spectrahm

Member
  • Content count

    35
  • Joined

  • Last visited

  • Country

    France

Community Reputation

17 Neutral

About spectrahm

  • Rank
    Inactive member
  1. Qu'entends-tu par puissant ? Une puissance quantifie une énergie (eV, Kelvins...) ou un flux (énergie par surface) sur une durée. Le terme adéquat serait performant, mais là aussi, dans quel sens ? En terme de pouvoir séparateur ? Non, le VLBA ou l'EHT font mieux. En capacités ? Non, Arecibo possède un radar planétaire, unique au monde, permettant de faire de la tomographie Doppler des corps du système solaire. En aire efficace ? Arecibo possède un miroir primaire de 300m de diamètre, le GBT est la plus grande structure mobile au monde, LOFAR possède plus de 8000 antennes donc non. ALMA est de plus un interféromètre, les antennes sont mobiles et l'instrument est disponible, selon l'éloignement des lignes de base, en configuration sensible ("lumineuse") ou résolvante, évidemment l'un ou l'autre donc jamais les deux à la fois. Je comprends bien sûr ce que ce journaliste a voulu dire, mais il galvaude et sensationnalisme un terme et cela peut engendrer des confusions ou des raccourcis dans certains esprits. Lorsqu'on lit leurs articles, le LSST est immédiatement affublé de "plus puissant," pareil pour le VLT, GAIA , Arecibo et pratiquement tous les instruments spécialisés au monde, et ça n'a aucun sens donc aucune valeur.
  2. Ca veut dire quoi ? Ah, les journalistes...
  3. Bonjour, je me sépare de mon spectrographe Alpy 600 et de son module de guidage. Je le fournis avec une ampoule d'étalonnage Ne-Ar et sa liste de raies calibrées. Le module de guidage est fourni avec une bague d'adaptation C->T2.
  4. MESSENGER arrive aux abords de Mercure

    Tiens, je croyais que Mercure était justement le noyau solidifié d'une ancienne planète, dont le manteau aurait été soufflé par un impacteur aux débuts du système solaire.
  5. Heure d’ete ou heure d’hiver

    Il me semble que : - les personnes plus agées (50 ans et plus) - les artisans, ouvriers BTP et agriculteurs - les personnes vivant en milieu rural - les astronomes amateurs Favorisent l'heure d'hiver. Les autres semblent préférer l'heure d'été. Je pense qu'un seul vote par IP sera pris en compte. Et je pense aussi que ce sondage n'est qu'une bonne figure, l'heure d'hiver est déjà décidée au sommet. On le voit à la façon dont la question est influencée en faveur de l'heure d'hiver, préférence personnelle d'Emmanuel Macron au demeurant.
  6. Heure d’ete ou heure d’hiver

    Merci pour le lien. Heure d'été pour moi pour respecter mon horloge biologique. Mais d'un point de vue égoïstement astronomique, UTC-3 serait très bien !
  7. Reflecteurs longue focale

    C'est certain. Les CMOS qui inondent le marché amateur sont liés l'essor des smartphones et de leurs optiques f/D 1.5 ~ 2, qui nécessitent des pixels minuscules. Ils sont produits massivement, sont donc peu chers, et c'est la principale raison pour laquelle on se retrouve avec des petits pixels sur les bras... et qu'il faut donc aujourd'hui des optiques très ouvertes pour ne pas massivement sur-échantillonner (imagine une ASI 290 à f/D 20). Les CCD professionnels sont conçus sur mesure, la taille des pixels n'a donc rien à voir, généralement entre 30 et 100µm. Sony a annoncé pour l'année prochaine des pixels plus gros comme le préfigure l'ASI294MC. Nous aurons peut être 7 ou 9µm comme du temps des ST10, ce sera une avancée notable en CMOS notamment pour ceux qui font de la spectroscopie. Mais parviendront-ils à rentabiliser ces capteurs, nul ne le sait, car le marché de l'astro est infime par rapport à celui des smartphones et DSLR. Evidemment, le CMOS a aussi ses avantages en bruit de lecture, et les petits pixels, si on suréchantillonne suffisamment, permettent de gagner en S/B par filtrage gaussien. Enfin, ceci est un autre débat. Je me disais aussi que travailler à un f/D plus élevé à un avantage énorme pour les pros : la taille des instruments, notamment celle des doublets collimateur dont la surface utile est réduite (les bords présentent du chromatisme). Dans un instrument un peu complexe type MUSE ou STIS, on gagne vite en masse et en volume en augmentant le rapport f/D. Dans le spatial où l'on n'est pas gêné par le seing, c'est crucial.
  8. Reflecteurs longue focale

