Jazzmania24

Member
  • Content count

    61
  • Joined

  • Last visited

    Never

Community Reputation

0 Neutral

About Jazzmania24

  • Rank
    Member
  1. appareils numériques

    Bon les gars, y a des boutiques sur Paris où c'est encore moins cher que chez nomatica! Y z'y font des promos sur le Nikon coolpix 995, enfin s'y faisait! J'espère qu'il en reste quelques uns! Sinon on peut toujours se rabattre sur autre chose... Mardi vers 17H00 je pourrai vous envoyer les adresses, j'ai pas la doc avec moi, suis pas chez moi ce soir, A+ Jazzmania24
  2. reel difference verre pyrex

    Il est évident qu'en optique théorique pure que le miroir soit en pyrex ou en verre et si la précision de taille est identique l'on doit obtenir les mêmes images mais la vérité est malheureusement bien différente. En effet l'avantage du pyrex par rapport au verre ne se situe pas uniquement sur la latence de mise à température mais surtout à un niveau de stabilité structurelle engendré par cette dernière et également par d'autres paramètres qui la font varier comme la compression et... la pesanteur sous son propre poids (surtout pour les optiques de grands diamètres!). En résumé les images issues d'optiques en pyrex ou en zérodur sont généralement plus stables, c'est surtout remarquable lors des froides nuits d'hiver lorsque le ciel permet une très grande transparence et que la turbulence est quasi nulle. Le seul inconvénient (à mon avis) outre un prix tout de même plus élevé réside dans la taille d'un miroir en pyrex ou en zérodur, la surface est nettement plus dure et le travail d'ébauche sera beaucoup plus long, ensuite bien qu'étant structurellement plus stable (au niveau atomique) ces matériaux peuvent réserver des surprises lors de chocs au cours de la taille (éclat). Voilà tout ce que je peux dire à ce sujet, si quelqu'un a quelque chose à ajouter c'est un sujet qui m'intéresse également. Cordialement Jazzmania24
  3. Développement des photos

    On peut aussi faire du noir et blanc! Si si ça existe encore, ce week-end j'ai encore fait 6 bobines avec mon vieux Lica, si si Leica ça existe toujours aussi, viennent même de sortir le M7 et un numérique, sont fous à Weltzar!! Pour la couleur je sais qu'il y a des trucs, je pause la question à mon chef de Labo et je vous en recause les gars, A+ Jazzmania24
  4. Tailler un miroir

