CPI-Z

Member
  • Content count

    1531
  • Joined

  • Last visited

  • Last Connexion

    Soon available - 47738

Community Reputation

1222 Excellent

3 Followers

About CPI-Z

  • Rank
    Very active member

Recent Profile Visitors

9248 profile views
  1. Lune du 16 mars avant le crunch

    Je suis heureux que la méthode de la déconvolution sur psf étoile proche trouve un adepte de plus, tes résultats montrent encore une fois que cela fonctionne. Tes images sont superbes avec un excellent rendu, Bravo. CPI-Z
  2. Jupiter du 30/01/2024

    Un autre essai qui se rapproche aussi ... CPI-Z
  3. Et bien Polo face au froid et aux mauvaises conditions tu est super efficace ! J'aime tes animations. Peux-tu essayer la déconvolution sur étoile psf puisqu'elle est dans le champ au moins pour une partie de l'animation ? CPI-Z
  4. Siril certainement aussi, mais je ne maîtrise pas http://www.astrosurf.com/buil/iris-software.html et le tuto est dans "Photometry" (3ième en haut à droite)
  5. Avec IRIS d'astrosurf, mais il faut une étoile connue dans le champ pour l’étalonnage.
  6. @RL38 toujours avec AstroSurface et son outil Geometry tu peux aussi agrandir l'aire de travail "Increase Working Area" de valeurs que tu veux (pour exemple, ici de 300 sur chaque coté) Meilleurs voeux CPI-Z
  7. En tous les cas avec ImageJ cela fonctionne, sauf que pour la convolution le format de l'image doit-être d'une puissance de 2 (ici choix 512x512) La déconvolution: conv(jup) / (masque) = psf mais ici la psf est excentrée comme quoi la version déconvolution Wiener d'astrosurface est plus agréable de ce coté là. La convolution Inverse Filtering (pure) dans ImageJ (psf) ** (masque) = conv(jup) conv(jup) est retrouvée mais excentrée puisque la psf retrouvée par déconvolution était excentrée Par contre dans astrosurface je n'ai pas trouvé un outil de convolution Wiener similaire à celui de la déconvolution Wiener. Et l'outil de conv / deconv d'astrosurface ne fonctionne pas ici sur cet exemple ... peut-être le calcul se fait bien en 32 bits mais il n'y a pas de bouton "lightness" facteur de réduction de l'intensité pour que la plage des dynamiques de l'affichage rentre dans du 16 bits, comme dans l'outil "Déconvolution Wiener" d'astrosurface. CPI-Z
  8. OUI cela devrait fonctionner, ... si nous étions dans le cas de déconvolution / convolution "pures". Mais dans le cas général, ce type d'algo "pures" ne fonctionnes pas du tout à cause du bruit. Les algos utiles ont toujours un paramètre de régularisation. Coté théorique des FFT je suis pas en mesure de te l'expliquer. En résumer, selon le type d'algo cela fonctionne plus ou moins bien. Une autre propriété de la déconvolution : deconv(A) par (B) = (C) alors deconv(A) par (C) = (B) Un autre algo, en images, qui comme tous a ses limites de calcul : Le masque est bien ici retrouvé, mais avec quelques artefacts et imprécisions. Comme quoi l'algo utilisé a aussi son influence dans tout ce qui est "déconvolution", et ils ne sont pas tous égaux. CPI-Z
  9. Un second exemple avec la couche bleu qui est forcément plus mauvaise ! Et comme il y a une étoile dans le champ, utilisation de cette psf par crop 6-100_3.tif Choix 1 du nettoyage du fond du crop psf pe_6-100_3.tif Choix 2 de nettoyage du fond du crop psf pe_6-100_3a.tif Résultat 1 après FitsWork FFT courbe 2D + réduction du fond AstroSurface dec_6-100_3_65_FW.tif Résultat 2 après FitsWork FFT courbe 2D + réduction du fond AstroSurface dec2_6-100_6.tif Ma version "classique" : 6-100_3_SH.tif Là au moins la déconvolution apporte un plus puisque au moins les 2 taches claires dans la zone du pôle inférieur ressortent . CPI-Z
  10. Un exemple concret pour les sceptiques La brute d'empilement 6-100.tif Test sur la couche verte : 6-100_c2.tif Deconv sur masque construit à partir de l'image Sharpen masque.tif psf "nettoyée + crop" psf_6-100_c2_crop.tif Résultat : dec_6-100_c2_67.tif et la finale avec FitsWork FFT courbe 2D + réduction du fond AstroSurface dec_6-100_c2_67_FW+fond.tif Vous pouvez directement produire votre finale avec vos outils à partir de la brute couche verte en tif 16bits Ma version Sharpen avec AstroSurface 6-100_c2_SH.tif Mon analyse : - la méthode de déconvolution à partir du masque fonctionne sur une brute d'empilement Les inconvénients : - toujours le bruit résiduel - ne fonctionne pas sur une image unique brute de capture car trop bruitée, cela implique de passer par un empilement d'un nombre minimum d'images - influencée par la construction du masque - influencée par les choix du nettoyage de la psf - apporte peu ou rien par rapport aux autres méthodes avec un excellent télescope si les conditions atmosphérique sont bonnes. CPI-Z
