jackbauer 2

Member
  • Content count

    5736
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Country

    France

Everything posted by jackbauer 2

  1. Après des années de retard, SpaceX est enfin sur le point de lancer sa fusée géante Falcon H (constituée par 3 premier étage de Falcon 9) Le tir est prévu pour janvier depuis le cap Kennedy E. Musk avait annoncé, dans l'incrédulité quasi générale que la charge utile serait constituée par une automobile Tesla, marque qu'il a créé et dont il espère qu'elle révolutionnera le secteur du véhicule électrique. Les photos qu'il vient de mettre en ligne ne laissent plus de place au doute : oui il a bien l'intention de lancer une voiture dans l'espace lointain, sur une "orbite martienne elliptique" (!?) J'aime.
  2. Elon Musk @elonmusk En réponse à @SciGuySpace SN3 passed ambient temperature pressure test last night, now doing cryogenic 15:18 - 2 avr. 2020
  3. Annonces faites au 219th AAS meeting à Austin, Texas : Kepler-34b et Kepler-35b sont deux planètes circumbinaires (des mondes à deux soleils), géantes gazeuses et orbitent chacune un couple stellaire comme Kepler-16b Une situation qui s'avère très banale, c'est maintenant prouvé, grâce au satellite américain : KOI-961 : un système de 3 planètes, avec respectivement 0.57, 0.73 et 0.78 rayons terrestres !! L’étoile est une naine rouge, avec un diamètre seulement 70 % plus gros que celui de Jupiter !! [URL=http://keckobservatory.org/news_preview/a_sprinkling_of_earth-sized_exoplanets/]http://keckobservatory.org/news_preview/a_sprinkling_of_earth-sized_exoplanets/ On s’en doutait depuis longtemps, mais les astronomes ont maintenant de fortes présomptions que les planètes sont plus nombreuses que les étoiles dans notre galaxie. http://www.eso.org/public/france/news/eso1204/ Intro :« Une équipe internationale à laquelle participent trois astronomes de l’Observatoire Européen Austral (ESO), a utilisé la technique des microlentilles gravitationnelles afin d’évaluer si les planètes sont des objets courants dans la Voie Lactée. Après une étude de six ans consacrée à l’observation de millions d’étoiles, cette équipe a conclu que les planètes en orbites autour des étoiles étaient la règle et non l’exception. Le résultat de cette étude sera publié dans la revue Nature du 12 janvier 2012. » [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 12-01-2012).]
  4. Suivi d'un autre documentaire sur les trous noirs... (Le Monde)
  5. Les aficionados de l’exploration du système solaire se souviennent forcement de la mission japonaise Hayabusa (2003-2010) qui a exploré l’astéroïde Itokawa. Une aventure spectaculaire, émaillée d’incidents, de retournements de situation et finalement victorieuse puisque la sonde est parvenue à ramener quelques microscopiques poussières d’Itokawa sur Terre. Encouragée par ce succès, forte de l’expérience acquise, la JAXA a décidé de remettre ça avec une nouvelle sonde, version plus performante de la précédente. Hayabusa 2 («Faucon pèlerin 2»), malgré une masse plutôt modeste (590 kg) est littéralement bourrée d’instruments scientifiques, de mini-sondes, d’explosifs… Elle me fait irrésistiblement penser aux croiseurs surarmés de la flotte impériale nippone de la seconde guerre mondiale ! L’objectif est cette fois 1999 JU3 (Ryugu), un astéroïde d’environ 920m de diamètre découvert en 1999 Période : 473 jours (0.963 x 1.416 UA) Rotation 7.6 heures Le lancement date du 3 décembre 2014 (fusée H-2 A) depuis Tanegashima Space Center Assistance gravitationnelle en survolant la Terre