Huitzilopochtli

Member
  • Content count

    2337
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Country

    France

Everything posted by Huitzilopochtli

  1. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    "La CNSA tiendra demain à Pékin une conférence de presse sur la mission Tianwen-1 à 10h00 heure de Pékin (4h00 CET)." En français peut-être ? Avec une traduction en anglais ? En mandarin intégral éventuellement ? Bof ! Pas vraiment ! Après un petit moment d'hésitation, la réponse était très claire...
  2. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    Analyse du contexte local par comparaison des images prises au sol et en orbite (tirée d'un post de Huguet sur UMSF) : E pointerait l'Est. C est un petit cratère d'une vingtaine de mètres de diamètre et se situant à moins de 40 m du rover. D (une des éminences claires apparaissant sur les images) serait une partie de la caldeira d'un cratère d'une centaine de mètres de diamètre, à une distance d'environ 200 m Remarques personnelles : Le terrain environnant apparaissant relativement plat, on pourrait en déduire que les cratères dans ce secteur sont certainement peu profonds et assez érodés. La purge des réservoirs du lander a certainement sérieusement polluée les environs de la plate forme d'atterrissage interdisant là toutes études minéralogiques du secteur avec la caméra multispectrale et du spectromètre laser de Zhurong.
  3. ExoMars Rover (ESA) 2020

    Piqué sur le FCS, une séquence plus longue et plus explicite de l'opération. Je donne aussi le commentaire de FredB, qui accompagne cette vidéo (extrait souligné ci-dessous). Il semble bien renseigné sur les essais en cours : " D'après la vidéo, on voir que le problème vient du déchirement de l'enveloppe du ballon. Est-ce le système automatique qui s'est déclenché trop tôt. (A la fin des vols, quand la nacelle est détachée, l'enveloppe est ouverte en 2 par un système pyrotechnique). Le parachute de récupération de la nacelle est pré-ouvert (on le voit bien au moment du lâchée au début de la vidéo)" A mon sens, il serait prématuré de sombrer dans un pessimisme total, même si je comprends que ces images puissent donner quelques inquiétudes.
  4. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    Bientôt deux semaines sans nouvelles images !
  5. mars 2020 rover

    Difficile de commenter une image dont on ne connait vraiment pas l'origine * et surtout sur laquelle on ne distingue qu'un OPNI (Objet Posé Non Identifié). L'usage de la loupe ne donne pas de vision plus nette de la chose. Ce que je pourrais dire si cet "objet" était effectivement un morceau du skycrane, c'est qu'il aurait pu être éjecté assez loin d'une zone d'impact où se serait produit l'explosion. Des traces au sol restent inobservables sur la base de ce que l'on voit là. * J'en ai trouvé trace sur le compte d'un certain Matt qui officie sur twitter, mais sans autre précision quant à la source originelle.
  6. mars 2020 rover

    Ayé ! Euréka ! J'ai trouvé ! En fait, si je ne me goure pas, il y en aurait deux (mais de formes très inhabituelles !!!) 1) Panneau protecteur du système de mise en cache situé sous le rover, 2) et coffre de protection de stockage d'Ingenuity quand celui-ci était encore replié sous le ventre de Percy : Ils auraient été pondu quelques jours après Pâques. J'ai bon ???
  7. mars 2020 rover

    Un matin dans Jezero : De Damia. Absolument superbe !
  8. mars 2020 rover

    Je comprends maintenant. Tu as pris le temps de m'expliquer dans une langue qui m'est accessible et... je t'en remercie.
  9. mars 2020 rover

    Je parlais bien d'une anomalie et implicitement celle-ci concernait un sous système du drone. L'erreur ne se corrige pas elle même. La conception du système de contrôle d'attitude permet de la corriger sans intervention extérieure (et pour cause).
  10. mars 2020 rover

