jackbauer 2

Member
  • Content count

    5733
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4
  • Country

    France

Posts posted by jackbauer 2


  1. http://www.astronomerstelegram.org/?read=13100

     

    Observations effectuées avec le WHT et le Gemini North :

     

    "...The orbital elements imply a hyperbolic excess speed of 30 km/s, comparable to `Oumuamua, the excess speed of which was 26 km/s..."
    (...)
    "... The images show an extended coma and a broad, short tail (roughly antisolar direction), making it clear that this second-known interstellar interloper is a comet..."

    • Thanks 1

  2. La comète a reçu officiellement la désignation C/2019 Q4 (Borisov) : c'est un astronome amateur ukrainien, Gennady Borisov, qui l'a découvert.
    L'objet ferait 10 km de diamètre et passerait à 1.86 U.A de la Terre en décembre !!
    Trop tard pour envoyer une mission, mais preuve est faite avec ce deuxième voyageur en peu de temps que les occasions ne vont pas manquer à l'avenir !
     

     

    • Like 1

  3. https://nouvelles.umontreal.ca/article/2019/09/10/de-l-eau-detectee-sur-une-exoplanete-situee-dans-la-zone-habitable-de-son-etoile/

     

    Pour la 1ère fois on a détecté de la vapeur d'eau dans l'atmosphère d'une exoplanète  située dans la "zone habitable" de son étoile ! Cet exploit a été réalisé par Hubble sur l'exoplanète K2-18b, découverte par le satellite Kepler autour d'une naine rouge distante d'environ 111 a.l
    Son rayon est de 2.24 fois celui de la Terre et sa masse 8 fois ; Avec une période de 32 jours elle reçoit la même insolation que notre planète vis-à vis du Soleil

     

    extrait :

     

    De la vapeur d’eau détectée dans l’atmosphère de l’exoplanète K2-18b
    Une nouvelle étude menée par le professeur Björn Benneke, de l’Institut de recherche sur les exoplanètes de l’Université de Montréal (iREx), son étudiante au doctorat Caroline Piaulet et plusieurs collaborateurs a permis de détecter de la vapeur d’eau et peut-être même des nuages d’eau liquide dans l’atmosphère de l’exoplanète K2-18b. «Il s’agit du plus grand pas effectué à ce jour vers notre objectif ultime de trouver de la vie sur d’autres planètes, de prouver que nous ne sommes pas seuls. Grâce à nos observations et à la modélisation du climat de la planète, nous avons démontré que la vapeur peut se condenser en eau liquide. C’est une première», expose le professeur Benneke.
    L’exoplanète K2-18b, qui est environ neuf fois plus massive que la Terre, se trouve dans la zone habitable de l’étoile autour de laquelle elle orbite. Cet astre, de type M, est plus petit et plus froid que le Soleil, mais à cause de sa plus grande proximité, K2-18b reçoit pratiquement la même quantité totale d’énergie de son étoile que la Terre en reçoit du Soleil.
    Les similarités entre l’exoplanète K2-18b et la Terre font dire aux astronomes que l’exoplanète aurait potentiellement un cycle hydrologique permettant à l’eau de se condenser en nuages et à la pluie liquide de tomber. La détection a été rendue possible en combinant huit observations de transit ‒ lorsque l’exoplanète passe devant son étoile ‒ faites par le télescope spatial Hubble.
    Les scientifiques estiment à l’heure actuelle que l'enveloppe gazeuse épaisse de K2-18b empêcherait probablement l'existence de la vie telle que nous la connaissons à la surface de la planète. Cependant, l’étude montre que même ces planètes de masse relativement faible et donc plus difficiles à étudier peuvent être explorées par des instruments astronomiques qui ont été conçus au cours des dernières années. En analysant celles qui sont situées dans la zone habitable de leurs étoiles et sur lesquelles sont réunies les conditions propices à la présence d'eau liquide, les astronomes font un pas de plus vers la détection directe de signes de vie au-delà de notre système solaire.

     

    Papier de la découverte : https://arxiv.org/abs/1909.04642

     

    • Like 4
    • Thanks 1

  4. Un article sur le site du Monde :

     

    https://www.lemonde.fr/sciences/article/2019/09/06/suivez-en-video-l-atterrissage-de-la-mission-indienne-chandrayaan-2-sur-la-lune_5507466_1650684.html?xtor=EPR-32280629-[a-la-une]-20190907-[zone_edito_1_titre_2]

     

    extrait :
    "...Le très probable échec de Chandrayaan-2 risque maintenant de jeter un doute sur la stratégie à bas coûts de l’Inde. La mission a nécessité au total 9,78 milliards de roupies (123 millions d’euros) d’investissement, un montant près de six fois inférieur au coût de la sonde chinoise Chang’e-4 partie explorer la face cachée de la Lune au début de cette année. Pour réaliser de telles économies, la fusée indienne était partie avec moins de carburant et avait dû tourner environ trois semaines autour de la Terre pour accélérer et atteindre la vitesse requise pour l’expulsion de la sonde en direction de la Lune.
    Une destination que la sonde n’est apparemment pas parvenue à atteindre. Seul élément de consolation, l’orbiteur indien, séparé de l’atterrisseur, continue actuellement de tourner autour de la Lune. Il devrait pouvoir continuer à envoyer des images de l’astre à l’ISRO durant quelques semaines encore..."

    • Thanks 1

  5. http://french.china.org.cn/foreign/txt/2019-09/02/content_75160977.htm

     

    La cinquième et dernière manœuvre orbitale lunaire de la sonde Chandrayaan-2 de la seconde mission lunaire indienne a été menée avec succès ce dimanche, selon l'Organisation indienne pour la recherche spatiale (ISRO).
    L'ISRO a indiqué dans un communiqué que la manœuvre réussie a débuté ce 1er septembre à 18h21 IST (12h51 GMT) "comme prévu, à l'aide du système de propulsion à bord". La durée de la manœuvre était de 52 secondes. L'orbite atteinte est de 119 km x 127 km.
    Tous les paramètres de la sonde spatiale sont normaux, a-t-elle ajouté.
    La prochaine opération, prévue le 2 septembre, sera la séparation de l'atterrisseur Vikram et de l'orbiteur Chandrayaan-2.
    Lancé le 22 juillet, l'atterrisseur Vikram tentera d'effectuer un alunissage en douceur le 7 septembre. Il a été nommé en honneur du père fondateur du programme de recherche spatiale indien, Vikram Sarabhai. F

    • Like 2