Bill46

Member
  • Content count

    785
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2
  • Country

    France

Everything posted by Bill46

  1. Nouvelles comètes pour 2021

    C/2021 A1 (Leonard) le 15 février 2021 à 2h34 TU imagée avec un C14 f/6 + CCD ASI 1600MM (10 x 120 s) par Denis Buczynski depuis Tarbatness en Ecosse (mag. 17,5) : C/2021 A2 (NEOWISE) près de la nébuleuse à émission NGC 2174 (Orion) le 15 février 2021 à 22h TU depuis les Canaries par l'Indien Nirmal Paul (T270 f/2,2 Slooh + CCD OSC 9 x 50 s) :
  2. mars 2020 rover

    Quelques images satellitaires (MRO/HiRise, Mars Express...) et contextuelles du site d'atterrissage prévu de Perseverance dans le cratère Jezero (49 kilomètres de diamètre, près du delta d'une ancienne rivière qui autrefois remplissait la dépression d'un immense lac) : Voir aussi cet article d'Alexandra Witze publié (en anglais) dans la revue Nature : https://www.nature.com/immersive/d41586-021-00321-7/index.html
  3. Nouvelles comètes pour 2021

    C/2021 A2 (NEOWISE) près de la nébuleuse NGC 2282/IC 2172/vdB 85 (Licorne) le 14 février 2021 à 18h34 TU. 3 poses de 180, 750 et 750 s en RGB + 1500s en Halpha. Astrographe Celestron 11" f/2.2 RASA avec CCD QHY600 (Michael Jäger). La comète est la tâche vert-bleuté située au-dessus des nébulosités rouge-rosé. Une autre vue similaire de C/2021 A2 (NEOWISE) le 14 février prise par Gerald Rhemann avec un T300 f/3.6 + CCD FLI Proline PL16803 (LRGB 14/9/9/9 min.) : (http://www.astrostudio.at/)
  4. TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

    La page Wikipédia en anglais de 2018 AG37 ("FarFarOut") a été récemment mise à jour. Elle reflète notamment les incertitudes quant à la détermination de son orbite réelle. En effet, ce planétoïde, le plus distant connu du Système solaire et donc au mouvement apparent extrêmement lent, n'a été vu que 9 fois sur une période de deux ans et l'arc d'observation est trop court pour d'une part lui attribuer un numéro officiel et d'autre part établir des paramètres orbitaux bien définis. Les éléments provisoirement admis sont un demi-grand axe de 86,0 ± 67,7 UA et une excentricité de 0,685 ± 0,309 correspondant à une distance de 27,1 ± 5,2 UA au périhélie et de 145 ± 114 UA à l'aphélie, avec une période de révolution voisine d'un millier d'années. Au moment de sa découverte, en janvier 2018, "FarFarOut" était situé à 132,2 ± 1,5 UA (19,78 ± 0,22 milliards de km) du Soleil. A ce jour, la valeur de l'argument au périhélie est mal connue (251° ± 83° retenu par le MPC et le JPL et 225° ± 52° par Project Pluto), et donc plusieurs orbites restent envisageables : la première solution voit actuellement le planétoïde s'éloigner du Soleil en s'approchant de l'aphélie tandis que la seconde le voit se rapprocher en ayant déjà passé ce point (un aphélie à 177 UA n'est pas exclu). Compte-tenu de cette incertitude, il n'est donc pas possible d'affirmer que 2018 AG37 s'éloigne actuellement ou se rapproche du Soleil. En tout cas il croise vraisemblablement l'orbite de Neptune avec une distance minimale d'intersection d'orbite de 4 UA et plusieurs rencontres rapprochées avec la planète géante par le passé ont dû provoquer de fortes perturbations gravitationnelles expliquant son orbite très allongée actuelle. http://www.minorplanetcenter.net/db_search/show_object?object_id=2018+AG37 https://ssd.jpl.nasa.gov/sbdb.cgi?sstr=54114199 https://www.projectpluto.com/cgi-bin/fo/fo_serve.cgi?obj_name=2018+AG37&year=now&n_steps=20&stepsize=1&mpc_code=500&faint_limit=99&ephem_type=0&sigmas=on&motion=0&element_center=-2&epoch=default&resids=0&language=e&file_no=0 https://en.wikipedia.org/wiki/2018_AG37 Ce diagramme réalisé par la Canadien Kenneth montre deux orbites possibles de "FarFarout" en utilisant deux valeurs de l'argument du périhélie oméga (l'orbite en rouge est celle définie avec les éléments orbitaux du MPC/JPL, celle en jaune avec les éléments retenus par Project Pluto). Au 1er janvier 2021, 2018 AG37 se situait à environ 132 UA du Soleil.
  5. Nouvelles comètes pour 2021

