jackbauer 2

Member
  • Content count

    5757
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Country

    France

Posts posted by jackbauer 2


  1. PHOENIX va arriver sur Mars le 25 mai...

    Pour ce qui est de COROT tu continue d'afficher un bel optimisme... J'espère surtout que de belles planètes rocheuses viendront enrichir la liste des nouveaux mondes !!
    MESSENGER fera un 2ème survol de Mercure le 6/10
    Et puis il y a toutes les autres missions en cours, dont la fabuleuse CASSINI qui va repasser près d'Encelade...

    [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 06-01-2008).]


  2. j'ai relevé ces precisions sur le site, où il s'avère que c'est bien pour diminuer la vitesse de la sonde afin qu'elle soit capturée par Mercure...
    Mais ça ne répond pas tout à fait à la question : pourquoi peut-on envoyer directement une sonde en orbite de Mars et pas de Mercure ? Rôle joué par le Soleil, faible masse de Mercure ??

    "5. Why take such a long and complex route to Mercury?

    Although it is not that difficult to fly a spacecraft by Mercury, the task of placing a spacecraft into orbit around the planet is a significant challenge. When designing the spacecraft's journey to Mercury orbit, mission planners must consider limits on technology and cost; the spacecraft’s speed when leaving Earth orbit; the help along the way from flybys of Venus and Mercury; the type of fuel on the spacecraft; and a time limit for completing the trip. It is much more difficult to leave Earth and orbit another planet than to fly by the planet, because the spacecraft must make large changes to the shape, size, and tilt of its orbit around the Sun. The goal is to lower MESSENGER’s speed relative to Mercury's orbit speed around the Sun and set up a maneuver in which the spacecraft can be “captured” into orbit around the planet.

    6. What is a gravity assist?

    A gravity assist changes a spacecraft's orbit around the Sun by having it fly by a planet. During the flyby, linear momentum is transferred from the planet to the passing spacecraft. In effect, the spacecraft either takes from (if it needs to accelerate) or gives to (if it needs to decelerate) the planet a small amount of linear momentum.

    Because the effect of the added/reduced linear momentum depends on the mass of the object, this process has a negligible effect on the planet's orbital velocity around the Sun. On the other hand, the spacecraft, being much smaller, receives a great boost (or brake) on the way to its next destination.

    Additional factors that affect the acceleration (or deceleration) and direction change of the spacecraft trajectory are the closest approach distance between the spacecraft, the mass of the planet, and the speed of the spacecraft relative to the planet. The greatest change in the spacecraft's speed and direction would occur for a slow-moving spacecraft approaching just above the surface or cloud tops of a very massive planet. The least change in the spacecraft's speed and direction would occur for a fast-moving spacecraft approaching a great distance from a very small planet


  3. Au fait, quelqu'un peut-il donner les raisons pour lesquelles une sonde met beaucoup plus de temps à se mettre en orbite autour de Mercure que de Mars par exemple, au point que Messenger devra d'abord survoler 3 fois cette planète ! Merci

    [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 02-01-2008).]


  4. Formidable cette page d'accueil de l'université Johns Hopkins consacré à la mission : http://messenger.jhuapl.edu/
    notez les differents compteurs dont celui de la distance parcourue : 28 miles par seconde !

    Il y a de cela 34 ans la sonde Mariner 10 abordait pour la 1ère fois la planète Mercure et le gamin que j'étais attrapait le virus de l'astronomie (de plus on était à cette époque en pleine vague d'OVNIs : pas un jour sans qu'un témoignage ne paraisse dans la presse, ce qui ne ne faisait que renforcer l'attrait pour les choses du ciel)

    Avec ce 1er survol 2008 commence en fanfare !!


  5. PascalD :
    Ce que je veux dire c'est que si tout le monde fait un pataquès de la "matière noire", "l'énergie noire", "l'accélération de l'expanssion de l'univers" ect... c'est bien parceque c'est l'observation des faits, grâce à des outils toujours plus performants qui mène la danse ; Les théoriciens essaient de suivre en tirant la langue en proposant des modèles pour continuer à faire tenir l'édifice coûte que coûte. L'interpretation des résultats est un autre problème sérieux

  6. Le dernier n° de science&Vie consacre un dossier de 19 pages (!)à Garrett Lisi ("Théorie du tout : ENFIN ! Un physicien aurait trouvé la pièce manquante")
    Il fut un temps ou je dévorais tout ce qui avait trait à la cosmologie ; maintenant qu'une nouvelle théorie apparait tous les 6 mois sur le marché je trouve qu'il y a de quoi être un peu plus "détaché"...
    Une chose est sûre, les résultats dans les années à venir du LHC, de PLANCK, JWST nous en apprendrons plus que toute les propositions avancées par nos brillants théoriciens.
    A moins que ce que nous allons découvrir ne soit encore plus déroutant que ce que l'on peut imaginer ?

