jackbauer 2

Member
  • Content count

    5813
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Country

    France

Posts posted by jackbauer 2


  1. Je me souviens très bien, il y a deux ans, au cours d'une d'une conférence à La Vilette, avoir entendu André Brahic émettre l'idée que Cassini, au terme deux deux années supplémentaires autour de Saturne, puisse être... renvoyée vers URANUS !!!!!!!!!!!
    (il n'avait pas l'air plus zazou que d'habitude quand il a dit ça mais comme je n'ai relevé cette surprenante idée nulle part...)

  2. Le site web de Ciel & espace est encore en construction mais il s'avère bien plus chamboulé que le magazine papier, tant sur la forme que sur le fond !!
    D'abord 3 onglets en haut : C&E radio (les très bons podcasts), C&E photos (c'est nouveau, j'y reviens) et Afanet
    Puis la page d'accueuil proprement dite avec des nouvelles possibilité comme les "visites guidées" contituées de petites vidéos plutôt bien faites comme ce reportage sur l'observatoire gamma en Namibie.
    en bas à droite, "consulter vos archives" : là c'est impec, on obtient la liste des articles parus dans C&E depuis 20 ans, dont une bonne partie est consultable en ligne : idéal car classés par thème (par exemple "exoplanètes") et on a plus besoin de passer des plombes à rechercher un article quelquepart dans deux mètres d'étagère.
    Je reviens sur "C&E photos" car il s'agit ni plus ni moins d'une agence photos proposant des clichés provenant d'organismes nationaux comme la NASA ou l'ESA mais aussi de reportage de journalistes maison ; hors si les (nombreux) pics sont disponibles en petit format, la haute définition est tarifiée ("prix à négocier")
    Jean luc Dauvergne peut-il fournir des précisions ? Ce service est-il destiné à la presse pro ou/et aux particuliers ? Peut-on acheter des tirages papier, et à quel prix ?
    Cela me laisse perplexe car beaucoup de ces clichés, comme ceux de la NASA sont disponibles sur le web, et ce gratuitement (en téléchargement)

  3. de FLASHESPACE :

    31.03.08 La vie est possible sur Encelade !

    L'analyse des données acquises par Cassini lors du survol d'Encelade montre un monde où la vie est possible. La sonde a révélé la présence d'eau, de gaz carbonique et de molécules organiques dans les éjections des geysers et détecté des températures de -93 degrés Celsius, suffisamment élevées pour laisser penser que les températures sous la surface d'Encelade seraient compatibles avec la présence d'eau à l'état liquide, un des critères pour que la vie soit possible.

    Vie dans le Système Solaire

    Après Europe et Titan, Encelade fait donc parti des objets du Système Solaire où très clairement il se passe quelque chose. Ce 'quelque chose' s'apparente des organismes primitifs bien incapables d'évoluer en organismes plus complexes. Mars est un cas à part dans le sens ou l'on s'attend plus à découvrir des traces d'une vie éteinte plutôt qu'une forme de vie.

    Ces résultats sont d'une grande importance pour comprendre la formation du Système Solaire et réfléchir sur les conditions d'apparition de la vie sur Terre et les différents chemins qu'elle peut prendre. Aujourd'hui plus personne n'ose affirmer que la vie ne peut apparaître que sur une sœur jumelle de la Terre. Encelade est l'exemple parfait. Nous voyons là les trois ingrédients de base à l'origine de la vie : l'énergie, les composants organiques et l'eau. Se pose la question d'un environnement adéquate et l'absence d'un paramètre de taille, à la base de la vie terrestre : la photosynthèse.

    extrêmophiles

    En s'appuyant sur les avancées acquises ces 10 dernières années sur nos connaissances des différents chemins pris par la vie terrestre, on pense aux extrêmophiles, on s'aperçoit que la vie est beaucoup plus robuste qu'on ne le pensait. C'est la confirmation que la vie n'a besoin de limites physiques très minces pour s'épanouir. En prenant la Terre comme référent, on s'aperçoit que notre planète abrite des organismes qu'il y a encore quelques années qu'on pensait ne pas pouvoir exister.