    Nouvelles comètes 2021 à ce jour (liste d'après Gideon van Buitenen) : C/2021 A2 (NEOWISE) photographiée le 12 février à 21h03 TU par Michael Jäger (Autriche) - magnitude visuelle 11 approx. : Déplacement de C/2021 A1 (Leonard) imagée pendant 2h40 le 13 février par Hoshi Kizoku (préfecture de Nagano, Japon) - magnitude 18 approx. : C/2021 A4 (NEOWISE) le 11,77 février TU par le Belge Pieter-Jan Dekelver (réfracteur 100 mm f/5,5 + CCD 60x30 s) - magnitude 15 approx., en déplacement rapide : (http://www.astronomie.be/pieterjan.dekelver/)
  6. Nouvelles comètes pour 2021

    Deux autres comètes imagées par Michael Jäger avec un T300 f/4 + capteur CMOS QHY 600 : C/2021 A4 et A10, toutes deux découvertes avec le satellite NEOWISE. L'image de C/2021 A4 (NEOWISE) est datée du 8 février. La comète est de mag. visuelle 12,5 approx. et présente une faible coma de 2,5'. L'image de C/2021 A10 (NEOWISE) est aussi datée du 8 février. La comète est beaucoup plus faible, de magnitude 18, et ne présente pas d'activité notable si ce n'est un départ de queue de 8" vers le NW. C/2021 A10 a effectué sa plus courte approche à la Terre le 10 février et se dirige vers son périhélie qu'elle atteindra en mars.
  7. Pour voir en plus grand : camera 1 camera 2
  8. TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

    Histoire de remettre une pièce dans le bastringue : https://arxiv.org/abs/2102.05601
  9. En fait, c'est le nombre de vols Crew-2 inclus... donc N-1 avant
  10. Astéroïdes géocroiseurs / NEO

    Découvert en juin 2004 (2004 MN4), (99942) Apophis est un corps céleste d'environ 340 mètres de diamètre qui est devenu rapidement célèbre (surtout chez les adeptes de fin du monde) compte-tenu de sa propension à croiser régulièrement l'orbite de la Terre et à nous frôler de très près (ce PHA a longtemps été classé de niveau 4 sur l'échelle de Turin des astéroïdes dangereux, c'est-à-dire objet méritant la plus grande attention de la part des astronomes). En moyenne, on estime qu'un astéroïde de la taille d'Apophis percute la Terre tous les 80 000 ans. Ci-dessus : images radar d'Apophis obtenues lors de son apparition de 2012-2013 avec les radiotélescopes de Goldstone (8560 MHz, 3,5 cm) et Arecibo (2380 MHz, 12,3 cm) - Marina Brozović et al., Icarus Vol.300, 15 Jan. 2018. Le 5 mars 2021, Apophis, qui effectue une révolution autour du Soleil en 323,6 jours, croisera une nouvelle fois la route de la Terre, mais à distance appréciable : 43,8 fois la distance Terre-Lune (plus de 16,8 millions de km). Il devrait atteindre brièvement la magnitude 16, à proximité de l'étoile Alpha de l'Hydre. Ce sera également l'occasion de l'imager en ondes radar depuis le radiotélescope de Goldstone (bande X) et peut-être aussi avec celui de l'Observatoire de Green Bank, Arecibo (bande S) n'étant plus disponible. 2021 sera la dernière plus proche rencontre avant celle de 2029. Le satellite NEOWISE sera également mis à contribution pour tenter de préciser sa taille. Apophis imagé à la magnitude 16,4 dans la constellation de la Coupe le 5 février 2021 par Adrian Șonka depuis l'Observatoire Berthelot en Roumanie (télescope RC 14.5" f/7 + CCD SBIG STL11000M) : Car le 13 avril 2029 (un vendredi bien sûr), cet astéroïde déboulera à 31 860 km au-dessus de la Terre, pénétrant la zone des satellites géosynchrones (peu de chances qu'il heurte au passage un satellite) et sera même visible à l'oeil nu (au-dessus de l'hémisphère sud). Si le risque d'impact n'est cependant pas avéré, ce qui nous enlève une belle épine du pied, il n'est pas impossible que de lentes perturbations de sa trajectoire, notamment liées à l'effet Yarkovsky, ne nous en fasse une menace plus directe d'ici la fin du siècle. Le passage très proche de 2029 et l'interaction gravitationnelle avec la Terre devrait d'ailleurs modifier quelque peu le demi-grand axe de son orbite, le faisant basculer du groupe des Atens à celui des Apollons. Il a été proposé qu'Apophis fasse l'objet d'une extension de mission pour Osiris-REX qui, si elle est budgétée, pourrait voir la sonde se mettre en orbite autour de l'astéroïde en 2029.
  11. Ce portrait de famille va encore changer dans quelques jours (graphique Jason Davis / The Planetary Society).
  12. New Horizons - Pluton, nous voilà !