    [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 30-12-2007).]

    [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 30-12-2007).]


  7. 2009, Année Mondiale de l'Astronomie

    Les Nations Unies viennent de proclamer, le 20 décembre 2007, que
    2009 sera l'Année Mondiale de l'Astronomie (AMA09). La résolution,
    qui correspond à une initiative de l'UAI et de l'UNESCO, a été
    présentée par l'Italie, le pays de Galilée.

    L'année 2009 célébrera ainsi la première utilisation d'une lunette
    pour des observations astronomiques, une invention qui a ouvert la
    voie à quatre siècles de découvertes prodigieuses. De nos jours, les
    télescopes au sol et dans l'espace scrutent en permanence l'Univers
    dans toutes les gammes de longueur d'onde.

    La présidente de l'UAI (Union Astronomique Internationale),
    Catherine Cesarsky, a déclaré "L'Année Mondiale de l'Astronomie
    donne à toutes les nations la possibilité de participer à cette
    révolution scientifique et technologique". Cette année correspondra
    à une coordination internationale à des fins pacifiques, pour mieux
    appréhender la recherche de nos origines cosmiques ; c'est un
    héritage commun qui relie tous les habitants de la planète Terre.
    Les sciences de l'astronomie représentent des millénaires d'efforts
    joints par-delà les frontières de lieu, de genre, d'âge, de culture
    et de race, en parfait accord avec les principes des Nations Unies.
    Dans ce sens, l'astronomie est un exemple-type du développement
    scientifique au travers de collaborations et échanges
    internationaux.

    La présidente du comité de pilotage AMA09 (point de contact en
    France pour l'Année Mondiale de l'Astronomie), Anny-Chantal
    Levasseur-Regourd, précise: "De multiples actions sont dès à présent
    prévues sur toute la France, expositions, conférences, animations,
    observations grand public, etc., avec un effort tout particulier en
    direction de la jeunesse et de l'éducation. Le démarrage
    international aura lieu à Paris en janvier 2009. Le retentissement
    de cet évènement doit permettre la participation d'un très large
    public à l'ensemble des manifestations qui seront proposées tout au
    long de l'année".

    L'Année Mondiale de l'Astronomie s'adresse à tous. Son but est de
    faire partager la passion de la découverte, la valeur des méthodes
    scientifiques et le plaisir qu'il y a à mieux comprendre l'Univers
    et la place que nous y occupons. Dès à présent, près de 100 pays et
    14 organisations se sont engagés à y participer, formant un réseau
    unique de communicants et enseignants en astronomie.

    Voir le site: www.astronomy2009.fr


    Source: CNRS/INSU


  8. 2 pdf pour essayer de se faire une idée sur tout ça : http://www.grandpublic.obspm.fr/IMG/pdf/ElementsCoRoT2007.pdf http://www.grandpublic.obspm.fr/IMG/pdf/DossierPresseCoRoT.pdf

    Je sais bien qu'il est bien trop tôt pour tirer des conclusions, mais quand même : 0 telluriques sur les 40 candidates à confirmer, soit elles sont très rares (en courte période) soit COROT n'y arrivera pas...
    C'est là où l'on s'aperçoit que la méthode des transits n'est pas la panacée... CQFD !!


  9. Si en entend par exo-terre une tellurique qui tourne en 365 jours autour de son étoile COROT n'en découvrira pas puisqu'il doit changer de champ tous les 150 jours : il detectera peut-être un transit mais ne pourra pas confirmer puique la procedure exige 2 (ou 3 ?)répétitions du phénomène. C'est KEPLER, placé en L2 qui le fera avec des longues périodes d'observation.(et PLATO s'il est réalisé)
    On a découvert de nombreuses planètes gazeuses de très courte période ; pourquoi n'existerait-il pas des telluriques également gravitant en quelques jours autour de leur étoile : voila ce qui peut-être à la portée de Corot (plus exactement des "super-terres")
    Super-terres, planètes-océan, voir plus exotique encore : c'est bien ce que j'attend avec impatience dans les années à venir. Et cerise sur le gateau : un système planétaire complet autour d'Alpha du Centaure (ben oui moi aussi je fantasme sur ma plus proche voisine...)

