Huitzilopochtli

Member
  • Content count

    2516
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Country

    France

Huitzilopochtli last won the day on May 6

Huitzilopochtli had the most liked content!

Community Reputation

3480 Excellent

About Huitzilopochtli

  • Rank
    Very active member

Recent Profile Visitors

8224 profile views
  1. mars 2020 rover

    Image proposée par PaulH51 du cinquième échantillon dans son tube de stockage : Vikingmars, lui aussi sur Unmanned Spaceflight, nous offre quatre belles de ses productions : Panorama du sol au sol 265 et son anaglyphe à la suite : Et "l'escalier martien" (déjà présenté ici) au sol 248 et sa vue 3D comme il se doit : Pardon pour ce pillage en règle d'UMSF, mais je suis fan'.
  2. mars 2020 rover

    Utile compilation d'images légendées faite par Phil Stooke (UMSF). Je vous la présente avec le commentaire qu'il en a fait lui-même : "J'ai collecté et étiqueté des images des différents sites d'échantillonnage (et des activités connexes) avec les noms tels que je les connais jusqu'à présent. Je n'ai pas encore de nom pour le trou d'échantillonnage le plus récent. Toutes les images sont orientées approximativement vers le nord, pas dans l'orientation de l'image brute."
  3. mars 2020 rover

    De neo56 (Thommas Appéré -UMSF), le second forage sur la roche stratifiée "Brac", Image prise au sol 271 :
  4. Exomars 2016

    A partir des données recueillies par le détecteur de neutron du satellite TGO (Trace Gaz Orbiter de la mission ExoMars 2016), Igor Mitrofanov (Institut des Sciences Spatiales de Moscou) et son équipe ont identifié et caractérisé une zone très riche en Hydrogène présente dans le régolithe superficiel et cela dans une des parties les plus profondes de Valles Marineris : https://www.ca-se-passe-la-haut.fr/2021/11/decouverte-dun-grand-reservoir-deau-au.html
  5. mars 2020 rover

    Pour ces calculs je t'accorde une totale confiance. Oui. J'avais mentionné ces variations saisonnières dans mon post. Des tests réalisés sur Terre dans une chambre à pression contrôlée avaient été fait pour Ingenuity, avant le lancement, pour des densités atmosphériques entre 0,0145 et 0,0185 kg/m3. Dans les prochains mois la densité de l'atmosphère martienne pourrait chuter à un niveau de 0,012 kg/m3 pendant l'après-midi, moment le plus favorable pour faire voler l'appareil. A la limite inférieure de vol pour la densité atmosphérique (0,0145 kg/m 3), Ingenuity a une marge de poussée d'au moins 30 %. La marge de poussée c'est la poussée supplémentaire que l'engin peut fournir en plus de celle qui lui est nécessaire pour voler. Cette poussée supplémentaire est employée lors des décollages et des ascensions, pendant les manœuvres, ainsi que pour des survols de reliefs. Mais si la densité atmosphérique devait chuter à 0,012 kg/m3, la marge de poussée pourrait tomber à 8 %, ce qui signifie qu'Ingenuity fonctionnerait à la limite du décrochage aérodynamique. C'est pour cela qu'après son 13ème vol, les techniciens ont effectué un essai pour augmenter la vitesse de rotation du rotor passant de 2540 tr/min à 2800 tr/min mais sans quitter le sol de Mars. Ils ont ensuite enchaîné avec le 14ème vol à un régime de 2700 tr/min qui s'est bien déroulé. La conception du moteur pourrait permettre éventuellement de dépasser les 2800 tr/min mais des problèmes liés à la vitesse des pales et de la puissance électrique disponible restent en l'état, des interrogations...
  6. mars 2020 rover

    Bonjour dg2, Maintenant Percy et Ingenuity sont dans le fond du cratère Jezero. Cependant il est déjà envisagé lors de la mission primaire de franchir la falaise de sa caldeira en remontant Neretva Vallis, en amont du Delta, qu'elle devrait explorer vers la fin de l'année prochaine, et ainsi de se retrouver environ 1000 m plus haut que ne l'est actuellement le couple rover/hélicodrone. Naturellement, il serait surprenant qu' Ingénuity puisse accompagner Perseverance sur une durée aussi longue. Mais dans cette hypothèse, le différentiel d'altitude impliquerait sans aucun doute une variation de la densité atmosphérique à ne pas négliger. Quoiqu'il en soit, dans un avenir plus lointain, on peut parier que ce type d'appareil volant soit à nouveau utilisé sur Mars et que l'altitude à laquelle il évoluera soit un paramètre à prendre en considération.
  7. mars 2020 rover

