Roch

Member
  • Content count

    1171
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2
  • Country

    France

Roch last won the day on October 9 2017

Roch had the most liked content!

Community Reputation

1101 Excellent

3 Followers

About Roch

  • Rank
    Very active member

Personal Information

Recent Profile Visitors

6401 profile views
  1. Salut C'est surtout sur ce genre de cibles ( en SHO ) que tu auras une telle différence ; le bruit thermique est quasi nul avec un refroidissement suffisant Et il fait faire attention, les traitements ont évolué aussi. Mais je pense qu'en LRVB ce serait moins flagrant. Après, tu gagnes aussi en simplicité... Un filtre, une image. Romain
  2. Pas d'accord, car je suis en pose courte. Le seeing donné par le seeing monitor est calculé à partir d'images de 30s et extrapolé pour le zénith ( mesuré sur la polaire ) Quand j'image en poses rapides, je gagne entre 10 et 20% de fwhm sur les images unitaires, puis encore entre 10 et 20% grâce au tri. C'est ce que j'ai fait sur la bulle par exemple, ou j'ai 1.1" si je garde 20% des images, et 1.3" avec 70%. Donc pour moi c'est pas déconnant de penser qu'un seeing monitor donnerait 1.5", avec ses poses de 30s... Et il donne 0.75 là haut. Voire moins ; on a vu des valeurs descendre sous 0.5
  3. Possible... Mais même là pour le moment niveau statistiques c'est quasiment kif kif Le moyen de trancher serait de monter le t560, mais pas facile
  4. Hmmm pas sûr... Ce qui me chiffonne c'est que je fais quasi aussi bien en plaine dans des conditions de prise de vue similaires. J'ai eu 1.1" sur la bulle et sur ngc40. Et je ne pense pas avoir un seeing à 0.75" en plaine chez moi. Plutôt autour de 1.5" au mieux. Donc soit le seeing monitor là haut est très optimiste, soit il y a autre chose. Perso je penche pour de la turbu locale liée aux coupoles, liée à une différence de température intérieur/extérieur. Il reste d'autres paramètres possibles, comme l'obstruction des scopes qui atteint quasi 40%, mais ça ne devrait pas influer autant étant donné que le pouvoir séparateur théorique est quand-même quatre fois plus petit que la FWHM de mes meilleures images. Romain
  5. Un petit up, car Sony vient d'annoncer la sortie prochaine de l'imx533 en monochrome. En général il faut compter entre 6 mois et un an pour l'intégration d'un nouveau capteur dans une caméra, mais si tu es patient... Romain
  6. Merci pour vos messages Ça viendra sur la suite Mais c'est toujours long sur les galaxies, et les heures sont comptées là haut... J'ai fait une version au 150/750 il y a longtemps petite mais sympa aussi ! Donc même pas obligé le gros matos Il faut bien se dire que si Hubble peut en faire une image 4k, ça veut dire qu'un amateur peut forcément voir qqch J'y reviendrai... mais perso en regard du seeing monitor, qui était majoritairement sous 0.75, je trouve ça beaucoup. Surtout eut égard du fait qu'on fasse des poses courtes... théoriquement on devrait être encore sous cette valeur. Après ça reste des images extra c'est sûr Romain
  7. Arf d'accord, autant pour moi. Je viens de voir qu'il y avait une nouvelle série de filtres chez Astronomik justement, "MaxFR", qui décale aussi légèrement la bande passante vers le bleu... tout ça est à méditer Si par hasard quelqu'un a fait des comparaisons entre ancienne et nouvelle génération, je suis preneur... un peu cherché mais pas trouvé; Romain
