PierrePA28

Member
  • Content count

    139
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by PierrePA28

  1. Bonjour Merci Motta pour cette information. Il m'est difficile de tout suivre en étant retraité. Dans le même esprit , Carlo Rovelli a publié, en janvier 2018 chez Flammarion, un livre intitulé " L'ordre du temps". C'était déjà abordé dans le dernier chapitre du précédent "Sept brèves leçons de physique", paru en 2015 chez Odile Jacob. Cordialement Pierre
  2. La compétition scientifique dans le monde

    Bonsoir Tournesol Que certains posts soient hors sujet, c'est une question d'appréciation. Pour ma part, ile aident à comprendre l'ensemble du traitement du sujet initial. Les supprimer ne dépend pas de l'avis des lecteurs mais de votre propre envie, conception de leur place dans ce que vous souhaitez exprimer. Vous faites donc selon votre volonté; on regrettera ou non, mais c'est votre , pardon, une partie de votre oeuvre ici. Quoi qu'il en soit, il reste difficile de faire passer le message de ce qu'est fondamentalement un chercheur, à plus forte raison en physique. Néanmoins, j'ai retrouvé tout cet ensemble de réflexions que je m'étais faites sans les formaliser ni détailler à ce point, en regards croisés avec Motta et VaufrègesI3 entre autres. Je suis et reste convaincu que cela n'est pas vain de les conserver pour pouvoir les relire, mais le choix est le vôtre. Très cordialement Pierre
  3. La compétition scientifique dans le monde