le 3 décembre 2015 La sonde est à propulsion ionique L’arrivée à destination est prévue pour juin/juillet : ça approche ! Hayabusa 2 va d’abord observer Ryugu à une vingtaine de km de distance avant de passer aux choses sérieuses, comme le prélèvement d’échantillons (voir la vidéo pour le déroulement) Le moment le plus spectaculaire de la mission sera le bombardement de l’astéroïde ! SCI (Small Carry-on Impactor) sera largué à 500m par la sonde avant que celle-ci se dépêche de se réfugier de l’autre côté de Ryugu (l’explosion se produira 40 mn après la séparation !) SCI est constitué d’une charge de quelques kg d’explosif qui va propulser un disque en cuivre de 30 cm Sa vitesse au moment de l’impact sera de 2 km/sec et devrait produire un cratère de 200 m de diamètre Ce n’est pas tout : au moment de la séparation, Hayabusa 2 larguera aussi DECAM-3 équipé de deux caméras qui filmeront en direct le feux d’artifice… La sonde attendra ensuite deux semaines pour revenir prélever des échantillons tous frais dans le cratère ! Autre robot, MASCOT (Mobil asteroid surface scout), construit par la France (CNES) et l’Allemagne, est une sorte de valise déposée sur la surface pour analyser sa composition. Il sera capable de repartir sur un deuxième site. Les 3 MINERVA sont des mini-lander capables de se déplacer par bonds Après ce programme bien rempli, la sonde va repartir vers la Terre en décembre 2019, qu’elle atteindra un an plus tard. Comme pour Hayabusa 1 elle larguera dans l’atmosphère une capsule refermant les précieux échantillons espérés… si tout va bien (en Australie) Banzaï !!   Une vidéo sur le déroulement des opérations : MASCOT :
  6. La planète Mars est de loin la plus visitée par nos sondes spatiales, à tel point que les missions sont maintenant spécialisées dans un domaine bien précis. MAVEN étudie l’atmosphère, Exomars TGO recherche les traces de méthane, MRO observe le sol en haute résolution. Dans le cadre du programme DISCOVERY de la NASA (budget moyen), InSight (INterior exploration using Seismic Investigations, Geodesy and Heat Transport) va entreprendre l’exploration des entrailles de Mars. Le lancement est prévu pour samedi 13h05 (heure française) depuis Vandenberg en Californie par une fusée Atlas V (voir fil de VNA1) Son arrivée sur la planète rouge est pour le 26 novembre prochain sur Elysium Planitia 3 instruments scientifiques sont à bord : - SEIS (sismomètre) - HP3 (capteur de flux de chaleur) - RISE (Rotation and Interior Structure Experiment) - 2 caméras La mission était prévue pour la fenêtre de 2016 mais l’instrument le plus important, le sismomètre SEIS, construit par la France, n’était pas prêt. Aucun instrument de ce type n’a jamais fonctionné sur Mars : celui des sondes Viking n’a enregistré… que le vent ! Une autre tentative (déjà française) était à bord de la mission soviétique Mars 96 : échec, la fusée échoue au décollage. Un autre projet, NETLANDER (3 stations déployées en différents endroits) fut abandonné. Les deux instruments SEIS et HP3 seront délicatement déposés sur le sol grâce à un bras télécommandé… Lien Wiki : https://fr.wikipedia.org/wiki/InSight (en français, très fourni) Lien sur la mission : https://mars.nasa.gov/insight/ Lien vers le CNES : https://spacegate.cnes.fr/fr/bientot-un-drapeau-francais-sur-mars Je recommande aussi le dernier n° de L’Astronomie (mai) avec 25 pages consacrées à la mission (participation de Francis Rocard et Philippe Lognonné, concepteur de SEIS) ; Le dernier n° de La Recherche (mai) qui consacre 22 pages à la planète rouge.