  8. Salut tout le monde Pfiou, quelle semaine incroyable là haut ! Nous sommes montés à l'observatoire Astroqueyras la semaine du 10 au 17 octobre avec une équipe de 12 personnes,, et pour résumer, sur 63 heures de nuit, nous avons eu seulement 3 heures de nuages... autant dire que nous en avons bien profité Pour ceux qui voudraient un résumé complet de la mission, l'équipe de stelvision qui était avec nous a réalisé un chouette compte rendu que je met en lien ici : Les étoiles intensément : immersion dans le ciel de Saint-Véran (stelvision.com) Pour ma part, j'avais pour projet de monter mon T560 là haut au départ, mais suite à quelques complications et connaissant l'état de la route montant là haut, je me suis ravisé. La prochaine fois, j'espère ! Ceci étant, notre équipe de 4 astrophotographes ( parmi les 12 membres présents ) avons pu utiliser principalement le T500 extérieur et parfois le T620 ( lorsqu'il était disponible ) pour imager. Le seeing n'était pas en reste, avec des valeurs données par le seeing monitor descendant parfois sous 0.7" en moyenne, et des extrèmes chatouillant 0.4" ; le rêve quoi ! Ayant encore plusieurs To de données à traiter, le boulot est loin d'être terminé mais je ferai plusieurs posts afin d'éviter de tout vous livrer dans 6 mois Donc j'ai commencé par traiter les galaxies capturées avec ma QHY290 au T500 ; la suite pour un autre jour ! On commence par peut être la moins réussie, à mon sens... NGC 1954 est une magnifique galaxie, mais un peu trop au sud pour nos latitudes. Je voulais profiter du bel horizon sud et d'être situé dans le sud de la france pour l'imager, mais malheureusement la dispersion atmosphérique se fait cruellement sentir et le piqué n'est pas aussi bon que sur les autres images ; la FWHM après l'empilement est autour de 1.6" sur le demi-grand axe De plus, le temps d'exposition total est un peu juste... déjà qu'elle est basse, elle en reste pas placée convenablement bien longtemps. Voilà l'image, à 0.2"/pixel environ : On passe ensuite sur NGC1055, une galaxie vue par la tranche. Le seeing était très bon ce soir là, mais le temps d'exposition manquait un peu aussi sur cete cible. Nous avons dû rester une petite heure seulement, car elle commençait à décliner et nous sommes passés à autre chose par la suite. Néanmoins, on voit de beaux détails dans la structure, et on aperçoit possiblement quelques amas globulaires un peu au dessus du bulbe central ; à confirmer ? L'image, à 0.2"/pixel également ; FWHM après empilement autour de 1.2" : Ensuite, cette image ci est peut être ma préférée bien qu'elle soit moins photogénique que la suivante NGC278 est une toute petite galaxie dans cassiopée, vue de face et très active donc ayant une luminosité surfacique très importante ce qui la rend très intéressante à imager en poses rapides. C'était la dernière nuit du séjour, et bien que la lune soit gênante et gibbeuse, j'ai pu en sortir de beaux détails en poses de 1s seulement car c'était probablement la meilleure nuit de la semaine question seeing. Mon but était de commencer à séparer quelques étoiles individuelles les plus lumineuses, bien visibles sur l'image de Hubble ; il me semble que c'est chose faite. Compte tenu de la distance de l'objet ( 30 Millions d'AL ) je trouve ça plutôt chouette L'image, à 0.15"/pixel ; FWHM après empilement autour de 1.0" Et enfin, le plus beau groupe de galaxies du ciel à mon sens, et une petite mise à jour fort bienvenue de ma photo de profil voici le groupe Arp273, parfois appelé "la tulipe" Comme d'habitude, difficile de rester très longtemps sur une même cible là haut, la pression sociale est forte donc deux petites heures de pose au total, ramenées à une heure après sélection des images. Pas mal de détails, on perçoit notamment la forme spirale de la galaxie vue à travers la galaxie principale, sur la droite. Et pour l'aigrette double sur l'étoile brillante à gauche, c'est normal : l'étoile est double Image à 0.15"/pixel, FWHM après empilement autour de 1.1" Voilà, j'espère que ça vous a plu ; moi je retourne traiter la suite. A bientôt pour de nouvelles aventures Romain