    On en a observé dans des milieux acides, avec des PH pratiquement négatifs, aussi bien que dans des environnements très basiques. D'autres prolifèrent dans des eaux très salines, dans les boues saumâtres, dans les glaces du pôle Sud, à des températures de 110°C, sans lumière. Des bactéries résistent à des radiations qui tueraient 50 000 fois n'importe lequel d'entre nous.

    Encelade

    Tout laisse à penser qu'Encelade abrite une forme de vie primitive. Si la vie sur sa surface n'est pas possible, tout indique que la lune abrite sous sa surface des niches biologiques où la température est suffisamment élevée pour que l'eau reste à l'état liquide. Cette source de chaleur serait issue de la dissipation thermique due aux effets de marée provoqués par Saturne.

    La première étape en vue de répondre à la question de savoir si la vie existe dans le sous-sol d'Encelade est d'analyser les composés organiques présents dans les geysers.

    L'étude d'Encelade, mais également de Mars, de Titan et d'Europe sous le prisme de l'exobiologie peut nous amener à franchir La barrière qui se dresse devant les scientifiques sur la question de l'origine de la vie terrestre.

    En effet, aucun fossile ou indice significatif vieux de plus de 3,5 milliards d'années n'existe aujourd'hui quelque part sur la planète ! La Terre les ayant complètement effacés par d'incessants processus de remodélisation de la surface provoquée par la chute de comètes et d'astéroïdes, d'activités volcaniques et basaltiques. Cela signifie qu'il n'est pas possible de dater son apparition sur Terre et encore moins comprendre comme cela a été fait de sorte que plusieurs théories cohabitent. Les scientifiques vont les appliquer à Encelade et voir ce qu'il en ressort.

    Survolé pour la première fois par Voyager 2 en 1980 et 1981, Encelade est un des nombreux petits satellites de Saturne. Son diamètre est d'environ 550 km et par certains cotés ressemble à Europe et Ganymède, deux satellites, tout aussi glacés, de Jupiter. Mais ce n'est pas son principal intérêt. Il est l'objet le plus réfléchissant du Système Solaire et aussi blanc que la Terre apparaît bleue vue depuis l'espace. Enfin, les scientifiques suspectent la lune d'enrichir en matière l'anneau E de Saturne, qui coïncide avec son orbite.

    Bref, ce petit monde nous rappelle l'incroyable diversité des mondes du Système Solaire

    Où il y a de l'eau, il y a de la vie

    Nombreux sont les scientifiques à penser que tant qu'il y a de l'eau sous forme liquide, la vie trouvera une voie pour apparaître. Ce qui est vrai pour la planète Terre peut très bien l'être également sur d'autres régions du Système Solaire.

    Sur Terre, la vie peut prospérer dans des endroits inhospitaliers pour l'homme où les températures peuvent être extrêmes, de plusieurs centaines de degrés à quelques dizaines de degrés sous zéro. Mais la vie peut également s'affranchir de la lumière solaire et se développer dans une obscurité pour ainsi dire totale ou sous une lumière intense.

    Un exemple probant est la découverte en 2000 d'extrémophiles se nourrissant d'hydrogène et de dioxyde de carbone et rejetant du méthane. Ces organismes très particuliers n'ont besoin ni d'oxygène, ni de la lumière solaire. Ils prélèvent l'hydrogène contenu dans les rochers, dans le voisinage de sources d'eau chaude souterraines.




  4. ça devient bon....

    Le 31 mars 2008 à 09h26

    En bref : le LHC devrait démarrer en juillet
    Par Laurent Sacco, Futura-Sciences

    Le plus grand accélérateur de particules du monde devrait entrer en service dans la première quinzaine de juillet. Le LHC partira alors quelque temps plus tard à la recherche du boson de Higgs et des particules supersymétriques.
    Après un retard de plusieurs années et un coût de,3 milliards de dollars, la plus grande aventure en physique fondamentale va débuter en 2008. Avec ses 6.000 aimants supraconducteurs refroidis en dessous de la température la plus froide du cosmos, celle du rayonnement fossile, le Large Hadron Collider (grand collisionneur de hadrons), avec ses 27 kilomètres de circonférence et ses faisceaux de protons qui devraient grimper à terme à 14 TeV (téra-électrons-volts) pourrait bien changer radicalement notre vision de l’Univers ainsi que celle de notre place dans celui-ci.
    Si la date exacte de circulation des premiers faisceaux dans le LHC lui-même est encore inconnue, on sait déjà que des particules circuleront à partir du 21 mai dans un premier système d’accélération constitué par le Synchrotron à protons et le Super Synchrotron à protons. En sortie elles atteindront des énergies de l’ordre de 450 GeV.
    A moins d’une surprise inattendue, même si les premiers enregistrements de collisions devraient se faire en cours d’année, il en faudra plusieurs pour traiter le volume de données et en sortir, les physiciens l’espèrent tous, de la nouvelle physique. La découverte du boson de Higgs serait bien sûr le couronnement du modèle standard mais l’une des découvertes les plus importantes serait la mise en évidence de la supersymétrie.