    J'ai eu la chance de pouvoir tailler plusieurs miroirs et ainsi j'ai pu découvrir les affres auxquelles on peut être confronté. C'est effectivement un grand plaisir de pouvoir réaliser son miroir mais c'est également une source de soucis. J'ai réalisé mon premier miroir en 1975 lors d'un stage d'astronomie organisé par le Palais de la découverte à la Courtine. C'est ainsi que j'ai mis la main à la pâte si je peux dire. Il s'agissait d'un 260 en verre ordinaire relativement fin, 30mm d'épaisseur. Le stage durait 3 semaines, la nuit observations et photos et le jour atelier d'optique. Nous étions plusieurs à travailler sur le miroir et nous bénéficions d'un bon encadrement technique. L'optique n'a pas été très réussie mais le but était surtout pédagogique. Ensuite en 1977 je me suis décidé à construire mon premier miroir, un 160, il a donné de bons résultats mais était loin d'être parfait. L'année suivante je me suis lancé dans la réalisation d'un 210 à f/d 7 en pyrex, après de grosses difficultés pour la parabolisation (il a fallu la refaire 3 fois) il a été installé dans le tube et oh merveille le résultat était là! D'ailleurs je crois que le telescope existe toujours, je l'avais cédé en 1982 à un ami et il y a deux ans il était à vendre, je ne sais pas qui l'utilise actuellement mais c'était vraiment un superbe instrument, tout était surdimentionné pour pouvoir ensuite accueillir un 254mm. En 1979 j'ai réalisé un 200 à f/d 6, à lambda/29! Là aussi j'ai eu de gros soucis pour la parabolisation, le miroir était en Duran 50, j'espérai que c'était moins dur que le pyrex mais non, en plus c'est un verre très cassant, j'ai même fait un éclat sur la tranche lors d'une mauvaise manipulation au cours d'une séchée en heurtant l'outil. J'ai contacté Mosser qui m'avait vendu les disques, il m'a dit que ça n'avait pas une grande importance, d'ailleurs j'ai réussi à camouffler l'éclat dans l'épasseur du chanfrain! Je me suis servi de cet instrument jusqu'à fin 1985, date à laquelle je suis parti vivre dans le Pacifique sud-ouest. Je ne sais pas ce qu'il est devenu depuis. En 1978 j'ai également participé à la réalisation d'un miroir de 400mm d'un ami, on était pas trop de deux pour déplacer la bête! Je pense que 400mm est la limite maxi si l'on n'est pas équipé pour déplacer les miroirs, je ne sais pas comment procède les gens qui taillent de grands diamètres seuls, ils doivent avoir des systèmes pour déplacer miroirs et outils car dans ces diamètres on arrive vite à quelques dizaines de kilos!! Tous mes disques et les abrasifs ont été achetés à l'époque chez Mosser, c'était le grand spécialiste en la matière, il est malheureusement décédé depuis. Les aluminures ont été effectuées chez MTO, je ne sais pas si actuellement MTO existe toujours, je pourrai rechercher leurs coordonnées dans mes archives. La taille et la parabolisation on été effectuées en suivant les instructions fournies par TEXEREAU (cf. La construction du télescope d'amateur 2nd édition). Je pense m'y remettre un jour dès que j'aurai du temps et de la place, j'ai un projet concernant un 300mm ouvert à fd/4 ou 5. Peut-être dans un an ou deux. Par contre pour ce futur instrument il est possible que je fasse appel à une monture du commerce (mais c'est cher!) car j'ai eu trop de problèmes avec mes montures précédentes. Je confirm que la mécanique reste la partie la plus délicate dans la réalisation d'un télscope, n'est pas mécanicien qui veut! Cordialement Jazzmania24
  5. Nettoyage de printemps! Questions......

    Pour les occulaires je respecte le même principe de mise en température que pour l'instrument, tant en amont qu'en aval. Pour leur nettoyage de l'alcool à 70° et un mouchoir en coton très doux uniquement réservé à cet effet (régulièrement lavé à part et rangé dans une pochette en papier uniquement réservée à cet effet également. Je me suis déjà essayé à des nettoyages plus approfondis sur de vieux occulaires (qui ne risquaient pas grand chose), des Huygens. Je les ai complètement démonté et nettoyé chaque lentille ainsi que l'intérieur des tubes. Le remontage s'est effectué sans problème, j'ai juste remarqué qu'ils donnaient une meilleure image après! J'en ai même profité pour ajouter un réticule sur l'un d'entre eux! Pour des occulaires plus sophistiqués je n'ai pas encore tenté le coup. Jazzmania24
  6. Appel à Astronomie magazine ...

    Je suis du même avis que Bruno S, développer un tel sujet à travers les numéros d'Astronomie Magazine est vraiment une riche idée. Je tiens à préciser que la réalisation d'un tel recueil a déjà été faite il y a maintenant plus de quarante ans! Il s'agit du fameux ouvrage "La Revue des Constellations" qui représente la somme de tous les articles sur le sujet parus dans la revue de la SAF "L'Astronomie" à la fin des années 50! L'ouvrage eu un tel succès en son temps qu'il fut vite épuisé. Une réédition a eu lieu en 1982, elle même épuisée! J'ai la chance de posséder cet ouvrage (la réédition de 1982) et il ne me quitte jamais au cours de mes observations. A partir des cartes fournies avec le livre, je me suis confectionné un Atlas sous pochettes transparentes avec toutes les cartes des constellations photocopiées sur Bristol et ramenées au format A4. Très pratique pour mes nuits d'observations. Ce livre est une source inépuisable de conseils et donne tous les aspects visuels d'une foule d'objets (Objet Messier, NGC, étoiles doubles, variable etc.) vu au travers d'instruments divers allant de la simple paire de jumelles au Télescope de 300mm! Avec les commentaires de nombreux observateurs situés sous des cieux différents! Un vrai plaisir, même de nombreuses années après, de travailler avec! Oui ce serai une riche idée d'éditer un tel ouvrage aujourd'hui en exploitant les perfomances des optiques disponibles sur le marché pour la partie compte-rendus d'observation! Concernant les cartes, celles d'Astronomie Magazine peuvent être une bonne base de départ... Jazzmania24
  7. Monture EQ3-2