    Un peu quand même. Il peut par exemple corriger de façon immédiate une anomalie telle que celle qui s'est produite pendant le sixième vol. Tu penses aux oiseaux sans doute. Le milieu martien étant assez immuable, le plan de vol permet d'éviter à priori n'importe quel obstacle. Seuls les DD peuvent survenir inopinément, mais à ce problème, l'incident présent permettrait peut-être d'espérer une certaine capacité à maîtriser la situation...
  11. mars 2020 rover

    https://mars.nasa.gov/technology/helicopter/status/305/surviving-an-in-flight-anomaly-what-happened-on-ingenuitys-sixth-flight/ Le sixième vol s'est effectivement déroulé au sol 91 et Ingenuity a rencontré un problème qui l'a obligé a se poser en urgence. Traduction automatique brute : Au 91 e jour martien, ou sol, de la mission de rover de la NASA Mars 2020 Persévérance, le Ingenuity Mars hélicoptère a effectué son sixième vol. Le vol a été conçu pour élargir le domaine de vol et démontrer les capacités d'imagerie aérienne en prenant des images stéréo d'une région d'intérêt à l'ouest. Ingenuity a reçu l'ordre de monter à une altitude de 33 pieds (10 mètres) avant de translater 492 pieds (150 mètres) vers le sud-ouest à une vitesse sol de 9 mph (4 mètres par seconde). À ce moment-là, il devait translater 15 mètres vers le sud tout en prenant des images vers l'ouest, puis voler encore 50 mètres au nord-est et atterrir. La télémétrie du vol Six montre que la première étape de 150 mètres du vol s'est déroulée sans accroc. Mais vers la fin de cette étape, quelque chose s'est produit: l'ingéniosité a commencé à ajuster sa vitesse et à s'incliner d'avant en arrière selon un schéma oscillant. Ce comportement a persisté pendant le reste du vol. Avant d'atterrir en toute sécurité, des capteurs embarqués ont indiqué que le giravion avait rencontré des excursions de roulis et de tangage de plus de 20 degrés, de grandes entrées de commande et des pics de consommation d'énergie. VOIR LIEN ORGINAL Cette séquence d'images - prise le 22 mai 2021 par la caméra de navigation à bord de l'hélicoptère Ingenuity Mars de la NASA - représente les 29 dernières secondes du sixième vol du giravion. Crédits: NASA / JPL-Caltech. Télécharger la video En vol, Ingenuity suit son mouvement à l'aide d'une unité de mesure inertielle embarquée (IMU). L'IMU mesure les accélérations et les taux de rotation d'Ingenuity. En intégrant ces informations dans le temps, il est possible d'estimer la position, la vitesse et l'attitude de l'hélicoptère (où il se trouve, à quelle vitesse il se déplace et comment il est orienté dans l'espace). Le système de contrôle embarqué réagit aux mouvements estimés en ajustant rapidement les entrées de contrôle (à un rythme de 500 fois par seconde). Si le système de navigation reposait uniquement sur l'IMU, il ne serait pas très précis à long terme: les erreurs s'accumuleraient rapidement et l'hélicoptère finirait par se perdre. Pour maintenir une meilleure précision dans le temps, les estimations basées sur l'IMU sont normalement corrigées régulièrement, et c'est là qu'intervient la caméra de navigation d'Ingenuity. Pour la majorité du temps en vol, les navcams tournées vers le bas prennent 30 photos par seconde du Surface martienne et les alimenter immédiatement dans le système de navigation de l'hélicoptère. Chaque fois qu'une image arrive, l'algorithme du système de navigation effectue une série d'actions: d'abord, il examine l' horodatage qu'il reçoit avec l'image afin de déterminer quandl'image a été prise. Ensuite, l'algorithme fait une prédiction sur ce que la caméra aurait dû voir à ce moment particulier, en termes de caractéristiques de surface qu'il peut reconnaître à partir d'images précédentes prises quelques instants auparavant (généralement en raison de variations de couleur et de protubérances comme des roches et des ondulations de sable. ). Enfin, l'algorithme examine où ces caractéristiques apparaissent réellement dans l'image. L'algorithme de navigation utilise la différence entre les emplacements prévus et réels de ces entités pour corriger ses estimations de position, de vitesse et d'attitude. Environ 54 secondes après le début du vol, un problème s'est produit dans le pipeline des images fournies par la caméra de navigation. Ce problème a entraîné la perte d'une seule image, mais plus important encore, toutes les images de navigation ultérieures ont été livrées avec des horodatages inexacts. A partir de ce moment, chaque fois que l'algorithme de navigation effectuait une correction sur la base d'une image de navigation, il fonctionnait sur la base d'informations incorrectes sur le moment où l'image était prise . Les incohérences qui en résultent ont considérablement dégradé les informations utilisées pour piloter l'hélicoptère, conduisant à des estimations constamment «corrigées» pour tenir compte des erreurs fantômes. De grandes oscillations s'ensuivirent. Malgré cette anomalie, Ingenuity a pu maintenir son vol et atterrir en toute sécurité à la surface à environ 16 pieds (5 mètres) du lieu d'atterrissage prévu. Une des raisons pour lesquelles il a pu le faire est l'effort considérable qui a été déployé pour garantir que le système de commande de vol de l'hélicoptère dispose d'une grande «marge de stabilité»: nous avons conçu Ingenuity pour tolérer des erreurs importantes sans devenir instable, y compris des erreurs de chronométrage. Cette marge intégrée n'était pas tout à fait nécessaire dans les vols précédents d'Ingenuity, car le comportement du véhicule correspondait à nos attentes, mais cette marge est venue à la rescousse dans Flight Six. Une autre décision de conception a également joué un rôle en aidant Ingenuity à atterrir en toute sécurité. Comme je l'ai déjà écrit , nous arrêtons d'utiliser les images des caméras de navigation pendant la phase finale de la descente à l'atterrissage pour garantir des estimations fluides et continues du mouvement de l'hélicoptère pendant cette phase critique. Cette décision de conception a également porté ses fruits pendant Flight Six: Ingenuity a ignoré les images de la caméra dans les derniers instants du vol, a cessé d'osciller, a nivelé son attitude et a atterri à la vitesse prévue. En regardant la situation dans son ensemble, Flight Six s'est terminé avec Ingenuity en toute sécurité au sol car un certain nombre de sous-systèmes - le système de rotor, les actionneurs et le système d'alimentation - ont répondu à des demandes croissantes pour maintenir l'hélicoptère en vol. Dans un sens très réel, l'ingéniosité s'est musclée à travers la situation, et si le vol a révélé une vulnérabilité de synchronisation qui devra maintenant être corrigée, il a également confirmé la robustesse du système de multiples façons. Bien que nous n'ayons pas intentionnellement planifié un vol aussi stressant, la NASA dispose désormais de données de vol sondant les limites extérieures de l'enveloppe de performance de l'hélicoptère. Ces données seront soigneusement analysées dans le temps à venir, élargissant notre réservoir de connaissances sur le vol d'hélicoptères sur Mars.
  12. mars 2020 rover