  7. http://www.futura-sciences.com/magazines/espace/infos/actu/d/vol-habite-projets-spatiaux-ambitieux-nasa-59901/ On peut être dubitatif quant aux chances de succès du programme SLS (aussi bien de la réussite technique que du budget alloué), toujours est-il que la NASA avance des dates et des chiffres précis… Extrait :La NASA, qui a reçu du président Obama la mission d’explorer un astéroïde et envoyer un équipage vers Mars dans les années 2030, vient de publier un nouveau calendrier de missions jusqu’en 2046. Il prévoit notamment à partir de 2018 un total de 41 vol du SLS (Space launch System), le futur lanceur lourd dont la Nasa a besoin pour ses missions habitées. (…)Quant aux missions martiennes habitées, les deux premières sont planifiées en 2039 et 2043Hum hum hum….
  8. Encore un an environ à patienter avant la toute première « photo » d’un trou noir, plus exactement de son horizon : http://www.cieletespace.fr/actualites/la-premiere-photo-d-un-trou-noir-est-dans-la-boite « …Du 4 au 10 avril 2017, neuf observatoires millimétriques formant l’interféromètre de l’Event Horizon Telescope ont visé simultanément le centre de la Voie lactée. Leurs données seront assemblées pour former un cliché historique, le premier à révéler la silhouette sombre du trou noir de 4 millions de masses solaires qui s’y cache (…) Il manquera encore cependant les mesures d’un télescope, situé au pôle Sud, qui ne pourront être rapatriées qu’à la fin de la nuit polaire australe, d’ici quelques mois. Alors, dans environ un an, au terme d'un fastitideux travail de recombinaison des observations, les astronomes devraient pouvoir « développer » leur photo historique montrant la silhouette d’un trou noir… »[Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 21-04-2017).]
  9. ExoMars Rover (ESA) 2020

    http://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/ExoMars/Oxia_Planum_favoured_for_ExoMars_surface_mission Un groupe de travail a recommandé Oxia Planum comme site pour ExoMars Rover qui sera lancé en 2020. La confirmation est attendue pour mi-2019 L’autre site concurrent était Mawrth Vallis.   Extrait : «Avec ExoMars, nous sommes à la recherche de biosignatures. Alors que les deux sites offrent des possibilités scientifiques intéressantes d’exploration d’anciens environnements riches en eau qui auraient pu être colonisés par des micro-organismes, Oxia Planum a obtenu la majorité des voix », explique Jorge Vago, scientifique du projet ExoMars 2020 de l’ESA. «Un gros travail a été fait pour caractériser les sites proposés, démontrant qu'ils répondent aux exigences scientifiques pour les objectifs de la mission ExoMars. Mawrth Vallis est un site scientifiquement unique, mais Oxia Planum offre une marge de sécurité supplémentaire pour l’entrée, la descente et l’atterrissage, ainsi que pour traverser le terrain afin d’atteindre les sites scientifiquement intéressants identifiés en orbite. » Photo haute résolution de MRO du site Oxia Planum :
  10. C'est lundi prochain 15 juillet à 21h21 UTC que devrait être lancée la deuxième mission lunaire de l'ISRO, l'agence spatiale indienne. Le lanceur est une fusée GLSV MK-III, espérons qu'il n'y aura pas de problèmes... Cette mission ressemble beaucoup à l'actuelle mission chinoise sur la face cachée de la Lune : orbiter + lander + petit rover Le lander, Vikram, doit se poser le 6 septembre prochain près du pôle sud Le rover de 25kg, Pragyana, est prévu pour fonctionner 14 jours
  11. Exoplanètes : dernières découvertes

    Roul, c'est précisément ce que j'ai posté avant ! et en français !
  12. ExoMars Rover (ESA) 2020

    c'est comme un échec ...
  13. Mauna Kea pour le TMT

    http://www.spacedaily.com/reports/Thirty_Meter_Telescope_Selects_Mauna_Kea_999.html Le site pour le TMT (Thirty Meter Telescope) vient d'être choisi : il s'agit du Mauna Kea, à Hawaï, au détriment du Cerro Amazones au Chili. Finalement les problèmes entre les astronomes et les populations de souche locale semblent s'améliorer (voir dossier dans un récent C&E)Le TMT de 30m de diamètre sera composé de 492 segments ; Son achèvement est prévu pour 2018Les deux autres telescopes géants dont la réalisation est engagée sont le GMT américain (Las Campanas, Chili) et l'ELT européen dont le futur site devrait être connu bientôt.