    Pour Vincent et les autres, Là Vincent je suis entièrement d'accord avec tout ce que tu as écris sur les montures allemandes dans ton dernier post. Surtout lorsque tu te demandes si les constructeurs ne le font pas exprès! Enfin tout le monde n'a pas un atelier de mécanique de précision dans son garage et la plupart d'entre nous doivent faire avec. Je voudrai simplement ajouter qu'il y a une trentaine d'années (je sais c'est la préhistoire pour certains) FULLERSCOPE commercialisait une excellente monture allemande qui répondait globalement aux critères que tu viens d'énumérer, et si ma mémoire est bonne elle était équipée de contrepoids conniques! Pas que pour faire joli évidemment. Quelqu'un aurait-t-il encore de la doc sur ces montures? Cordialement Jazzmania24
  8. Monture EQ3-2

    Très intéressant ce sujet, on y apprend bien des choses. Vincent a fait de la mécanique des forces ça se voit, la preuve que des sujets même aussi hermétique trouve une application un jour ou l'autre. Je tiens à confirmer tout ses dires et les charges "utiles" données par les constructeur ne sont à prendre qu'à titre d'indication. Je préciserai même qu'elles sont très souvent fantaisistes et la plupart du temps largement surévaluée! Un bon conseil pour les utilisateurs (et cela risque malheureusement de faire du mal à leur porte monaie), c'est d'utiliser systématiquement un modèle de monture de la gamme supérieure à celle préconisée. La règle qu'il faudrait suivre serai de se limiter au deux tiers et si l'on peut même à la moitié de la charge maxi annoncée. En effet comme l'a très bien expliqué Vincent il est impossible à l'utilisateur d'apréhender la position du centre de gravité du système. La seule solution pour obtenir le meilleur confort consiste autant que faire se peut à réduire les portes-à-faux, et dans le cas d'une monture allemande il est impossible de les annuler complètement. En outre il faut absolument éviter de créer de "moments" trops important. Si l'on respecte toutes ces règles on se rend compte que les temps d'amortissement du tube diminuent et dans certaines positions des contraintes sur l'axe horaire pouvant même dans certains cas perturber l'entrainement motorisé (cas des moteurs à faible couple)disparaissent. L'utilisation des montures allemandes relève parfois du vrai casse tête et comme dans bien des domaines quelques petites astuces permettent de rendre la vie bien plus agréable. Concernant de l'ajout de matériel photographique en parallèle sur l'instrument avec ce type de monture, il faut avoir à l'esprit que ce type d'action va entrainer une déviation du centre de gravité. Centre de gravité qui lui même va se déplacer au cours de la pose photographique. Afin de compenser ce problème j'ai utilisé une solution qui bien qu'imparfaite à au moins le mérite d'exister. a) Placer l'appareil photographique et son objectif à l'extrémité du tube recevant le contre poids (si possible équilibrer également l'ensemble boitier/objectif). Ceci peut entrainer le changement de ce tube pour un modèle de section plus large donc plus rigide afin d'éviter la transmission de vibration. b) Utiliser un nouveau contre poids plus léger que l'on fera glisser sur le tube pour obtenir l'équilibre du système. c) Lorsque l'on retire l'appareil photo et son objetif le remplacer par un contrepoid de masse équivalente, ce qui permet de conserver les réglages. Ce système à des limites liée au poids du matériel photo rapporté à celui du contrepoids mais à l'avantage pouvoir travailler avec un instrument présentant sensiblement toujours le même équilibre. Pour conclure il faut admettre que les tubes cours, outre le fait qu'il constituent ceux de la plupart des lunettes Apo (donc en principe très bonnes) présentent un énorme avantage : ils contribuent pour une grande part à réduire les porte-à-faux! Cordialement Jazzmania24
  9. AStronomie Magazine

