Bill46

Member
  • Content count

    785
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2
  • Last Connexion

    Soon available - 50207

Everything posted by Bill46

  1. Apparemment, la récupération de nuit des 2 demi-coiffes qui protégeaient Turksat-5A dans les filets de Ms. Tree et Ms. Chief a été réalisée avec succès.
  2. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    Nouvelle tentative le 9 janvier 2021 avec de nouveaux coups de marteau de la taupe : résultat très mitigé !
  3. Actualités de Curiosity - 2013

    En vision 360° et projection circulaire polaire (Phil Stooke) :
  4. Sonde JUNO : destination Jupiter

    On ne s'en lasse jamais... Ici une vue de détail des tourbillons de l'atmosphère de Jupiter lors du périjove 16 en 2018 (NASA / SwRI / MSSS / Gerald Eichstädt / Seán Doran). Voir aussi la vidéo réalisée à l'occasion de ce périjove. J'invite les amoureux de belles images à aller consulter les galeries de Seán Doran sur Flickr : https://www.flickr.com/photos/seandoran/albums
  5. Sonde JUNO : destination Jupiter

    On se rappellera qu'initialement il était prévu que Juno se déplace sur une orbite elliptique autour de Jupiter bouclée en 14 jours, mais que suite à des ennuis avec son moteur de propulsion, il avait été décidé de rester sur une orbite de 53 jours afin de préserver la sécurité de la mission. De ce fait, les 32 périjoves qui devaient être atteints en février 2018 ne le seront qu'en 2021, au-delà de la durée nominale prévue au départ. Et à la fin de la mission en 2018, il était prévu de faire se désintégrer la sonde dans l'atmosphère de Jupiter afin d'éviter une contamination potentielle d'une de ses lunes. Mais cet inconvénient dans le temps présentait aussi un avantage en ce sens que la nouvelle orbite de 53 jours permettait, outre de permettre une moindre exposition de la sonde aux radiations nocives de Jupiter, et donc de préserver l'électronique de bord, d'envisager aussi une approche de satellites galiléens dans les années 2020... si la mission était encore active. En octobre dernier, Scott Bolton, principal investigateur de la mission Juno au Southwest Research Institute, précisait que : - la possibilité de survols des satellites découle du lent changement du plan orbital de la sonde en raison d'une perturbation par le champ gravitationnel asymétrique de Jupiter qui de ce fait déplace le point de la plus courte distance vers le Nord (ce qui favorise aussi l'observation de la zone polaire nord de Jupiter) - les survols des satellites commenceraient mi-2021 avec une première approche de Ganymède à environ 1000 km de distance, puis fin 2022 avec un passage rapide à 320 km seulement au-dessus d'Europe (seule la sonde Galileo est passée plus près, Europe qui est l'objectif de la future mission Europa Clipper de la NASA qui pourrait être lancée en 2024), et deux autres survols rapprochés de Io en 2024 à environ 1500 km - lors du survol d'Europe, la JunoCam devrait être capable de prendre des images de la surface avec une résolution de 1 à 2 km (c'est moins bien que Galileo mais personne n'est repassé par là depuis 20 ans...) et éventuellement des fameux panaches de vapeur d'eau qui émergent de geysers à la surface - pendant cette extension de la mission, Juno pourrait aussi espérer prendre des images des anneaux ténus de Jupiter. Source : https://spaceflightnow.com/2020/10/12/juno-team-planning-close-flybys-of-jupiters-moons/
  6. Non, c'est un vieux B 735 (737-500), rien à voir a priori avec les ennuis du MAX. 62 morts quand même
  7. Astéroïdes géocroiseurs / NEO

    Le prochain NEO à s'approcher de la Terre à 1,5 fois la distance Terre-Lune sera (sauf nouvelle découverte d'ici-là) l'astéroïde 2021 AX1 le 12 janvier, objet de 8 à 19 mètres découvert au Mont Lemmon le 6 janvier et qui nous croisera alors à une vitesse de l'ordre de 9 km/s. On ne l'a pas cité pour ne pas affoler les foules... mais le 3 janvier dernier 2021 AH (taille 7-15 m, détecté par le Catalina Sky Survey) nous a quant à lui frôlé à 0,13 fois la distance Terre-Lune (49 784 km, au-delà de l'orbite géostationnaire) à plus de 21 km/s, donc encore plus près que 2021 AS2... Ne craignez rien les Gaulois, le Ciel ne nous tombera pas encore sur la tête (mais il s'en faut parfois d'un cheveu...) ! Ci-après quelques traces orbitales de 2021 AH, 2021 AS2 et 2021 AX1 donnant une idée de leurs approches respectives (l'ellipse blanche représente l'orbite de la Lune) :
  8. Actualités de Curiosity - 2013

    Au tour de Damia Bouic de tomber sous le charme des "Sables de Forvie" (Sol 2991, extrait d'une vue panoramique obtenue avec la caméra MastCam) : https://www.db-prods.net/blog/2021/01/09/sands-of-forvie-sol-2991/ extraite de :
  9. Il est à signaler, puisque SpaceX est cité parmi les clients de ce vol, que la société a reçu l'aval pour embarquer une dizaine de Starlink(s) qui devraient donc pour la première fois tourner sur une orbite polaire, de quoi répondre à la demande pressante des ours polaires et autres manchots empereurs d'accéder à l'internet à haut débit dans ces régions reculées.
  10. New Horizons - Pluton, nous voilà !

