Matthieu Conjat

Member
  • Content count

    856
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by Matthieu Conjat

  1. NGC891 et NGC1499 California entre les nuages

    Perso j'utilise TheSky, de Software Bisque. C'est assez convivial (c'est payant, aussi). Il y a la trace que font les astéroides sur 1 jour (cf mon image), c'est bien pratique. Je pense que beaucoup d'autres logiciels comme Carte du Ciel (gratuit) ou Prism (payant) font pareil. Il y a aussi le Minor Planet Checker: https://minorplanetcenter.net/cgi-bin/checkmp.cgi mais c'est moins convivial. Bon, du coup, j'ose à peine insister, maintenant. Lors de ton traitement, tu as dû appliquer un algorithme qui écarte les pixels les plus déviants par rapport à la moyenne. Comme ton astéroide reste au même endroit sur quelques images parmi les 240, ton programme a tendance à effacer ces pixels. Pas complètement, puisque l'astéroide se déplace lentement, on le retrouve à ~la même position sur plusieurs images. Pour la couleur bleue, c'est peut-être dû au chromatisme de ta lunette, qu'on remarque sur certaines étoiles. Le bleu est plus diffusé, donc tes étoiles sont plus étalées (grosses) en filtre B. Il reste donc des résidus bleus autour de la trace de l'astéroide... Ben moi non plus, j'ai passé la journée à parler de reflet sans même avoir regardé l'image en détail... Matthieu
  2. Etoile Be et vitesse de rotation

    Sympa, comme mesure. Comme pour mes céphéides, y'a pas de raison que tes mesures correspondent aux mesures professionnelles uniquement par hasard. Ca me rappelle un vieux stage de maîtrise que j'avais fait sur les étoiles Be, mais j'avais pas pu en tirer grand chose. Sinon, le spectre n'apparaît pas chez moi... Matthieu
  3. NGC891 et NGC1499 California entre les nuages

    Bon, je vous présente toutes mes excuses. Comme la plupart du temps, ce genre de problème provient d'un reflet, je n'ai pas cherché d'autres explications. J'ai déjà vu des reflets stellaires, et l'explication de la couleur bleue de l'étoile me plaisait assez. En fait, il s'agit de l'astéroide 584 Sémiramis, qui était exactement à cet endroit là le soir du 2 novembre..... Voilà voilà. En regardant rapidement les 4 images du 'reflet', j'ai dû croire qu'il bougeait de manière aléatoire, un peu comme un guidage que l'on déplace pour faire du drizzle. Mais j'ai pris chacune des images pour les additionner, et j'ai remarqué un déplacement très linéaire. J'ai donc enfin eu l'idée de regarder les éphémérides... Ca aura eu le mérite de faire vivre le forum...
  4. Un grand classique NGC7635

    C'est marrant, les chiffres. Ton pseudo est '2959', et tu viens de poster ton 2959è message... voilà voilà... Bon c'était pour parler un peu. Je m'ennuie au boulot. Je sors.
  5. NGC 206 et les céphéides d'Andromède