  5. "Cette coupe de budget des rovers serait opérée pour éponger les surcoûts du programme Mars Science Laboratory qui prévoit le lancement d’un autre rover l’an prochain pour une mission particulièrement ambitieuse."

    Les vols habités ne sont pas à incriminer... La raison serait plutôt le fait que les "martiens" soient très (trop ?) gâtés ces dernières années, et surtout l'incroyable et inattendue longévité de nos deux voitures de golf interplanétaires...
    MSL risque bien d'être reporté à 2011 comme certains l'ont déjà évoqué ici. Pas catastrophique, d'autant plus que s'il ne trouve rien en farfouillant sous la poussière ça risque d'être le calme plat au niveau nouvelles missions...


    [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 30-03-2008).]


  6. Bad news...

    Le 29 mars 2008 à 12h00

    Un rover martien bientôt au chômage technique ?
    Par le bureau du CNES de l'Ambassade de France aux Etats-Unis

    Les activités des 2 rovers « Spirit » et « Opportunity» actuellement en mission sur Mars dans le cadre du programme Mars Exploration Rovers de la NASA pourraient être restreintes étant donné que les dirigeants de l’agence envisagent de prélever $4 millions sur leur budget 2008.
    La récente audition d’Alan Stern (responsable des programmes scientifiques de la NASA qui a démissionné cette semaine, cf. notre complément dans cette actualité) devant les Représentants le 13 mars dernier, avait déjà souligné les difficultés de l’agence en ce qui concerne le financement des programmes martiens. Cette coupe de budget des rovers serait opérée pour éponger les surcoûts du programme Mars Science Laboratory qui prévoit le lancement d’un autre rover l’an prochain pour une mission particulièrement ambitieuse.
    Les équipes en charge des opérations des rovers et les scientifiques ont exprimé leur crainte par l’intermédiaire de Steve Squyres (Cornell University) qui estime qu’il faudra forcément mettre un rover en « hibernation » et réduire les activités du second suite à cette décision. Le moral des équipes a été atteint a-t-il dit, d’autant que des suppressions d’emplois seraient à craindre. John Callas, du Jet Propulsion Laboratory a également déploré le fait de réduire le budget de ces 2 véhicules encore viables et opérationnels.
    Le porte parole de l’administration de la NASA a déclaré que même si une révision budgétaire était à l’étude, la mise en veille d’un rover n’était pas d’actualité. La NASA a dépensé $800 millions pour construire et lancer « Spirit » et « Opportunity » qui coûtent environ $20 millions par an. Leur mission d’étude du sol martien, débutée en 2004 devait initialement durer 3 mois, mais les 2 rovers livrent toujours des données cruciales 4 ans après, notamment des preuves de présence passée de mers salées sur Mars.
    Par ailleurs, des tests de relais de communications ont été opérés entre « Opportunity » et les sondes Mars Reconnaissance Orbiter (NASA) et Mars Express (ESA) en vue de la supervision de l’atterrissage de la sonde Phoenix de la NASA en mai prochain

