Matthieu Conjat

Member
  • Content count

    1028
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Everything posted by Matthieu Conjat

  1. Pour avis (M51)

    C'est vrai. Mais attention au fond de ciel. Si tu as un peu de pollution lumineuse, des temps de pose généreux vont faire monter le fond de ciel et donc le bruit de photon, donc tu vas difficilement lisser ton image. Dans ce cas, il faut faire plein d'images, mais avec des temps de pose plus courts. Et faire du dithering de toutes façons, c'est primordial!
  2. Pour avis (M51)

    Sans doute, mais tu vois où ça mène de supprimer totalement le bruit. Ca donne une image très artificielle. M'enfin y'a bien un compromis à trouver Matt
  3. Pour avis (M51)

    Tout pareil. Un peu violent comme traitement. On dirait de la gouache détrempée Même cette dernière version est très lisse... Les petits nodules dans les bras (Associations O-B ?) ont tous fondu. Perso, je laisse toujours un peu de bruit sur mes images, je trouve ça plus naturel. Et pour les images de galaxies, je ne lisse jamais les galaxies elles-mêmes qui ont un rapport signal/bruit bien meilleur que le fond de ciel. Je sélectionne le fond de ciel, et j'y vais progressivement. Par exemple sur l'image de Pyrophorus, j'opterais pour ça (j'ai un peu corrigé une dominante un peu verte et j'ai réduit un peu la luminosité): Matthieu
  4. Sympa, comme manipe. Ca me rappelle des trucs (pour les céphéides en tous cas) Il est vrai que les sources d'erreurs sont nombreuses quand on fait des mesures avec nos petits instruments. Comme tu n'as pu observer les céphéides que pendant 9 jours, ça n'aide pas. D'ailleurs, pour ton étoile #2149, je trouvais une période de 13.6 jours au lieu de 79. Ca a l'air compatible avec les points que tu trouves. Ceci dit, en ordre de grandeur, tes résultats sont similaires à ceux qu'on trouve dans la littérature, c'est pas vilain ! Matthieu
  5. Photographier les sondes en orbite autour de la lune

    Starship sera bien petit que l'ISS (50m il me semble) et il ne sera pas toujours vu sous son angle le plus important. En plus, il n'est pas aussi blanc que l'ISS et n'a pas de panneaux solaires. Et puis là aussi, il y a l'éclat de la Lune qui va masquer celui de Starship. Mais bon, faudra tenter le coup. Pas forcément quand il sera en orbite autour de la Lune, mais au moins sur le trajet Terre-Lune.. Matthieu
  6. Photographier les sondes en orbite autour de la lune

    Bonjour, Un petit calcul TRES rapide: Imaginons les satellites Starlink. Magnitude 6 (si tout va bien...), distance 580 km. Si le satellite est situé à 400 000 km (690 fois plus loin), il devrait avoir une magnitude de 6 + 2.5*log (690²) ~ 20 Bon, je suppose que LRO est un peu plus gros que les Starlink, alors disons magnitude 18.5... Mais avec l'éclat de la Lune à coté, il te faudra un sacré télescope pour voir LRO, d'autant qu'il doit un peu bouger pendant la pose... Pas possible, donc Matthieu
  7. C/2020 R4 ATLAS

    Oui, mais le plus difficile est de faire disparaitre les traces d'étoiles quand tu registres sur la comète. C'est difficile avec un calque, j'ai l'impression. Puis même pour faire disparaître le déplacement de la comète quand tu registres sur les étoiles, c'est pas immédiat...
  8. C/2020 R4 ATLAS

    Oh, un coup de clone sous PaintShop Pro. Une copie à la main, étoile par étoile. c'est assez rapide finalement Pour compositer la comète et les étoiles nettes en même temps, c'est plus galère.J'ai essayé une fois, c'est pas facile. Mais toi, comme la comète est petite et qu'il n'y a pas une flopée d'étoiles, ça devrait être plus simple. A l'époque, j'avais fait une image médiane de la comète, donc les étoiles avaient ~un peu disparu, puis j'ai soustrait cette image de la comète à chacune des images individuelles, puis j'ai registré sur les étoiles. Du coup la comète avait ~disparu, puis j'ai rajouté ma comète médiane à la fin sous Paintshop pro. Mais il doit y avoir des tutoriels bien fait quelque part. Matt
  9. C/2020 R4 ATLAS

    C'est joli ! Comme je m'ennuyais, j'ai pas pu m'empêcher de repriser les trous (si tu es d'accord...) Puis quelques pixels chauds qui restaient (et un tout petit satellite en bas à droite). voilà, c'était pour faire remonter le sujet en haut de la liste... Matthieu
  10. mars 2020 rover

    C'est pour ton bien, tu verras
  11. mars 2020 rover

    Pareil pour moi (windows 7) Mais en téléchargeant le film (4.2 Mo), je peux l'ouvrir avec VLC sans problème. Matthieu
  12. Station spatiale chinoise Tianhe