    Pour revoir Arrokoth, cette séquence animée réalisée par Roman Tkachenko comprenant 230 images retraitées couvrant 13 heures d'observation par la caméra de New Horizons en approche rapide de cette planète mineure de 36 km de long, constitué de deux planétésimaux de 21 et 15 km en contact. La distance minimale du survol fut de 3538 km.
  11. On suivra avec attention sa courbe de luminosité (m1 = 4.5 + 5 log d + 12.5 log r). Des dessins de la comète lors de son passage en 1954 par le regretté britannique George Alcock (découvreur de 5 comètes, mais dont le nom restera toujours pour moi associé à la monstrueuse IRAS-Araki-Alcock de l'année 1983) :
  12. Pas de second prout, tentative avortée (problème technique ? violation de sécurité au voisinage de la zone de lancement ?). Etats des prototypes Starship au 9 janvier 2021 :
  13. Actualités de Curiosity - 2013

    Un article sympa (a priori de Jonathan Amos, correspondant scientifique à la BBC), en hommage à Curiosity qui arpente depuis bientôt 3000 sols la surface du cratère Gale : https://www.bbc.com/news/science-environment-55562150 Curiosity sous son parachute de descente imagé par la caméra HiRISE de MRO le 6 août 2012. Verrons-nous une image similaire avec la descente de Mars 2020/Perseverance ? Curiosity sur le site d'Edinburgh et la zone de Greenheugh Pediment vu par la caméra HiRISE de MRO à 266 km d'altitude (1 pixel = 25 cm).
  14. Sonde JUNO : destination Jupiter

    D'un autre côté, il ne faut pas oublier que JunoCam est une petite caméra grand angle fixe placée sur une sonde en rotation (2 tours par minute je crois), ce qui ne facilite pas la prise d'images. Elle a surtout été embarquée avec un budget a minima afin de faire participer le grand public à la mission (on voit bien que la plupart des images exposées - en accès libre sur un site dédié - et retraitées le sont plus par des amateurs que par des professionnels faisant partie de la mission Juno). Un article assez ancien (2014) qui décrit en détail la JunoCam : https://link.springer.com/article/10.1007/s11214-014-0079-x En ce qui concerne les satellites galiléens, on note ce passage : Ci-dessus : à gauche, la JunoCam et son boîtier électronique (la caméra fait 19 cm de long) ; à droite la JunoCam montée sur le flanc de la sonde, son objectif regardant dans l'axe perpendiculaire à l'axe de rotation de l'engin. Ah si on pouvait avoir des images comme ça de Io (entre autre satellite galiléen), ça serait chouette !
  15. Pendant ce temps, SN9 nous referait-il un prout ?
  16. De nuit, le retour d'une demi-coiffe sous son parachute et certes moins spectaculaire qu'un booster qui déboule de l'espace (photo SpaceX)
  17. Oui, il me semble qu'après le lancement d'Arabsat-6A en avril 2019 par une Falcon 9, les deux demi-coiffes ont été récupérées de nuit par les navires Ms. Tree et Ms. Chief équipés de filets géants. J'ai écrit une bêtise : après le lancement d'Arabsat-6A, les demi-coiffes ont effectivement été récupérées (par les navires GO Searcher et GO Navigator), mais en mer, après amerrissage. La première fois que les 2 demi-coiffes ont été récupérées dans le filet, c'est après le lancement du satellite sud-coréen ANASIS-II en juillet 2020. C'était de jour, mais de nuit cela ne doit pas être plus compliqué, d'autant que les flashes doivent se voir de loin. Avec le filet de Ms. Tree ou de Ms. Chief, c'est comme ça (ici l'une des deux demi-coiffes après le lancement d'Amos 17 en août 2019) : Et les deux demi-coiffes après le lancement d'ANASIS-II :
  18. TNO, KBO, SDO, plutinos & Co.