    Découverte du KBO binaire le plus rapproché ? Alan Stern fait part de l'annonce par Harold Weaver (Johns Hopkins APL), co-investigateur de la mission NewHorizons2015, d'un possible planétoïde binaire (2011 HK103 ?) où les deux corps orbiteraient très près l'un de l'autre. Ces observations auraient été possibles à partir de données reçues de la caméra LORRI de la sonde NH qui, au vu de sa distance actuelle, permet sur certaines cibles d'avoir des images d'une meilleure résolution spatiale que celles obtenues avec le télescope Hubble en orbite terrestre.
  13. Le prochain équipage à embarquer pour la 2e vol opérationnel de la mission SpaceX Crew-2 au printemps prochain (lancement par une Falcon 9 fin avril ?) sera constitué de 3 hommes et une femme, tous déjà aguerris : le commandant Robert Shane Kimbrough (3 vols spatiaux au compteur), la pilote K. Megan McArthur (2 vols), les spécialistes de mission Akihiko Hoshide (3 vols) et Thomas Pesquet (2 vols). En attendant, la bande des quatre s'entraîne... et il y en a même un qui croyait finasser mais qui s'est pris un retour de bâton ! Mais bien sûr, cela ne nous regarde pas Dur dur la vie d'astronaute.
  14. Astéroïdes géocroiseurs / NEO

    Début févier 2021, le nombre d'astéroïdes de toutes tailles repérés et orbitant au voisinage de la Terre ou croisant sa trajectoire a dépassé 25 000, dont 888 font plus de 1 km de diamètre. Parmi ceux-ci, les plus dangereux sont les PHAs (Potentially Hazardous Asteroids) dont la distance minimale d'intersection de l'orbite avec la Terre est de 0,05 UA ou moins et dont la magnitude absolue (H) est de 22 ou plus brillante. Les NECs sont des Near-Earth Comets, des comètes qui peuvent s'approcher très près de l'orbite terrestre. https://cneos.jpl.nasa.gov/stats/totals.html
  15. Coûts des éléments clés du programme Artemis de la NASA jusqu'à l'année fiscale 2025. Le retour de l'homme sur la Lune en 2024 n'est toutefois pas certain. Les estimations sont de 86 milliards de dollars répartis sur les années fiscales 2012 à 2025. 35 milliards de dollars ont déjà été dépensés ces 8 dernières années, mais la plus grosse partie reste à budgéter dans les 5 prochaines années. En comparaison, la NASA a dépensé 288 milliards de dollars pour le programme Apollo entre 1960 et 1973. Si le programme Artemis continue sous l'ère Biden, il est possible qu'il soit ralenti compte-tenu de délais peu réalistes fixés jusqu'alors. Et surtout, le budget alloué à l'atterrisseur lunaire n'est toujours pas bouclé, ce qui rend la date de 2024 peu fiable. Et ce n'est pas le seul élément du programme qui présente de sérieuses difficultés techniques. Il n'est d'ailleurs pas impossible que le lancement de SLS avec la mission Artemis I glisse sur 2022. La construction des éléments de la mini-station lunaire Gateway subit également des délais, et il est peu probable qu'elle soit disponible pour la première mission d'atterrissage sur la Lune. https://spaceflightnow.com/2021/02/10/biden-signals-support-for-artemis-moon-program-watchdog-says-it-will-cost-86-billion/
  16. Nouvelles comètes pour 2021

