jackbauer 2

Member
  • Content count

    5744
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Country

    France

Everything posted by jackbauer 2

  1. « A quoi sert d’envoyer des hommes dans l’espace ?« une question récurente, à laquelle on peut apporter au moins une réponse : le prestige ! https://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2018/08/15/inde-modi-annonce-le-lancement-d-une-mission-habitee-dans-l-espace-en-2022_5342606_3216.html Inde : Modi annonce le lancement d’une mission habitée dans l’espace en 2022 Dans son discours à la nation, le premier ministre a déclaré vouloir faire de l’Inde le quatrième pays à réaliser une telle mission, après la Russie, la Chine et les Etats-Unis « L’Inde enverra dans l’espace un homme ou une femme en 2022, et avant cela si possible », a déclaré, mercredi 15 août, le premier ministre indien, Narendra Modi, dans un discours fleuve au Fort rouge de New Delhi, à l’occasion du jour de l’indépendance nationale. Le premier ministre conservateur a précisé que son pays serait le quatrième – après la Russie, les Etats-Unis et la Chine – à réaliser cet exploit scientifique et technologique seul. La mission prendra le nom de « Gaganyaan » et devrait aboutir à l’occasion des 75 ans de l’indépendance indienne de la colonisation britannique – les astronautes à bord seront tenus d’emmener avec eux le drapeau tricolore indien, a déclaré M. Modi lors de son discours
  2. Après des années de retard, SpaceX est enfin sur le point de lancer sa fusée géante Falcon H (constituée par 3 premier étage de Falcon 9) Le tir est prévu pour janvier depuis le cap Kennedy E. Musk avait annoncé, dans l'incrédulité quasi générale que la charge utile serait constituée par une automobile Tesla, marque qu'il a créé et dont il espère qu'elle révolutionnera le secteur du véhicule électrique. Les photos qu'il vient de mettre en ligne ne laissent plus de place au doute : oui il a bien l'intention de lancer une voiture dans l'espace lointain, sur une "orbite martienne elliptique" (!?) J'aime.
  3. ExoMars Rover (ESA) 2020