  11. Bien au contraire, la manip est parfaitement réaliste pour en montrer le principe. Comme qui dirait c'est une démonstration d'école d'autant plus que la psf ou les 4 psf sont issues d'acquisitions vraies particulièrement déformées puisque se sont des speckles. Ces psf sont bien plus déformées qu'une psf d'empilement. Si cela ne fonctionnerait pas ici comment veux-tu que cela fonctionnerait ailleurs . Je pense que tu n'as pas compris ce qu'était une présentation d'une méthode : Ton avis ressemble beaucoup à certains commentaires lus lors de ma première évocation, il y a plusieurs années, sur la déconvolution avec étoile proche, capturée dans la foulée avec la même configuration matériel de la capture de l'objet. Et pourtant elle fonctionne. deconv(Img_1, psf_1) + deconv(Img_2, psf_2) + ... + Deconv(Img_n, psf_n) = deconv[(Img_1 + Img_2 +...+ Img_n), (psf_1 + psf_2 + ...+ psf_n)] donc une telle simulation n'apporterait pas grand chose de plus, sinon que de confirmer. La réalité c'est que toute image que produit un télescope est forcément q'une image convoluée de l'objet observé. Les facteurs limitants de la déconvolution sont : 1- la fiabilité de la psf capturée ou calculée 2- le bruit , en fait les bruits résiduels dans l'image de l'objet et celle de la psf 3- le champ d'isoplanétisme, zone angulaire de l'objet où la psf est constante Ce troisième point fut le plus débattu puisque en imagerie réelle ce champ est réduit à quelques secondes d'arc et dépend des turbulences de l'air dans l'instant de la capture. Donc pour travailler sur des images uniques il faudrait exploiter l'image par patch. De plus les images unique sont très bruitées malgré l'évolution des caméras. Par contre sur une image d'empilement, non seulement il y a moins de bruit, mais en plus la statistique de la turbulence qui est aléatoire permet d'espérer qu'une psf unique couvre tout le champ de la planète. L'expérience montre qu'une image d'empilement unique ne suffit pas. Le bruit résiduel (son RSB rapport signal/bruit) reste souvent trop important et nuit alors à une restitution optimale. La solution reste donc de capturer suffisamment d'images pour obtenir plusieurs empilements. Cela réduit le bruit par rapport à un empilement unique et augmente la fiabilité du signal (seuls les détails redondants d'une restitution à l'autre constituent de vrais détails). Sur Jupiter les dérotations avec WinJupos en est un moyen. 4- la fiabilité des algos d'empilement. Les meilleurs algo d'empilement actuels travaillent par patch. Mais même si ces algos contiennent toujours des zones de recouvrement de patchs, ces zones correspondent à la moyenne ou à la fusion de zones différentes. Cela peut conduire à des "inventions" ou à des artefacts. Bref beaucoup de facteurs peuvent nuire à la restitution par déconvolution quelque soit la méthode de déconvolution utilisée. Mais c'est exactement la même chose avec les Wavelets, Sharpen ... Pour des test réels, je vais me répété : je souhaite tester ce procédé de nov deconv sur quelques une de vos brutes pour comparer et voir si de réels avantages sont au RDV. Vous l'avez compris il me faut plusieurs brutes d'empilement d'un même objet. CPI-Z
  12. Désolé, je pensais que c'était clair, lorsqu'on partage un nouveau moyen ou une méthode on en présente le principe et le fonctionnement sur un exemple significatif afin que chacun puisse la reproduire. J'ajoute que le fil est bien dans "Astronomie pratique" et non dans "Astrophotographie" Par contre l'ancien exemple sur la zone lunaire est un vrai exemple réel pris avec mon Mak180. Ceci dit je veux bien tester ce procédé de nov deconv sur quelques de vos brutes justement pour comparer et voir si de réels avantages sont au RDV.
  13. Bien évidemment !!! C'est exactement la même chose lorsqu'on test un algo, faut bien partir d'une quantité connue et voir la restitution. par exemple : Si tu pars d'une image déjà bruitée de manière inconnue, comment veux-tu mesurer le bruit résiduel restant dans l'image après son filtrage bruit par un algo et donc quantifier son efficacité ? Il faut bien connaître les quantités avant pour les remesurer après l'application d'un outil. Et pour tester une méthode de déconvolution et bien on part d'abord d'une image connue convoluée pour en mesurer l'efficacité. Si la psf retrouvée n'est pas bonne, l'image déconvoluée ne le sera pas non plus.
  14. Faut pas exagérer Par contre ce serait intéressant d'essayer sur de vraies brutes. Si tu en disposes, pourquoi pas, çà m'intéresse...
  15. Essai sans satellite et leurs ombres, intéressant aussi. Merci. Ton masque sur la zone des ombres n'est pas au blanc max. On voit le rectangle, du coup j'ai fais le test de mon coté Masque-a.tif La psf retrouvée, nettoyée et croppée p24-16a-1.tif la déconv La deconv Deconv-24-16a.tif Faudrait réaliser l'opération sur les 4 et voir ce que donne l'empilement des 4 Au vu de cette première, je pense que le résultat sera aussi au RDV ou à peine moins bon.