers. Pour fusionner : - dans l'onglet "Source Files" ouvrir les fichiers à concaténer et en bas cocher "Join mode". - dans l'onglet "Output Options" cocher SER. - et lancer ça dans "Do Processing". Voilà ....
  4. Bonjour, pour ce qui est de ma propre, et longue, expérience, il n'y a pas de problème si, comme pour tout le reste du matériel (instruments, oculaires, caméras, APN, etc...., tout !), on le laisse sécher (même s'il n'y a pas de dépôt de rosée visible) à l'abri après la soiré d'astrophoto. Bien sûr sans remettre les bouchons, boîtes, etc, tout à l'air libre !. Pour les zooms, ne pas les rétracter sous peine de faire entrer un peu de rosée dedans. Perso je rentre tout dans une pièce tempérée, même les câbles, et ne range que le lendemain. Jamais eu de soucis dû à l'humidité.
  5. Nouveau en imagerie solaire

    D'un débutant en photo solaire H-alpha à un autre , bravo ! , c'est une longue et rigoureuse démarche, sous les conseils de nos pairs, avant d'arriver à un résultat qui commence à nous satisfaire... à u
  6. PB fond de ciel avec APN

    Merci, c'est une alternative au cas où l'utilisation de PHDMax poserait problème.
  7. PB fond de ciel avec APN

    Voilà, j'ai trouvé des renseignements utiles sur cette technique que j'imaginais complexe et plutôt destinée à ceux qui voulaient améliorer encore leurs déjà très belles images...., j'avais tout faux ! , c'est simple et utile même aux photos "basiques". Pour les utilisateurs de PHD Guiding il faut juste installer PHDMax : http://www.felopaul.com/phdmax.htm Voici un copier-coller, que j'ai expurgé de la partie "discussion" et reformulé, d'un échange trouvé sur le forum d'en face (merci à l'auteur ), qui explique comment bien faire causer tout ça : Fonction dithering sous PHD Guiding, via PHD max : Le dithering est un décalage aléatoire de quelques photosites de l'étoile guide entre deux poses de l'APN pour éviter les trames sur les images empilées. PHD max est simple à utiliser : - dans PHD Guiding activer le serveur, case à cocher dans les options de guidage - dans PHDMax : définir l'emplacement des fichier images (*), le type de fichier à surveiller et le nombre de pixels de décalage. Attention ce sont les pixels du capteur de guidage. Or il faut obtenir environ 3 pixels de décalage sur le capteur imageur, donc faire un petit calcul d’échantillonnage pour les 2 capteurs pour savoir de combien de pixels il faut décaler l'étoile-guide sur le capteur de guidage (valeur à indiquer dans PHDMax). Faire simplement une règle de 3 entre les 2 focales et tailles de pixels. Ne pas utiliser le timer dans PHDmax, il doit rester à 0 quand on surveille les fichiers sinon ça fait un coup de dithering à la fin du timer, fichier reçu ou pas, ça ne se synchronise pas et peut donc se produire pendant la pose. C'est soit l'un soit l'autre : surveillance de fichier ou timer. (*) : Attention à l'utilisation de EOS Utility qui change de répertoire à minuit, PHDMax va continuer à surveiller l'ancien répertoire si on ne le reconfigure pas et il n'y aura plus de dithering. Je m'y colle dès que possible...., et merci encore à Alaing pour m'avoir mis sur cette piste .
  8. PB fond de ciel avec APN

    Non, je n'en fais pas..., c'est une bonne piste en effet. Je vais tenter ce mini décalage aléatoire lors de ma prochaine session d'imagerie, manuellement car, comme Achaim, je ne sais pas (pas encore...) coupler PHD Guiding avec l'APN pour que le décalage se fasse entre les poses. J'ai lu que certains décalent un poil leur mise en station pour que la correction de la rotation de champ lors de l'alignement des images en pré-traitement crée artificiellement ce décalage, quelqu'un a l'expérience de ça ? (Moi je règle aux petits oignons l'alignement de mon viseur polaire dans la monture, en corrigeant la dérive du pôle au fil des années, et je fignole mes mises en station, la vieille école quoi...). Je vais essayer aussi, à mon esprit défendant , au moins une fois pour me faire ma propre opinion .....
  9. Bonjour les Astrophotographes ! en ciel profond, l'imageur que j'utilise le plus souvent est un classique EOS 450D refiltré Astrodon. J'opère en autoguidage en faisant quelques dizaines de poses d'environ 3 mn à 400 ou 800 ISO, 10 à 15 darks (pendant que je range le matériel), 15 à 20 flats (écran à flats, juste après la fin des images brutes) , une cinquantaine d'offsets, le tout en RAW. Je pré-traite, c'est selon, soit sous Siril, ou Deepskystacker, ou Iris (venant de l'argentique j'ai débuté en numérique avec Iris et lui reste fidèle... ); post-traitement sous Photoshop CS3 ou Gimp. Mon site est quasi exempt de pollution lumineuse , juste un peu à l'horizon vers les petites villes voisines . Quelques soient les logiciels utilisés j'ai systématiquement des traînées colorées sur le fond de ciel et les extension faibles des objets imagés, et je "cale" sur ce problème dont je n'arrive pas à trouver l'origine (j'arrive en partie à cacher la misère au traitement mais ça ne me satisfait pas, je préférerai comprendre et régler ce pb à sa source). L'examen des brutes et DFO (individuels et maîtres) en resserrant les niveaux ne me montrent rien qui puisse m'expliquer ces traînées, mais je passe certainement à côté de quelque chose... Voici un exemple récent issu d'une séance photo juste destinée à tester une nouvelle caméra d'autoguidage, l'image comporte bien des défauts que je vais régler facilement...., sauf ces satanées traînées auxquelles je ne comprends rien et pour lesquelles j'aimerai bénéficier de vos lumières.... Cette image de M33 ne joue pas dans la même équipe que la superbe image récente de Litobrit mais illustre bien mon problème : T150/750 avec correcteur de coma Baader, HEQ5 en autoguidage, 30 x 3 mn en RAW à 800 ISO, 10 darks, 16 flats, 63 offsets. Traitement DSS et Gimp. Voici un crop, avec niveaux resserrés, pour montrer les traînées disgracieuses. Voilà...., merci d'avance de vos avis et conseils.....
  10. Problème autoguidage