    Bonsoir J'apprécie beaucoup les mises au points nécessaires de, dans l'ordre alphabétique, Motta, Tournesol et Vaufrèges13 entre autres. Oui, faire de la recherche, en physique pour ma part, a été une passion et une drogue, qui a largement compensé le fait que le salaire d'enseignant chercheur est loin d'être le Pérou. Je constate, en vous lisant, que peu de choses ont changé quant à l'idée que ceux , qui n'ont jamais trempé dans cette passion , se font de ce métier. Je constate aussi que les conditions d'exercice du métier ne se sont pas améliorées, augmentation des charges de gestion ... au détriment des manips, une recherche de crédits consommatrice d'énergie et souvent des rapports sur des projets lus visiblement par des gens qui comprennent peu ... Tout ce que vous en dites est vrai, depuis longtemps déjà et les améliorations sont lentes à venir. Je me souviens du temps où créer une entreprise, prendre un brevet, était sanctionné par une mise à pied: imaginez que les impôts du peuple lui fournissaient du travail en juste retour de celui des chercheurs, l'abomination intégrale ... d'où l'expatriation de certains. Puis, en récompense de vos 40 années de loyaux services, on vous met à la porte à 65 ans. La recherche est 95% d'échecs mais 5% de réussite, donc heureusement notre amour-propre est blasé et les critiques usuelles glissent mais, parfois, il faut pousser le coup de gueule pour que soit compris que la validité d'un argument ne se mesure pas au nombre de décibels avec lesquels il a été énoncé. Quand donc tous ces poncifs soigneusement entretenus et que vous avez bien démontés seront-ils abandonnés pour une vision réelle du métier dans l'intérêt de la science? Merci donc pour ce rallumage de flamme. Cordialement Pierre
  4. Bonsoir Un article magnifiquement rédigé: un professionnel n'aurait pas fait mieux. Tout ce qui est nécessaire, y compris les explications des choix effectués, est là. Sincères félicitations à l'auteur Pierre
  5. Bonjour L'ensemble tiendra toujours dans un boitier, il sera simplement plus ou moins gros et cela se saura une fois que c'est terminé. Vous voulez exciter une fluorescence, utilisez donc une diode laser emettant cette longueur d'onde ou très proche et couplez la à votre fibre pour guider l'énergie vers le point choisi. Je vous signale qu'il existe toutes faites des diodes lasers avec sortie par fibre ( diodes "pigtail"). En effet, la composante de lumière ayant la bonne longueur d'onde capable d'exciter la fluorescence n'est qu'une faible partie du spectre de la lumière blanche que vous souhaitez créer avec 1800 Lux d'éclairement. Cette valeur de 1800 Lux est justifiée par quoi? Il est difficile d'innover dans ce domaine déjà pas mal exploré. Aussi je suggère une redéfinition afin d'avoir de bonnes chances de réussite, en regardant les idées du message précédent et les remarques qui suivent. Puisque vous avez du matériel, il faut que ce soit un faisceau convergent qui entre dans la fibre: vous utilisez donc ce que vous avez en suivant l'idée générale donnée dans mon précédent message. 1800 Lux n'est pas une puissance mais un éclairement, ou un flux d'énergie par unité de surface. Du coup, avec quel type de fibre voulez-vous réaliser son transport: quel est le diamètre du coeur de la fibre, c'est à dire la zone qui guide l'énergie? quelques micromètres, ou de l'ordre du mm? Attention, le diamètre extérieur de la fibre comprend le coeur, la gaine et la couche de protection. Autre problème: vous voulez transmettre une lumière blanche, or vous allez avoir de la dispersion d'abord au foyer de l'optique d'entrée dans la fibre et aussi lors de la propagation dans la fibre. Cela veut dire que la condition de guidage pour une longueur d'onde peut ne pas être strictement identique pour une autre: par condition de guidage j'entends la relation entre l'angle d'incidence dans la fibre et son indice qui varie avec la longueur d'onde. Ensuite, vous parlez de diodes émettrices de lumière, vous n'allez pas former un spot de très petit diamètre avec une simple lentille convergente, donc la quantité de lumière qui va entrer dans la fibre sera une faible proportion de celle concentrée au foyer. C'est pour cela que d'une part on utilise des objectifs de microscope et que d'autre part c'est plutôt un rayonnement monochromatique que l'on fait propager dans une fibre. Je suggère donc de simplifier en utilisant une diode laser pig tail de bonne longueur d'onde pour la fluorescence. Elle est munie d'une courte longueur de fibre qu'il faut recoupler optiquement avec celle à attacher à votre sorte d'endoscope; c'est ainsi que vous aurez le meilleur transfert de puissance de l'une à l'autre. Puis, l'usage de l'objectif de microscope, contrairement à un e lentille simple, donnera une taille de spot beaucoup plus petite, donc un éclairement plus grand pour une puissance donnée. Le couplage de l'une des fibres à l'autre sera déjà bien. Aide: les fournisseurs d'accès internet disposent d'outils de raccord de fibre optique. Regardez et vous verrez que ce n'est pas simple. Bon courage Cordialement Pierre