    C/2021 A2 (NEOWISE) photographiée par Michael Mattiazzo depuis Victoria, en Australie, le 10 février à 12h15 TU (télescope C11 RASA f/2.2). La comète, voisine de la magnitude 11, circule alors dans un riche champ stellaire de la constellation de la Licorne, au voisinage de la nébuleuse variable de Hubble (NGC 2261, R Mon), de la nébuleuse du Cône (amas ouvert NGC 2264) et de l'amas Collinder 105. https://www.facebook.com/michael.mattiazzo2/ En encart, le même objet par Jean-François Soulier avec un T200 f/4 le 10,87 février TU. https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=22952 Une autre image de C/2021 A2 avec cette vue prise par Norbert Mrozek depuis Hagen en Allemagne. La comète (petite tâche bleu-vert) est située non loin de la nébuleuse Rosette, dans la Licorne, le 9 février 2021, à19h35 TU (Takahashi Epsilon 130D, Canon Eos Ra, 15 x 2 min. ISO 3200) :
  17. TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

    La découverte de "FarFarOut" (2018 AG37) annoncée en janvier 2019 par l'équipe de Scott Sheppard est désormais confirmée avec la publication d'une MPEC : https://minorplanetcenter.net/mpec/K21/K21CI7.html Ce TNO découvert en janvier 2018 avec le télescope Subaru de 8 m à Hawaï à près de 140 UA du Soleil lors de recherches menées sur la Planète 9, ferait entre 400 à 850 km de diamètre selon la valeur retenue de son albédo (0,25-0,05). "FarFarOut" (qui a détrôné "FarOut" 2018 VG18 à 120 UA) est le planétoïde le plus lointain du Système solaire détecté à ce jour. Son orbite très allongée l'emmène à près de 175 UA à l'aphélie et à moins de 27 UA, à l'intérieur de l'orbite de Neptune, au périhélie, avec une période de révolution d'environ un millier d'années. "FarFarOut" a probablement dans le passé subi d'importantes perturbations gravitationnelles dues à Neptune. https://www.hawaii.edu/news/2021/02/10/most-distant-planetoid-confirmed/ (Crédit : NOIR Lab / NSF / AURA / J. da Silva) Images de découverte de "FarFarOut" avec la caméra CCD Hyper Suprime-Cam montée sur le télescope géant Subaru, 15-16 janvier 2018 : l'objet dont on voit le déplacement entre les deux poses est de magnitude supérieure à 25 ! (crédit : Scott S. Sheppard) :
  18. Et la ré-acquisition du signal de Tianwen-1 est effective après le passage derrière la planète. Le freinage et l'insertion en orbite se sont a priori bien déroulés comme prévu. Tianwen-1 a désormais rejoint "Hope" en orbite autour de la planète rouge (avec Mars Odyssey, Mars Express, MRO, Maven, Mangalyaan, ExoMars TGO). L'orbite elliptique de capture de 400 x 180 000 km inclinée à 10° va maintenant être modifiée à plusieurs reprises au cours des prochaines semaines avant que l'orbiteur ne puisse commencer à cartographier la zone d'atterrissage du lander/rover prévu pour le mois de mai ou juin. Place maintenant à Mars 2020 et son rover Perseverance dans 8 jours.
  19. Après Hope et les EAU hier, c'est au tour aujourd'hui de Tianwen-1 et de la Chine de parfaire sa mise en orbite autour de Mars. Même processus : freinage de la sonde (autour de 14 minutes de poussée par le moteur de 3000 N permettant de faire passer la vitesse de 23 km/s à 5 km/s, avec consommation de près de 400 kg de carburant soit la moitié des réserves à bord), insertion en orbite martienne, contournement de la planète et ré-acquisition du signal si tout s'est bien déroulé. Au point le plus proche, la sonde ne sera qu'à 390 km au-dessus de la surface de la planète (contre 1000 km pour Hope), et à plus de 99000 km au point le plus éloigné. L'orbite elliptique de capture sera parcourue en 11 jours. Tianwen-1 sera derrière Mars entre 12h02 et 12h37 TU (perte du signal entre 12h13 et 12h47 TU compte-tenu du décalage dû à la distance). (graphique Daniel Estévez)
  20. Nouvelles comètes pour 2021