    Ouais, ils auraient du écrire un truc du genre "Si on considère 1 point donné sur la Terre, il y a 0.000000005% de chance que la station tombe à moins de 800 mètres de là". (c'est le rapport entre la surface d'un carré de 1600m de coté et la surface de la Terre ) Mais c'est vrai que c'est mal formulé !
  13. Bonjour à tous, voici les résultats de ma dernière campagne d'observation, il s'agit des étoiles variables de l'amas globulaire NGC5466, dans le bouvier, à la limite avec les chiens de chasse. NGC5466 est un amas globulaire assez peu concentré qui a un temps été considéré comme un amas ouvert, et qui contient plusieurs RR Lyrae assez brillantes (entre m16 et 16.5) facilement accessibles à un télescope de petit diamètre. Je l'ai observé du 20 mars au 22 avril pendant 12 nuits avec le télescope Schaumasse de l'Observatoire de Nice. J'ai fait des images entre 80 et 130" de temps de pose, additionnées 2 à 2 pour augmenter le RSB, avec une QSI583ws sans filtre. La faible densité de l'amas permet de faire de la photométrie assez facilement. 2 étoiles variables seulement ont une voisine assez proche mais sans être en contact (en tous cas avec un 400 à 2m de focale et une turbulence pas trop moche ) Je vous conseille aussi cet article de Armando Arellano Ferro et al. (https://arxiv.org/abs/0711.4027) (Il y a une erreur dans son article: dans la photo de son champ, l'étoile qu'il nomme v7 (qui s'appelle v1 chez moi) n'est pas variable. La bonne étoile est juste en bas à gauche de celle-ci) J'ai trouvé 22 variables dans le champ, dont beaucoup semblent être des RR Lyrae (V6 est très loin de l'amas mais il s'agit bien d'une RR Lyrae) Les périodes vont de 0.29422 à 0.82147 jours (7.1 à 19.7 heures) et les amplitudes de ~0.15 à 1.2. La magnitude moyenne de ces RR Lyrae est ~16.5 (d'après Gaïa). Si on considère que la magnitude absolue des RR Lyrae est 0.6, cela donne une distance de 48000 a.l. (on trouve entre 51000 et 54000 dans la littérature) A noter aussi que la magnitude absolue des RR Lyrae étant constante, il n'y a aucune autre RR Lyrae dans l'amas, même à des magnitude plus faibles. Les seules autres variables qu'on pourrait trouver sont des binaires à éclipses. Armando Arellano Ferro en a trouvé, mais elles n'apparaissent pas spécialement variables chez moi. Quelques étoiles particulières: V3 est la variable la plus brillante (m14.7), avec une très belle amplitude. V18 présente de nombreuses variations, mais je n'ai pas réussi à trouver une période cohérente. D'après Arellano Ferro (lien ci-dessus), la période est 0.3727 jours (assez nette d'après leur résultats de 2004 et 2005), mais elle ne correspond plus à ce que j'observe. Une RR Lyrae spéciale, ou un effet Blazhko complètement chaotique ??? V22 présente un magnifique effet Blazhko (l'amplitude de la variation a changé assez fortement au cours de la campagne), de même que v4, même si la variation est moins importante. Voici le champ avec l'emplacement des étoiles variables (cliquez dessus pour avoir les images en grand) Je vous joins quelques-unes des courbes de lumière: Les courbes de lumière des RR Lyrae évoluent parfois rapidement à cause de l'effet Blazhko, donc si vous voulez vous lancer dans l'aventure, n'hésitez pas ! Peut-être je mettrai le rapport complet dans le compte-rendu d'activité 2021 que je publierai sur le site de mon assoce d'ici la fin de l'année (http://www.aquila.free.fr/download1.htm ) Matthieu
  14. Les RR Lyrae de NGC5466

    Inspiré par le post de Rompitt sur les variables de M3, je mets ici le gif de mes variables de ngc5466: J'ai pris les 5 meilleures images pour essayer de conserver la même résolution. On devine bien les variables qui clignotent:
  15. OK, dans ce cas, leçon N°1: l'image 3 a un traitement bien trop fort, c'est un peu violent dans l'accentuation Pour l'image 1, il faudrait pouvoir appliquer des coups de tampon si tu ne parviens pas à enlever les traces de poussières du fond de ciel avec un flat. En tous cas, le traitement est plus doux, c'est plus agréable, même si le filtre donne des couleurs un peu rouges. On ne voit pas trop les reflets des étoiles brillantes en tous cas... Matt
  16. Amas M3

    Le gradient est effectivement très présent. Il est presque linéaire, il devrait être facile à enlever ! Sympa l'image de l'animation des variables, je devrais peut-être faire pareil avec mes images de NGC5466 Matthieu
  17. NGC3628, Newton200/900, Moravian 4022

    Le traitement est joli. Faut dire, y'a du temps de pose. On a plus l'habitude de la voir sans inversion miroir droite-gauche, mais c'est sympa quand même Matthieu
  18. Quelques étoiles doubles au télescope de 1 mètre C2PU

