OlivierG

Member
  • Content count

    544
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by OlivierG

  1. Caméra d'autoguidage

    oui, l'idéal serait une ASI 174 Mini refroidie...
  2. Bonjour à tous, Je suis en train de recenser toutes les caméras intéressantes pouvant servir à faire de l'autoguidage et tout particulièrement répondant au cahier des charges suivant : - Port ST4 - Refroidissement - Capteur assez large (largeur >6mm) - Gros pixels (>5-6 µm) Jusqu'à ce jour, il y avait une caméra qui répondait à ces critères, c'était l'ATIK 314L+ mais elle a été retiré du catalogue depuis cet été. Et à ce jour, ce qui répond partiellement à ces critères ce sont : - ASI 174 - Lodestar X2 - SBIG ST-I
  3. Caméra d'autoguidage

    Certain télescopes n'ayant pas de drivers ascom (soft propre à la monture), il faut donc pouvoir guider via le port ST4. Je sais que ma demande peut surprendre mais c'est pour un usage bien particulier et sur des cibles très faibles.
  4. Caméra d'autoguidage

    Oui mais elle n'a pas de port ST4, certe on peut s'en passer en passant par le driver de la monture.
  5. Caméra d'autoguidage

    J'ai oublié de dire que l'usage est pour la spectro on l'on doit positionner quelque fois des cibles que l'on ne voit pas dans la fibre ou fente du spectro et autoguider sur une étoile proche de la cible très souvent très faible (on a pas le choix vue la focale du télescope). Jusqu'à présent une ATIK 314L+ faisait le job sans aucun problème mais maintenant que cette CCD n'est plus dispo, alors il se pose la question de savoir par quoi la remplacer....
  6. Monture 10micron GM2000 HPS II

    Pour les contres poids, le mieux étant de les faire soit même en acier ou si l'on a pas de tour, de trouver un artisan local qui pourra faire le boulot. Prix de reviens dans les 50 € pièce matière comprise.
  7. Monture 10micron GM2000 HPS II

    Si l'on prend la version non monobloc, c'est envisageable. Clairement sur un C14, il faut bloquer le miroir primaire, j'ai installé un kit de vis qui permet cela et c'est très efficace. A l'OHP on a fait un simple modèle de pointage avec quelques étoiles et le pointage était très bon.
  8. Monture 10micron GM2000 HPS II

    Bonjour Arnaud 17, J'utilise une 10 Micron GM2000 HPS avec un C14, aucun problème de charge, de suivie et de pointage dés lors que la monture est bien mise en station. Je l'utilise en spectro pour pointer des cibles que l'on ne voit pas sur le capteur d'autoguidage et le pointage est vraiment précis (avec un modèle de pointage). Photo prise durant la dernière spectro party à l'OHP. Ici avec un spectro LISA + ATIK414 + ATIK314L+
  9. Voici un article sur ce qui c'est passé lors de la dernière spectro partie à l'OHP cet été : https://www.shelyak.com/spectro-party-ohp-2019-retrospective/
  10. Spectro Party OHP 2019

    Voici un article sur la dernière spectro partie à l'OHP de cet été : https://www.shelyak.com/spectro-party-ohp-2019-retrospective/
  11. Spectro Party OHP 2019

    La spectro party aura lieu comme chaque année à l’observatoire de Haute Provence (OHP) du 2 au 7 Aôut 2019. Les modalités et inscriptions sont sur le lien suivant : https://www.shelyak.com/ohp-spectro-star-party-2019/ Inscrivez-vous vite, les places sont trés vite prises…. Olivier GARDE
  12. A suivre sur le forum ARAS les nombreuses observations de cette cible : http://www.spectro-aras.com/forum/viewtopic.php?f=36&t=2387 Voici un de mes spectres de cet objet réalisé avec un spectro eShel, ici l'ordre 34 et 35 contenant la très large raie H Alpha.
  13. Connexion à Distance