    Comme Andromède n'est pas vue de profil, je considère que les céphéides ne sont pas atténuées par les poussières de la galaxie (Andromède). Il peut sûrement y avoir quelques étoiles qui doivent en être affectées, mais en faisant une moyenne sur les 23 céphéides que j'ai repérées dans le champ, ce devrait écarter ce problème. Et je considère qu'entre Andromède et notre propre galaxie, les poussières n'atténuent pas trop le signal. D'autant qu'Andromède est très proche, donc si on devait mesurer les céphéides des autres galaxies, la poussière intergalactique serait bien plus importante. Matt
  6. Bonjour à tous, vu que la météo va être pourrie encore pendant quelques jours, je ne vais pas pouvoir beaucoup avancer dans ce projet, alors je vous en parle maintenant. Voici tout d'abord une image de ngc206, grosse association stellaire dans la galaxie d'Andromède. Il s'agit de la somme de 11 images que j'ai prises avec le télescope Schaumasse de l'Observatoire de Nice (Cassegrain de 40cm de diamètre dont j'ai enlevé le miroir secondaire pour mettre la caméra au foyer du primaire). Il doit y avoir ~220 poses de 120" (~7h20 de pose), avec une caméra QSI 583ws sans filtre. La focale est 2m (f/5). Je n'ai pas encore fait la couleur, je m'en excuse platement... J'ai fait un petit DDP sous Iris, avec une légère ondelette. L'image plein format (si vous cliquez dessus) est réduite à 50% Comme on peut voir les étoiles les plus lumineuses de la galaxie, je me suis demandé si je pouvais refaire comme Edwin Hubble en 1923. J'ai refait cette image pendant 15 jours, et j'ai essayé de trouver des étoiles variables dans le champ. J'en ai trouvé environ 36, qui ne sont pas toutes des céphéides. En mesurant la période de variation de ces céphéides (j'ai estimé que c'étaient des céphéides de type 1, ce qui n'est pas forcément le cas pour toutes...), j'obtiens grâce à la relation période-luminosité la magnitude absolue de ces étoiles. J'en déduis donc la distance moyenne de ces étoiles, donc de la galaxie d'Andromède. J'ai noté sur cette image les 36 variables que j'ai repérées. J'ai mis aussi les courbes de lumière les plus propres. La plupart des céphéides ont des périodes comprises entre 12 et 25 jours. Je vais peut-être détailler un peu plus tout ça avec un nouveau sujet dans la rubrique 'Spectrométrie et photométrie'. En fin de compte, il y a ~16 céphéides dont la période est à peu près nette, sur les 35 jours de mesure (du 13 septembre au 19 octobre). Je trouve une distance moyenne de 2.1 (+/-0.8) millions d'années lumière. Je confirme donc la nature extragalactique de la Nébuleuse d'Andromède Matt
  7. NGC891 et NGC1499 California entre les nuages

    Au besoin, fait un crop de tes images, en englobant à la fois le reflet et Menkib. Ca pourra diminuer la taille de tes fichiers, et ca sera plus rapide à traiter.
  8. NGC891 et NGC1499 California entre les nuages

    J'ai déjà vu des reflets sur des images, qui étaient tout à fait stellaires. C'était sur des images faites avec une petite lunette à Concordia, qui visait le pole sud pendant toute la nuit (celle du 3 mars au 12 septembre ). Il y avait clairement 3 étoiles brillantes dans le champ, qui généraient 3 reflets symétriques, et de forme stellaire également. Pour vérifier cela, il faut voir comment ce reflet se déplace au cours des prises, et voir si l'étoile brillante se déplace de manière symétrique. Pour l'aspect nébuleux, c'est normal. Comme le reflet se déplace au cours des poses, l'addition peut tout à fait diffuser le reflet. Selon le type d'addition (sigma clipping, add_max ou autre), l'aspect final peut être plus ou moins diffus. Pour la couleur bleue, ça pourrait se comprendre. l'étoile (Menkib) est de type O7 (très bleue). Le reflet atténue fortement la luminosité, donc la partie Rouge et Verte de l'image diminue, tout autant que la partie bleue, mais comme l'étoile est très bleue, il reste du bleu. Sur chaque image individuelle, ça ne se voit peut-être pas parce qu'il y a quand même de R et du V, mais la diffusion de la tache atténue tout. Il reste donc clairement d'avantage de bleu. Pfiouuu, j'ai tout donné, je suis épuisé, je vais me coucher
  9. NGC891 et NGC1499 California entre les nuages