  6. Bonjour Après une réponse donnant les grandes lignes, une qui ressemble plus à ce que je ferais si j'étais encore au labo. J'utiliserai un support en V destiné à tenir la fibre et à la déplacer selon un axe, disons Z. Un objectif de microscope monté sur un déplacement X et Y, donc dans un plan perpendiculaire à Z, serait aligné avec la fibre. Son foyer serait proche de l'extrémité d'entrée de la fibre. Les mouvements doivent être assuré par un matériel de qualité, à vis micrométrique: soit vous avez, soit vous empruntez à un labo travaillant avec des lasers, à une faculté de sciences. Je ne tenterais pas la manip sans ce type de matériel. Le couplage entre les deux faisceaux peut passer par un miroir dichroïque, en effet. Ensuite, vu que vous ne recherchez pas un rendement maximum et que ce n'est pas pour vendre le dispositif, je n'utiliserais qu'un objectif de microscope, pourvu que les deux longueurs d'onde à injecter dans la fibre ne soient pas trop éloignées l'une de l'autre. Ainsi, l'objectif peut les focaliser simultanément et faire que les deux foyers ne soient pas trop éloignés le long de l'axe Z.. Il y aurait ainsi une position optimale de l'entrée de la fibre entre les deux foyers le long de Z, position que vous pouvez tester avec un détecteur. Je suggère d'abord de réaliser le couplage avec la longueur d'onde visible, d'optimiser les alignements et positions relatives. Vous pourrez ensuite insérer l'optique d'amenée du faisceau IR: soit un cube réfléchissant, soit un miroir dichroïque. Réglez de nouveau l'optimum de couplage de la lumière visible. Puis, avant d'envoyer le faisceau IR, remplacez le par un visible en éteignant le premier et testez le couplage. Lorsque tout est réglé pour deux faisceaux visibles, vous pouvez revenir au but: visible + IR et optimiser les deux transferts. Bon courage, avec le bon matériel. Pierre
  7. Bonjour Pour faire entrer un faisceau dans une fibre optique, si l'on souhaite que le maximum de lumière pénètre, il est préférable que le faisceau soit conique plutôt que parallèle. On forme ce cône en focalisant le faisceau parallèle avec une lentille convergente: pour une longueur d'onde unique, on utilise généralement un objectif de microscope orienté pour que la lumière sorte du coté de l'objectif habituellement situé vers la préparation. Vu la place nécessaire pour le second faisceau, il sera mieux d'employer une lentille convergente dont la focale sera de quelques centimètres. L'entrée de la fibre optique sera placée au foyer de la lentille. Ici, il y a deux longueurs d'onde différentes, on réalise donc deux montages de focalisation identiques dans le principe à ce qui est décrit ci-dessus. Il faut les assembler pour que le foyer de chacun se trouve au même point: l'entrée de la fibre. On dispose celui qui fournit l'intensité la plus faible de façon que sa source, la lentille et la fibre soit alignés; de plus le foyer de ce faisceau doit se situer sur la face d'entrée de la fibre; On vérifie ensuite que ce faisceau ressort à l'extrémité de la fibre. On réalise le même montage pour l'autre longueur d'onde mais orienté à 90° du premier; on place une lamelle de microscope à 45° sur le faisceau qui sort de la seconde lentille, celui ci est réfléchi aussi à 45°, dont parallèle au premier faisceau. Il reste donc à superposer les deux foyers sur la face d'entrée de la fibre. C'est faisable si l'on pense à être délicat, à bouger les pièces lentement et avec faible amplitude, beaucoup de patience et en contrôlant le trajet de chaque faisceau avec un papier ou un visualiseur de faisceau infra-rouge. bon courage Pierre
  8. Bonsoir J'apprécie le tour de force réalisé pour vérifier jusqu'à quelle précision on peut considérer que le principe d'équivalence s'applique. En effet, la masse d'inertie et la masse gravitationnelle sont deux grandeurs qui répondent à des définitions différentes. La masse d'inertie, pour le faire "avec les mains", est celle qui intervient dans l'expression de la force qu'il faut lui appliquer pour la mettre en mouvement. La masse gravitationnelle est celle qui intervient dans le mouvement que prendra cette masse dans un champ de gravitation. Il n'y a nulle obligation pour que ces deux masses soient égales, les phénomènes mis en jeu étant différents. Néanmoins, on a posé depuis longtemps comme principe qu'elles le sont; il est donc sensé, du point de vue du physicien, de vérifier la validité et le domaine d'application de ce principe. A partir du moment où l'on pose un principe, on en teste les conséquences. Il en est de même en mathématiques, où l'on vérifie les conséquences des axiomes: énoncés que l'on ne sait pas démontrer mais dont toutes les conséquences sont exactes. En physique, c'est plus dur car ces conséquences passent par des vérifications expérimentales des lois déduites du principe. Ces vérifications font appel à des mesures de grandeurs et il n'est pas équivalent de dire que deux grandeurs sont égales à 1% ou à 10 puissance moins 14 ou 15 près. A 1% il s'agit d'une approximation, à 10 puissance moins 14 près on s'approche de la certitude raisonnable que les grandeurs sont égales et que le principe est vérifié avec une bonne précision. Si donc ce principe est vérifié à ce niveau, il est nécessaire d'aller plus loin dans la précision car la vérification physique le demande: l'égalité physique est plus difficile à montrer que l'égalité mathématique. Cela signifie aussi que l'on pourra mieux trancher entre diverses hypothèses qui découleraient d'une vérification "absolue" du principe ou de sa violation. Je considère donc que cette expérience n'est pas "enfoncer une porte ouverte" car la chose était loin d'être évidente à ce niveau de précision, elle constitue une belle réussite des physiciens et de tous ceux qui l'ont mise en oeuvre. La physique est ainsi faite que l'on vérifiera encore longtemps ce qui peut paraître comme étant évident ou "le bon sens même", mais son histoire montre que les évidences ne sont pas toujours vérifiées. Cordialement Pierre
  9. Bonsoir La question ne se pose pas ainsi: les deux miroirs sont nécessaires donc il est préférable que les deux soient très bons. Pour être plus précis, il est rare que leurs caractéristiques soient identiques. Il faut donc déterminer des valeurs numériques de réflectivité, rugosité de surface ..., et autres paramètres influant sur la qualité de l'image. On le fait pour chacun des miroirs et l'un sortira "meilleur" que l'autre, selon les critères choisis. Ensuite, on peut en déduire les paramètres que doit vérifier le "moins bon" pour ne pas déteriorer le signal donné par le "premier". Cordialement Pierre
  10. outil pour demonter une balow.