    Oui, j'ai eu le problème et dans ce cas il faut envoyer à Teamviewer le log de connection généré par le soft en local et indiquer que l'on utilise un télescope en remote. On reçoit en retour (au bout de quelques jours) un mail indiquant que l'on utilise bien le soft sans but commercial. Depuis, je n'ai jamais eu le moindre problème avec eux alors que teamviewer est connecté chaque nuit ou l'observation est possible et cela durant toute la nuit. Mais je conserve également en parallèle Any Desk dans le cas ou Teamviewer changerait de politique.
  14. Il y a une exception sur le rapport f/d des SCT, c'est le C14 qui est à f/d11 au lieu de f/d10
  15. Pour la monture, je dirais que pour débuter une HEQ5 sera très bien. En spectro, la qualité de suivi n'est pas aussi essentiel qu'en imagerie. Un mauvais suivie aura pour seule conséquence une perte de flux sur le spectre. Une EM 200 sera mieux.
  16. Bonjour Dokteur, Le sujet en spectro est très vaste et déjà dans ta demande il y a 2 éléments contradictoire : - Mesurer la température d'une étoile qui nécessite un spectro basse résolution de manière à avoir tout le spectre dans le domaine du visible (donc par exemple un Alpy 600 ou un LISA) - Mesurer la vitesse de rotation d'une étoile qui nécessite un spectro haute résolution du genre eShel ou LHIRES III Le spectro universel n'existe pas Le mieux étant de commencer avec un petit spectro basse résolution du style ALPY 600, avec cela on fait déjà pas mal de chose comme : - Mesurer la température des étoiles - Alimenter la base Bess des étoiles de type Be n'ayant pas encore de spectres : http://basebe.obspm.fr/basebe/ On peut ainsi détecter des outbursts de ces étoiles - Réaliser des spectres de Novaes, Supernoaves, étoiles symbiotiques et plus généralement des cibles faibles pouvant justement être à la portée des amateurs avec un spectro basse résolution selon l'actualité astro du moment et les déposer dans la base ARAS : http://www.astrosurf.com/aras/Aras_DataBase/DataBase.htm - Confirmer des nébuleuses planétaires : http://planetarynebulae.net/FR/ - La découvertes de nouvelles galaxies en mesurant leur redshift : https://arxiv.org/pdf/1906.09612.pdf - La mesure de redshif de quasar ou de galaxies à noyaux actif. Après au niveau matos, si l'on part avec un spectro LISA ou ALPY, tout type d'instrument peut convenir à la condition que le f/d de l'optique soit proche de 5, donc par exemple un newton de 200mm à f/d 5 reste redoutable avec un spectro ALPY. Il y a également le projet UVEX mais qui demande d'être déjà bien familiarisé avec la spectro : http://www.astrosurf.com/buil/UVEX_project/ Pour les stages spectro à l'OHP, oui c'est chaque année, voir l'annonce de celui qui a eu lieu au mois d'août dernier. https://www.shelyak.com/ohp-spectro-star-party-2019-2/ Attention, ce n'est pas spécialement un stage, mais plutôt une spectro party avec des cours d'astrophysique, du traitement de données et des observations sur le terrain avec son propre matos.
  17. Je pense qu'il y a confusion, le 1er RMS a été calculé sur les raies de Balmer supposé du Soleil et non pas sur la lampe de calibration (c'est pas des longueurs d'onde de la lampe Ar/ne). Le RMS est bon car le soft mélange les raies avec d'autres car trop nombreuses sur un spectre solaire (pas que les raies de Balmer qui sont utilisés par ISIS pour faire la calibration). Les raies de Balmer sont celles figurant dans ton 1er tableau : point #1 Lambda = 3770.630 px = 429.196 dx = -0.087 point #2 Lambda = 3797.300 px = 436.593 dx = 0.203 point #3 Lambda = 3835.390 px = 447.140 dx = -0.103 point #4 Lambda = 3889.050 px = 461.964 dx = -0.018 point #5 Lambda = 3970.080 px = 484.283 dx = 0.056 point #6 Lambda = 4101.750 px = 520.397 dx = -0.065 point #7 Lambda = 4340.480 px = 585.497 dx = -0.022 point #8 Lambda = 4861.340 px = 726.703 dx = 0.052 point #9 Lambda = 6562.850 px = 1196.468 dx = -0.092 On a par ordre chronologique inverse : H alpha 6562, H Beta 4861, H Gamma 4340, H delta 4101, H eps 3970, etc... Il faut donc n'utiliser que les raies de la lampe Ar/ne pour la calibration (mode prédéfini en sélectionnant le module de calibration ALPY) ou encore en utilisant un fichier .lst ou l'on indique à ISIS les raies que l'on souhaite prendre en compte pour la calibration. Après si la météo le permet, le mieux serait de faire par exemple un spectre de Vega (A0V) ne necéssitant que très peut de temps de pose (j'espère que tu trouveras une fenêtre météo pour cela d'ici la fin de cette semaine à St Véran ?)
