FRED13

Member
  • Content count

    27
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

0 Neutral

About FRED13

  • Rank
    Inactive member
  1. Salut, Au Maroc, il y a aussi l'Oukaïmeden. J'y suis allé il y a 20 ans en été avec chérie, tente et C8. On était installés juste à côté de l'observatoire Iris. La nuit, si le vent chaud se lève, il y a des scorpions qui courent entre les pieds. Sinon, la nuit y est très belle. Et les bergers qui viennent passer l'été avec leurs bêtes faisaient des beignets délicieux. La fac de Marrakech essaie d'y implanter un observatoire professionnel ; il y a déjà plusieurs coupoles avec des télescopes automatiques : http://www.portailsudmaroc.com/actualite/7143/observatoire-de-loukaimeden-dans-le-top-10-des-meilleurs-mondiaux
  2. Ton travail m'a servi de point de départ indispensable, au même titre que les images d'ASTEP et des pages 156-160 du Texereau . La position du secondaire en face du PO devient vraiment beaucoup plus simple à régler. Je n'ai pas pu fixer la calotte directement contre le dos du support du secondaire comme tu le présentes sur ton plan. La faute à une mauvaise combinaison entre l'épaisseur du miroir + support. d'une part, et les rayons des culs de poule disponibles en magasin d'autre part. Heureusement que j'ai trouvé de très belles équerres à 45°.
  3. Désolé j'avais envoyé avant d'avoir fini mon topo. C'est complété maintenant.
  4. Salut à tous, Suite aux sujets : http://www.astrosurf.com/topic/59874-un-400-qui-sort-des-sentiers-battus-t2sb/?page=2 et : http://www.astrosurf.com/topic/55524-support-de-secondaire-newton-préservant-loffset/?page=2&tab=comments#comment-646641j'ai continué de mon côté en attendant que Toutiet finisse de mûrir, et je vous propose une solution bien commode et facilement réalisable avec une brave perceuse et une scie sauteuse. L'objectif est d'obtenir une calotte sphérique mobile autour de son centre confondu avec le centre optique du secondaire d'un Newton. J'ai coupé la calotte sphérique dans un cul de poule de 10 cm de rayon, à l'aide d'une scie cloche : c'est long, fumant et bruyant mais ça marche bien. La base de la calotte fait 3 cm de rayon : c'est la coccinelle, comme l'appelle Toutiet. Elle est fixée au support du secondaire à l'aide de vis et d'équerres à 45°. Puis, dans une plaquette de POM de 15mm d'épaisseur, toujours à la scie cloche, j'ai taillé un trou cylindrique de 1.5 cm de rayon. Il faut le faire lentement pour ne pas faire fondre le polymère. Sur le cercle inférieur de ce trou vient s'appliquer la calotte ; elle peut bouger en gardant le contact sur tout le cercle, ce qui fixe son centre. Cette plaquette est fixée aux branches de l'araignée. Pour empêcher la rotation intempestive de la calotte autour de son axe, le dos du support est muni d'un aimant contre lequel vient se plaquer un écrou borgne au bout d'une vis reliée à l'araignée. Deux boutons permettent le réglage de la position du foyer dans le PO : l'un pour haut/bas, l'autre pour droite/gauche. Je pense que ce n'est pas super clair alors, pour la réalisation concrète, des images sont sûrement plus commodes. C'est très facile de régler la position du secondaire face au PO, et cela ne bouge pas lors des transitions de l'horizontale à la verticale. S'il vous faut plus de détails, faites-le moi savoir.
  5. Pour en revenir à ta coccinelle, sur le plan que tu as proposé, il ne me semble pas que ce soit une calotte sphérique ; mais peut-être n'est-ce qu'un schéma ? ou bien est-elle posée sur un cylindre ? Dans mon cas, pour une calotte de 100 mm de rayon sphérique et 30 mm de rayon circulaire, ça ne fait pas bien épais : aux alentours de 5 mm. Je me demande si cela laissera assez de place pour faire le réglage. Comment choisir le rayon du cercle dans le plan sur lequel vient se presser la calotte ? Plus son rayon est petit, plus la plage de réglage est importante, mais cela doit avoir une contre-partie pratique sur la qualité du contact.
  6. Je crois que tu es trompé par un effet de perspective du à l'angle de la prise de vue.
  7. Salut Toutiet, Je déterre ce sujet car j'aimerai bien savoir où tu en es de ton projet ; particulièrement, quid de ta coccinelle ?
  8. Quelqu'un a entendu parler de ça ?