    http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/ExoMars/Oxia_Planum_favoured_for_ExoMars_surface_mission Un groupe de travail a recommandé Oxia Planum comme site pour ExoMars Rover qui sera lancé en 2020. La confirmation est attendue pour mi-2019 L’autre site concurrent était Mawrth Vallis.   Extrait : «Avec ExoMars, nous sommes à la recherche de biosignatures. Alors que les deux sites offrent des possibilités scientifiques intéressantes d’exploration d’anciens environnements riches en eau qui auraient pu être colonisés par des micro-organismes, Oxia Planum a obtenu la majorité des voix », explique Jorge Vago, scientifique du projet ExoMars 2020 de l’ESA. «Un gros travail a été fait pour caractériser les sites proposés, démontrant qu'ils répondent aux exigences scientifiques pour les objectifs de la mission ExoMars. Mawrth Vallis est un site scientifiquement unique, mais Oxia Planum offre une marge de sécurité supplémentaire pour l’entrée, la descente et l’atterrissage, ainsi que pour traverser le terrain afin d’atteindre les sites scientifiquement intéressants identifiés en orbite. » Photo haute résolution de MRO du site Oxia Planum :
  4. Annonces faites au 219th AAS meeting à Austin, Texas : Kepler-34b et Kepler-35b sont deux planètes circumbinaires (des mondes à deux soleils), géantes gazeuses et orbitent chacune un couple stellaire comme Kepler-16b Une situation qui s'avère très banale, c'est maintenant prouvé, grâce au satellite américain : KOI-961 : un système de 3 planètes, avec respectivement 0.57, 0.73 et 0.78 rayons terrestres !! L’étoile est une naine rouge, avec un diamètre seulement 70 % plus gros que celui de Jupiter !! [URL=http://keckobservatory.org/news_preview/a_sprinkling_of_earth-sized_exoplanets/]http://keckobservatory.org/news_preview/a_sprinkling_of_earth-sized_exoplanets/ On s’en doutait depuis longtemps, mais les astronomes ont maintenant de fortes présomptions que les planètes sont plus nombreuses que les étoiles dans notre galaxie. http://www.eso.org/public/france/news/eso1204/ Intro :« Une équipe internationale à laquelle participent trois astronomes de l’Observatoire Européen Austral (ESO), a utilisé la technique des microlentilles gravitationnelles afin d’évaluer si les planètes sont des objets courants dans la Voie Lactée. Après une étude de six ans consacrée à l’observation de millions d’étoiles, cette équipe a conclu que les planètes en orbites autour des étoiles étaient la règle et non l’exception. Le résultat de cette étude sera publié dans la revue Nature du 12 janvier 2012. » [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 12-01-2012).]
  5. https://www.cieletespace.fr/actualites/trump-donne-un-budget-et-un-nom-au-programme-lunaire-americain Début de l'article : Les États-Unis ont donné un nom à leur programme de retour sur la Lune : Artémis. Simultanément, le président Trump a annoncé vouloir allouer une rallonge budgétaire de 1,6 milliard de dollars à la Nasa pour qu’elle parvienne à envoyer des astronautes sur la Lune avant la fin de 2024. C’est par un tweet de Donald Trump, le 13 mai en fin de journée, que les États-Unis et le reste du monde ont appris que la Nasa pourrait disposer de 1,6 milliard de plus que prévu en 2020. Et cela, pour qu’elle parvienne à tenir l’engagement pris par le vice-président Mike Pence le 26 mars 2019 d’envoyer des astronautes sur la Lune avant la fin de 2024. Cet amendement au budget, qui ferait passer l’enveloppe globale de la Nasa pour 2020 de 21 à 22,6 milliards de dollars, devra toutefois être approuvé par le Congrès. (…) Dans la mythologie grecque, Artémis était la sœur jumelle d’Apollon… Or, il y a cinquante ans, le programme qui a permis à douze Américains de marcher sur la Lune à partir de 1969 se nommait Apollo.
  6. La Chine poursuit son programme d’exploration lunaire. On se souvient qu’en décembre 2013 la mission Chang’E-3 avait débarqué sur la surface de notre satellite un petit rover (Yutu : lapin de jade) Cette année va voir une mission plus ambitieuse encore, puisqu’il s’agira cette fois de déposer un rover sur la face cachée de la lune, une Première mondiale ! Le mission Chang’E-4 nécessite deux lancements, le premier devant s’effectuer demain lundi 21 mai : 1/ Un satellite relais dénommé Queqiao, qui sera lancé par une fusée Longue Marche 4C depuis la base de Xichang. D’une masse de 425 kg, il mettra 8 à 9 jours pour rejoindre le point L2 du système Terre-Lune, à 450.000 km de la Terre et 40.000 km de la surface de la lune. Cette position lui permettra de transmettre les données entre la Chine et le rover . Mais sa mission ne s’arrête pas là puisqu’il embarque deux instrument scientifiques : * NCLE (Netherlands Chinese Low-Frequency Explorer) conçu en partenariat avec les Pays-Bas : un instrument novateur en radio astronomie https://www.astron.nl/dutch-radio-antenna-depart-moon-chinese-mission-0 « With the instrument, astronomers want to measure radio waves originating from the period directly after the Big Bang, when the first stars and galaxies were formed… » * Laser-corner reflector mesurera la distance entre la Terre et Quiqiao Ce n’est pas tout : comme pour InSight qui va vers Mars, Quiqiao sera accompagné de deux micro-satellites de 45 kg, Longjian-1 et 2 http://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/2018/0519-change-4-relay-satellite.html « These two microsatellites are planned to fly in a tandem 300-by-3000-kilometer orbit around the Moon and carry out ultra-long-wave astronomical interferometry as well as radio-related test measurements. One of the microsatellites will also carry a micro optical camera developed by Saudi Arabia » 2/ Le lander et le rover (identiques à la mission précédente Chang’E-3) seront lancés en fin d’année (probablement décembre). Le site choisi est celui du cratère Von Karman au pôle sud (bassin Aitken) https://en.wikipedia.org/wiki/Chang'e_4 On a le temps d’en reparler… Espérons que la mission soit un succès et que les chinois fassent pas mal de com (ils en avaient fait un peu pour Yutu). En attendant en peut réécouter « The dark side of the moon » de Pink Floyd en admirant la superbe photo du couple Terre-Lune prise par Chang’E-5 T1 en 2014 N.B : Chang’E désigne la déesse de la Lune dans la mythologie chinoise