  10. Enfin des éclaircissements : http://www.insu.cnrs.fr/a2427

    je retiens surtout ces lignes :

    "Ces découvertes (CoRoT-exo-1b et CoRoT-exo-2b) sont décrites dans trois
    publications soumises dans des revues à comité de lecture dans les jours qui
    viennent. Mais déjà une quarantaine de courbes de lumière contiennent des
    signaux de possibles planètes. Elles font actuellement l'objet d'observations au
    sol pour confirmer leur nature. Parmi cette liste, deux candidats sont
    particulièrement prometteurs : une planète deux fois plus petite que Saturne et
    une planète de taille jovienne mais de densité inhabituelle..."

    [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 20-12-2007).]


  11. J'ai cru à une blague, mais non : je viens de vérifier sur le site de Jean Schneider...
    Va falloir que j'ai sous les yeux ces fameux articles qui doivent être publiés (parait-il sous peu) pour retrouver de l'enthousiasme.
    Je veux bien croire que les telluriques demandent beaucoup de temps à être caractérisées, mais DEUX malheureuses Jupiter en 1 an c'est maigre en regard des communiqués et déclarations très optimistes des membres de l'équipe.

  12. hum hum... Moi j'ai mon Ciel & espace de septembre 2007 où Annie Baglin affirme ceci :
    "avec Corot nous aurons découvert d'ici à deux ans une centaine de nouvelles planètes à transit !"
    Ce qui nous fait 100/4 semestres = 25, dont un nombre indéterminé de telluriques.... J'espère que je ne vais pas avoir mon Noël gâché nom d'une pipe !!! Si les télescopes au sol ne parviennent pas à finir le travail à quoi bon...
    Las américains ont pris leur devant en demandant à Mayor une nouvelle version de HARPS qui sera installé sur un 4m aux Canaries ; Mais KEPLER ne sera lancé qu'en 2009 avec des périodes d'observation très longues, ça laisse le temps aux copains pour engranger les résultats et quelques "faits marquants" en principe...

    [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 19-12-2007).]


  13. Il faut relever le titre du séminaire auquel a participé Annie Baglin, qui dirige les opérations :
    "Du coeur des étoiles aux planètes habitables"
    ... ce qui semble dire que COROT (et les télescopes au sol) ont déniché des planètes telluriques dans la "zone habitable" d' étoiles classe M ou peut-être K !
    Il faut s'attendre, hélas aux erreurs d'interprétation de la presse généraliste du style : "des mondes habitables découverts dans la galaxie"
    Bon tout cela nous ouvre l'appêtit, combien de nouvelles planètes découvertes faut-il espérer pour Noël : 20, 40 plus ??

  14. "...l'exploration d'Europe, qui impliquerait l'Agence spatiale américaine (NASA), l'ESA et l'agence spatiale nippone (JAXA), est en concurrence avec un retour sur Titan..."

    Il n'y a pas à choisir, Europe et Titan sont de loin les endroits les plus excitants du système solaire ; Planifier de nouvelles missions vers ces deux mondes en coopération internationale (Cassini-Huygens est une formidable réussite) est une question de bon sens ; J'espère que les budgets ne vont pas encore être détournés vers des gouffres sans fond : ISS, retour sur la Lune...


  15. La 1ère moisson de COROT va nous être livrée ces jours-ci mais une nouvelle avancée nous dit que, decidement tout va plus vite que prévu dans cette nouvelle science qu'est devenue l'exoplanétologie... Si on parvient à obtenir de tels résultats avec les instruments existants, tous les espoirs nous sont permis avec ALMA et autres telescopes géants qui vont entrer en service dans les prochaines années ; Les candidates trouvées par COROT et bientôt KEPLER dans les parages de la Terre devraient nous livrer leurs secrets... sans attendre DARWIN puique l'ESA renonce à le développer avant longtemps...


    "Première analyse de l'atmosphère d'une exoplanète depuis le sol"
    Par Jean Etienne, Futura-Sciences

    C'est à la fois un exploit et une première qu'a réalisés une équipe d'astronomes
    du McDonald Observatory, en analysant l'atmosphère d'une planète extrasolaire
    non au départ de données obtenues en orbite, mais depuis le sol. Cela peut
    sembler une gageure. Jusqu'à présent, cet exploit n'avait été réalisé qu'une
    seule fois, au moyen de l'instrument STIS (Space Telescope Imaging Spectrograph)
    du télescope spatial Hubble. Mais voilà, l'appareil était définitivement tombé
    en panne peu après cette détection, contraignant les chercheurs à ne plus
    compter que sur leurs moyens terrestres. Aussi, une équipe dirigée par Seth
    Redfield a-t-elle entrepris d'utiliser le télescope HET (Hobby-Eberly Telescope)
    de 9,3 mètres à l'Observatoire McDonald pour tenter la première analyse
    atmosphérique d'une planète extrasolaire.