    Toujours de Phil, comparaison des emplacements d'Ingenuity aux sol 76 (atterrissage du 5ème vol) et sol 92 (il y a maintenant 3 sols) : La parallaxe modifie légèrement les points de vue mais le changement de position change tout de même de façon flagrante.
  13. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    Ah la la ! Où donc placer le curseur ? Le cerveau, le coeur ou ailleurs ?...
  14. mars 2020 rover

    Oui effectivement. Du moins selon Phil Stooke (UMSF), qui n'a pas pour habitude de raconter n'importe quoi, l'hélicodrone ne serait plus à la même place que lorsqu'il s'était posé au terme de son cinquième vol. Il se fonde pour le dire sur des calculs de parallaxe à partir des images disponibles, notamment celles du sol 92 (voir panorama deux post plus haut). Aucunes infos sur le site de Percy ! Curieux ?!
  15. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    En espérant simplement ne pas avoir été visé par cette observation.
  16. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    Tu ne t'es déjà pas priver de donner des avis de cette nature dans ce forum.
  17. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    Ce que tu écris là ne souffrira d'aucunes contestations de ma part, mais pourtant, en essayant d'être objectif (s'il se peut), le degré de liberté dont jouissaient les Français de cette époque était "sensiblement plus important" que celui dont bénéficie les Chinois d'aujourd'hui. Quant à parler de leur liberté dans les années 50/80 !!! On doit dire aussi que l'Histoire a son poids et cela dans des cultures fort différentes.
  18. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    Le Tibet, les Ouïghours, Hong-Kong, Taîwan, la Corée du nord, les camps de rééducation... Oui mais : Lutte contre un féodalisme théocratique, intégration dans un pays d'1,5 milliards d'habitants, combattre les influences étrangères (1), combattre les influences étrangères (2), combattre les "mauvaises" influences intérieures et préserver la cohésion du Peuple... Le Yin et le Yang . S'il vous plaît, ne mélangeons pas tout et surtout, ne discutons pas politique.
  19. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    Un petit calcul, même en approximation, serait-il envisageable ?
  20. mars 2020 rover