    Bonjour Jean-Claude, le TAC est accessible, il y a toujours des réservations qui sont faites en ce moment. Mais avec le temps pourri sur la Côte d'Azur depuis 2 semaines, je n'en vois pas beaucoup passer... Matt
  19. ngc 2903

    Serait-ce parce que tu l'as prise sur 2 jours ? Regarde bien la date de tes premiers fichiers pour vérifier. A la magnitude 14, il n'est pas normal qu'il disparaisse d'une image à l'autre. D'après les mesures de Horacio Correia, (http://obswww.unige.ch/~behrend/page2cou.html#000447), la période est relativement longue et l'amplitude pas énorme...
  20. ngc 2903

    Pffffff, z"êtes drôles ! Demandez-moi quand vous savez pas! Il s'agit de l'astéroïde 447 Valentine, magnitude 13.9, photographié le 20 mars 2020 et le 21 mars 2020 à 21h30 ! J'ai entouré l’astéroïde pour les 2 jours, pile à l'endroit où il y a les traces. On voit bien les limites des scripts automatiques qui font disparaître les objets mobiles et qui leur donnent un aspect un peu bizarre sur les images finales! Perso, je fais toujours 2 images. Une où les pixels chauds (et les astéroïdes) disparaissent, et une autre où je laisse la trace des astéroïdes, puis je combine sous PaintShop Pro. Matthieu
  21. Comme Pierre l'a dit hier à 11h24, le phare est tellement lumineux qu'il a du faire des poses courtes. Quand le spot n'atteint pas la fente, l'image est noire. Donc il n'y a aucune lumière parasite qui entre dans le spectro, ce qu'on voit est uniquement dû à l'ampoule du phare et pas des lampadaires environnants. Matt
  22. Les RR Lyrae de NGC5466

    Salut Jean, non, j'ai fait mes mesures sans filtre. (juste le filtre L Astrodon (True Balance)). Je voulais avoir le maximum de flux, juste pour tester. Une manipe intéressante, ça serait de faire en R et en B pour voir la différence d'amplitude de la courbe de lumière (cf une vieille manipe faite avec des étudiants: http://physique.unice.fr/sem6/2012-2013/PagesWeb/PT/Lyrae/sol3.html ) Les RR Lyr de ngc5466 sont suffisamment brillantes (16.3 à 16.5) pour des filtres couleur. Après, des vrais filtres photométriques, c'est mieux, mais c'est plus cher, effectivement. A notre niveau (le mien en tous cas, c'est pas forcément utile ! Matthieu
  23. Alors Pierre, on s'ennuie ? C'est vrai qu'ici la météo n'est pas géniale... Sinon, est-ce que le verre autour de l'ampoule (celui de la lentille de Fresnel) pourrait avoir un effet sur le spectre ? Il ne peut pas y avoir des éléments qui absorbent certaines longueurs d'onde ou des trucs comme ça? Surtout que la lentille doit être assez épaisse... Je dis ça, j'y connais rien, surtout (Je n'irai quand même pas jusqu'à dire qu'il y a un effet Doppler avec la rotation de l'ampoule ) Matthieu -- Je vois qu'il n'y a pas trop de raies d'absorption dans ton spectre, donc comme prévu, j'ai dit une connerie !!!
  24. Les RR Lyrae de NGC5466

    Oui, je sais, c'est pareil pour toutes les nuits. Il se trouve que le 6è jour, j'ai commencé à faire la photométrie sur la moyenne de chaque nuit. Je fais une image moyenne qui correspond à la totalité des images prises lors d'une nuit. En faisant la photométrie sur cette image, ça me donne la magnitude moyenne des étoiles. Donc chaque point de la séquence '6 6' correspond à la magnitude moyenne d'une nuit (la séquence '6 6' est constituée de toutes les nuits successives, ça ne change rien au calcul de la FFT) Ce genre de méthode est utile si on a des périodes de variations longues et si on ne sait pas comment associer chaque nuit avec les autres (si je ne prends pas les mêmes étoiles de références nuit après nuit, il y a un offset entre chaque mesure). Comme ça je peux les recaler entre elles, car pour la séquence '6 6', je prends les mêmes étoiles de comparaison: Ici (5466v20), on voit que la nuit N°5, la magnitude moyenne était 0.5 magnitude plus basse que la nuit 4. C'est utile quand on ne connait pas bien la période et la forme de la courbe de lumière. C'est pourquoi pour la plupart des étoiles, j'ai arrêté de faire comme ça au bout de 7 ou 8 nuits. Courbrot sait gérer ce genre de séquence où le jour julien n'est pas dans le même ordre que les autres nuits. J'espère que j'ai été assez clair dans ces explications -- De plus, cette méthode est utile dans le cas d'un effet Blazhko. Si la magnitude change à un moment donné, ça permet de comparer avec les autres nuits, donc ça cale bien l'offset de magnitude pour cette nuit-là.
  25. Existe-il plus rapide que .......

    Non, c'est moi ! .. C'était juste pour embêter Alain, voilà