  14. C’est vendredi 5 août que s’ouvre la fenêtre de tir pour la sonde JUNO, qui sera lancée par une fusée Atlas 5 Elle se mettra en orbite polaire de la plus grosse planète de notre système solaire en juillet 2016 Une orbite très excentrique : 5.000 km au plus près, 2.800.000 km au plus éloigné ! Et ce, dans le but d’exposer le moins longtemps possible la sonde aux intenses radiations dues au champ magnétique jovien (certains éléments sensibles seront d’ailleurs protégés par un « coffre » en titane de 1 cm d’épaisseur) Au moins 33 orbites sont prévues (d’une durée de 11 jours), avec pour objectif l’étude de l’atmosphère et du champ magnétique de la planète. Hélas, rien n’est prévu pour l’étude de ses passionnants satellites ; Espérons que l’ambitieuse mission NASA/ESA qui y sera consacrée ne fera pas l’objet de coupes budgétaires !!La mission fait partie du programme New Frontiers ; Coût du budget prévisionnel : « seulement » 700 millions de dollars (un vol de navette se chiffrait à plus d’un milliard de dollars…)Masse : 3,6 tonnes (dont 2 tonnes d’ergol pour les corrections de trajectoire et le freinage nécessaire à la mise en orbite)La grande particularité de la sonde : des panneaux solaires !! C’est en effet la première fois qu’une sonde envoyée vers une planètes lointaine n’emploiera pas de RTG nécessitant l’usage de plutonium : les écolos vont être contents ! Les panneaux mesurent chacun 2,7 m de large sur 8,8 m de long Sur Terre ils fourniraient 12.000 watts ; Autour de Jupiter 450 seulement Les cellules employées ont un rendement 50 % supérieur à celui des panneaux employés dans le spatial il y a 20 ans (arséniure de gallium au lieu de silicium) ; Il serait intéressant de connaitre le budget si un RTG avait du être employé… Site dédié à la mission : http://www.nasa.gov/mission_pages/juno/main/index.html Notez l’envergure de la sonde (20 m)
  15. La sonde japonaise AKATSUKI, alias VENUS CLIMATE ORBITER ou encore PLANET C devait se mettre en orbite de l'étoile du berger hier. Hélas, l'opération n'a pas marché ! La JAXA fera une nouvelle tentative dans... 7 ans !! http://planetary.org/blog/article/00002809/
  16. http://www.nasa.gov/press-release/nasa-selects-two-missions-to-explore-the-early- solar-system Dans le cadre du programme DISCOVERY, la NASA vient de sélectionner deux nouvelles missions : LUCY, qui va visiter six (6 !) astéroïdes troyens, et PSYCHE, qui va observer 16 Psyche, un astéroïde de 210 km de diamètre principalement constitué de métal (fer et nickel)LUCY est prévu pour être lancé en octobre 2021, et visitera ses différents objectifs de 2025 à 2033 ! PSYCHE sera lancé en octobre 2023 et atteindra sa destination en 2030Ça nous laisse un peu de temps pour en reparler…Dommage pour VERITAS, non retenu, qui devait cartographier la surface de Vénus en haute résolution.Schéma de la mission de LUCY avec la liste des objectifs Ce n'est pas un acronyme, la mission est vraiment nommée en l'honneur de notre lointaine ancêtre !! http://www.swri.org/press/2017/nasa-lucy-mission-jupiter-trojan.htm [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 05-01-2017).]