    Bonjour, je ne suis pas en mesure de répondre précisément à ces questions. Ce que je puis dire, c'est que le plafond envisagé pour les vols est de 12 m. Il est fort probable qu' Ingy ait la capacité à s'élever davantage (il me semble me souvenir, sans en être certain, avoir lu quelque part 20 ou 30 mètres. A priori la limite du plafond de vol dépend aussi directement de la densité atmosphérique (et naturellement de la vitesse max de rotation des pales). Si cette dernière est connue, la densité, elle, diminuera avec l'altitude mais variera aussi selon la saison et la météo. Il parait donc délicat d'avancer un chiffre précis. Quant à la limite imposée par le couple caméra/ logiciel, je n'en ai aucune idée...
  8. mars 2020 rover

    Rapide récapitulatif des prélèvements effectués par Perseverance : Un forage est fait le 6 août sur une roche baptisée "Roubion" mais on constate à l'issu de celui-ci qu'aucune carotte ne se trouve dans le tube qui doit être stocké. Cet échec est dû à la friabilité de la roche. On peut signaler quand même que ce tube "vide" a été scellé et qu'il contient un échantillon de l'atmosphère martienne, ce qui n'est naturellement pas sans intérêt. Le rover se dirige vers South Seitah pour une nouvelle tentative. Un mois après avoir essuyé l'échec de carottage sur "Roubion", Percy en réussi un premier sur une roche appelée "Rochette". Et toujours dans son habitude d'attribuer un nom à chaque jalon important de son parcours d'exploration, les chercheurs désigne ce prélèvement par le nom d'un village français, "Montdenier". Dans la foulée, un deuxième échantillon est pris sur la même roche, qui lui, sera baptisé "Montagnac" (autre village de notre beau pays). Le 15 septembre, le rover arrive près d'une roche ("Bastide") dont l'aspect suggère fortement qu'elle soit sédimentaire. Elle avait déjà été repérée lors d'un vol d'Ingenuity au mois d'août et pourrait constituer une cible scientifique intéressante en vu d'un prélèvement. Mais la conjonction solaire imminente dissuade l'équipe d'entreprendre cette opération à ce moment et pousse le rover un peu plus loin sur son parcours. Il faut donc attendre la fin de la conjonction solaire et quelques étapes supplémentaires pour que Percy arrive sur une nouvelle cible ("Brac"), réalise un quatrième forage, et donc, un troisième prélèvement. Ce dernier devrait être suivi très rapidement, comme vous l'aviez deviné, d'un quatrième etc, etc...
  9. mars 2020 rover

    Un nouveau prélèvement vient d'être réalisé (sol 262) dans la roche stratifiée (baptisée "Brac") sur laquelle l'outil d'abrasion du rover avait décapé une petite surface. Images présentées sur UMSF par PaulH51. Le trou du forage : En association avec la surface abrasée : Partie apparente de l'échantillon enchâssé dans le foret :
  10. mars 2020 rover

    Images de Tau (UMSF) Observations du sol 256 par la SuperCam et le Micro Imager : Anaglyphe : Loupe sur la structure granulaire :
  11. mars 2020 rover