    Bonsoir Bruno Il y a deux solutions: fabriquer l'outil ad hoc, ce que j'ai fait dans le temps qui a l'avantage d'être réglable, soit consulter l'opticien du quartier qui se fera un plaisir d'aider. car il le possède par nécessité professionnelle. Si, si, il y a encore des gens serviables, moyennant l'explication du " à quoi ça sert", etc .. Bonne soirée pierre
  11. pour avoir assez de jus dans sa batterie ?

    Bonsoir Il y a plusieurs aspects dans ce qu'explique cet américain. D'abord, il est plus efficace d'avoir une batterie alimentant l'appareil photo ou la caméra en 5V, plutôt qu'en 12V car les 7V de différence sont dépensés en chaleur la plupart du temps, sauf à monter un circuit intégré à découpage qui abaisse la tension de 12V à 5V avec un rendement très élevé. Ensuite, pour fournir la même énergie à l'appareil photo, la batterie 5V sera plus petite, plus légère aussi, que la 12V pour une même capacité. Cela ne signifie pas nécessairement qu'elle sera moins chère car il faudra le chargeur adapté pour 5V. Il n'y a rien de nouveau sous le soleil dans ce qui est présenté, mais c'est tellement bien raconté .... Cordialement Pierre
  12. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    Bonjour Alain Non, il ne les fait pas plus faciles mais parfois elles sont mieux cachées, d'autres fois adaptées au sujet. Je lis VaufrègesI3 par pur plaisir d'en détecter une, et lorsqu'elle est amenée par le sujet, le plaisir passe au carré. Comme quoi les scientifiques ne sont pas toujours aussi monomaniaques que certains les décrivent. Cordialement Pierre
  13. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    Alain Moreau, ta masse a bien failli me faire croire que j'y étais déjà. Dit tel que, c' est bien le truc qui permet de se passer de second conducteur, en apparence, car les rails de tram ou de train sont ce second conducteur qui conduit le retour du courant arrivé par le caténaire vers la source. Parfois aussi il n'y a pas de caténaire et un rail accessoire joue le rôle de masse Il importe de définir précisément de quoi on parle. Le sujet est encore les ondes gravitationnelles? Cordialement Pierre
  14. La rumeur des ondes gravitationnelles...

    Bonsoir Certaines des affirmations que je viens de lire me rendent songeur, surtout après le commentaire très pondéré d'A. Moreau. La physique est bien établie et les mots employés ont un sens précis. Le photon va dans le vide à la vitesse notée c, dont la valeur est celle connue pour la lumière. Il ne se trouve jamais au repos, donc l'usage du concept de masse tel qu'il est connu en mécanique classique est dangereux quand il s'agit du photon. On peut, si l'on connait son énergie, lui attribuer une masse en utilisant l'équivalence entre masse m et énergie E sous la forme E = mc2 mais je n'en vois pas l'utilité. Il faut se méfier de l'usage du sens commun ou du bon sens, lequel est rarement vérifié en physique car la Nature ne fonctionne pas selon des critères anthropomorphiques; elle fonctionne selon ses lois bien vérifiées qu'on le veuille ou non et tous les discours n'y changeront rien car l'édifice est solide. Une opinion n'est pas une démonstration scientifique, elle reste une opinion tant que les faits ne l'ont pas démontrée. Très cordialement Pierre
  15. Essais en tous genres