    Toujours pour le sol 92, un beau pano de Charborob (UMSF) à partir des images de la LMastcam-Z, sur lequel on peut deviner un nouveau dust devil et Ingénuity, qui se cache parmi les roches martiennes :
  21. mars 2020 rover

    Propos résumés de Jessica Samuels, responsable de la mission de surface pour Perseverance. "Perseverance commence désormais à entamer sa mission scientifique, en se préparant à collecter des échantillons qui devront être rapportés sur Terre par une mission ultérieure. Jusqu'à présent, Persévérance a parcouru 345 mètres depuis son atterrissage. Au cours des deux prochaines semaines nous testerons davantage nos capacités de navigation autonome et sommes déjà enthousiasmés par les prochaines découvertes. Avec le récent cinquième vol en hélicoptère, nous passons de la phase de démonstration technologique à une phase de démonstration opérationnelle en nous concentrons davantage sur la science réalisée avec les instruments du bras robotique et que nous nous préparons à l'acquisition d' échantillons, phase principale du projet. La semaine dernière, nous avons terminé notre première observation rapprochée d'une cible de science avec l'instrument Sherlock. La partie Watson de cet instrument a été placé en différentes positions, se rapprochant de plus en plus de la surface et se plaçant finalement à seulement 3,7 millimètres de la cible." Gif de paulH51 (UMSF) : De tau (UMSF), du sol 92, zoom de la SuperCam sur un affleurement stratifié à environ 550 m de la position de Percy : Un anaglyphe du paysage dans ce même secteur : Et vue orbitale localisant l'affleurement dans un contexte plus général :
  22. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    De Greenish (UMSF) une vue de l'horizon à partir du site d'atterrissage de Zhurong : Gif de Roman Tkachenko (UMSF) où l'on distingue mieux deux monticules clairs sur la surface plane d'Utopia Planitia : Il est difficile d'estimer les distances auxquelles se trouvent ces éminences.
  23. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    Quelques exemples islandais : Bien entendu ce genre de comparaison de phénomènes, sur deux planètes différentes, reste incertain, surtout sur la base du peu d'éléments dont nous disposons pour l'instant... Avec plusieurs prolongations de mission, Zhurong aurait certainement la capacité d'atteindre la plus proche de ces formations. Cela serait effectivement très intéressant d'y voir de plus près...
  24. Tianwen-1 : la Chine à la conquête de Mars

    Nous avions déjà eu un aperçu de ce type de formation visible ci-dessus, et dont on voit notamment tout un champ dans le bas de l'image. Même s'il est forcément difficile d'en juger à partir de ces simples vues orbitales, on peut raisonnablement affirmer que ces éminences couronnées de cratères ont une origine volcanique. Sans toujours pouvoir bien distinguer des vallées d'écoulements, de failles crustales, on pourrait presque soupçonner la présence des secondes dans certains secteurs. En tout cas, la taille de ces petits "volcans" peut faire penser à quelque chose ressemblant aux solfatares terrestres.
  25. Paléoclimat martien

    Bonjour Géo, Cela parait pourtant assez clair. Des remontées magmatiques et de gaz éruptifs seraient susceptibles de faire fondre localement la cryosphère et de créer ainsi des poches propices à la préservation (ou à l'accueil) d'une activité biologique (microbienne) dont l'origine remonterait loin dans l'histoire de la planète, ou en rapport avec ce que les activités "humaines" pourraient éventuellement introduire. Mais bon, ce genre d'article à un petit côté putaclic indéniable.