Huitzilopochtli

Membre
  • Compteur de contenus

    1 126
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    3
  • Pays

    France

Huitzilopochtli a gagné pour la dernière fois le 5 mars

Huitzilopochtli a eu le contenu le plus aimé !

Réputation sur la communauté

857 Très bonne réputation

À propos de Huitzilopochtli

  • Rang
    Membre très actif

Visiteurs récents du profil

2 651 visualisations du profil
  1. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    https://www.dlr.de/blogs/en/desktopdefault.aspx/tabid-5893/9577_read-1090/ Traduit, et commenté par mes soins, du lien ci-dessus : Journal de bord le 21 mars 2019 L' équipe InSight participe cette semaine à la conférence des sciences lunaire et planétaire à Houston, au Texas. Au moment de la rédaction de cet article, elle présente les premiers résultats de la mission à la communauté scientifique. Bruce Banerdt, principal investigateur de la mission, a expliqué pourquoi le rythme de cette mission est lent car, dit-il, nous étudions des processus stochastiques (aléatoires) et leurs résultats. Alors que le manque d'observation jusqu'à présent d'un tremblement de terre sur Mars était toujours compatible avec les estimations de l'activité sismique martienne, il était déjà clair que Mars ne pouvait pas être aussi actif que la Terre, ce qui était malgré tout envisageable. Les résultats stochastiques (distribution de la roche dans le régolite) d'un processus stochastique (impacts) intriguent encore ceux qui s'inquiètent pour la taupe. Cette semaine, aura lieu une troisième réunion de l’équipe ayant pour objectif de résoudre le problème de la "taupe". Nous cherchons à établir un diagnostique avec un cycle de martelage d’une durée de 10 à 15 minutes. Nous voulons aussi utiliser un filtre spécial sur le sismomètre à courte période, ce qui nous permettrait de mieux déterminer les temps d'arrivée des signaux générés par le coup de marteau principal et le coup secondaire Ajout explicatif de mon cru : Sans entrer dans des explications trop compliquées, sachez simplement qu'un coup de martelage du pénétrateur se décompose, en fait, en trois coups, un principal, un secondaire moins fort, puis un dernier sans effet significatif sur la progression de la sonde. Cette multiplicité d'actions mécaniques s'explique par la présence de deux ressorts, un devant et un derrière la masse du moteur, qui rebondit en translation dans le tube de la sonde. (Vous pouvez aussi vous référer à l'article qui illustre cette partie explicative par un schéma interne de la taupe) Nous avons montré que le sismomètre à courte période peut enregistrer le coup principal et le coup secondaire. Nous avons également montré que le temps écoulé entre ceux-ci est révélateur du mouvement de la taupe. Par exemple, si elle avance lentement, la différence de temps sera d'environ 100 millisecondes. Si elle rebondit en frappant un obstacle, cette différence ne sera que de 50 millisecondes. Avec un filtre spécial appliqué aux données de courte période directement sur l'instrument SEIS, nous obtiendrons une résolution temporelle des signaux bien supérieure et serons en mesure de déterminer si la taupe est bloquée, si elle avance lentement, ou si elle rebondit. Le savoir nous aidera grandement à établir notre stratégie. En plus du sismomètre à courte période, le sismomètre à large bande sera aussi à l’écoute, mais avec un filtre spécialement conçu pour éviter la saturation de ses capteurs ultra-sensibles. Nous espérons pouvoir établir une plage de vitesse sismique du sous-sol et voir s'il existe une indication d'une couche mécaniquement dure au environs de 30 cm de profondeur. Nous utiliserons aussi la caméra IDC sur le bras robotique pour enregistrer un film de la structure de support pendant que la taupe martèle. Étant donné que la caméra ne peut obtenir une image que tous les quatre coups, ceci sera un peu expérimental, mais l’espoir est que nous puissions voir la structure de support bouger, ou pas. Une alternative envisagée pour filmer serait de prendre une image à longue pose tout en martelant. Si l'équipe approuve le plan, après examen minutieux, nous devrions être en mesure de commander l'expérience dès la semaine prochaine. Cependant, le téléchargement complet des données sismiques et leur interprétation peuvent prendre encore un certain temps. Entre-temps, des expériences en laboratoire et sur banc d’essai ont débuté au DLR de Brême, à Berlin et au JPL de Pasadena. Celles-ci visent à comprendre la situation, comment la taupe en est arrivée à la situation actuelle, et comment nous pouvons en sortir.
  2. Hayabusa 2 à l'assaut de Ryugu

    Pour cette expression, j'aurai fait la même erreur que Bob.
  3. Hayabusa 2 à l'assaut de Ryugu