  17. ExoMars Rover (ESA) 2020

    Ça sent le report... https://arstechnica.com/science/2020/02/delay-seems-likely-as-parachute-problems-plague-european-mars-lander/?utm_brand=arstechnica&utm_source=twitter&utm_social-type=owned&utm_medium=social
  18. Extremely Large Telescope de l'ESO

    À t-on une idée de la date pour le début de la construction du dôme ? p.s. Je me demande quel serait l'état de l'avancement des travaux si c'était les chinois qui étaient a l'œuvre...
  19. Concept de mission très intéressant puisqu'il s'agit d'essayer d'intercepter un objet non détecté au moment du lancement, comme par exemple Oumuamua. Traduction automatique du communiqué de l'ESA : https://www.esa.int/Our_Activities/Space_Science/ESA_s_new_mission_to_intercept_a_comet «Comet Interceptor» a été sélectionnée comme nouvelle "mission de classe rapide" de l’ESA dans le cadre de son programme Cosmic Vision. Composé de trois vaisseaux spatiaux, il sera le premier à visiter une comète primitive ou un objet interstellaire venant tout juste de commencer son voyage dans le système solaire interne. La mission rejoindra une comète non encore découverte, survolant la cible choisie à l’approche de son orbite terrestre. Ses trois engins spatiaux effectueront des observations simultanées à partir de plusieurs points autour de la comète, créant ainsi le profil 3D d’un objet «dynamiquement nouveau» contenant du matériel primitif ayant survécu à l’aube du Système solaire. «Les comètes primitives ou nouvelles dynamiquement sont totalement inexplorées et constituent des cibles incontournables pour l’exploration d’engins spatiaux à courte portée afin de mieux comprendre la diversité et l’évolution des comètes», déclare Günther Hasinger, directeur scientifique de l’ESA. "Les énormes réalisations scientifiques de Giotto et de Rosetta - nos missions héritées des comètes - sont sans égal, mais il est maintenant temps de tirer parti de leurs succès et de visiter une comète primitive ou d'être prêts pour le prochain objet interstellaire de type" Oumuamua "." Qu'est-ce qu'une "mission rapide" ? Comet Interceptor est une mission "rapide" ou de classe F. Le «rapide» fait référence au temps de mise en œuvre, avec une durée totale de développement allant de la sélection à la préparation au lancement d’environ huit ans. Les missions de classe F, dont la masse au lancement est inférieure à 1 000 kg, partageront le trajet dans l’espace avec une mission de classe moyenne, tirant parti de l’espace supplémentaire dans le lanceur et du point L2 de Lagrange Sun-Earth, qui se trouve à 1,5 million de kilomètres derrière la Terre vue du Soleil. L2 Comet Interceptor devrait être lancé en 2028 en tant que co-passager avec le satellite dédié aux exoplanètes ARIEL. Les deux missions seront envoyées au point L2 et à partir de là, Comet Interceptor se dirigera vers la cible choisie à l'aide de son propre système de propulsion. Le processus de sélection a également été rapide. À la suite d'un appel lancé en juillet 2018, la communauté des sciences spatiales a soumis 23 sujets, et six équipes ont ensuite été invitées à présenter des propositions plus détaillées. Parmi eux, Comet Interceptor a été choisi par le Comité du programme scientifique d’aujourd’hui pour passer à une phase de définition plus détaillée. "Nous remercions la communauté des sciences spatiales pour leurs excellentes propositions, qui couvraient un large éventail de sujets novateurs qui pourraient être explorés dans le respect des directives de la classe F", a déclaré le Directeur Hasinger. "Ce type de mission innovante jouera un rôle important en complétant le programme scientifique de l'ESA dans la planification des prochaines