  18. Non, c'est le contraire, c'est le spectre Solaire qui comporte trop de raies pour que la calibration se fasse dans de bonnes conditions. Mais tu peut très bien calibrer le spectre Solaire avec ISIS en ne prenant en compte que les raies de la lampe de calibration Ar/Ne.
  19. Alors là je pense qu'il y a un problème de la manip : quel est l'objet que tu as visé à travers ta fenêtre ? Est ce une étoile de type A ou B ? Est ce le spectre Solaire ? Dans ce dernier cas, la méthode utilisée pour la calibration ne peut fonctionner car mélangeant les raies de Balmer d'une étoile chaude avec la lampe Ne/Ar. La méthode mixe ne fonctionne qu'avec des étoiles chaude de type A ou B ne comportant que les raies de Balmer. Le spectre a trop de raies pour que le soft puisse étalonner correctement le spectre. Si tu fait le spectre solaire, alors il faut utiliser la méthode n'utilisant que la lampe spectrale pour l'étalonnage en longueur d'onde.
  20. Ton problème vient de ton spectre de la lampe de calibration car le premier étalonnage en longueur d'onde dans le process ISIS est réalisé sur les raies de Balmer de l'étoile de référence et ce calage est bon, par contre le 2ème étalonnage vient de la lampe Ne/ar seule et là plusieurs paramètres peuvent en être la cause : - Est ce que ton spectre de la lampe Ar/Ne est suffisamment exposé sans saturer ? Vérifier le nombre d'ADU sur la raie la plus lumineuse - Est ce que tu as fait ce spectre juste après la cible sans bouger le télescope (problème éventuelles de flexions mécaniques si le spectro bouge pendant un goto par exemple). - Attention, la raie à identifier dans le cas d'un étalonnage en longueur d'onde mixe (raies de Balmer et rais de la lampe) est à faire sur celle à 5944,83 Å (la 3ème à droite de la raie la plus lumineuse celle à 5852 Å)
  21. Un star analyser permet de donner une idée de ce que l'on peut faire en spectro, mais l'ALPY 600 est vraiment le spectro qui permet de faire des spectres de qualité avec une résolution 6x plus importante qu'un Star analyser. De plus le traitement d'un spectre réalisé avec un SA est plus compliqué qu'avec un spectro classique et beaucoup moins précis. Il n'est pas impossible de se servir d''un ALPY 600 sans le module d'autoguidage, mais franchement c'est bien plus pratique et permet de positionner à coup sur la cible dans la fente du spectro. Autant il est simple d'identifier un objet du ciel profond autant il est plus difficile de trouver la bonne étoile surtout dés lors que l'on s'attaque à des cibles faibles. L'autoguidage doit se faire sur le capteur qui regarde la fente du spectro. La cible doit exactement être positionné sur le fente du spectro et un guidage hors axe ne permettra pas de pouvoir maintenir parfaitement la cible durant les poses : flexion mécanique ou dérive du à une mise en station non parfaite.
  22. Un article écrit par Forrest Sims qui décrit la manière dont il gère ces observations en spectro est maintenant en ligne. A découvrir ici : https://www.shelyak.com/how-i-go-about-planning-the-acquisition-and-logging-of-a-stellar-spectra/ cela peut également intéresser ceux qui font de l'imagerie ou de la photométrie.
  23. Gérard, Les 2 courbes ont bien le même profil, c'est juste que ton profil n'est pas normalisé à 1 sur la même région spectrale.
  24. C'est donc qu'il y a un problème quelques part : - Soit dans les paramètres du soft - Soit dans les données - Soit un problème logiciel (un bug) du à un certain type de données bruts. (faudrait vérifier si tu as le même problème avec une autre CCD) Dans le cas de l'ALPY 600 avec une fente de 23µm, la résolution théorique maxi est de 600. Tu peut d'ailleurs vérifier la résolution en calculant la FWHM d'une des raies de la lampe de calibration en veillant à ce qu'elle ne sature pas.