    http://www.hayabusa2.jaxa.jp/en/topics/20190320e_CRA1/ Traduit du lien ci-dessus : Actuellement, nous avons programmé la création du cratère sur la surface de Ryugu (opération SCI) pour la première semaine d’avril. Il est important de pouvoir comparer la surface de l’astéroïde avant et après l’opération SCI. Avant donc de l’effectuer, nous avons donc décidé d’observer la zone où le cratère est susceptible d’être généré. Il s’agit de l’« opération de recherche de cratères (Pre-SCI) » (CRA1). La même procédure observationnelle sera exécutée après l’opération SCI et notée « Crater Search Operation (Post SCI) » (CRA2). L’opération CRA1 se déroulera du 20 au 22 mars 2019. Les travaux de préparation de la descente débuteront le 20 et la descente commencera le 21. Les observations à l’altitude la plus basse atteinte (environ 1,7 km) se feront du 21 au 22 et l’engin spatial remontera le 22. L'Image 1 montre le site qui sera observé. Cette zone comprend la région SO1 qui a été observée pendant l’opération d’observation de descente (DO-S01) menée entre le 6 et le 8 mars. L’horaire opérationnel est donné sur l"image 2. Hayabusa2 commence sa descente le 21 mars à 8 h 57 JST (heure de bord) à une vitesse de 0,4 m/s. Le même jour vers 19 h :17 JST, la vitesse sera réduite à environ 0,1 m/s. L’engin spatial continuera de descendre et atteindra le point le plus bas (altitude d’environ 1,7 km) le 22 mars vers 03:32 JST et observera continuellement à cette altitude pendant un certain temps. Hayabusa2 commencera à remonter à 05:08 JST et retournera à la position d’accueil. Notez que les heures indiquées ici sont prévisionnelles et que les heures réelles peuvent différer.
  4. Hayabusa 2 à l'assaut de Ryugu

    L' annonce a été faite (Source indirecte) : La JAXA ne prévoit plus faire un troisième touchdown sur Ryugu. Un a déjà été réalisé avec succès et un second devrait l'être dans un peu plus d'un mois après la création d'un cratère. Hayabusa2 partirait de Ryugu entre novembre et décembre 2019. Cette nouvelle n'est pas vraiment surprenante mais attendons l'officialisation par l'agence japonaise...
  5. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    Microséismes détectés par SEIS : https://www.futura-sciences.com/sciences/breves/insight-insight-sismometre-seis-detecte-microseismes-mars-499/
  6. Lancement de OSIRIS-REx le 9 septembre

    En complément du lien précédent : https://spaceflightnow.com/2019/03/19/nasas-osiris-rex-spacecraft-finds-rocks-erupting-off-asteroid-bennu/
  7. Restons prudents ! L'article est signé SB... comme esbroufe. Je vais quand même acheter ce magazine, il mérite encore notre soutien.
  8. Actualités de Curiosity - 2013

    Bonjour, En attendant le retour de Daniel, pour ne pas interrompre totalement le suivi de la mission MSL sur le forum, je vous proposerai assez régulièrement des liens permettant de rester informé. Je n'ajouterai que peu de commentaires, ne me sentant pas forcément légitime (ou assez compétent) pour le faire. Je ne serai donc que l'intérimaire de service, m'effaçant naturellement si Vauffy décidait de réapparaître, ce dont beaucoup d'entre nous se féliciteraient . Ne voulant pas me consacrer exclusivement à cette tâche, mes interventions resteront courtes. Chacun est invité à participer, argumenter, proposer ou critiquer. Article publié hier : https://mars.nasa.gov/msl/mission/mars-rover-curiosity-mission-updates/?mu=sols-2349-2351-capturing-deimos Article d'aujourd'hui : https://mars.nasa.gov/msl/mission/mars-rover-curiosity-mission-updates/?View=All Proposé par WAKA du FCS, un superbe panorama réalisé par Ryan Anderson (planétologue à l'USGS) des versants du Mont Sharp.
  9. New Horizons - Pluton, nous voilà !

    Un court article complémentaire : https://www.sciencenews.org/article/new-horizons-mu69-ultima-thule-frankenworld?tgt=nr
  10. New Horizons - Pluton, nous voilà !

    Et le commentaire pour accompagner les diapos fournies par Jack' un peu plus haut : http://pluto.jhuapl.edu/News-Center/News-Article.php?page=20190318 Bravo et merci à C&E et JLD pour leur excellente couverture de cette rencontre historique.
  11. New Horizons - Pluton, nous voilà !

    C’est quand on n’a plus d’espoir qu’il ne faut désespérer de rien. Merci Sénèque !
  12. Anniversaire premiere sortie dans l'espace 18 mars 1965

    Cette histoire illustre d'ailleurs assez bien la "Russe ticité" légendaire des engins spatiaux de l'ère soviétique, et qui ne nuisait pas trop à leur efficacité... à cette époque du moins !
  13. Anniversaire premiere sortie dans l'espace 18 mars 1965

    Une chose me marque particulièrement pour les lancements à Baïkonour, dans ces ambiances d'hiver sibérien. Le côté irréel est tellement prégnant que l'on se croirait dans un film de SF ! Le contraste est saisissant avec les lancements des autres nations spatiales. Je me souviens du lancement nocturne de Phobos-Grunt en novembre 2011qui m'avait laissé dans un état quasi hypnotique ! Il est vrai aussi que le fiasco qui s'en était suivi m'avait ramené brutalement sur Terre (en mer pour être plus exacte).
  14. Anniversaire premiere sortie dans l'espace 18 mars 1965

    Vraiment extraordinaire ! Merci beaucoup.
  15. Cassini, le spectacle continue ...

    Houla ! Dis Bobby, tu nous avais habitué à un discours plus... scientifique ! Et qui donc agiterait le shaker ? Cette glace est-elle amorphe ou de quel type polymorphique ? Uniquement de la glace d'eau ? Niveau cristallin ou "atomique" est-elle dense ou pas ? Par contre, hors champs gravitationnel intense à l'origine de leurs accrétions, ces lunes seraient sans doute globalement extrêmement poreuse (?)...