décennies d'exploration scientifique de notre univers. "Nous sommes également heureux de maintenir la philosophie de la mission" rapide "en sélectionnant Comet Interceptor dans un délai d'un an à compter du lancement du premier appel à propositions. Quoi de neuf avec Comet Interceptor? Comet Interceptor comprend trois engins spatiaux. Le vaisseau spatial composite attendra à L2 une cible appropriée, puis voyagera ensemble avant que les trois modules ne se séparent quelques semaines avant l’interception de la comète. Chaque module sera équipé d’une charge scientifique complémentaire, offrant différentes perspectives du noyau de la comète et de son environnement de gaz, de poussières et de plasma. De telles mesures «multipoints» amélioreront considérablement les informations 3D nécessaires pour comprendre la nature dynamique d’une comète vierge alors qu’elle interagit avec l’environnement de vent solaire en constante évolution. La suite d'instruments de la mission s'appuiera sur le patrimoine d'autres missions, notamment une caméra basée sur celle qui vole actuellement sur l'ExoMars Trace Gas Orbiter, des instruments à poussière, des champs et à plasma, ainsi qu'un spectromètre de masse, comme ceux utilisés par Rosetta Les précédentes missions cométaires, notamment les vaisseaux spatiaux pionniers de l’ESA, Giotto et Rosetta, ont rencontré des comètes à courte période. Ce sont des comètes avec des périodes orbitales de moins de 200 ans qui ont approché le Soleil de nombreuses fois le long de leur orbite dans une période relativement récente et qui ont subi des changements importants: la comète de Rosetta, 67P / Churyumov-Gerasimenko, tourne autour du Soleil tous les 6 ans et demi. La comète 1P / Halley, visitée par Giotto et d'autres engins spatiaux en 1986, revient dans notre ciel tous les 76 ans. Comet Interceptor est différent car il vise une comète visitant le système solaire interne pour la première fois - peut-être du vaste nuage de Oort censé entourer les confins du royaume du Soleil. En tant que telle, la comète contiendra du matériel qui n'a pas subi beaucoup de transformation depuis la naissance du système solaire. La mission offrira donc un nouvel aperçu de l'évolution des comètes lors de leur migration vers l'intérieur, à partir de la périphérie du système solaire. Bien que beaucoup plus rare, un autre exemple de cible potentielle est l'intrus provenant d'un autre système stellaire, comme le célèbre 'Oumuamua qui a survolé notre Soleil sur une orbite fortement inclinée en 2017. L'étude d'un objet interstellaire offrirait la possibilité d'explorer comment des corps semblables se forment et évoluent dans d'autres systèmes stellaires. Dans le passé, de «nouvelles» comètes n’ont été découvertes que quelques mois, voire plusieurs années, avant de passer par leur approche la plus proche du Soleil, délai trop court pour planifier, construire et lancer une mission spatiale et pour pouvoir la rejoindre. objet spécifique avant qu’il ne s’éloigne à nouveau du Soleil. Les avancées récentes en matière d’études au sol permettent de scruter le ciel plus en profondeur et d’avertir plus tôt. Pan-STARRS est actuellement la machine de découverte de comètes la plus répandue, avec plus de la moitié des nouvelles comètes par an non répertoriées. Le LSST, actuellement en construction au Chili, augmentera considérablement le catalogue de nouvelles comètes. Dans tous les cas, la destination de Comet Interceptor n’a pas besoin d’être connue pendant la préparation de la mission ; l’engin spatial peut être prêt et attend dans l’espace pour une rencontre adéquate avec une comète, et devrait terminer sa mission dans les cinq ans suivant son lancement.