    Bonsoir Il n'est pas interdit d'essayer, cependant je vois d'emblée que chaque objectif de lunette a été calculé, en principe ,pour que les rayons incidents sur leur face d'entrée forment un faisceau parallèle. Or l'association des deux objectifs fait que le second, dans le sens de propagation des rayons, ne recevra pas un faisceau parallèle mais convergent. Je n'ai pas calculé ce que l'association peut donner en termes de qualité d'image, comparée à un seul objectif prévu pour une distance focale plus courte. Il est clair que le second objectif ne travaillera pas au mieux de ses performances initiales. Parfois il arrive une compensation des défauts dans des montages bizarres. Cependant, si une telle association était meilleure en performance qu'un doublet calculé pour obtenir la focale plus courte souhaitée, je pense que les fabricants se contenteraient de faire ces associations au lieu de concevoir de nouveaux objectifs. Pour le plaisir d'expérimenter, qui ne coute rien ici, pourquoi ne pas essayer en cherchant s'il existe un optimum lorsque varie l'intervalle entre les deux doublets ? Cordialement Pierre
  16. Fusion verre - miroirs

    Bonsoir En complément de ce qui est déjà rappelé, tu as aussi la possibilité de garder le miroir liquide: je précise alors que le matériau n'est plus du verre mais un métal liquide à température ambiante. Ne pensons même pas au mercure dont les vapeurs sont toxiques ( oui, sa pression de vapeur à 20° peut donner une bonne " crise de foie". Certains ont utilisé du gallium dont la réflectivité à l'état liquide est élevée et quasi constante dans le domaine visible, et ne présente pas la bande d'absorption de l'argent dans le proche UV. Enfin sa pression de vapeur est très basse à 20°C et le métal n'est pas toxique. Le gallium est liquide à 29°C approximativement mais reste aisément liquide bien en dessous par surfusion, pour peu qu'il soit pur, et sans impureté sur le moule. Bien sûr, il faut un montage optique analogue à un "héliostat", vu que la surface réfléchissante est gouvernée par la gravité. J'ajoute que la pellicule d'oxyde qui se forme est transparente, fine ( inférieure au nanomètre) et peut être prévenue si l'air au dessus de la surface comporte une faible proportion d'acide chlorhydrique ( faible vraiment). Des réalisations avec des tailles conséquentes ont été faites, et se retrouvent sur la toile, cependant je n'ai plus suivi le sujet depuis quelques années. Cordialement Pierre
  17. BonsoirSi vraiment l'usage de cette lentille est de travailler en lumière monochromatique H alpha, le seul problème restant est celui associé aux déformations d'ordre géométrique telles que la planéité du champ, les déformations en barillet ou coussinet ... . Utiliser un achromat pour travailler en monochromatique est permis mais est redondant; néanmoins qui peut le plus ... .Cordialement Pierre
  18. Réaluminure miroir

    BonsoirUn truc pour la soudure à l'étain sur inox ou équivalent: une goutte d'acide orthophosphorique en bout du fil d'étain; alors la soudure mouillera l'inox. Si cela peut servir à quelqu'un ... Cordialement Pierre
  19. focale résultante

    BonsoirIl n'y a aucune confusion, puisque la question de la couverture de champ n'a pas été abordée explicitement.Néanmoins, ce sont bien le moment et l'endroit pour rappeler son existence; mais à chaque jour suffit sa peine ... . CordialementPierre
  20. focale résultante