    Salut,Une citation d'un astrophysicien professionnel que j'ai rencontré il y a longtemps en Corse : "Si vous voulez voir de belles images dans un télescope, achetez-vous une lunette de 5 cm de diamètre, un album photo de la NASA, et mettez-vous dans un gymnase ; avec l'album ouvert à une extrémité de la salle, et vous avec votre lunette à l'autre extrémité, vous ne verrez jamais rien de mieux..."Sur le moment, ça m'a beaucoup troublé, mais c'est très intéressant. Il militait bien évidemment pour la spectrographie.@+ FRED
  9. Salut,J'ai trouvé ce document, grâce dans lequel on trouvera peut-être de quoi améliorer la qualité de nos manips : https://rescoll.fr/blog/wp-content/uploads/.../durabilite-des-assemblages-colles.pdf@+ FRED
  10. Salut et bonne année, Voici un post fort riche et intéressant ; c'est bien de l'avoir remonté. J'ai une question (qui a peut-être été abordée ? je n'ai pas lu l'intégralité des 13 pages ... ) : qu'en est-il de la durabilité de la résine, de la mousse ou du constituant des nida ? Je trouverai dommage que tant d'efforts tombent en poussière après quelques dizaines d'années. FRED
  11. où sont passées les lames ?

    Merci Patrick. J'ai une feuille de chrysocale de 2 dixièmes ; ce n'est pas du laiton et je n'ai pas les moyens de faire beaucoup de calculs... Avez-vous une expérience des différences de comportement entre les deux ?
  12. où sont passées les lames ?

    Pour ceux qui savent : David Vernet, Jipipi ou Patrick Sogorb par exemple, j'ai une question au sujet des lames qui tiennent les pistons. Quel est l'ordre de grandeur qu'il faut considérer pour leurs dimensions ? Pour rappel, le miroir pèse 50kg et est ouvert à 4.Je crois que j'ai trouvé un moyen de palier le problème du manque de mobilité des pistons lors de la collimation. Comme chacun des pistons est constitué d'une tige filetée, j'ai pensé le faire passer à travers une tige creuse filetée intérieurement ET extérieurement. Les lames sont fixées au filetage extérieur ce qui immobilise la tige creuse en rotation. La partie inférieure du piston est dotée d'un cabestan qui permet de le faire tourner à l'intérieur de la tige creuse, et ainsi de le faire monter ou descendre. Avis bienvenus !C'est sympa pour l'invitation Cédric. J'ai déjà vu ce bel endroit deux ou trois fois en passant en rando. Hier soir, c'était huîtres et champagne au pic des mouches pour le passage de la nouvelle année. Il y avait un zef terrible là haut!
  13. où sont passées les lames ?

    Salut,Merci Jipipi (!?) pour le lien.Effectivement, Cédric, je suis dans les BdR. Le 760 est pour l'instant en cours de reconstruction : je l'avais fait il y a longtemps avec un barillet à 54 (!!!) points, 3 étages de triangles, et c'est tout parti en quenouille avec le temps. Je suis en train de concevoir un barillet astatique avec des lames de chrysocale.@+
  14. où sont passées les lames ?

    Bonjour à tous après un temps un peu long où j'ai du lâcher l'affaire. Patrick : pour ceux qui comme moi n'ont pas eu l'occasion d'assister à votre conférence aux RCE, est-ce que vous pourriez diffuser un document qui relate vos idées ? Merci d'avance de nous en faire profiter.
  15. où sont passées les lames ?

    Merci beaucoup. Quand vous dites "perpendiculaire", vous voulez dire "perpendiculaire à la tige" qui transmet le poids du miroir vers le contre-poids, je suppose ? J'envisage effectivement de partir vers un double barillet. Y a-t-il des choses particulièrement cruciales sur cette partie ?