    Lorsque l'on s'intéresse à l'instrumentation pro, on constate que les rapports f/D sont généralement assez longs, typiquement autour de 12 à 15 (TBL, VLT), voire 20 ou 25 (JWST, HST) dans le spatial où le seing n'est pas un souci. A La Silla, je crois me souvenir que le 3.5m était à f/D 35 à ses débuts. Certes, les besoins ne sont pas les mêmes mais je me demandais ce qui motive ce type de rapport. J'imagine qu'il s'agit d'optimiser le flux de la cible (étoile ou galaxie) afin d'alimenter un spectrographe, aussi qu'un rapport f/D plus élevé permet un meilleur rapport S/B et un binning plus élevé. Chez les pros, l'usage type est ce que l'on appelle chez nous "planétaire", seuls les instruments de survey sont conçus avec un rapport court. Et encore, même là il y a des exceptions, il me semble que Gaia utilise 2 optiques à f/D 40 par exemple, pour des travaux pourtant photométrique et astrométrique où les amateurs favoriseraient des rapports courts.
  9. L'univers est-il "homogène"?

    C'est le cas, la distribution de la matière à grande échelle est homogène. Quelques nuances : - La matière noire tend à former des filaments, et la matière baryonique à se concentrer aux croisements de ces filaments, mais leur distribution est elle-même homogène. - A moyenne échelle, on trouve des vides et des grumeaux, pas encore très bien expliqués (probablement en lien avec les anisotropies observées dans le fond diffus). Eh non, il n'y a pas de "centre" dans l'univers, il se dilate dans lui-même, un peu comme une fonction itérative. Un peu seulement, car l'univers n'est pas non plus une fractale. Le problème est très simple, tu essayes de visualiser le Big Bang de l'extérieur, or l'extérieur n'existe pas. Le temps et l'espace n'existent qu'à "l'intérieur."
  10. Orion cassegrain "classique"

    Merci Lyl, très instructif. Pour résumer, à diamètre équivalent, le SC permet donc un tube plus compact, un f/D plus court et une meilleure qualité d'image qu'un Cassegrain classique. La concurrence avec les Cassegrains purs se fait donc plutôt avec les MCT effectivement, orienté planétaire. Les SCT et RC sont plus polyvalents.
  11. Orion cassegrain "classique"

    A ce propos, je suis un peu béotien concernant les formules optiques et je n'ai jamais trop compris quel était l'avantage du SC par rapport au Cassegrain conventionnel. Certes, on se simplifie la vie avec un primaire sphérique, mais pour ensuite se la compliquer avec une lame de Schmidt. Au final, pourquoi cette formule est-elle devenue si populaire par rapport au Cassegrain pur ? Tube fermé ?
  12. C'est essentiellement juste une reprise du programme du NPA : populisme et soviet suprême. Franchement rien de nouveau.
  13. Je vais suivre ce fil. Merci Dolguldur pour ces efforts, espérons que l'ANCPEN pourra raisonner tant l'entreprise que les décideurs. Il nous faut une norme pour l'éclairage nocturne. Normaliser la puissance recommandée, la puissance maximale, et restreindre l'émission dans les longueurs d'ondes les plus nocives pour l'environnement. C'est parfois ce genre de débordements qui peut pousser à légiférer. Oui, c'est regrettable, mais clairement lorsque l'inconscience et les intérêts économiques vont à l'encontre de l'environnement, il ne reste plus que le levier légal.
  14. Là c'est grave. D'autant plus grave que les commerciaux de cette entreprise sont à l'oeuvre et qu'l ne faudra pas longtemps pour que bien d'autres municipalités emboîtent le pas. Il faut remonter l'information à l'ANPCEN et voir comment agir au niveau légal, car effectivement il n'y a plus le levier économique. Seule l'éducation serait efficace, hors clairement les décideurs ne sont pas informés sur les conséquences environnementales de leur choix.
  15. La fin de l'heure d'été?

    En tout cas, je sens bien parti que les astronomes amateurs (et visiblement, les agriculteurs) demandent le UTC-3. Au 21 juin, coucher du soleil à 16h, minuit à 21h, et lever du soleil à 1h au moment d'aller au lit. Parfait pour observer ! Bon, pour les autres par contre...