A-FIOCRET

Member
  • Content count

    222
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by A-FIOCRET

  1. Nicolas, tu es décidément trop modeste !! Mais reste comme çà, hein !! C'est exactement cela. Mais c'est justement là où tu es tout bon : une luminance parfaite dans les plus fins détails ! Bref, la haute résolution, rien que la haute résolution et tant pis pour la couleur ! En gros, il te suffirait juste de faire tes dessins en noir et blanc puis de leur accorder un beau dégradé ocre progressif sur ordinateur jusqu'au bord du limbe et c'est tout bon ! Plus de problème de traits de crayons ! Je dis çà mais je te taquine complètement car en fait, ces traits de crayons, ce rouge, c'est ta patte, c'est ton style bien à toi et c'est ce qui les signent si bien. C'est comme les 700x voire les 1000x au bout d'un 400mm en plein centre ville dans une fenêtre d'une heure en plein confinement (même pas peur !), c'est du BIVER, quoi !
  2. Magnifiques dessins quasi-photographiques, Fred. Du grand art. Toujours aussi fameux ces rendus. Tu es passé maître du bon dosage colorimétrique. Le filtre orange pour les petites ouvertures comme le filtre rouge clair pour les ouvertures =>200mm fonctionnent fort bien en effet. Je suis sans doute mal placé pour émettre une suggestion mais justement pour contraster les brumes, qu'en est-il alors d'un filtre bleu clair voire carrément du violet sur Mars ? Théoriquement, ces deux couleurs devraient produire le contraire : Contraster l'atmosphère en éteignant la géographie martienne mais qu'en est-il dans la pratique ? Maintenant, les brumes étant des détails fort délicats, sans doute vaut-il mieux de ne pas justement leur appliquer un taux de transmission... Personnellement Nicolas, je m'en tiens à la résolution globale, que le dessin soit en couleurs ou monochrome... A mon sens, d'autres paramètres sont encore plus déprimants... Le pire n'est pas d'être incarcéré sous la grisaille mais ce sera de l'être encore pendant plusieurs semaines alors que quelques nuits seront propices. Pas que...Pour les astrams dont la seule option pour utiliser leur instrument est l'itinérance, il faut aussi s'improviser rebelle, "délinquant" et savoir prendre des risques par les temps qui courent.
  3. Mais...Mais...c'est de la bombe ces dessins !!!
  4. On appelle cela la passion, la vraie, celle que rien n'arrête comme la vague d'un tsunami... Je réponds comme @ALAING : Ben oui...Toi...Pour aussi bien ! Nicolas, ce garçon, il est possédé par le sujet, c'est tout ! Quand un métier est aussi une passion inoxydable, c'est magnifique. Peu, sommes-nous à avoir ce privilège. Son site semble être sa résidence par ascenseur et quant au reste, il a bien le droit de conserver quelques-uns de ses secrets. Je pense que sans minimiser le gros travail d'observation et d'entraînement sportif de Nicolas qu'il a manifestement un don, c'est de l'inné dont il a su maximiser les recettes au plus haut niveau par la pugnacité qui va avec. Au tout début des années 90, il faut déjà voir ce qu'il était capable de produire sur Jupiter avec un simple 200 pour s'apercevoir qu'il est tout bonnement hors compétition. Il surpasse tout, il est le maître, point barre, tant dans la qualité que la régularité par une quantité de croquis sans comparaison, tant planétaires que stellaires. Le pauvre, il doit être blasé depuis le temps, par la tonne de compliments qui lui pleuvent continuellement dessus ! Mais pas blasé par son rituel itératif...Pour notre plus grand bonheur de découvrir régulièrement de si bons dessins. De même, merci Nicolas pour tous ces dessins.
  5. du Mars de France

    Serge...Tout cela est tout bonnement magnifique. Merci pour cette démonstration haut la main de ta maîtrise du "métier"
  6. Planche Martienne du 17-10-20 et NEW 18-10-20

    Les images qui pleuvent sur le forum depuis 24-48-72h sont fantastiques.
  7. Du Arsidi avec sans doute un ancien tube à gégé.
  8. Ben . . . Mars du 17/18 oct premier jet