    Démission inattendue d’Alan Stern, responsable des programmes scientifiques de la NASA
    Un communiqué de presse de la NASA a annoncé mercredi dernier la démission de l’Administrateur Adjoint en charge des programmes scientifiques, Alan Stern. Edward Weiler, le directeur du Goddard Space Center, a été choisi pour assurer l’intérim à la tête du département des sciences à la NASA. Cette annonce complètement inattendue a surpris une grande partie de la communauté scientifique. Stern était arrivé en poste en avril 2007 avec pour principale mission de redynamiser les programmes de recherche scientifique tout en contrôlant rigoureusement leurs contraintes de coûts. En effet, pendant son mandat, il s’est attaché à gérer les surcoûts engendrés par certaines missions en limitant les financements supplémentaires exigés par les responsables de différents programmes, ce qui a pu le mettre en porte à faux vis-à-vis de la communauté scientifique. Il semble que les questions budgétaires, notamment au sujet du financement des programmes martiens, qui constituent en ce moment le gros point noir du budget scientifique de la NASA, soient une des raisons du départ du Dr Stern. En effet, le principal programme martien en développement, le Mars Science Laboratory a manifestement connu des difficultés récentes qui devraient se concrétiser par des surcoûts de centaines de millions de dollars, et un report éventuel du lancement prévu en 2009.


  7. Pénible vos histoires d'anciens combattants...
    J'ai relevé ça sur le lien indiqué plus haut :

    Serge Toussaint résume :
    "Ciel et Espace quitte les amateurs d'astronomie pour les amateurs de fric !"

    Je ne sais pas qui est ce type et c'est tant mieux...
    Celui qui n'est pas capable d'admettre qu'une revue doit évoluer sur 40 ans doit probablement avoir l'esprit sectaire et parano (genre L.O) mais enfin cela ne regarde qu'eux !!


  8. A la lecture de ces lignes je suppose que certains vont encore parler d'exagération :

    NASA's Cassini spacecraft tasted and sampled a surprising organic brew erupting in geyser-like fashion from Saturn's moon Enceladus during a close flyby on March 12. Scientists are amazed that this tiny moon is so active, "hot" and brimming with water vapor and organic chemicals.

    New heat maps of the surface show higher temperatures than previously known in the south polar region, with hot tracks running the length of giant fissures. Additionally, scientists say the organics "taste and smell" like some of those found in a comet. The jets themselves harmlessly peppered Cassini, exerting measurable torque on the spacecraft, and providing an indirect measure of the plume density.

    "A completely unexpected surprise is that the chemistry of Enceladus, what's coming out from inside, resembles that of a comet," said Hunter Waite, principal investigator for the Cassini Ion and Neutral Mass Spectrometer at the Southwest Research Institute in San Antonio. "To have primordial material coming out from inside a Saturn moon raises many questions on the formation of the Saturn system."

    "Enceladus is by no means a comet. Comets have tails and orbit the sun, and Enceladus' activity is powered by internal heat while comet activity is powered by sunlight. Enceladus' brew is like carbonated water with an essence of natural gas," said Waite.

    C'est à se demander si Encelade, au même titre que Titan ne mériterait pas aussi une future mission dédiée ?

    [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 28-03-2008).]


  9. Les chercheurs ont déjà du mal à comprendre ce qu'ils découvrent, essayons de pas tenir trop rigueur des erreurs comises dans les articles par les journalistes des revues de vulgarisation scientifiques, elles sont en général corrigées.
    Plus important il me semble, c'est leur responsabilité de mettre en lumière telle ou telle info, là le choix est pour le moins périlleux : je me souviens en particulier de Science et vie qui avait fait sienne l'hypothèse de la "fusion froide"...

  10. J'ai visité les installation du CERN en 1993 (voyage organisé par feu GEOSPACE D'ANIANE) : ça vaut le coup d'oeil, à 100M sous terre, ces gigantesques détecteurs !!
    Et si vous avez le temps, allez faire un tour à Genève au muséum d'histoire naturelle, je me souviens encore de ce crâne de T-REX : plus impressionant que Jurassic Park !!