    Bonjour, J'ai eu ce pb voici deux ans : j'autoguidais mon HEQ5 avec une PL1M et Guidemaster, tout allait bien. A l'occasion d'une remise à niveau de mon ordi j'ai installé les dernières versions de Guidemaster, d'Ascom, et driver à priori bien destiné aux PL1M; j'ai immédiatement eu des grosses difficultés de calibration. Le retour à l'ancien driver a permis de retrouver un fonctionnement normal. Sinon, oui, des durées de déplacement max trop courtes sont souvent sources de problèmes.
  11. Merci pour ces premiers conseils , je les mettrai en oeuvre dès ma prochaine séance solaire.
  12. Bonjour le monde solaire ! Après une bonne année de visuel solaire en H-alpha, poussé par une longue pratique d'astrophoto classique, je me suis mis au printemps à tenter d'imager les protubérances.... Les problèmes de rigidité du montage, d'alignement, de reflets multiples, etc... , ne m'ont permis que d'avoir des horreurs à l'écran... Mais ma (seconde) participation aux ROS et le livre "Astronomie solaire" (une mine !...) commis par Ch.Viladrich et son équipe, m'ont aidés à régler un par un les problèmes, et aujourd'hui, enfin, ça marche ! Voici donc mes toutes premières photos "H-alpha solaire" à peu près réussies... (la seconde a hélas un artefact de bord du soleil, peut-être une image mal alignée....), ça date d'aujourd'hui ! Mon matériel et montage : - monture HEQ5 - Lunette Orion 80/600 ED. - 100 mm de bague allonge 2 pouces. - Quark DAYSTAR chromosphère, réglé "milieu". Collimation du Quark vérifiée, pas de pb. - bague de tilt. - caméra Altaïr 130M + filtre UV-IR cut. Gain 80%, poses de 30 ms. - Fichiers SER de 180s. - Prise de vues vers 15h30 TU, turbu modérée. - Traitement Registax 6, 3500 images conservées, et The Gimp. C'huis content malgré les petits défauts, avec vos conseils et du travail ça devrait s'améliorer... Bon soleil !
  13. Bonjour Nopitch Compte-tenu du matériel utilisé , et des paramètres de prise de vue, tu ne t'en es pas trop mal sorti !, nul doute qu'avec un petit moteur de suivi et des poses plus longues tu commenceras à bien te régaler, je pense que c'est le seul vrai conseil dont tu aies besoin pour l'instant. Simplement, ne pousse pas trop la focale, 200mm pour M31 et 400mm pour M42 suffisent pour ce type de photo. Bien sûr on pourrait te guider vers du matos plus performant, des logiciels plus puissants, et de longs conseils...., mais ça ne me semble pas nécessaire pour l'instant, une simple motorisation en AD te permettra déjà d'aller beaucoup plus loin en astrophoto. Plus tard, quand ce sera vraiment ton matériel qui te limitera, alors, et seulement alors, il sera temps de le faire évoluer. Bon ciel !
  14. Bravo Hamilton !...., tu démontres, une fois de plus, par ton regard au-delà de la surface des choses, qu'il n'est point besoin de débauche de matériel et de technique pour admirer, s'émouvoir, laisser dériver l'âme... Amitiés
  15. Bonjour, J'ai pratiqué ça pour le fun par le passé et j'ai un copain astram qui l'a aussi pratiqué jusqu'à assez récemment, voici le retour d'expérience : Pour quelqu'un qui ne dispose pas d'un APN à objectif amovible, le montage en afocal (digiscopie) en astro peut se pratiquer : - pour le planétaire/lunaire, principalement en mode vidéo. C'est un bon premier contact avec ce domaine et les résultats sont tout à fait honnêtes. - pour le ciel profond, mais c'est un pis-aller qui permet simplement de s'initier sur les objets les plus brillants et pas trop étendus. Dans les deux cas les oculaires à utiliser et le facteur de zoom à appliquer sont différents, et tout ça dépend bien sûr de l'instrument principal. Il faut faire différents essais de jour sur une cible lointaine et bien noter, en fonction de la qualité des photos (champ net, vignetage) les meilleures combinaisons "oculaire/facteur de zoom" obtenues, puis appliquer ça sur le ciel. Il est très important que : > l'objectif photo soit bien centré avec l'oculaire. > l'objectif photo soit bien aligné avec l'oculaire (c'est pas la même chose que ci-dessus). > l'objectif photo soit très près de l'oculaire. > que le montage soit rigide. Ci-dessous un exemple de montage d'un Bridge Canon sur un C8 (c'est ce que j'utilisais). MM