    Pas mal comme résultat du match pour déclarer forfait. Un résultat fort sympathique pour 200 d'ouverture. Fantastique M809 !!...Sans toutefois minimiser le niveau de l'opérateur qui a fait le job. Bizarre quand même le comportement de la monture...Sans doute la température, peut-être...
  9. Stupéfiant dessin avec de plus, Olympus Mont. Espérant au moins qu'il soit cette fois-ci suffisamment détaillé à ton goût ?
  10. Après...Dans le cas de Nicolas, je lui souhaite un retournement de situation plus heureux car dans cette période si particulière, l'appréciation d'une situation revient tout de même des forces de l'ordre et que ce sont tout d'abord des êtres humains, avant d'être des distributeurs de mauvaise nouvelle. Il existe des policiers qui verbalisent une personne 135 € pour avoir juste rabaissé son masque sous le menton, à peine 3 min, juste le temps de manger un pain au chocolat avant d'aller bosser le matin. J'ose espérer donc qu'il puisse aussi exister dans ses rangs, une police capable d'évaluer à très juste proportion, le risque quasi-nul que peut représenter un gars avec son télescope en plein milieu de la nuit, quand le risque d'entrer en contact avec une autre personne à moins d'un mètre devient quasi impossible. Et ne jamais sous-estimer la probabilité d'un effet apaisant sur leur attitude que pourrait produire le fait de leur faire profiter d'un spectacle dont ils ne doivent pas trop avoir l'habitude.
  11. votre avis et vos meilleurs souvenirs