    Une illustration d'une partie de leur orbite (l'ellipse complète est vraiment longue) et de leur position ce jour dans le système solaire interne : on notera que 2020 QN6 a une forte inclinaison par rapport au plan de l'écliptique (comme la plupart des damocloïdes) et que 2020 YR3 circule sur une orbite rétrograde (inclinaison orbitale de 169°).
  19. Think positive! Be positive!
  20. Euh, le premier atterrissage de nuit sur la barge date de mai 2016. Déjà oublié ?
  21. Toujours dans la famille des objets exotiques, cette découverte de la magnétoile (magnetar) en rotation la plus rapide. Située à 21000 a.l. près du plan de la Voie Lactée, J1818.0-1607 (localisé en direction de la constellation du Sagittaire) est un astre type étoile à neutrons possédant un très puissant champ magnétique. Grâce aux observations de l'observatoire en orbite Chandra, on sait maintenant qu'il s'agit aussi d'un pulsar très jeune (peut-être âgé de 500 ans environ) qui effectue une rotation complète sur lui-même en 1,4 seconde. Cet objet a été découvert en mars 2020 par le télescope multispectral en orbite Swift à l'occasion d'une émission d'une bouffée de rayons X (confirmations par les satellites XMM-Newton et NuSTAR). Egalement étudiée dans le domaine des rayons X dans les semaines qui ont suivi sa découverte, mais avec une meilleure résolution, par le télescope en orbite Chandra, la source a pu être localisée avec précision et s'est avérée être ponctuelle avec une émission X diffuse l'entourant, vraisemblablement en partie due à la réflexion de rayons X sur les poussières environnantes. (Crédit : X-ray: NASA/CXC/Univ. of West Virginia/H. Blumer; Infrared (Spitzer and Wise): NASA/JPL-CalTech/Spitzer) La vue composite ci-dessus a été réalisée à partir d'images dans l'infrarouge prises avant la découverte par les télescopes en orbite Spitzer et WISE et dans le domaine des rayons X par Chandra (objet coloré en violet). Des observations également effectuées en ondes radio ont montré que la magnétoile se comportait également comme un pulsar en rotation très rapide (quatre autres cas similaires ont été à ce jour identifiés). D'après Harsha Blumer (West Virginia University) et Samar Safi-Harb (University of Manitoba au Canada) qui ont publié une étude sur le sujet, les rayons X émis par J1818.0-1607 proviennent au moins en partie de la conversion de l'énergie perdue lors du lent ralentissement de sa rotation. Les chercheurs ont également utilisé les données de Chandra, de Spitzer et du VLA pour localiser de potentiels débris laissés par l'étoile précurseur du pulsar, et ont trouvé un possible rémanent, mais à grande distance de l'actuelle magnétoile, ce qui impliquerait pour l'étoile à neutrons une vitesse réellement bien supérieure à la plus rapide déjà préalablement connue. Communiqué de l'Observatoire Chandra de la NASA : https://chandra.si.edu/photo/2021/j1818/ Article scientifique : https://arxiv.org/abs/2011.00324
  22. Et dans 6 jours, SpaceX devrait remettre ça avec le décollage d'une autre Falcon 9 et la mise en orbite programmée d'une bordée de microsatellites/nanosatellites avec la mission Transporter-1, la première d'une série de lancements "en copartage" destinés à mettre en orbite héliosynchrone des CubeSats pour différents clients (dans le cas présent : SpaceX, NanoRacks, NanoAvionics, Exolaunch, Swarm Technologies, Spaceflight, HawkEye, NASA, iQPS, Umbra Labs, Celestis, Astrocast, Tyvax Nano-Satellite Systems, US DOD, USAF, KelplarianTech, NearSpace, Space Domain Awareness, R2, LINCOLNSHIRE, inOrbit, PlanetiQ, Capella, Kepler, Astro Digital, D-Orbit, Israel defense, spaceQ, et UVSQ...). Comme on le sait, parmi les clients, deux satellites de la DARPA (les démonstrateurs "Mandrake 1" et "Mandrake 2" du programme "Blackjack") ont été accidentellement abîmés (éjectés) lors de leur mise en place dans la structure qui prend place sous la coiffe (le dispenser), le 4 janvier, ce qui va peut-être décaler la date du lancement. Pour connaître le prix et réserver votre place : https://www.spacex.com/rideshare/
  23. Jolies couleurs ma foi. L'aube se lève sur une ère nouvelle Boca Chica. Une tentative de décollage mardi prochain ?
  24. Actualités de Curiosity - 2013

    Un truc que je viens d'apprendre (on se lève ou on se couche moins bête chaque jour) : l'imageur micro/télé RMI (Remote Micro Imager co-aligné avec le laser, équipé d'un senseur CCD Atmel TH7888A de 1024 x 1024 pixels) de ChemCam est un héritage de la caméra CIVA (Comet Infrared and Visible Analyser) qui était montée sur l'atterrisseur Philae de la mission Rosetta vers la comète 67P "Chury". Ce serait en fait l'une des unités de rechange fabriquées pour le système CIVA de 7 caméras miniaturisées de Philae. Et 4 autres de ces micro-caméras avaient été montées sur la mission Phobos-Grunt (aujourd'hui à l'eau). Je m'excuse par avance si quelqu'un l'avait déjà écrit, j'avais pô lu. Zoom sur une colline avec RMI, sol 2495 (Thomas Appéré) :