    BonsoirQue l'on mette un oeil derrière l'oculaire d'une lunette ou bien un APN à son foyer, la focale de la lunette est invariante.Qu'ensuite il y ait un éventuel facteur d'échelle lorsqu'une image venant de l'APN est affichée sur un moniteur est une autre question. Pour trancher expérimentalement, on photographie un même objet avec la lunette équipée de divers APN, puis on les affiche sur l'ordinateur.Ainsi, on sait ce que l'on fait sans risquer de mal interpréter ce qui est dit.Cordialement Pierre
  21. BonsoirJe cite: "Il est probable qu'une grande partie de la matière de la Voie lactée logeait dans d'autres galaxies avant d'être expulsée par un vent puissant".Je ne vois pas vraiment l'intérêt de la remarque. En effet, après l'explosion du big bang, atomes et rayonnement ont fini par former de la matière, laquelle s'est répartie dans l'espace, poussée par des "vents violents" ou pas, par les variations de rayonnement, par des champs de gravitation ... . Cette matière est la même partout et suit les mêmes lois. En se plaçant à un endroit et moment donné de l'évolution de l'univers, on n'amène rien du point de vue de la connaissance en disant que, localement, les atomes et matière rencontrés à cet endroit, et en ce moment, proviennent probablement d'ailleurs. Que peut-on en tirer que l'on n'ait su déjà? Que la matière de la voie lactée a bien dû arriver jusque là après avoir été dans d'autres galaxies? Il a bien fallu qu'elle arrive d'abord dans ces autres galaxies, et elle vient bien de quelque part en remontant le temps. On peut ainsi boucler loin, et longtemps.Alors, à défaut d'avoir mis une "étiquette" sur un atome parti il y a bien longtemps d'un endroit bien défini et de pouvoir l'individualiser dans la voie lactée en ce moment, je reste dubitatif sur la gain amené par la citation en tête. Cordialement Pierre Pierre
  22. Pluton Video NASA 3D

    Bonjour Et un grand merci pour avoir mis ce lien à l'attention de tous; un beau travail. Bonne journée
  23. camera embarquée.

    Bonsoir VindematrixTu parles d'une barre stabilisatrice horizontale, et conclus partir dans un délire. Ce n'est pas le cas: les gens qui marchent sur un câble tiennent justement une barre stabilisatrice qui porte des poids. Si on les regarde bien, ils sont nettement en dessous du fil, et donc le centre de gravité de l'ensemble aussi; le système homme+poids est auto-équilibrant. On constate aussi que les mouvements de ce pendule sont lents.Dans ton cas, la barre stabilisatrice est verticale, le poids est en bas; pour avoir la longueur maximale sans rien changer, il faut tenir l'appareil au plus près. Après, il faut optimiser au mieux le moment d'inertie de l'ensemble pour amortir les mouvements. Or ce moment d'inertie dépend bien de la masse, mais aussi de la longueur par l'intermédiaire de son carré. On a donc intérêt à jouer d'abord sur cette longueur.On constate sur ton enregistrement vidéo que les mouvements rapides sont éliminés, ne restent que ceux de basse fréquence: allonger la barre va les éliminer, pas tous mais une grande partie.Ensuite, il faut aussi considérer que ta main et ce système caméra + tige + poids est un système actif en ce sens que le cerveau intervient. Il faudrait donc que les corrections de la main qu'impose le cerveau soient faibles, afin de ne pas amplifier les oscillations naturelles de l'ensemble.Là, il y a un optimum à trouver, qui dépend des réactions de chacun.Excusez-moi pour avoir parlé de moment d'inertie, mais c'est presque intuitif: c'est lui qui s'oppose aux variations de mouvement. Bonne soirée Pierre
  24. camera embarquée.

    BonsoirJ'ai regardé la vidéo mise en ligne. Pour un premier essai, c'est bien.Pour diminuer la fréquence des oscillations, il faut augmenter le bras de levier, à valeur du contrepoids constante, donc en premier tenir l'appareil photo au plus près et augmenter la longueur de la tige portant le contrepoids. Ce faisant, on rajoute très peu de masse au dispositif. Ensuite seulement, on peut augmenter le contrepoids par approximations successives jusqu'à être satisfait pour ce que l'on souhaite enregistrer.Ensuite, il y a l'usage de gyroscopes; mais on ne fait plus d'astronomie portable. Cordialement Pierre
  25. Je suis d'accord avec ASP: le prisme dont la face diagonale est aluminée protège cette face de toute oxydation, poussière, rayure. L'aberration chromatique reste présente néanmoins.Comme souvent en optique, il y a un compromis à trouver entre le coût et l'efficacité du dispositif pour un travail donné. Le nombre de zéros derrière l'unité qui exprime le prix du dispositif est révélateur de sa proximité avec la "perfection". Cordialement Pierre