    C'est le gros bavardage, ici... Arrêtes @serge vieillard, tu es en train exactement d'énumérer mes arguments pour avoir abandonné l'astrophoto il y a dix ans pour le reportage photo et d'en être finalement revenu à l'astronomie, il y a tout juste un an avec juste un Dob 200 dénué de tout superflu (pas de GOTO), une flopée d'oculaires et des feuilles gabariées si l'envie me vient de faire un dessin. Si je peux observer juste cinq-six fois par an, voire moins, je suis déjà aux anges car le visuel pur, c'est vraiment l'incarnation de la liberté sans fil à la patte, sans électricité et...Sans emmerdes. Facile à mettre dans le coffre de la voiture en juste deux morceaux, puis juste une unique petite valise métallique optimisée comme celle de Nicolas avec mes accessoires, mes gabarits, mes cartes, quelques crayons et puis...c'est tout. Moi aussi, j'en ai connu bien des frustrations avec la technologie vite obsolète quand j'étais un de ces jeunes, comme la plupart de ceux-là précisément qui pensaient révolutionner le monde avec les petites technologies plein de câblerie qui sortaient sur le marché, alors qu'il suffit juste parfois d'un simple survol lunaire à 400x dans un oculaire pas trop mauvais pour avoir finalement réussi son programme : Etre ému et garder un sacré souvenir sans nuages ! Quant à Stellina, j'ai mon propre avis bien personnel sur la question de son utilisation, pour peu qu'il soit assez sensible et précis pour cet exercice. Un usage qui n'a rien de visuel pour visualiser des objets maintes fois vu et revu dans des magazines d'images mais plutôt un usage d'outil de travail d'imagerie pour suivre facilement l'évolution d'objets en particulier dans le ciel, rapide à mettre en oeuvre, surtout quand on habite au sein d'une grande ville dans un appartement sans balcon. Quand on souhaite malgré tout finalement optimiser les trouées dans le ciel pour suivre ces objets, sans devoir se coltiner le transport d'un tube dans la voiture et un parcours plus ou moins long vers un site favorable où nous pourrions y poser son instrument en sécurité, dans un ciel pas trop dégueux, pour étudier sa liste au programme. Tout le monde ne s'appelle pas non plus Nicolas Biver avec son talent et sa pugnacité légendaire à tirer son 400mm dans sa résidence en plein Versailles dès la moindre ouverture. Ce truc de luxe à 4000 euros, il y a justement moyen de le détourner intelligemment, surtout si on sait déjà un minimum bien observer en visuel dans un instrument pour en tirer quelque-chose d'autre de plus intéressant encore qui ne serait pas de l'observation visuelle. En voilà un qui suit... Bah justement, ces bidules, c'est comme les webcams. Il faut un peu de recul pour ne pas les moquer trop vite. A l'origine, à la toute fin des années 90, on ne voyait de ces webcams qu'un gadget de luxe pour adolescents pour faire des grimaces à la copine via MSN. On a vu aussi autour de la même période que en la détournant derrière un télescope, on révolutionnait peu à peu l'imagerie planétaire. Stellina, à mon avis, c'est la même chose. De l'imagination de ses premiers propriétaires découlera de nouveaux usages révolutionnaires, il faut juste les percevoir, essayer, y croire et développer les solutions logicielles pour les intégrer. Pour moi, ce n'est pas du visuel assisté ce Stellina mais un petit laboratoire ultra-transportable pour de la recherche assistée pour l'amateur qui pourra se le payer avec des perspectives que je devine déjà énormes. Occasion par delà même après tous les commentaires lus jusque-là, de noter un petit égarement dans cette conversation sur un bidule qui vise alors une niche bien à lui, ni visuel, ni imagerie. Et mon opinion toute personnelle pour ce qui me semble être le plus fidèle au terme de "visuel assisté" : la façon un peu plus commode que celui d'un atlas papier de trouver tout type d'objet (ciel profond, comète, astéroïde,...), même très difficile, avec toutes les informations interactives sur les étoiles présentes dans le champ...soit un planétarium sur smartphone possédant un mode nuit pouvant simuler le champ de votre chercheur et puis de votre télescope en fonction de votre oculaire...C'est juste cela car je pense que l'on s'accordera tous que lorsqu'il s'agit de comprendre totalement ce que l'on observe, ce n'est pas un GOTO qui nous donnera la réponse mais bien toute la procédure qui nous aura conduite à trouver l'objet pour ensuite le détailler longuement. Le truc existe et sa version complète coûte tout juste 9€ et pas 4000. Je tairai son nom car çà évitera le risque de me faire épingler en disant que je roule pour faire de la pub pour le logiciel. C'est juste pour ce petit gadget pas bien cher sur appareil tactile où je me dis qu'on peut encore prendre le risque d'une panne électrique d'autant qu'auprès d'un public, surtout sur une tablette, il peut faire encore davantage fureur quand il s'agit justement de montrer bien utilement à un néophyte ce qu'il en train de regarder dans l'oculaire, tant pour l'objet lui-même que sur son environnement stellaire immédiat et comment, plus largement, on le trouve !
  12. Et c'est là où commence les contours incroyables de ce couvre-feu dans les contextes particuliers où il n'y a pas rassemblement de personnes. Surtout dans ton cas car à part ton télescope et Mars dans ton oculaire, je ne vois pas trop le rassemblement que tu pourrais susciter pour te contaminer ou bien contaminer les autres pour participer à la propagation du virus, surtout si tu portes un masque et que tu en restes méticuleusement au pré-carré de ta résidence, comme il m'a semblé le comprendre. Dans tous les cas Nicolas, vraiment chapeau pour cette pugnacité incroyable à déplacer un 400mm par ascenseur et à être capable à la moindre fenêtre dans le ciel de sur-multiplier sans cesse ce rituel. Le feu sacré fait bien des miracles.
  13. Fort sympathique grossissement pour un C8 (rapport G/D de 2,61 tout de même).
  14. Nicolas le farceur , nous sommes un bon 98% à en voir à l’œil systématiquement beaucoup moins que toi. Quelle pugnacité dans cette période de vaches très maigres en ouvertures météorologiques. On ignore ta période d'ouverture de tir entre les deux averses (45 min, 1h peut-être) mais franchement dans ces cas bien précis où le temps presse, tu pourrais t'avérer tout autant redoutable face à un imageur avec ce dessin exécuté en 38 min à peine. Là où l'imageur itinérant n'a pas le temps d'obtenir une image, tu rafles tranquillement la mise A ce petit jeu, tu es indéboulonnable.
  15. Mars en 2020 : ADC ou pas ADC ?