  9. Ouh qu'elle est belle Bravo ! Romain
  10. Moui... mais en pratique, le fait que le blueshift soit proportionnel au carré de l'angle d'inclinaison des rayons lumineux rend l'avantage apporté par l'obstruction assez faible. Même avec une obstruction de 40%, si on considère un décalage de 3nm pour les rayons les plus obliques, les rayons à la limite de cette obstruction ne seront décalés que de 3 / (40%²) = 0.48nm ; donc le décalage de bande passante ne peut pas complètement résoudre le problème, même pour une formule avec beaucoup d'obstruction centrale. Pour moi, soit baader a simplement trouvé le meilleur compromis qui rend la perte acceptable en regard du gain final en RSB, soit ils ont effectivement trouvé un moyen d'augmenter le coefficient de dispersion de leur revêtement, comme le propose la boite dont j'ai donné le lien au dessus. ( entre un coefficient de 1.4 et un coefficient de 3.1 comme ils proposent, on divise le blueshift par 3 ) Mais je penche pour l'option 1, très clairement. Si quelqu'un a fait des mesures chiffrées avec ces filtres baader, ce serait intéressant. Romain
  11. Merci pour vos réponses, toujours plein de choses intéressantes Donc ma formule citée plus haut était bien incorrecte Et il se trouve que le décalage de bande passante est lié à l'indice de réfraction du filtre, mais plus celui ci est élevé, moins on aura de décalage. Si je corrige mes chiffres plus haut, j'arrive sur un décalage environ deux fois plus faible si je prends un indice de 1.4, et quatre fois plus faible si je prend un indice de 2, ce qui rend la chose beaucoup plus compatible avec tout le reste. Après, je ne sais pas s'il est possible de trouver l'indice de réfraction réel correspondant à chaque filtre... J'ai également trouvé une boîte qui propose des filtre à très haut indice de réfraction pour pallier à ce pb. Mais c'est clairement pas orienté astro malheureusement. Voir ici : https://www.google.com/url?sa=t&source=web&rct=j&url=https://materion.com/-/media/files/precision-optics/technical-papers/low-angle-shift-coatings_tech-paper.pdf&ved=2ahUKEwjv_eTkruHzAhVFgRoKHfb_AJsQFnoECAYQAQ&usg=AOvVaw23ubvGkWR1jLNpnFgyi-yP Je rajoute un lien intéressant que j'ai trouvé en fouinant un peu : https://www.cloudynights.com/topic/754449-narrowband-filters-for-fast-scopes/ Étant donné que j'ai un petit capteur, j'ai négligé le décalage selon la position sur le capteur et ai juste pris en compte le décalage selon l'angle maximal du cône de lumière. Étant à F3 après réduction, les rayons les plus obliques d'une étoile centrale sont inclinés environ de 10 degrés ( la formule c'est incidence max = tan-1(1/(2F/D)). ) Ok ça marche Effectivement, sur le papier ça doit bien fonctionner si l'indice de réfraction est haut et que la bande passante est bien centrée. Après, pas sûr que les 3.5nm soient l'idéal dans mon cas ; à voir. Encore merci aux intervenants Romain
  12. Sur les signaux faibles la dynamique ne change rien, puisque tu règles le gain pour ça. Sur les signaux forts ça changera oui.
  13. Salut à tous Je cherche à m'équiper en filtres SHO. Cependant, ma pratique étant le ciel profond en pose courte, cela implique quelques ajustements par rapport à un setup classique, et de fait je me pose quelques questions. En cp pose courte on veut perdre le moins de lumière possible ; c'est un point plus crucial encore qu'en cp classique. Or, sachant que je veux pouvoir imager à F3, se pose la question de la perte de lumière due au décalage spectral de la bande passante du filtre induite par les rayons obliques. En fouinant le net, j'ai vu passer pas mal de phrases du genre "pour un f/D de 4, on peut prendre du 3nm ; en dessous