    Bonsoir, https://mars.nasa.gov/mars2020/mission/status/345/mars-or-arrakis/ Traduction automatique corrigée : HiRISE Spot Perseverance dans « South Séítah » : Le point blanc au centre est notre bien-aimé rover Perseverance, éclipsé par les grandes dunes de sable de la région de Séítah. Cette image a été acquise le 24 septembre 2021 par la High-Resolution Imaging Science Experiment sur Mars Reconnaissance Orbiter. Crédits : NASA/JPL-Caltech/Université d'Arizona. Qui déteste les profonds pièges de sable (bunker) plus que les golfeurs ? Peut-être les pilotes des rovers Martiens (et probablement les Fremen aussi). Lorsque votre véhicule se trouve à plus de 50 millions de kilomètres de la société de remorquage la plus proche, l'enlisement de vos roues dans le sable peut être un problème critique. Une telle situation a mis fin à la mission du rover Spirit en 2009 (et gravement mis en péril celle d'Oppy avant terme) . Pourtant, Persévérance serpente actuellement à travers le labyrinthe de dunes imposantes qui caractérisent la région de Séítah dans le cratère Jezero ("Séítah" signifie "au milieu du sable" en langue Navajo, un nom très approprié). Une photo récente renvoyée par la caméra HiRISE (High-Resolution Imaging Science Experiment) de Mars Reconnaissance Orbiter montre à quel point les dunes voisines menace le rover, qui a lui-même la taille d'un petit SUV. Qu'est-ce qui a attiré l'équipe scientifique dans cette zone dangereuse parsemée de pièges de sable ? La réponse réside dans nos observations. Après que Persévérance ait atterri et tourné ses caméras vers Séítah, l'équipe scientifique a eu droit à une vue captivante sur des roches aux strates diversifiées. Nous avons vu des couches minces et d'autres épaisses, des couches planes ou inclinées, des couches sans relief et certaines avec des excroissances. Ces observations ont suscité l'enthousiasme parmi nous parce que nous savons, grâce aux études de la Terre, qu'un affleurement de roches stratifiées sert à établir une chronologie géologique. Chaque strate enregistre des informations sur les conditions environnementales présentes lorsque la roche s'est formée et les changements d'épaisseur de couche ou de textures indiquent un changement dans l'environnement. De plus, en étudiant les directions d'inclinaison des couches, nous avons déterminé que les roches de Séítah sont probablement les roches les plus anciennes exposées dans tout le cratère Jezero. Séítah représente donc le début des archives géologiques accessibles et offre une occasion unique d'explorer toute l'étendue de l'évolution paysagère. Cependant, à distance, il est difficile de déterminer à quoi ressemblait réellement ce paysage changeant. De nombreuses hypothèses ont été proposées pour l'origine des roches stratifiées à Séítah, sédimentation dans un ancien lac ou rivière avec une force d'écoulement variable, des chutes aériennes de cendres volcaniques, des retombées de matériaux d'impacts météoritiques, des coulées de lave refroidies ou une émergence magmatique. Chacune de ces possibilités porte en elle une interprétation (très) différente sur la façon dont le cratère Jezero aurait été habitable il y a longtemps et il faut y regarder de plus près pour déchiffrer quel scénario serait le plus exact. C'est pourquoi nous avons bravé les dangers de ces dunes. Au moment d'écrire ces lignes, le rover stationne devant l'un des rochers remarquables que nous avons observé à distance, officieusement nommé Brac. Sol 248 - Caméra de navigation gauche : Photographie de la cible rocheuse "Brac" située devant le rover Perseverance. Cette roche a attiré notre attention par la succession de couches empilées d'épaisseurs variables. Percy a acquis cette image pendant le sol 248 à l'aide de sa caméra de navigation gauche (Navcam). Crédits : NASA/JPL-Caltech. Sol 253 (5 Novembre 2021, temps terrestre) Le rover a atteint et a utilisé son outil d'abrasion et sa soufflette pour gratter, puis dépoussiérer, quelques millimètres sur la surface de Brac, pour exposer une nouvelle surface non altérée et l'étudier. L'équipe scientifique examine actuellement les images et planifie des analyses de suivi qui nous aideront à comprendre la façon dont ces roches se sont formées et si cet antique environnement aurait pu être favorable à la présence d'une vie.
  12. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    C'était de Pierre Joliot : Professeur honoraire au Collège de France, membre de l’Académie des sciences et vice-président de l’Union rationaliste.
  13. mars 2020 rover

    Bonsoir, Panorama de charborob (UMSF) qui montre la zone sur laquelle Percy devrait effectuer son prochain échantillonnage (sol 254) Images d'une surface rocheuse abrasée (action habituelle dans le processus de prélèvement) sur ce site au sol 253 prises avec différents filtres multi-spectraux (Tau - UMSF) : La surface abrasée imagée avec SHERLOC en couleurs améliorées :
  14. mars 2020 rover

    A partir de 30 images, animation de l'atterrissage du vol N°15 par PDP8E (UMSF) :
  15. mars 2020 rover