  11. houla houla ne nous fachons pas, ce n'est pas la guerre quand même (enfin j'espère).
    Moi je ne connais pas les differents intervenants, donc les querelles de personnes je préfère les laisser à d'autres. Je suis abonné à C&E depuis très longtemps et je vient de découvrir L'Astronomie auquel je songe aussi à m'abonner ; J'achète également Astronomie Magazine assez souvent : cela prouve qu'il y a de la place pour plusieurs revues, A CONDITION QUE VOUS NE FASSIEZ PAS TOUS LA MÊME CHOSE ! (ce qui n'est pas le cas pour l'instant)
    Je suis quelquefois étonné des critiques sévères dont est victime C&E, elles sont en général de mauvaise foi...
    Les reportages comme celui au Mauna Kea, les remarquables "Rencontres du ciel et de l'espace" tous les 2 ans à La Vilette, les podcasts sur leur site, ect... Tout cela mérite quelque respect me semble t-il... (c'est à dire l'AFA et C&E)
    En revanche je ne comprends pas très bien ce que signifie ou apporte en plus ce "partenariat" avec Sky and telescope... ça me fait penser au Monde qui publie chaque semaine un supplément (en anglais !!!)d'articles d'un canard américain...
    Maintenant en qui concerne l'avenir de la presse (astro ou autre) c'est certain que depuis l'avènement d' Internet les choses sont boulversées de fond en comble ; Je ne suis pas sûr que les jeunes qui prennent tout gratuitement sur le web auront un jour envie de dépenser de l'argent pour acheter une revue, mais c'est pourtant nécessaire d'avoir le recul et l'expertise de journalistes pro pour faire le tri dans le flot d'informations et mener des enquêtes sur le terrain.

  12. Le n°4 de L'Astronomie est en kiosque !!!
    Au sommaire un copieux dossier de plus de 30 pages sur Mars avec des articles signés JP Bibring, F. Costard, N. Mangold, P. Rognon, M. De Rafélis,L. Segalen, G. Dawidowicz, H. Reyss.
    Et cerise sur le gâteau des superbes panoramiques (à déplier sur 3 pages) réalisés par Olivier de Goursac.
    De quoi faire le point sur l'exploration de la planète rouge !
    Des dossiers très fournis sur un thème précis, voilà ce qui ma manquait par rapport aux autres revues... Et vivement le prochain n° consacré à Titan !!

  13. Sguisard :
    "Jackbauer, tu vas faire un beau parcours, tu verras, là haut, c'est "Allo la Terre".... Si tu vas à San Pedro, ne manques pas d'aller observer chez Alain Maury. Tu vas avec un tour organisé ?"

    C'est un circuit Nouvelles Frontières, donc pas centré sur l'astro hélas...
    En fait j'ai 2 passions, les voyages et l'astronomie et cette année je m'étais décidé à casser ma tirelire pour joindre les deux. Je m'étais inscrit à un voyage organisé par T.O.A (pub parue dans C&E); Le programme était génial avec en particulier La Silla, le Paranal, A. Maury,ect...
    Annulé ! Il n'y avait pas assez de participants...
    Après avoir hésité entre plusieurs solutions je me suis finalement décidé sur un voyage organisé Chili/Bolivie, ça va me permettre de traverser le salar d'Uyuni qui me fait bien rêver... (je devrais quand même avoir le temps d'aller chez A. Maury)
    Mais je n'abandonne pas l'idée de visiter les observatoires d'Atacama et d'observer la Voie Lactée dans les meilleures conditions, style mai/juin, un jour...


  14. Superbes photos qui me donnent l'eau à la bouche...
    Je fais un circuit au Chili et en Bolivie en septembre prochain, avec en particulier plusieurs jours dans la région de San Pedro et la traversée du Salar d'Uyuni...
    J'espère faire d'aussi beaux clichés ; Je viendrais en poster quelques uns...

  15. Je viens de recevoir le n° d'avril de C&E : il fait toujours 100 pages pour 4,90 € (même format)
    Ce qui change à première vue c'est le logo (pas de barre dans le A de "Espace" (??? !!)mais à l'intérieur ça ne change pas des masses. Lisons l'éditorial d'Alain Cirou : il s'avère "qu'avec notre nouveau partenaire américain, SKY AND TELESCOPE, nous enrichissons nos pages de contenus observationnels et pratiques,...nous nous engageons sur le plan environnemental en choisisant un papier issu de la filière dite de bois durable, avec l'assurance que chaque arbre arraché pour fabriquer un journal est replanté à l'identique..."
    Sympa, mais à mon avis il doit s'agir un simple conifère ou tout au plus un peuplier, en aucun cas un arbre précieux importé d'Afrique.
    Allons voir ce fameux apport de SKY AND TELESCOPE, qui se présente sous la forme d'un article traduit en français.
    Et là c'est l'occasion de rigoler un peu :
    "Les nuits blanches, casse-tête des astronomes"
    Sur 4 pages le journaliste américain nous livre ses conseils pour lutter contre le sommeil durant les longues nuits d'observation.
    exemples : manger pour garder les yeux ouverts (mouais ça explique peut-être l'obesité galopante par la-bas...), bien éclairer la pièce où vous vous trouvez (???)manger du boeuf, du poisson, des oeufs ou encore des amandes, de l'avocat, de la banane, des graines de potiron ou de sésame (arf arf arf)maintenir la température fraiche (hi hi hi moi dans le nord j'ai pas de problème)s'étirer ou se dégourdir les jambes périodiquement (non ???!!)
    S'en suit des conseils pour ensuite s'endormir au petit matin : "manger du sucré en buvant du lait chaud, ou une infusion de camomille ou de citronnelle, parfumer votre chambre avec des senteurs de lavande, de cèdre ou de citron (j'ai du jex four ça devrait marcher ?)maintenir votre chambre dans l'obscurité totale (mais oui !!! j'y penserais, promis)
    Le sommaire de ce n° livre de très bons papiers : une interview d'Alfred Vidal-Madjar sur les futures observations du HST après réparation, la protection du ciel nocturne, le LHC, le Mauna Kea, ect...
    A noter que le site de Ciel & Espace est lui aussi changé.