    Je m'en souviens très bien Bernard de ce travail à cœur, comme si c'était hier. Un merveilleux C8 comme on n'en modifie rarement jusqu'à ce point-là.
  16. Je ne disconviens pas Serge sur la nécessité de beaucoup grossir en planétaire et que le "métier" compte, en visuel comme en imagerie d'ailleurs. En d'autres temps, j'ai déjà fait des observations intéressantes de Saturne à 400x dans un Célestron 8 mais c'était sans compter qu'il était motorisé sur une monture allemande et que Saturne était à plus de 50° de hauteur au petit matin où la turbulence est fréquemment optimalement calme. Merci de m'encourager en me disant que ce n'est pas le moment d'abandonner en si bon chemin car finalement, ma barrière des 250x avec mon Dob ne tient pas compte d'une peur de grossir mais de savoir tenir ces agrandissements comme d'avoir la capacité de rendre ces observations à très forts grossissements payantes en fins détails, quand le télescope n'est pas motorisé. Si on s'en tient à l'expérience de Nicolas, il faudrait bosser "normalement" avec un T200 entre 320x et 500x, selon le contraste de la planète, pour épouser les ratios Biveresques. Avec un suivi de qualité, aucune crainte pour pousser la jauge dans mon cas mais sans suivi, soyons honnêtes que le club des candidats à ce type d'acrobaties est réduit à seulement quelques membres. Comme tu dis, il y a le matériel et puis, les hommes. Si sur le plan matériel, je peux me régler sur le bon ratio ; je ne suis pas (encore) celui qui sera capable de le tenir "utilement". Il est important de connaître et de savoir reconnaître ses limites, même si parfois, on peut se surprendre quelques temps plus tard d'être capable de les dépasser. On verra bien.
  17. A moins d'avoir ajouté un crayford derrière le C8 qui ouvre l'usage au 50,8mm, la sortie du C8 est principalement en 31,75mm. Pour une barlow 3x, il existe aussi l'option intéressante de la Carl Zeiss 2x Abbe Baader portée à 3x avec 102 mm de tirage (deux bagues). Réfléchis bien alors car un Newton 300mm possède certes des avantages en planétaire mais également quelques inconvénients.
  18. Tu es absolument épatant Nicolas. A croire que ta résidence réserve des horizons d'Est en Ouest bien dégagés car il m'avait traversé un moment de faire la même chose de temps à autre avec mon petit Dob 203 dans le propre parking extérieur de ma résidence afin de pouvoir me permettre de satisfaire une envie de pouvoir jeter un œil là haut, si ce n'est juste une-deux fois par mois. J'ai juste un petit problème d'horizon... ...c'est un euphémisme... Tu nous achèves Nicolas. Si tu regardes à travers des LV de 45-50° de champ apparent, bravo. J'en ai eu deux. J'ai conservé uniquement le LV 10mm qui sert sur mon Dob avec une bonne Carl Zeiss 2x. Ces oculaires sont très confortables sur le plan du relief d’œil mais ma foi, pour suivre une planète autour de 700x dans un tel tuyau sans suivi et arriver à tout enregistrer, je suis sans voix. Je pense que nous sommes tous voués en terme d'humains à avoir des prédispositions pour quelque-chose. Nul ne fonctionne comme son voisin et c'est très bien ainsi ; ceci constitue en somme la richesse d'une civilisation. Les zones de coma sont variables en fonction du rapport F/D du Newton. Certains oculaires à très large champ plat sont parfois épatants, même avec des Newton très ouverts. J'ai entendu dire que certains amateurs avaient obtenus d'excellents résultats en appariant Paraccor + des oculaires de 100°, surtout quand le Newton est au moins à F/D 4. C'est d'autant plus "planétaire" que le Paraccor agit comme une lentille de barlow à 15% au passage. C'est sûr que le suivi est incontournable pour le planétaire pour le commun des observateurs, surtout quand il faut observer dans des oculaires étroits. Personnellement, passés les 250x, même pour juste de l'observation en dilettante, juste pour le plaisir de la contemplation, avec mon Dob 203, j'abandonne. En plus, à cause du backfocus, c'est difficile sur la plupart des Dobs d'utiliser une bino standard ou une roue à filtres Wratten. Et sur ce plan, en termes d'équipement comme la convivialité pour le visuel quand il s'agit de fixer longtemps l'image à plus de 300x, un Mewlon ou un simple SC sur équatoriale fait un peu mieux, c'est sûr.