    La candidate était HD189733, une étoile de la constellation du Petit Renard,
    distante de 63 années-lumière autour de laquelle orbite une planète dite "à
    transit", c'est-à-dire observable par la méthode du même nom, quand elle réduit
    légèrement la luminosité de son étoile en passant périodiquement entre elle et
    nous. Cette planète environ 20 % plus massive que Jupiter a été découverte en
    2005 par François Bouchy du Laboratoire d'Astrophysique de Marseille. Cataloguée
    HD189733b, elle est entourée d'une atmosphère mise en évidence en 2007 par
    Redfield. Une méthode (presque) simple… Dans son principe, la méthode d'approche
    paraît simple. Lorsque la planète passe devant le disque de son étoile, la
    lumière que nous recevons de l'astre diminue de 2,5 % par effet d'occultation.
    L'atmosphère qui l'entoure produit une réduction supplémentaire de 0,3 %. De
    plus, dans le cas d'une planète sans atmosphère, la réduction d'intensité sera
    constatée dans toutes les longueurs d'onde de l'étoile. Mais une atmosphère
    absorbera davantage de radiations dans certaines longueurs d'ondes. On peut donc
    en déduire des données des informations sur la composition de l'atmosphère.
    L'étalonnage du procédé s'est effectué sur le sodium, dont la présence était
    quasi certaine dans l'atmosphère de la planète. En examinant les variations
    d'intensité dans la longueur d'onde correspondant aux transitions spécifiques de
    l'atome de sodium, les chercheurs ont déterminé que la planète apparaissait 6 %
    plus grande qu'elle ne l'était en réalité.

    Le sodium a été ici privilégié car il présente une transition atomique forte et
    dans le visible. Son effet semblait accessible aux meilleurs télescopes
    terrestres. Mais l'équipe n'entend pas en rester là. "Beaucoup d'autres
    constituants atomiques et moléculaires de l'atmosphère peuvent être étudiés
    d'une manière identique, y compris le potassium et l'hydrogène" annonce Seth
    Redfield, qui n'a pas attendu pour franchir l'étape suivante et passer à la
    détection d'autres constituants de HD189733b. Cette étude a impliqué plusieurs
    centaines d'observations durant 11 transits étalés sur une année, effectuées
    dans des conditions différentes afin de soustraire la contamination provoquée
    par la vapeur d'eau de notre propre atmosphère. Des résultats exceptionnels Dire
    que les résultats sont encourageants serait bien au-dessous de la vérité, car le
    spectre de transmission de HD189733b ainsi obtenu s'avère d'une résolution
    beaucoup plus élevée que celui fourni par le télescope spatial Hubble. "Je ne
    pensais même pas que ce serait possible", s'enthousiasme Seth Redfield, qui
    envisage déjà de lancer son équipe sur un vaste projet d'exoplanétologie
    comparée. "Il est simplement stupéfiant de constater à quelle vitesse
    s'accomplissent les progrès dans le domaine des exoplanètes, déclare Michael
    Endl, un collaborateur de Redfield. Nous en sommes arrivés au point où nous
    pouvons étudier la composition des atmosphères d'exoplanètes dans le détail. Le
    HET est à présent devenu non seulement un détecteur d'exoplanètes mais aussi un
    outil spécialisé dans l'analyse d'atmosphères d'exoplanètes à transit, et cela
    avec une résolution sans précédent. Je suis impatient de voir les résultats
    comparatifs avec d'autres planètes extrasolaires". Avec l'étude détaillée des
    atmosphères d'exoplanètes, c'est bien une nouvelle branche de l'astronomie qui
    vient de naître…

    [Ce message a été modifié par jackbauer 2 (Édité le 10-12-2007).]


  16. Il faut dire qu'il a fallu du temps (des années) pour confirmer ; de plus un pulsar est un cadavre d'étoile et ne rentre pas dans la même catégorie que les autres...
    Reste que l'existence de ces planètes pose une énigme : ont-elles survécu à l'explosion en supernova de leur étoile-hôte ou se sont-elles formées des débris du cataclysme ?
    Et pour finir, répondent-elles à tous les critères de définition fixés par l'IUA, histoire de pimenter un peu le débat ?