il faut du 5nm" mais j'aimerais pouvoir trouver une formule qui calcule cette déviation. J'ai fouiné un peu le net, et j'ai bien trouvé quelque chose, mais ça concerne les filtres solaires de type Fabry-Pérot ; c'est ici, dans le paragraphe "variations avec l'angle d'incidence" : https://observations-solaires.obspm.fr/Principe-du-filtre-solaire-Hα-Coronado Faute de mieux, je suis parti du postulat qu'on pouvait transposer la formule donnée à nos filtres classiques. Si quelqu'un a une meilleure formule à me fournir, surtout qu'il n'hésite pas Édit : j'ai finalement trouvé la vraie formule, donc toute la suite est fausse, je la laisse quand-même Donc en gros, la formule donnée est : Décalage angulaire = sqrt ( 2 x décalage spectral / longueur d'onde ) Ou, si on réarrange dans l'ordre qui nous intéresse : Décalage spectral = ( Décalage angulaire ) ^ 2 x longueur d'onde / 2 Le décalage angulaire ( en radian ) étant l'angle entre le rayon lumineux et la droite normale au filtre. Dans mon cas, avec un setup à F/D =3, les rayons les plus obliques ont un décalage angulaire d'environ 0.165 radian ( 9.5 degrés ), ce qui donne un décalage spectral de 8.94nm au niveau de la longueur d'onde H-alpha. Si je résume, en gros, entre les rayons arrivant parfaitement perpendiculaires au filtre, et les rayons les plus obliques, il y a un décalage de transmission du filtre de 9nm pour du f/D 3, ce qui est énorme. Si je refais le calcul pour différentes valeurs de F/D, je trouve : F/D= 6 -> 2.26nm F/D= 5 -> 3.25nm F/D= 4 -> 5.07nm F/D= 3.5 -> 6.60nm F/D= 3 -> 8.95nm F/D= 2.5 -> 12.8nm F/D= 2 -> 19.68nm Ça paraît vraiment trop large pour être vraisemblable, vu la réalité des faits et l'utilisation qu'en font les amateurs en général. On peut théoriquement réduire un peu ce chiffre si on part du principe que l'astrographe va avoir de l'obstruction centrale et n'aura donc aucun rayon avec une incidence parfaitement perpendiculaire au filtre, mais cela réduit très peu la valeur finale. ( Dans mon cas avec obstruction de 25%, je passe de 8.95nm à 8.49nm ) Dans la réalité des faits, on a d'un côté Astronomik qui recommande ses filtres 6nm pour des f/D supérieurs à 4, ce qui colle bien avec mes chiffres pour peu que la bande passante soit bien placée. Ça semble être le cas vu les courbes publiées par Astronomik. On a aussi ce test réalisé sur plusieurs filtres dual-band qui montre une chute souvent rapide et parfois catastrophique de la transmission selon l'oblicité des rayons ( voir en page 16 ) : http://karmalimbo.com/aro/reports/Test Report - Multi Narrowband Filters_Feb2020.pdf Et de l'autre côté, on a Baader et astrodon qui vendent des filtres 3nm "optimisés F2", ce qui semble impossible à produire sans perte colossale vu mes résultats ( certainement faux ) Bref, j'y comprends plus rien donc quelqu'un peut m'expliquer et me donner la vraie formule ? Bons cieux Romain
  14. Salut Elle est super chouette ton image JTu devrais essayer d'ajouter un filtre type uhc ou idas nb1 sur ce genre de cible, surtout en ville... Même en pose courte on y gagne bcp de détectivité, et tu ne perds quasiment rien en sensibilité ! Romain
  15. Après honnêtement, 10 bits, 12 bits, 14 bits... Ça change pas grand chose à mon sens. À moins que tu veuilles absolument ne pas saturer tes étoiles, mais il en restera toujours et franchement je ne vois pas l'intérêt. Tant que ton objet ne sature pas sur les brutes, c'est ton fond de ciel qui te limitera, pas ta dynamique. Tu trouveras bcp plus facilement la 183 d'occase que la 178, possiblement pour moins cher Le fait qu'il y ait bcp moins de petits capteurs refroidis, c'est parce que que le coût du refroidissement reste le même et devient bcp plus important en proportion. Romain