  19. Chacun son job, je crois. Il y a les excellents imageurs, n'est-ce pas ? Comme il y a les observateurs d'exception. Et puis, il y a ceux qui n'excellent absolument en rien du tout (je parle pour moi) et c'est plutôt reposant ma foi...Le tourisme céleste. On ne peut pas demander à n'importe qui de faire ce que tu fais avec ton Mewlon, tout comme on ne peut pas demander à un imageur qui observe juste de temps en temps pour "voir", de sortir des dessins de dingo à la Biver ou à la Burgeot. Dans la première catégorie comme dans la seconde, il y a un savoir-faire comme de l'expérience indéniables digne d'un sportif qui s'exerce sans arrêt pour se maintenir au plus haut niveau de son art. En mono comme en bino, on ne "voit" pas, c'est clair. Tout au plus, la calotte polaire est évidente du premier coup d’œil et on parvient à délimiter vaguement des zones en fonction de leur albédo en s'aidant d'un W23A mais c'est tout. Restons-en à se dire, même quand on ne "voit" pas, Mars représente une bien belle curiosité à l'oculaire. Au diamètre où elle en est rendu actuellement, à 100x, on reconnaît déjà la géographie de base. A 250x, évidemment, çà commence à sérieusement causer dans un 200. Et pour les chanceux des 300mm et plus qui peuvent monter au moins à 450x, c'est évidemment génial. En effet, Nicolas au gré des époques et des diamètres de ses télescopes, comme il note tout, il tourne autour de G = 1,7D pour être précis. La plupart, on tourne autour 1D jusqu'à 1,3D au mieux mais je crois que c'est une erreur. Un minimum de 1,5D devrait être la norme. A moins d'une turbulence vraiment pourrie, un 200mm devrait tourner au minima à 300x ; un 400mm à 600x (mathématiquement évident). C'est bien le problème comme pour certains peut-être un avantage pour éviter les corps flottants dans l’œil comme l'explique Yann. Après, on ne va pas ré-inventrer l'eau chaude. L'absence de motorisation est un soucis indexé sur la qualité de l'oculaire que l'on est prêt à installer sur son Dobson. A 300x dans un trou de serrure de 50°, c'est pas évident. On prend le même grossissement dans un excellent oculaire 50,8mm de 100° de champ apparent, pointage comme suivi sont immédiatement plus confortables. Avec les Dobson, il faut travailler à l'hublot. J'ignore les oculaires utilisés par Nicolas mais du 80-82° est un minimum, je pense. Après, il va sans doute encore nous étonner car quand je vois que Fred utilise des Plossl Televue de 50°, il y a quand même des sacrés caïds du visuel ici, à moins que ce soit uniquement sur un télescope motorisé. Sans compter que l'observation planétaire se pratique au sens contraire de celle du ciel profond. En planétaire, observer sous des lampadaires, ceci excite à fond les rétines et c'est la solution pour que la pupille de l’œil ne s'ouvre pas trop afin de booster la détection des couleurs et fins détails. Par contre, le voisin qui est en train de tenter de décortiquer une petite galaxie en vision décalée avec la nécessité au contraire que la pupille de l'oeil soit bien ouverte, ne peut pas le voir sous le même angle. En fait, si tu regardes les travaux de Nicolas, tu constatera qu'un dessin détaillé tourne en gros autour d'une heure d'observation en continu, même sur Jupiter qui parcourt 1/10 de sa rotation pendant ce temps. Nicolas comme Fred d'ailleurs, c'est du WinJupos organique. Il fait de la dérotation en temps réel au fur et à mesure des passages itératifs de Jupiter ou Mars dans son oculaire. Donc, peu à peu, même sans suivi sidéral, en posant peu à peu les détails, on peut arriver petit à petit à enregistrer des finesses intéressantes. Et pour çà, il faut quand même observer très souvent et faire preuve d'une bonne régularité, donc avoir aussi tous les moyens pour le faire (site, motivation, temps,...). Donc, oui, c'est juste incroyablement méritant pour les meilleurs. Mais c'est pas grave, chacun son truc. La simple contemplation suffit parfois à certains. Il le dit lui-même d'ailleurs !! C'est super !!
  20. Mars le 13 septembre 2020 (ma meilleure!)

    Splendide ! Chapeau l'artiste !
  21. De même Serge. Nicolas comme Fred, c'est le microcosmos des observations visuelles de Mars d'anthologie. Que de microdétails et de microcontrastes...Un vrai régal à chaque fois de voir ce qu'ils arrivent à sortir de leurs yeux. Nous sommes des petits "gamins" à côté...
  22. Vénus 18 mars au C8 : W47 + couleur

    Christophe, à quand le filtre qui dissous optiquement l'atmosphère de Vénus ? Celui qui le produira sera richissime
  23. Vénus 18 mars au C8 : W47 + couleur

    Oui, il parlait sans doute des nuages en surfacique. En volumique, c'est plus dur...
  24. Caméra, choix, CCD, CMOS, que choisir

    Je t'avais parfaitement compris Lucien, dès la première réponse. Tu parles de la façon comment le signal utile de l'objet à mesurer va être extrait pour en faire la mesure. Et c'est vrai qu'entre le bruit du fond de ciel et le signal utile provenant de l'objet à mesurer, si un bruit trop important s'en mêle, ceci peut expliquer en effet les grosses approximations, variations pouvant en découler sur la mesure.