  20. C’est une mission spectaculaire de la NASA qui doit être lancée demain samedi 11 août, à 09h33 (heure française) depuis Cap Canaveral. Une puissante fusée Delta IV Heavy va lancer Parker Solar Probe, une sonde de 685 kg dont la mission est d’étudier le soleil. Une de plus ? Non, car celle-ci va s’approcher à seulement 6 millions de km ! Le record actuel est de seulement 43.4 millions de km (Helios-2 en 1976) Pour s’approcher si près et supporter une température de 1.400 °C la sonde est équipée d’un bouclier en carbone de 11.43 cm d’épaisseur, qui sera constamment orienté vers le soleil ; Pour les panneaux solaires la NASA a imaginé un dispositif complexe qui les fera se contracter à mesure que la sonde se rapproche du soleil. L’orbite sera très elliptique et va nécessiter 6 survols de Vénus (le premier le 28 septembre) et la première approche du Soleil est pour le 1er novembre de cette année, à 25 millions de km, ce qui constituera déjà un record ! C’est le 19 décembre 2024 que Parker Solar Probe va frôler notre étoile à seulement 6.2 millions de km de la photosphère à la vitesse de 700.000 km/h !! Lien Wiki : https://en.wikipedia.org/wiki/Parker_Solar_Probe Précisions sur le bouclier thermique, de la même composition que les têtes de missiles balistiques et le nez des navettes spatiales : https://en.wikipedia.org/wiki/Reinforced_carbon–carbon
  21. La Chine poursuit son programme d’exploration lunaire. On se souvient qu’en décembre 2013 la mission Chang’E-3 avait débarqué sur la surface de notre satellite un petit rover (Yutu : lapin de jade) Cette année va voir une mission plus ambitieuse encore, puisqu’il s’agira cette fois de déposer un rover sur la face cachée de la lune, une Première mondiale ! Le mission Chang’E-4 nécessite deux lancements, le premier devant s’effectuer demain lundi 21 mai : 1/ Un satellite relais dénommé Queqiao, qui sera lancé par une fusée Longue Marche 4C depuis la base de Xichang. D’une masse de 425 kg, il mettra 8 à 9 jours pour rejoindre le point L2 du système Terre-Lune, à 450.000 km de la Terre et 40.000 km de la surface de la lune. Cette position lui permettra de transmettre les données entre la Chine et le rover . Mais sa mission ne s’arrête pas là puisqu’il embarque deux instrument scientifiques : * NCLE (Netherlands Chinese Low-Frequency Explorer) conçu en partenariat avec les Pays-Bas : un instrument novateur en radio astronomie https://www.astron.nl/dutch-radio-antenna-depart-moon-chinese-mission-0 « With the instrument, astronomers want to measure radio waves originating from the period directly after the Big Bang, when the first stars and galaxies were formed… » * Laser-corner reflector mesurera la distance entre la Terre et Quiqiao Ce n’est pas tout : comme pour InSight qui va vers Mars, Quiqiao sera accompagné de deux micro-satellites de 45 kg, Longjian-1 et 2 http://www.planetary.org/blogs/guest-blogs/2018/0519-change-4-relay-satellite.html « These two microsatellites are planned to fly in a tandem 300-by-3000-kilometer orbit around the Moon and carry out ultra-long-wave astronomical interferometry as well as radio-related test measurements. One of the microsatellites will also carry a micro optical camera developed by Saudi Arabia » 2/ Le lander et le rover (identiques à la mission précédente Chang’E-3) seront lancés en fin d’année (probablement décembre). Le site choisi est celui du cratère Von Karman au pôle sud (bassin Aitken) https://en.wikipedia.org/wiki/Chang'e_4 On a le temps d’en reparler… Espérons que la mission soit un succès et que les chinois fassent pas mal de com (ils en avaient fait un peu pour Yutu). En attendant en peut réécouter « The dark side of the moon » de Pink Floyd en admirant la superbe photo du couple Terre-Lune prise par Chang’E-5 T1 en 2014 N.B : Chang’E désigne la déesse de la Lune dans la mythologie chinoise
  22. Oui surtout quand tu lis Alain M !!
  23. http://www.caltech.edu/news/caltech-researchers-find-evidence-real-ninth-planet-49523[/UR L] Pas encore observée, elle ferait 10 masses terrestres et sa période serait de 10 à 20.000 ans... Mike Brown y croit dur comme fer et la chercheScientific american en fait sa couv' : [URL=http://www.scientificamerican.com/article/strong-evidence-suggests-a-super-earth-lies-beyond-pluto1/]http://www.scientificamerican.com/article/strong-evidence-suggests-a-super -earth-lies-beyond-pluto1/ [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 20-01-2016).]