    C'est vrai que NGC891 est vraiment jolie. Pour la tache fantôme, j'ai la solution Il s'agit très certainement du reflet de la grosse étoile en dessous de la nébuleuse. Elle est exactement diamétralement opposée à ce reflet. C'est pour ça que la tache bouge entre les poses. Le pointage change légèrement donc le reflet de cette étoile dans l'optique se déplace aussi. Avec les multiples optiques dans ta lunette, ce genre de chose arrive souvent avec les étoiles les plus brillantes. Matthieu
  10. Un grand classique NGC7635

    La grosse tache sombre dans ton image B a la même empreinte que le contour Halpha de la nébuleuse ou que l'image V: J'obtiens parfois ce genre d'effet quand je traficote un peu trop mes images, en combinant un peu trop de couleurs entre elles. Je suppose que ton image B n'est pas sortie comme ça de ton prétraitement. Tu dois pouvoir éliminer ces halos sombres autour des étoiles et cette grosse tache B. Matt
  11. Un grand classique NGC7635

    En fait, c'est à cause du halo sombre autour des étoiles les plus brillantes, que j'ai dit ça. Quand on fait un masque flou un peu fort, il y a ce rebond qui apparait. Mais ça peut venir aussi d'une couche couleur traitée différemment. Ta couche bleue est en effet très différente du R ou du V: Il y a ces taches sombres autour des étoiles, qui n'apparaissent pas en R ou en V. Du coup, sur ton image couleurs, ça se voit autour des étoiles. Et il y a cette grosse tache sombre autour de la bulle. Sur cette image B, j'ai essayé de remplacer tous les pixels sombres (inférieurs à 37/38 adu) par la valeur moyenne de ton fond de ciel (~42), et ça rend une image plus équilibrée, je trouve. Tu pourrais aussi essayer de prendre ton image R pour en faire ta Luminance (combinée un peu avec le V, éventuellement). Ca ferait une image moins réaliste, mais comme la couche R est très belle, ça pourrait faire mieux ressortir la nébuleuse. Matt
  12. M64 à l'ODK16

    C'est sympa, les aigrettes sont plus fines que sur mes images, j'aime bien. C'est pas très coloré, effectivement. Est-ce que tu as essayé de faire une petite déconvolution pour corriger un chouia le (très très léger) allongement des étoiles? Matt
  13. Merci Marc, J'ai essayé de rechercher des novae sur mes images. Mais il faut de la patience. Là, j'ai fait 15 images du même champ, sur une durée de 35 jours. J'ai un petit champ par rapport à la taille d'Andromède, donc la probabilité de voir une novae est plutôt faible. Mais en continuant, la probabilité augmente, c'est sûr. Là avec la météo, c'est bien les américains ou les japonais qui vont tout rafler.... Ceci dit, comme je n'ai pas le réseau sous ma coupole, si je vois un truc bizarre, le temps que je rentre chez moi pour le signaler, quelqu'un d'autre l'aura déjà découverte En tous cas, j'ai failli faire une présentation aux RCE, sur tous ces sujets-là (photométrie à l'Observatoire de Nice). Mais je m'y suis pris trop tard, donc je ne suis même pas monté à Paris... Matthieu
  14. NGC 206 et les céphéides d'Andromède