  7. Les aficionados de l’exploration du système solaire se souviennent forcement de la mission japonaise Hayabusa (2003-2010) qui a exploré l’astéroïde Itokawa. Une aventure spectaculaire, émaillée d’incidents, de retournements de situation et finalement victorieuse puisque la sonde est parvenue à ramener quelques microscopiques poussières d’Itokawa sur Terre. Encouragée par ce succès, forte de l’expérience acquise, la JAXA a décidé de remettre ça avec une nouvelle sonde, version plus performante de la précédente. Hayabusa 2 («Faucon pèlerin 2»), malgré une masse plutôt modeste (590 kg) est littéralement bourrée d’instruments scientifiques, de mini-sondes, d’explosifs… Elle me fait irrésistiblement penser aux croiseurs surarmés de la flotte impériale nippone de la seconde guerre mondiale ! L’objectif est cette fois 1999 JU3 (Ryugu), un astéroïde d’environ 920m de diamètre découvert en 1999 Période : 473 jours (0.963 x 1.416 UA) Rotation 7.6 heures Le lancement date du 3 décembre 2014 (fusée H-2 A) depuis Tanegashima Space Center Assistance gravitationnelle en survolant la Terre le 3 décembre 2015 La sonde est à propulsion ionique L’arrivée à destination est prévue pour juin/juillet : ça approche ! Hayabusa 2 va d’abord observer Ryugu à une vingtaine de km de distance avant de passer aux choses sérieuses, comme le prélèvement d’échantillons (voir la vidéo pour le déroulement) Le moment le plus spectaculaire de la mission sera le bombardement de l’astéroïde ! SCI (Small Carry-on Impactor) sera largué à 500m par la sonde avant que celle-ci se dépêche de se réfugier de l’autre côté de Ryugu (l’explosion se produira 40 mn après la séparation !) SCI est constitué d’une charge de quelques kg d’explosif qui va propulser un disque en cuivre de 30 cm Sa vitesse au moment de l’impact sera de 2 km/sec et devrait produire un cratère de 200 m de diamètre Ce n’est pas tout : au moment de la séparation, Hayabusa 2 larguera aussi DECAM-3 équipé de deux caméras qui filmeront en direct le feux d’artifice… La sonde attendra ensuite deux semaines pour revenir prélever des échantillons tous frais dans le cratère ! Autre robot, MASCOT (Mobil asteroid surface scout), construit par la France (CNES) et l’Allemagne, est une sorte de valise déposée sur la surface pour analyser sa composition. Il sera capable de repartir sur un deuxième site. Les 3 MINERVA sont des mini-lander capables de se déplacer par bonds Après ce programme bien rempli, la sonde va repartir vers la Terre en décembre 2019, qu’elle atteindra un an plus tard. Comme pour Hayabusa 1 elle larguera dans l’atmosphère une capsule refermant les précieux échantillons espérés… si tout va bien (en Australie) Banzaï !!   Une vidéo sur le déroulement des opérations : MASCOT :
  8. La planète Mars est de loin la plus visitée par nos sondes spatiales, à tel point que les missions sont maintenant spécialisées dans un domaine bien précis. MAVEN étudie l’atmosphère, Exomars TGO recherche les traces de méthane, MRO observe le sol en haute résolution. Dans le cadre du programme DISCOVERY de la NASA (budget moyen), InSight (INterior exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport) va entreprendre l’exploration des entrailles de Mars. Le lancement est prévu pour samedi 13h05 (heure française) depuis Vandenberg en Californie par une fusée Atlas V (voir fil de VNA1) Son arrivée sur la planète rouge est pour le 26 novembre prochain sur Elysium Planitia 3 instruments scientifiques sont à bord : - SEIS (sismomètre) - HP3 (capteur de flux de chaleur) - RISE (Rotation and Interior Structure Experiment) - 2 caméras La mission était prévue pour la fenêtre de 2016 mais l’instrument le plus important, le sismomètre SEIS, construit par la France, n’était pas prêt. Aucun instrument de ce type n’a jamais fonctionné sur Mars : celui des sondes Viking n’a enregistré… que le vent ! Une autre tentative (déjà française) était à bord de la mission soviétique Mars 96 : échec, la fusée échoue au décollage. Un autre projet, NETLANDER (3 stations déployées en différents endroits) fut abandonné. Les deux instruments SEIS et HP3 seront délicatement déposés sur le sol grâce à un bras télécommandé… Lien Wiki : https://fr.wikipedia.org/wiki/InSight (en français, très fourni) Lien sur la mission : https://mars.nasa.gov/insight/ Lien vers le CNES : https://spacegate.cnes.fr/fr/bientot-un-drapeau-francais-sur-mars Je recommande aussi le dernier n° de L’Astronomie (mai) avec 25 pages consacrées à la mission (participation de Francis Rocard et Philippe Lognonné, concepteur de SEIS) ; Le dernier n° de La Recherche (mai) qui consacre 22 pages à la planète rouge.
  9. Axions, réactions