    C/2021 A1 (Leonard) photographiée par Katsumi Yoshimoto le 9,789 février 2021 TU avec un télescope de 20 cm f/5.4 + CCD. Une possible extension vers l'est ? Une autre image de C/2021 A1 (Leonard) prise par Michael Jäger le 8,902 février TU (1000e comète photographiée par le prolifique amateur autrichien qui a commencé ses travaux dans les années 1980 avec une petite chambre de Schmidt de 20 cm ! - voir les numéros de Pulsar de cette époque). La comète est de magnitude 18 approx. avec une coma brillante de 15" et une courte queue de 30" :
  21. TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

    Redécouverte (à confirmer par MPC) du centaure longtemps perdu 1995 SN55. Cette grosse planète naine, d'un diamètre moyen de l'ordre de 300 km, a été reliée aux éléments orbitaux du TNO (523731) 2014 OK394 qui est en résonance 3:5 avec Neptune (période voisine de 275 ans). Observé pour la première fois le 20 septembre 1995 (Spacewatch à Kitt Peak) puis disparu quelques semaines plus tard après avoir parcouru une fraction de son orbite, le planétoïde 1995 SN55 est un gros centaure (peut-être plus gros que Chariclo) qui gravite autour du Soleil entre les orbites de Pluton et de Saturne. Après la perte complète de sa trace fin octobre 1995, les astronomes ont pendant longtemps été persuadés qu'ils chassaient un fantôme... jusqu'à ce que l'affaire soit classée... et de connaitre un nouveau rebondissement en 2020 ! 1995 SN55 a été en fait retrouvé lors d'un relevé Pan-STARRS 1 en juillet 2016 mais personne n'avait fait alors le parallèle avec l'objet 2014 OK394 pendant 4 ans. Jusqu'à ce que l'astronome amateur californien Sam Deen réanalyse les données et finisse par résoudre l'énigme ! https://groups.io/g/mpml/topic/1995_sn55/78619332
  22. Objectif Mars en 2021 pour les E.A.U.

    L'allumage des 6 propulseurs "delta-V" de la sonde Hope s'est bien déroulé à l'heure prévue. A l'approche de Mars, leur fonctionnement pendant 27 minutes a permis de faire chuter la vitesse de l'engin de 121 000 km/h à 18 000 km/h afin de permettre sa capture par la planète et de le placer sur une orbite elliptique temporaire de 1000 km / 49 000 km. A l'issue de ce freinage et à la capture, l'antenne de Madrid du DSN a confirmé la détection du signal de l'orbiter après qu'il ait contourné la planète (11 minutes de décalage pour que le signal parvienne jusqu'à nous après avoir parcouru plus de 190 millions de km). Hope est désormais en orbite autour de Mars !
  23. Nouvelles comètes pour 2021

    C/2021 A2 (NEOWISE) imagée par Katsumi Yoshimoto le 6.510 février TU dans un champ de 1° : astrographe Borg 77EDII f/4.3 + Canon EOS 6D (24 x 30 s). A gauche une image résultant d'une combinaison par moyenne ; à droite une autre image résultant d'une combinaison par médiane faisant mieux ressortir la petite coma bleu-vert de la comète se situant alors dans la constellation de la Licorne et remontant rapidement vers le nord (mag. voisine de 13) : Ci-dessous, C/2021 A2 (NEOWISE) estimée de magnitude visuelle 12,4 et imagée par François Kugel le 7 février à 19h19 TU : T400 f/2.8 + CCD Atik460ex (4 x 20 s) : https://lesia.obspm.fr/comets/lib/display-obs1.php?Num=22933 C/2021 A2 (NEOWISE) imagée le 8 février avec le télescope de 50 cm f/6,8 + CCD de l'observatoire italien de Sormano (S. Barni, E. Colzani) : Une autre vue de C/2021 A2 (NEOWISE) par le britannique Nick Haigh avec la comète dans un champ de 7' le 9 février montrant des détails dans la coma asymétrique (T400 + CCD ASI1600MM totalisant plus d'une heure de pose avec 610 x 10 s) :
  24. Chang'E-4 : the dark side of the moon

    Yutu-2 et Chang'e 4 ont désormais vu le Soleil se lever 27 fois dans le cratère Von Kármán. Les deux engins ont repris leurs activités les 5 et 6 février. Localisé à environ 430 mètres de son port d'attache, Yutu-2 a déjà parcouru plus de 628 mètres. Il va s'intéresser à ce petit rocher émergeant d'une vingtaine de cm de la régolithe (photos BACC/CLEP/CNSA).