    Merci Emmanuel, C'est mon coté Docteur en Astro qui ressort. Je peux pas m'empêcher de mettre un peu de Science dans ce que je fais. J'ai pas pu trouver un poste à l'Observatoire (à part guide, ouaiiiis...), alors j'essaie de faire comme si j'étais un vrai astronome!! Denis, c'est ça que j'aime bien quand je fais de la photométrie, rechercher sur des séries d'images quels sont les changements, en faisant blinker les images 2 à 2, comme un gamin à la recherche des oeufs de pâques cachés dans le jardin Matthieu
  15. Je ne connaissais pas cet article. Effectivement, je vois que certaines de mes étoiles avaient déjà été repérées par Hubble. Et d'autres pas... Je vais me plonger dans la lecture de cet article pour comparer tout ça. Matt
  16. Salut Bruno, Pour les céphéides de M31, j'ai essayé de trouver un catalogue des variables connues, mais je n'ai rien trouvé. Il parait que plusieurs milliers de variables ont été découvertes dans Andromède, donc les 45 variables que j'ai repérées ont sans doutes déjà été découvertes bien avant moi. J'ai simplement pointé le champ de ngc206 et j'ai regardé quelles étaient les étoiles qui variaient... Ceci dit, dans notre propre galaxie, il y a encore quelques variables qui n'ont jamais été repérées comme telles. Notamment sur la Voie lactée, que certains programmes de surveillance évitent à cause de la densité d'étoiles. Donc il y a certaines étoiles non recensées dans le catalogue VSX publié par l'AAVSO (Assoce Américaine des observateurs d'étoiles variables). Alors quand on suit certains astéroides sur la voie lactée, on arrive à repérer quelques étoiles variables non répertoriées. Ceci dit, avec des programmes automatisés comme ASAS-SN qui vampirisent toutes les étoiles variables possibles, les astronomes amateurs ne vont bientôt plus pouvoir trouver des nouvelles étoiles Matt
  17. Salut Romain, effectivement, mon mail a été bloqué par free. Une histoire de virus ou de spam, je sais plus... Ca me fait sérieusement ch... Je t'ai envoyé un message avec mon adresse professionnelle. Je ne parviens pas à récupérer la CBET 4566 (Il faut une authentification). Tu me la fais parvenir en perso ? Merci Lucien. Avec mon assoce, on pense acheter un spectro, mais pour le moment, y'a tellement de choses chouettes à faire en photométrie... Matt
  18. Ngc 214, une spirale d'Androméde au C11HD