    https://www.cieletespace.fr/actualites/le-chasseur-de-matiere-noire-xenon1t-detecte-un-signal-suspect
  10. Exomars 2016

    Le lancement par une fusée Proton (aïe aïe aïe...) est prévu ce matin à 10h31 (heure française) La retransmission sur le site de l'ESA a commencé : http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/ExoMars/Watch_ExoMars_launch
  11. Les méga-constellations de satellites (Starlink etc.)

    Est-que tu as pu observer le visorsat ?
  12. La sonde japonaise AKATSUKI, alias VENUS CLIMATE ORBITER ou encore PLANET C devait se mettre en orbite de l'étoile du berger hier. Hélas, l'opération n'a pas marché ! La JAXA fera une nouvelle tentative dans... 7 ans !! http://planetary.org/blog/article/00002809/
  13. L'après ISS se dessine : comme prévu c'est une station plus petite qui prendra la relève, mais plutôt que de tourner en orbite basse autour de la Terre elle sera en orbite cislunaire. Elle survolera à la fois la Terre et la lune... Avec semble t-il l'intention de redébarquer à la surface de notre satellite, et (l'arlésienne) préparer une expédition vers Mars Avec les USA, le Canada, l'Europe, le Japon et la Russie vont participer au projet. Mais pas la Chine ! (elle va lancer sa propre station dans quelques années) Traduction du communiqué de la NASA : https://www.nasa.gov/feature/multilateral-coordination-board-joint-statement Déclaration commune du Conseil de coordination multilatérale Le Comité de coordination multilatérale (MCB) de la Station spatiale internationale (ISS), qui supervise la gestion de l'ISS, s'est réuni le 5 mars 2019. Ses membres [1] ont célébré le vingtième anniversaire du lancement du premier module de la Station spatiale internationale et a célébré le succès du partenariat ISS. Cette équipe internationale a non seulement construit la station spatiale et a relevé les défis de son fonctionnement dynamique au quotidien, mais elle a surtout apporté des avantages concrets à l’humanité. Les résultats importants de l'ISS incluent à la fois les nouvelles connaissances scientifiques et l'innovation technique. Ces avancées concernent le développement durable sur Terre et aident les préparatifs à étendre davantage la présence humaine dans notre système solaire. La MCB a souligné le fait que plus de 100 pays utilisaient maintenant la station spatiale à des fins de recherche ou d'enseignement. En outre, les représentants ont noté avec satisfaction que l'ISS alimentait une économie en croissance dans les domaines de la recherche, du commerce et des services en orbite terrestre basse. Au-delà de l'ISS, le MCB a rappelé la réalisation historique, il y a près de cinquante ans, du premier atterrissage humain sur la Lune. Il a examiné le travail considérable réalisé par les partenaires de l'ISS pour étudier les concepts d'extension de l'exploration humaine à la Lune puis à Mars. Soulignant l’importance d’une exploration abordable et durable, la MCB a ensuite évoqué son intérêt commun à déployer un poste humain dans la région lunaire. Connue sous le nom de Gateway, elle servira de point de passage mille fois plus éloigné de la Terre que l’ISS aujourd’hui, pour faciliter l’exploration de la surface lunaire. Dans une architecture ouverte plus large pour l'exploration lunaire humaine, le MCB a reconnu la Gateway comme une prochaine étape critique. La Gateway facilitera l'accès humain et robotisé à la surface lunaire et construira une expérience inestimable nécessaire pour relever les défis des missions humaines ultérieures sur Mars. L'emplacement unique de la Gateway offrira une plate-forme pour des découvertes scientifiques importantes dans un environnement spatial profond très différent de celui de l'ISS et permettra l'exploration de la surface lunaire. Son orbite spéciale offrira également une excellente visibilité de la surface de la Terre et de la Lune à des fins de relais de communication. Il stimulera le développement de technologies de pointe, élargira l'économie spatiale émergente et continuera de tirer parti des avantages sociétaux de l'exploration spatiale pour les citoyens de la Terre. Gateway permettra à terme aux partenaires internationaux et commerciaux de participer à l'exploration humaine, à la recherche et au développement technologique, et constituera un élément fondamental pour l'établissement d'une présence humaine durable autour de la Lune et sur celle-ci. Après plusieurs années d’études approfondies menées par les organismes et aboutissant à une évaluation technique réussie, le MCB a avalisé son intention de poursuivre le développement de Gateway. Il s’est félicité de l’intention de chaque agence de s’engager dans les processus d’approbation et de financement de ses parties prenantes respectives afin de fournir des éléments, des modules et des fonctionnalités spécifiques à la Gateway et les avantages associés reposant sur un concept commun (voir Graphique). Le MCB a accueilli avec enthousiasme l’annonce faite par le Canada le 28 février 2019, qu’il participerait à la passerelle et contribuerait à la robotique de pointe, faisant de l’Agence spatiale canadienne le premier organisme partenaire à rejoindre la NASA dans la Gateway. Enfin, rappelant l’ambition et les décisions à long terme qui ont conduit au succès à la fois d’Apollo et de l’ISS, les membres du MCB ont affirmé leur espoir commun que le Portail garantisse de nouvelles réalisations dans le domaine de l’exploration spatiale, constitue la prochaine étape vers un développement durable. vers la Lune et au-delà, et inspirer la prochaine génération en tant que succès futur de la coopération internationale dans le domaine de la science et de la technologie.
  14. INSIGHT : sonder l'intérieur de Mars