    Bonjour, Traductions automatiques corrigées Le succès du précédent vol N° 14 https://mars.nasa.gov/technology/helicopter/status/341/flight-14-successful/ Le 14ème vol réussi de l'hélicoptère Ingenuity a eu lieu le 24 octobre, dans le cratère Jezero. Comme prévu, l'hélicoptère a effectué son premier vol à un régime moteur de 2 700 tr/min, prouvant qu'Ingenuity est capable de voler dans les semaines et les mois à venir, alors que les changements saisonniers martiens entraîneront une diminution de la densité de l'air. Ce vol a été effectué à une altitude maximale de 5 mètres au- dessus du niveau du sol, avec une petite translation latérale de 2 mètres pour éviter une dune de sable sur son parcours. C'était la première fois qu'Ingenuity enregistrait des images avec sa caméra de navigation en noir et blanc, à une cadence élevée d'environ sept images par seconde. Ensuite pour le Vol n°15 - Début du voyage de retour Écrit par Teddy Tzanetos, chef de l'équipe Ingenuity au Jet Propulsion Laboratory de la NASA https://mars.nasa.gov/technology/helicopter/status/343/flight-15-start-of-the-return-journey/ Le premier road trip de Perseverance : Cette image annotée du cratère Jezero illustre la route empruntée par le rover Perseverance lors de sa première phase de recherches, ainsi que le chemin qu'il devra faire pour sa deuxième campagne scientifique. Ingenuity sera chargé d' accompagner Persévérance tout au long de ce voyage, avec pour but d'atteindre le delta fossile de la rivière qui se jetait jadis dans Jezero. Crédits : NASA/JPL-Caltech/Université d'Arizona Avec la conjonction solaire passée et notre premier vol à 2 700 tr/min réalisé, Ingenuity est prêt à commencer le voyage de retour vers le Wright Brothers Field, sur le site d'atterrissage d'Octavia E. Butler, avant de s'aventurer au-delà. La figure ci-dessus représente la mission d'Ingenuity, qui consiste à rejoindre Persévérance dans son trek nord, le long du bord est de Séítah, avant de rouler à l'ouest pour atteindre l'ancien delta de la rivière Jezero. Pour accomplir cet exploit, l'équipe Ingenuity prévoit une série de 4 à 7 vols pour retourner à Wright Brothers Field. En cours de route, le projet envisage de préparer une mise à niveau du logiciel de vol pour notre hélicoptère, ce qui permettra potentiellement de nouvelles capacités de navigation et de mieux préparer Ingenuity aux défis à venir. L'image annotée de la région « South Séítah » du cratère Jezero représente la trajectoire au sol prévue pour l'hélicoptère Ingenuity Mars de la NASA en bleu clair lors de son 15e vol sur Mars. Profil de vol pour le vol 15 d'Ingenuity : cette image annotée représente la trajectoire au sol prévue de l'hélicoptère Ingenuity (bleu clair) lors de son 15e vol. Le X bleu indique le lieu de décollage, le point bleu son lieu d'atterrissage. Le X rouge est l'emplacement actuel de Persévérance. Les lignes vertes indiquent les lignes de visée attendues dans les 10 images couleur prévues des futurs vols. Crédits : NASA/JPL-Caltech/Université d'Arizona. Le vol n°15 marque le début de notre voyage de retour vers Wright Brothers Field. Ayant lieu au plus tôt le samedi 6 novembre à 9h22 PT, ou 12h03 LMST (heure locale de Mars), le 254 ème sol (jour martien) de la mission Persévérance, le vol n°15 ramènera Ingenuity vers le Région des crêtes surélevées, photographiée lors du vol n° 10. Au cours du prochain vol, l'hélicoptère parcourra 406 mètres en 130 secondes, à une vitesse sol de 5 m par seconde. L'altitude nominale pour le vol devrait être de 12 mètres au-dessus du niveau de la surface. Ce sera le deuxième vol d'Ingenuity avec la faible densité de l'air estivale sur Mars, nécessitant que les pales du rotor tournent à 2 700 tr/min pour compenser cela. Ce vol générera des performances critiques du moteur à haut régime, que l'équipe utilisera pour concevoir et adapter les prochains vols en faible densité atmosphérique dans les mois à venir.