    Très jolie photo. Et malgré un Vert synthétique, les couleurs ressortent naturelles. Matt
  19. Bah tu sais, les exoplanètes, il y en a beaucoup qui sont visibles, même avec un 20cm. Ca fait un certain temps que j'en fait. J'ai participé à un article avec le T400 de l'Observatoire: https://arxiv.org/abs/1612.02776 Bientôt l'équipe XO va publier un autre article sur un candidat potentiel avec mes mesures (entre autres). Puis sur le site de mon association, j'ai mis les rapports d'activités où je mets les courbes de lumière des exoplanètes que je suis: http://www.aquila.free.fr/download1.htm Mais en ce moment, je suis d'avantage sur les étoiles variables (un peu les astéroides aussi) que sur les exoplanètes. Matt
  20. Ah, et je viens de m'apercevoir de la grosse faute d'orthographe dans le titre de ce post ... -- Ben finalement, je vois qu'on peut modifier aussi le titre. J'ai corrigé la faute. Bien fichu, ce truc, quand même....
  21. Salut Lionel, C'est vrai que les étoiles de M33 sont visibles aussi. C'est à tenter... Pour repérer les variables, j'ai 3 méthodes. La 1ère que j'ai utilisée, c'est la division. Je divise l'une des images par une autre. Si le temps de pose a été différent, je fais un offset, qui compense la perte d'information, puis je divise par une autre image. La plupart des étoiles (non saturées) vont ~disparaitre, puis si une étoile a varié, ça laisse une petite trace brillante ou sombre. La difficulté, c'est que comme le télescope n'a pas de barillet (le miroir est posé directement sur le fond de la culasse du tube), il y a parfois des déformations, imperceptibles ou non. Donc la division laisse des traces, mais on arrive parfois à remarquer une étoile différente. La 2è méthode, c'est le blink. J'essaie de régler toutes les images aux mêmes seuils, puis je fais un blink entre 2 images. Ca permet de voir pas mal de choses, notamment quand les étoiles sont très peu lumineuses (la division donne plus de bruit qu'autre chose). Pour la 3è méthode (c'est celle qui m'a permis de découvrir ~200 variables non répertoriées (ailleurs que dans Andromède, car ces variables sont sans doutes déjà connues et découvertes par les plus grands télescopes)): J'ai écrit mon propre logiciel de photométrie, qui me permet de faire de la photométrie automatique sur toutes les étoiles d'une série d'images. Iris fait la même chose, mais que sur 5 étoiles, donc c'est un peu fastidieux. Il y a Muniwin qui fait ça aussi, mais j'ai énormément de mal à le faire marcher quand les étoiles n'ont pas la même FWHM entre les différentes images. Dernièrement, pour trouver les 8 dernières images, j'ai fait un blink avec les 11 images les plus fines. Parfois y'a un point qui apparait ou disparait, que je n'avais pas vu avant. Un exemple avec 206v4. Une binaire à éclipses, sans doutes, de période ~1.67 jours: Le blink. La division de la nuit 5 par la nuit 6. Y'a l'étoile qui ne disparait pas. On voit qu'entre la nuit 5 et la nuit 6, l'étoile a gagné ~0.5 magnitude. Si tu veux passer à l'Observatoire, tu me dis. Normalement c'est règlementé, mais il y a bien des astrosurfeurs qui montent parfois en douce, sur invitation des copains de l'Obs, alors... Faut que tu me préviennes avant si tu veux observer avec le télescope en mode Cassegrain ou Fastar (6m ou 2m de focale), car il faut que je remette le secondaire en place. En ce moment, j'ai la caméra au foyer du primaire, donc on ne peut pas observer à l'oeil nu. A+ Matthieu
  22. Merci Lucien (et HP15C), Pour les étoiles variables, ça n'est pas trop étonnant. Si plus de la moitié des étoiles sont doubles, alors il y a toujours une orientation où on voit des éclipses. Sur les ~200 variables que j'ai suivies, près des 3/4 sont des binaires à éclipses. Sinon, pour le matos, j'observe bien depuis l'Observatoire de Nice, à 10 minutes en voiture du centre-ville J'utilise le télescope Schaumasse, du nom d'Alexandre Schaumasse, qui a travaillé à l'Observatoire au début du siècle. (il n'a jamais utilisé le télescope en question, qui date de 1980) . Plus d'info sur mon site: http://mconjat.free.fr/audine/coupoleschaumasse.htm J'utilise une QSI 583ws sans filtre (pour les céphéides d'Andromède, parce que pour des cibles plus brillantes, je mets des filtres). Comme on est à 350m d'altitude, à la limite Est de la ville, le ciel est parfois relativement sombre en hauteur. Ceci dit, j’atteins les 2000 adu en 90s de pose sans lune, alors pour éviter le bruit de photon, je fais des poses courtes. D'ailleurs, je fais pas mal de photo amateur depuis l'Observatoire. La plupart des photos de mon site ont été prises avec le télescope Schaumasse: http://mconjat.free.fr/trifid/index.htm Avec un peu de rigueur, on arrive à obtenir des images sympa. Pour les IFN (les cirrus galactiques tout sombres), c'est pas gagné en revanche, même si on peut les deviner sur certaines images. Chaque image de ngc206 a été posée ~20 fois 120 secondes. Le fond de ciel monte entre 3000 et 3500 adu. Ca donne un peu de bruit de photons, mais c'est pas trop gênant... Matt
  23. NGC891 ou la dernière image du Vixen200

    Je trouve que c'est mieux (ceci dit, si la 1ère version te plait d'avantage, je n'ai pas mot mot à dire )
  24. Séquence nostalgie assez . . . incroyable

    Ouais, pareil, sous Win7 64 bit, y marche pas. Tant pis, j'avais l'intention de te payer en Armagnac...
  25. NGC891 ou la dernière image du Vixen200

    Il y a pas mal de signal. Perso je mettrai un peu plus de rouge, mais je chipote. Et puis il y a un halo autour des étoiles les plus brillantes (comme un ddp un peu fort), mais je chipote encore plus. Matthieu