    https://mobile.twitter.com/cieletespace/status/1268891098363158528?p=v
  15. http://www.caltech.edu/news/caltech-researchers-find-evidence-real-ninth-planet-49523[/UR L] Pas encore observée, elle ferait 10 masses terrestres et sa période serait de 10 à 20.000 ans... Mike Brown y croit dur comme fer et la chercheScientific american en fait sa couv' : [URL=http://www.scientificamerican.com/article/strong-evidence-suggests-a-super-earth-lies-beyond-pluto1/]http://www.scientificamerican.com/article/strong-evidence-suggests-a-super -earth-lies-beyond-pluto1/ [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 20-01-2016).]
  16. Un article du Monde :
  17. https://www.whitehouse.gov/wp-content/uploads/2018/02/msar-fy2019.pdf Hallucinant : l’administration Trump propose de supprimer le télescope spatial WFIRST, dans le cadre d’un vaste programme de coupes budgétaires. Le WFIRST (Wide field infrared Survey telescope) est un projet majeur pour la NASA dont le lancement est prévu vers 2024 J’imagine la stupeur dans la communauté astro de l’autre côté de l’Atlantique… Heureusement l’équivalent européen EUCLID (mais avec des capacités moindre) sera lancé en 2020 Lien wiki pour le WFIRST : https://fr.wikipedia.org/wiki/Wide_Field_Infrared_Survey_Telescope
  18. C’est une des plus belles découvertes de l’année dernière… Grâce aux données du satellite WISE, l’américain Kevin Luhman a établi l’existence d’un système binaire constitué de deux naines brunes à seulement six a.l de chez nous ! (baptisé Luhman 16AB)C’est le 3ème système le plus proche du soleil après Alpha Centauri et l’étoile de Barnard.Plus récemment, une équipe utilisant le VLT publiait sur la forte présomption d’une planète orbitant l’une des deux composante (Luhman 16B) : http://arxiv.org/abs/1312.1303 Fascinant !Il est bien évident qu’à une si faible distance ce système va faire l’objet de nombreuses observations…Aujourd’hui est annoncée la « carte météo » d’une des deux naines brunes, réalisée avec le VLT (publication dans Nature) http://www.eso.org/public/news/eso1404/ (Cliquez sur le drapeau français pour les rétifs à la langue de Shakespeare)
  19. Suivi d'un autre documentaire sur les trous noirs... (Le Monde)
  20. Dans Le Monde de ce dimanche On comprend mieux pourquoi Musk dit que l'action Tesla est trop élevée à son goût... n
  21. J'en avais déjà parlé dans le fil sur Chang ´E-4 mais je remets ça sur un nouveau fil et j'ajoute une grande partie de la chronique qu'en a fait Le Monde aujour'hui A noter que samedi prochain Arte diffuse encore d'autres docus sur la lune !
  22. http://www.eso.org/public/france/news/eso1601/?lang Bientôt une « photo » du trou noir au centre de notre Voie Lactée ?Extraits du communiqué de l’ESO :« Observer au zoom les trous noirs est la principale mission de l'instrument GRAVITY récemment installé sur le Very Large Telescope de l'ESO au Chili. Durant sa première campagne d'observation, GRAVITY a combiné avec succès la lumière stellaire capturée par les quatre Télescopes Auxiliaires. Le consortium européen qui a conçu et construit GRAVITY est très satisfait des performances obtenues(…)« À l’occasion de sa première lumière, et pour la toute première fois dans l'histoire de l'interférométrie optique astronomique, GRAVITY a pu réaliser des poses de plusieurs minutes, plus de cent fois plus longues que ce qui était possible jusqu’à présent », précise Franck Eisenhauer. « GRAVITY va permettre d'étendre l'interférométrie optique à l'observation d'objets beaucoup moins lumineux, et repoussera bien au-delà des limites actuelles la sensibilité de l'astronomie à haute résolution angulaire ».
  23. Lancement de OSIRIS-REx le 9 septembre

    Je sais pas si financièrement ils s'y retrouvent...