    Dans tout ce qui a pu être dit plus haut il y a des choses vraies et d'autres qui le sont moins, enfin tout est une affaire de sensibilité. Pour ma part j'estime que dans notre beau pays de France il n'existe pas beaucoup de revues astro et qu'il ne faut pas trop faire la fine bouche sur le contenu de certains articles même si parfois leurs auteurs s'égarent sur des chemins où seuls eux-mêmes ne sont pas perdus... Bien sûr il y a bien des choses à dire sur la qualité de certains articles où sur leur réel intéret pour le monde de l'astronomie amateur, mais il faut toujours avoir présent à l'esprit que ces revues toutes thématiques qu'elles veulent bien être doivent toucher un public le plus vaste possible! Donc marketing oblige ratissons, ratissons... Dans ce domaine, comme dans beaucoup d'autres du reste, c'est au lecteur de savoir trier. Pour ma part j'avoue ne pas trouver toujours ce que je cherche au travers des pages que je lis, surtout dans Ciel et Espace qui a un peu perdu son âme... Trouver la bonne recette ou le bon équilibre entre les genres est toujours difficile mais j'estime qu'il serait bon que les rédactions de ces tirages s'informent davantage auprès de leur lecteurs des attentes et des intérêts réels. Il reste de la place pour une revue capable de trouver le juste milieu et sachant toucher toutes les sensibilités. Pour ce faire elle se doit d'être libre, surtout vis à vis des fabricants de matériel comme des négociants. Si d'aventure l'expérience tente queques personnes lisant mes modestes propos, je leur conseil de s'inspirer d'une réussite exemplaire en la matière dans le domaine de la photo, il s'agit de Chasseur d'Images qui lancée il y a plus de 25 ans par une petite équipe de passionnés sur qui personne n'aurait parié un kopek et qui est devenue la plus importante revue européenne dans ce domaine et qui n'a jamais cédé au champ des sirènes. Alors un jour peut-être...
  10. Toujours aussi doué avec le net, voici l'adresse principale! http://www.kievusa.com/ Pour tout ceux que ça peut intéresser... Jazzmania24
  11. Et pour tous les astro-photographes, en herbe ou pas, ou même les photographes tout court qui au moins une fois dans leur vie ou au cours d'une nuit ont rêvé d'un moyen format, voilà un site à ne pas manquer : http://www.kievusa.com/specialty.html C'est pas du Blad, enfin ça y ressemble beaucoup, beaucoup même sauf côté tarif! Jazzmania24
  12. Le verre

    Pour Fabrice, tu as raison, en généralisant, tout est transparent (sauf les questions liées aux téléobjectif... non je plaisante là! lol!) En fait si ma mémoire est bonne c'est une question de niveau d'énergie au niveau atomique (ça concerne les électrons je crois, boudieu que c'est loin tout ça...) Si je retrouve un truc la dessus j'en reparlerai. Je crois que des recherches avaient été menées pour obtenir des verres à transparence variable, je ne sais pas si cela a donné quelque chose! Au fait Fabrice très bien le site de l'IGN. Je vais tâcher de te donner quelques explications sur la raison qui m'a poussée à faire abstraction des marées pour tout ce qui concerne la définition du géoïde, donc rendez-vous sur le sujet "hauteur de la mer" dés que j'ai un peu de temps, en attendant sur le site IGN, va faire un tour dans dans GEODESIE à GLOSSAIRE DE LA GEODESIE, ils donnent la définition de l'altitude, intéressant! Cordialement Jazzmania24
  13. Oui Fabrice bien sûr! Mais lunette sans barlow = aussi téléobjectifet Lunette + barlow = téléobjectif + doubleurLa photo au foyer de l'un ou de l'autre, c'est toujours de la photo au foyer! Cordialement Jazzmania24
  14. hauteur de la mer