    [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 21-03-2008).]


  16. Hé bien voilà, réconciliation générale sur le forum, sur le dos des américains comme d'habitude... l'Amerique parfait bouc émissaire de tout français qui se respecte : on est tous un José Bové en puissance.
    Au fait que serait nos connaissances en astronomie sans l'apport des USA depuis la fin du XIXè sc ?
    J'ai lu le livre de Charles Fehrenbach ("Des hommes, des telescopes, des étoiles")et ce qui est relaté sur la situation entre astronomie européenne et américaine dans les années 20 (choix des objectifs, argent privé,ect...)était déjà en notre défaveur ! Les entrepreneurs de l'autre côté de l'Atlantique bâtissent d'immenses fortunes mais au moment de leur succession créent des fondations dont certaines iront financer les astronomes. Alors évidemment, comme le dit A. Brahic dans ses conférences les chercheurs US disposent de gros moyens pour leurs travaux mais s'ils n'obtiennent pas de résultats dans la laps de temps prévu c'est fini! Alors qu'au CNRS par contre on peut faire carrière toute sa vie sans jamais rien trouver, et n'allez pas parler de réforme ou alors là... tout le monde dans la rue !!
    Arf je sens que c'est un sujet qu'il vaut mieux ne pas trop aborder ici, mais c'est juste pour remettre les choses en perspective, moi je trouve qu'on peut être fier de la recherche en France, en particulier en astronomie.
    Ce que je déplore par contre c'est cette frilosité chez certains à se lancer dans de nouvelle voies prometeuses comme "l'exobiologie", sous pretexte que l'on a encore jamais découvert de vie aileurs qu'ici !
    Au fait, ces personnes déplorent-elles le fait que l'on dépense énormément plus d'argent pour l'étude des trous noirs alors que jamais un seul de ces astres n'a jamais été débusqué avec certitude (il en est même qui contestent encore leur existence...) ?

  17. Si au lieu de dépenser 100 milliards de $ pour construire l'ISS, TOTALEMENT inutile au point que l'on songe déjà à l'abandonner avant même qu'elle soit achevée (!!!) on avait consacré cette somme à mettre au point un système de propulsion nucléaire, Jupiter et les principales planètes du système solaire seraient sans doute à la portée d'un vaisseau habité...
    ça n'enlève rien au film de Stanley Kubrik (je n'ai pas lu le livre) qui reste un chef d'oeuvre ; La seule chose qui ait vieilli c'est l'équipage soviétique : et oui qui pouvait prévoir la disparition de l'URSS ?

    [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 21-03-2008).]


  18. J' ai regardé ce reportage sur C+
    N'étant pas un specialiste des OVNIS je ne saurais dire si ces histoires d'apparitions régulières en Norvège sont connues ou pas mais les images rapportés par des journalistes "sérieux" de C+ ont de quoi jeter le trouble, moins par ce qu'on a vu que par l'effet produit sur ceux qui ont assisté à l'évènement : chercheurs, observateurs... tous étaient bien remués !
    Au moins cette fois tout a été filmé, sous des angles differents. Le reportage va être rediffusé, je le conseille à tous même à ceux que ça énerve...