    Je vais essayer de me rappeler quelques notions concernant les géoïdes terrestres. Ca devrait vous éclairer un peu, enfin j'espère! La terre comme vous le savez n'est pas une sphère mais un patatoïde aplatit aux pôles et qui présente de nombreuses bosses, donc pas facile avec ça de déterminer des valeurs d'altitudes et encore moins de déterminer une valeur correspondant à un niveau zéro. Pour nous aider, dans leur grande bonté les géographes de toutes les époques se sont évertués à trouver des systèmes permettant de résoudre ce problème. Pour ce faire ils ont élaboré des algorithmes de calculs à partir d'élipsoïdes de révolutions dans le but de déterminer un Géoïde (c'est à dire une surface moyenne de la terre dite "surface normale", valable en tout lieu et donnant pour chaque point du dit géoïde (verticale d'un lieu) une valeur coïncidant avec le niveau moyen de la mer (sans prendre en compte les phénomènes de marée). Actuellement le système le plus utilisé est le WGS84, il sert pour la plupart des cartes et au positionnement GPS, mais il en existe d'autres, notamment pour les régions proches des pôles. On peut citer pour mémoire les élipsoïdes de Clark 1880, de Lambert et l'ED50 ou le WGS72, en vérité il en existe plus d'une centaine. Vous trouverez les références du système employé sur le cartouche de toutes les cartes élaborées de manières sérieuses avec les valeurs de déclinaison magnétique. Voilà, j'espère que vous avez compris quelque chose, c'était pas simple car je n'ai plus mes cours sous la main. Mais vous pouvez trouver, je pense auprès de l'IGN, toute la documentation idoine! Cordialement Jazzmania24 PS : A Marseille on trouve bien un point de référence d'altitude zéro mais qui n'a rien à voir avec les marées en mer Méditerranée!
  15. Jéjé, on ne t'oublie pas malgré toutes ces pérégrinations mais tu ne dis pas ce que tu as comme matériel photo. Pour moi n'importe quel appareil reflex, même ancien fait l'affaire à condition qu'il ne soit pas automatique non débrayable. Il te faut un déclencheur souple et un trépied stable avec une tête orientable 3D si tu veux expérimenter la technique décrite précédemment. Tu peux également t'amuser à faire des prises de vues d'ensemble en utilisant l'appareil sur pied avec son objectif. Pour le calcul du temps de pose tu peux procéder en utilisant la formule suivante, elle donne de manière approximative les temps de pose maxi que tu peux utiliser sans entraînement équatorial (par une nuit sans lune et à l'abri des lumières parasites) : 60/focale de l'objectif en cm soit à titre indicatif pour les focales suivantes : 28mm : 60/2,8 = 21 secondes 35mm : 60/3,5 = 17 secondes 50mm : 60/5 = 12 secondes 85mm : 60/8,5 = 7 secondes 100mm : 60/10 = 6 secondes 135mm : 60/13,5 = 4 secondes 180mm : 60/18 = 3 secondesTu prendras soin de règler l'objectif sur sa plus grande ouverture de diaphragme et la mise au point à l'infini. Se méfier des zooms ou de certains objectifs utilisant des lentilles à faible dispersion ainsi que des montages intégrant un doubleur, la valeur réelle de l'infini peut ne pas correspondre avec le repère gradué! Un petit truc pour finir, sort l'appareil au moins 20 min avant de commencer la prise de vue pour une mise en température et remplaces le pare-soleil par un buvard tenu par un élastique, ainsi tu éviteras la buée sur la lentille frontale. Fais gaffe quand même avec ce pare-soleil en buvard qu'il ne déborde pas trop pour éviter le vignétage! Utilise de préférence des films 400, voire 800 ISO, c'est très bon en négatif, en inversible limite toi à 400 ISO. Tu peux aussi utiliser du noir et blanc 400 ISO. Si tu respecte tous ces conseils, tu devrais pouvoir avec un 35mm ou un 50mm obtenir de bonnes vues de constellations dans leur ensemble (du moins les étoiles principales bien sûr!). Bonne photos et à bientôt Jazzmania24